Navigation – Plan du site
III. Éros politique

Pouvoir et sexe : La favorita del Señor, roman de Ana Teresa Torres

Poder y sexo: La favorita del Señor, novela de Ana Teresa Torres
François Delprat
p. 125-134

Résumés

La favorita del Señor (2001), roman de Ana Teresa Torres, se caractérise à la fois comme roman érotique et comme roman historique : la belle mauresque Aisa doit à une initiation précoce à l’art du sexe, dans son île natale méditerranéenne, d’accéder, devenue captive, à une exceptionnelle destinée en terre chrétienne. Éduquée par une esclave dans l’exultation des corps (danse érotique), elle est tour à tour bonne élève, adolescente passionnée, victime soumise et conquérante. La contradictoire condition de la servante-maîtresse s’aiguise par l’incongruité d’un choix selon son cœur, une autre voie vers l’amour qui ne manque pas de tragique. Le roman a été écrit après l’édition en espagnol d’un célèbre recueil érotique en langue arabe, mais l’action est placée dans un contraste entre raffinements de la civilisation hispano-mauresque et élémentarité des plaisirs et mobiles des chrétiens de la Reconquista.
Le roman a pu être qualifié par certains critiques de « manuel de pornographie », mais il invite à une analyse du discours que la communication appuie sur les propositions de Michel Foucault. Dans le premier volume de son Histoire de la sexualité (1. La volonté de savoir - 1976), celui-ci montre comment l’Occident moderne a élaboré une scientia sexualis qui a évincé l’ars erotica des siècles de l’Antiquité et du Moyen Âge. Tout en insistant sur l’ambiguïté et l’omniprésence du discours sur le sexe, il retourne les arguments selon lesquels le pouvoir en réprime et l’expression et la pratique. Plus largement, il voit une permanente obsession de la sexualité et de son lien direct et étroit avec le pouvoir dans les écrits littéraires, philosophiques et scientifiques des trois derniers siècles.

Haut de page

Texte intégral

Ce qui est propre aux sociétés modernes, ce n’est pas qu’elles aient voué le sexe à rester dans l’ombre, c’est qu’elles se soient vouées à en parler toujours, en le faisant valoir comme le secret.

M. Foucault, Histoire de la sexualité, t. I, La volonté de savoir, p. 49

1Dans le premier tome de son Histoire de la sexualité, La volonté de savoir, M. Foucault propose une réflexion historique sur la connaissance de la sexualité et l’intérêt croissant qu’elle suscite dans les sociétés occidentales au xviiie siècle et plus encore aux xixe et xxe, tout en articulant un tournant de l’histoire qui différencie l’Occident (la partie occidentale de la Chrétienté dont les doctrines entendent régir le sexe) d’autres modes de la connaissance dans des cultures qui ont développé un ars erotica (la Chine, le Japon, l’Inde, la Rome antique, les civilisations arabo-musulmanes) (1992 : 76-77). Il paraît opportun de lire dans cette perspective une œuvre de ce début du xxie siècle qui s’adresse à un public disposant des formes du savoir développé par la psychologie moderne et la psychiatrie, un savoir que la tradition chrétienne a incorporé à une morale sociale et à l’ensemble des réseaux de relations personnelles et aux affects.

2La favorita del Señor, publié en 2001 au Venezuela, par Ana Teresa Torres, se pose en roman historique, au moyen de quelques référents spatio-temporels, de fait peu nombreux, pour s’intéresser à des différences de mentalités, aux pratiques érotiques et à la nature du langage qui les représente. Cela mène à considérer l’intention du texte, l’implication probable de son narrataire contemporain dont l’imaginaire est rassasié de représentations des corps et de quêtes du plaisir, et l’esprit obsédé de psychoses, d’interdits et de transgressions.

3Plusieurs facteurs doivent retenir l’attention selon deux perspectives : la sexualité dans une fonction servile et en tant que moyen d’affirmation de la personne, deux dimensions de la question de sexe et pouvoir, dont le roman propose des variations. Il conviendra d’aborder dans ces étapes le paradoxe principal de pouvoir et soumission tracé par le fil du récit et l’obsession de la sexualité dans un récit assez récent qui ne semble guère s’écarter de formes fréquentes de la fiction érotique.

