Navigation – Plan du site
II. Les stratégies de la mémoire
Les oubliés de l'Histoire

L’indépendance du Chili : les conséquences sur le peuple mapuche (1810-2010)

La independencia de Chile: sus consecuencias sobre el pueblo mapuche (1810-2010) 
Thierry Nouaille
p. 131-143

Résumés

On a fêté, le 18 septembre 2010, le bicentenaire de l’indépendance du Chili. Le présent travail montre que les diverses tentatives étatiques d’imposer au peuple mapuche la souveraineté de la République n’eurent pas l’effet escompté. Entre 1810 et 2010, malgré des méthodes pour la plupart destructrices, le peuple autochtone du Chili offre une résistance culturelle notable. Au début du XXIe siècle, les mapuche se mobilisent pour obtenir le statut de « Nation » et demandent l’autonomie. Cela pose le problème de la reconnaissance culturelle et juridique du peuple indigène alors que Sebastián Piñera vient d’accéder à la présidence de la République le 11 mars 2010. Nul doute que le cas mapuche, depuis longtemps occulté, va devenir un des axes prioritaires de la politique chilienne de ce nouveau siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les traductions du mapudungun en espagnol ont été effectuées par l’auteur de ce travail.

Epu pataka trhipantu gñetui, gnekapai pu winka inchin ñi mapü, düamtulafi mapuche gñi felen, feimü kutrhantulein tain mapuchegñen, feula feimu muletuy wechan dügu1.
En dos cientos años de independencia, los chilenos están pagando las consecuencias de una situación que no se resolvió como correspondía con el pueblo mapuche, lo que engendró muchas cicatrices supurantes todavía, muchas heridas antecedentes.
Antonio Cadín Huentelao
Porte-parole de la Communauté Juan Paillalef à l’ONU
Entrevue du 23 juillet 2010, Chili.

1À l’aube de l’indépendance, les Mapuches contrôlent un territoire de cinq millions d’hectares, c’est-à-dire une des surfaces terrestres les plus vastes jamais contrôlées par un peuple indigène d’Amérique latine. Ils sont présents jusqu’à l’actuelle région de Buenos Aires et se sont transformés en gardiens de bétail avertis.

  • 2 Entrevue avec Mme Flor Calfunao, le 10 octobre 2010, Suisse.

2Les racines étymologiques mapu (terre) et che (homme) résument à elles seules la vision culturelle de ce peuple : la terre est antérieure à l’homme qui dépend d’elle. Pour la Mapuche Flor Calfunao, qui vit en Suisse depuis 1996 et demande l’asile politique depuis 2008, « la tierra es el origen del mapuche, y nosotros estamos como profundamente enraizados en ella »2. Ce profond attachement à la terre est une notion fondamentale pour comprendre réellement le traumatisme engendré par l’indépendance.

3Dès l’expédition de Pedro de Valdivia, un des objectifs principaux a été de construire des villes et des forts « en medio de las zonas que poseían una mayor densidad de población autóctona » (Mellafe, 1995 : 256). Chose surprenante, les conquistadors n’ont réussi « qu’à reporter la frontière du territoire mapuche quelques fleuves plus au sud » (Arrué, 2001 : 163), au niveau du fleuve Bío-Bío, sous prétexte de maintenir les Mapuches « tranquilos y contentos » (Villalobos, 1982 : 31).

4Or, pour les Créoles indépendantistes, le territoire chilien va sans discontinuité jusqu’au détroit de Magellan, même si en 1810, ses délimitations sont encore très floues. La côte ouest s’étend du fleuve Loa jusqu’au bout du continent. La côte est commence à hauteur du volcan Maipo pour rejoindre les extrémités des fleuves Diamante et Quinto jusqu’à couper le 65° de longitude ouest de Greenwich, dernier point à partir duquel il faut prendre la direction sud pour rejoindre le fleuve Chubut (côté Atlantique), et redescendre jusqu’à la fin du continent sud-américain (Eyzaguirre, 1969 : 51).

  • 3 Cet aspect est traité dans le travail suivant : Ramírez, F. X., 1994, Coronicón sacro-imperial de C (...)

5Entre l’arrivée des Espagnols et la veille de l’indépendance, on note « la disminución precipitada de la población indígena » (Monsalve Neira, 2009 : 52) : en effet, un million de Mapuches peuplent l’Araucanie en 1541 (Hernández, 1985 : 14) contre 112 000 en 18133.

