Navigation – Plan du site
II. Pubis angelical

Altérations et virilité

Érotisation/transfigurations du corps du mâle dans la littérature contemporaine du nord-ouest du Mexique
Alteraciones y virilidad: erotización/trasfiguración del cuerpo varonil en la literatura contemporánea del Noroeste de México
Anaïs Fabriol
p. 73-81

Résumés

Comme toute zone frontalière qui se respecte, les États du nord-ouest du Mexique ont construit une partie de leur attractivité grâce au tourisme érotique, que ce soit à travers des lupanars ou, ultérieurement, des sex-shops. Si ce processus a permis de constituer des imaginaires urbains autour de corps de prostituées féminines, et donc d’exalter une apparence physique spécifique consacrée au plaisir, en revanche, il semblerait que peu à peu, cette représentation de la femme sexuée se transfigure en mise en perspective du mâle féminisé, ou du moins réduit à des attributs/codes de séduction appartenant aux deux sexes : soit un homme-objet sportif, à la limite du gigolo, fait pour attirer les convoitises féminines, soit un homosexuel ou bisexuel, soit, paroxysme du borderline, le travesti ou vestida, encore plus beau et féminin qu’une femme, sorte de figure érotique par antonomase. Dès lors, il convient de nous interroger sur les représentations qu’engendrent ces êtres autant à la limite que l’univers dans lequel ils vivent, les désirs qu’ils suscitent et les constructions diégétiques qu’ils appellent. Sont-ils la métaphore d’une identité déjà mouvante ou le symbole de la disparition de l’archétype du macho latino ? Ou bien sont-ils encore une forme altérée du personnage postmoderne ?
L’étude porte principalement sur trois ouvrages narratifs : la nouvelle « Marcos » du recueil Desnudamente Roja (2010) de Rosina Conde, et les romans 41 closets (2005) de Heriberto Yépez et Travesti (2009) de Carlos Reyes Ávila.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans L’un et l’autre sexe (Male and Female, 1949), Margaret Mead constate cette évolution au sein d (...)

1Si la période contemporaine n’a peut-être rien apporté en matière de pratiques érotiques, en revanche, elle reste celle de la re-visibilisation de nombreux comportements ; entre autres la chosification du corps du mâle. Durant toute une partie de la période moderne, en effet, ce dernier était considéré comme dominateur ; il était donc celui qui choisissait ses partenaires et ne nécessitait pas ce que nous pourrions qualifier de publicité1. Le xxe siècle, avec les luttes féministes et homosexuelles, a fait ressortir d’autres visions du désir que celles du mâle hétérosexuel dominant, qui par là même s’est retrouvé à son tour chosifié et transfiguré en objet érotique, alors même que la théorie des genres bousculait les définitions de virilité et de féminité, peut-être même de manière encore plus problématique dans les pays latins, où semble s’opérer une réflexion déconstructive sur les rôles genrés, peut-être plus figés qu’ailleurs.

2Zone de transferts culturels par antonomase, fortement influencée durant tout le xxe siècle par les États-Unis, le nord-ouest du Mexique a été le creuset d’une friction entre la libéralité sexuelle des États voisins – particulièrement la Californie – et des populations locales baignant encore dans une morale conservatrice issue d’un catholicisme particulièrement frileux quant à la modification des rôles sexués. Ce conflit laisse évidemment des traces dans la société – des villes comme Tijuana, avec des mœurs libérales, sont enserrées dans les premiers États du Mexique à être tombés dans l’escarcelle du parti de droite conservatrice PAN – mais surtout, pour ce qui nous intéresse, dans la littérature produite dans ces zones, qui met en perspective des comportements érotiques particulièrement éloignés de ce que la morale canonique tolère – bien peu de chose, en vérité. Considérer le corps masculin comme un objet de plaisir modifie clairement la position générique du mâle hétérosexuel dominateur : ce dernier peut perdre ses attributs physiques virils ou, si ceux-ci sont accentués, devenir un simple jouet sexuel – l’on pourrait parodier la phrase populaire bien connue en « sois musclé et tais-toi ». Ce regard apparaît de manière particulièrement pertinente dans trois textes datant de la précédente décennie : 41 clósets de Heriberto Yépez (2005), Travesti de Carlos Reyes Ávila (2009) et enfin la nouvelle « Marcos » publiée dans le recueil Desnudamente Roja de Rosina Conde (2010).

