Navigation – Plan du site
II. Les stratégies de la mémoire
Les oubliés de l'Histoire

Les combattants noirs dans la guerre d’Indépendance du Pérou : les floués de l’histoire

Los combatientes negros en la guerra de independencia del Perú: los que la historia dejó de lado
Patricia Salinas
p. 119-130

Résumés

Quand on parle de l’indépendance du Pérou, on parle rarement des bataillons noirs qui ont joué un rôle important dans toute la campagne de San Martin.
Ils étaient formés d’hommes libres et d’esclaves qui s’étaient enfuis des haciendas et qui s’enrôlaient pour contester leur statut dans la société, attirés par la promesse de liberté et de citoyenneté. Ainsi, quand José de San Martin arriva à Paracas, en septembre 1820, plus de 3 000 noirs, libres ou esclaves, se présentèrent au QG de l’armée libératrice à Pisco pour prendre les armes. Dans le camp royaliste, les nécessités de la guerre entraînèrent un recrutement forcé de supplétifs, ainsi, en janvier 1821, le vice-roi José de La Serna ordonna-t-il le recrutement de 1500 esclaves des haciendas proches de la capitale, contre la même promesse de liberté à la fin de la guerre. À l’issue de la guerre, après la victoire, les promesses n’ont pas été tenues. La frustration des Afro-péruviens ont poussé nombre d’entre eux, dans les premières années de la République, à prendre le maquis, à pratiquer le brigandage ou à s’enrôler dans les différentes milices des caudillos qui se disputaient le contrôle du pouvoir.
L’esclavage ne sera officiellement aboli que trente ans après l’Indépendance et la lutte pour l’égalité citoyenne n’est toujours pas terminée.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1L’incorporation des Noirs péruviens dans les armées pendant la guerre d’Indépendance et les promesses de les affranchir qu’on leur a faites sont principalement connues par les décrets de San Martín et de Bolívar et par les témoignages présents dans les archives militaires, judiciaires et notariales.

2Pour illustrer la participation des Noirs à la guerre d’Indépendance et le traitement qui a été le leur dans les deux camps, nous avons choisi pour leur lisibilité quatre documents, parmi beaucoup d’autres, provenant de l’Archivo general de la Nación, concernant quatre esclaves soldats et qui témoignent des parcours militaires de deux d’entre eux incorporés dans les Reales Ejércitos et deux dans l’Ejército Unido Libertador.

Du côté des Reales Ejércitos

3Les armées espagnoles en Amérique comportaient un grand nombre de soldats noirs et mulâtres dont le statut n’était pas toujours le même ; des esclaves étaient recrutés, à côté de Noirs ou mulâtres libres.

Des troupes noires engagées dans le Alto-Perú depuis 1810

  • 1 Archivo General de la Nación, Fondo GOBI 3 (Superior Gobierno), Legajo 118, Cuaderno 68, Año 1818, (...)

4Le premier cas concernant les armées de la vice-royauté du Pérou est celui du soldat Pedro Boza. Nous le trouvons dans le dossier de réclamation de son arriéré de solde, constitué par sa veuve en 18181. Dans sa lettre au gouvernement, María del Carmen Gómez, l’épouse légitime, raconte que son mari, Pedro Boza, appartenait à la Primera compañía de Morenos de Lima, envoyée en 1810 dans le Haut-Pérou contre les troupes de la Première Junte de Buenos Aires. Il y avait servi entre 1811 et 1814, année funeste où il avait été tué au combat.

5Le dossier de la veuve contient sa lettre de demande, des documents notariés, le témoignage de l’un des officiers, et le détail de la solde due à son défunt mari pour en obtenir le paiement, soit 86,7 pesos, ainsi que leur acte de mariage qui nous apprend que Pedro Boza était bien un esclave, propriété d’une dame dont il portait le nom de famille, comme c’était fréquemment l’usage (Ascencio, 1984 : 43-91), et María del Carmen Gómez aussi (Archivo General de la Nación, ibid, folio 3). La demanderesse étant sans ressources, il est noté que les écritures ont été payées par la Cofradía de la Piedad.

Pour certains, un service de plus de cinq ans

6Le second parcours d’un soldat, realista malgré lui, est celui de Domingo Valera, emprisonné comme esclave en fuite, après dénonciation de la veuve de son ancien maître qui réclame sa propriété. Il écrit donc, en 1828, de sa cellule, une lettre à un juge (Reyes Flores, 1985 : 39) où il raconte que son maître l’avait fait incorporer, en 1821, dans l’armée royaliste du général Rodil. Puis qu’après avoir déserté, capturé par une autre unité royaliste, il avait été versé dans l’armée du général Canterac, sous les ordres de qui il avait combattu à Jauja, Arequipa et Cusco.

