Navigation – Plan du site
III. Réécritures romanesques

Los pasos de López de Jorge Ibargüengoitia

Quand la littérature délivre le curé indépendantiste Miguel Hidalgo y Costilla des lectures patriotiques
Los pasos de López de Jorge Ibargüengoitia: cuando la Literatura libera al cura independentista, Miguel Hidalgo y Costilla, de las lecturas patrióticas 
Cathy Fourez
p. 163-173

Résumés

L’écrivain Jorge Ibargüengoitia a orienté une grande partie de son œuvre narrative vers des hauts faits de l’Histoire du Mexique, de ces deux derniers siècles. La mécanique nationale qu’il dépeint, se distingue souvent comme une série ininterrompue de tromperies, d’erreurs de calcul, d’exécutions erronées, de stratégies caduques qui aboutissent à un univers absurde, boiteux et désopilant où toute prétention de grandeur s’avère frustrée. Dans son dernier roman Los pasos de López (1982), il recrée les épisodes emblématiques du mouvement indépendantiste de 1810 et portraiture le chef de l’armée libératrice, le curé Miguel Hidalgo y Costilla. Nous analysons l’effacement hagiographique qu’opère Ibargüengoitia sur l’un des mythes fondateurs dont son pays a coutume de se nourrir, afin de détrôner la figure légendaire d’Hidalgo du piédestal de la propagande officielle, et de la restituer au peuple.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a deux siècles, le père Miguel Hidalgo y Costilla, après s’être évertué à souder les forces vives de la Nueva España, sous l’égide de la vierge brune, pour briser le joug avilissant de la metrópoli, achevait sa fugace entreprise, qui palpitait entre révolution populaire et croisade, dans une sinistre césure ; c’est-à-dire la tête tranchée et exhibée. En 2010, date de la célébration du bicentenaire de l’indépendance au Mexique, Hidalgo a été ressuscité sous toutes les coutures : son nez bourbonien, qui détonna avec les bâtons et les frondes que brandissaient ses armées impromptues, fanfaronne désormais sur les bouteilles de lait demi-écrémé ; son front de porcelaine et son fougueux regard vert qui défièrent le général espagnol Félix María Calleja paradent sur les décalcomanies, les magnets et les coloriages de l’école primaire ; son opaque redingote flottant près de l’étendard de la vierge de Guadalupe qu’il arbora pour la première fois au sanctuaire de Atotonilco clignote sur les lampions et approvisionne les emballages d’opulentes sucreries.

2Quant aux maisons d’édition, elles se l’arrachent, cet insurrectionnel étant devenu une manne dans le commerce du livre. En cette période d’exécutions barbares pratiquées comme un sport national et de faillite de l’État mexicain en matière de bien-être social, la tête d’Hidalgo « vaut bien une messe » ; son succès éditorial est tel qu’il renverse même les biographies des vedettes de Televisa, la chaîne médiatique la plus puissante du pays. Les romans historiques qui le mettent à l’honneur, pullulent et font preuve d’une foisonnante inventivité narrative : au cœur du colossal Hidalgo entre la virtud y el vicio (2010) de Eugenio Aguirre, navigue, par exemple, le Hidalgo: vida y juicio (2010) de Rolando Keller T. qui prête sa voix à Pedro García, qui accompagna le « generalísimo » et qui se remémore les dernières 24 heures de son stratège ; Guillermo Samperio, dans son Hidalgo aventurero astuto de corazón grande (2010) retrace la vie du curé insubordonné à travers la plume de son frère, Mariano Hidalgo y Costilla, présent au célèbre souper du 15 septembre 1810 où fut décidée l’arrestation des religieux et commerçants espagnols de Dolores, et qui assuma par la suite les fonctions de trésorier des troupes des insurgés. Quant à l’historienne Patricia Galeana, elle s’imagine, à Tlalpan, interrogeant « le père de la patrie » sur les causes, la teneur et les conséquences de son mouvement séditieux (Miguel Hidalgo, 2009).

3S’il est vrai que tous ces ouvrages, publiés récemment, s’attachent à fouiller la personnalité composite d’Hidalgo et à sonder de façon minutieuse l’évolution de son discours politique au cours du soulèvement dont il fut la cheville ouvrière, leurs propos, bien qu’ils s’éloignent de la vision simpliste, voire parfois « romantique », véhiculée par bon nombre de manuels scolaires et des homélies composées et déclamées par les pouvoirs en place, ne s’avèrent pas aussi novateurs qu’ils prétendent l’être, notamment dans leur volonté de restaurer une représentation plus impartiale de ce personnage historique.