1. Fil romanesque : pittoresque historique, apprentissage sexuel

4Roman historique, La favorita del Señor a l’érotisme pour thème principal, axe de construction de la personne d’Aisa et de sa vie entière, et pose la question du pouvoir dans le cadre médiéval, par l’opposition des castes et par l’attrait sexuel, renforcé par la maîtrise ou la méconnaissance d’une culture du plaisir.

5Le cadre spatio-temporel est le littoral méditerranéen ibérique vers le milieu du xiie siècle de notre ère. L’action commence sur une île régie par un gouverneur arabe, le « valí » Al Munim-Umm-el-Hakam, île bientôt ravagée par le seigneur chrétien Roger de Tamarit qui s’en revient ensuite à son château avec son butin. Alors commence la deuxième vie d’Aisa, captive mise au service de la châtelaine et soumise aux exigences sexuelles de son maître. Le contraste entre les raffinements de l’île en milieu arabe et la vie fruste et les manières brutales du château chrétien colore vivement la plupart des épisodes. Roger de Tamarit administre ses domaines ruraux, et ses relations avec les seigneurs environnants l’entraînent à une nouvelle expédition sur mer quelques années plus tard. Le but est d’aller guerroyer, vers un lieu qui reste indéfini et où son fils perdra la vie, l’expédition s’achevant sur un échec. Durant son absence, le château est confié à un cousin de sa femme, Bertrand de Ros, venu du Pays d’Oc et qui apporte des us et des savoirs de l’Occitanie. Celui-ci doit bientôt s’en retourner sur ses terres, à cause de la dénonciation auprès de l’abbé du couvent voisin de ses liens amoureux avec sa cousine. La châtelaine perd bientôt la raison et met le feu au château alors que vient d’être annoncé le retour du châtelain. Aisa quitte le château ; elle accompagne des trouvères en marche vers Grenade, menant une vie de plus en plus misérable, au point qu’elle demande au chef de la troupe de la vendre comme esclave dans une ville arabe rencontrée sur le chemin. Elle servira un vieillard décrépi au long des dernières années de celui-ci et continuera elle-même à subsister en apprenant la poterie aux fillettes d’un village à qui elle raconte de belles histoires, notamment la vie aventureuse de la fille d’un seigneur arabe. À contre-pied des contes orientaux auxquels il emprunte cependant plus d’un trait, ce récit accumule les contrastes entre deux civilisations, mettant en évidence les gestes de la relation sexuelle et certaines idées sur le corps et l’amour.

6Aisa, narratrice du récit, est la fille de la dix-septième concubine du gouverneur, élevée dans le harem parmi les servantes et les esclaves. Sa destinée au service du maître passe par les arts du plaisir : « Crecí en el amor del Señor, del único, el amo » ; le pouvoir dont rêve tout le harem : « obtener el goce de ser su elegida » (Torres, 2001 : 3). La servante commise à la soigner a vu en rêve Aisa entourée de colombes voletant autour de ses mains, signe qu’elle sera la « favorita del Señor » (6). Elle ne cessera de rappeler qu’elle se sait vouée au plaisir d’un seigneur.

7Elle reçoit une éducation poussée dans les arts d’agrément : musique, chant, écriture en élégants caractères, récitation de poésie et surtout danse, dont le roman évoque principalement les fonctions érotiques, à travers par exemple la « treizième position » qui assouplit le corps afin de le rendre apte à la possession sexuelle par un maître qui serait devenu obèse. La maîtresse de danse devient la plus proche d’Aisa, adolescente d’une grande beauté, admise à réjouir le regard de son père dont elle a appris à attendre le plaisir, et à être ainsi distinguée. Ce sera le premier contact avec l’autre sexe, l’érection du maître comme grande étape d’initiation à l’appétit de servir, au désir partagé.

  • 1 Le deuxième volume de l’Histoire de la sexualité consacre des pages à l’appétit du beau (homme ou f (...)