3Dans les deux premiers cas, il s’agit clairement d’une réflexion sur le rapport entre virilité et homosexualité. Le troisième texte, à travers une optique ouvertement féministe, s’attache à décrire le désir qu’éprouvent (ou, comme la narratrice, n’éprouvent pas) des jeunes femmes pour le corps d’un culturiste, censé représenter l’apex de la masculinité.

La vestida, ou la femme absolue parce qu’elle reste un homme

4Autant Travesti que 41 clósets illustrent dès leur titre une réflexion sur l’altération de la figure virile type, à travers l’occultation ou la modification de ses attributs. 41 clósets fait en effet appel à une double figure d’occultation de l’homosexualité, à savoir, le placard consacré, mais également le numéro 41, qui dans l’imaginaire populaire mexicain renvoie à une imagerie bien précise :

En México, el guarismo 41 es la cantidad con la que se identifica a los homosexuales. Eso se debe a que en 1901 la dictadura de Porfirio Díaz llevó a cabo una redada en la que fueron arrestados 41 aristócratas junto a sus novios en un gran baile travesti, una reunión clandestina de vestidas que pudo ser denunciada gracias a que un policía se disfrazó de marica para ser admitido y luego salió a avisar a sus superiores acerca de lo que había visto dentro de esta fiesta de degenerados (Yépez, 2005 : 69).

5Les deux textes introduisent d’emblée la figure de la vestida, cet homosexuel qui se costume en femme sans pour autant s’inscrire complètement dans la transsexualité, puisqu’il ne revêt de vêtements féminins que lors de soirées spéciales, héritières du bal de 1901. Cette transformation semble par contre l’amener à dissimuler un physique quelconque, ni viril ni féminin, comme par exemple cette vestida en apparence sublime et lauréate du prix Miss Gay que Oscar, le protagoniste hétérocurieux de Travesti, ne désire pas :

Kenia era una verdadera vestida a base de maquillaje; debajo de todo eso, quien sabe lo que encontraría. Eso iba a ser como besar a un payaso. Kenia era para verla, para masturbarse con su imagen, no para hacerlo con ella y sus mil artificios. Debajo no encontraría otra cosa que un chavito y feo, según lo que dicen (Reyes Ávila, 2009 : 39).

  • 2 Petit voyou des bas quartiers.

6Un peu avant, David, le gay qui guide Oscar dans les tréfonds des boîtes homosexuelles de Torreón, lui a laissé entendre que si les vestidas sont des homosexuels mâles comme les autres (connus sous les termes de mayates, jotos ou encore putos), en revanche leur corps est celui d’une hyper-femme, mieux qu’une femme, puisqu’elle est phallique. Et comme l’affirme le narrateur de 41 clósets, « la mujer fálica somos los varones » (Yépez, 2005 : 54). La vestida efface donc certaines limites du corps masculin ; il offre aux regards un corps de femme parfait, mais un corps qui, comme le dit Oscar, reste plus une image érotique qu’un objet de désir, puisqu’il a l’apparence de quelque chose qui n’est pas totalement. Aller jusqu’au bout de son phantasme envers un corps de vestida semble toujours se conclure de la même manière : en dissimulant les apparences et en tentant de penser que l’on fait l’amour à autre chose qu’à « un simple jotillo y cholo2 » (Reyes Ávila, 2009 : 123), car si les vestidas se construisent un personnage féminin, leur essence reste d’une certaine manière masculine :

  • 3 L’un des bars fréquentés par des homosexuels de Torreón.