6Il y a presque un mois, si je me réfère à la date de notre colloque, que le Chili a fêté le bicentenaire de son indépendance. La date du 18 septembre 2010 nous rappelait alors que deux cents ans plus tôt, un groupe de Créoles profitait des invasions napoléoniennes en Espagne et de la captivité de Ferdinand VII pour amorcer un processus d’autodétermination. La récente démission du gouverneur Francisco García Carrasco, accusé de contrebande, et la publication de l’article « Catequismo político crístico » par un auteur anonyme dénonçant les méfaits de la colonie au Chili (Sarget, 1996 : 38) viennent entériner cet état de fait. L’indépendance du pays va confronter le peuple mapuche à un nouveau destin, car le gouvernement désire intégrer le territoire indigène à la république.

7Dans le présent travail, je propose aux lecteurs de mieux comprendre les conséquences engendrées par l’indépendance du Chili sur le peuple mapuche. Pour cela, dans une première partie, je traiterai la guerre d’Indépendance et, dans une deuxième partie, j’aborderai la situation actuelle.

Le territoire chilien jusqu’à la fin des guerres indépendantistes (1881)

Le territoire chilien jusqu’à la fin des guerres indépendantistes (1881)

La guerre d’Indépendance

8À la veille de l’indépendance, la fixation définitive des frontières est un enjeu majeur. Les Mapuches ont compris qu’un des principes de la politique indépendantiste est de rattacher leur territoire au territoire national. L’image mapuche est donc sublimée pour que l’Araucanie ne soit pas un obstacle à la formation de la république. Or, que les Mapuches se rangent majoritairement du côté espagnol, et défendent activement leurs terres, sont deux prises de position perçues comme une trahison : le mythe mapuche s’en trouve affaibli.

  • 4 El Meteoro, Los Ángeles, 15 décembre 1866.

9Les puissants chefs Güerchunquir, Lencapí et Cheuquemilla (Torrente, 1829-1830 : 203) appuient les Espagnols, mais la défaite royaliste lors de la bataille de Chacabuco (1817) sonne le glas pour le territoire ancestral mapuche : « Ahora es ocasión de hacer con ellos [esos terrenos arrendados] cualquiera de estas dos cosas: o enajenarlos en pública subasta o colonizarlos »4.

10Bernardo O’Higgins considère que les indigènes font partie intégrante de « una gran familia », comme il l’indique dans sa lettre envoyée en 1830 à José Joaquín Prieto (Eyzaguirre, 1969 : 60). Cette référence à la cohésion républicaine montre que les minorités ethniques doivent se soumettre à cette vision de société. L’article du 24 mai 1859 paru dans El Mercurio de Valparaíso souligne cet aspect :

Los hombres no nacieron para vivir inútilmente y como los animales selváticos, sin provecho del género humano; y una asociación de bárbaros tan bárbaros como los pampas o como los araucanos no es más que una horda de fieras, que es urgente encadenar o destruir en el interés de la humanidad y en el bien de la civilización.

11Essayer de quantifier les pertes mapuches lors de la guerre d’Indépendance n’est pas chose aisée. Les sources n’apportent aucun chiffre concret, ce qui paraît d’ores et déjà assez révélateur. Mais, compte tenu du fait que les Mapuches ont soutenu Benavides jusqu’en 1832 (Vicuña M., 1972 : 124) et que l’envie de punir le « traître » mapuche était grande, avancer le chiffre de 5 000 morts n’est pas excessif.

12La guerre indépendantiste n’est toutefois que des prémices. Cornelio Saavedra propose la Pacification de l’Araucanie au Congrès en 1861 pour prendre définitivement le contrôle des terres mapuches. Il prévoit de créer deux lignes frontières peuplées de petits forts munis de pièces d’artillerie : l’une doit avancer la frontière jusqu’au fleuve Malleco, tandis que l’autre doit verrouiller le territoire du sud à hauteur du fleuve Toltén.

  • 5 Revista del Sur, 21 février 1881.

13En 1878 et 1880, deux autres lignes de forts s’implantent respectivement au niveau des fleuves Traiguén et Cautín pour aboutir à la domination totale de l’espace territorial indigène (Saavedra, 1870 : 10). L’avancée militaire est secondée par la vente aux enchères des terres : 46 127, 50 000 et 77 000 hectares sont respectivement vendus en 1873, 1875 et 1878 depuis Santiago (Bengoa, 2000 : 258), ce qui montre l’extrême convoitise des propriétaires terriens. La presse de l’époque se repaît des événements : « Se debería correr a los indios. Que no quedara ninguno en el Cautín y el Malleco. […] ¡ADELANTE, ADELANTE! Que concluya de una vez para siempre el caos5. »

L’usurpation progressive du territoire mapuche (1810-1885)

L’usurpation progressive du territoire mapuche (1810-1885)
  • 6 L’ingénieur belge Gustave Verniory qui reste au Chili de 1889 à 1899 pour la construction du chemin (...)

