Navigation – Plan du site

Introduction

Patricia Salinas et Emmanuelle Sinardet Seewald
p. 7-12

Texte intégral

1Ce numéro 42 de la revue América s’inscrit dans le prolongement du numéro 41 dont il est le pendant thématique. En effet, tous deux proposent une sélection des travaux présentés dans le cadre du XIIe Colloque international du Centre de recherche interuniversitaire sur les champs culturels en Amérique latine (CRICCAL), sur le thème « Les indépendances de l’Amérique latine : acteurs, représentations, écritures », qui s´est tenu, du 14 au 16 octobre 2010, à la Maison de l´Amérique latine et à la Maison du Mexique.

2Le numéro 41 regroupait dix-huit articles autour de trois thématiques : « Pensée, action, discours », « Invention de la nation » et « La fabrique des héros ». Le numéro 42 complète cette réflexion sur les indépendances latino-américaines, avec dix-huit contributions également, sur les thèmes suivants : « La fabrique des héros » (suite), « Les stratégies de la mémoire » et « Réécritures romanesques ».

3Le numéro 42 revient sur les processus de construction nationale à l’œuvre aux xixe et xxe siècles, après les proclamations de l’indépendance politique des jeunes républiques latino-américaines. Toutefois, les articles de ce second tome font une large place au roman historique, insistant particulièrement sur les nouveaux discours culturels qui surgissent alors, et sur les acteurs qui les formulent et les défendent. Ils proposent de se pencher sur l’écriture et la (ré)écriture des faits indépendantistes, qui participent des stratégies d’affirmation ou d’effacement de certains groupes sociaux face au reste du corps national, dans sa relation avec les enjeux du présent de la société qui les narre.

4La première thématique de ce numéro, « La fabrique des héros », montre, à travers quatre communications, que le mouvement d’indépendance est devenu un mythe fondateur des sociétés modernes latino-américaines, une construction historique au service des nouveaux États-nations créoles. L´exaltation des chefs militaires érigés en grands hommes, à qui la patrie témoigne sa reconnaissance, contribue à nourrir la création d´identités nationales. L´avènement de ces mythes se manifeste dans tous les champs culturels, du récit historique au roman, du théâtre aux arts plastiques.

5Françoise Prioul, dans son étude « Historia de San Martín, de Bartolomé Mitre », revient ainsi sur la biographie de San Martín écrite par Mitre à la fin du xixe siècle, alors que se clôt, en 1861, une longue série de guerres civiles. Elle montre bien la construction d´un héros mythique dans ce récit historiographique qui tient de ce que l’on appellerait aujourd’hui le storytelling : voilà San Martin érigé en Libérateur, Général des Andes, figure tutélaire de l’Argentine.

6De même, Joselyn Fernández-Pino Cheroni, dans son travail « Réécriture du mythe de José Artigas dans Hombre a la orilla del mundo, de Milton Schinca », met en évidence les étapes de cette mythification. La dernière étape met ainsi l’accent sur la dimension humaine du héros, que les dithyrambes et le bronze avaient escamotée. À la version de la « légende noire », répond la construction de la figure du héros selon une « légende blanche », grâce au roman, sur fond de luttes intestines et de dissensions entre les généraux libérateurs.

7Près de deux siècles après la geste indépendantiste, la « belle histoire » continue. Osvaldo Obregón, dans « Una figura mítica de la independencia de Chile; Manuel Rodríguez (1999), obra teatral de Isidora Aguirre », analyse une pièce historique contemporaine qui invite les spectateurs, à travers le destin héroïque de Manuel Rodríguez, à réfléchir sur le Chili d’aujourd’hui à la lumière des leçons de l’Indépendance. Il propose un parallèle entre les valeurs républicaines incarnées par le Chilien Manuel Rodríguez, les frères argentins Carrera et la démocratie chilienne, mais aussi entre le gouvernement autoritaire de O’Higgins et la dictature de Pinochet.

8Enfin, dans sa réflexion critique sur la fresque réalisée, en 1930, par le Mexicain José Clemente Orozco, « Miguel Hidalgo: un héroe dual en Sublevación, de José Clemente Orozco », Marie-Pierre Ramouche pointe la même exemplarité idéologique à travers la figure du héros de l’Indépendance et père de l’abolition de l’esclavage, proposée comme icône révolutionnaire aux ouvriers mexicains. Orozco représente un Prométhée qui illustre la continuité et la similitude entre les combats pour l´indépendance et les luttes sociales, incarnant l’esprit de rébellion dans la première moitié du xxe siècle.