Recuerdo las fiestas en las que estábamos puros hombres y pensábamos que sería bueno contar con la presencia femenina. Ahora, en medio de la Rueda3 veo el espectáculo con todas las variantes posibles. Mujeres más que mujeres se mezclan entre los hombres. Los dramas, los coqueteos, la seducción no han cambiado: seguimos siendo puros hombres (ibid.  : 90).

  • 4 Butler définit cette vision du queer de la façon suivante : « this is a ’girl’, however, who is com (...)

7Ainsi, quelle que soit la manière d’agir de la vestida, elle reste un mâle comme les autres : « lleva al macho sexual encerrado » (ibid. : 93). Elle a beau se consacrer à ce que Judith Butler dénomine le « girling », elle reste enfermée dans une représentation étriquée de la femme, celle de la diva capricieuse ou de la fillette, et son essence masculine n’est jamais bien loin4. Cette virilité qu’elle ne gomme pas tout à fait transparaît également dans la langue : ainsi, faisant référence au travesti Paulina, le narrateur parle de « esa guey », en féminisant l’article et en gardant le nom au masculin. Par ailleurs, la plupart des vestidas de Travesti tiennent à rester civilement des hommes et, avec l’âge, ont parfois tendance à « tuer » leur version féminine, comme le feront deux grandes figures du récit, à savoir Sonia et Verónica. L’essence masculine se préserve ; le déguisement et le passage vers une forme d’altérité esthétique (ressembler à une diva de telenovela, être plus féminin qu’une femme) finissent par s’effacer au profit d’une volonté de posséder le même que soi (un homme, donc). Derrière l’excès de maquillage, il n’y a guère plus qu’un autre mayate, un homme qui sait qu’il est un mâle et qui, partant, songe à se grimer pour séduire un autre mâle, tout en restant, d’une manière ou d’une autre, viril. L’opposition entre les deux sexes, paradoxalement, est conservée.

Séduire son alter égal : homoérotisme et hétérocuriosité

8Il est intéressant de constater que 41 clósets et Travesti sont finalement deux récits très similaires par la forme et la réflexion, alors même qu’ils sont construits dans une optique très postmoderne, à la manière de collages. Dans un texte comme dans l’autre, un écrivain en apparence hétérosexuel – mais diagnostiqué comme joto, loca ou mayate à plusieurs reprises par des homosexuels avérés – tente de s’introduire dans le monde gay d’une ville du Nord (Torreón, Mexicali, Tijuana) et vit une aventure soit avec une vestida (travesti) soit simplement avec un joto (41 clósets). Dans les deux cas de figure, ce récit s’accompagne d’une réflexion plus ou moins aboutie sur le genre, la virilité et la littérature correspondant à ces sujets (des Grecs à Foucault), comme si le narrateur essayait de comprendre – assez vainement au demeurant – ce qui lui arrive. Mais si Paulina le travesti était un corps déguisé, Daniel, l’amant du narrateur de 41 clósets, est tout d’abord une idée, « un texto », dira le narrateur. Il faut attendre la séquence suivante, où ce dernier décrit leurs habitudes amoureuses, pour que l’on trouve une représentation d’une partie du corps de Daniel, partie bien évidemment choisie de manière stratégique :

El pene de Daniel es un poco más grueso que el mío, incircunciso y grueso, así que tiene algo de adolescente. Me gusta la manera en que su vello fino llega hasta su ombligo de manera delicada, apenas perceptible. Me gusta también la manera de la que se toca y abre las piernas, doblando y elevando las rodillas conforme se va calentando.
Me gusta su modalidad de pudor. […] El cuerpo tiene hedores normalmente ocultos […] una vez que entramos en el ano no podemos estar seguros que no se desate su verdadera pestilencia. En el sexo vaginal no tememos más que la insatisfacción de la que es penetrada; en el sexo anal, además tememos su pestilencia. […] Daniel, al principio, parecía temer (Yépez, 2005 : 48).