14L’histoire mapuche est donc intimement liée à l’histoire de la constitution du Chili moderne. Les Mapuches sont parqués dans des réserves6, une situation que dénonce Lorenzo Colimán, acteur témoin de l’époque, en affirmant que « lo que hemos conseguido con la civilización que dicen que nos han dado, es vivir apretados como el trigo en un costal » (Bengoa, 2000 : 326).

15Grâce à une armée qui s’est professionnalisée, la victoire chilienne lors de la guerre du Pacifique (1879-1884) donne une nouvelle impulsion à l’occupation des terres indigènes. Parallèlement, la Campaña del desierto, véritable guerre exterminatrice contre l’opposant mapuche calquée sur le modèle chilien, permet à l’Argentine de conquérir définitivement la Patagonie en 1885.

  • 7 Entrevue avec M. Freddy Barriga (avocat), le 24 juillet 2010, Chili.

16Telle une continuité aux guerres indépendantistes, la Pacification de l’Araucanie a été orchestrée pour que les terres nouvellement peuplées donnent leur pleine mesure. L’Araucanie doit faire office de plateforme expérimentale pour une agriculture capitaliste moderne de style européen, calquée sur le modèle californien. Cette situation entraîne une importante hausse des prix, la spéculation et de nombreux excès, et quand le gouvernement « vio las injusticias y hambrunas que se produjo en los mapuches les entregó tierras pero con título de merced »7.

17De fait, entre 1884 et 1919, 475 423 hectares sont vendus à 77 751 Mapuches par l’intermédiaire de 3 078 titres de propriété collective (Morales, 1982 : 145). C’est insignifiant au regard des surfaces offertes dans le même temps aux non-Mapuches, sans oublier que « beaucoup de Mapuches (environ un tiers) restent en dehors de ces attributions » (Arrué, 2001 : 173), et qu’entre 1927 et 1970, « los colonos transformados en latifundistas han usurpado un 25 % (unas 131 000 hectáreas) de las 526 286 asignadas originalmente » (Fernández, 1953 : 29).

18Pour la Pacification de l’Araucanie, un tableau intéressant met en évidence les campagnes militaires en territoire mapuche de novembre 1868 à avril 1869 (Bengoa, 2000 : 222). Partant du principe que certains blessés succombaient à leurs blessures, la perte minimale par semestre est de 230 Mapuches, soit environ 500 morts par an. Sur une vingtaine d’années (1861-1881), cela fait 10 000 victimes et, sachant que certaines années ont été beaucoup plus meurtrières, les pertes s’élèvent facilement à 13 000 hommes.

  • 8 Les violations et tueries orchestrées à l’encontre des Mapuches sont également dénoncées dans les t (...)

19La presse alerte sur ces massacres. Le journal local libéral El Meteoro de Los Ángeles est le premier à parler de « guerra de exterminio » le 19 décembre 18688. Dans son numéro du 5 février 1869, El Mercurio de Valparaíso reconnaît à son tour ces exactions en qualifiant cette guerre comme « una guerra de salvajes ». Par conséquent, face à cette mauvaise image, les troupes chiliennes ont minimisé les pertes mapuches, et certains massacres ont été perpétrés incognito. Les pertes réelles ont donc dû avoisiner, voire dépasser, les 15 000 têtes.

  • 9 Conversation téléphonique avec M. Juan Guzmán, le 16 septembre 2010.

20Ainsi, le xixe siècle a été de nouveau un siècle noir pour les Mapuches car la perte minimale de 20 000 personnes a largement handicapé son essor démographique pour le siècle suivant. Juan Guzmán indique que « las escusas para este genocidio velado y engañoso son iguales que todas: pueblos inferiores, sin alma, inútiles, ocupantes de tierras que debían ser mejor explotadas9 ».

21Le recensement de 1907 indique que la population mapuche a encore baissé : 101 118 personnes (Comisión Central del Censo, 1908 : XXII) tandis que la population du Chili, elle, a été multipliée par quatre depuis 1813, passant de 823 685 habitants (Estadísticas del Bicentenario, 2010 : 2) à 3 249 279 habitants (Comisión Central del Censo, 1908 : XVII).

22La spoliation des terres mapuches a donc eu d’effroyables conséquences sur la démographie. Si les pertes mapuches ont entraîné une baisse de leur représentativité au sein de la population chilienne, elles ont donné naissance à une nouvelle volonté nationale : celle de se convaincre que l’indigène n’existe plus.

23Au tournant du siècle, la civilisation mapuche est perçue comme « déchue, une civilisation de vaincus en voie de disparition » (Arrué, 2001 : 167). On ne loue plus la bravoure ni les qualités guerrières des Mapuches, on leur accorde les qualificatifs péjoratifs flojos, borrachos, pobres et même terroristas :

  • 10 Entrevue avec une personne qui a désiré conserver son anonymat et qui appartient au monde juridique (...)

El secreto es que en Chile, existe una especie de culto por los mapuches pero un culto hipócrita. Hay una verdad oficial y una verdad que no es oficial: la verdad oficial es que los chilenos están muy orgullosos de los mapuches y que los relevan nombres mapuches a sus calles porque tienen un alto concepto de ellos. En realidad, la gente piensa que los mapuches son una cuestión que no hay que imitar: es una cultura de doble estandarte10.

  • 11 Ercilla y Zúñiga, A. de, 1569, La Araucana, Madrid, en casa de P. Cossin.
  • 12 Nuñez de Pineda y Bascuñán, 1863, F. de, Cautiverio feliz, Santiago, Imprenta del ferrocarril.

24La minorité mapuche a toujours eu une influence notable sur la société chilienne. Sa lutte singulière contre les envahisseurs de son territoire s’est progressivement transformée en une source d’inspiration inaltérable tant au niveau de la poésie11 que de la prose12. Toutefois, si certains chefs charismatiques tels que Lautaro, Caupolicán et Galvarino sont assimilés à de véritables héros nationaux, il n’en reste pas moins que cet artifice a été mis en place pour inscrire cet héroïsme dans un passé révolu, dans le but de faire place à un nouvel avenir basé sur le modèle indépendantiste républicain, à travers lequel l’absorption indigène au sein de la masse chilienne est une priorité.

La situation actuelle

25La société dominante a arraché les terres d’Araucanie à son peuple d’origine. À Arauco et Llanquihue (1963), il y a 3 048 réserves sur 565 931 hectares (CIDA, 1966 : 79), contre 2 000 réserves pour 350 000 hectares (Tordera, 1982 : 152) à Arauco, Cautín et Malleco en 1979. La transformation des communautés mapuches (alors considérées juridiquement comme des propriétés collectives) en propriétés privées engendre la disparition de la majeure partie des réserves qui tombent au nombre de 665 vers 1980.

  • 13 La Tercera, Santiago, 27 avril 1998.

26Pourtant, la terre reste un des piliers fondamentaux de la culture mapuche et, malgré toutes les souffrances endurées, l’indigène revendique encore le droit de récupérer ses terres ancestrales. Le professeur de mapudungun José Painaqueo Paillán analyse la stratégie indépendantiste de la manière suivante : « Chile intervino militarmente nuestro territorio. Y poco a poco nos fue echando de nuestras tierras. […] Se pretendía liquidarnos como minorías, mezclándonos con la masa13. »

27Le mouvement mapuche a pris une forme revendicative : « comienza a expresarse territorialmente a partir de la década de 1960 » (Correa, Molina, Yáñez, 2005 : 10), par l’intermédiaire de la réforme agraire qui a entrouvert l’espoir de récupérer des terres.

  • 14 Mme Calfunao est en liberté conditionnelle depuis le 9 septembre 2010. Son emprisonnement est lié à (...)
  • 15 Entrevue avec Mme Juana Calfunao, le 16 janvier 2009, Chili.

28Mme Juana Calfunao Paillalef14, chef de la plus puissante communauté mapuche, indique qu’au Chili « hay espacio para los mapuches y para los no mapuches y debería existir un reconocimiento recíproco »15. Sa vision du bicentenaire de l’indépendance se comprend non seulement à travers la citation suivante, mais aussi dans son dessin du 18 septembre 2008 :

Feimü, ¿chemuam? Lagüm chepaigûn, gnekapainmu, chuchikagñepain lagümka cheigün, gültrhekañepain, cerhañtükuñein, inayawülñein, kizuegün gña ñi küme feleal, welü, kimlain chuntepüal tüfachi dügu, chumül gñi afal tufachi gnekan, tufachi kaketrhipache pilay gñi küme feleal pu mapuche kizu tañi gnelkawal.
Pero, ¿a costa de qué?: de matanza, de sometimiento, de subordinación, de criminalización, de judicialización, de exterminio en forma institucionalizada. No podemos permitir que ciertas personas estén en nuestro territorio y se nos arrincone, se nos encarcele, se nos persiga a causa de su avaricia o por su codicia; pero, ¿Hasta dónde vamos a llegar y cuándo va a ser el día que la gente va a terminar esto? ¿No quiere reconocer una identidad distinta el Estado chileno?

Source : bibliothèque personnelle de Mme Juana Calfunao Paillalef, Temuco, Chile.

  • 16 Entrevue avec M. Arturo Rondán (avocat), le 13 janvier 2009, Chili.

