Navigation – Plan du site
I. La fabrique des héros (suite)

Historia de San Martín de Bartolomé Mitre

Françoise Prioul
p. 15-26

Résumés

La communication porte sur la biographie de San Martín écrite par Bartolomé Mitre à la fin du XIXe siècle. Elle part de l'analyse de l'écriture de Mitre, en particulier de la construction de la figure de San Martín et, en creux de celle de Bolívar afin de dégager la symbolique et la mythification du personnage de San Martín dans l'idéologie de Mitre, ainsi que la dimension spécifique de ce héros de l'Indépendance alors que se clôt, grâce notamment à la victoire de Pavón (remportée par les troupes de Mitre en 1861), la longue série de guerres civiles sur laquelle avait débouché le rêve d'unité qui avait sous-tendu les processus d'Indépendance. Nous lisons donc ce texte en regard de la nouvelle ère politique de réconciliation et de construction identitaire nationale ouverte par Mitre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les références indiquées dans cet article renvoient à l’édition Mitre, Bartolomé, 1950, Historia de (...)

1Historia de San Martín de Bartolomé Mitre1, militaire, homme politique et historien argentin né en 1821 et mort en 1906, jette un éclairage privilégié sur deux périodes clés de l’histoire de l’Argentine : l’Indépendance et la construction nationale. En effet, cette dernière période met fin à une série de troubles qui ont entaché la grandeur du legs du Libertador et enlisé la construction d’une nation libre, unie et républicaine dans des guerres civiles, des luttes intestines entre « unitarios » et « federales » qui cristallisent l’opposition entre la campagne et l’élite commerciale et intellectuelle de Buenos Aires et des grandes villes, soulèvement et prise de pouvoir de caudillos (Rosas entre autres), statut des gauchos, razzias indiennes, etc. Le gouvernement de Bartolomé Mitre marque en ce sens sinon une totale rupture dans cette histoire tourmentée, du moins un tournant, puisqu’il correspond à la mise en place de « l’organisation nationale ». Car, exilé sous le régime de Rosas, Mitre prit la tête de la rébellion de Buenos Aires contre le système fédéral imposé par la Constitution de 1853 et défendu par Urquiza. C’est d’abord militairement qu’il fait triompher la cause « unitaire » (grâce à la victoire de Pavón le 17 septembre 1861). Mais c’est surtout en tant que président de la République de 1862 à 1868 qu’il met en place un grand système d’unification des impôts, une Cour de justice de l’État, qu’il rédige le code civil, établit un code de commerce national, et développe le système scolaire. Il parachève cette grande entreprise par l’écriture journalistique en fondant le journal La Nación, et par l’écriture de l’Histoire à travers de nombreux textes qui sont le fruit de l’analyse minutieuse de sources de première ou de seconde main.

2Publiés respectivement en 1887, 1888 et 1890, les trois volumes de notre ouvrage suivent la publication en 1857 de la première édition de la Historia de Belgrano. Dès lors, le double rôle de l’auteur – acteur et écrivain de l’Histoire – invite à examiner le portrait et le rôle attribué à San Martín dans le texte, à la lumière de l’action politique de Mitre et des grands traits de cette période essentielle pour la naissance de l’Argentine moderne.