7De retour à Lima, probablement entre 1826 et 1828, il avait été arrêté et emprisonné par le nouveau pouvoir comme soldat ennemi. Puis libéré de prison, il avait donc à nouveau été détenu comme fugitif. Il demande à la justice sa libération et son affranchissement, comme cela avait été promis en 1821 à tout esclave incorporé, successivement, par les vice-rois Pezuela et La Serna. Le tribunal accepta ses arguments et le déclara définitivement libre.

L’incorporation des esclaves dans les troupes de ligne

8Ces deux parcours d’hommes mis au service de l’armée coloniale confirment plusieurs choses. Premièrement, comme les soldats Pedro Boza et Domingo Valera, des esclaves ont été incorporés et ont joué un rôle dans les troupes royales. Deuxièmement, ces incorporations ont été décidées par leurs maîtres. À partir de 1810, l’adhésion des propriétaires créoles à la cause royaliste s’est manifestée par des dons d’argent, de chevaux, de bétail, de propriétés et d’esclaves, non seulement comme domestiques, mais comme soldats, pour contribuer ainsi à la lutte pour la défense de la Couronne (Gutierrez, s.d.).

  • 2 Colección Documental de la Independencia del Perú, t. XXII, Documentación oficial española, vol. 2, (...)

9Troisièmement : les esclaves furent donnés à l’armée par leurs propriétaires, mais aussi mobilisés par la vice-royauté. Après le débarquement de San Martín, le vice-roi ordonna, par exemple, d’incorporer 1 500 esclaves des haciendas entre Ica et Carabayllo. Pour s’assurer leur fidélité, la vice-royauté avait promis aux esclaves qui la servaient l’affranchissement au bout de cinq ans de service armé2.

Les unités de Morenos et Pardos : une tradition

  • 3 Garcilaso de la Vega, el Inca, Comentarios reales, livre VII. El Negro Guadalupe commandait le prem (...)

10Rappelons que la présence de Noirs dans l’armée coloniale était d’ailleurs une tradition qui remontait au temps de la Conquête. L’un des premiers soldats noirs désigné sous son nom est « El Negro Guadalupe », cité par El Inca Garcilaso de la Vega dans ses Comentarios reales3. Et que tout au long de l’époque coloniale, des soldats noirs on été présents dans toutes les actions armées et dans tous les territoires hispano-américains (Tardieu, 2004 : 23).

  • 4 Voir Vargas Ezquerra, 2007, et Lagleyze, Mario, Manzano Lahoz, 1998 : 20-30.

11De plus, dès 1806, anticipant la rébellion, dans sa réorganisation des forces militaires, le vice-roi Abascal4 avait créé de nouveaux corps de troupe et de miliciens, en particuliers des unités de Morenos et de Pardos (de Noirs esclaves et d’hommes de couleurs libres).

12En 1820, la vice-royauté du Pérou comptait ainsi une force armée en état de combattre dont les effectifs totaux étaient d’environ 23 000 hommes (15 000 miliciens et 8 000 hommes de troupes de ligne, dont environ le quart était des Noirs). La moitié de cette armée se trouvait le long de la côte, de Lima à Pisco, par crainte d’un débarquement des troupes de San Martín en provenance du Chili.

13Dans les troupes de ligne, l’infanterie était majoritaire, 8 000 hommes, répartis en 6 régiments dont le bataillon des Morenos (600 hommes) et celui des Pardos (1 400). Dans la cavalerie de 1 080 hommes, il y avait 80 cavaliers dans l’escadron des Morenos et 150 dans celui des Pardos (Paz Soldán, 1868).

Du côté de l’Ejército Unido Libertador

14Les deux documents, provenant des Archives et qui illustrent les parcours militaires de deux soldats noirs enrôlés dans les troupes indépendantistes sont deux lettres de cession d’esclave adressées au gouvernement en 1823.

L’incorporation des esclaves fugitifs

  • 5 Archivo General de la Nación, Fondo Superior Gobierno, Legajo 38, Cuaderno 1443, Año 1823, foja 1.

