Navigation – Plan du site
Temps modernes : la réinvention d’un genre

El Tiempo, ou l’apprentissage d’un nouvel espace public

Étude des chroniques du « poète socialiste »
El Tiempo, o el aprendizaje de un nuevo espacio público: estudio de la crónicas del «poeta socialista»
Nathalie Fürstenberger

Résumés

En arrivant à Buenos Aires, Leopoldo Lugones s’engagea par contrat à publier quatre chroniques mensuelles dans le quotidien El Tiempo (1894-1915), fondé et dirigé par Carlos Vega Belgrano. Très vite, il se rendit compte qu’il devait respecter de nouvelles contraintes éditoriales pour plaire à un lectorat hétérogène et anonyme et, ainsi, continuer à publier dans la presse de la capitale. Il découvrit à ses dépens qu’il ne pouvait plus polémiquer comme il le faisait dans la presse de Córdoba.
En s’aidant d’un corpus de 40 chroniques publiées entre avril et décembre 1896, cet article explore les moyens mis en œuvre par Lugones pour s’adapter aux spécificités d’un espace public plus progressiste que celui de Córdoba, connu pour son attachement à des traditions d’origine hispano-chrétienne. En analysant ces contributions à El Tiempo, il met en évidence les difficultés rencontrées par l’écrivain à l’heure de capter l’attention d’un public de masse et analyse les raisons qui le conduisirent à articuler la littérature avec la construction d’un imaginaire sociopolitique élitiste dans des chroniques de type costumbrista ; il tente enfin d’étudier les stratégies sensationnalistes utilisées pour promouvoir une littérature moderne dans un champ culturel qui ne lui était pas encore favorable. La chronique littéraire « Los raros » est de ce point de vue exemplaire de la capacité de Lugones d’exploiter les moyens offerts par la presse pour donner de la publicité au travail des modernistes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elle est reproduite dans son intégralité dans un numéro spécial de Nosotros exclusivement consacré (...)
  • 2 Depuis quelques années déjà, ses poèmes sortent dans la presse de Córdoba et ses articles anticléri (...)
  • 3 Cf. en particulier le courrier dans lequel Lugones se plaint de ses conditions de vie au poète Rubé (...)

1Leopoldo Lugones arrive à Buenos Aires en février 1896 avec, en poche, une lettre de Carlos Romagosa qui le recommande à Mariano de Vedia (1867-1941), un journaliste connu sous le pseudonyme de Juan Cancio, afin qu’il lui donne un poste de rédacteur dans La Tribuna, un organe de presse proche de Julio A. Roca1. En dépit d’une solide expérience journalistique2, le poète perd vite ses illusions, le quotidien ne donnant pas suite aux sollicitations de son protecteur qui voyait en lui un polémiste redoutable. Aux abois, Lugones en est réduit à mener une vie précaire, ce qui, selon des témoignages directs, le contraint parfois à manquer aux rendez-vous de ses amis modernistes (Ghiraldo, 1943 : 279)3.

  • 4 Il s’agit des poèmes « Prosa bohemia » et « Trofeos » publiés dans la presse de Córdoba. El Tiempo (...)

2Le poète déraciné peut néanmoins compter sur les maigres revenus versés par El Tiempo, un journal fondé et dirigé par Carlos Vega Belgrano dans lequel deux de ses poèmes avaient déjà été reproduits4. Il s’est engagé par contrat à écrire quatre chroniques par mois contre une rémunération de trente pesos par texte. Grâce à cette rubrique littéraire, Lugones espère percer à Buenos Aires, mais il sait que cela ne sera pas facile : provincial et indigent, il ne dispose plus des soutiens anticléricaux qui lui avaient permis d’évoluer dans la société encore très traditionnelle de Córdoba. En outre, son engagement politique aux côtés des socialistes ne lui laisse guère l’espoir de gagner les faveurs des libéraux au pouvoir ni de profiter d’un large réseau social dans les sphères de l’élite porteña, dont il fréquente cependant quelques membres influents en se rendant aux soirées littéraires de l’Ateneo (Ghiraldo, 1943 : 282-283). À cette époque, Lugones consacrait le plus clair de son temps au militantisme et préparait, en tant que délégué du Club socialiste de Córdoba, le congrès constituant du PSOA (28 et 29 juin 1896).

  • 5 Cf. «Marcando rumbos », Pensamiento libre, 19/10/1896.