3Le titre de l’ouvrage de Mitre est annonciateur de la nature et de l’ampleur du projet. Si le Libérateur des Andes en est l’objet, le propos est d’insérer le héros dans un espace-temps concret : l’actuel Cône Sud, le Pérou et la Bolivie, en proie aux soubresauts des « révolutions » d’indépendance, ainsi que la Vieille Europe (théâtre d’une partie de la vie de San Martín : né à Yapeyú en 1778, il suivit sa famille en Espagne en 1783 pour ne rentrer à Buenos Aires qu’en 1812, après un séjour de quelques mois en Angleterre, et s’exila en France où il mourut, à Boulogne-sur-Mer, en 1850). Une partie de la démarche de Mitre relève à première vue de l’histoire événementielle et consigne chronologiquement les grandes étapes de la vie et de l’action de San Martín : formation, arrivée à Buenos Aires, Armée du Nord, gouvernement de Cuyo, organisation de l’Armée des Andes, victoire de Chacabuco, libération du Chili, victoire de Maipú, etc. Puis une analepse établit l’action de Bolívar jusqu’en 1822, préparant ainsi le récit et l’analyse de l’entrevue de Guayaquil qui se solde par la démission et le départ en exil de San Martín. D’autre part, si le titre même du texte laisse apparaître le personnage comme emblématique de cet espace-temps et corrobore a priori l’image et la dimension nationales de San Martín, protagoniste de l’émancipation du Cône Sud, Libérateur des Andes, ce concept d’Histoire insère le héros devenu mythique dans un enchevêtrement de faits qui constituent l’en deçà de ce mythe. C’est à cette archéologie du mythe que se livre Mitre en contextualisant l’action de San Martín dans l’ensemble du processus d’accession à l’indépendance, en étudiant la perpétuelle confrontation entre la conscience intime et l’image visible, en questionnant le triangle psychologie-Histoire-mythe (ce premier terme frappe d’ailleurs par sa récurrence). Loin de se limiter à une hagiographie, le récit saisit donc le rôle de San Martín en une phase du processus d’indépendance et celui-ci est lui-même intégré à un processus plus large : le passage, l’évolution « naturelle », logique et biologique de l’oppression coloniale à l’affirmation d’une identité collective qui s’actualise dans ce droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. En ce sens, Mitre s’inscrit dans la filiation des idées des Lumières qui ont inspiré les ténors de ces « révolutions d’indépendance » ; ce vocable « révolution », omniprésent lui aussi, signe l’appartenance de son auteur à cet esprit en soulignant l’étroitesse du lien entre questions politiques et problèmes sociaux.

4Ces préambules mettent en lumière les deux hypothèses qui sous-tendent le texte de Mitre : San Martín n’est pas entré en révolution animé par un idéal qu’il eût voulu actualiser sur le terrain américain, et si l’existence des grandes figures historiques était contingente, les guerres d’indépendance étaient nécessaires et inéluctables :

Son sin duda las revoluciones las que engendran a los hombres cuando son el resultado de una evolución que tiene su origen en causas complejas; pero son los hombres los que las impulsan y las caracterizan […] Se concibe fácilmente, de acuerdo a este criterio, que la insurrección sudamericana se produjera como hecho espontáneo, resultado de antecedentes históricos y efecto inmediato de las circunstancias, si San Martín y Bolívar no hubieran existido… (881)

5Cette conception donne sa structure au texte : la plupart des chapitres dessinent un panorama topologique, partant d’une description du milieu naturel nécessaire sans doute à l’intelligence du récit des opérations belliqueuses ; puis un rappel chronologique et historique précède et prépare l’entrée en scène référentielle et textuelle du Libertador dont l’action donne lieu à une synthèse de l’historien Mitre. Celui-ci tente d’y percer les secrets et les mystères des acteurs et des actes et de rétablir la vérité en mettant en regard les sources, les faits connus et les interprétations.

6Pour autant, le texte n’élude pas la dimension de monument à la gloire du héros et rien ne manque à cette édification : hyperboles, adjectifs laudatifs, mises en scène avec recours au style direct pour capter l’attention du lecteur et susciter son émotion, « souffle » épique (rythmes ternaires, usage récurrent de périodes), etc. Quelques procédés dominent cette construction. Ainsi, les multiples qualités qui cristallisent en la figure de San Martín (stratège hors pair, esprit brillant et cultivé mettant toutes ses lumières au service de la cause américaine, parangon de probité, d’humanité et d’abnégation) sont sans cesse soulignées par une adjectivation qu’étaie le récit de hauts faits et d’anecdotes destinées à authentifier le discours : ainsi, le lecteur apprend qu’envoyé à Mendoza, le Général se contente de la moitié de ses émoluments et laisse son épouse à Buenos Aires afin de diminuer les frais de l’État ; il entraîne d’ailleurs la population de Cuyo dans ce dévouement qui donne vie et force à l’Armée des Andes. D’autre part, la prosodie et l’hyperbole convoquent les faits à la construction de l’Éloge du héros comme lors du récit des batailles de Chacabuco, de Maipú ainsi que du passage des Andes, entre autres. Deux autres procédés généralement omniprésents dans l’épopée travaillent également le texte de Mitre : les qualités morales attribuées à l’ennemi afin de valoriser davantage le héros et son armée, comme au combat de San Lorenzo où San Martín manque de succomber à la bravoure d’un soldat espagnol, favorisant ainsi la prouesse d’un patriote qui « con fuerza hercúlea y con serenidad, desembaraza a su jefe –San Martín– del caballo muerto… […] y recibe en aquel acto dos heridas mortales gritando con entereza : “¡muero contento!, hemos batido al enemigo”… » (94).