29Pendant deux cents ans, la République chilienne s’est attaquée au fondement même de la culture mapuche : la terre. Elle s’est engagée dans une lutte sans fin avec un peuple qui ne renonce pas. Par l’intermédiaire de la Corporación Nacional Indígena, le gouvernement rend progressivement des terres aux Mapuches, mais ce processus est lent et peu équitable, ce que dénonce un avocat chilien : « Es una estrategia estatal cuando beneficia una Comunidad y perjudica a otra. El gobierno utiliza este aspecto para mantener la división y para incluso incentivarla16. »

  • 17 Patricio Aylwin (1990-1994), Eduardo Frei (1994-2000), Ricardo Lagos (2000-2006).
  • 18 M. Juan Guzmán a été le juge d’instruction des nombreuses plaintes déposées à l’encontre d’Augusto (...)

30D’autre part, à partir de 1990, les divers gouvernements de la Concertation17, en apparence enclins à résoudre le cas des terres mapuches, ont aggravé la situation selon les dires de l’ex-juge d’instruction Juan Guzmán18 :

  • 19 Entrevue avec M. Juan Guzmán, le 29 janvier 2009, Chili.

Aylwin no hizo lo que prometió. El Gobierno de Frei establece la celulosa más importante de Chile en Araucanía y comienza una invasión de carácter industrial y de carácter energético espantosa muy grande19.

31Après la dictature, les Mapuches pouvaient espérer un dialogue auprès des nouvelles instances politiques, mais ils n’obtiennent pas gain de cause :

  • 20 Entrevue avec M. Alejandro Herrera (directeur de l’Instituto de Estudios Indígenas, université de L (...)

El Estado ha aplicado todos los mecanismos políticos y estratégicos que conoce bien para dividir y confrontar el movimiento indígena. Entonces, los sistemas de cooptación es la manera más fácil y más sólida para terminar con un potencial enemigo20.

  • 21 Entrevue avec M. Jorge Pinto (professeur d’histoire, université de La Frontera), le 23 janvier 2009 (...)
  • 22 Entrevue avec Mme Mercedes Paillalef, le 22 juillet 2010, Chili.

32Le problème de la restitution des terres est complexe : « las rivalidades e intereses se cruzan y a veces se contraponen, sin hablar de algunos sectores vinculados que están para que este conflicto se mantenga21 ». Le problème conceptuel de la terre répond, en effet, à deux visions distinctes de société. Pour l’Occidental, la terre est un outil de production qu’il faut optimiser. Or, pour le Mapuche, c’est le bien le plus précieux cédé à l’humanité et il n’en attend que le nécessaire vital. La terre est la gardienne du patrimoine culturel du Mapuche « íntimamente ligado a la Madre Naturaleza22 ».

  • 23 Loi n° 19.253 publiée dans le Diario Oficial de la República de Chile, Santiago, 5 octobre 1993.

33Le dernier recensement officiel au Chili, effectué en 2002, indique que le pays compte 15 116 435 habitants, cinq fois plus qu’au début du xxe siècle. Les groupes ethniques reconnus par la législation en vigueur23 (Alacalufe, Atacameño, Aimara, Colla, Mapuche, Quechua, Rapanui, Yámana) représentent 692 192 personnes dont 87,31 % sont mapuches (Instituto Nacional de Estadísticas, 2002 : 23-24).

34Ces chiffres semblent évocateurs, certes, mais ne reflètent pas la réalité car les Mapuches sont plus nombreux. Cela se vérifie tout d’abord avec l’estimation de 2006, qui porte la population mapuche à 924 560 individus (Encuesta CASEN, 2007 : 44). La représentativité indigène au sein du pays a été calculée par rapport aux personnes qui se considéraient comme appartenant à un groupe ethnique. Or, dans le cas des Mapuches, victimes d’une importante discrimination depuis plusieurs siècles, nombre d’entre eux préférèrent ne pas évoquer leur condition, sans oublier que certains ne parlaient pas correctement l’espagnol. Par ailleurs, les importants intérêts économiques en jeu au xxe siècle ont mis sous pression les Mapuches pour qu’une majorité se sépare de ses terres, ce qui a conduit certains à ne pas vouloir se différencier au niveau racial.

35Soulignons que les gouvernements successifs contemporains ont rarement mis en valeur leur pluralité ethnique. Dans les statistiques officielles de la CASEN d’avant 1996, par exemple, les termes etnia ou mapuche « estuvieron ausentes, podríamos sorprendernos, pero desafortunadamente verdadero » (Quilaqueo Rapiman, 2008 : 3). Ceci nous permet de voir comment les gouvernements de l’après-dictature ont de nouveau éludé cette difficulté au nom de l’unité nationale.