3El Tiempo est l’un des cinq quotidiens en circulation à Buenos Aires. Quoique moins prestigieux que La Nación et La Prensa, ce périodique, qui comptait quatre éditions journalières, utilise des techniques de transmission rapide pour diffuser de nombreuses informations nationales, continentales et internationales ; comme ses confrères, il participe à la promotion des modernistes en leur offrant un moyen de vivre de leur plume et de relayer par voie de presse les aspirations de leur groupe d’appartenance. En y collaborant, le poète découvre une industrie culturelle en pleine évolution qui, à terme, allait lui permettre de diversifier sa production littéraire. Il fait aussi l’expérience de nouvelles contraintes éditoriales imposées par un journal d’information dont la mission – par définition – n’était pas d’instruire les lecteurs dans la droite filiation des Lumières et du mouvement libéral5, mais de donner la primauté aux nouvelles.

4L’ensemble des chroniques lugoniennes, publiées dans El Tiempo entre avril et décembre 1896, prouve combien le poète a eu du mal à adopter des formes d’écriture journalistiques, c’est-à-dire des formes soumises au rythme accéléré de la production et de la diffusion. Nous nous servirons ici de l’histoire de la presse pour mieux appréhender ses difficultés à satisfaire les exigences de la rédaction d’El Tiempo. Nous évaluerons également l’incidence du passage d’une presse argumentative à une presse informative sur sa production journalistique ; nous expliquerons enfin pourquoi l’écrivain restait sur la réserve à l’heure d’intervenir dans l’espace public en démontrant que cette attitude est l’un des effets de la démocratisation de la presse.

Nouvelles contraintes éditoriales

  • 6 « Tobi, la última novela de Carlos M. Ocantos », El Tiempo, 4/04/1896, et « Llagas sociales por Raf (...)
  • 7 « Profecía », El Tiempo, 28/04/1896, et « Salmo », El Tiempo, 1/05/1896.
  • 8 Il arrive qu’elles soient écrites en vers ou qu’elles proposent des traductions. Cf. « Los guías », (...)
  • 9 « Profecía », « Salmo », « Memento » (El Tiempo, 26/05/1896), « Ofertorio » (El Tiempo, 13/07/1896) (...)

5Pour honorer son contrat, Lugones publie quatre chroniques dans le mois qui suit son embauche. Les premières sont deux chroniques littéraires6 ; les secondes sont des poèmes en prose7. Outre le fait que ces articles attestent du caractère protéiforme de la chronique8, ils indiquent combien le poète méconnaissait les attentes des lecteurs d’El Tiempo. Sans doute parce qu’il manquait du recul suffisant pour évaluer les spécificités du champ culturel porteño qui, contrairement à celui de Córdoba, n’était pas phagocyté par l’Église catholique, l’écrivain choque son public en lui donnant à lire les deux premiers textes de la série « Misal Rojo », un ensemble de chroniques qui désacralise le missel. Pour donner matière à controverse, Lugones se raille habilement des traditions hispano-chrétiennes et élève l’art poétique aux nues en donnant à chacune d’entre elles un sous-titre en relation avec une rubrique du livre liturgique9. Inévitablement, le titre et la forme de ces premiers « missels » posent problème au point d’obliger l’écrivain à faire amende honorable dans « Evangelio » (El Tiempo, 12/05/1896), une très longue chronique dédicacée à Carlos Vega Belgrano. Lugones y reprend les thèmes développés précédemment pour préciser sa pensée, dire son attachement à la figure christique, chanter l’avènement d’un monde meilleur et effacer les relents anticléricaux des deux premiers « missels ».

6S’apparentant à un démenti, la chronique « Evangelio » laisse deviner l’influence décisive d’un lectorat moins catégoriel et idéologiquement plus indéterminé à Buenos Aires qu’à Córdoba. À l’origine de l’élargissement des centres d’intérêt des journaux locaux, ce nouveau public anonyme et hétérogène ne pouvait tolérer l’anticléricalisme d’un écrivain habitué à vilipender les poèmes de prêtres-littérateurs pour annoncer les prémices d’une littérature nationale laïque. À l’évidence, de tels propos n’avaient pas leur place dans les colonnes d’El Tiempo, ce qui n’empêcha pas l’auteur de critiquer un commerce de bénédictions des mois plus tard (« Vultur, versus Vulpex », El Tiempo, 5/10/1896).