9Dans la même perspective, la deuxième thématique de ce volume, « Les stratégies de la mémoire », s’attache à cerner les enjeux et processus qui forgent une mémoire collective autour de repères historiques communs, appelés à cimenter une identité nationale balbutiante au xixsiècle, mais aussi leurs évolutions et reformulations ultérieures. Cette thématique comprend deux parties : « Mythification et démythification » et « Les oubliés de l’histoire ».

10Les cinq articles de la première partie portent sur les phénomènes de mythification-démythification, les processus de construction-déconstruction, dans la littérature, les commémorations nationales, les discours politiques, à travers les avant-gardes, le cinéma ou la télévision.

11La mémoire est mise au service du projet politique qui la revisite, comme le montrent Gerardo Francisco Bobadilla Encinas, dans son étude « Antiespañolismo, Reforma y la mitificación de la independencia en la novela mexicana del siglo XIX (1857-1870) », et Raphaële Plu-Jenvrin dans son article « La mise en scène de l’histoire nationale dans ses modalités esthétiques et commémoratives : la période du libéralisme triomphant au Mexique (1868-1892) ». Ces deux chercheurs se penchent sur la mythification de la geste indépendantiste au moment où s’impose le libéralisme au Mexique ; ils s’efforcent de définir la vision du passé que prétendent alors édifier les nouvelles élites depuis le centre politique. Le premier analyse les processus de mythification à travers quatre romans de la littérature mexicaine du xixe siècle, alors que prévaut une conception positiviste de l’histoire. Ces romans contribuent à forger un projet libéral de nation et légitiment une identité nationale marquée par l´anti-hispanisme, par une opposition paradoxale à la culture espagnole. La seconde montre la construction d´un discours historique au service du pouvoir à travers commémorations, fêtes nationales et fêtes religieuses. Ces mises en scène festives, « superproductions » nationales, imposent une vision de l´histoire purgée du passé colonial, où cohabitent cultures précolombiennes, religion catholique et guerres d’indépendance, au service du culte de la nation libérale.

12Avec « Bolívar et le bolivarisme dans le discours d’Hugo Chávez (1999-2006) », Serge de Sousa démontre, au moyen de l’analyse lexicale de 250 discours prononcés par Chávez de 1999 à 2006, que la construction d’une légende indépendantiste est on ne peut plus contemporaine. Dès son accession à la présidence du Venezuela, Hugo Chávez se réclame haut et fort de l’héritage de Simón Bolívar. Il reconstruit une figure du héros de l’Indépendance au prisme de sa vision du « socialisme du xxie siècle », si bien que le qualificatif bolivarien est aujourd’hui officiellement attaché au gouvernement chaviste et à son action.

13Légende « blanche » de l’Indépendance et légende « noire » alternent et se confrontent. L’article « Hispanité et discours anti-indépendantiste dans l’avant-garde nicaraguayenne », de Daniel Vives Simorra, est consacré à l’une de ces légendes « noires ». Il se penche sur la réaction littéraire et politique prônée par un mouvement idéologiquement proche des fascistes européens, né dans l’entre-deux-guerres au Nicaragua, qui milite en faveur d’une réhabilitation de l’héritage colonial, de l’hispanité et de sa métropole, par opposition à l’impérialisme nord-américain jugé menaçant. L´ambiguïté idéologique des représentants de ce mouvement les amène à soutenir successivement Sandino et Somoza. Deux décennies après la Seconde Guerre mondiale, ils continuent de louer le rôle civilisateur de l’Espagne impériale et son modèle de métissage culturel. Ils affrontent alors les intellectuels du front sandiniste qui les considèrent comme une diversion réactionnaire de l’oligarchie et une manifestation de la lutte des classes.

14Pour sa part, Erika Thomas, dans « L’indépendance du Brésil. Irrévérences cinématographiques et télévisuelles contemporaines », montre comment et pourquoi le double mouvement de mythification et de démythification de l’Indépendance traverse le cinéma et l’audiovisuel brésilien. Mythification sous la dictature militaire, en 1972, avec le film historique de Carlos Coimbra, Independencia ou morte, qui exalte le héros martial et l’amour de la patrie. Démythification avec le retour à la démocratie, à travers le film de Carla Camurati, Carlota Joaquina (1995), et la série télévisée O Quinto dos Infernos de Carlos Lombardi, qui proposent un nouveau discours, distancé et critique, sur l’Indépendance.