9Bien davantage encore qu’une vestida du type de Paulina, dont le comportement de diva s’efface lors du premier rapport sexuel – elle redevient un mâle, même si elle tente de l’occulter –, Daniel est clairement réduit à ses organes génitaux et à la manière dont il est rendu passif par le narrateur. Du reste, tout au long du récit, ce dernier reviendra sur la manière dont il prend son amant, mais en privilégiant l’acte homosexuel comme une déclaration de complète virilité, en vantant l’érection croissante de l’autre et le désir d’une éjaculation conjointe. Tout est dans la recherche d’un alter égal, d’un partenaire idéal qui serait en miroir parfait avec le protagoniste. Du reste, comme le dit le narrateur, tout homosexuel cherche et fuit à la fois l’image corporelle de la femme :

Los gays americanos regulares son una imitación del macho derecho y de sus valores estéticos. Por otra parte, el jotito o la loca (en su equivalente dragqueenesco) se disfrazan de mujeres, las extreman. Así que el homosexual no es la alternativa ni al hombre ni a la mujer como se define tradicionalmente. Uno lleva al macho al gimnasio y perfecciona lo masculino, lo celebra, lo embellece, lo engrandece; otro, lo lleva a la tienda de ropa y le compra tacones altos y pelucas, luego le pone grandes tetas o adoptan a un bebé y se hace madre, es decir, glorifica al ideal femenino según ha sido construido: la mujer como objeto sexual espectacular (ibid. : 83).

10Contrairement à la relation entre Oscar et Paulina, où le premier cherchait à singer une relation hétérosexuelle classique (et où le second, dans une sorte de va-et-vient instable, cherchait à satisfaire cette demande tout en la frustrant), la relation entre le narrateur de 41 clósets et Daniel reste avant tout un jeu sexuel presque adolescent – dans la plupart des scènes, ils vont en discothèque, au cinéma ou se masturbent devant la télévision ou la console de jeux vidéos. Le corps de l’amant est quasiment toujours réduit à ses fonctions sexuelles, même si dans certains passages le narrateur nous laisse entendre qu’il est aussi un objet de plaisir visuel pour les jeunes filles, de par son aspect « de libre virilidad, de la frescura masculina » (ibid. : 103). L’ambiguïté de Daniel s’exprime d’ailleurs dans cette scène où il demande au narrateur de le masturber au cinéma devant deux adolescentes : le personnage en vient à se complaire dans cette érotisation à l’extrême de son corps, au point d’ailleurs qu’il finira par dépasser le narrateur dans sa quête d’un plaisir sans complexe, au point de s’en séparer. Ainsi le narrateur, qui souhaitait réduire Daniel à des fonctions purement amoureuses – il confie à plusieurs reprises qu’il ne souhaite pas que son amant devienne trop réel –, finit pris à son propre piège.

11Ainsi, dans les deux cas de figure présentés, la relation se raccroche à une série de signaux corporels, inscrits à la fois dans le paraître (se faire masturber dans des lieux publics, exhiber une virilité déconstruite ou affirmée, se définir dans un processus homoérotique) et dans la recherche d’éléments à la fois différenciateurs et communs. En somme, l’érotisme d’un corps qui n’est jamais tout à fait semblable ni tout à fait différent. Mais autant dans un texte que dans l’autre, il s’agit d’une vision banale, grise, très « Brève Rencontre », une sorte d’adultère à la sexualité peut-être plus conventionnelle – les deux couples ne se rencontrent que le samedi –, comme si l’homoérotisme n’était finalement qu’une façon d’explorer de nouvelles limites de nos corps en recherchant ce même autre dans notre propre univers, ou du moins dans un monde parallèle – que ce soient les boîtes de nuit de Torreón ou les boîtes postales de Calexico – au nôtre, si parallèle qu’il garde une partie de sa terne quotidienneté. Dans les deux récits, le protagoniste clôturera son immersion dans le monde homosexuel par une réflexion sur le genre et sur le désir qu’il a pu éprouver pour un corps masculin, tout en constatant finalement son propre échec à se définir sur l’échiquier générique. La réponse à la question induite – ou suggérée – depuis le début, à savoir si nous sommes tous bisexuels ou si nous nous camouflons en hétérosexuels afin d’assurer la perpétuation de l’espèce, reste aporétique. La conclusion de 41 clósets peut être que rêver du corps d’un même différent est le summum de l’érotisme, mais sans doute que le désir du corps d’un mâle par un mâle vient aussi du fait que tout esprit est schizoïde ; ainsi, dans les derniers paragraphes, le narrateur déclare : « yo fui cuarenta otros o, mejor dicho, hubo 41 que eran y no eran el mismo » (ibid. : 126). Dans Travesti, cette réversibilité du désir apparaît notamment dans les passages narrés par David, où il explique ses techniques de drague avec des cholos dont les phallus sont évidemment les mieux décrits : il passe du macho dominateur au joto soumis de manière quasi simultanée, selon le rapport de forces qui s’établit avec cet autre soi-même, quelles que soient d’ailleurs les données de départ.