8Voilà qui place la préparation au désir et l’exercice du corps dans un contexte de relation pédagogique expressément relié au pouvoir. Ce mode de la relation est aussi celui qu’étudie le philosophe au chapitre IV, p. 108-109, de La volonté de savoir. La loi, source et expression du pouvoir, est constitutive du désir, même lorsqu’elle est tournée vers la répression. Nous pouvons considérer ce trait dans les cultures occidentales, mais aussi bien dans l’autre culture évoquée dans le roman. En outre, la mention très sommaire de la présence d’eunuques dans le harem est bien un indice dans la civilisation arabo-musulmane d’un contrôle de la vie érotique. Il faut donc placer cette question sous l’angle de la relation de pouvoir1. C’est dans des circonstances non moins intimes que se poursuit l’éducation sensuelle d’Aisa, quelques nuits dans les bras de la maîtresse de danse, puis l’approfondissement du désir par la privation de ces enlacements délicieux (19-23). Un mécanisme de dressage où l’attente du plaisir, approché, volontairement différé, est le moyen de progresser vers l’exultation des corps.

2. Pouvoir et sexe

9Cet apprentissage érotique se nuance de dramatisme avec la captivité aux mains des chrétiens : Roger de Tamarit impose la relation sexuelle à Aisa dès qu’il la voit sur le navire qui vogue vers la côte de Tamarit. Fort et brutal, il est charmé par la beauté de sa captive, la fait vivre au château, dans la pièce même où la châtelaine (Helena) déroule ses activités et qui est aussi celle où le maître vient dormir (tantôt avec l’une, tantôt avec l’autre). La volonté de séduire le nouveau seigneur est énoncée dès la première possession et, en effet, Aisa s’applique à devenir la favorite en conservant, non sans effort, dans un milieu si grossier et parfois répugnant, les soins du corps et le souvenir des agréments du palais de sa naissance. À la brièveté du coït du couple seigneurial, elle juxtapose les caresses préalables et son goût pour la propreté ; ses ablutions quotidiennes à la crasse et au fumet peu délicat des personnes qui l’entourent. Elle exerce peu à peu son pouvoir par le plaisir qu’elle donne. L’assiduité du seigneur inspire à la châtelaine l’idée de s’initier à son tour aux secrets d’un art qui est très crûment indiqué non pas comme un art d’aimer mais un art de la jouissance sexuelle.

  • 2 « Dans l’art érotique, la vérité est extraite du plaisir lui-même, pris comme pratique et recueilli (...)

10Celle-ci bénéficie d’une très complète séance d’apprentissage, dans la cachette d’un rocher, sur le bord de la plage : sa suivante Aisa (dont le statut de captive s’est transmué) parvient à la faire consentir à se dénuder et à laver tout son corps dans l’eau claire à l’embouchure de la rivière (p. 51-53). Il lui faudra aussi, en gestes délicats, porter les mains aux zones érogènes (le tétin et le clitoris) pour la rendre attentive à la montée du désir et au plaisir qui l’accompagne, le baiser et les enthousiastes caresses buccales préparant à l’enlacement et à l’orgasme2.

11Cette insistance pédagogique n’a pas manqué d’être remarquée par la critique. Il est même arrivé que l’historien Lovera de Sola en prenne argument pour nier le caractère érotique du roman et lui attribuer le qualificatif de pornographique (Lovera de Sola, 2012). La précision des gestes estomperait la communication profonde entre deux personnes, pour insister sur les ressources à mobiliser pour atteindre l’orgasme. Le reproche est sans doute fondé, et cependant, il faut souligner que cette péripétie est une leçon entre femmes et que l’acte au masculin n’est pas bénéficiaire d’une comparable valorisation ou du moindre perfectionnement, sauf peut-être à travers le constat du corps bien membru de Roger de Tamarit et du prolongement de l’union lorsqu’il vient partager la couche de sa captive. La terminologie anatomique n’est pas insistante (« miembro del hombre », « pezones »), il s’agit de mentionner différentes manières de la relation sexuelle en insistant sur l’art d’accroître la durée du plaisir et son intensité. Lorsque Aisa souhaite faire un cadeau au seigneur, pour le remercier de ses démonstrations affectueuses, elle masse savamment ses propres muscles rectaux pour qu’il s’y introduise, passage indicatif des plaisirs variés qu’elle se sent capable de procurer, en accord avec sa volonté d’être et rester « la favorite », mais dont l’expression évite la crudité tandis que c’est la fonction de « voyeur » de l’autre femme qui est soulignée.