15Force est de le constater, la malléabilité bien comprise de la représentation du passé national illustre la reconstruction permanente d’une mémoire collective aussi changeante que les intérêts des élites au pouvoir. Cette démonstration s’effectue a contrario dans « Les oubliés de l´histoire », seconde partie du thème « Les stratégies de la mémoire ».

16En effet, l’historiographie comme les arts minorent, quand ils ne les ignorent pas, les apports aux processus indépendantistes de groupes sociaux et ethniques aujourd’hui encore marginalisés au sein des sociétés latino-américaines : les Afro-descendants et les Indiens. Ce sont bien les ambiguïtés des projets de construction nationale en Amérique latine que met ici en évidence, à la lumière du cas péruvien, le travail de Patricia Salinas Desmond, « Les combattants noirs dans la guerre d’Indépendance du Pérou : les floués de l’histoire ». Il montre comment, attirés par des promesses de liberté et d’accès à la citoyenneté, des milliers d’hommes libres et d’esclaves noirs s´enrôlent dans les troupes de José de San Martin, mais aussi dans quelle mesure, volens nolens, souvent sous la contrainte, ils servent dans l’armée royale. L´auteure observe ensuite pourquoi, après la victoire, les promesses ne sont pas tenues, ce qui pousse nombre d’Afro-péruviens à devenir bandits ou hommes de main, en attendant l’abolition de l’esclavage qui n’intervient que trente ans après l’Indépendance.

17Pour sa part, Thierry Nouaille, dans son article « L’indépendance du Chili : les conséquences sur le peuple mapuche (1810-2010) », montre que, de l’indépendance à nos jours, les Mapuches n’ont cessé de lutter pour la reconnaissance de la singularité de leur mode de vie et de leur culture. Analysant ce qui pourrait s´apparenter à un génocide masqué, Thierry Nouaille souligne que la République chilienne s’est engagée dans une lutte sans merci avec un peuple qui ne renonce pas, bien que spolié de sa terre.

18Face à un récit des indépendances encore lacunaire, face à une mémoire partielle et partiale, face aux oublis et aux vides historiographiques, la fiction entend prendre en charge une réflexion critique sur le sens et la portée réelle des processus d´émancipation politique, sur les contradictions qui président à la naissance des jeunes nations. La fiction tend ainsi à déconstruire les totems de l’histoire officielle et la représentation du passé national tel que les célèbrent les commémorations. La troisième partie de ce numéro, « Réécritures romanesques », avec sept communications, étudie les procédés littéraires à l’œuvre dans cette déconstruction des mythes indépendantistes.

19Margoth Carrillo Pimentel, dans l’article « Lecturas, distancias y aproximaciones a un pasado heroico », s´appuie sur un corpus d´auteurs vénézuéliens, en particulier Eduardo Blanco, Enrique Bernardo Núñez, Arturo Uslar Pietri, Francisco Herrera Luque, Manuel Trujillo, Otero Silva. Elle analyse comment la mythologie héroïque de l’indépendance est présente dans les romans dont la trame se situe à cette époque, mais aussi de quelle manière l’écriture romanesque entend proposer sa version de l´histoire. Celle-ci dévoile les ressorts cachés, souvent inavouables, des actions héroïques, et met en scène une humanité qui écorne et subvertit le sentiment patriotique. De même, l’étude de Venko Kanev, « La independencia en las mentalidades cubanas en la novela Caniquí (1936), de José Antonio Ramos », expose l’apport de ce roman historique, fresque sociologique et répertoire d’archétypes, à l’élaboration de la conscience nationale et à la représentation d´un peuple rassemblé autour de sa cubanité.

20Pour sa part, Cathy Fourez, dans « Los pasos de López, de Jorge Ibargüengoitia : quand la Littérature délivre le curé indépendandiste Miguel Hidalgo y Costilla des lectures patriotiques », analyse l’effacement hagiographique qu’opère Ibargüengoitia sur l’un des mythes fondateurs mexicains. Le romancier s’attaque à l’image d’Epinal du héros national, encensé et patriotiquement sanctifié : entre glissements sémantiques, allusions comiques et rectifications historiques, il dénonce la légende dorée, brise la statue ; il restitue un homme de chair et de sang, riche de ses ambiguïtés et de ses fêlures, à ce titre porteur d’humanité et d’espoir.