12Ainsi, les deux textes présentent finalement une vision assez similaire et troublante du rapport de l’homme à son corps : ce n’est qu’à travers une relation avec un autre mâle que ces personnages prennent conscience de leur propre corps. Les rapports avec des femmes hétérosexuelles, pour reprendre leurs considérations, se trouvent en amont et en aval du texte, ou dans les brèves périodes de doute où le narrateur s’interroge sur la nécessité de reprendre la vie commune avec l’une de ses ex-compagnes. Mais si le récit de Travesti se conclut sur une sorte de rapport sur le monde des vestidas, où le narrateur dit qu’il va à présent s’interroger sur celui des lesbiennes, celui de 41 clósets cherche au contraire à affirmer l’appartenance de son corps au sein du collectif homosexuel, du moins à travers le livre. L’histoire avec David – ou plutôt avec le corps de David –, l’employé des postes, n’aura finalement été qu’un médiateur vers cette affirmation.

« Sois musclé et tais-toi »

13Si le corps du mâle est avant tout un objet érotique pour l’autre mâle, qu’en est-il pour la femme ? La nouvelle « Marcos » de Rosina Conde semble interroger cette piste. Connue pour ses récits à tendance féministe, l’auteur met en scène un couple d’étudiants assez dissemblable, Marcos et Karina. Karina ne supporte plus que Marcos soit culturiste et que toutes les femmes soient attirées par son physique dès qu’ils sont dans un lieu public, alors qu’elle-même est rebutée par ce corps « demasiado tosco y hasta grotesco » (Conde, 2010 : 37). Du reste, on ne sait trop ce qui unit Marcos et Karina : elle semble s’être mise en ménage avec lui après qu’une de ses amies le lui a présenté, à cause de son caractère « alegre y optimista » (Conde, 2010 : 38), mais le texte évite sciemment de donner des détails, se focalisant au contraire sur la gêne que ressent Karina face au corps apparemment trop musclé de son conjoint :

Lo que me intrigaba de Marcos es que estudiaba. Me intrigaba que estudiara concienzudamente y se preocupara por comer una res entera después de ir al gimnasio a hacer pesas. ¿Para qué quería este cuerpo que de nada le servía, si se dedicaba a ejercitar el intelecto? (ibid. : 38).

14Dans une curieuse inversion des genres, Karina considère que les efforts de Marcos pour paraître séduisant et posséder un corps de plus en plus viril et raffermi ne sont que des manières d’exhiber de plus en plus ce corps. Elle ne paraît l’apprécier que lors d’ébats où l’on devine une certaine soumission de la part de l’homme, puisque Karina semble en être l’initiatrice et la mandataire :

Entonces era cuando me gustaba, cuando su cuerpo convertido en el de una bestia que no pensaba sino en amarme, porque entonces sus músculos de acero se volvían suaves y su piel tersa, tan tersa y fina como la seda de las sábanas (ibid. : 42).