7Lugones ne semble attacher aucune importance au scandale qu’il cause. Or, les textes que nous venons d’évoquer révèlent pourtant une forme de servitude qui l’oblige à contenter le directeur d’El Tiempo avec le discours d’un libéral modéré ; ils marquent ce faisant un tournant décisif : à compter de cette livraison, le poète se fait le plus consensuel possible, passant sous silence ses convictions de libre-penseur déiste.

  • 10 La chronique est alors perçue comme une marchandise (González, 1983 : 75).

8Rompu à une écriture commandée, Lugones se soumet à ces nouvelles habitudes de lecture qui auguraient déjà de la massification de la presse et de la culture. Mais le poète condamne ces inévitables évolutions en clamant son attachement à un public éclairé : « El juicio del público –aún el pueblo– está muy lejos de satisfacer a un artista » (« Chulvis », El Tiempo, 2/06/1896). Il dénonce à maintes reprises le mercantilisme littéraire dont il se sent victime en égratignant au passage l’image de la presse10. Déçu par une écriture très éloignée de la haute idée de la littérature qu’il se forme, il n’hésite pas à condamner le caractère alimentaire et la mauvaise qualité stylistique d’une « littérature au quotidien » et, après avoir publié une vingtaine de chroniques dans El Tiempo, il affirme de manière catégorique et définitive que « le roman est un genre inférieur, intermédiaire entre le journalisme et l’Art » (« Suprema Ley por Federico Gamboa », El Tiempo, 25/11/1896).

  • 11 Il importe ici d’insister sur la nouveauté de cette situation, car, à Córdoba, le travail journalis (...)

9Le poète en oublierait presque que travailler pour le compte d’El Tiempo était déjà une forme de consécration, Carlos Vega Belgrano l’ayant recruté pour la qualité de ses écrits et non pour ses convictions politiques11.

10Lugones apprend à ses dépens à se plier aux exigences d’un marché qui lui interdisait de polémiquer et d’étayer ses dissertations politiques sur les topoï et les fictions fondatrices d’un lectorat cultivé ; il feint un progressisme sage et refoule au second plan un engagement politique pourtant loué par Rubén Darío dans « Un poeta socialista. Leopoldo Lugones » (El Tiempo, 12/05/1896). Après la parution de « Saludos » (El Tiempo, 8/07/1896) et une virulente polémique avec La Vanguardia, il va jusqu’à s’engager publiquement à ne plus s’enflammer comme à son habitude :

  • 12 L’écrivain français François Coppée (1842-1908) fut l’un des nombreux rédacteurs de La Nación. Cf. (...)

Yo, que tengo el honor de ser obrero, como diría François Cop[p]é comprendo mejor que nadie la injusticia de los cargos que se hacen á esos de mis compañeros actualmente en huelga. Y puedo asegurar que miro las cosas desde muy alto. Me he mantenido para el caso presente en reservada prudencia, porque es la verdad que suelo exaltarme con todo el calor de mi sinceridad y comunicarlo con sobrada viveza12 (« Huelga », El Tiempo, 14/07/1896).

  • 13 Nous reprenons ici le titre des articles de critique littéraire que Lugones publia dans Pensamiento(...)
  • 14 Sous ce pseudonyme, Lugones publiait dans La Libertad de virulents articles anticléricaux.

11Par la force des choses, le poète ne traite plus aucun sujet dangereux ni pénalisant. La politique faisant désormais l’objet de rubriques spécifiques, il abandonne pour un temps les articles érudits et le débat d’opinion au profit de l’ordinaire, du détail futile et de l’actualité du quotidien. C’en est fini des « guérillas » de Pensamiento libre13 et des polémiques de Gil Paz dans La Libertad14. En apparence seulement, car, à son arrivée à Buenos Aires, Lugones est confronté à des réalités socio-économiques qui lui font horreur ; il découvre le sort réservé aux femmes, aux ouvriers et aux enfants des rues. Sans renoncer à l’idéal d’un avenir tourné vers le Progrès, l’écrivain place dès lors au centre de ses préoccupations un temps présent inquiétant et exploite la souplesse générique de la chronique pour médiatiser l’information et proposer un rendu plus littéraire de l’actualité.