12La châtelaine a bien le pouvoir sur sa suivante mais elle évolue vers une dépendance du savoir érotique d’Aisa, tout autant que l’a fait le châtelain. La préférence de ce dernier pour la favorite s’accentue lorsqu’elle lui donne un fils, puis encore un autre. Auparavant Helena lui avait donné un fils, bientôt adolescent et campé en rival attiré par la belle captive, tandis que la châtelaine donnera naissance à deux filles. Le pouvoir devient peu à peu celui d’Aisa sur ses maîtres, leur relation passant d’une constante promiscuité à des égards avec lesquels la captive est traitée en fille de gouverneur d’une île, ménagement qui rejaillit sur ses fils baptisés sur l’ordre du châtelain. Son rôle de favorite s’étend à toute la famille, c’est ainsi qu’Enric, fils du châtelain, qui avait d’abord traité la jeune captive en objet de curiosité, puis en compagne de jeux, s’éprend d’elle. Malgré l’angoisse qu’il ressent, le trouble suscité par sa proximité avec celle qu’il sait être concubine de son père (ou à cause de ce savoir), c’est avec elle qu’il s’initie à son tour au désir et à l’acte sexuel. Objet de désir, détentrice du savoir, la belle captive vouée au plaisir des maîtres a le rôle d’initiatrice et d’ordonnatrice de leur sensualité, elle les domine autant qu’ils la possèdent.

3. Le pur et l’impur, puissance et perversion

13Cette deuxième étape de l’existence d’Aisa s’interrompt lorsque les seigneurs chrétiens s’embarquent pour une expédition maritime nouvelle. Le statut de suivante est changé en celui de servante. Mêlée aux serviteurs et aux paysans du domaine, Aisa a l’occasion d’exercer son attrait et son habileté auprès de Tadeo, aveugle dans la force de l’âge que les femmes délaissent à cause de sa pauvreté. Elle se dévoue en rencontres passagères qui en outre compensent une solitude qui la désole, solitude du corps, besoin du désir d’un autre, curiosité pour la rudesse des manières de cet amant rustaud. La psychologie du personnage devient complexe et induit une réflexion du lecteur sur les mobiles des comportements amoureux dans un contexte de besoins élémentaires.

  • 3 Guillaume de Poitiers (1086-1127), duc d’Aquitaine et de Gascogne, appelé Guillaume le Troubadour, (...)

14C’est dans ce besoin d’autrui mais par contraste avec la relation envers ce paria de Tadeo que s’inscrit l’épisode central du roman. L’arrivée de Bertrand de Ros au château a suscité la très grande joie d’Helena. Celle-ci confiera bientôt son secret, elle a épousé le seigneur de Tamarit par la volonté de sa mère, mais n’a jamais oublié son cousin Bertrand dont elle a partagé les jeux durant son enfance au Pays d’Oc. Bertrand récite des poèmes et parle d’amour courtois, conversations élégantes qui réveillent les amours enfantines et les émois adolescents et que le roman accompagne de poèmes de Guillaume le Troubadour3. La suivante-servante qui avait perdu son ascendant et sa position ne tarde pas à les retrouver, parce qu’elle peut réciter des poèmes d’amour d’Ibn Azam (97). S’appuyant sur le besoin de confidence de la châtelaine, Aisa s’insère peu à peu dans les relations de cœur et d’esprit du nouveau couple, et échange le fruste plaisir partagé avec Tadeo contre une compréhension du thème de l’amour exaltant prôné par Bertrand de Ros, l’amour pur : la joie suprême ne peut être atteinte que si l’on s’affranchit de la puissance des corps, si l’on ne cherche que la beauté et l’élévation de la pensée. Aisa se plie à ce modèle et conquiert l’attention du nouveau seigneur par son art de la récitation en arabe de poèmes de Ibn Azam (« No quiero de ti otra cosa que amor, fuera de él no te pido nada », ibid.).

15Investie d’un véritable pouvoir, raffinements de la toilette et délicatesse des mets dont elle dirige la préparation, Aisa fait dériver la conversation amoureuse vers un accroissement du désir, selon la thèse de l’amour courtois qu’elle suit par complaisance mais dont elle s’entend à favoriser l’accomplissement. Le sommet de ce nouvel apprentissage a lieu au bord de l’eau, comme l’avait été l’initiation d’Helena aux joies charnelles. La communion des sexes à trois (les deux femmes et le seigneur) montre toutes les marques de la passion débridée, point culminant où la pureté a tant stimulé l’imagination et l’appétit de chacun que le plaisir est un faible mot pour exprimer ce qu’ils partagent, déclinant toutes les positions et les manières qui prolongent, multiplient les sensations. C’est alors le sensuel, la célébration des corps, qui est à son apogée et non plus le thème de la pureté : ainsi s’établit la toute-puissance de la captive.