36Il existe donc de fortes probabilités pour que le nombre réel de Mapuches en cette date du bicentenaire de l’indépendance dépasse le million, et sans la guerre d’Indépendance et la Pacification de l’Araucanie, leur nombre avoisinerait sans optimisme aucun les deux millions d’individus. Mme Flor Calfunao confie son ressenti quant à cet événement :

  • 24 Entrevue avec Mme Flor Calfunao, le 10 octobre 2010, Suisse.

El Bicentenario de partida no es una fiesta para los mapuches, representa la sangre derramada por nuestros hermanos, la represión en estos doscientos años ha sido sistemática y continúa. No podemos sentirnos parte de esta celebración, porque reconocer el Bicentenario, es reconocer nuestro propio genocidio, toda esa violencia en exceso de parte del aparato estatal24.

37Avec toute la portée négative des agissements à l’égard des Mapuches pendant ces deux derniers siècles, il est aujourd’hui très difficile pour ce peuple de reconquérir une quelconque dignité. Leur dégradation physique, psychologique et culturelle est tellement grande que l’image mapuche paraît à jamais réduite au silence.

38Toutefois, en ce début de xxisiècle, le mythe mapuche semble renaître et une image plus positive est en train de voir le jour au niveau international : internet permet de rompre l’isolement et d’acquérir l’information instantanément pour une meilleure transparence des événements.

39Les indicateurs actuels montrent que si le bicentenaire ferme avec lui une page du passé, il sert aussi de catalyseur pour ouvrir une nouvelle ère. Le peuple indigène a progressivement réussi à instaurer un respect vis-à-vis de sa race. La reprise d’un contact progressif chiléno-mapuche indique que la perception de l’autochtone a évolué et qu’une réflexion a fini par s’opérer.

40Dans ce travail de recherche, je me suis efforcé de mettre en lumière les principales conséquences de l’indépendance du Chili sur le peuple mapuche et la symbolique du bicentenaire qui en découle. Dès 1810, le peuple mapuche a tourné une nouvelle page de son histoire en perdant ce qu’il avait réussi à conserver jusqu’alors : un territoire, un capital humain, une réputation. Ricardo Molina, professeur au département des Sciences sociales à l’Université australe du Chili, indique de manière révélatrice que « los españoles no fueron tan duros con los mapuches, como lo fueron posteriormente los chilenos25 ».

41De 1810 à 2010, le territoire ancestral mapuche a progressivement été spolié, sa population a été considérablemente affaiblie, et le mythe du redoutable guerrier a été terni. Il y a cependant de grandes chances pour que les prochaines années soient synonymes de succès pour les Mapuches : en effet, des terres sont progressivement remises aux communautés, leur population connaît ces dernières années un essor notable et leur réputation est maintenant chargée de positivité.

42Aujourd’hui, beaucoup de Chiliens sont prêts à écouter les Mapuches, et à concevoir l’idée d’un métissage avec un regard plus humain à la lumière du passage suivant :

Somos herederos de la mezcla generada en esta tierra entre mapuches y españoles e hijos de las oleadas migratorias que trajeron ingleses, franceses, alemanes, croatas, italianos, árabes, y otros tantos extranjeros que quisieron quedarse. Somos los indígenas de cada una de las etnias que se estableció en nuestro territorio. Somos la diversidad que con el paso del tiempo se ha asentado en este territorio y generado un sentimiento común de pertenencia. (Monsalve Neira, 2009 : 143)

  • 26 Conversation téléphonique avec M. Juan Guzmán, le 16 septembre 2010.

43L’après-bicentenaire annonce des perspectives intéressantes et il est probable que dans un avenir proche, les Mapuches auront retrouvé une place et une dignité que l’histoire indépendantiste avait voulu leur ôter. Pour l’instant, les grèves de la faim mapuches sont une réponse à cette commémoration qui est « un elemento recordatorio del momento en el cual se acentuó la represión y la ocupación de sus tierras y la humillación de tenerlos como grupos humanos de la más baja condición cultural, económica y social26 ».

Haut de page

Bibliographie

Arrué, Michèle, 2001, « Du déni d’existence à la non-reconnaissance constitutionnelle des mapuches, peuple autochtone du Chili », in Lieux communs, Paris, Pandora, Université Paris 8.

Bengoa, José, 2000, Historia del pueblo mapuche, Santiago de Chile, Lom Ediciones.

Comisión Central del Censo, 1908, Memoria: presentada al Supremo gobierno por la Comisión del Censo, Santiago de Chile, Soc. Impr. y Lit. Universo.

Comité Interamericano de Desarrollo Agrícola (CIDA), 1966, Chile: Tenencia de la Tierra y Desarrollo Económico del Sector Agrícola, Santiago, Talleres Gráficos Hispano, Suiza.