21Dans « La révolution est un rêve éternel : Andrés Rivera et son rendez-vous avec l’Histoire », Marta Inés Waldegaray étudie comment la littérature entend combler les vides de l’histoire en proposant une relecture du passé à même de trouver le sens de l’Histoire du côté des vaincus. Le texte imaginé par Rivera en 1987 s´appuie sur le récit écrit en 1812, durant son procès, par Juan José Castelli, tribun et idéologue jacobin de la « Revolución de Mayo ». Il propose une contre-histoire différente de la version officielle, une histoire qui se veut humanisée et en résonance avec l’histoire récente.

22Quant à Teresa Basile, son article « Incursiones “bárbaras” en el Bicentenario (sobre ¡Bernabé, Bernabé!, de Tomás de Mattos) » invite à une réflexion sur le bicentenaire en Uruguay en tant qu´espace de récupération de mémoires écartées ou absentes de l’imaginaire national, tout spécialement celles de l’africanité et de l’indianité. L’étude porte, dans la littérature uruguayenne des xixe et xxe siècles, sur la « mythologie de l’absence » : les indiens charrúas, victimes d’un génocide, et les Noirs sont relégués dans les « poubelles » de l´Histoire, selon une mécanique du mensonge et de l’occultation semblable à celle mise en œuvre durant la dictature militaire.

23Mirian Pino, dans son article « La cuestión de la nación, la nación en cuestión en Historia Universal del Uruguay (2007), de Eduardo Espina, y Entrevero (2008), de Susana Cella », observe ces mêmes mécanismes. S´appuyant sur deux textes, un essai historique uruguayen d´une part, un texte poétique argentin d´autre part, elle analyse la déconstruction des mythes officiels de l’identité nationale dans deux pays traversés par des mouvements migratoires ayant engendré xénophobie et exclusion. À une histoire officielle épique, rigide et compassée, qui se construit sur l’illusion de l’unité et de la similitude, ces textes de la modernité opposent non seulement une histoire fondée sur le multiple et la diversité, mais une histoire qui se prétend fidèle au réel, car pleine de violence et de fureur, plus chaleureuse et plus souriante.

24Ce numéro se clôt sur le travail d’Ana María Amar Sánchez, « Un gran porvenir en el pasado. Narrativa y bicentenario: la celebración imposible ». L’article met en évidence comment l´écriture littéraire contemporaine tisse des liens entre l’esthétique, l’éthique, la politique et l’histoire, à la lumière de textes aux frontières du roman et de l’essai : ceux de l’Uruguayen Mario Levrero et du Portoricain Eduardo Lalo. Ils éclairent crûment les projets politiques des xixe et xxe siècles en exposant la vacuité des idéaux de l’Indépendance, non seulement à Porto Rico, sous tutelle politique, mais en Uruguay, pourtant indépendant depuis près de deux siècles. De la mémoire fabriquée à la mémoire déconstruite, la littérature latino-américaine aboutit au constat, douloureux, d´une non-mémoire. Quelque deux cents ans plus tard, il n’y aurait finalement rien – ou presque – à célébrer et à commémorer.

25Cette déconstruction, voire démolition, des histoires nationales et cette mise en cause des patriotismes dans l’expression artistique (roman, cinéma, théâtre, arts plastiques) est dans l’air du temps. Cette mise en question de l’histoire et du discours historiographique est la conséquence logique de la contestation des idéologies. Elle met en cause à la fois les voies et les méthodes de la connaissance du passé, la frontière entre la fiction et l’histoire et la crédibilité d’un récit historique officiel au service d’une politique. La critique du discours et des formes de représentation est actuellement centrale dans les études historiques et les nouvelles lectures de l’histoire. Nous assistons ainsi à un réinvestissement politique de l’histoire, qui ne peut plus être uniquement celle des vainqueurs et des États-nations, mais doit être tout autant celle des vaincus, celle des êtres humains et de leur vie quotidienne. En témoignent les conflits de mémoire qui agitent un espace public mondialisé et les succès des éditions et des publications historiques. Pour tout le monde, aujourd’hui, le juste rapport au passé semble décisif pour comprendre le présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Salinas et Emmanuelle Sinardet Seewald, « Introduction », América, 42 | 2012, 7-12.

Référence électronique

Patricia Salinas et Emmanuelle Sinardet Seewald, « Introduction », América [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://america.revues.org/1028 ; DOI : 10.4000/america.1028

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org