7Le fréquent recours aux anticipations et aux prolepses – couramment matérialisées par l’usage de l’imparfait ou du conditionnel – inscrit aussi les exploits militaires et diplomatiques du Général et des patriotes dans une dimension diachronique, aux confins de l’historicité et du mythe ; parmi les innombrables exemples, retenons :

Tal fue el origen del famoso regimiento de granaderos a caballo que concurrió a las grandes batallas de la independencia, dio a la América diecinueve generales, más de doscientos jefes y oficiales en el transcurso de la revolución, y que después de derramar su sangre y sembrar sus huesos desde el Plata hasta el Pinchincha, regresó en esqueleto a sus hogares trayendo su viejo estandarte bajo el mando de uno de sus últimos soldados ascendido a coronel en el espacio de trece años de campaña. (75)

ou : « este grito vibrante […] debía resonar por largos años… » (119), etc.

8L’extraordinaire concentration de qualités dont fait preuve le Libertador justifie son inscription, avec Bolívar, au rang des hommes de nature supérieure, « los únicos hijos del Nuevo Mundo que después de Washington, hayan entrado a figurar en el catálogo de los héroes universales… » (879) ; ses hauts faits ne peuvent être comparés qu’aux exploits d’Alexandre le Grand, au passage des Alpes par Hannibal et par Napoléon, ou au franchissement ultérieur des Andes septentrionales par Bolívar :

[El paso de los Andes] fue la renovación de la campaña de Aníbal con las mismas proyecciones continentales, al través de las montañas de tres naciones, surcando además mares, como Alejandro… (293)

9Car si, selon Mitre, ces grands hommes ont en commun la transcendance de leurs prouesses militaires, San Martín et Bolívar subliment celle-ci par la noblesse de la cause entièrement consacrée au destin national et dépouillée de toute scorie personnelle ambitieuse ou intéressée :

[…] es más trascendental en el orden de los destinos humanos porque tenía por objeto y por móvil la independencia y la libertad de un mundo republicano […] Por eso, el único paso de montaña comparable […] es el de Bolívar dos años después (año de 1819)… (ibid.)

10On comprend dès lors le champ lexical des lauriers, des couronnes, des médailles, des sceptres et autres attributs du commandement militaire et politique qui émaille le texte.

  • 2 Outre certains passages comme l’énoncé des vertus de San Martín et de Bolívar (878-881).
  • 3 « La corona cívica del vencedor de Chacabuco, brindada por la gratitud del pueblo chileno redimido (...)
  • 4 « El general Morillo […] pronunciaba palabras melancólicas que hacían presentir la derrota final »  (...)

11Toutefois, ce panégyrique est souvent l’objet d’une mise en abyme et non d’un « hymne direct2 » : accueil des populations, citation de poèmes et de textes à la gloire du héros3, propos de l’ennemi – rapportés au style direct – qui témoignent de l’effroi et de la tristesse infligés par San Martín, telle la réaction du général Morillo à la fin du récit de la bataille de Maipú4, etc.

12Si le texte de Mitre apparaît comme un maillon dans cette chaîne laudative, celle-ci se situe au second degré car elle est constamment nuancée par un souci méthodologique de quête de vérité : appel aux témoignages, vérification des sources. Par ailleurs, la figure de San Martín est saisie avec ses faiblesses et ses erreurs, et son portrait moral et intellectuel apparaît comme la résultante de caractéristiques physiques, conformément à certaines idées en vogue dans l’Europe de la seconde moitié du xixe siècle. Ainsi, San Martín est décrit comme : « robusto y bien distribuido en sus miembros, ligados por una poderosa musculatura. Llevaba siempre erguida la cabeza » (56).

13Ce qui permet au lecteur d’induire une certaine force mise au service de l’armée, mais aussi un sens exacerbé de l’honneur intégralement voué à la cause « Patriote ». Par la suite, l’auteur met en parallèle l’équilibre de ses traits, sa dimension crânienne et son équilibre moral :

El desarrollo uniforme del contorno craneano, la elevación rígida del frontal […] la serenidad enigmática de la frente, la ausencia de proyecciones hacia el idealismo si no caracterizaban la cabeza de un pensador, indicaban que allí se encerraba una mente robusta y sana, capaz de concebir ideas, incubarlas pacientemente y presidir sus evoluciones hasta darles formas tangibles. (57)

  • 5 Nous renvoyons aux travaux du docteur Louis Corman (1932, Visages et caractères. Études de physiogn (...)