Les bruits de la ville

12La chronique, qui apparaît dans la presse hispano-américaine des années 1875-1882 sous la plume de Manuel Gutiérrez Nájera et de José Martí, est – avec le feuilleton – l’unique débouché offert aux écrivains-journalistes de la fin du xixe siècle. À mi-chemin de la littérature et du journalisme, elle favorise la transcription des bruits de la capitale fédérale et renseigne sur les transformations d’une ville cosmopolite, dont les mœurs évoluent au rythme des vagues d’immigration et des conflits sociaux. Sa périodicité hebdomadaire permet à l’écrivain de tempérer la tyrannie du temps présent sans courir après les anecdotes. Elle l’autorise aussi à privilégier la dimension culturelle de l’actualité. Dans les articles de Lugones, cet aspect revêt des formes multiples : la première, assez évidente, résonne dans les chroniques littéraires et les éloges funèbres publiés à la mémoire de Juana Borrero (« Romance de amor. † Juana Borrero », El Tiempo, 19/06/1896) et de Ricardo Gutiérrez (« Ricardo Gutiérrez », El Tiempo, 21/09/1896) ; la seconde, plus subjective, relève davantage de la sensibilité du poète pour les questions de société.

13Il peut paraître surprenant de valoriser ici la dimension culturelle des faits divers, mais, si l’on songe au pouvoir suggestif du tableau de mœurs, on comprend que la chronique sociale peut mobiliser des émotions ambivalentes de fascination et de dégoût. L’évocation de faits divers rend tangible une identité de vues et de préoccupations sociales (Thérenty, 2007 : 100) ; elle cristallise le sentiment d’insécurité de la population urbaine en répondant tantôt aux inquiétudes de la classe dirigeante, dont l’un des objectifs premiers était de contrôler les excès des « classes dangereuses », tantôt au voyeurisme d’un lectorat plus populaire, avide de sensationnalisme.

  • 15 Cela ne l’empêche pas de publier la chronique littéraire « La Pampa por Alfredo Ébelot», une recens (...)
  • 16 L’étude de Rafael Sienra sur la prostitution à Montevideo fait l’objet d’une chronique littéraire. (...)
  • 17 « Los grandes fondos de la noche », El Tiempo, 28/08/1896, « El gran corazón de la Esfinge », El Ti (...)

14Dans les chroniques d’El Tiempo, la dimension culturelle du fait divers est d’autant plus prégnante que le poète subit les conséquences de son déracinement. Vivant depuis peu à Buenos Aires, il est hanté par une vision désenchantée du monde. La découverte de la capitale fédérale et de ses excès l’amène par conséquent à représenter un quotidien perturbé par la pauvreté et la folie ; elle le conduit à faire une radioscopie de Buenos Aires. De manière assez constante, Lugones s’applique à démontrer que la société – a fortiori la ville – est responsable de la folie de ses membres parce qu’elle est, elle aussi, « une grande criminelle » (« La familia de Job », El Tiempo, 17/11/1896). Se prémunissant contre l’influence du costumbrismo15 et contre la tentation d’instrumentaliser le thème de l’insécurité à des fins politiques, l’écrivain prétend l’étudier non sans une certaine légèreté. C’est pourquoi, travaillée par le style et l’imaginaire de l’écrivain, la réalité des bas-fonds de Buenos Aires n’est jamais objectivée : plutôt que de s’aider des rares essais sociologiques disponibles16, ce dernier multiplie les exemples et généralise les cas d’agressions physiques. L’effet d’accumulation banalise la violence de la capitale fédérale qui trouve un écho dans celle de la ville de Rosario de Santa Fe ou dans celle de Paris17 ; il aide le poète à construire une routine, une temporalité régulière qui, paradoxalement, aura un effet rassurant en contribuant à la « quotidianisation du monde » (Thérenty, 2011 : 1314).

  • 18 Nicolás Granada, Lybia, Buenos Aires, Bayardo, [sans date].
  • 19 Il s’agit d’une recension du livre de Barón de Arriba, 1896, Risa amarga. Crítica política y social(...)

