Navigation – Plan du site
IV. Formes populaires de l'expression érotique

L’érotisation du monde et l’affirmation identitaire chez Gregorio Martínez

La erotización del mundo y la afirmación de la identidad en Gregorio Martínez
Patricia Salinas-Desmond
p. 179-188

Résumés

Le monde que Gregorio Martínez met en scène, celui de la population rurale de sa terre natale de Coyungo, près de Nazca, révèle un imaginaire rural et des comportements irrigués par des rapports intenses à la nature, à la fertilité, au corps, à la vie et à la sexualité, venus en droite ligne de la mère Afrique. Avec toujours, comme dans les chants, les musiques, les danses et les « décimas », l’humour burlesque et la caricature, le rire et la moquerie. Chez Grégorio Martínez, cette affirmation identitaire et ce rapport solaire et cosmique singulier de l’homme avec la nature passent par la femme, souvent délaissée, trompée et insatisfaite par les hommes. Personnage central de la société, sa plus grande humanité, son humour et son érotique subvertissent les hiérarchies et s’affirment ironiquement face à la domination des mâles.

Haut de page

Texte intégral

L’apport du Noir, arrivé comme esclave, presque comme une marchandise, semble encore plus insignifiant et plus inexistant. Le noir amena sa sensualité, sa superstition, son primitivisme. Il n’était pas en condition de contribuer à la création d’une culture, mais plutôt d’y faire obstacle sous l’influence grossière et active de sa barbarie. Avec les progrès de la sociologie et de l’histoire, le préjugé des races a certes diminué, mais la notion des différences et des inégalités dans l’évolution des peuples s’est élargie et enrichie. L’infériorité des races de couleur n’est plus l’un des dogmes dont s’alimente l’affligeant orgueil blanc, mais tout le relativisme actuel n’est pas suffisant pour abolir l’infériorité de culture

Mariátegui, 1957 : 297-298

1Ces propos, aujourd’hui impensables, de José Carlos Mariátegui, icône et figure emblématique de la lutte politique et de la révolution sociale au Pérou et qu’on ne peut pas soupçonner de racisme, furent écrits en 1928 dans 7 essais d’interprétation de la réalité péruvienne. Ils montrent bien combien, jusqu’au milieu du xxe siècle, la représentation des Noirs dans les romans et les essais a subi l’influence de la conception racialiste d’une société hiérarchisée en castes (« castas »), des préjugés raciaux, des partis pris sociaux et folkloriques et de l’idéologie coloniale triomphante des débuts du xxe siècle, dont les auteurs pouvaient être victimes malgré eux. Les Afro-Péruviens y sont décrits comme des êtres incultes primitifs et infantiles, empreints de bestialité et de malice, avec toujours quelque chose d’exotique, de sensuel, de lascif, de grossier et d’indécent.

2Les exemples abondent. Chez Fernando Romero dans Cuentos de mar y playa (1940) et José Torres de Vidaurre dans le Romancero criollo (1936), les Noires, les « zambas » et les « sacalaguas » liméniennes qu’ils mettent en scène sont de sensuelles sources exotiques de tentation. Tout comme chez Ricardo Palma dans ses Tradiciones Peruanas écrites et publiées de 1872 à 1877 et ses Tradiciones en salsa verde et, même, chez Enrique López Albújar dans Matalaché (1928), le premier à avoir fait d’un Noir le personnage principal. Chez ces deux écrivains si différents, Noirs et mulâtres, ardents et athlétiques, sont aussi des objets fantasmatiques sexuels pour les femmes blanches.

3Dans Panorama hacia el alba (1940), José Ferrando portraiture la mulâtresse voluptueuse et convoitée du bordel, face à son amant mâle sombre et puissamment musclé, une figure parmi d’autres du milieu noir des proxénètes et des voleurs mis en scène dans Las estampas mulatas (1937) de José Díez Canseco, sans oublier le sorcier, détenteur de pouvoirs magiques, tel qu’il apparaît dans El daño (1940) de Carlos Camino Calderón.