  • 4 La morale chrétienne, fondée sur une séparation du corps et de l’âme, aurait déterminé une hiérarch (...)

16Ces pages du roman continuent de souligner le contraste entre les cultures : un monde arabe où la sexualité est l’objet de considération, de soin, la propreté des corps la favorisant, tout comme l’ablution porte à voir dans la propreté des corps la preuve du soin apporté par la religion à la propreté de l’âme, tandis que l’exécration de la sexualité dans la doctrine chrétienne s’accorde bien avec une vision de l’histoire telle que la voit Michel Foucault, dans l’Occident antérieur au xviiie siècle4.

17Après ce climax érotique, le roman introduit une tension dramatique elle aussi ascendante qui est cohérente avec l’histoire de vie et surtout significative de l’essai d’un inventaire de la sexualité. L’explosion érotique à trois a eu un témoin, une vachère cachée derrière les arbres qui dévoile ce secret à un proche. Le curé l’apprend et en réfère à l’abbé d’un couvent voisin ; le châtiment de l’Église est en route : sous prétexte d’une halte dans son voyage par les provinces, Fray Jerónimo de Claramunt s’en vient au château, il y restera tout un mois.

18D’abord campé en gros mangeur et grand buveur, il est ensuite celui qui pourchasse l’hérésie, arrive à faire fuir Bertrand de Ros, ce qui met à sa merci la châtelaine Helena et Aisa qui a été replacée au rang de servante habile à confectionner des mets délicieux. Le pouvoir de la religion catholique est tel qu’Helena confesse ses relations érotiques dans tous les détails. Fray Jerónimo soumet les deux femmes à une pénitence d’un genre étonnant : il exige, dans l’appartement des femmes, d’être nourri, bouchée à bouchée, de la main d’Aisa, puis que celle-ci se dénude pour ce soin de bouche, puis qu’Helena contemple la scène également dévêtue avant qu'il se dénude lui-même. La salacité s’accroît par la possession sexuelle de la servante sous les yeux de la châtelaine nue, parodie de la scène du comble de la joie des corps qu’elle a confessée. La scène se répète et se complique : la servante se voit imposer de frapper le corps du moine, puis de lui infliger des douleurs de plus en plus intenses, lui scarifier le dos de ses ongles ; l’anus et autres parties du corps sont lacérés pour la plus grande jouissance du confesseur. Il veut aussi être habillé des vêtements de la châtelaine pour subir ces mauvais traitements, en des épisodes sado-masochistes. Tout cela sous la menace de plus redoutables traitements que l’Église saurait faire endurer aux deux femmes.

4. Scientia sexualis : du péché à la pathologie

19Cette déchéance des corps, vision de l’enfer où la nudité exprime l’atrocité et non pas la vérité de l’amour, fait qu’Helena perde plusieurs fois connaissance, ne pouvant supporter de contempler la jouissance perverse de Fray Jerónimo. Le sentiment de dégradation est porté à son comble lorsque Fray Jerónimo, dans une scène où tous sont dévêtus, lance de la boue sur les deux femmes et se met à nettoyer de sa langue certaines parties de leur corps (XI, 142-143). Quant à Aisa, elle s’afflige des plaisirs impurs qu’exige ce repoussant moine, mais il lui semble que dans la perversion de ces repas, bonne chère devenue gavage, caresses devenues souffrance, chair tourmentée, elle exerce encore une fonction de favorite, elle en est encore l’administratrice, bien que les sévices lui répugnent.