14Si ces considérations morpho-typologiques plutôt novatrices rappellent les théories qui ont pu inspirer certaines descriptions littéraires (romans de Balzac), elles ont aussi joué un rôle non négligeable dans la rénovation scientifique des méthodes de la police criminelle ou même dans certaines écoles médicales des premières décennies du xxe siècle5.

15Ces qualités morales, qui font l’objet d’un long exposé, ne mettent pas cependant le personnage de San Martín à l’abri des rivalités et des inimitiés – au sein de la loge de Lautaro notamment –, lesquelles développent en lui méfiance et froideur :

Era San Martín de un carácter huraño y desconfiado, y sabedor de los malos juicios que de él hacían lo políticos de influjo, estaba predispuesto a considerar su persona como un obstáculo a la realización de sus planes. (237)

  • 6 Voir p. 204 sq.
  • 7 Rappelons qu’il fait état d’un glorieux passé militaire en Espagne.

16L’auteur répercute aussi à plusieurs reprises l’impatience éveillée chez San Martín par l’indifférence du gouvernement de Buenos Aires face au plan qu’il trace pour la conquête et la libération du Chili6, ce que confirment d’ailleurs les lettres envoyées par San Martín à O’Higgins ou à son fidèle ami Tomás Guido. La cause attribuée de manière récurrente à ce manque d’écho est d’ailleurs très éclairante, car si le gouvernement de Buenos Aires et la Logia de Lautaro semblent sous-estimer l’importance de la conquête du Chili dans l’obtention définitive de l’indépendance et concentrent leurs efforts sur Montevideo, l’ampleur morale et stratégique de l’échec diplomatique et politique de San Martín tient selon Mitre à son obsession de se faire reconnaître au rang des patriotes, lui qui doit faire la preuve de son appartenance idéologique et se laver de tout soupçon de traîtrise au service de la cause espagnole7. En ce sens, Mitre tente de débusquer l’aspect personnel et psychologique de l’action collective du Libertador, comme lorsqu’il établit un bilan de son rôle au sein de l’Armée du Nord et à Cuyo :

Hasta entonces no obstante la relativa importancia que le habían dado los últimos sucesos, propiciándole la buena voluntad del nuevo gobierno, representaba un papel muy secundario en la política y en la guerra argentina […] Su prestigio en Cuyo era puramente local. Como soldado de la segunda hora, que no había asistido a las primeras campañas de la revolución, sus compañeros de armas a excepción de Belgrano, afectaban mirarle en menos y aun llegaron a poner en duda su fidelidad a la causa americana. (217-218)

  • 8 Voir en particulier la lettre d’un « Cordobés » : « … él es ambicioso. Cruel, ladrón y poco seguro (...)
  • 9 Ainsi qu’il l’écrit à Tomás Guido en 1816 : « Cuando la expedición a Chile se emprenda, ya será tar (...)

17Cet écueil transparaît à plusieurs reprises à travers les attitudes et les jugements proférés à son endroit par certains contemporains8. D’où les nombreuses pages consacrées à la solitude du grand stratège condamné à restreindre le triomphe de la cause patriote à un espace mental et, faute de moyens matériels, à transformer ses requêtes logistiques en plaintes contre un destin funeste9.

  • 10 Nous renvoyons aux dissensions provoquées par Carrera et à son opposition à O’Higgins, lesquelles i (...)

18Enfin, certaines anecdotes peuvent faire l’objet d’une lecture ambiguë, manifestant à la fois le sens de la répartie et la fragilité de l’autorité du Libertador10 ; par ailleurs, Mitre charge parfois son héros de quelques « erreurs » :

San Martín cometió tres errores después de Chacabuco: dos de mero detalle, pero uno trascendental, que tuvo una influencia funesta para la ulterioridad de sus operaciones […] Fue no asegurar los frutos de la victoria, iniciando con actividad la campaña del sur de Chile antes que el enemigo tuviese tiempo de reaccionar. (308)

19Car c’était là commettre l’erreur que les Espagnols payèrent par les défaites de San Lorenzo et de Chacabuco. L’auteur souligne également les faiblesses du plan de libération du Pérou, élaboré par San Martín après l’entrevue de Guayaquil et son retrait de la vie publique, tout en en reconnaissant la rationalité et la logique : « El plan de San Martín si no muy seguro y tal vez ilusorio en algunas de sus partes, era racional y prometía ventajas » (903).