4Ce travail, l’écrivain Juan Díaz Covarrubias (1837-1859), l’un des précurseurs du roman historique au Mexique, l’avait déjà commencé dans son récit Gil Gómez, el insurgente o la hija del médico datant de 1858, période où Hidalgo et sa démarche insurrectionnelle étaient loin de faire l’unanimité. Au centre du drame amoureux qui unit Fernando de Gómez et Clemencia, se greffe l’aventure du serviteur et frère adoptif du jeune prétendant, Gil Gómez, qui se retrouve, sous le coup du sort, engagé dans la révolution de 1810 aux côtés d’Hidalgo. Ce qui incita Covarrubias à portraiturer le chef insurrectionnel, sous couvert d’une narration sentimentale, fut le lynchage qu’opérèrent, sans concession et à son encontre, deux quotidiens soutenus par l’historien et homme politique don Lucas Alamán y Escalada (1792-1853) : El Universal (1848-1855), organe par excellence du Parti conservateur, et El Tiempo (1846) qui défendait ouvertement l’établissement d’un régime monarchique au Mexique. Présenté comme un prévaricateur et un tortionnaire, Hidalgo reçut de la part de Covarrubias un traitement, certes dithyrambique, dont le propos était de contrecarrer les attaques calomnieuses qui défiguraient non seulement son image, mais également sa conjuration, comme l’illustre ce fragment :

¿Qué pudo hacerle pensar en la Independencia de la Nueva España?
Difícil es saberlo. Sus enemigos han dicho que la ambición, que la envidia que le causaba el ver que los religiosos americanos, nunca podían llegar a las elevadas categorías de la Iglesia, como los españoles que desempeñaban constantemente las canongías y los obispados.
[…]
… Hidalgo al principio solo pensó en la felicidad de la clase indígena, a quien amaba; después cuando pudo notar el efecto que su movimiento había producido en todo el país, pensó en legar a la generación venidera una libertad, que él no podría gozar porque debió presentir lo que le esperaba; pero hizo el sacrificio de su vida en las aras de la patria. (Díaz Covarrubias, 1958 : 129-130)

5Dans la même lignée, mais cette fois-ci pour répondre aux panégyriques d’Hidalgo qui inondent désormais la parole protocolaire qui catapulte notre insurgé vers l’interprétation contrefaite et parodiée, se situe, au début des années 1980, la dernière fiction de Jorge Ibargüengoitia. Ce dernier orienta une grande partie de son œuvre narrative vers des hauts faits de l’histoire du Mexique de ces deux derniers siècles. La mécanique nationale qu’il décrit se distingue souvent comme une série ininterrompue de tromperies, d’erreurs de calcul, d’exécutions erronées, de stratégies caduques qui aboutissent à un univers absurde, boiteux et désopilant où toute prétention de grandeur s’avère frustrée.

  • 1 « Ajetreo » correspond au village de Dolores, dans l’État de Guanajuato, où Hidalgo, le 16 septembr (...)

6Dans Los pasos de López (1982), Ibargüengoitia recrée les épisodes emblématiques du mouvement indépendantiste de 1810, notamment l’échec de la conspiration de Querétaro et de ses suites, et dépeint le chef de l’armée libératrice, le curé Miguel Hidalgo y Costilla. L’histoire prend corps à travers la voix d’un lieutenant d’artillerie, Matías Chandón, qui, doté d’un tempérament docile et malléable, doit son nouveau statut dans la ville de Cañada à un piètre recrutement, trafiqué par les corregidors Diego et Carmelita Aquino, l’abbé Concha, Periñón le curé de Ajetreo1, les capitaines Ontananza et Aldaco, tous criollos notables qui cherchent par tous les moyens à assurer le succès de leur conspiration : obtenir l’émancipation et l’autonomie de la Nueva España. Le narrateur se retrouve donc enrôlé, malgré lui, dans un complot qui n’engendrera, selon l’optique du roman, qu’une funeste et fatale insurrection. Cet aspect de l’histoire du Mexique est intrinsèquement associé au chef de l’armée libératrice, le curé Miguel Hidalgo y Costilla, de nos jours élevé au grade de légende de cette guerre. Pour procéder à la destitution de l’icône et, surtout, à la restitution de sa nature humaine encline autant aux prouesses, aux hauts faits qu’aux faiblesses et maladresses, Ibargüengoitia ne nous livre pas une vision entièrement « réaliste » de la supposée « réalité » ; au contraire il la cabosse dans l’action, la force dans le trait, la déconcerte dans la formule. La reconstruction à laquelle il s’adonne s’évertue, avant tout, à éveiller les consciences face aux leurres et aux falsifications qui tuent le ou les véritables signifiés de cette même réalité, ainsi qu’à déranger le lecteur dans son rapport au réel.