15Pour illustrer son discours sur la marge, Lugones utilise des prismes qui reflètent une vision orientée de la vie citadine ; il met l’hybridité du genre au service d’une rhétorique : le tableau de mœurs « Vultur, versus Vulpex » est un long plaidoyer contre le mercantilisme et l’ostentation bourgeoise ; la recension de Lybia (« Libia por Nicolás Granada », El Tiempo, 22/08/1896)18 est la critique d’un roman costumbrista, mais aussi et surtout une condamnation sans appel de la dégradation morale d’une société personnifiée par un provincial d’origine paysanne – Perico – qui perd la raison une fois installé à Buenos Aires. Sous prétexte d’une actualité littéraire (ici, la parution de l’ouvrage satirique de Barón de Arriba), et parce qu’il est convaincu que les princes incarnent le Peuple, Lugones dissémine dans « Risa amarga por Barón de Arriba » (El Tiempo, 19/10/1896)19 des arguments qui font mouche et vont dans le sens d’un public élitiste attaché à ses prérogatives. Son ironie donne une inflexion combative à l’énumération des institutions et des faits de société auxquels il s’oppose.

16Mais il y a des limites à représenter une réalité « littéralisée », le masque de la neutralité politique et de l’objectivité tombant rapidement. Quoique bien réelles, les mutations sociétales de la fin du xixe siècle apparaissent vite surévaluées ou, pour le moins, dotées d’une connotation négative qui trahit les craintes de l’oligarchie argentine. De ce point de vue, la chronique « Saludos » est exemplaire, puisqu’elle plaide en faveur d’une démocratie restreinte et, en même temps, légitime la suprématie de l’aristocratie sous prétexte d’accueillir le prince Louis de Savoie. Parce que la citoyenneté et la représentativité sont au cœur du débat public, nous retrouvons dans le corpus de nombreuses allusions à ces questions, ce qui, du reste, nous invite à interroger le sens politique et poétique de la révolution aristocratique, populaire et unitaire à laquelle « Risa amarga… » fait allusion.

17Nous ne reviendrons pas sur notre interprétation politique de « Saludos », car nous ne sommes pas sans savoir que la polémique provoquée par la parution de cet article a valu à Lugones son exclusion du PSOA (Fürstenberger, 2008). En revanche, si nous passons outre l’aspect strictement circonstanciel de cette chronique mondaine, ou celui plus esthétique d’une chronique littéraire telle que « Risa amarga… », nous décelons dans les chroniques d’El Tiempo l’existence d’un discours oblique riche en allusions, dont la fonction critique nous permet d’appréhender une pensée contestataire qui aspire à devenir une opinion publique.

La chronique au service du modernisme

18Fruit de la rencontre des discours journalistiques et littéraires, l’ambivalence de la chronique ne peut qu’intriguer tant elle rend évidents les limites du genre et l’embarras d’une génération d’auteurs à interagir avec un champ culturel en construction. Comment évoquer le quotidien et le rejet d’une époque quand on est soi-même acculé à la pauvreté ? Comment exprimer publiquement son malaise et des revendications légitimes quand on a pour principal débouché éditorial la presse ? Ces interrogations nous amènent à voir dans le temps présent – et son traitement par la prose – la clef de voûte d’un bien culturel spécifique. À notre sens, c’est bien le rapport du chroniqueur au temps présent, ainsi que le désir de le partager avec les lecteurs, qui font que chaque chronique est une œuvre unique dans son expression et sa forme. L’urgence et les tensions inhérentes aux circonstances apparaissent dès lors comme des facteurs déterminants à l’heure d’analyser les chroniques d’El Tiempo.

19Dans l’appel lancé à Barón de Arriba, le nom d’emprunt d’Osvaldo Saavedra, le discours critique est porté par le choix judicieux des protagonistes. L’auteur de Risa amarga est un écrivain consacré (il publie aux éditions Peuser), apparenté à l’oligarchie. Reconnu par ses pairs, il devient une personnalité emblématique de la « communauté imaginée » par Lugones et de cette élite raisonnante qui, selon lui, est la seule à pouvoir guider la nation dans sa marche vers le progrès. Si Lugones l’engage à rallier la « révolution » en cours, ce n’est que pour signifier qu’il est lui-même au service d’une nation, laquelle, dans son esprit, ne pouvait être qu’une entité républicaine au sens où l’entendaient les élites créoles du début du xixe siècle. Pour reprendre ses termes, le poète, parent pauvre de l’aristocratie et laissé pour compte des temps modernes, devenait ainsi la cheville ouvrière d’un processus conservateur visant à défendre les prérogatives des élites. La collusion entre l’identité de la classe dirigeante et l’image du poète enfermé dans sa tour d’ivoire autorise Lugones à critiquer une loi qui donne droit à une retraite aux artistes sans mentionner expressément les écrivains et, à moyen terme, de devenir le porte-parole d’un discours dominant.