20Les deux femmes sont enfin délivrées par le départ précipité de l’abbé à l’annonce que les navires de Roger de Tamarit approchent de la côte. Mais le sentiment de sa culpabilité et les sévices moraux qu’elle a subis empêchent la châtelaine de retrouver ses esprits. Aspirant à une purification de toutes choses, une expiation, elle met un jour le feu au château. Aisa parvient à sauver une des filles des seigneurs, mais ses fils ont péri dans les flammes, elle-même est brûlée au visage, le symbole du châtiment infernal est aisément déchiffrable avec la clé d’aujourd’hui, les ressorts du psychisme : la perversion détruit la beauté, dégrade les esprits et les corps, anéantit le désir, même celui de vivre ; la mort et la souffrance font suite à la glorification des corps. L’érotisme est obsédant, répandu par cette façon de parler interminablement de sexe que représente la confession, ainsi que le souligne le chapitre que Michel Foucault intitule « Scientia sexualis », dans le premier volume de son Histoire de la sexualité ; une volonté de savoir qui répertorie les actes et les circonstances a débouché sur une étude qui s’est organisée en corpus de connaissance, la morale des confesseurs, ensuite la morale sociale, en même temps que la médecine. C’est dans ce mouvement que se constituent l’analyse des affects et la psychologie freudienne tout particulièrement. Ce que le roman a présenté comme exemple de pureté et d’impureté fait écho à cette moderne vision de la relation érotique à l’époque actuelle, sorte d’itinéraire à travers l’histoire que le récit traite en raccourci.

21Un peu plus tard, sur sa route vers le royaume maure de Grenade, avec la petite troupe de trouvères, récitants et cracheurs de feu, Aisa continuera le chemin de la déchéance commencé sous l’influence des chrétiens et l’empire de la nécessité. Parce que sa beauté n’est plus intacte, l’âge étant venu ajouter à l’enlaidissement de son visage dans l’incendie, le chef de la troupe lui impose d’abord de danser plus ou moins dénudée, puis de se prostituer. Dans la ville arabe où ils s’arrêtent, l’insuccès est tel que c’est Aisa elle-même qui propose d’être vendue comme esclave, pour le peu d’argent qu’un vieux marchand a consenti à donner au cracheur de feu, maintenant malade et qui bientôt décède. C’est ainsi que la déchéance est la plus pitoyable : plaisir monnayé, chosification du corps, la personne devenue esclave, l’érotisme disparu dans l’attristante manipulation d’un sexe flétri, à quoi se réduit le désir du dernier maître.

22Le rêve des splendeurs du royaume de Grenade, la promesse d’être « la favorite du seigneur » évitent à ce roman le schème pornographique. Il n’y a pas de jeu prolongé ni sur l’image ni sur le vocabulaire. Le texte s’entend à éviter les sous-entendus afin de garder constamment l’axe de la femme actrice du désir, en quête d’un plaisir partagé et aussi ordonnatrice du plaisir des autres, jusque dans la facette infernale de cette destinée. Ce qui peut paraître une fable érotique induit une réflexion sur la relation sexuelle à travers le temps. L’apparente confrontation entre l’union de l’esprit et du corps et la dichotomie imposée par la notion de péché aboutissent à valoriser des modes de pensée et de comportement libérés, pourrait-on dire, du sentiment de la faute qui est la cause de la déchéance, mépris de la chair qui entraîne paradoxalement la déchéance morale et sociale.

23Le lecteur est incité à réviser cette morale et à comprendre autrement ses inclinations, de même à concevoir autrement les modèles masculins et féminins. La dialectique du corps et de l’esprit est cependant ici effacée pour mieux exprimer celle du maître et de l’esclave, en sorte que l’érotisme apparaîtra comme essentiel à la nature de deux cultures, l’une qui le recherche et le pratique sans tourment moral, l’autre qui s’y plonge mais par déviance vers le repentir et l’amertume.

24On peut s’interroger sur l’exactitude des référents historiques de ce roman. Peut-être s’agit-il simplement d’une fable exemplaire, un exotisme historique qui conduit Ana Teresa Torres à enjoliver la culture arabe pour mieux traiter la question de la contradiction de l’obsession d’éros dans le monde chrétien et sa dépréciation dans l’idéologie occidentale. Au prétexte d’un parcours dans l’histoire, le roman se livre à un inventaire de l’érotisme, apprentissage ou révélation de ses mystères glorieux et de ses mystères douloureux. Par-dessus tout, il constitue une distrayante lecture de l’histoire de la sexualité à l’usage de nos contemporains, propos qui prend plus de sel si l’on se rappelle que la romancière exerce un métier qui a beaucoup à voir avec ce sujet : la psychanalyse et la psychothérapie.

25La signification de ce livre se condense en un précepte de l’ars erotica : « el secreto de quienes conocían el cuerpo […] llamar al deseo con el deseo » (51), et une prescription de thérapeute, détentrice de la scientia sexualis (adressée par Aisa a Helena) : « Lo primero que debes hacer si quieres aprender el arte del amor, es no temer tu propio deseo… » (53).