7Nous nous proposons, au cours de ce travail, d’analyser l’effacement hagiographique qu’entreprend Ibargüengoitia sur l’un des mythes fondateurs dont le Mexique a coutume de se nourrir, afin de faire descendre la figure « mythifiée » d’Hidalgo du piédestal de la propagande officielle, souvent très éloignée des études historiques, et de la restituer au peuple. Ainsi, pour pétrir l’identité civile de son personnage, le romancier a établi tout un mécanisme onomastique orchestré par des glissements sémantiques, des palimpsestes lexicaux, des mots à portée spéculaire. Ce camouflage patronymique révélerait plus qu’il n’occulterait, et saisirait, dans le nom teinté de dérision, ici « Domingo Periñón », la biologie et le microcosme d’Hidalgo.

8Si l’on décortique l’identité dont celui-ci a été affublé dans Los pasos de López, on s’aperçoit tout d’abord que le prénom « Domingo » institue pratiquement l’anagramme de son nom de baptême « Don Miguel ». Cette transposition de lettres ne constitue pas un seul jeu de sonorités ou de diversions verbales, mais cache tout un cortège d’acceptions qui nous enseignent le statut « professionnel » ainsi que les positions politiques d’Hidalgo, et qui nous disent qu’il y avait « beaucoup d’Hidalgos en Hidalgo (Krauze, 1994 : 51) ». D’une part, il officiait comme curé et catéchisait le dimanche (« domingo ») ; le dimanche est non seulement le jour consacré à Dieu dans les civilisations chrétiennes, mais également à l’une des messes les plus importantes de la semaine. Lors de ce service divin, le prêtre rappelle le sacrifice du corps et le sang de Jésus Christ, sous les espèces du pain et du vin. Or cet indépendantiste « sacrifia » sa vie pour la liberté de son pays, et parallèlement voua ses heures oisives à la culture des vignes. L’enthousiasme d’Hidalgo pour la production vinicole, ainsi que son obstination à combattre le monopole de l’Espagne dans bon nombre de secteurs commerciaux qui empêchait les criollos de pouvoir profiter librement des richesses de leurs terres, trouvent leur écho dans le premier chapitre du roman où Ibargüengoitia dresse un portrait du curé du village de « Ajetreo » :

De regreso al pueblo se dedicaba de lleno a las manías que lo obsesionaron en la edad madura: criar gusanos de seda, cultivar vides y la que había de volverlo famoso y costarle la vida, que fue la de hacer la revolución. (8)

9Cette passion pour le vin point d’ailleurs dans son fictif nom de famille « Periñón », l’équivalent phonétique de Dom Pérignon, ce bénédictin français qui améliora les techniques de fabrication du champagne. Ces activités vinicoles exercées par le protagoniste se répercutent sur l’identité du narrateur de Los pasos de López, « Matías Chandón », allusion homophonique à une marque luxueuse de champagne, le « Moët et Chandon », un recours habile pour souligner l’adhésion progressive de ce personnage aux idées éclairées de Periñón ainsi que l’amitié sincère qu’il noue avec l’ecclésiastique. En effet, Chandón interprète dans le roman le compagnon de route du prêtre ainsi que le camarade à qui le curé confie ses doutes sur la réussite de leur opération indépendantiste. Ibargüengoitia, d’un point de vue onomastique, se plaît à « cuisiner » et à « farcir » ces protagonistes d’un état civil cocasse et détonant qui renvoie, lors de la rébellion, aux pétarades incontrôlées, aux soldats qui sabrent dans une frénétique inconscience ainsi qu’aux batailles qui ont le goût de bouchon. « Periñón » résonne également avec Dominique Catherine, Marquis de Pérignon et Maréchal de France, qui tout comme Hidalgo se distingua contre les Espagnols (lui, en 1794, lors de sa victoire à Escola) et fut mêlé à une histoire de contrebande ; activité illicite palpable, au sein de la narration, dans la livraison frauduleuse de machettes pour armer les troupes insurrectionnelles.