4Jusqu’aux années soixante, le sujet afro-péruvien n’existe pas en tant que sujet, mais n’est que l’objet d’une perception idéologique de sa différence, tour à tour exotique, souriant ou coléreux, lubrique et luxurieux, porté sur la boisson, la danse, la musique et la magie, parlant un espagnol abâtardi, et enclin à la moquerie, à l’anarchie, à la violence et à l’insurrection. Autant de comportements qui passent par l’indécence de la chair et du corps.

5Et l’incarnation suprême de cette indécence, c’est la femme, qui joue un rôle central dans la construction du racisme. La femme noire est la « nounou » maternelle des enfants blancs, évoquée par José de la Riva Agüero et Ventura García Calderón, mais surtout, l’objet du fantasme érotique et de convoitise sexuelle des hommes blancs. Sans oublier qu’elle engendre des enfants dont le degré de pigmentation, qui à la fois « obscurcit » et « blanchit », est un sujet de préoccupation contradictoire. On lui prête une animalité lubrique, une voracité sexuelle et un pouvoir érotique qui contrastent avec l’image de respectabilité et de pureté de la femme blanche.

6Notons au passage que le terme « afro-péruvien » est impropre, celui d’« afrométis » (« afromestizo ») serait plus approprié. Car il ne s’agit pas que du Noir, mais bien toujours en réalité d’un sujet issu de tous les métissages avec le Noir : à savoir mulato, zambo, morisco ou chino. Ils sont majoritaires dans les vallées et les localités côtières du sud du Pérou, de Cañete à Nazca. Et tout particulièrement dans la terre natale de Gregorio Martínez, de ses sources orales, de ses héros et héroïnes : Cahuachi, Acarí, Coyungo et Parcona, dans le département d’Ica. Cette culture côtière traditionnelle, avec ses musiques, ses danses, ses décimas, sa cuisine, son humour et ses caractéristiques linguistiques, est le résultat d’un mélange entre différentes cultures noires, la culture créole hispanique, les cultures indigènes et celles des migrants chinois et japonais.

7Gregorio Martínez se situe dans cette deuxième période de littérature péruvienne vis-à vis du traitement du sujet d’origine « afro », qui, à travers poésie, romans et essais, met en scène un personnage d’origine populaire, métissé de Noir, qui affirme son identité, devient un être humain à part entière, avec sa culture et sa vision du monde.

8On pourrait qualifier ce courant de « négriste », comme on parle de courant « indigéniste » ou « créole ». Que l’auteur soit afro-péruvien, comme Nicomedes Santa Cruz, Gregorio Martínez, Abelardo Alzamora, Antonio Gálvez Ronceros ou Lucía Charún-Illescas – avec un point de vue de l’intérieur –, ou qu’il ne le soit pas, comme Mario Vargas Llosa, Cromwell Jara ou Fernando Ampuero – avec un point de vue de l’extérieur –, le personnage afro-péruvien devient un vrai sujet, avec ses qualités et ses défauts, sa vitalité et sa douleur, sa culture et son langage spécifique.

9Chez Gregorio Martínez, il y a quelque chose de plus : ses sources sont orales et leurs récits émanent de la tradition et de la culture populaire. Il a rappelé dans de nombreuses interviews que ses sources sont vivantes et directes. Et dans son prologue de Cuatro cuentos eróticos de Acarí (2004), il précise que la première version a été transmise par une nièce de sa mère qui lui racontait des histoires, quand il n’avait que sept ans et qu’on pensait qu’il ne pouvait rien y comprendre, alors qu’il était déjà, dit-il, « diplômé en malices en tous genres ».

  • 1 Un exemple parmi des centaines : dans la première nouvelle de Cuatro cuentos eróticos de Acarí, « T (...)

10Cet ancrage dans la culture populaire fait de ses nouvelles et ses romans de véritables miroirs ethnographiques. Le monde rural où évoluent ses personnages est un échantillon de la société péruvienne, avec ses composantes entrecroisées andine, hispanique, africaine, européenne, asiatique et créole. Ses héros disent « je » et leur parler fait ressortir des formulations typées, celle du Noir et celle du Chinois, notamment1.