  • 11 « Es probable que si el propio San Martín lo hubiese combinado sobre el terreno, lo habría modifica (...)

20Mal exécuté, il faillit toutefois devenir contre-productif11. Enfin, l’excès d’humilité du Général des Andes face à l’agressivité et à la démonstrativité de Bolívar à Guayaquil apparaissent comme une cause probable de son retrait amer et d’une solitude future inversement proportionnelle à son génie et à la dimension de ses exploits :

[…] Bolívar «le ganó de mano» como lo declaró después. Los miembros de la disuelta junta de Guayaquil se refugiaron a bordo de la escuadra peruana, a pesar de las instancias del Libertador, poniéndose como vencidos bajo la protección del vencido. (886)

21L’action du Libertador est en outre parfois entravée et sa dimension historique nuancée par une pathologie chronique souvent évoquée (hémorragies stomacales, etc.) qui l’oblige à demander un séjour de repos à Mendoza. Dès lors, l’expédition au Chili et le fameux passage des Andes apparaissent comme la sublimation de cette faiblesse – ce qui ne fait que renforcer les mérites du gouverneur de Cuyo. Ces considérations médicales émaillent par ailleurs le récit de la plupart des batailles de San Martín et resurgissent lors de l’analyse de l’abdication du Général.

22En fait, cette « Histoire » du Libertador manifeste un dessein scientifique novateur et laisse apparaître en filigrane un discours sur l’historiographie et sur le rôle de l’historien dont il nous appartient de mesurer ici la portée. Un double processus sous-tend en effet l’écriture du texte : les faits sont constamment mis en relation avec leurs causes qui sont elles-mêmes classées en deux séries : les causes profondes et les déclencheurs ; de même, la portée des faits consignés prend constamment en compte les témoignages écrit et oraux des contemporains et assoit un discours critique sur les interprétations contemporaines et postérieures auxquelles ces faits ont donné lieu. Les exemples sont multiples : « Un historiador universal (Gervinus) que extraviado por malos e incompletos documentos ha desconocido el carácter moral de San Martín » (214), « Un historiador colombiano […] ha dicho » (895).

  • 12 Comme lors de l’analyse de l’abdication de San Martín (908), mais les exemples parsèment constammen (...)

23Ceci donc amène notre auteur à insister sur l’importance de la vérification de la qualité et de la fiabilité des sources, et à formuler des conclusions telles que « Tal es el significado histórico y el sentido político12 ».

  • 13 « Llegamos al momento verdaderamente psicológico de la vida de San Martín » (463), « El momento psi (...)

24Une autre constante de la démarche consiste à mettre en regard le secret des consciences, les pensées et déterminations intimes des acteurs de l’Histoire d’une part, et d’autre part les événements qui les ont précédées ou les ont suivies. Le champ lexical de la psychologie13 déjà évoqué en témoigne, mais aussi celui du secret – individuel et collectif –, décliné dans ses différentes modalités pour en mesurer le poids dans les révolutions d’indépendance. Ainsi, la considération du plan de San Martín, dont l’échec eût pu changer le cours de l’Histoire, à l’aune de la réalité laisse apparaître une sorte de solution de continuité entre espace intérieur (« psychologique ») et espace-temps historique ; en outre, sans doute Mitre développe-t-il en filigrane une théorie sur la nécessité du secret dans l’efficacité des décisions. On reconnaît peut-être ici un intellectuel et homme politique de son temps, initié aux sociétés secrètes, entré en Maçonnerie et rendant hommage à la contribution de cette instance au « grand œuvre émancipateur ». Effectivement, ce discours transparaît parfois en clair :

Las sociedades secretas con tendencias políticas se comprenden y tienen su razón de ser en un pueblo esclavizado. Son el único medio con que cuentan los oprimidos para reunirse, organizarse y propagar sus ideas y trabajar con seguridad. (96)

25Cependant, cette modalité ne saurait excéder les limites d’une contingence historique, car elle est définie par Mitre comme « antinaturelle », parce que le juste fondement des idées tend pour ainsi dire « biologiquement » à leur diffusion :

En momentos determinados pueden ejercer una influencia eficaz […] pero es a condición de dilatarse en las vibraciones del aire y de la luz que penetra todos los cuerpos, vivificando las fuerzas y las ideas. (97)

  • 14 Mitre historien tente en effet de rendre rationnellement justice à cette institution « Juzgando imp (...)

26En outre, si Mitre souligne l’appartenance temporaire de San Martín à la Logia de Lautaro, il ne mentionne jamais explicitement son adhésion à une obédience maçonnique. Il semble ainsi reprendre la thèse qu’il développait dans son Discurso masónico de 1867 – et partagée par Sarmiento entre autres – et qui fondait la différence entre la Logia de Lautaro et la franc-maçonnerie sur le fait que la première avait pour seul but l’indépendance de l’Amérique du Sud tandis que la société maçonnique argentine (d’ailleurs fondée ultérieurement, en 1857) poursuivait un objectif plus global : la liberté, l’égalité et la fraternité. Notre auteur développe en outre un discours très critique sur cette Loge de Lautaro qui a selon lui dégénéré en une instance au service du secret de l’ambition personnelle d’un Alvear et non d’un secret sublimé en une Cause nationale, ce qui l’a conduite à la déréliction – tel un organisme biologique corrompu – et l’a exposée à la férule du jugement historique14. Enfin, si certains secrets frisent le mystère, il appartient à l’Histoiren, là encore, de les percer en les confrontant aux événements : car c’est de cette confrontation éclairée par le recul diachronique indispensable à l’exercice du raisonnement que faits et causes se laissent appréhender à leur juste mesure et dévoilent l’ampleur relative de leurs conséquences. Les introductions au récit des grandes batailles de San Martín ainsi que les bilans tirés par l’auteur n’ont ainsi d’autre objet que celui de sérier, de distinguer la prouesse militaire et humaine de son importance politique ou symbolique et, partant, de dégager sa valeur historique.

27L’analyse des idées politiques du Général constitue encore une autre modalité de cette tâche herméneutique :

Poseído de una pasión y encerrado en un círculo sin más horizontes que sus designios militares, no alcanzaba que el pueblo era orgánicamente republicano, que no podía ser otra cosa, y juzgaba la situación con el criterio de lo que había visto en Europa bajo las formas tradicionales consagradas y como lo veían casi todos los hombres ilustrados de su tiempo. (96)

28Le recul permet ainsi de saisir certains éléments obscurs pour les acteurs directs de l’Histoire, en l’occurrence certains aspects de la sensibilité collective de l’espace-temps concerné, ce qui selon Mitre peut expliquer que, bien que fondamentalement républicain, San Martín eût pu s’accommoder d’une royauté pour éviter l’anarchie ; enfin, outre qu’il permet de cerner les erreurs, il jette la lumière sur des événements essentiels comme l’entrevue de Guayaquil, restée mystérieuse – car à huis clos, ce qui limite preuves et documents relatifs à l’événement – pour bon nombre de contemporains et de générations postérieures, mais dont l’examen minutieux suffit à révéler selon Mitre le contenu, par la mise en regard des événements qui l’ont précédée, des attitudes publiques des deux protagonistes – reflet de leur psychologie – et des décisions consécutives à cette rencontre :

Al fin, una parte del velo se descorre y vese, combinando las palabras escritas o habladas con los hechos contemporáneos, y los antecedentes con sus consecuencias, que el misterio consistía únicamente en el fracaso de la entrevista misma, y que lo que en ella se trató, como lo sucedido o dicho, es lo que estaba ya anunciado […] lo que necesariamente tenía que ser, y que se sabe todavía más que los mismos protagonistas porque se ha podido penetrar hasta el fondo de sus almas y leer en ellas lo que no estaba escrito en ningún papel. (881)

  • 15 « San Martín tuvo la gran inspiración del momento […] – Bien general […] Yo combatiré bajo sus órde (...)