10Les allusions implicites à deux personnalités françaises incarnant le caractère fervent et idéologique d’Hidalgo ne sont pas anodines : cet ecclésiastique avait la réputation d’être un afrancesado, c’est-à-dire un homme qui cherchait à promouvoir une connaissance plurielle du monde comme ressort pour améliorer les conditions de vie de son peuple ; un homme également influencé par le travail éclairé des jésuites réalisé avant leur expulsion en 1767 ; ces derniers avaient mis en exergue, au moyen d’investigations minutieuses, l’héritage de l’histoire préhispanique et le fertile patrimoine de la Nueva España. Hidalgo portait un grand intérêt à la lecture d’œuvres d’art et de sciences et s’évertua à développer certaines branches agricoles et industrielles dans sa cure. Désireux de progrès, ce criollo érudit souhaitait mettre en place les lois de « la théologie politique de la charité ». Hidalgo ne se contentait pas de prêcher la parole de Dieu, mais concevait la charité comme source d’aide pratique et didactique aux hommes ; cette tendance se manifesta surtout dans sa relation avec les Indiens de sa paroisse dont il connaissait la langue et à qui il enseigna les arts et la pratique de certains métiers manuels. Il œuvra toute sa vie pour une telle conception de la société, comme le rappelle Jean Meyer citant l’historien Carlos Herrejón :

El agudo teólogo también se puso a trabajar con sus propias manos, el celoso párroco tomó el azadón, cultivó vides y moreras, y el traductor de Molière aprendió a curtir pieles y fabricar paños. Hombro con hombro con el ranchero y el artesano, transformaba la realidad material. (Meyer, 1996 : 26)

11Hidalgo s’appliqua à créer des entreprises de tannerie, des ateliers de poterie, de petits commerces de soierie, tous d’utilité publique et qui offrirent du travail à de nombreux habitants de la paroisse. L’allusion, dans le roman de Jorge Ibargüengoitia, à la culture du vin et des mûriers pour vers à soie par Domingo Periñón ne constitue pas un détail insignifiant. En effet, en se consacrant à l’expansion de ces produits naturels, Hidalgo, en tant que bon représentant de l’esprit progressiste des Lumières, allait à l’encontre de la loi coloniale qui avait imposé des mesures restrictives pour lutter notamment contre l’essor de la viticulture en Amérique latine, afin de ne pas concurrencer les vins venant de la métropole :

Cortó un racimo de uvas y me dio a probar. Eran agrias.
– Es que no se presta el clima –dijo.
– ¿Por qué las siembras, entonces?
– Porque está prohibido cultivarlas. (83)

12Si cet exemple ironise sur l’attitude hors-la-loi et l’obstination d’Hidalgo à faire de la terre du Bajío un lieu primordial de cépages, dans un environnement naturel pas forcément propice à la production viticole, il souligne toutefois sa volonté d’abroger les droits divins de la Couronne espagnole sur le territoire latino-américain et de jouir en toute liberté du sol de la Nueva España, comme le reflètent ces propos qu’il aurait tenus, selon l’historien mexicain Enrique Krauze : « Haremos uso libre de las riquísimas producciones de nuestro país y a la vuelta de pocos años disfrutarán sus habitantes de todas las delicias de este vasto continente » (Krauze, 1994 : 52).

  • 2 Dans la réalité historique, l’intendant de Guanajuato s’appelait Juan Antonio de Riaño.

13Chez Ibargüengoitia, Hidalgo est, de plus, décrit comme un homme aussi estimé de ses paroissiens originaires des classes les plus humbles que des milieux élitistes et aisés comme les criollos avec qui il fomente la conspiration, ou encore l’intendant de Cuévano, Don Pablo Berreteaga2, qui lui voue une amitié sincère. Les signes de reconnaissance, le respect, les nombreuses révérences envers Periñón de la part du peuple insistent sur la bienveillance du protagoniste, sur son comportement paternel ainsi que sur la relation protectrice qu’il a su établir : « Esa tarde me presentó a más de cien hombres. Sabía cómo se llamaban, dónde vivían, en qué trabajaban, qué mañas tenían, cuáles de ellos tenían enfermos en la familia, etc » (84).