  • 20 Les chroniques littéraires publiées pendant la période sont : « La Pampa por Alfredo Ébelot », « Li (...)
  • 21 Le livre du poète nicaraguayen réunit des chroniques publiées dans La Nación entre 1894 et début 18 (...)

20C’est un lieu commun que de voir dans la plume une arme. Mais si l’on admet qu’au-delà de la promotion des membres de l’Ateneo de Buenos Aires20, de l’évocation des liens d’amitié unissant Lugones et Rubén Darío ou, plus indirectement, de la vie de bohème porteña, chaque chronique littéraire est une « guérilla » qui participe de la « révolution » culturelle ardemment souhaitée. Lugones se bat bel et bien pour l’avènement d’une littérature moderniste et pour recevoir une consécration du champ culturel argentin, comme le prouve la chronique « Los Raros por Rubén Darío» (El Tiempo, 24/10/1896)21 qui, contrairement aux apparences, ne paraît pas à l’occasion de la publication du recueil de Rubén Darío ni de la polémique qui accompagne sa sortie en librairie. Ces circonstances servent évidemment de toile de fond et poussent Lugones à prendre part aux débats houleux que Los raros suscite. Pour notre part, nous voyons dans cette chronique un écho à « El decadentismo en Córdoba » (El Tiempo, 19/10/1896).

  • 22 Cornelio Moyano Gacitúa est le président de l’Ateneo de Córdoba.
  • 23 Cf. Discursos y poesías: leídas en la velada en honor de Rubén Darío el 15 de octubre, Córdoba, Los (...)

21L’article auquel nous nous référons est un ensemble hybride qui comprend un courrier adressé à Cornelio Moyano Gacitúa22 et une transcription du poème « Fray Mamerto Esquiú ». Publié dans les colonnes d’El Tiempo quatre jours après un hommage en l’honneur du poète nicaraguayen, il rend publics la démission d’Antonio Rodríguez del Busto de l’Ateneo de Córdoba et les motifs qui y président (Darío, 1938 : 117-120). Le choix de l’écrivain et journaliste espagnol de signifier par voie de presse, dans un journal de Buenos Aires de surcroît, sa réprobation du modernisme donne une dimension nationale à la soirée organisée à l’initiative de Lugones23. Non seulement le désaveu ne provoque pas le scandale souhaité, mais il donne indirectement raison au poète qui désespérait de lire dans la presse cléricale de Córdoba une littérature de qualité.

  • 24 De notre point de vue, cette interprétation demeure assez fragile. Nous ne saurions oublier que cet (...)
  • 25 D’autant que le poète n’est pas à son coup d’essai : par le passé, il a déjà usurpé l’identité de l (...)

22Fort du retentissement médiatique de cette soirée et de la parution du poème de Rubén Darío dans le journal clérical Los Principios, Lugones répond aux attaques de Cornelio Moyano Gacitúa, qui le mettait en cause dans sa lettre de démission, en célébrant les mérites de l’œuvre de son ami. Au passage, il ne manque pas de lui adresser un reproche que d’aucuns attribuent au désir de voir figurer son portrait dans Los raros24. Au lieu de prendre ce grief au pied de la lettre et de l’interpréter comme le souhait de devenir un membre à part entière d’une génération d’écrivains modernes et novateurs, nous n’écartons pas l’idée que le poète puisse provoquer le conformisme des élites éclairées en faisant le buzz. À l’heure où la presse se spécialise et développe des stratégies de communication sensationnalistes25, cette chronique littéraire participe d’une surenchère médiatique. L’instrumentalisation de la critique donnerait de la publicité à Los raros et à la capacité des modernistes d’évaluer à sa juste valeur la littérature contemporaine. « Los raros por Rubén Darío » annoncerait donc avec fracas l’avènement messianique d’une génération d’écrivains en passe de supplanter les auteurs mentionnés par Rubén Darío.