15Ainsi, la narratrice ne peut s’empêcher de constater que son compagnon l’attire tout en lui répugnant. Peu à peu, cependant, elle expose ses principaux griefs : le temps que Marcos passe au gymnase et la vision qu’ont les autres femmes de l’anatomie de ce dernier, et l’excitation de ces mêmes femmes devant le corps de cet homme qu’elles considèrent comme un toy-boy ou jouet sexuel :

¡Y pensar que Marcos perdía su tiempo con las pesas en vez de quedarse conmigo en la cama! Sentí celos. Recordé como lo miraban las otras mujeres. Como miraban su cuerpo y sus brazos y su cintura y sus nalgas. Porque tenía unas nalgas redondas y una pequeña cintura que embonaba perfectamente entre mis piernas cuando hacíamos el amor (ibid. : 44).

16Le sentiment de Karina envers la perfection physique de son compagnon est somme toute assez ambivalent. D’un côté, elle éprouve une certaine jalousie envers cette quête de perfection physique, comme si par le fait d’aller à la salle de sport Marcos travaillait un corps prêt à être offert comme jouet sexuel à toutes les autres femmes, mais de l’autre, elle est très satisfaite de certains aspects de ce corps, paradoxalement les plus connotés comme féminins (taille fine, postérieur rebondi), et de la posture de soumission dans laquelle elle peut tenir son amant grâce à ces attributs. L'idée de l'approche de rivales possibles fausse peut-être le regard qu'elle porte sur les efforts que fait Marcos pour être musclé : elle le soupçonne de n’aller au gymnase que pour augmenter son potentiel d’objet sexuel. D’une certaine manière, Karina exerce sur Marcos une domination qui n’est pas sans rappeler celle du macho latino, traditionnellement jaloux et persuadé que sa compagne ne cherche qu’à le trahir, ce qui se confirme dans les disputes qu’ils semblent avoir fréquemment. Et paradoxalement, la seule réconciliation possible entre eux semble être physique, avec une Karina totalement passive :

Esa noche, Marcos regresó en madrugada. Yo me hice la dormida. […] El se metió en la cama con naturalidad y me abrazó por la cintura. Yo solo acomodé mis nalgas en su vientre, en el huequito que formó con sus piernas, y luego sentí como me penetró con cariño. No dije nada: lo dejé hacerme el amor y me retorcí como gata en su cuerpo (ibid. : 46).

17Le lendemain, sans explicitation supplémentaire, Karina se rend au travail de Marcos et finit par comprendre la cause des heures passées à la salle de sport et, partant, la raison d’être de l’anatomie de son partenaire :

Sobre una rampa, Marcos sostenía una llave como de un metro de largo. Él y la llave se veían insignificantes al lado de [la enorme máquina]. ¡Quedé perpleja!, finalmente entendía el cuerpo de Marcos, quien apretaba una tuerca de cincuenta centímetros de diámetro. Absorta, observé la fuerza de los músculos de sus brazos mientras ejercían presión para voltear la tuerca, y cuando esta se dio por vencida […], yo sentí con solo verlo lo que nunca en mi vida: mi clítoris se contrajo de felicidad, y mi vagina soltó un líquido pegajoso y dulzón que mojó el encaje de mis calzones (ibid. : 47).

  • 5 Bar emblématique d’Ensenada, où le couple se rend régulièrement.