  • 3 El Plan de Abajo correspond, dans la réalité, à El Bajío, région agricole considérée comme le greni (...)

14Les marques d’attachement que lui portent les classes populaires ponctuent l’ensemble de l’œuvre. Lorsque Matías Chandón, inconnu dans la région de Cuévano, pénètre sur le territoire du Plan de Abajo3 pour rendre visite à Periñón, il se voit accueilli froidement et avec réticence par les Indiens qui y résident. Mais dès qu’il énonce le nom de Periñón, l’attitude de marbre des autochtones se métamorphose en convivialité et affabilité, comme si le nom du curé symbolisait un mot de passe. Cette anecdote éclaire le profil de « caudillo » d’Hidalgo qui parvint, grâce à son charisme, sa connaissance de l’autre et son habileté, à rassembler, à commander quelle que soit l’origine sociale de l’interlocuteur, à créer dans sa paroisse un territoire dont il était le maître, et à diriger, du moins dans un premier temps, le soulèvement. L’historiographie indique cette déférence que lui témoignent les habitants de sa cure ainsi que ses amis de la haute société :

  • 4 « Hidalgo y Costilla, Miguel », in Diccionario Porrúa, Historia, Biografía y Geografía de México, V (...)

Todo esto [su afición a la lectura de obras de artes y de ciencias, su empeño en fomentar varios ramos agrícolas e industriales en su curato] y el ser no sólo franco, sino desperdiciado en materia de dinero, le había hecho estimar mucho de sus feligreses, especialmente de los indios y apreciar de todas las personas que, como el obispo electo de Michoacán, Abad y Queipo, y el intendente de Guanajuato, Riaño, se interesaban en el verdadero progreso del país, había conseguido muchos adelantos, hasta hacer con la seda de sus cosechas algunas piezas de ropa para su uso y el de la señora última esposa de su padre4.

  • 5 Dans la réalité, le premier magistrat de Querétaro.

15En brossant le portrait de Domingo Periñón, Jorge Ibargüengoitia a recueilli de nombreuses données réelles du héros référentiel Hidalgo, étouffées par la caricature qu’en a fait la célébration rituelle du 15 septembre ; il nous rappelle que son intégration, aussi bien chez les pauvres que chez les dominants, lui a permis de fondre, certes dans le chaos et dans le sang, et parfois dans l’inexpérience et la simplicité, ces deux milieux que tout opposait en un mouvement d’union qui entraînera plus tard l’indépendance du Mexique. Hidalgo avait débuté la révolution en s’assurant une présence active des criollos ; mais, sous l’effervescence du concours du peuple, il lui donna par la suite un ton plus social. N’oublions pas que les criollos nantis, l’aristocratie terrienne, craignaient la participation des masses populaires, car leurs revendications risquaient de remettre en cause leurs privilèges. D’ailleurs lorsque Diego Aquino5, le corregidor de Cañada, expose à Matías Chandón les motifs de leur révolte, il ne lui énumère que les iniquités dont sont victimes les criollos, omettant les situations dégradantes et précaires des plus modestes et tout particulièrement des populations indigènes. Le manque d’armes, la quasi-absence de discipline et une préparation militaire déficiente de ses troupes, unis à la méfiance des plus riches, contribuèrent à la déroute d’Hidalgo.

  • 6 « Vigor o fuerza, particularmente la que se tiene en la cintura: Todavía tenía riñones para cabalga (...)

16Mais Hidalgo fit preuve de résistance… Si le vocable riñón, présent dans « Periñón » et qui signifie « rein », traduit sans doute une reformulation ironique de Costilla (le nom de famille exhaustif d’Hidalgo est Don Miguel Hidalgo y Costilla), et donc une autre partie du corps, reflétant par la même occasion l’appétit avide d’Hidalgo pour l’alcool, il symbolise également la fonction vitale qu’eut Hidalgo dans l’évolution des guerres d’indépendance. Il sous-entend que ce curé eut « les reins solides6 », fut de taille à triompher des épreuves et à préserver son sang-froid dans des situations particulièrement pénibles ; de plus il devait « filtrer » lors de la conspiration la fidélité des éventuels complices afin d’éviter toute trahison. Les historiens signalent, dans leurs ouvrages consacrés à cet ecclésiastique éclairé, sa nature astucieuse. Lorsqu’il était recteur du Colegio de San Nicolás de Valladolid (aujourd’hui Morelia), on le surnommait le Zorro, le « renard ». L’historien Jean Meyer évoque d’ailleurs dans l’un de ses écrits sur Hidalgo l’ingéniosité et la finesse de ce dernier :

Muy pronto manifestó una muy personal predilección por la teología, por los grandes problemas clásicos del dogma cristiano, y se especializó en la teología moral. Desde entonces se ganó entre sus compañeros el apodo de Zorro, por la astucia con la que libraba las trampas intelectuales más complejas. (Meyer, 1996 : 15)

  • 7 « Cuévano », chef lieu du « Plan de Abajo », comme cela est stipulé dans Los pasos de López, coïnci (...)

17Sa perspicacité, sa subtilité transparaissent dans son traitement fictionnel et notamment dans le chapitre où il se rend avec Matías Chandón chez l’Intendant de Cuévano7. Tous deux ont besoin d’une définition détaillée du mot cañón pour élaborer leurs propres pièces d’artillerie. Lors d’un repas, Domingo Periñón conte à don Pablo son souhait de planter des pruniers, mais avoue qu’il méconnaît la méthode pour les cultiver et les entretenir. Berreteaga, amène, lui remet l’encyclopédie qui comprend la lettre « C ». Periñón y trouve certes le terme ciruelo, mais surtout celui de cañón ; stratagème ingénieux pour obtenir les réponses à ses questions sans éveiller les soupçons de son amphitryon ; mais stratagème qui, en raison de la dangerosité, la gravité et la dimension politique de l’entreprise, prend des allures d’opération « gadget » qui marque l’absence de stratèges sur le plan martial ainsi que la préparation bouffonne, frivole et ubuesque de la soldatesque qui va se heurter sauvagement à la réalité.

18Il est encore possible de déployer les signifiés de l’identité d’Hidalgo dans le roman de Jorge Ibargüengoitia ; signifiés qui associent le personnage à un comportement fantaisiste et affranchi, bien loin de la fonction sacrée de son ministère sacerdotal. La bourse qu’il obtint pour étudier en Europe lui servit non pas pour méditer sur les bancs de l’Université mais pour voyager, et ainsi savourer un plat de truites près de l’Èbre ou conter fleurette, à Cadix, à Paquita. Ces données biographiques sont délivrées dès les premières pages et annoncent la tonalité fringante et sémillante du personnage, décelable dans l’inflexion dilettante de son prénom – « Domingo » (dimanche) étant le jour de repos, et donc de récréation et de relâchement – et dans la modulation pétillante de son nom « Periñón » – le champagne représentant une boisson mondaine que l’on fait mousser dans le cadre d’agapes ou pour célébrer des festivités. Son caractère décontracté et oisif semble outrepasser les jours chômés ; il croque sa semaine de service en gourmet et ne s’en cache pas, y compris devant les compagnons de sa famille religieuse :

Dos sacerdotes que iban en la diligencia se acercaron a saludarlo.
– ¿Domingo, qué andas haciendo?
– Estoy esperando a que la señora ventera saque el cabrito que me ha hecho el favor de meter en el horno – dijo él. (9)

19Le plaisir gustatif est relayé par sa passion pour la musique qu’il satisfait par quelques accords de mandoline. En effet Hidalgo était un fin mélomane ; il interprétait d’ailleurs des partitions de Rameau au violon (Krauze, 1994 : 55) et s’évertua à ce que l’on enseignât la musique aux Indiens de sa paroisse.

20Dans le roman, Periñón s’essaie également à la dramaturgie et tient le rôle principal dans une œuvre théâtrale, La precaución inútil, où il interprète un valet filou et rusé, l’équivalent de Scapin, appelé López. Le narrateur Matías Chandón nous livre quelques indications sur la fonction du personnage qu’interprète l’ecclésiastique : « […], Periñón era López, criado de Lindoro y el personaje más interesante de la comedia, él enredaba y desenredaba la acción, resolvía todos los problemas y al final recibía todos los castigos » (40).

21Ce rôle-miroir de « justicier châtié », qui sera joué dans une unique et désastreuse représentation dont l’embrouillement des dialogues et le méli-mélo des actes prophétisent la prochaine débandade du mouvement des insurgés, non seulement transpose le futur sort de Periñón, c’est-à-dire son exécution à la fin du récit, mais dévoile aussi son appétit pour la littérature. Selon les sources historiques, Hidalgo réalisa de nombreuses traductions de textes français et organisait des représentations théâtrales ; il aurait même traduit et mis en scène une comédie de Molière, Tartuffe :

También en francés leyó a los grandes autores de la literatura del siglo XVII, y su conocimiento del idioma le permitió pasar al castellano la obra teatral de Molière Le Tartuffe ou Le Faux Dévot (Tartufo o El Impostor). (Meyer, 1996 : 15)

22Au niveau du traitement fictionnel, Periñón joue dans la pièce un domestique futé et malicieux, comme le sont souvent les serviteurs dans les œuvres dramatiques de Molière. Il porte sur scène un patronyme populaire, très répandu parmi les gens de la plèbe, « López », qui sert à « dégonfler » la stature pompeuse de sa caricature patriotique et à rappeler que Hidalgo était un simple mortel avec ses vertus et ses travers. Son code d’entrée d’ailleurs, chez la tía Mela, l’une de ses grandes admiratrices et gérante d’une maison close à Ajetreo, est « López », le nom de son personnage théâtral. Le curé Hidalgo donne l’impression d’avoir eu le goût de la drôlerie et d’avoir joui, au cours de sa vie, de petits intermèdes pour mener une existence libre et dissolue. Au sujet de sa vie privée, la fiction associe Periñón au sexe féminin ; il partage sa maison avec trois jeunes filles qu’il fait passer pour ses nièces, mais le doute persiste tout au long de l’intrigue. Hidalgo n’avait pas que des amis, surtout dans le milieu religieux, et bon nombre de ses détracteurs, tout en reconnaissant son extrême intelligence, le dépeignaient comme un libertin qui ne pratiquait que l’abus et l’excès. Au début du xixe siècle, le Tribunal du Saint-Office de l’Inquisition reçut une quantité considérable de dénonciations qui l’accusaient d’être un homme extravagant et débauché « libre en el trato con mujeres y dado a la continua diversión » (Krauze, 1994 : 51).

23Cette légèreté qui habille sa conduite et la frivolité avec laquelle il bouscule les us et coutumes de son époque sont revendiquées, dans une sorte d’anti-apothéose, lors du dénouement du roman, lorsque Periñón use de son identité théâtrale comme seing pour signer son acte de repentir. Jorge Ibargüengoitia conclut Los pasos de López sur un ton burlesque qui, comme bouquet final, pondère sensiblement le triomphe de l’armée royaliste, d’autant plus que la découverte de cette signature fallacieuse, digne d’une farce, ne survient que seize ans plus tard. Qu’ils soient insoumis ou fidèles à la Monarchie espagnole, aucun des acteurs de ce premier mouvement indépendantiste d’envergure n’échappe, selon l’auteur, à la pauvreté d’esprit et à la grammaire de l’absurde qui rendent insensé et stupide le monde sans mesure qui les entoure. Cette touche ironique et guignolesque, qui semble écarter le double fictif de son référent réel, a une portée beaucoup plus proche de la vérité qu’il n’y paraît. L’écrivain et historien Luis Castillo Ledón, auteur d’une monumentale biographie sur Hidalgo publiée de façon posthume en 1949, nous explique que le document officiel dans lequel Hidalgo se rétracte et reconnaît ses fautes en tant qu’insurgé et religieux a certes été écrit de sa main mais non rédigé par lui-même ; le style et l’idéologie exposée ne correspondent en rien à la nature du personnage :

Sin embargo, si se retractó voluntariamente, el documento aun cuando haya sido de su puño y letra, no es de su pensamiento, ni aun siquiera de su estilo, y todo hace presumir muy fundadamente que fue redactado por una comisión de eclesiásticos, sometido a la aprobación del Virrey y de los oidores, e impuesto a Hidalgo para que lo copiara y lo firmase. Su retractación es, pues, no de revolucionario, sino de católico. (Castillo Ledón, 1985 : 222)

24Le parafe « López » est une astuce de la part de Periñón pour montrer son désaccord avec l’acte de contrition, et en cela Jorge Ibargüengoitia rejoint l’Histoire puisque Hidalgo se vit contraint et forcé d’apposer son nom sur ce texte, dont le contenu contrastait fortement avec les déclarations faites par l’accusé lors de son double procès, militaire et inquisitorial ; un recours également pour dénoncer la théâtralisation des débats et la mise en scène des audiences qui l’avaient déjà condamné avant de l’avoir jugé.

25Après avoir été vigoureusement et durement critiqué par les libéraux les plus brillants de la première moitié du xixe siècle tels que Servando Teresa de Mier, Lorenzo de Zavala, José María Luis Mora qui réprouvèrent les effroyables débordements des troupes des insurgés et la mansuétude de leur chef de file, Hidalgo a été promu au rang d’homme vertueux et exemplaire. Le triomphe définitif de la république en 1867 et la déroute du Parti conservateur amenèrent les libéraux à se considérer comme les membres du parti de la Nation. Il était nécessaire que cette dévotion profonde à la patrie se consolidât à travers l’histoire du pays et plus particulièrement à travers l’image de ses héros. Proliférèrent alors des sites réservés à leur mémoire, des jours fériés rappelant leurs actes vaillants, ainsi que des villes et des rues portant leur nom. Le cri de guerre d’Hidalgo prononcé au petit matin du 16 septembre 1810 se métamorphosa en 1910, sous Porfirio Díaz, en hymne et fête nationale.

26Jorge Ibargüengoitia, quant à lui, se détourne de la légende dorée et la « défictionnalise » du traitement simplifié que reçoivent bon nombre de personnages historiques au Mexique. Il transfigure l’effigie de musée dans laquelle est engoncé Hidalgo en un homme concret, proche du peuple, peu attaché aux biens matériels, humble et joueur, doté de ses propres ambiguïtés et de ses indéniables failles, mais qui porte en lui la graine de quelque chose de nouveau et de déconcertant. Le romancier mexicain a altéré subtilement le nom de ce pilier national et par la même occasion l’a refondé, moyennant l’entrecroisement de termes polysémiques qui épluchent et questionnent la genèse du personnage, rejoignant ainsi ce commentaire de Thomas Carlyle, « L’histoire est l’essence des biographies innombrables ».

Haut de page

Bibliographie

Castillo Ledón, Luis, 1985, Hidalgo, La Vida del Héroe, vol. 2, México, Instituto Nacional de Estudios Históricos de la Revolución Mexicana.

Díaz Covarrubias, Juan, 1958, Gil Gómez, el Insurgente o la hija del médico, Edición del « Diario de Avisos », México, Imprenta de Vicente Segura, C. De S. Andrés, N. 14.

Ibargüengoitia, Jorge, 1982, Los pasos de López, México, D.F., Editorial Joaquín Mortiz.

Krauze, Enrique, 1994, Siglos de Caudillos, biografía política de México (1810-1910), México, D.F., Tusquets Editores.

Meyer, Jean, 1996, « Hidalgo », Revista Clío, México, Editorial Clío.

Haut de page

Notes

1 « Ajetreo » correspond au village de Dolores, dans l’État de Guanajuato, où Hidalgo, le 16 septembre 1810, exhorta le peuple à se soulever contre la domination de la Couronne espagnole.

2 Dans la réalité historique, l’intendant de Guanajuato s’appelait Juan Antonio de Riaño.

3 El Plan de Abajo correspond, dans la réalité, à El Bajío, région agricole considérée comme le grenier du pays et qui se situe dans l’État de Guanajuato.

4 « Hidalgo y Costilla, Miguel », in Diccionario Porrúa, Historia, Biografía y Geografía de México, Vol. 2 (D-K), Sexta Edición, México, Editorial Porrúa, D.F., 1995, p. 1685.

5 Dans la réalité, le premier magistrat de Querétaro.

6 « Vigor o fuerza, particularmente la que se tiene en la cintura: Todavía tenía riñones para cabalgar / Valentía o arrojo: No tiene riñones para decirme esas cosas a la cara », in Diccionario del español usual en México, El Colegio de México, México, D.F., 1996, p. 790.

7 « Cuévano », chef lieu du « Plan de Abajo », comme cela est stipulé dans Los pasos de López, coïnciderait avec le milieu natal de Jorge Ibargüengoitia, Guanajuato.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cathy Fourez, « Los pasos de López de Jorge Ibargüengoitia », América, 42 | 2012, 163-173.

Référence électronique

Cathy Fourez, « Los pasos de López de Jorge Ibargüengoitia », América [En ligne], 42 | 2012, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 août 2017. URL : http://america.revues.org/1131 ; DOI : 10.4000/america.1131

Haut de page

Auteur

Cathy Fourez

Université Charles De Gaulle - Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org