23Au terme de notre analyse, nous constatons combien les effets de la démocratisation de la presse ont influencé l’écriture de Lugones. Afin de s’adapter aux attentes d’un public élargi, l’écrivain renonce à l’éloquence de ses précédents écrits journalistiques et à l’emploi de matériaux culturels très prisés parmi les lecteurs éclairés. Dans le même temps, l’avènement d’un régime d’information plus médiatique ayant réduit l’importance de la part du positionnement politique et de la polémique, le chroniqueur d’El Tiempo se voit contraint de substituer les faits divers aux anecdotes historiques, dont la presse d’opinion se servait pour interpréter le temps présent. Ses chroniques rendent ainsi témoignage d’une époque et, sur le plan littéraire, révèlent que ce n’est plus tant l’autorité scientifique et philosophique du discours qui compte, mais bien sa richesse stylistique et symbolique. L’exemplarité du passé s’estompe au profit de l’expérimentation d’une « nouvelle prose » qui interdit au lecteur de statuer sur la vraisemblance du récit. La difficulté de lire et d’interpréter de manière satisfaisante ces textes réside par conséquent dans notre capacité à en reconnaître l’authenticité et à entendre les raisons de l’auteur.

Haut de page

Bibliographie

Darío, Rubén, 1896, « Un poeta socialista. Leopoldo Lugones », El Tiempo, 12/05/1896.

—, 1938, Escritos inéditos de Rubén Darío, recogidos de periódicos de Buenos Aires y anotados por E. K. Mapes, New York, Instituto de las Españas.

Divers auteurs, 1938, « Lugones llega a Buenos Aires », Nosotros, numéro spécial, Año III, Tomo VII, p. 11-16.

Fürstenberger, Nathalie, 2008, « “¡Paso a los jóvenes!” et “Saludo” de Leopoldo Lugones : deux satires au service d’un socialisme révolutionnaire », Actes du 10e colloque international du CRICCAL, La satire en Amérique latine, formes et fonctions, Université Paris 3, 23-24-25 novembre 2006, América. Cahiers du CRICCAL, n° 37, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 31-41.

Ghiraldo, Alberto, 1943, El archivo de Rubén Darío, Buenos Aires, Losada.

González, Aníbal, 1983, La crónica modernista hispanoamericana, Madrid, José Porrua Turanzas.

Lugones, Leopoldo, 1896, « Tobi, la última novela de Carlos M. Ocantos », El Tiempo, 4/04/1896.

—, « Llagas sociales por Rafael Sienra », El Tiempo, 9/04/1896.

, « Profecía », El Tiempo, 28/04/1896.

, « Salmo », El Tiempo, 1/05/1896.

, « Evangelio » El Tiempo, 12/05/1896.

, « Memento », El Tiempo, 26/05/1896.

—, « Chulvis », El Tiempo, 2/06/1896.

—, « La Pampa por Alfredo Ébelot », El Tiempo, 10/06/1896.

— « Romance de amor. † Juana Borrero », El Tiempo, 19/06/1896.

—, « Saludos », El Tiempo, 8/07/1896.

—, « Ofertorio », El Tiempo, 13/07/1896.

—, « Huelga », El Tiempo, 14/07/1896.

—, « Libia por Nicolás Granada », El Tiempo, 22/08/1896.

—, « Los grandes fondos de la noche », El Tiempo, 28/08/1896.

—, « Primera edición – “Los espejos” – “Cuentos” por Ángel Estrada », El Tiempo, 3/09/1896.

—, « Porcus Rex », El Tiempo, 11/09/1896.

—, « Primitivo por Carlos Reyles », El Tiempo, 13/09/1896.

, « Primera edición – “Nelly” por E. L. Holmberg », El Tiempo, 14/09/1896.

, « Aleluya del equinoccio », El Tiempo, 18/09/1896.

—, « Ricardo Gutiérrez », El Tiempo, 21/09/1896.

—, « El gran corazón de la Esfinge », El Tiempo, 28/09/1896.

—, « Vultur, versus Vulpex », El Tiempo, 5/10/1896.

—, « El decadentismo en Córdoba », El Tiempo, 19/10/1896.

—, « Risa amarga por Barón de Arriba », El Tiempo, 19/10/1896.

—, « Los Raros por Rubén Darío », El Tiempo, 24/10/1896.

—, « Los kiries de la muerte », El Tiempo, 26/10/1896.

—, « Los guías », El Tiempo, 8/11/1896.

—, « La familia de Job », El Tiempo, 17/11/1896.

, « Suprema Ley por Federico Gamboa », El Tiempo, 25/11/1896.

—, « Poemas por Leopoldo Díaz ». El Tiempo, 8/12/1896.

Simond, Charles, 1901, « L’évolution de la presse argentine », La Revue. Revue des revues (Paris), vol. 39, t. 4, p. 162-176, p. 173. Disponible sur Gallica.