Haut de page

Bibliographie

Davidson, Arnold, 2005. L’émergence de la sexualité. Épistémologie historique et formation des concepts, Paris, Albin Michel.

Foucault, Michel, 1992, Histoire de la sexualité, Paris, Gallimard. t. 1. La volonté de savoir. t. 2, 1997, L’usage des plaisirs.

Lovera de Sola, Roberto, 2012, « La favorita del Señor, Pedagogía sexual », en ligne, consulté le 4 février 2012 : http://www.arteenlared.com/lecturas/libros/la-favorita-del-senor.html.

Torres, Ana Teresa, 2000, A beneficio de inventario. Fuegos bajo el agua, ensayos. Caracas, Editorial Memorias de Altagracia (critique littéraire).

, 2001, La favorita del Señor, roman, Caracas, Editorial Blanca Pantin. Fondo editorial La Nave va (2° édition, Caracas, Alfadil ediciones, 2004).

Haut de page

Notes

1 Le deuxième volume de l’Histoire de la sexualité consacre des pages à l’appétit du beau (homme ou femme), à la danse comme récompense et comme désir de l’un et l’autre sexe (Foucault, 1997 : 208-210, 213).

2 « Dans l’art érotique, la vérité est extraite du plaisir lui-même, pris comme pratique et recueilli comme expérience ; ce n’est pas par rapport à une loi absolue du permis et du défendu, ce n’est point par référence à un critère d’utilité, que le plaisir est pris en compte, mais, d’abord et avant tout par rapport à lui-même, il y est à connaître comme plaisir, donc selon son intensité, sa qualité spécifique, sa durée, ses réverbérations dans le corps et l’âme. Mieux : ce savoir doit être reversé à mesure, dans la pratique sexuelle elle-même, pour la travailler comme de l’intérieur et amplifier ses effets. Ainsi, se constitue un savoir qui doit demeurer secret non point à cause d’un soupçon d’infamie qui marquerait son objet, mais par la nécessité de le tenir dans la plus grande réserve, puisque, selon la tradition, il perdrait à être divulgué son efficace et sa vertu.

Le rapport au maître détenteur des secrets est donc fondamental ; seul, celui-ci peut le transmettre sur le mode ésotérique et au terme d’une initiation où il guide, avec un savoir et une sévérité sans faille, le cheminement du disciple. De cet art magistral, les effets, bien plus généreux que ne le laisserait supposer la sécheresse de ses recettes, doivent transfigurer celui sur qui il fait tomber ses privilèges : maîtrise absolue du corps, jouissance unique, oubli du temps et des limites, élixir de longue vie, exil de la mort et de ses menaces » (Foucault, I : 77).

3 Guillaume de Poitiers (1086-1127), duc d’Aquitaine et de Gascogne, appelé Guillaume le Troubadour, a été un des premiers écrivains occitans. Le roman souligne les notions d’amour courtois, la quête d’un sentiment appelé joi, et qui a induit dans l’esprit de la romancière une évocation des Cathares. Bertrand de Ros est un adepte d’une forme plus désincarnée de l’amour qui, à notre avis, ressemble plutôt à celle des sectes des Illuminés dont la Flandre allait donner des exemples ultérieurement. Il appartient au milieu occitan des Cathares, prônant une pureté où le corps ne serait que méprisable, si bien que c’est l’amour en esprit qui seul est le sommet à atteindre.

4 La morale chrétienne, fondée sur une séparation du corps et de l’âme, aurait déterminé une hiérarchie où le corps ferait l’objet de l’interdit, jusque dans le langage, alors que l’Antiquité grecque et latine, et aussi l’histoire d’autres cultures, auraient librement désigné et commenté les actes érotiques et l’ensemble de la vie sexuelle. (Pour illustration, le deuxième volume de cette Histoire de la sexualité porte entièrement sur l’homosexualité chez les Anciens Grecs, à travers les textes littéraires et historiques, Foucault, 1992, t. 1, 1997, t. 2).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Delprat, « Pouvoir et sexe : La favorita del Señor, roman de Ana Teresa Torres », América, 46 | -1, 125-134.

Référence électronique

François Delprat, « Pouvoir et sexe : La favorita del Señor, roman de Ana Teresa Torres », América [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://america.revues.org/1289 ; DOI : 10.4000/america.1289

Haut de page

Auteur

François Delprat

Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org