29L’analyse comparée du passé politico-militaire des deux Libertadores et de leur caractère respectif rend manifeste l’issue de la confrontation entre San Martín, défini comme « un genio concreto con más cálculo que inspiración », et Bolívar, « genio desequilibrado con más instinto y más imaginación » (880). Signé par l’arrivée fastueuse et militairement renforcée d’un Bolívar brillant en société aussi bien qu’en politique, cet épisode crucial ne pouvait que déboucher sur l’annexion de Guayaquil à la Colombie, le triomphe de la « monocratie américaine avec mandat présidentiel à vie » défendu par Bolívar, et sur le refus de celui-ci de voir San Martín parachever la libération du Pérou sous ses ordres15, inhibé en quelque sorte par cette forme d’abnégation si étrangère à la personnalité du Vénézuelien. Les conséquences sont dès lors inéluctables, San Martín les consigne d’ailleurs dans la lettre qu’il fait écrire à O’Higgins : « ¡El Libertador no es el hombre que pensábamos! » Et Mitre de conclure : « Palabras de vencido y desengañado que compendiaban los resultados de la entrevista » (888).

  • 16 Nous renvoyons le lecteur au chapitre XVI, consacré à cet épisode.

30Entre les consciences et les faits s’établit donc une relation dialectique que l’auteur met en évidence, établissant un lien novateur entre différentes disciplines comme la psychologie et l’Histoire : ainsi la guerre de sape menée par San Martín au Chili et décrite avec admiration par l’auteur pour son ingéniosité et son efficacité est reliée avec plus ou moins d’étroitesse à l’image obsédante de traîtrise tantôt soulignée. D’autre part, Mitre semble ancrer psychologiquement ce rapport de l’étranger et de l’autochtone pour mieux en montrer l’importance dans la stratégie du Libertador, et en particulier dans le succès du passage des Andes et de la conquête du Chili, laquelle va déboucher sur l’alliance argentino-chilienne de 1817 couronnée par la grande victoire de Chacabuco16. On mesure enfin l’importance de cette problématique dans l’Argentine de Mitre travaillée par la dichotomie civilisation/barbarie (matérialisée par les « malones » – razzias d’Indiens qui donneront lieu à la Campagne du désert lancée par Roca en 1879) et le souhait de la venue de héros civilisateurs – européens de préférence – afin de développer le progrès. Mitre refuse-t-il cette opposition ou la sublime-t-il par une apologie de la coopération de l’étranger et de l’autochtone dans la construction d’une identité et d’une véritable culture nationale, par essence multidimensionnelle et polysémique ?

31En fait, cette complémentarité scientifique et moderne est fondée sur un postulat : l’existence d’invariants idiosyncrasiques humains qui, à leur tour, établissent des dynamiques collectives et individuelles inéluctables d’adaptation aux milieux :

La Historia se modela sobre la vida, y como las acciones humanas son fuerzas vivas incorporadas a las cosas, sus elementos se desrrollan bajo la influencia de su medio, y como el bronce en fusión o la arcilla, toman las formas que su molde les imprime. (29)

32Le parallèle récurrent entre organismes biologiques et « organismes » historiques, tout comme l’idée de la liberté et du droit des hommes à disposer d’eux-mêmes, dote évidemment cette pensée de la caution des Lumières : « La aspiración natural de los esclavos es la libertad, y la de las razas oprimidas que se sienten con fuerzas propias, reasumir su personalidad ante la familia humana » (38).

  • 17 Ou même certaines critiques sur le roman historique – on reverra celles d’un Lukacs par exemple.

33Il n’en reste pas moins que la vision des périodes décisives de l’Histoire comme collusion entre dynamique inéluctable d’un destin collectif et dynamique individuelle annonce certaines théories défendues par l’historiographie moderne17 :

La unidad de esta acción compacta, persistente, intensa, sin desperdicio de fuerzas, se dibuja netamente en las lineas generales de la vida de San Martín, el libertador del sur, dando a su figura histórica proporciones continentales […] Es una fuerza histórica que como las fuerzas de la naturaleza, obra por sí, obedeciendo a un impulso fatal. (15)

34Dès lors, si la Historia de San Martín constitue un monument à la gloire du Libérateur de l’Argentine et du Chili, ce qui a sans doute contribué à considérer son auteur comme le père de l’histoire officielle, le texte de Mitre invite à dépasser cette lecture de surface. Les enseignements du Modèle (le lien entre politique et militaire dont il attribue d’ailleurs la théorie à Belgrano – San Martín en ayant seulement recueilli le fruit –, l’importance de la stratégie, de la rationalité et de l’éducation dans la construction nationale, etc.) sont en effet interprétés et dégagés à la lumière d’une théorie novatrice des grands mouvements historiques. Cette relation dialectique entre l’action historique et son analyse éclaire sans doute la cohérence de l’œuvre de Mitre, protagoniste de la victoire de Pavón, réformateur du Droit et de l’Éducation ainsi que sa contribution à la construction de l’Argentine contemporaine.