15La première lettre concerne l’esclave Pedro Carrillo, cédé au gouvernement, en date du 12 mars 1823. Elle porte la signature de Victor Campos, « Americano, vecino y padre de familia en el partido de Chincha5 ». Il demande que Pedro Carrillo, de « casta morena », soit enrôlé et serve dans un régiment de ligne. Il demande aussi que Pedro Carrillo, fugitif une première fois, emprisonné et envoyé dans la « cuadrilla de cargadores de las Aduanas » de Lima, à nouveau fugitif, soit appréhendé par la force publique au nom de l’État et incorporé dans une unité régulière. Cet esclave, précise le maître, est plus doué pour le service des armes que pour le service domestique.

Un impôt en nature

  • 6 Ibid.

16Le deuxième document est la lettre de donation de Domingo, elle aussi de 1823. Elle est écrite par Manuel Ibáñez Pacheco, citoyen de Lima6, qui assure être un « verdadero adicto a la causa de América » et qui propose au gouvernement un troc : « la cesión libre y gratuita de un esclavo que sea incorporado en el batallón de Cazadores », contre l’exonération du paiement de sa quote-part de 200 pesos de l’impôt de 60 000 pesos demandé aux commerçants. En cas d‘acceptation, il demande que Domingo, « cuyo valor no baja de 300 pesos », soit émancipé et serve dans l’armée jusqu’à la totale pacification du pays.

Enrôlement volontaire et incorporations obligatoires en échange de la liberté

17Ces deux dernières lettres nous montrent que chez les Libérateurs, comme chez les partisans du camp royaliste, la cession d’esclaves à l’armée était une pratique courante. Mais nous savons que dans le camp patriotique, l’enrôlement volontaire des esclaves, en échange de l’émancipation a bien été la première forme de recrutement militaire.

18Dès le débarquement de San Martín, attirés donc par la promesse de liberté, 3 000 Noirs des deux sexes qui s’étaient échappés des haciendas de la région se sont présentés immédiatement (Miller, 1928-1929 : 68, 270-271). Ceux qui étaient aptes furent enrôlés dans les troupes libératrices, qui étaient composées de 3 000 Colombiens et de 1 000 Argentins et Chiliens, dont près de la moitié étaient des Noirs (Mörner, 1971 : 98). Au fur et à mesure de son avancée, l’armée s’enrichit ainsi d’un millier de Péruviens : des Indiens recrutés de force (« pressés », disait-on alors) et des esclaves noirs, mais moins que ce qu’on attendait. Car beaucoup des esclaves enfuis des haciendas ne se s’étaient pas enrôlés.

19C’est pourquoi l’enrôlement volontaire en échange de l’affranchissement, première forme de recrutement d’esclaves soldats dans l’armée de San Martín, a été ensuite complété, puis remplacé par l’incorporation obligatoire (Tardieu 2004 : 41-42 et Oviedo, 1871-1872 : 250-254). Dans ses mémoires, le général Miller, citant le cas de l’hacienda Cautaco, dans la région de Pisco, raconte que ce domaine avait compté plus de 900 esclaves, mais que « habiendo tomado servicio con ellos una porción, su número primitivo se había reducido mucho ». Il avait incorporé à sa troupe de 500 fusiliers et de 80 cavaliers, dont une partie était des Noirs, 30 esclaves volontaires, qui, en bonnets et ponchos écarlates, se firent remarquer pour leur bravoure et reçurent le surnom de « Los infernales ». Il en employa d’autres comme guides, éclaireurs ou agents de renseignement (Miller, 1928-1929 : 133, note 10 et Tardieu, 2004 : 25-26).

20Le courage dont ont fait preuve les esclaves soldats de l’armée indépendantiste est à mettre en regard des terribles conditions de vie qui étaient les leurs dans les haciendas sucrières et de leur espérance d’affranchissement. Ils n’avaient plus rien à perdre (Tardieu, 2004 : 27-29).

Les décrets abolitionnistes de 1821

21San Martín prit dans les semaines et les mois qui suivirent le débarquement, comme il l’avait fait en Argentine et au Chili, certes par humanisme, mais surtout par nécessité, une série de décrets abolitionnistes (Oviedo, 1871-1872, t. 13 : 250-254) : « libertad de vientre » (12 août 1821), selon lequel dorénavant les enfants de parents esclaves naîtraient libres, d’autres stipulaient la liberté immédiate pour tous ceux qui combattaient les Espagnols, des poursuites contre les maîtres qui empêchaient leurs esclaves de rallier le camp des Libérateurs, la liberté pour tout esclave dont le maître espagnol retournait en Espagne, émancipation immédiate de tout esclave en provenance de l’étranger, etc. Autant de mesures pour mobiliser les esclaves et les Noirs, stimuler leur engagement dans les troupes libératrices ou leur soutien à la cause de l’Indépendance (Rodriguez Pastor, 2005).