11La vision du monde des personnages se révèle dans tous les actes de leur vie quotidienne, avec, toujours présents, l’humour burlesque, la caricature et la moquerie, comme pour mieux transmettre le tragique par le rire. Chez l’écrivain de Coyungo, nous sommes à la fois dans la fiction, la poésie et l’anthropologie et dans une œuvre qui ne manque pas d’évoquer Gabriel García Márquez et Rabelais, comme le note l’homme politique et sociologue péruvien, Henry Pease García, dans la présentation de Cuatro cuentos eróticos de Acarí (Martínez, 2004 : 7), ou les tragi-comédies du cinéma italien. Les personnages s’affirment comme ils sont, naturels et sexuellement joyeux (ils peuvent être « bêtes et méchants ») et, ce faisant, révèlent les conflits et les contradictions qui traversent la société marquée par les plaies des stéréotypes, du machisme et de l’exclusion.

12Cela permet de dire une autre histoire différente de l’Histoire avec un grand H, comme dans Crónica de músicos y diablos (Martínez, 1991) où Gregorio Martínez fait revivre le palenque de Huachipa, rétablit la vérité sur l’invention du pisco par un esclave de Cahuachi et le massacre des paysans de Parcona (Ica) en 1928. Tout en révélant, à travers l’histoire burlesque et sensuelle des Guzmán, de leur voyage à Lima, de leurs vingt-cinq enfants et de leur métamorphose de simples « valets de ferme » (« lamperos de chacra ») en de populaires « musiciens de parade et de défilé » (« músicos de parada y retreta »), les processus de métissage, le syncrétisme culturel et les profondes contradictions et relations conflictuelles entre la campagne et la ville, les « Blancs » et les « Noirs », les patrons et les ouvriers, les hommes et les femmes.

13Mais cette vision du monde est aussi un regard cosmique sur le réel où l’esprit se manifeste à travers l’érotisation du paysage, la matière et la chair des animaux et des êtres humains. Gregorio Martínez révèle un imaginaire rural et des comportements nourris par un rapport à la nature, à la fertilité, au corps, à la vie et à la sexualité, héritiers de la mère Afrique et de la Pacha Mama (la Mère Terre) des Andins, s’exprimant toujours dans tous les détails de la vie ordinaire, les chants, les musiques et les danses.

14Cette dimension vitale et solaire est présente dans toute l’œuvre. Dans Canto de sirena, le deuxième exergue donne la clé cosmique et poétique du roman : « Ceci n’est pas une histoire, c’est un chant : en octobre, mois des renards, chantent les sirènes. » (Martínez, 1979 : 12). Auquel répond la citation d’une croyance populaire dans l’épilogue : « Le hurlement des renardes en chaleur qui errent sans repos les nuits d’octobre empêche d’écouter le chant des sirènes qui monte de la mer. » (ibid. : 159).

15Ici, la même force et la même énergie vitale, dans un rapport d’identité, traversent les animaux, les collines, les corps des hommes et des femmes. Dans Canto de sirena, la nature, quand elle le veut, se passe de la main des hommes : « La prairie des Lomas de Pongo avait poussé sans que personne n’ait semé une seule graine, aucune main n’avait manié la bêche, creusé le sol et enfoui une quelconque semence, l’herbe était née d’elle-même […] » (ibid. : 20).

16Un autre exemple dans la nouvelle « Azul como el añil », dans le recueil Tierra de Caléndula, où la nature est aussi une force tellurique menaçante où l’on n’est pas à l’abri d’une catastrophe ou d’un prodige :

  • 2 Toutes les citations sont traduites par nous.

À mesure que la matinée avançait, la journée devenait plus sèche et plus poussiéreuse, elle puait le tapis de selle et la matelassure de dos de bourricot. Nous regardions le ciel jaunâtre, sans nuages, avec dans la bouche un goût de boîte de conserve moisie. […] une file de fourmis se perdait dans le nœud rugueux de la fourche qui se dressait au milieu des branches. […] Le nœud rugueux était une bouche fermée, sans dents, tu la regardais avec malice […] À cet instant précis, le bossu Matías, courbé sur ses jambes de pélican, hors d’haleine et soufflant bruyamment comme un poulain dit : « la Vierge est ici ! » Nous le regardâmes pire qu’un épouvantail. Alors, étendant le bras, il répéta : « là, dans le pré de doña Elvira » (Martínez, 1975 : 97)2.