Haut de page

Notes

1 Les références indiquées dans cet article renvoient à l’édition Mitre, Bartolomé, 1950, Historia de San Martín, Buenos Aires, Edición Homenaje de Anaconda.

2 Outre certains passages comme l’énoncé des vertus de San Martín et de Bolívar (878-881).

3 « La corona cívica del vencedor de Chacabuco, brindada por la gratitud del pueblo chileno redimido fue tejida por el entusiasmo del pueblo argentino. Los poetas de la época le dedicaron sus cantos… » (305). L’auteur cite d’ailleurs in extenso un hymne composé par Esteban Luca à la gloire du vainqueur de Chacabuco.

4 « El general Morillo […] pronunciaba palabras melancólicas que hacían presentir la derrota final » (389). L’auteur conclut ensuite : « Jamás una concepción militar tuvo tan decisiva influencia moral en los acontecimientos, hiriendo de pavor al adversario… » (ibid.).

5 Nous renvoyons aux travaux du docteur Louis Corman (1932, Visages et caractères. Études de physiognomonie, avec la collaboration de Gervais Rousseau, Paris, Plon ; 1994, Caractériologie et morphopsychologie, Paris, PUF, entre autres).

6 Voir p. 204 sq.

7 Rappelons qu’il fait état d’un glorieux passé militaire en Espagne.

8 Voir en particulier la lettre d’un « Cordobés » : « … él es ambicioso. Cruel, ladrón y poco seguro en la causa, pues hay fundadas sospechas de que haya sido enviado por los españoles » (218).

9 Ainsi qu’il l’écrit à Tomás Guido en 1816 : « Cuando la expedición a Chile se emprenda, ya será tarde […] ¡Maldita sea mi estrella que no hace sino promover desconfianza! Por eso jamás he abierto parecer sobre ella. » (243 sq.).

10 Nous renvoyons aux dissensions provoquées par Carrera et à son opposition à O’Higgins, lesquelles invalident partiellement l’efficacité du pouvoir de San Martín : « El gobernador quedaba así humillado y burlado […] la hospitalidad perdía mucho de su mérito por un celo tan intempestivo contra la desgracia, que sólo el propósito de contener pretensiones avanzadas podía explicar y justificar » (204). Ce qui entraîne la réponse du Libertador : « … le previno por última vez que en el territorio de Cuyo no existía ni podía existir más autoridad que la que él representaba » (205).

11 « Es probable que si el propio San Martín lo hubiese combinado sobre el terreno, lo habría modificado […] Asimismo, tan mal ejecutado… » (903).

12 Comme lors de l’analyse de l’abdication de San Martín (908), mais les exemples parsèment constamment le texte.

13 « Llegamos al momento verdaderamente psicológico de la vida de San Martín » (463), « El momento psicológico de la conferencia había llegado » (982), etc.

14 Mitre historien tente en effet de rendre rationnellement justice à cette institution « Juzgando imparcialmente la Logia de Lautaro, puede decirse que –condenable en tesis general aun como institución revolucionaria en un peublo democrático– produjo en su origen bastantes bienes y algunos males, que inclinan la balanza en su favor » (81). Il y ajoute la nécessité historique de tenir compte des personnalités de ses acteurs : « La ambición egoísta de Alvear, pretendiendo hacer servir la institución a su engrandecimiento personal, y San Martín estoicamente fiel a su propia regla disciplinaria quedará como una doble lección a que la historia pondrá su severo comentario » (ibid.).

15 « San Martín tuvo la gran inspiración del momento […] – Bien general […] Yo combatiré bajo sus órdenes. Puede venir con seguridad al Perú, contando con mi cooperación » (892).

16 Nous renvoyons le lecteur au chapitre XVI, consacré à cet épisode.

17 Ou même certaines critiques sur le roman historique – on reverra celles d’un Lukacs par exemple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Prioul, « Historia de San Martín de Bartolomé Mitre », América, 42 | 2012, 15-26.

Référence électronique

Françoise Prioul, « Historia de San Martín de Bartolomé Mitre », América [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://america.revues.org/1031 ; DOI : 10.4000/america.1031

Haut de page

Auteur

Françoise Prioul

Université de Poitiers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org