22Mesures prises d’urgence parce que les Créoles péruviens, sauf quelques patriotes convaincus, collaborent peu. La majorité soutiendra la vice-royauté sans vraiment beaucoup s’engager et n’abandonnera le parti royaliste que lorsqu’il deviendra évident que ses troupes ne pouvaient plus défendre ses intérêts (Bonilla, Spalding, 1972 : 43, 53, 54, et 57).

Les Noirs : une nombreuse armée de réserve

23Et nous savons que sur la côte péruvienne, les esclaves et les « castas » (Mestizos, Zambos, Negros, Mulatos, Chinos libres) étaient très nombreux. Ils étaient par rapport aux Créoles et aux Espagnols dans un rapport de 10 à 1 et, à Lima, de plus de 30 à 1 (Gamero Esparza, 2006 : 52). En 1820, les esclaves sont un peu plus de 40 000 dans le pays, plus de 30 000 sur la côte et environ 8 000 dans la capitale (ibid. : 52 ; Tardieu, 2004 : 83 ; Flores Galindo, 1991 : 82).

24Nous avons des difficultés aujourd’hui à nous imaginer ce que veut dire être un esclave et la représentation qu’en avait un propriétaire. Un esclave n’était pas un être humain, mais une chose, une marchandise, un patrimoine (De Trazegnies, 2004). Comme on le sait bien, au moment où la guerre d‘Indépendance arrive au Pérou, l’esclavage est de plus en plus contesté. Les révoltes, les fuites et les bandes armées d’esclaves se multiplient7 et, en Europe, grâce aux Lumières et à l’économie politique (celle d’Adam Smith, de Malthus ou de Ricardo), l’esclavage apparaît de plus en plus comme un crime contre l’humanité et un système de production archaïque et inefficace8.

La promesse d’émancipation : une brèche dans le système esclavagiste et racial

  • 9 Colección Documental de la Independencia del Perú, t. XXII, Documentación oficial española, vol. 2, (...)

25Les mesures de 1821 ont fait souffler un vent de liberté. Cet appel à l’incorporation contre la promesse d‘émancipation, dans les deux camps, avait ouvert une brèche dans le système esclavagiste et racial, provoquant des fuites massives d‘esclaves que ce soit pour s’enrôler ou pour se fondre dans la ville ou dans la nature, et soulevé un tollé chez les propriétaires d’esclaves. Au point que certaines haciendas perdirent jusqu’à 80 % de leur population servile. Le vice-roi Pezuela pouvait écrire en 1821 : « La multitud de esclavos sin excepción está abiertamene decidida por los rebeldes, de cuya manera esperan la libertad 9 ».

  • 10 Archivo General de la Nación, Fondo Registro notarial Ignacio Ayllón, Prot. 37, Año 1821, foja 658.

26En ville, un exemple parmi d‘autres : le gérant de la boulangerie Copacabana, à Lima, Juan Sobrero, en difficulté économique, écrit dans une requête que « sus esclavos, unos se han huído y otros se han alistado en el ejército de la Patria10 ».

27Pour la campagne, le cahier de doléances de Domingo de Orúe, présenté au Congrès en 1823, illustre bien ce que pensaient les hacendados victimes de l’enrôlement et de la fuite de leurs esclaves, perdant ainsi leur force de travail (Tardieu, 2004 : 47-48). Propriétaire de la fabrique sucrière Huayto, colonel nommé par San Martín et député, Domingo de Orúe dénonce les décrets qui, selon lui, ont ruiné l’agriculture. Ainsi, les propriétaires des vallées de Lima ont dû payer 17 000 pesos pour conserver les esclaves sélectionnés par l’armée, lui-même ayant payé 4 000 pesos (100 pesos par esclave). Il se plaint qu’une troupe armée lui ait enlevé de force 114 Noirs, qu’une autre en ait exigé la totalité et, enfin, d’avoir été accusé, par le controversé ministre de la Guerre, Bernardo Monteagudo, d’accueillir des déserteurs. Ruiné et blessé par tant ingratitude, il demande l’autorisation de s’exiler pour quatre ans dans un pays libre d’Amérique.

28En 1823, devant les protestations grandissantes des propriétaires contre l’émancipation et pour assurer les besoins de la guerre en hommes, le gouvernement décide que les esclaves ne pourront plus s’enrôler librement. Ils seront désormais incorporés dans un service militaire obligatoire, après sélection. Les propriétaires sont soumis à cette contribution patriotique, sous peine d’amendes ou de paiement d’une rançon.

Les Noirs ont participé à toutes les batailles

29Nous voyons que loin d’être un groupe minoritaire dans les forces belligérantes, les esclaves et les gens de couleur des « castas » ont participé à toutes les batailles et constitué par moments le quart des effectifs, dans les troupes régulières et dans les groupes de guerrilleros.

30Nous ignorons combien on été incorporés dans les troupes régulières ou dans les montoneras (Macera, 1977 : 54), ni combien d’entre eux sont tombés au combat, dans un camp ou dans l’autre. Une indication cependant : si l’on compare les différences de la population de la capitale, entre 1820 et 1836, on voit que la population servile a diminué de 32 % – dont 54 % pour les hommes – et la population indigène de 44 % (Tardieu, 2004 : 83). Ces réductions furent vraisemblablement causées à la fois par les mesures de libération et les nombreuses fuites, mais aussi par les morts dans les différents combats entre 1810 et 1826, quand les dernières troupes régulières espagnoles quittèrent le pays.

Les Noirs ont été trahis et les promesses non tenues

31Les événements historiques n’allaient pas tarder à effacer ces acquis proprement révolutionnaires.

Les décrets de 1821 sont abrogés

32Dès la victoire d’Ayacucho, toute une série de réglementations et de lois vont peu à peu rogner, puis abroger les décrets abolitionnistes de 1821 (Oviedo, 1871-1872, t.13 : 250-254 et Archivo General de la Nación, colección Morawsky, Legajo 8, Cuaderno 196, 1823, fojas 2). Par exemple : l’établissement du Reglamento interior de las haciendas de la costa, la limitation du bénéfice de l’émancipation aux seuls soldats incorporés avant 1824, l’arrestation immédiate de tout esclave à la demande de son maître, la rédaction du Reglamento de Policía para la capital de la República y su provincia, qui interdit aux esclaves de circuler à cheval, de consommer de l’alcool et de sortir sans billet signé par leur maître et établit un livret obligatoire pour tout travailleur libre, signé par son patron et visé par le lieutenant de police du district.

33Enfin, en 1839, la loi du Congrès de Huancayo, marquant ainsi la volonté politique de faire durer l’esclavage, abroge les décrets des 12 août et 24 novembre 1821 et repousse la sortie de tutelle des enfants d’esclaves nés libres à la naissance jusqu’à l’âge de 50 ans, en leur interdisant, sauf en cas de sévices, de demander à changer de maîtres (Tardieu, 2004 : 61-67).

34Finalement, les soldats noirs ont été trahis. Les promesses des uns et des autres n’ont pas été tenues. La realpolitik, la crise agricole et le système de production esclavagiste ont eu raison de la justice. Les promesses faites ont été balayées par le retour à l’ordre social, le rétablissement de l’économie de plantation et la satisfaction des demandes des classes possédantes lancées à la reconquête du pouvoir.

Les conséquences sociales de la frustration de liberté

35Cette trahison et cette frustration de liberté ne pouvaient avoir que des conséquences sociales graves. Car, pour les esclaves soldats, mais aussi pour tous les Noirs et pour les hommes de couleur libres la perspective avait changé. La guerre avait appris aux esclaves et à la population noire en général que l’attitude de leurs maîtres était contestable. Aussi, les comportements d’insoumission devinrent-ils de plus en plus nombreux.

  • 11 Archivo General de la Nación, Causas criminales, Legajo 1, Cuaderno 196, Año 1805-1824, cité en not (...)

36Lors d’un recensement judiciaire à l’hacienda Santa Beatriz, en 1821, après la fuite de 32 esclaves (hommes, femmes ou enfants), l’hacendado déclarait que ses esclaves « salían y entraban sin querer trabajar », se conduisant « con arrogancia, con insulto y desenfreno » et une esclave admit devant le juge : « La ninguna reverencia y desacato con que regresamos después de servir la Patria11 ».

  • 12 Bandoleros, abigeos, y montoneros. Criminalidad y violencia en el Perú, siglos XVIII-XX, ouvrage co (...)

37Les uns ne virent pas d‘autre manière de protester que la fuite. Une fuite qui conduisait à se fondre dans la population urbaine des « castas » ou à choisir la délinquance les armes à la main12. Les autres choisirent la voie légale : changer de propriétaire, obtenir sa liberté devant la justice ou, après des années d’épargne, l’acheter à son maître.

38À mesure que l’ordre était rétabli et abrogés les décrets d’affranchissement, beaucoup d‘esclaves repris par leurs maîtres s’enfuyaient à la première occasion. Ces fuites désorganisaient le système de production esclavagiste dans les haciendas, elles avaient un effet d’érosion sur l’économie de plantations et sur le pouvoir des propriétaires. La situation agricole devint telle que le Pérou dut importer du sucre.

39Un inventaire de 36 propriétés rurales dans la vallée de Surco, près de Lima, montre que 26 d‘entre elles sont « acéfalas y abandonadas ». De même en ville, des esclaves artisans et domestiques disparaissent chaque jour, se fondant dans la nombreuse population noire libre, et la crise économique oblige nombre de gens peu fortunés, propriétaires d’un seul esclave, à lui remettre une lettre de vente afin qu’il cherche lui-même un nouveau maître (Reyes Flores, 1985 : 32).

Le dilemme des esclaves soldats : dans la loi ou hors la loi

40L’exemple très connu des Lasmanuelos de Christine Hünefeldt est éclairant de la situation des esclaves soldats, après la guerre. Elle nous raconte que le père enrôlé avec 60 autres esclaves, en 1821, dans l’armée royale, avant le débarquement de San Martín à Ica, ne rentra chez lui qu’en 1827, avec une blessure par sabre, après six années de combat, sans lettre d’affranchissement, comme cela le lui avait été promis. Comme sa femme n’avait pas assez d’argent pour acheter sa liberté, il l’acheta lui-même à son maître, qui ne voulait plus de lui parce que physiquement diminué, en s’endettant auprès d’une métisse pour qui il dut travailler jusqu’à sa mort.

41Le fils, Manolo, qui avait fui son maître en 1821 et s’était intégré à une bande de cimarrones, blessé dans un accrochage avec une troupe de montoneros patriotes, se joignit à eux et combattit jusqu’en 1825, pensant gagner ainsi sa liberté. Mais apprenant les annulations de décrets abolitionnistes, les montoneros se convertirent en bandoleros. Revenu à Lima et reconnu par son maître, il fut arrêté et réclama en vain son affranchissement pour avoir servi la patrie pendant quatre ans, jusqu’à ce qu’il achète enfin sa liberté en 1830 (Hünefeldt, 1992 : 37-40).

Montoneros et Bandoleros

42Pour ceux qui entraient dans les bandes armées, soutenues localement par de véritables réseaux logistiques, prendre les armes et rançonner étaient un mode de subsistance, une révolte contre l’ordre social et parfois le moyen d’assouvir sa vengeance (Aguirre, 1995 : 271). Ces groupes comptaient de 20 à 40 membres et étaient dans leur grande majorité constitués de Negros, Mulatos y Zambos. Une grande partie d’entre eux étaient des esclaves en fuite, des soldats trahis, des « castas » libres qui, après avoir servi dans l’un des deux camps, travaillaient désormais pour leur propre compte (ouvrage collectif, 1990 : 157, 165-167, 177). De nombreuses haciendas furent ainsi assiégées et leurs cultures ravagées jusqu’en 1854, date de l’abolition de l’esclavage.

  • 13 Archivo General de la Nación, Colección Moreyra, D 1-68-1769.

43Dans les livres de comptes de l’hacienda La Calera13, on peut lire pour 1821 : « En estos tiempos empezaron las calamidades de saqueos, ruinas y destrozo absoluto de todo ». La feuille est blanche pour 1822 et pour 1823 : « Año de calamidades, ruinas y destrucción general. Saqueo de montoneros y esclavos sostenidos por el gobierno ». Pour 1825 : « Continuación de las mismas y mayores desgracias ».

44Cette délinquance, issue de la liberté frustrée, ne manqua pas d’inquiéter les gouvernements et tous ceux qui réclamaient le retour de l’ordre esclavagiste. La peur d’un complot noir fut générale. Il y eut des arrestations et des exécutions, sans qu’aucune preuve de sédition organisée, hors d’actions contestataires, ait jamais été apportée (Gamero Esparza, 2006). Ainsi, en 1835, le chef montonero León Escobar réussit avec sa bande armée le tour de force de prendre Lima et d’occuper quelques heures le fauteuil présidentiel au Palacio del Gobierno, Ricardo Palma l’évoque dans une de ses traditions : « Un negro en el sillón presidencial » (Tradiciones peruanas, t. VI, p. 88).

Épilogue : les floués de l’histoire de l’Indépendance

45Les livres d’histoire ne disent presque rien des soldats noirs de la guerre d’Indépendance et la plupart des essais écrits pendant l’ère républicaine et la République aristocratique n’en disent pas davantage. Les Noirs et en particulier les esclaves sont les oubliés de la guerre, enfouis dans quelques archives militaires ou judiciaires.