18Ainsi, c’est une description du mâle musclé s’attaquant à une machine qui ressemble à un « Godzilla », selon la narratrice, qui finalement provoquera la réconciliation des conjoints et le fait que, désormais, la narratrice « saborea » le corps de son compagnon. Mais d’une certaine manière, si Karina prend désormais un plaisir plus décomplexé et moins axé sur la jalousie et la domination à profiter du corps de son partenaire, en revanche celui-ci n’en reste pas moins défini avant tout par son anatomie et par les particularités que celle-ci possède. Marcos a peut-être convaincu Karina qu’il n’entretient pas sa musculature pour avoir l’impression de pouvoir séduire toutes les femmes du Hussong’s5, il n’en reste pas moins un homme-trophée. Bien que de manière diffuse, la nouvelle reste bâtie sur l’inversion des genres : c’est le mâle qui est un jouet sexuel dominé et désiré et la femme qui éprouve une volonté de contrôle de son compagnon, à commencer par la définition de son apparence physique, d’où d’ailleurs ses scènes de jalousie dans les bars et son agressivité envers toute femme qui s’approcherait de celui-ci. Le texte narre uniquement une transition d’un amour avant tout intellectuel (Karina est tombée amoureuse de « un carácter ») vers un amour plus physique, ou qui fait moins abstraction du corps de l’homme (le texte suggère au début que, du corps de Marcos, Karina « [ha] dejado de hacer caso »). Mais en quelque sorte, sauf sortie de dispute, Karina domine son partenaire, exige des rapports sexuels plus fréquemment que Marcos ne le souhaiterait et possède toute l’agressivité du couple. La nouvelle parodie donc, d’une certaine manière, les rôles de séduction du couple latino hétérosexuel canonique, où le mari jaloux exhibe sa femme comme un objet précieux, dont il choisit lui-même les qualités à améliorer, à exhiber et à voiler.

19Dans les trois cas de figure, si les corps mâles présentés offrent toutes les garanties d’une virilité sans faille, il n’en reste pas moins que le désir que l’on éprouve pour eux les transforme en objets sexuels bien différents de la définition hétérosexuelle occidentale de la virilité. Si l’on en croit 41 clósets, le macho mexicano – et par là même le norteño – n’est qu’un homosexuel de plus, au mieux un métrosexuel qui est là pour attirer le regard d’un autre lui-même, car attiser le désir de la femme serait chose terrifiante. Il est cependant étrange de constater que cette redéfinition des rôles et des genres – commune à tout l’Occident – ne construit réellement rien de nouveau au niveau de la représentation des rapports amoureux, sauf peut-être au niveau métadiscursif, comme si toute relation devait être analysée comme une enquête sur les rapports sociaux entre êtres sexués. Mais cela est peut-être uniquement une séquelle du postmodernisme.

Haut de page

Bibliographie

Butler, Judith, 1993, Bodies That Matter, New York, Routledge.

Conde, Rosina, 2010, « Marcos », in Desnudamente Roja, Mexico, Desliz Ed. p. 36-48.

Mead, Margaret, [1949] 1966, L’un et l’autre sexe, trad. C. Ancelot et H. Étienne, Paris, Denoël-Gonthier.

Reyes Ávila, Carlos, 2009, Travesti, Mexico, Tierra Adentro.

Yépez, Heriberto, 2005, 41 clósets, Tijuana, CECUT ed.

Haut de page

Notes

1 Dans L’un et l’autre sexe (Male and Female, 1949), Margaret Mead constate cette évolution au sein de la société états-unienne d’après guerre : « Aux hommes, les panneaux d’affichage apprennent maintenant comment, en portant le chapeau voulu, ils peuvent être l’élu, l’aimé – rôle jusque-là réservé à la femme – » (Mead,1966 : 10).

2 Petit voyou des bas quartiers.

3 L’un des bars fréquentés par des homosexuels de Torreón.

4 Butler définit cette vision du queer de la façon suivante : « this is a ’girl’, however, who is compelled to ’cite’ the norm in order to qualify and remain a viable subject. Femininity is thus not the product of a choice, but the forcible citation of a norm, one whose complex historicity is indissociable from relations of discipline, regulation and punishment » (Butler, 1993 : 232).

5 Bar emblématique d’Ensenada, où le couple se rend régulièrement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anaïs Fabriol, « Altérations et virilité », América, 46 | -1, 73-81.

Référence électronique

Anaïs Fabriol, « Altérations et virilité », América [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://america.revues.org/1256 ; DOI : 10.4000/america.1256

Haut de page

Auteur

Anaïs Fabriol

CRICCAL, Université du Havre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org