17Dans Canto de sirena, grâce à l’érotisme débridé du héros, des personnages, des animaux, des paysages, de la terre et du ciel de Coyungo, toujours avec burlesque et dérision, Gregorio Martínez affirme avec force la conception cosmique de cet univers de métis et paysans pour qui la même énergie primordiale, comme une loi intangible de la nature, traverse et anime tous les êtres vivants ou inanimés, établissant entre eux un rapport d’égalité et une parité, ils « s’humanisent », comme le confie au lecteur Candelario :

[…] tout ce qui arrive dans ce monde obéit à un ordre, à un principe qui s’applique à tous : animal, pierre, voiture, liane, rivière, écrevisse, lézard, ver de terre, table, cheveu, sueur, poux, un principe tel que nous les rendons humains, que nous les traitons comme s’ils étaient chrétiens, avec des yeux, une bouche et un visage […] (Martínez, 1979 : 149).

18Il s’agit bien là d’une affirmation identitaire de cette population « afrométisse » dont le rapport au monde est différent de celui de la société dominante, qui a conscience d’appartenir à un tout, où entre l’homme et ce qui l’entoure, animaux, plantes, rochers, objets, les différences sont affaire de degré et non de nature. Avec des conséquences majeures vis-à-vis de l’environnement, de la valeur d’usage, du temps, du travail, de la sexualité et de la relation aux autres. À l’opposé de la pensée dualiste qui oppose la culture et la nature, l’humain et le non-humain, l’âme et le corps.

19Cette affirmation mise en scène dans ses romans et ses nouvelles par Gregorio Martínez est assez proche de la démarche d’Aimé Césaire et de Léopold Senghor qui mettent en avant les caractéristiques culturelles africaines pour mieux souligner leur apport à la culture occidentale et pour affirmer qu’il ne s’agit finalement pas de couleur de peau, mais d’une vision du monde, d’une manière de sentir les pulsations de la vie, d’une conscience sensible des forces du cosmos, selon une « raison-étreinte », plutôt qu’une « raison-œil » blanche et occidentale, invitant chacun à rechercher en lui-même la part de « Noir » qui sommeille en lui.

20Cette force tellurienne et animale qui traverse le corps et le sexe des hommes, les fait se sentir exister, leur fait perdre la raison et leur chair exulter :

J’éprouve encore du plaisir à marcher en sentant le postérieur des femmes, comme le taureau sent la vache, mais avant mon retour à Coyungo, j’étais plus ardent, je n’avais quasiment pas d’attache et ne tenais compte d’aucune menace, comme un taureau qui a été attaché durant des années et qui soudain rompt le licou […] (Martínez, 1979 : 18).

21Parce que « l’érotisme est à la sexualité ce que la gastronomie est à la faim : le triomphe de la culture sur l’instinct », la relation entre les hommes et les femmes et leurs enfants, leurs comportements de partage, de domination, de sujétion ou de libération s’illustrent de façon exemplaire dans les caractères et les comportements sexuels et dans une érotique fondamentale et féconde :

Tout va par paire. C’est ainsi : mâle et femelle assemblés. Ces nuages légers comme du coton qui s’élèvent d’ici vers les montagnes sont femelles et les gros nuages qui poussent là-haut et restent suspendus dans le ciel, attendant ceux qui viennent d’ici vers les montagnes, ceux-là sont mâles, et à peine ils se rencontrent, ils résistent, puis s’entremêlent comme quand les oiseaux s’accouplent dans les airs. Et juste quand ils s’alanguissent, la pluie commence à tomber et les rivières se remplissent d’eau pour irriguer le maïs, la pomme de terre, la patate douce. Il en va de même avec le soleil et la lune, l’un est mâle, l’autre est femelle […] Pour le vent aussi, il y a un mâle et une femelle […] Les plantes également sont mâles et femelles […] (ibid. : 149).