Correa, Martín, Molina, Raúl, Yáñez, Nancy, 2005, La Reforma Agraria y las tierras mapuches (1962-1975), Santiago de Chile, Lom Ediciones.

Encuesta Caracterización Socioeconómica Nacional (CASEN), 2007, Serie análisis de resultados de la encuesta de caracterización socioeconómica nacional, Gobierno de Chile, Santiago de Chile.

Estadísticas del Bicentenario, 2010, Evolución de la Población de Chile en los últimos 200 años, Oficina de Comunicaciones, Boletín Informativo del Instituto Nacional de Estadísticas.

Eyzaguirre, Jaime, 1969, Breve historia de las fronteras de Chile, Santiago de Chile, Editorial Universitaria.

Fernández y Fernández, Ramón, 1953, Propiedad Privada Versus Ejido, Mexico, Universidad Autónoma de México.

Graham, María, 1992, Diario de mi residencia en Chile en 1822 [traducido por José Valenzuela Dooner], Editorial Francisco de Aguirre, Buenos Aires (3e éd.).

Hernández, Isabel, 1985, Derechos humanos y Aborígenes. El pueblo mapuche., Buenos Aires, Ediciones Búsqueda.

Instituto Nacional de Estadísticas (INE), 2002, Censo Nacional de Población y VI de Vivienda, Santiago de Chile.

Jammet, Nathalie, 2008, « Pouvoir et légitimité des figures de l’État au Chili de 1810 à 1861 », Les cahiers Amérique Latine Histoire et Mémoire, n° 15, Université Paris 8.

Mellafe, Rolando, 1995, « Las primeras crisis coloniales, formas de asentimiento y el origen de la sociedad chilena », in Historia Social de Chile y América, Santiago, Editorial Universitaria de Chile.

Monsalve Neira, Jenny (et alii), 2009, Retratos de nuestra Identidad: Los censos de población de Chile y su evolución histórica hacía el Bicentenario, Santiago de Chile, INE.

Morales, Andrea, 1987, « Historia de la intolerancia con el pueblo mapuche », Araucaria 37, p. 135-146.

Quilaqueo Rapiman, Francisca, 2008, « ¿Dónde está la mujer mapuche en las estadísticas chilenas? », La Haya, Escuela de Ciencias Jurídicas y Sociales de la Universidad Autónoma de Temuco, http://servindi.org/pdf/MujerMapucheEstadistica.pdf (page consultée le 9 octobre 2012).

Saavedra, Cornelio, 1870, Documentos relativos a la ocupación de Arauco, Santiago de Chile, Imprenta La Libertad.

Sarget, Marie-Noëlle, 1996, Histoire du Chili de la conquête à nos jours, Paris, L’Harmattan.

Tordera, Pilar, 1987, « El pueblo mapuche y la sociedad chilena », Araucaria 37, p. 147-156.

Torrente, Mariano, 1829-1830, Historia de la Revolución Hispanoamericana, Madrid, impr. de D. L. Amarita.

Verniory, Gustave, 2001, Diez años en Araucanía, Santiago de Chile, Pehuén Editores.

Vicuña Mackenna, Benjamín, 1972, La guerra a muerte, Buenos Aires - Santiago de Chile, Editorial Francisco de Aguirre (3e éd.).

Villalobos, Sergio, 1982, « Tres siglos y medio de vida fronteriza », in Relaciones fronterizas en Araucanía, Santiago de Chile, Universidad Católica de Chile.

Haut de page

Notes

1 Les traductions du mapudungun en espagnol ont été effectuées par l’auteur de ce travail.

2 Entrevue avec Mme Flor Calfunao, le 10 octobre 2010, Suisse.

3 Cet aspect est traité dans le travail suivant : Ramírez, F. X., 1994, Coronicón sacro-imperial de Chile, Fuentes para el estudio de la colonia, transcripción y estudio preliminar de Jaime Valenzuela Márquez, Santiago, Dirección de Bibliotecas Archivos y Museos, Centro de Investigaciones Diego Barros Arana, p. 67-71.

4 El Meteoro, Los Ángeles, 15 décembre 1866.

5 Revista del Sur, 21 février 1881.

6 L’ingénieur belge Gustave Verniory qui reste au Chili de 1889 à 1899 pour la construction du chemin de fer Victoria-Malleco, indique : « la superficie total de Malleco y Cautín era de 2 408 700 hectáreas […]. Los araucanos en suma recibieron un total de algo más de 300 000 hectáreas para ser repartidas entre 60 000 personas; hectáreas que muchas veces quedaron en el papel porque los indígenas fueron sometidos a un despojo sistemático, a partir de la acción de los “tinterillos” que los usurpaban con fraudes legales » (Verniory, 2001 : 16). La Comisión Radicadora mit les Mapuches dans des réserves « como animales en un corral, a lo más con tres hectáreas para cada indio adulto y en que se estorban y molestan recíprocamente » (paroles du député libéral Manuel Manquilef au sénateur don José María Valderrama, Diario Austral, Temuco, 2 de abril de 1918). En 1929, il existait 2 962 reducciones pour un total de 503 449 hectares et un nombre de 80 661 mapuche radicados (Diario Austral, Temuco, 16 juin 1929).

