Navigation – Plan du site
II. Les stratégies de la mémoire
Mythification et démythification

Hispanité et discours anti-indépendantiste dans l’avant-garde nicaraguayenne

Hispanidad y discurso anti-independentista en la Vanguardia nicaragüense
Daniel Vives Simorra
p. 85-93

Résumés

L'axe central de l'intervention porte sur le militantisme littéraire et politique de l'Avant-Garde nicaraguayenne (Vanguardia nicaragüense) dans les années de l'entre-deux guerres en faveur d'un retour aux idéaux impériaux de l'Espagne coloniale. C'est durant cette période que l'activisme de cette avant-garde engage une polémique sans merci contre un libéralisme centre-américain qui serait l'héritier d'une indépendance politique faussée (la domination espagnole est remplacée par l'impérialisme américain) et culturellement biaisée (Nicaragua en tant qu'espace culturel isolé et arriéré).
Pour sortir du « bourbier » dans lequel, selon eux, s'enfonce le pays depuis la rupture avec l'Espagne, les écrivains de la Vanguardia se tournent vers les positions et les propositions des divers mouvements de l'extrême droite européenne (Action Française, idéal impérial de Mussolini, Phalange espagnole, « Croisade » du général Franco...).
Mouvement authentiquement rénovateur dans la sphère esthétique, les avant-gardistes tentent d'infléchir les destinées du Nicaragua grâce à la création d'un mouvement politico-littéraire de signe opposé : le mouvement « Réaction ». Contradictoires également, apparaissent leur appui à la lutte de Sandino pour l'indépendance nicaraguayenne contre l'invasion américaine, puis, peu après, leur décision de rejoindre les rangs de la dictature d'Anastasio Somoza
L'étude, dans une seconde partie, aborde la façon dont l'avant-garde, malgré sa rupture avec la dictature de Somoza, conserve jusqu'à la fin des années 60 l'essentiel des lignes idéologiques prônant la nécessité d'un « leadership » conservateur d'origine hispanique. Dans leur littérature, ils ne cessent de revenir sur l'excellence culturelle de la colonisation, malgré les aléas de la violence de l'histoire. Ils se font, en particulier, les défenseurs du rôle de l'Espagne impériale dans la formation de ce qu'ils appellent « le métissage culturel » du Nicaragua. Cette « révision » de l'histoire et de la culture centre-américaines explique le débat acerbe qui, à partir de 1960, s'engage entre eux et des intellectuels engagés dans la guérilla sandiniste (Sergio Ramirez, Wheelock Román).
L'examen de la question se termine par un bref examen d'un curieux prologue rédigé par José Coronel Urtecho pour le recueil poétique d'Ernesto Cardenal, El Estrecho dudoso (1965). Ce texte marque les premiers signes de l'effondrement de l'idéologie anti-indépendantiste du métissage culturel indo-hispanique. C'est dans ce texte que Coronel Urtecho commence une déconstruction de l'ordre colonial, fondateur d'un « métissage » harmonieux et finalement positif, tel qu'il avait été défendu jusqu'alors par la Vanguardia nicaraguayenne. Avec la victoire du Front sandiniste, la « conversion » de Coronel Urtecho se poursuivra et s'accentuera grâce à deux textes en prose poétique : No volverá el pasado et Paneles de infierno (Le passé ne reviendra pas, Panneaux d'enfer) publiés en 1979 et 1980.

Haut de page

Texte intégral

1Dès la fin des années vingt, on observe un rôle militant de l’avant-garde nicaraguayenne, ou Vanguardia nicaragüense, en quête d’une restauration de l’ancien ordre colonial. Dans les domaines religieux, culturels, socio-économiques, la tentative engageait une critique radicale de la période de l’Indépendance. Un activisme polémique – au sens guerrier du polemos grec – caractérise le discours du groupe politico-littéraire qui se structure, dès 1931, autour de José Coronel Urtecho et de Pablo Antonio Cuadra, en particulier, deux noms essentiels au demeurant pour tout ce qui concerne l’évolution contemporaine de la culture nicaraguayenne.

2Mais il y a d’abord à situer la pensée authentiquement réactionnaire de la Vanguardia dans son « milieu naturel » : la ville de Grenade (Granada), centre d’un conservatisme patriarcal hérité de la période coloniale mais aussi attiré par l’ébauche d’un capitalisme peu modernisateur, de type comprador, toujours âpre au gain. D’où le contraste relatif qui s’établit dès le xixe siècle avec León, la ville libérale et anticléricale où le pouvoir de l’oligarchie se conjugue avec une tradition intellectuelle dont la rivale grenadine est dépourvue jusqu’aux années trente. León est en effet une cité des « docteurs » et des « lettrés », la ville de Rubén Darío et du grand poète cosmopolite Salomón de la Selva (1893-1958), celle aussi d’Alfonso Cortés, astreint jusqu’à sa mort en 1969 à une réclusion perpétuelle pour cause de démence et dont le lyrisme halluciné ne cesse de fasciner la littérature nicaraguayenne.

  • 1 Selon J. Coronel, « […] Esos conservadores, tenderos es lo que eran, negociantes, terratenientes [… (...)

3À Grenade, la culture est en revanche objet de dérision1. Selon la Vanguardia, ce fief du parti conservateur souffre à la fois d’un passé perdu et d’une absence de novation. Fermée au changement, la ville s’identifie à une absence de tradition malgré l’ancienneté de sa fondation. L’écriteau « Here was Granada » laissé par Walker, l’aventurier nord-américain qui la détruisit en 1856, en vient à signifier le vide d’une ville coupée de son passé, rétive face à un avenir que Coronel Urtecho, P. A. Cuadra et leurs compagnons n’envisageront paradoxalement que par et dans la conservation.

4Dans la mentalité de la Vanguardia, Grenade représente la déchéance d’un système colonial bienfaisant, l’idéal d’un ordre social qui succombe sous les assauts du matérialisme commercial et de l’« esprit bourgeois » (« El espíritu burgués » : Coronel Urtecho, 1931).

5Pour le discours avant-gardiste, l’événement ravageur est daté. Tout commence avec l’indépendance faussée, proclamée en 1821 à León sous la tutelle de la Capitainerie générale du Guatemala et dont le caractère néfaste se perpétue avec l’épisode de la République fédérale centre-américaine en 1824 et la proclamation de la république du Nicaragua en 1835. C’est ensuite la consommation du divorce avec l’ordre ancestral à quoi se résument les années de guerres civiles jusqu’en 1858, « período de la anarquía » selon une périodisation péjorative instaurée par le parti conservateur (Coronel Urtecho, 1971, abrégé en RCPC dans cette étude).

6Certes, la promulgation en 1858 de la Constitution et l’exécution de Walker en 1860 ouvrent sur l’époque dite des « 30 années conservatrices » que la même périodisation dominante offre comme un modèle de stabilité, de progrès et de consolidation de l’État. Ce qui occulte quelques « dégâts collatéraux »…, tel l’interventionnisme nord-américain que préparent les concessions des conservateurs sur la question récurrente des projets de canal interocéanique au Nicaragua. Par ailleurs, le dit modèle ignore la spoliation des peuples aborigènes lors de la privatisation des terres qu’entraîne l’essor de la « caficulture » dans la seconde moitié du xixe siècle. Néanmoins, la Vanguardia considère qu’il y avait dans ces années conservatrices comme un début de retour à l’Éden colonial, certes fragile et en grande partie détruit par le tour anticlérical et bourgeois de la présidence libérale de Zelaya entre 1893 et 1909.

7Bien sûr, on ne peut limiter la Vanguardia à ce seul versant idéologique. Le terme renvoie aussi à une nouvelle génération en quête de nouveauté, de renouvellement formel. En matière d’ars poetica, les jeunes pousses littéraires cultivent une démarche « sportive », une expression vernaculaire et conversationnelle, le vers libre, le ludisme, sériel et mutin, qui poignarde l’Académie à coups de « rimes chimphoniques » – « rima chinfónica » – ou d’outrages antimodernistes (« Oda a Rubén Darío », J. Coronel Urtecho, 1925).

8Mais l’habituel parricide poétique est d’abord un moyen de crucifier l’affairisme, « l’esprit bourgeois » et l’euphorie qui saisit la « Sainte Famille » marchande durant les « vaches grasses » des années vingt ; ceci tout en crochant à bras-le-corps la religiosité rancie du père grenadin, aussi bien que la fâcheuse propension de l’anti-père léonais à « bouffer du curé ».

9Une telle rénovation semble donc correspondre à ce « sens révolutionnaire des écoles ou des tendances contemporaines » destiné, selon Mariátegui, à dépasser la seule destruction des formes révolues et la création de formes inédites pour fonder la nouveauté culturelle « en el repudio, en el desahucio, en la befa del absoluto burgués » (Mariátegui, 1926 : 3). C’est néanmoins une voie bien différente que suit la Vanguardia durant les années 1930.

10En effet, celle-ci allie l’inévitable avant-gardisme iconoclaste à une défense de la tradition – au sens le plus rétrograde du mot – qui implique un discours impérial anti-indépendantiste et dont on trouve les prémices au tout début de la formation du groupe. Ainsi, lors d’un discours prononcé à Grenade en 1928, Coronel Urtecho déclare :

¿Qué fue la independencia de Centroamérica, es decir, la consiguiente independencia de Nicaragua? […] fue el triste fin de un gran Imperio […] no fue un alba gloriosa, no fue un principio heroico, no fue una gran conquista libertaria lograda por un pueblo oprimido que se erguía. (Gutiérrez Martín, 1941)

  • 2 Voir Historia y símbolos patrios de El Salvador, ed. Relaciones Públicas de Casa Presidencial, El S (...)

11En quoi, Coronel ne faisait que prolonger les réticences des « criollos » indépendantistes du début des années 1820, séparatistes par résignation mais monarchistes de cœur, et pour qui la scission n’était qu’un état provisoire destiné à se dissoudre avec la chute espérée du trienio liberal en Espagne (1820-1823). De fait, l’article Un de l’Acte d’Indépendance proclamé en 1821 par la Capitainerie générale du Guatemala, elle-même contrôlée par de hauts fonctionnaires espagnols ou de grands propriétaires criollos, semble regretter une sécession motivée avant tout par le souci « [… de] prevenir las consecuencias que serían terribles en el caso de que el mismo pueblo proclamase de hecho la Independencia »2.

12Le procès de l’indépendance au Nicaragua ne relève pas d’une curiosité paléo-historiographique mais d’une interrogation appartenant à une histoire vivante sur la longue durée. C’est ainsi qu’à plus de quarante années de distance, l’essai de 1971 de Coronel Urtecho, « Introducción a la época de anarquía en Nicaragua (1821-1857) », s’attarde sur la guerre civile de 1824 et sur la figure de Crisanto Sacasa qui organisa à Grenade un groupe de serviles (les soumis, les nostalgiques de l’empire espagnol), pour lutter contre les libéraux (les fiebres, les enragés). Coronel établit alors un bilan contrasté du sacasisme, premier embryon du parti conservateur : bilan positif en tant que mouvement attaché à préserver le principal d’un ordre séculaire, mais bilan négatif en raison de la subordination de cet orientalisme grenadin à la politique et à l’économie, en raison aussi de son culte de l’argent et de son mépris des pauvres.