46Oubliés parce que les Créoles et les élites péruviennes ne pouvaient qu’être seuls sur le devant de la scène patriotique. Parce que l’Espagne était leur patrie perdue et le Pérou leur république, où l’abandon du système servile et de l’organisation coloniale était pour eux proprement inimaginable. Parce l’indépendance péruvienne et l’instauration de la république n’étaient pas une révolution, et qu’au-delà de la rhétorique patriotique, elles n’ont pas changé grand-chose ni socialement ni politiquement (Bonilla, Spalding, 1972 : 43, 53, 54, 57).

47Parce que l’indépendance, du point de vue politique, fut une affaire de « Blancs » et une affaire d’élite qui en remplaçait une autre. Parce que mettre en évidence le rôle joué par les esclaves, par les Noirs, par les indigènes et par les « castas », c’était aussi parler des promesses impossibles à tenir parce que les Créoles ne pouvaient pas accepter le bouleversement social qu’elles impliquaient et ne pouvaient pas concevoir une égalité avec des êtres qu’ils avaient jusque-là traités comme des biens et comme des bêtes.

48Parce que, comme le dit Frantz Fanon dans les dernières lignes de Peau noire, masques blancs (Fanon, 1971 : 187) : « Le malheur de l’homme de couleur est d’avoir été esclavagisé. Le malheur et l’inhumanité de l’homme Blanc sont d’avoir tué l’homme quelque part. »

Haut de page

Bibliographie

Aguirre, Carlos, 1995, Agentes de su propia libertad. Los esclavos de Lima y la desintegración de la esclavitud 1821-1854, Lima, PUCP, Fondo editorial.

Ascensio, Michaelle, 1984, Del nombre de los esclavos, Caracas, Universidad Central de Venezuela.

Bonilla, Horacio, Spalding, Karen, 1972, « La Independencia en el Perú: las palabras y los hechos », in La Independencia en el Perú, ouvrage collectif, Lima, IEP, Campodonico Ediciones.

Castelar, Emilio, 1870, « Abolición de la esclavitud », Diario de Sesiones de las Cortes Constituyentes, 20 juin, in de Cuéllar, F., Antología de las Cortes Constituyentes de 1869 y 1870, Cortes Generales, Congreso de los diputados, Lima, Talleres Tipográficos de La Mañana, 1913-1914.

Colección Documental de la Independencia del Perú, t. XXII, Documentación oficial española, vol. 2, Lima, 1973.

de Trazegnies, Fernando, 2004, « Y el grito de libertad finalmente en sus costas se oyó », discurso de conmemoración por los 150 años de la abolición de la esclavitud en el Perú. Academia Nacional de la Historia, 14 décembre. http://macareo.pucp.edu.pe/ftrazeg/aafbc.htm

Fanon, Franz, 1971 [1952], Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil.

Flores Galindo, Alberto, 1991, La ciudad sumergida. Aristocracia y plebe en Lima, 1760-1830, Lima, Editorial Horizonte.

Gamero Esparza, Carlos, 2006, « Esclavitud de por acá (la de ébano y la de los otros) y la historia paralela (Primera Parte: Años 1000 a. C.-1824 d. C.) », Revista Vivat, n° 80, novembre, p. 52 sq.

Gutiérrez, Rafael, s.d., Los Olvidados de la guerra, Museo Histórico el Norte, http://www.museonor.gov.ar/olvidados.htm (page consultée le 9 octobre 2012).

Hünefeldt, Christine, 1992, Lasmanuelos, vida cotidiana de una familia negra en la Lima del S. XIX, Una reflexión histórica sobe la esclavitud urbana, Lima, col. Mínima, IEP.

Lagleyze, Luqui, Mario, Julia, y Manzano Lahoz, Antonio, 1998, Hombres en uniforme. «Los Realistas» (1810-1826). Virreinatos del Perú y de la Plata, y Capitanía General de Chile, vol. 5, Valladolid, Quirán.

Macera, Pablo, 1977, Trabajos de historia, Lima, INC, t. 4.

Miller, John, 1928-1929, Memorias el general Miller al servicio de la República del Perú, 2 tomos, Madrid, Editorial América.

Mörner, Magnus, 1971, Le métissage dans l’histoire de l’Amérique latine, Paris, Fayard.

Ouvrage Collectif, 1990, Bandoleros, abigeos, y montoneros. Criminalidad y violencia en el Perú, siglos XVIII-XX, Lima, Edición del Instituto de Apoyo Agrario.

Oviedo, Juan, 1871-1872, Colección de Leyes, Decretos y Ordenes publicados en el Perú desde el año de 1821 hasta el 31 de diciembre de 1859, Lima, F. Bailly ed., 16 vol.

Palma, Ricardo, 1945, « Un negro en el sillón presidencial », in Tradiciones peruanas, Madrid, Espasa Calpe, 6 vol., t. VI.

Paz Soldán, Mario Felipe, 1868, Historia del Perú independiente, primer periodo 1819-1922, vol. I, Lima, Imprenta y Estereotipia de Carlos Paz Soldán, p. 55. Biblioteca Nacional de Maestros, Caja 0060, v. 1.

Reyes Flores, Alejandro, 1985, Esclavitud en Lima, UNMSM.

Rodríguez Pastor, Humberto, 2005, « Abolición de la esclavitud en el Perú y su continuidad », Investigaciones Sociales, Año IX, n° 15, Lima, UNMSM/IIHS, p. 441-456.

Tardieu, Jean-Pierre, 2004, El decreto de Huancayo. La abolición de la esclavitud en el Perú, Lima, Fondo editorial del Congreso del Perú.

Vargas Ezquerra, Juan Ignacio, 2007, « La previsión política de un soldado: Abascal, Virrey del Perú », communication au XII° Congreso Internacional de la AEA : « Huelva y América », 10-27 septembre 2007, in Actas del XIIº Congreso de la AEA. 2007, Huelva, vol. I, AEA-Servicio de Publicaciones de la Universidad de Huelva ; http://www.americanistas.es/biblo/textos/c12/c12-104.pdf (page consultée le 9 octobre 2012).

Vilar, Pierre, 1972, « Participación de las clases populares », in La Independencia en el Perú, ouvrage collectif, Lima, IEP, Campodonico Ediciones.

Haut de page

Notes

1 Archivo General de la Nación, Fondo GOBI 3 (Superior Gobierno), Legajo 118, Cuaderno 68, Año 1818, folios 2, 4 et 5.

2 Colección Documental de la Independencia del Perú, t. XXII, Documentación oficial española, vol. 2, Lima, 1973, p. 72, cité par A. Reyes Flores, 1985 : 39.

3 Garcilaso de la Vega, el Inca, Comentarios reales, livre VII. El Negro Guadalupe commandait le premier corps de soldats noirs pendant la rébellion de Francisco Hernández Girón, contre les nouvelles lois imposées par la Couronne espagnole.

4 Voir Vargas Ezquerra, 2007, et Lagleyze, Mario, Manzano Lahoz, 1998 : 20-30.

5 Archivo General de la Nación, Fondo Superior Gobierno, Legajo 38, Cuaderno 1443, Año 1823, foja 1.

6 Ibid.

7 http://www.cimarrones-peru.org/boletin24.htm (page consultée le 9 octobre 2012). Flores-Galindo, A, présentation dans Tardieu, 2004 : 11, 13. Vilar, 1972 : 159.

8 Voir discours de Castelar, 1870 in de Cuéllar, 1913-1914, et Cronología: Esclavitud y trata del negro en América, Antología del Ensayo Hispánico, http://www.ensayistas.org/antologia/XIXE/castelar/esclavitud/c-esclavitud.htm (page consultée le 9 octobre 2012).

9 Colección Documental de la Independencia del Perú, t. XXII, Documentación oficial española, vol. 2, Lima, 1973, p. 38.

10 Archivo General de la Nación, Fondo Registro notarial Ignacio Ayllón, Prot. 37, Año 1821, foja 658.

11 Archivo General de la Nación, Causas criminales, Legajo 1, Cuaderno 196, Año 1805-1824, cité en note 2, p. 245, in Aguirre, 1995.

12 Bandoleros, abigeos, y montoneros. Criminalidad y violencia en el Perú, siglos XVIII-XX, ouvrage collectif, 1990 : 144, 146.

13 Archivo General de la Nación, Colección Moreyra, D 1-68-1769.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Salinas, « Les combattants noirs dans la guerre d’Indépendance du Pérou : les floués de l’histoire », América, 42 | 2012, 119-130.

Référence électronique

Patricia Salinas, « Les combattants noirs dans la guerre d’Indépendance du Pérou : les floués de l’histoire », América [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://america.revues.org/1108 ; DOI : 10.4000/america.1108

Haut de page

Auteur

Patricia Salinas

CRICCAL – Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org