7 Entrevue avec M. Freddy Barriga (avocat), le 24 juillet 2010, Chili.

8 Les violations et tueries orchestrées à l’encontre des Mapuches sont également dénoncées dans les tirages du 6 mars, 13 mars, 17 mars, 1er mai, 8 mai et 16 juillet 1869.

9 Conversation téléphonique avec M. Juan Guzmán, le 16 septembre 2010.

10 Entrevue avec une personne qui a désiré conserver son anonymat et qui appartient au monde juridique chilien, le 21 juillet 2010, Chili.

11 Ercilla y Zúñiga, A. de, 1569, La Araucana, Madrid, en casa de P. Cossin.

12 Nuñez de Pineda y Bascuñán, 1863, F. de, Cautiverio feliz, Santiago, Imprenta del ferrocarril.

13 La Tercera, Santiago, 27 avril 1998.

14 Mme Calfunao est en liberté conditionnelle depuis le 9 septembre 2010. Son emprisonnement est lié à une expropriation concernant une partie de ses terres dont l’indemnisation a été attribuée à une personne qui n’était pas le véritable propriétaire. Elle s’est donc opposée à ce que ni les machines, ni les forces de l’ordre ne pénètrent dans sa propriété. Cela a provoqué un conflit avec les autorités qui a abouti à une peine carcérale allant jusqu’en 2012.

15 Entrevue avec Mme Juana Calfunao, le 16 janvier 2009, Chili.

16 Entrevue avec M. Arturo Rondán (avocat), le 13 janvier 2009, Chili.

17 Patricio Aylwin (1990-1994), Eduardo Frei (1994-2000), Ricardo Lagos (2000-2006).

18 M. Juan Guzmán a été le juge d’instruction des nombreuses plaintes déposées à l’encontre d’Augusto Pinochet entre 1998 et 2005, date de sa retraite de la magistrature. Il a enquêté sur une centaine de demandes de mise en examen contre le dictateur. Grâce à cela, l’instruction a permis la levée de l’immunité et la mise en accusation du général Pinochet par la Cour suprême du Chili en août 2004, lequel n’a finalement pas été condamné. À la suite de la rédaction de ses mémoires (J. Guzmán Tapia, En el borde del mundo, Editorial Anagrama, Barcelone, 2005), il rejoint le Barreau et s’implique dans l’actualité indigène en étant, à plusieurs reprises, l’avocat de dirigeants mapuches.

19 Entrevue avec M. Juan Guzmán, le 29 janvier 2009, Chili.

20 Entrevue avec M. Alejandro Herrera (directeur de l’Instituto de Estudios Indígenas, université de La Frontera), le 16 janvier 2009, Chili.

21 Entrevue avec M. Jorge Pinto (professeur d’histoire, université de La Frontera), le 23 janvier 2009, Chili.

22 Entrevue avec Mme Mercedes Paillalef, le 22 juillet 2010, Chili.

23 Loi n° 19.253 publiée dans le Diario Oficial de la República de Chile, Santiago, 5 octobre 1993.

24 Entrevue avec Mme Flor Calfunao, le 10 octobre 2010, Suisse.

25 Salazar Ñirril, D., 25/04/2005, « La historia no contada www.mapuexpress.net

26 Conversation téléphonique avec M. Juan Guzmán, le 16 septembre 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le territoire chilien jusqu’à la fin des guerres indépendantistes (1881)
URL http://america.revues.org/docannexe/image/1111/img-1.png
Fichier image/png, 1004k
Titre L’usurpation progressive du territoire mapuche (1810-1885)
URL http://america.revues.org/docannexe/image/1111/img-2.png
Fichier image/png, 832k
Légende Source : bibliothèque personnelle de Mme Juana Calfunao Paillalef, Temuco, Chile.
URL http://america.revues.org/docannexe/image/1111/img-3.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thierry Nouaille, « L’indépendance du Chili : les conséquences sur le peuple mapuche (1810-2010) », América, 42 | 2012, 131-143.

Référence électronique

Thierry Nouaille, « L’indépendance du Chili : les conséquences sur le peuple mapuche (1810-2010) », América [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://america.revues.org/1111 ; DOI : 10.4000/america.1111

Haut de page

Auteur

Thierry Nouaille

Université de la Polynésie Française, Tahiti

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org