13La vision du monde de Coronel Urtecho, de Cuadra, de Luis Alberto Cabrales, et de certains de leurs disciples qu’ils formèrent au sein du groupe littéraire du Taller de San Lucas dans les années quarante, résulte d’un complexe d’influences. Influence jésuite, d’abord, lors des années de formation, faite de classicisme, de catholicisme apostolique et romain, de philosophie scolastique de Thomas d’Aquin jusqu’à Jacques Maritain, d’idéologie panlatiniste. Les futurs vanguardistas adoptent très tôt ces principes recteurs de la doctrine qui leur est dispensée, pour plusieurs d’entre eux, sur les bancs du Colegio Centroamérica de Grenade ouvert en 1919. Nul doute que l’enseignement des pères du Collège a grandement déterminé l’armure intellectuelle que ces jeunes gens revêtirent par la suite. Là s’opère une mutation que Sergio Ramírez présente ainsi :

Los jóvenes vanguardistas están rompiendo el cascarrón de los grupos dominantes a que pertenecen, y frente al desgaste y vulgarización de los tiempos, tratarán de restituir ideológicamente y apoyados por las enseñanzas de los padres jesuitas, una concepción de la tradición en la cual va envuelta la conservación de la cultura como legado patriarcal. (Ramírez, 1971 : 321)

14Il faut tenir compte ensuite de leur réception enthousiaste de divers courants réactionnaires et autoritaires : nationalisme de Léon Bloy, de Maurras, de Léon Daudet, des Camelots du Roi, de l’Action française que le poète Luis Alberto Cabrales importe à son retour de France en 1924 ; nationalisme ensuite, à l’espagnole, d’un Ramiro de Maeztu. Celui-ci est également très proche chez Cuadra de la latinité impériale dans sa version casquée – mussolinienne – et en étroit cousinage avec le phalangisme botté du « Sacré Cœur de Jésus ».

15On assiste donc à l’émergence d’un tropisme ultraconservateur vers une hispanité prémoderne, basée sur une économie d’haciendas et d’exploitations minières. La Vanguardia appelle de ses vœux une régression précapitaliste, antérieure au xixe siècle, tout en réclamant, de façon concomitante et presque paradoxale, la revalorisation d’un legs vernaculaire culturellement métissé – folklore, indigénisme… –, mais où l’élément aborigène se trouve strictement encadré par une conception mythique d’une hispanité enracinée dans les temps bienheureux de la colonie.

16La Vanguardia pense ainsi sauvegarder la « race » et la langue d’un pays menacé par le provincialisme prosaïque et sans racines d’une oligarchie de mercantis. Circonstance aggravante : avec l’interventionnisme nord-américain incessant depuis 1912, des antivaleurs – pragmatisme, capitalisme, industrialisation – se sont infiltrées dans les fourgons de l’étranger. Elles portent en germe le bouleversement d’une avant-garde tout appliquée à son entreprise de restauration antilibérale. C’est en ce sens qu’elle soutient à la fin des années vingt le combat du guérillero Augusto César Sandino dans lequel elle préfère voir moins le programme de collectivisation des terres qu’une insurrection culturelle de la tradition refusant de plier sous le joug du big stick de l’étranger : une « race distincte », comme l’écrit Cuadra en 1931, porteuse de miasmes civilisationnels qui sont une menace mortelle pour l’« esprit ladino : indo-espagnol » – c’est-à-dire culturellement métissé – sur lequel se fonderait une essence nicaraguayenne (Cuadra, 1931). Il va sans dire que ce « métissage culturel » suppose l’acculturation des peuples autochtones.

17Face à ces agressions, la Vanguardia se rattache aux valeurs coloniales du vernaculaire – « [lo] verdaderamente nicaragüense » (Cuadra, 1932). Sans doute, n’est-elle pas hostile à la culture du grand voisin du Nord, comme en témoigne l’œuvre de Coronel Urtecho dès la fin des années vingt. Néanmoins, l’intervention nord-américaine n’est, à ses yeux, que la suite logique de la disparition de l’ordre ancien. Le manifeste collectif – « Hacia nuestra poesía vernacular » (1932) – dresse le constat d’une dégénérescence quasiment biologique de l’histoire nicaraguayenne depuis l’indépendance : une anti-histoire gangrenée par une sorte de maladie honteuse, « syphilitique » :

Nicaragua empezó a vivir su propia vida nicaragüense en la Colonia. Luego esta vida degeneró prostituida por las «libertades liberales» cuya apoteosis y condenación está en la Independencia. (Cuadra, 1932)

18La surface de cette pensée semble travaillée en profondeur par l’économie d’un désir qui réclamerait d’une part le meurtre du père historique ayant présidé à une période de prostitution – la période de l’anarchie qui résulte des indépendances 1821, 1824 et 1835 – et, d’autre part, la restauration du père mythique, l’aïeul espagnol conquérant et fondateur de l’ordre du métissage culturel. Traçant la voie d’un royaume eschatologique à rebours, l’avant-garde nicaraguayenne proclame, après Ernest Psichari : « Estamos contra nuestros padres y con nuestros abuelos » (Arellano, 1969 : 23).

19En 1934, la Vanguardia œuvre à la résurgence d’un ordre social immuable à l’abri du mouvement accéléré de l’histoire et se transforme en un mouvement politique doté de moyens éditoriaux. À Grenade en avril 1934, deux mois après l’assassinat de Sandino par le commandant de la Garde nationale, Anastasio Somoza, P. A. Cuadra et Coronel Urtecho fondent le journal La Reacción qui structure un rassemblement idéologique du même nom. Le groupe, dont les membres avaient pourtant soutenu le combat du leader guérillero contre les marines nord-américains, milite alors ouvertement en faveur d’une candidature présidentielle de Somoza en qui il apprécie la politique anticommuniste et les déclarations de principes anticapitalistes. Le groupe réactionnaire croit deviner dans sa personne le champion qui accomplira « El retorno de la tradición hispana », pour reprendre le titre de la conférence de Cuadra à Managua en 1934 (in Breviario imperial).

20Bien que fermé en mars 1935 par le président Juan Bautista Sacasa, La Reacción se survit en tant que mouvement activiste sous des formes diverses : manifestes, pamphlets, opuscules destinés à promouvoir l’idéal impérial… Ce militantisme de l’avant-garde nicaraguayenne des années trente va de concert avec un soutien à la ligue fasciste des « Chemises bleues », où se rassemblent les partisans de Somoza. Vient enfin le ralliement des intellectuels « réactionnaires » au coup de force somoziste à la fin de 1936.

21Fascinée par la figure légendaire du conquérant Pedrarias Dávila, l’intelligentsia grenadine est à la recherche de la poigne de fer capable d’assurer l’indépendance et l’identité culturelle mises à mal par le capitalisme mercantile yanqui, l’anticléricalisme libéral et le communisme matérialiste. Les manifestes que publie La Reacción (Cuadra, 1935 : 121) refusent l’idée d’une souveraineté populaire qui serait source de division sociale et par où s’engouffreraient la corruption et les pénétrations étrangères. Il faut donc, non un gouvernement du peuple, mais un gouvernement pour le peuple, exercé par un nouveau « furor domini » (la colère de Dieu) qui aura successivement pour noms Anastasio Somoza et Francisco Franco.

22Un tel homme, selon la Vanguardia, doit être le garant d’une stabilité corporatiste et anti-démocratique mettant un terme aux guerres civiles répétées. Docile au programme nationaliste d’une minorité éclairée, le caudillo s’appuiera sur l’esprit d’un métissage culturel consensuel en lieu et place de luttes des classes qui, affirme-t-elle, pèsent négativement sur la vie politique nicaraguayenne depuis l’indépendance.

23Cuadra développe amplement ces idées dans Hacia la cruz del sur de 1938, un livre écrit pour combattre un désenchantement dû à un régime somoziste peu enclin à se forger de rêve, grimé en paladin sur un cheval de bataille colonial assez fourbu, et préférant se consacrer à une entreprise de pillage familial, sans se préoccuper aucunement d’un « grand bond » en arrière civilisationnel.

24Le rêve déçu amène Coronel Urtecho, tout en restant député au Congrès somoziste, à se retirer dans la région de la rivière San Juan et à se partager entre nihilisme et idéal du poète-paysan. Lorsqu’il rejoindra la révolution sandiniste une quarantaine d’années plus tard, il pratiquera une autocritique sans concession de ses anciennes positions idéologiques :

Nosotros veíamos que el verdadero camino de Nicaragua era el que los españoles habían fundado y establecido desde la conquista hacia acá y que el dominio de lo europeo, de lo hispano, de lo occidental, de lo católico, era el camino general de América Latina y particularmente nuestro […]. (Tirado, RCPC : 124)

  • 3 Madrid, ed. Cultura Hispánica, 1966.

25Déjà ébauchée dans le prologue que Coronel écrit en 1966 pour El Estrecho Dudoso3 d’Ernesto Cardenal, cette conversion sera menée à son terme dans un texte poétique majeur dont le titre même – « No volverá el pasado » (Coronel Urtecho, 1979) – explicite l’abandon définitif d’une marche à rebours vers le paisible et paternel El Dorado colonial.

26En revanche, l’utopie réactionnaire semble avoir été plus persistante chez Cuadra. Elle atteint son paroxysme lors du déclenchement de la guerre civile en Espagne qui motive en grande partie le livre de 1938. Dans Hacia la cruz del sur, en effet, Cuadra revendique une étroite filiation avec les conquistadors. Au centre de la véhémente manière de cette prose nostalgiquement palingénésique mais orgueilleusement restauratrice, se situe à nouveau l’obsession cauchemardesque d’une indépendance que l’auteur rejette et remplace, grâce à un renversement acrobatique, par une autre « indépendance » qui tient de l’antiphrase et d’une contradiction singulièrement cornue dans les termes :

Nosotros, antes de la Independencia, habíamos hecho ya la independencia. América conquistó la América. España fue la directora, pero no la conquistadora. Nosotros, en nuestros antepasados, conquistamos América, y ella nos corresponde por derecho de conquista. Nosotros independizamos a América de la barbarie indígena y la independizamos de España, conquistándola. (Cuadra, 1938 : 17-18)

27Somoza ayant trahi les idéaux de l’hispanité, le recours viendra donc d’Espagne où Cuadra se rend en 1939. Il y établit des contacts avec la Phalange et obtient, semble-t-il, un entretien avec le Caudillo, sans que ce dernier – lui aussi peu pressé d’appareiller pour le pays des chimères – ait apparemment donné suite aux propositions d’une nouvelle croisade coloniale.

28L’échec de l’entrevue avec le Generalísimo ne décourage pas Cuadra qui lance alors en 1940 un Breviario Imperial, où s’enflamme un panégyrique fascisant en faveur d’un retour au passé d’avant la coupure de 1821.

  • 4 Le néologisme exteriorismo est d’usage au Nicaragua pour renvoyer à la revalorisation du langage or (...)
  • 5 En 1978, Cuadra déclare encore : « […] la nueva historia indo-hispana del país se abrió con un diál (...)

29Cuadra soutiendra longtemps que l’identité culturelle se confond avec le métissage. Il en trouvera le symbole chez son compatriote, Rubén Darío : le métis, l’homme de la rencontre – nicaraguayen, hispano-américain, européen, méditerranéen… Toujours entre deux terres, entre deux mers, le fondateur de la poésie moderniste devient alors la figure exemplaire d’un mouvement centrifuge, d’un « extériorisme » sui generis4. Selon Cuadra, ce qui fait le Nicaragua, son extériorité, son essence, ce n’est pas l’Indien mais le métis qui résulte d’une coexistence pacifique. Les soulèvements indigènes ? De simples événements conjoncturels et qui ne signifiaient nullement une résistance face aux conquérants espagnols ou une volonté de retour à un passé hispanique dont les peuples aborigènes perdirent tôt la mémoire. Les fondements de l’histoire centre-américaine et nicaraguayenne, ajoute Cuadra, sont indo-hispaniques ; l’ordre colonial s’est imposé sans violences excessives et, toujours, de façon « conversationnelle », comme le révèle le dialogue entre Gil González et le cacique Nicaragua ou Nicarao, lequel au lieu de prendre les armes contre l’envahisseur aurait préféré une discussion sur des thèmes philosophiques et religieux5.

  • 6 Voir Pérez Estrada, F., 1982, « El mestizaje nicaraguënse », Casa de las Américas, n° 133, La Haban (...)

30Quoi qu’il en soit de la véracité de cette aimable rencontre dialogique6 – conversation rime si bien avec conservation –, elle n’en reste pas moins l’un des arguments récurrents auquel la thèse avant-gardiste de la « paix coloniale » fait appel. Par un contraste implicite, elle jette, un éclat sinistre sur les dissensions violentes qui accompagnèrent la période de l’Indépendance : « De infinidad de cosas se acusa a la colonia, menos de producir guerras civiles » (Coronel Urtecho, « Nuestra economía rural con contenido espiritual », RCPC, 1967 : 19).

31L’une des critiques les plus acerbes de l’âge d’or colonial et du « métissage culturel » idyllique se développe dans les années 1960 sous la plume d’intellectuels sandinistes, comme Sergio Ramírez dans « Balcanes y volcanes » ou Jaime Wheelock Román dans Raíces indígenas de la lucha anticolonialista en Nicaragua de Gil González a Joaquín Zavala - 15231881 (1re éd. 1974, México, Siglo XXI, 4e éd. 1980 : 123). Leur propos est très combatif : l’affable conversation avec le cacique Nicarao et le métissage culturel qui s’ensuit – si chers à Cuadra –, « la herencia colonial », « la espiritualidad », « la universalidad de lo hispano », « la trascendencia del legado español »… (Coronel Urtecho, 1962), tout cela n’est que mystification bourgeoise, falsification de la lutte des classes pour masquer une sous-culture oligarchique d’importation. Pour Ramírez et Wheelock Román, la vraie tradition métisse est politique : de Cuauhtémoc à Sandino, de la résistance indigène et populaire sous la colonie jusqu’au front sandiniste et aux poètes tués en combattant la dictature.

32Les rappels historiques traités ici ne préjugent en rien du rôle indéniable et central joué par des personnalités sans lesquelles la poésie et la culture nicaraguayennes ne seraient pas ce qu’elles sont encore aujourd’hui. On ne peut nier la portée littéraire de l’œuvre laissée par Cuadra, Coronel Urtecho, Joaquín Pasos et par d’autres figures marquantes de la Vanguardia. C’est pourquoi il faut peut-être in fine laisser place à d’autres interprétations des positions idéologiques qui furent les leurs :

  • 7 Cardenal, E. 1980, Antología, Barcelone, ed. Laia, p. 274.

Ud antes estuvo en la Reacción. Pero su «reacción»
no era tanto la vuelta a la Edad media sino a la de Piedra
(… o tal vez más atrás todavía?)
Yo he añorado al paraíso toda mi vida
lo he buscado como un guaraní
[…]
(E. Cardenal, « Epístola a J. Coronel Urtecho »)7

Haut de page

Bibliographie

Arellano, Jorge Eduardo, 1969, « El movimiento de Vanguardia de Nicaragua », RCPC, t. XXII, n° 106, juil., p. 23.

Cardenal, Ernesto 1980, Antología, Barcelone, ed. Laia, 1980.

Coronel Urtecho, José, 1931 « Contra el espíritu burgués », El Diario Nicaragüense, Granada, 22 de marzo.

, 1962, Reflexiones sobre la historia de Nicaragua de Gainza a Somoza, León (Nicaragua), ed. Hospicio – Public. del Instituto Histórico centroamericano, 2 tomes.

, 1971, « Introducción a la época de anarquía en Nicaragua, 1821-1857 », Revista Conservadora del Pensamiento Centroamericano, Managua, n° 134, p. 39-49 [RCPC].

, 1979, « No volverá el pasado », La Prensa Literaria, Managua, 30 de diciembre.

, 1983, in Tirado, Manlio, Conversando con J. C. Urtecho, Managua, ed. Nueva Nicaragua, p. 20-22

Cuadra, Pablo Antonio, 1931, « Dos perspectivas », El Correo, Granada, 28 de junio.

, 1932, « Hacia nuestra poesía vernácula », El Correo, n° 55, juil.

, 1935, « Imperialismo yanqui e imperialismo moscovita », La Reacción.

, 1938, Hacia la cruz del Sur, Buenos Aires, Comisión Argentina de Publicaciones e Intercambio, p. 17-18.

, 1940, Breviario imperial, Madrid, ed. Cultura española.

Gutiérrez Martín, Antonio José, 1941, « La Hispanidad en el Banquillo », Signo (Revista de la Juventud de Acción Católica), Madrid, 4 de enero.

Mariátegui, José Carlos, 1926, « Arte, revolución y decadencia », Amauta, n° 3, Lima, p. 3.

Ramírez, Sergio, 1975, « Balcanes y volcanes », in Torres Rivas, E., Rosenthal, G. et al., Centroamérica hoy, México, ed. Siglo XXI, p. 321.

Haut de page

Notes

1 Selon J. Coronel, « […] Esos conservadores, tenderos es lo que eran, negociantes, terratenientes […] Granada era y sigue siendo –y entonces lo era más todavía– una aldea. […] No había poetas, ni era bien visto que hubiera. De Rubén Darío mismo se hablaba mal en ciertos ambientes de estos señorones de Granada y entre los supuestos intelectuales […] Granada se creía la ciudad aristocrática por excelencia […] » (Coronel Urtecho, 1983 : 20-22).

2 Voir Historia y símbolos patrios de El Salvador, ed. Relaciones Públicas de Casa Presidencial, El Salvador, 1964, p. 3-4

3 Madrid, ed. Cultura Hispánica, 1966.

4 Le néologisme exteriorismo est d’usage au Nicaragua pour renvoyer à la revalorisation du langage ordinaire et documentaire en poésie chez Ernesto Cardenal. Plus généralement, il s’agit de « la poesía creada con las imágenes del mundo exterior, el mundo que vemos y palpamos […] », Cardenal, E., 1973, Poesía nicaragüense, La Habana, ed. Casa de las Américas, p. 8.

5 En 1978, Cuadra déclare encore : « […] la nueva historia indo-hispana del país se abrió con un diálogo entre el cacique Nicaragua y Gil González […]. Éste ha sido un país que ha resuelto con la crítica, por medio de poetas y conversaciones, toda una serie de situaciones », in Felz, J. L., L’œuvre de P. A. Cuadra. Recherche d’une culture nicaraguayenne, thèse de 3e cycle, Paris 3, 1981, t. II, p. 9-10. L’épisode « conversationnel » prend sa source dans la 6e décade de l’Orbe Novo de Pedro Mártir de Angliera et dans « Las preguntas de Nicaragua », López de Gómara, F., Historia de las Indias [1552], BAE, Madrid, t. XXII, p. 281.

6 Voir Pérez Estrada, F., 1982, « El mestizaje nicaraguënse », Casa de las Américas, n° 133, La Habana, p. 34-43 et Silva, Fernando, 2002, « Cacique Nicarao es pura invención », El Nuevo Diario, Managua, 12 de octubre de 2002.

7 Cardenal, E. 1980, Antología, Barcelone, ed. Laia, p. 274.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Vives Simorra, « Hispanité et discours anti-indépendantiste dans l’avant-garde nicaraguayenne », América, 42 | 2012, 85-93.

Référence électronique

Daniel Vives Simorra, « Hispanité et discours anti-indépendantiste dans l’avant-garde nicaraguayenne », América [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 29 mars 2017. URL : http://america.revues.org/1084 ; DOI : 10.4000/america.1084

Haut de page

Auteur

Daniel Vives Simorra

CRICCAL – Université de Rouen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org