22Mais le meilleur miroir anthropologique de cette société rurale, oubliée et méprisée, révélateur de la culture, de la lutte pour la vie, contre les injustices, pour la liberté et la dignité, c’est la sexualité et l’érotisme féminins. Comme le déclare Gregorio Martínez dans l’avant-dernier texte, « Escrito en el aire », après les quatre nouvelles de Cuatro cuentos eróticos de Acarí :

Invention romanesque et agriculture, réussites aux conséquences dramatiques dans l’existence matérielle et spirituelle de l’humanité, sont le fruit de la créativité de la femme. L’érotisme, la fantaisie sexuelle changée en réalité, appartient à l’imaginaire de la femme universelle, comme le déclare La Bible, quand le serpent, incarnation de la sagesse selon le soufisme perse, offrit à Ève la pomme rouge (le brasier de la connaissance) […] (Martínez, 2004 : 58).

23C’est chez la femme que la relation vitale au monde est la plus forte, que l’humanité cosmique éclate le plus violemment. C’est chez elle que s’affirment le plus, à travers l’héroïsme de sa vie quotidienne, les naissances de ses enfants, la survie de sa famille, la cuisine et les histoires racontées à la veillée, l’identité singulière et les traditions de la culture paysanne noire et métisse du sud du Pérou. C’est ce que nous montre Estela dans la nouvelle « Antes de las doce » dans Terra de caléndula :

Avançant la lèvre inférieure, elle se souffla de l’air au visage et respira difficilement. […] Elle s’éloigna un peu de la chaleur du fourneau et se mit à récurer une poêle avec de la cendre. Elle le faisait avec application et concentration, comme si cette tâche réalisait son vœu le plus cher. Quand elle termina avec la poêle, elle se lava les mains dans l’eau qu’elle avait utilisée pour les pommes de terre et commença à hacher des oignons sur la table de cuisine. Elle le faisait avec facilité et sans pleurer, fière d’avoir hérité largement des savoir-faire culinaires de sa mère […] (Martínez, 1975 : 115-136).

24C’est aussi elle qui a le plus de jugeote et la capacité à faire fi des convenances et à retourner les situations en sa faveur, comme doña Margarita, la femme du maire Napoleón Ponce, désirée par le secrétaire de mairie, dans la nouvelle « El aeropuerto » de Terra de caléndula. Tout le monde attend sur la place chauffée par le soleil et tente de deviner la décision du maire sur le sort des prostituées qui opèrent dans l’aéroport, le bordel de la localité ayant été fermé, alors que des ministres en tournée sont annoncés, attirés par des projets miniers et sidérurgiques.

25Décision difficile, car il est entendu que ces femmes ne doivent pas circuler dans les rues, même pour être logées à la prison. Après avoir déclaré : « Franchement, je ne sais pas pourquoi Dieu a donné une tête aux hommes », doña Margarita souffle la solution : que les prostituées soient déguisées en femmes honnêtes et décentes et qu’on les présente comme les femmes de la ville venues accueillir les ministres. Une décision qui provoque la jubilation des péripatéticiennes, de la mère maquerelle et le rire moqueur de Gregorio Martínez.

26Cette force vitale qui parcourt l’univers tout entier et traverse le corps des femmes (on pense à l’orgone de Wilhem Reich) les fait s’affirmer, prendre l’initiative, se livrer à la luxure et communier avec la nature :

Bartola pressait ses lèvres enflées, ses mamelons de sucre, contre la dure poitrine de Gumersindo, qui n’était pas en reste et cherchait adroitement à croquer les fruits du délice, mais il ne pouvait pas encore se lâcher dans le champ de pois chiches, parce que le bras de Bartola le tenait par la nuque. Mais ensuite, elle même, le poussa par le cou comme un veau sous sa mère. Les lèvres étaient douces comme la sève qui sort du réceptacle des azalées, des hortensias et des bégonias (Martínez, 1991 : 53).

27Une force et une énergie sexuelle qui donnent la capacité de s’affranchir des impératifs sociaux, du contrôle de la famille et de l’autorité machiste des hommes, qu’elles envoûtent et manipulent comme des enfants, telle la tante Norberta du narrateur de Canto de sirena :

La tante Norberta vivait avec ses enfants, sans mari. Elle avait tout juste supporté le dernier quelques mois, parce qu’elle était ainsi : une croqueuse de mari. Et si elle s’attachait à quelqu’un, cette affection ne durait que le temps de la jouissance et alors, oui, elle se donnait totalement. Elle sortait ses charmes de quelque endroit secret et entourait l’homme d’une tendresse pernicieuse qui pouvait le conduire jusqu’au délire, parce que j’ai vu des hommes exorbités sortir de chez ma tante Norberta. On raconte qu’elle avait le désir si puissant, qu’elle saisissait elle-même l’homme comme si c’était un gamin et qu’elle le mettait entre ses jambes (Martínez, 1979 : 53).

28Ici, le personnage le plus important n’est pas forcément le héros et narrateur, Candelario Navarro, mais les femmes, souvent victimes des hommes qui les abandonnent et les trompent, plus cosmiques, plus renardes et sirènes que les renards dont elles couvrent la voix. Par leur humanité plus forte que celle des hommes et leur érotique ravageuse, elles renversent les normes et les hiérarchies établies et s’affirment moqueusement face à la domination des mâles.

29Dans Cuatro cuentos eróticos de Acarí, l’homme, Fraicico Avilés, est le dindon de la farce dans les quatre nouvelles du recueil. Dans la première, « Trompa de cochino », sa femme Fraicica batifole avec son amant ; pendant que la hure de porc cuit, elle l’oublie et découvre la catastrophe : ce n’est plus qu’un morceau de charbon. Elle la remplace par du museau d’âne, en outre réputé aphrodisiaque. Fraicico, d’abord décontenancé, accepte finalement, comme un lourdaud, l’explication de sa femme et reconnaît que tomber sur un museau de porc borgne des naseaux devrait lui porter chance.

30Fraicico est tout aussi stupide et moqué par Fraicica dans « Adebajo del Pacay », quand uniquement préoccupé par son champ de yucca, il crie à l’amant de sa femme qui s’enfuit de courir tout droit pour ne pas endommager sa récolte. Il est aussi bêta à en être touchant dans « El ángel de la pichona », lorsque découvrant l’amant couvert de farine, il accepte d’y voir un ange tombé du ciel apportant le bonjour de leur enfant mort l’année précédente : « Béni soit Dieu, dit Fraicico, et il regarda Fraicica avec tendresse » ; ou dans « Cachito de toro balador », en prenant l’amant à l’œuvre pour un taureau (Martínez, 2004 : 23-29, 33-35, 41,45-47).

31Mais chez Gregorio Martínez, l’érotisme des femmes a aussi le pouvoir d’affirmer et de valoriser leur identité et celle de tous les « Indiens, Noirs et métis de Chinois, greffes de basse extraction » en subvertissant l’ordre social établi et en révélant, comme un miroir anthropologique, les maux de la société. Quatre femmes, prises parmi d’autres, Benita La Châtreuse de Canto de sirena, Bartola Avilés et Manuela Escate de Crónica de Músicos y Diablos et Encarna Fajardo de Biblia de guarango, illustrent une femme « afrométisse » forte, violente, amoureuse endiablée, guerrière impétueuse et dominante, faisant oublier les représentations classiques de la nounou, de la bonne à tout faire, de la cuisinière et de la victime des amours blanches et ancillaires.

32Dans Canto de Sirena, le ton est donné dès le premier exergue :

À la mémoire de doña Benita la Châtreuse, sauvage et luxurieuse, défenestreuse de virilité qui exerça sa fonction punitive entre Huarato et Tunga. Abattue par les gendarmes de Leguía, son cadavre, abandonné dans la campagne fut dévoré par les porcs.

À Dagoberto Ojeda de Arco (Martínez, 1979 : 9).

33La femme, grâce à son pouvoir sexuel, est une subversive à la vengeance mortelle : il s’agit de la « bandolera » la plus fameuse de Nazca, qui attaquait à main armée les voyageurs, et, après avoir fait l’amour avec les plus beaux, les châtrait sans pitié. José Luís Prieto Neira en a fait une chanson, Benita La Capadora. Ironie de l’exergue : l’homme de la dédicace, Dagoberto Ojeda de Arco, était procureur général sous la dictature d’Odría et le régime de Prado.

34Dans Crónica de Músicos y Diablos, la Bartola amoureuse est aussi une farouche combattante pour la justice sociale :

Bartola Avilés Chacaltana releva bien ses jupes d’étoupe, elle les attacha vaillamment avec une corde, prit dans la main gauche un gourdin de bois noueux et, martelant le sol de ses godillots, alla se placer à la tête de la file de grévistes qui marchaient vers la grand route pour couper la circulation et attendre là, merde !, les autorités provinciales (Martínez, 1991 : 74).

35Gregorio Martínez met les femmes aux premiers rangs, à Parcona, quand arrivent les nervis armés engagés par les propriétaires terriens, avec la bénédiction et l’appui des autorités, pour briser la grève et l’assemblée générale des ouvriers agricoles qui réclame le respect de la journée de huit heures. Quand le préfet ordonne l’arrestation des grévistes et des femmes, Manuela Escate réagit :

Devant le jaillissement de haine que représentait cette brutalité inouïe, proche de la lâcheté, le sang de Manuela Escate ne fit qu’un tour. Elle eut un sursaut de femme enragée et rabattit sèchement le caquet à l’arrogant préfet. Elle l’attrapa par le colback. Bigre ! Le tordit comme une lavette, tandis qu’elle lui disait ses quatre vérités. Diable ! Le secoua comme un prunier pour que sa conscience se reprenne et qu’il ne pense pas ensuite qu’il avait rêvé, puis elle lui tira les cheveux, le gifla, lui éclata la bouche d’un revers de la main. Comme un ivrogne en plein délire éthylique qui doit contrôler sa folie. C’est alors que la fusillade se déclencha (ibid. : 116).

36Le village de Parcona sera ensuite détruit et tous ceux qui s’y trouvent, massacrés. L’histoire de source orale de Gregorio Martínez rejoint alors l’histoire officielle. Le Coyungo natal est pour Gregorio Martínez, dans Biblia de Guarango, un Pérou en réduction où la mémoire populaire est une source créative pour redonner leur dignité aux oubliés, en particulier les femmes, telle Encarna Fajardo, qui se voient restituer leur identité en tant qu’acteurs de l’histoire :

Coyuuunnngo, ce nom mystérieux. Certains affirment, sûrs d’eux-même, qu’il signifie maquis d’épineux, d’autres, campement de yungas. Elle, la professeure Cira Robles, si belle, n’a jamais contredit telle ou telle affirmation. Au contraire, parfois, elle la répétait de la manière la plus mesurée qu’elle pouvait, car qui oserait prétendre connaître davantage d’histoires qu’Avelino Chacaltana, dont la mère, Encarna Fajardo, de Huanta, avait combattu dans les Andes dans la résistance contre l’armée chilienne, avec fusil et baïonnette au canon (Martínez, 2001 : 28-29).

37Cet érotisme subversif des femmes noires et métisses de Gregorio Martínez est proche de ce qu’affirme Georges Bataille, dans son essai L’érotisme, pour le décrire : « De l’érotisme, il est possible de dire qu’il est l’approbation de la vie jusque dans la mort. À proprement parler, ce n’est pas une définition, mais je pense que cette formule donne le sens de l’érotisme mieux qu’une autre » (Bataille, 1957 : 17).

38Et comme l’écrit Gregorio Martínez, cet érotisme est aussi une révélation magnifiée de ce qui est : « Face aux inventions verbales des femmes d’Acarí, chacun reprend l’idée qu’exprimait Ernst Cassirer dans Philosophie des formes symboliques que “l’art est une intensification de la réalité” » (Martínez, 2004 : 66).

Haut de page

Bibliographie

Alzamora, Abelardo, 2008, Al pie del cerro puntudo. Relatos yapateranos, Lima, Centro de Desarrollo Étnico.

Ampuero, Fernando, 2006, Puta linda, Lima, Editorial Planeta.

Bataille, Georges, 1957, L’érotisme, Paris, Les éditions de minuit.

Camino Calderón, Carlos, [1940] 1958, El daño, Lima, Editora latinoamericana

Charún-Illescas, Lucía, 2001, Malambo, Lima, Universidad Nacional Federico Villarreal.

Jara Jiménez, Cromwell, 2006, Fraicico, el esclavo sobre el toro ensillado, Lima, Editorial San Marcos.

Diez Canseco, José, [1937] 1973, Estampas mulatas, Lima, Editorial Universo.

Ferrando, José, [1940, Panorama hacia el alba, Lima, Imp. El Universal] 1958, Lima, Editorial Juan Mejía Baca.

Gálvez Ronceros, Antonio, 2009, Monólogo desde las tinieblas, Lima, Editorial PEISA.

López Albújar, Enrique, [1928] 1982, Matalaché, Lima, Editorial Juan Mejía Baca.

, 1937, De la tierra brava. Poemas afroyungas, Lima, Editora peruana.

Mac Lean, Roberto, 1947, Negros en el Perú, Lima, Edit. Miranda.

, 1948, Negros en el Nuevo Mundo, Lima, Edit. P. T. C. M.

Mariátegui, José-Carlos, 1957, 7 Ensayos de Interpretación de la Realidad Peruana, Lima, Empresa editora Amauta.

Manco Campos, Alejandro, 1942, Valle algodonero, Lima, Edit. Bustamante.

Martínez, Gregorio, 1975, Tierra de caléndula, Lima, Editorial Milla Batres.

, 1979, Canto de sirena, Lima, Mosca Azul editores.

, 1991, Crónica de músicos y diablo, Lima, Peisa.

, 2001, Biblia de guarango, Lima, Peisa.

, 2004, Cuatro cuentos eróticos de Acarí, Lima, Fondo editorial del Congreso del Perú.

Palma, Ricardo, [1872-1877] 1930-1939, Tradiciones peruanas, Madrid, Espasa Calpe, 6 tomes.

, 1973, Tradiciones en salsa verde, Lima, Editora Océano.

Romero, Fernando, 1940, Cuentos de mar y playa, Lima, Edit. C. I. P.

Torres de Vidaurre, José, 1936, Romancero criollo, Lima, Imprenta Librería D. Miranda.

Santa Cruz, Nicomedes, 1971, Décimas y poemas. Antología, Lima, Campodónico Ediciones.

Vargas Llosa, Mario, 1963, La ciudad y los perros, Barcelona, Seix Barral.

Haut de page

Notes

1 Un exemple parmi des centaines : dans la première nouvelle de Cuatro cuentos eróticos de Acarí, « Trompa de cochino », l’homme, Fraicico Avilés, impose le menu que sa femme Fraicica doit cuisiner : la hure de porc, son plat préféré. Il s’entend avec son compère, un Chinois, José Pun Yi, pour acheter une tête. « –Compadre Joche –le dijo– Vamos a asociarnos pa’ comprar juntos una cabeza de chancho. (Una entera.) // –¿Tú va quelel tlompa de cochino, cumpá?– preguntó José Pun Yi » (Martínez, 2004 : 24).

2 Toutes les citations sont traduites par nous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Salinas-Desmond, « L’érotisation du monde et l’affirmation identitaire chez Gregorio Martínez », América, 46 | -1, 179-188.

Référence électronique

Patricia Salinas-Desmond, « L’érotisation du monde et l’affirmation identitaire chez Gregorio Martínez », América [En ligne], 46 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2015, consulté le 26 mai 2017. URL : http://america.revues.org/1330 ; DOI : 10.4000/america.1330

Haut de page

Auteur

Patricia Salinas-Desmond

CRICCAL, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org