Thérenty, Marie-Ève, 2007, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil.

—, 2011, « Rythmes et imaginaires du quotidien. Vivre au rythme du journal », in Khalifa, Dominique, Régnier, Philippe, Thérenty, Marie-Ève, Vaillant, Alain (dir.), La Civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, p. 1309-1318.

Zanetti, Susana, 2004, Rubén Darío en La Nación de Buenos Aires 1892-1916, Buenos Aires, Eudeba.

Haut de page

Notes

1 Elle est reproduite dans son intégralité dans un numéro spécial de Nosotros exclusivement consacré à Lugones. Cf. « Lugones llega a Buenos Aires », Nosotros, Año III, Tomo VII, 1938, p. 11-16.

2 Depuis quelques années déjà, ses poèmes sortent dans la presse de Córdoba et ses articles anticléricaux scandalisent régulièrement les notables de la capitale provinciale. Lugones a fondé en outre Pensamiento libre, un journal littéraire libéral qui, au lendemain de la révolution radicale de septembre 1893, avait pris fait et cause pour la politique de Manuel Quintana, ministre de l’Intérieur sous la présidence de Luis Saénz Peña.

3 Cf. en particulier le courrier dans lequel Lugones se plaint de ses conditions de vie au poète Rubén Darío (Ghiraldo, 1943, El archivo de Rubén Darío, Buenos Aires, Losada). Les Correos Argentinos ne l’ont employé à temps complet qu’en 1898.

4 Il s’agit des poèmes « Prosa bohemia » et « Trofeos » publiés dans la presse de Córdoba. El Tiempo les reproduit dans son édition du 8/11/1895.

5 Cf. «Marcando rumbos », Pensamiento libre, 19/10/1896.

6 « Tobi, la última novela de Carlos M. Ocantos », El Tiempo, 4/04/1896, et « Llagas sociales por Rafael Sienra », El Tiempo, 9/04/1896. Ces textes sont des recensions des livres suivants : C. M. Ocantos, 1896, Tobi, Madrid, Librería de los Hijos de L. de Pablo Villaverde, et Rafael Sienra, 1896, Llagas sociales: la calle Santa Teresa, Montevideo, Establecimiento Tipo-Litográfico Oriental.

7 « Profecía », El Tiempo, 28/04/1896, et « Salmo », El Tiempo, 1/05/1896.

8 Il arrive qu’elles soient écrites en vers ou qu’elles proposent des traductions. Cf. « Los guías », El Tiempo, 8/11/1896.

9 « Profecía », « Salmo », « Memento » (El Tiempo, 26/05/1896), « Ofertorio » (El Tiempo, 13/07/1896), « Aleluya del equinoccio » (El Tiempo, 18/09/1896) et « Los kiries de la muerte » (El Tiempo, 26/10/1896).

10 La chronique est alors perçue comme une marchandise (González, 1983 : 75).

11 Il importe ici d’insister sur la nouveauté de cette situation, car, à Córdoba, le travail journalistique de Lugones dépendait en grande partie de ses amitiés politiques.

12 L’écrivain français François Coppée (1842-1908) fut l’un des nombreux rédacteurs de La Nación. Cf. Ch. Simond, 1901, « L’évolution de la presse argentine », La Revue. Revue des revues (Paris), vol. 39, t. 4, p. 162-176, p. 173. Disponible sur Gallica.

13 Nous reprenons ici le titre des articles de critique littéraire que Lugones publia dans Pensamiento libre (1893). Chaque texte critiquait avec force ironies les poèmes mondains publiés dans les journaux cléricaux de Córdoba, ce qui donnait lieu à de nombreuses controverses.

14 Sous ce pseudonyme, Lugones publiait dans La Libertad de virulents articles anticléricaux.

15 Cela ne l’empêche pas de publier la chronique littéraire « La Pampa por Alfredo Ébelot», une recension d’un ouvrage réaliste qui flatte son « âme gaucha ». El Tiempo, 10/06/1896.

16 L’étude de Rafael Sienra sur la prostitution à Montevideo fait l’objet d’une chronique littéraire. El Tiempo, 9/04/1896.

17 « Los grandes fondos de la noche », El Tiempo, 28/08/1896, « El gran corazón de la Esfinge », El Tiempo, 28/09/1896 et « