Navigation – Plan du site
II. Les stratégies de la mémoire
Mythification et démythification

Bolívar et le bolivarisme dans le discours d’Hugo Chávez (1999-2006)

Bolívar y el bolivarianismo en el discurso de Hugo Chávez (1999-2006)
Serge De Sousa
p. 103-115

Résumés

En 1999, Hugo Chávez arrivait au pouvoir au Venezuela, se revendiquant notamment de l’héritage du héros indépendantiste Simón Bolívar. A partir d’un corpus réunissant plus de 250 discours prononcés par Chávez de 1999 à 2006 et à l’aide des méthodes de la statistique textuelle, nous mesurons la présence de Bolívar dans le discours chaviste et les variations diachroniques de celle-ci. Ensuite, à l’aide de méthodes co-occurrentielles, nous mettons à jour les réseaux lexicaux qui se nouent autour de l’évocation de Bolivar et qui informent sur l’image du héros de l’indépendance construite par Chávez au fil de ses prises de paroles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On a parlé de « jacobinisme autoritaire », de « dérive autocratique » (Ramonet, 1999 : 1), de « dém (...)
  • 2 Dans les 261 discours analysés de 1999 à 2006, bolivariano[s]/a[s] apparaît 2269 fois (soit, en moy (...)

1En 1999, Hugo Chávez accédait à la présidence du Venezuela. Dès lors, le projet politique développé fit l’objet de divers qualificatifs1, que ce soit par ses propres acteurs ou par les observateurs, critiques ou favorables à celui-ci. Parmi les qualificatifs les plus utilisés par les acteurs du projet chaviste, apparaît celui de bolivarien : on parle de « révolution bolivarienne » (Chávez, 2005 ; Woods, 2005), de « socialisme bolivarien du xxie siècle » (El Troudi, 2005 : 21), etc. Hugo Chávez lui-même convoque abondamment cet adjectif2. Pour tout observateur du champ politique vénézuélien contemporain un tant soit peu attentif, les nombreuses prises de parole du président Chávez semblent parsemées d’invocations et d’appels au héros de l’Indépendance Simón Bolívar, qui apparaît alors comme « l’auteur intellectuel » de la révolution. Même si à ses côtés sont convoqués d’autres personnages historiques, en particulier Simón Rodríguez et Ezequiel Zamora qui forment alors avec Bolívar la « trinité » chaviste, il n’en demeure pas moins que Bolívar et le bolivarisme restent le principal étendard d’Hugo Chávez. Ainsi, dans l’étude de la pensée politique du chavisme se pose la question du bolivarisme, et les discours de Chávez s’avèrent être un observatoire privilégié pour analyser ce phénomène. Dans quelle mesure Bolívar et le bolivarisme sont-ils effectivement présents dans le discours de Chávez ? Comment sont-ils représentés ?

2Pour répondre à ces questions, loin de tout constat intuitif et subjectif, il est impérieux de pouvoir dénombrer et mesurer cette présence dans ces discours de la même façon que la démographie recense au sein d’une population la présence d’une caractéristique par le comptage et la probabilisation de celle-ci. Ici il ne s’agit ni plus ni moins, devant une population lexicale, les mots d’Hugo Chávez, d’en dénombrer et caractériser certains aspects (la présence de Bolívar et de ses dérivés lexicaux).

  • 3 Corpus constitué et complété par nos soins sur la base des 7 tomes publiés (Chávez, 2005).

3Pour ce faire, sera analysé un corpus composé de 261 discours prononcés entre le 2 février 1999, jour de la prise de fonction de président d’Hugo Chávez, et le 2 décembre 2006, jour de l’annonce de sa nouvelle victoire aux élections présidentielles, pour un total de plus de 1,8 million de mots soit plus de 4 000 pages3.

  • 4 Un corpus peut être découpé en plusieurs parties (année, etc.). Un item donné peut se répartir de f (...)
  • 5 La méthode des cooccurrences a pour objectif de calculer les associations privilégiées entre une fo (...)

4Dans un premier temps, à l’aide des décomptes fréquentiels et de la méthode des spécificités4, il s’agira de mettre au jour la présence de Bolívar puis les variations diachroniques de celle-ci que nous chercherons à expliquer brièvement. Ensuite, à l’aide de la méthode des cooccurrences5, nous dégagerons les principales caractéristiques du discours sur Bolívar. Enfin, à partir de l’analyse non plus du seul mot Bolívar mais de ses dérivés (bolivarianismo, bolivariano, etc.), c’est la conception du bolivarisme chaviste qu’il s’agira de cerner.

Bolívar : principal acteur du discours chaviste

5Les méthodes lexicométriques donnent au chercheur la possibilité d’explorer de façon méthodique et systématique des corpus de millions d’occurrences et d’y évaluer la présence d’un concept, d’un mot à l’unité près. Quelle place occupe Bolívar dans l’ordre des préoccupations du président vénézuélien ? Si l’on liste les principaux mots (substantifs, adjectifs, noms propres) qu’il utilise, on peut rapidement répondre à cette question :

Tableau 1 : Les 10 formes lexicales les plus fréquentes du corpus

Rang

Forme

Fréquence

Rang

Forme

Fréquence

1

Venezuela

7 279

6

gobierno

2945

2

pueblo

6 464

7

país

2 944

3

años

4 865

8

nacional

2 833

4

mundo

3 983

9

día

2 560

5

Bolívar

3 662

10

presidente

2 416

  • 6 Quelques rares occurrences désignent le programme Misión Bolívar II ou d’autres personnes dénommées (...)
  • 7 Chávez porte un intérêt particulier aux figures révolutionnaires latino-américaines qu’il évoque à (...)
  • 8 En effet, dans le discours présidentiel, rarement un personnage historique n’est aussi fréquemment (...)

6Les mots les plus utilisés désignent pour la plupart des acteurs ou entités sociopolitiques, collectifs ou individuels, comme l’on peut s’y attendre pour un corpus de discours présidentiels : Venezuela, pueblo, mundo, gobierno, país, presidente, Bolívar et l’adjectif nacional. Cependant, la place de Bolívar mérite d’être soulignée : avec 3 662 occurrences6, soit 1 occurrence tous les 500 mots environ, il s’agit du cinquième mot le plus utilisé par Chávez durant la période 1999-2006. Bien moins que peuple, mais bien plus que gouvernement, pays ou même président. La présence, dans de telles proportions, d’un personnage historique7 dans le discours présidentiel est assez rare pour être soulignée8.

7Après avoir répondu à notre première interrogation, la deuxième question qui peut être posée est : y a-t-il des périodes durant lesquelles Chávez convoque plus particulièrement cette figure tutélaire de la Révolution qu’est Bolívar ?

Les variations diachroniques de l’appel à Bolívar

8L’observation de la répartition par année du nombre total d’occurrences de Bolívar (en fréquences relatives, fig. 1) et leur probabilisation par la méthode des spécificités (fig. 2) indiquent les variations d’emploi de Bolívar dans le corpus et apportent des réponses intéressantes :

Figure 1 : Bolívar dans le corpus (en fréquences relatives [x 10 000])

Figure 1 : Bolívar dans le corpus (en fréquences relatives [x 10 000])

Figure 2 : Bolívar dans le corpus (en spécificités)

Figure 2 : Bolívar dans le corpus (en spécificités)

9On remarque ainsi que si Bolívar est fréquemment évoqué en 1999 (fig. 1 et fig. 2), il sera légèrement en retrait durant les trois années suivantes avant de remonter en flèche dès 2003 avec une fréquence qui double d’une année sur l’autre (passant de 11 occurrences pour 10 000 à 25 occurrences pour 10 000).

10Le graphique des spécificités (fig. 2), qui nous indique dans quelle mesure ces variations sont statistiquement significatives, permet de diviser le corpus en trois périodes :

  • l’année 1999 où Bolívar est statistiquement sur-utilisé, sans l’être toutefois dans des proportions importantes (spécificité de +2).

  • les années 2000, 2001 et 2002, où, par rapport à la norme endogène que représente le corpus, Bolívar tombe en relative désuétude, surtout l’année 2002 où la spécificité négative atteint –21.

  • enfin, les années 2003, 2004, 2005 et 2006 où l’appel à Bolívar connaît un regain d’intérêt et tout particulièrement en 2003 où la spécificité positive atteint +13.

  • 9 Les spécificités indiquent qu’il y a 1 chance sur 1072 que la sous-utilisation de 2002 soit due au (...)

11Ainsi, parmi les huit années que couvre le corpus, Bolívar est notamment sous-évoqué en 2002 et sur-évoqué en 2003. Une réorientation du discours semble donc intervenir entre 2002 et 2003, réorientation qui se trouve confirmée par la présence des autres personnages historiques dans le discours de Chávez (fig. 3) : avant 2002 les références historiques se trouvent sous-utilisées, avec des spécificités négatives et un pic de sous-utilisation maximale en 2002, mais à partir de 2003 les discours se trouvent investis, voire saturés, de références historiques, ce qui semble indiquer que ce changement répond à une stratégie du discours chaviste9.

  • 10 Allende, Artigas, Bolívar, Castro, Fidel, Gual, Guevara, Mariátegui, Martí, Miranda, Morazán, Nariñ (...)

Figure 3 : Les références historiques10 dans le corpus (en spécificités)

Figure 3 : Les références historiques10 dans le corpus (en spécificités)

12Il faudrait chercher de façon plus précise – dans les textes d’une part et dans le contexte socio-historique d’énonciation d’autre part – ce qui peut motiver et expliquer une telle recrudescence des références historiques. On peut voir dans la tentative de coup d’État qui a eu lieu en 2002 contre Chávez (Lemoine, 2005 ; Woods, 2005) une des explications de cette recrudescence : le réinvestissement massif des références historiques répondrait alors à une volonté de souder la nation autour d’un récit historique commun, d’un passé glorieux tout en exaltant certaines valeurs. Par ailleurs, l’assimilation du projet chaviste à ce glorieux passé – latino-américain et vénézuélien – et aux héros de l’Indépendance permet de conforter l’adhésion du peuple au projet révolutionnaire chavo-bolivarien.

13Après ces premières observations démontrant la présence importante de Bolívar dans le discours de Chávez et ses variations diachroniques, une troisième question surgit : comment Chávez parle-t-il de Bolívar et quelle image en construit-il ?

L’image de Bolívar

14Face à un corpus aussi vaste – Bolívar y est évoqué près de 4 000 fois –, il est ambitieux de vouloir répondre à cette question. Faut-il donc choisir entre une exhaustivité des données qui limiterait l’analyse aux constats quantitatifs et un corpus réduit qui seul permettrait une analyse qualitative ? Les outils lexicométriques employés offrent des solutions méthodologiques à ce sujet.

15En effet, la linguistique du discours s’accorde à dire que les mots n’ont pas de sens en soi mais qu’ils n’ont que des emplois. Si une telle affirmation est volontairement excessive, il n’en demeure pas moins qu’une part importante de la signification d’une unité lexicale est déterminée par le contexte d’emploi ou co-texte. En d’autres termes, si nous arrivons à décrire le contexte lexical dans lequel est utilisé le mot Bolívar, c’est-à-dire les mots qui l’entourent dans les phrases où ses occurrences sont attestées, il sera possible d’approcher le sens dont le locuteur Chávez investit ce mot, et partant la représentation qu’il construit de ce personnage historique.

16Ainsi, la méthode dite des cooccurrences a pour objectif de dégager les associations (et les répulsions) privilégiées et non aléatoires entre les différents mots d’un corpus, en relevant à partir d’un corpus et d’une forme-pôle – ici les discours de Chávez et le mot Bolívar – les mots qui se trouvent plus fréquemment employés par le locuteur dans le même syntagme ou dans la même phrase que cette forme-pôle plutôt que dans les syntagmes ou les phrases où cette forme-pôle n’est pas présente.

  • 11 Il s’agit d’un extrait du tableau de cooccurrences : seuls ont été retenus ici les liens les plus f (...)

17Les calculs effectués sur le corpus Chávez pour la forme Bolívar donnent les résultats suivants11 :

Tableau 2 : Attractions et répulsions lexicales de Bolívar

Attractions lexicales de Bolívar

su

decía

dijo

Simón

José

Sucre

libertador

Antonio

Lima

Marta

Angostura

Abreu

congreso

sueño

Martín

frase

América

independencia

murió

carta

repúblicas

cuando

Bolivia

fue

espada

Colombia

Rodríguez

libertad

Miranda

San

felicidad

Páez

Manuela

Artigas

1819

sacro

1826

Santander

república

padre

lanzó

esclavos

unión

Ayacucho

monte

1825

después

Santa

pensamiento

O´Higgins

libertadores

aquella

Francisco

juramento

mariscal

liga

providencia

1815

avenida

Granada

Répulsions lexicales de Bolívar

me

hay

yo

es

países

vamos

eso

todos

ahora

que

ley

tenemos

bueno

Chávez

mil

desarrollo

qué

económico

tienen

millones

les

hemos

van

esto

están

algunos

estamos

ustedes

o

cómo

país

está

proceso

va

ellos

tiene

año

pero

para

ministro

democracia

verdad

nacional

gobierno

tengo

gracias

importante

hacer

pues

ahí

si

nos

economía

asamblea

18La simple observation des éléments contenus dans le tableau amène plusieurs commentaires :

19– tout d’abord, notons les deuxième et troisième mots les plus fortement associés à Bolívar : decía et dijo. Sur près de 2000 occurrences de decía dans le corpus, près d’un quart se trouvent dans la même phrase que Bolívar. Dans le discours de Chávez, Bolívar parle. C’est la principale action de Bolívar relatée par le président vénézuélien. Ceci est d’ailleurs visible si l’on regarde l’inventaire distributionnel de notre forme-pôle ou même les segments répétés qui confirment que le verbe le plus associé à Bolívar est decir : Bolívar dijo, Bolívar dice, Bolívar decía, dijo Bolívar, decía Bolívar… À decir il convient d’ajouter l’un des seuls autres verbes présents dans la liste, lanzó, qui lui aussi est un verbe de parole tant il apparaît fréquemment dans des syntagmes du type : Bolívar lanzó la frase (frase apparaît d’ailleurs dans la liste des mots associés à Bolívar).

  • le deuxième élément remarquable est la présence importante d’un vocabulaire historique, en particulier à travers d’autres figures indépendantistes : Sucre, Abreu e Lima, San Martín, Santander, Miranda, O’Higgins. Bolívar, dans le discours de Chávez, est fortement lié au récit historique de l’Indépendance, à l’épopée révolutionnaire. Si le récit historique est privilégié, la narration de cette épopée est aussi l’occasion pour Chávez d’exalter certaines valeurs, en particulier celle de liberté. Soulignons que la modalité narrative du discours sur Bolívar est confirmée par la forte présence des substantifs, la faible présence des verbes et, pour les rares verbes présents, leur déclinaison à la troisième personne du singulier du passé (Benveniste, 1974 : 79-88).

20C’est d’ailleurs l’élément qui différencie le plus les associations lexicales des répulsions qui dessinent en creux l’image, que nous venons de brosser à grands traits, de Bolívar dans le discours de Chávez :

  • le verbe le plus rejeté par Bolívar est hacer, certes à l’infinitif. Le decir semble s’opposer au hacer, construisant dans le discours chaviste deux domaines, celui de Bolívar et celui de Chávez (qui apparaît aussi dans la liste des répulsions).

  • d’autre part, si le vocabulaire historique est associé à Bolívar, celui qui est le plus éloigné de la représentation de Bolívar, c’est le vocabulaire économique : economía, económico, millones

  • enfin, si le discours sur Bolívar est un discours non embrayé et narratif (le récit de Benveniste), parmi les formes qui lui sont le moins fréquemment associées, on trouve toutes les marques du discours (Benveniste, 1974 : 79-88) : une série de pronoms et adjectifs personnels des premières personnes du singulier et du pluriel (mí, nos, yo, me). Conjointement, on note aussi, au détriment des substantifs, la plus grande présence de mots-outils (si, pues, para, pero, o, esto, les, qué, que…) et verbes (tiene, está, están…), en particulier les indices des discours embrayés (embrayeurs : ahí, ahora, eso… et verbes aux premières personnes : sé, tengo, estamos, vamos…).

21Semblent ainsi s’articuler dans le discours chaviste, sur la base du mot Bolívar, deux discours, l’un dans la sphère du locuteur, individuel (yo) ou collectif (nos, -mos), prenant en charge le faire et ancré sur les préoccupations gouvernementales, structurelles et économiques (desarrollo, gobierno, ministro, proceso, país…), l’autre autour de la personne de Bolívar, prenant en charge un dire et construisant un récit ayant vraisemblablement pour fonction de cimenter l’auditoire autour d’un passé commun et d’exalter le patriotisme et certaines valeurs (libertad…).

22Dans cette stratégie, le mot bolivarianismo a aussi sa place. Qu’est-ce qui est, pour Chávez, bolivarien et qu’est-ce que, pour Chávez, le bolivarisme ?

Le bolivarisme chaviste

23Sur cette dernière interrogation, un premier constat : Hugo Chávez ne parle que très peu de bolivarisme (équivalent français de bolivarianismo). En effet, alors que Bolívar apparaît 3 657 fois, revolución 2 062 fois et socialismo 206 fois, bolivarianismo n’est utilisé que 37 fois ! C’est toujours 4 ou 5 fois par an, mais ça reste très peu pour un mot qui serait censé nommer l’idéologie centrale de l’action chaviste. Par contre, les adjectifs bolivariano[s] (867 occurrences) et bolivariana[s] (1 402 occurrences) sont pour leur part particulièrement présents et la préférence de Chávez pour l’adjectif qualificatif, dérivé du nom propre, plutôt que pour le substantif en -ismo, pourrait être vue comme une marque de non-idéologisation des valeurs bolivariennes. Si de la même façon que pour Bolívar on regarde à quelles périodes la qualification bolivarienne est privilégiée, bien que l’on remarque quelques différences qui mériteraient d’être étudiées, la césure de 2002 apparaît de nouveau, non plus entre 2002 et 2003 mais un peu avant, entre 2001 et 2002 (fig. 4). Cependant, le découpage du corpus en mois (fig. 5) et non plus en années indique que le changement se profile au cours de l’année 2002, quelques mois après la tentative de coup d’État d’avril 2002. Il convient de noter enfin que la qualification bolivariano[s]/a[s] ne sera pas aussi sur-utilisée que le mot Bolívar, car dès fin 2004/début 2005, le groupe de formes entre dans une période de sous-utilisation manifeste dont les raisons sociohistoriques restent à déterminer.

Figure 4 : Le groupe de formes bolivar + dans le corpus (en spécificités)

Figure 4 : Le groupe de formes bolivar + dans le corpus (en spécificités)

Figure 5 : Le groupe de formes bolivar + dans le corpus partitionné par mois (en spécificités)

Figure 5 : Le groupe de formes bolivar + dans le corpus partitionné par mois (en spécificités)

24Pour terminer, à l’aide de la méthode des cooccurrences, de l’index des segments répétés et des inventaires distributionnels, regardons ce qui est qualifié de bolivarien par Chávez :

Tableau 3 : Attractions, répulsions et segments répétés de Bolívar

Attractions lexicales de bolivariano[s]/a[s] et bolivarianismo

bolivariano

revolucionario

escuelas

viva

bolivarianos

alternativa

bolivarianas

la

círculos

revolución

república

bolivariana

pueblo

constitución

bolivarianismo

Venezuela

proyecto

movimiento

Bolívar

gobierno

juran

estudiantes

federación

quinta

movimientos

democracia

círculo

ALBA

revolucionaria

solidaridad

hoy

idea

escuela

venezolano

MBR

educación

UBV

bandera

fuerza

consolidación

para

ciudadano

concepto

integración

construyamos

coyuntura

nacional

nombre

febrero

sueño

revolucionarios

victoria

Répulsions lexicales de bolivariano[s]/a[s] et bolivarianismo

no

yo

se

%

bueno

petróleo

dólares

me

pero

si

creo

usted

esto

le

hay

intereses

lo

él

países

mercado

un

dije

gas

era

mundo

problema

casi

dice

poco

inflación

que

eso

estaba

dicen

dijo

cómo

había

uno

agua

te

cosas

unos

20

caída

dinero

estaban

guerra

imperio

Washington

otra

tan

tengo

crisis

Notions, concepts, institutions bolivariennes (nombre d’occurrences entre parenthèses)

revolución bolivariana (274)

república bolivariana (168)

constitución bolivariana (133)

escuelas bolivarianas (116)

pueblo bolivariano (89)

gobierno bolivariano (80)

alternativa bolivariana (65)

proyecto bolivariano (64)

círculos bolivarianos (52)

universidad bolivariana (52)

democracia bolivariana (47)

movimiento bolivariano (29)

idea bolivariana (28)

movimiento bolivariano revolucionario (26)

caracas bolivariana (25)

abrazo bolivariano (25)

escuela bolivariana (24)

ideología bolivariana (19)

sueño bolivariano (18)

agenda alternativa bolivariana (18)

circulo bolivariano (17)

agenda bolivariana (15)

patria bolivariana (13)

proceso bolivariano (11)

consolidación de la revolución bolivariana (11)

mujeres bolivarianas (10)

  • 12 Alianza Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América, initialement dénommée Alternativa Bolivari (...)

25Le qualificatif bolivarien s’applique principalement pour désigner l’action ou le régime chaviste, à travers toute une série de désignants plus ou moins marqués politiquement : revolución, república, democracia, proceso, proyecto… Le régime chaviste est bolivarien car il est sous-tendu par les idées, l’idéologie, le rêve bolivariens. Il est bolivarien aussi car sa Constitution est bolivarienne. On retrouve ici l’intérêt législatif de Bolívar. De façon plus générale, le bolivarisme trouve son application au niveau social, d’une part dans l’éducation (escuela[s] bolivariana[s]) et d’autre part dans l’organisation du peuple bolivarien (pueblo) dans des cercles (círculos). Par ailleurs, c’est bien le domaine économique qui semble une fois de plus assez étranger au bolivarisme (on note que quasiment aucun mot appartenant à la thématique économique n’est associé au champ lexical bolivarien et qu’au contraire ils font partie des répulsions [inflación…]). Enfin, la dernière « application » du projet bolivarien est continentale, à travers l’organisation d’une alternative, l’ALBA12, rejoignant d’une certaine façon le projet originel de Bolívar d’une Amérique supranationale. Notons pour terminer que le discours organisé autour des thématiques bolivariennes semble être un discours conceptualisé, à travers la forte présence de substantifs et d’adjectifs dans la liste des cooccurrences (contrairement à la liste des répulsions constituée principalement de mots-outils, de verbes, de marques de la première personne).

26La conclusion de cette étude ne peut qu’être une incitation à poursuivre l’analyse – par les méthodes lexicométriques notamment – du discours d’Hugo Chávez qui reste encore largement inexploré. À travers le mot Bolívar et ses dérivés comme porte d’entrée dans le discours chaviste, il a été démontré que le héros de l’Indépendance y était très présent mais que sa présence variait suivant les années, incitant alors à formuler l’hypothèse qu’une recrudescence des références historiques, et en particulier de Bolívar, à partir de 2002-2003 pouvait être due à une réaction discursive à la tentative de coup d’État. Bolívar, principalement évoqué à travers la modalité du dire, est surtout utilisé comme support d’un récit historique dans le cadre de la narration de l’épopée indépendantiste. Enfin, l’étude des dérivés lexicaux de Bolívar permet d’approcher la conception du bolivarisme chez Chávez : la qualification de bolivarien s’applique d’abord à l’action et au gouvernement chavistes et dans ce cadre ce mot prend presque une valeur performative. Puis le projet bolivarien se décline d’une part dans le domaine social et éducatif et d’autre part à l’échelle continentale à travers l’organisation de l’Alternative bolivarienne. Bien entendu, au-delà de ces constats statistiquement sûrs mais formels, un retour au contexte sociohistorique et textuel s’avérera nécessaire tout comme une analyse plus détaillée de certains éléments et leur mise en relation dans le cadre d’une interprétation plus globale du discours chaviste.

Haut de page

Bibliographie

Armony, Victor, 2000, Représenter la Nation. Le discours présidentiel de la transition démocratique en Argentine (1983-1993), Montréal, Balzac.

Benveniste, Émile, 1974, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Chávez, Hugo, 2005, Selección de discursos del presidente de la República bolivariana de Venezuela Hugo Chávez Frías (1999-2005. 7 tomos), Caracas, Ediciones de la Presidencia.

El Troudi, Haiman (dir.), 2004, Para comprender la Revolución bolivariana, Caracas, Ed. de la Presidencia de la República.

—, 2005, El salto adelante. La nueva etapa de la Revolución bolivariana, Caracas, Ed. de la Presidencia de la Republica.

Giblin, Béatrice, 2006, « Nouvelle géopolitique en Amérique latine », Hérodote, n° 123, Paris, La Découverte, p. 3-8.

Hellinger, Daniel, 2006, « Tercermundismo y chavismo », Espacio Abierto, vol. 15, n° 1-2, Maracaibo, Asociación Venezolana de Sociología, p. 323-342.

Lafon, Pierre, 1984, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Paris, Champion.

Langue, Frédérique, 2006, « Pétrole et révolution dans les Amériques. Les stratégies bolivariennes de Hugo Chávez », Hérodote, n° 123, Paris, La Découverte, p. 41-61.

Lemoine, Maurice, 2005, Chávez presidente, Paris, Flammarion.

Mayaffre, Damon, 2004, Paroles de Président. Jacques Chirac et le discours présidentiel sous la Ve République, Paris, Champion.

Parker, Dick, 2001, « Chavismo: populismo radical y potencial revolucionario », Revista Venezolana de Economía y Ciencias Sociales, vol. 7, n° 1, Caracas, Universidad Central de Venezuela, p. 13-44.

Ramonet, Ignacio, 1999, « Chávez », Le Monde diplomatique, octobre, Paris, p. 1.

Torres, Mariquita, 2007, « ¿Quién inventó a Hugo Chávez? Entrevista con Modesto Emilio Guerrero », La capital del Nordeste, 2 octobre, http://www.lineacapital.com.ar/?noticia=31905 (page consultée le 9 octobre 2012).

Woods, Alan, 2005, La revolución bolivariana. Un análisis marxista, Madrid, Fundación Federico Engels.

Haut de page

Notes

1 On a parlé de « jacobinisme autoritaire », de « dérive autocratique » (Ramonet, 1999 : 1), de « démocratie participative » (Ramonet, 1999 : 1), de « révolution antilibérale » (ibid.), de « nacionalismo […] plebeyo » (Torres, 2007), de « populismo radical » (Parker, 2001), de « proceso bolivariano […] revolucionario » (El Troudi, 2004 : 16), de « democracia revolucionaria » (Woods, 2005 : 86), de « bolivarianismo revolucionario » (Chávez, 2005, t. 5 : 142), etc. Hugo Chávez, pour sa part, a été qualifié de « populiste révolutionnaire » ou de « pétropopuliste » (Langue, 2006 : 41), etc.

2 Dans les 261 discours analysés de 1999 à 2006, bolivariano[s]/a[s] apparaît 2269 fois (soit, en moyenne, un peu plus de 8 occurrences par discours ou 1 occurrence tous les 800 mots environ).

3 Corpus constitué et complété par nos soins sur la base des 7 tomes publiés (Chávez, 2005).

4 Un corpus peut être découpé en plusieurs parties (année, etc.). Un item donné peut se répartir de façon équilibrée dans chacune des parties (distribution au hasard) ou il peut être plus fréquent dans certaines parties que dans d’autres (présentant alors un écart par rapport à la distribution au hasard). C’est cette distribution équilibrée qui est appelée distribution théorique et les distributions observées sont comparées à cette distribution théorique afin de mettre au jour les items dont le profil s’éloigne le plus de cette distribution théorique. On associe alors à la distribution observée d’un item dans les différentes parties d’un corpus des probabilités qui seront plus ou moins grandes selon que la distribution observée s’écarte plus ou moins de la distribution théorique. En d’autres termes, le calcul des spécificités permet pour un item donné de porter un jugement sur sa fréquence (f) dans une partie (t) d’un corpus en fonction de sa fréquence (F) dans l’ensemble du corpus (T). Ce jugement aboutit à un diagnostic soit de spécificité positive (l’item considéré est statistiquement sur-utilisé dans la partie considérée compte tenu de sa fréquence totale dans le corpus, c’est-à-dire que la fréquence observée est significativement supérieure à la fréquence théorique), soit de spécificité négative (l’item considéré est statistiquement sous-utilisé dans la partie considérée compte tenu de sa fréquence totale dans le corpus, c’est-à-dire que la fréquence observée est inférieure à la fréquence théorique), soit enfin de banalité (dans la partie considérée, l’item est statistiquement utilisé dans des quantités normales compte tenu de sa fréquence totale dans le corpus, c’est-à-dire que la fréquence observée est proche de la fréquence théorique). Un indice de probabilité renseigne sur l’importance statistique de la sur- ou sous-utilisation (0 pour le diagnostic de banalité et +1, +2, etc. ou –1, –2, etc. pour les diagnostics de spécificité positive ou négative) : ainsi l’indice +3 signifie que, compte tenu des paramètres (f, F, t, T), la probabilité pour que la fréquence de l’item auquel est associé cet indice soit supérieure ou égale à la fréquence observée est de 10-3, soit 1 chance sur 1000, ce qui signifie que la distribution théorique ne laissait pas prévoir (1/1000) une fréquence si élevée et donc que l’item est considéré comme spécifique de cette partie. (Lafon, 1984).

5 La méthode des cooccurrences a pour objectif de calculer les associations privilégiées entre une forme-pôle et les autres mots du corpus. Sans entrer dans les détails, rappelons-en le principe : on choisit une forme-pôle et une unité contextuelle, par exemple la phrase ; on considère ensuite toutes les phrases du corpus où apparaît la forme-pôle ; dans cet ensemble de phrases, que l’on compare au reste du corpus à l’aide du calcul des spécificités, on cherche les mots qui sont surreprésentés c’est-à-dire spécifiques (mais aussi ceux qui sont sous-représentés, c’est-à-dire les spécificités négatives constituant les répulsions). Les résultats, sous formes de listes et parfois de graphes, renseignent alors sur les mots qui sont thématiquement « attirés » par la forme-pôle car statistiquement surreprésentés dans son entourage immédiat (la phrase, le paragraphe ou un empan de mots autour de la forme-pôle) (Lafon, 1984).

6 Quelques rares occurrences désignent le programme Misión Bolívar II ou d’autres personnes dénommées Bolívar.

7 Chávez porte un intérêt particulier aux figures révolutionnaires latino-américaines qu’il évoque à de nombreuses reprises. Pour comparaison : Fidel (630 occurrences), Castro (459 occurrences), Antonio José Sucre (près de 450 occurrences), Ezequiel Zamora (411 occurrences), Francisco de Miranda (plus de 400 occurrences), Simón Rodríguez (298 occurrences), José Antonio Páez (166 occurrences), Martí (158 occurrences), Ernesto Guevara (113 occurrences), José Ignacio Abreu e Lima (101 occurrences), José de San Martín (102 occurrences), José Gervasio Artigas (81 occurrences), Salvador Allende (76 occurrences), Bernardo O’Higgins (74 occurrences), etc.

8 En effet, dans le discours présidentiel, rarement un personnage historique n’est aussi fréquemment convoqué (Armony, 2000 ; Mayaffre, 2004).

9 Les spécificités indiquent qu’il y a 1 chance sur 1072 que la sous-utilisation de 2002 soit due au hasard.

10 Allende, Artigas, Bolívar, Castro, Fidel, Gual, Guevara, Mariátegui, Martí, Miranda, Morazán, Nariño, O’Higgins, Páez, Piar, Sucre, Torres, Villa, Sandino, Zapata.

11 Il s’agit d’un extrait du tableau de cooccurrences : seuls ont été retenus ici les liens les plus forts (spécificités supérieures à +20 pour les attractions lexicales, spécificités comprises entre –7 et –46 pour les répulsions). Classées par indices de spécificité décroissants. L’unité contextuelle de cooccurrence est la phrase et la co-fréquence minimale est de 20.

12 Alianza Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América, initialement dénommée Alternativa Bolivariana para las Américas.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Bolívar dans le corpus (en fréquences relatives [x 10 000])
URL http://america.revues.org/docannexe/image/1096/img-1.png
Fichier image/png, 67k
Titre Figure 2 : Bolívar dans le corpus (en spécificités)
URL http://america.revues.org/docannexe/image/1096/img-2.png
Fichier image/png, 44k
Titre Figure 3 : Les références historiques10 dans le corpus (en spécificités)
URL http://america.revues.org/docannexe/image/1096/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 4 : Le groupe de formes bolivar + dans le corpus (en spécificités)
URL http://america.revues.org/docannexe/image/1096/img-4.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 5 : Le groupe de formes bolivar + dans le corpus partitionné par mois (en spécificités)
URL http://america.revues.org/docannexe/image/1096/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge De Sousa, « Bolívar et le bolivarisme dans le discours d’Hugo Chávez (1999-2006) », América, 42 | 2012, 103-115.

Référence électronique

Serge De Sousa, « Bolívar et le bolivarisme dans le discours d’Hugo Chávez (1999-2006) », América [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://america.revues.org/1096 ; DOI : 10.4000/america.1096

Haut de page

Auteur

Serge De Sousa

LHPLE – Université de Franche-Comté – Besançon

SYLED-CLA²T – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org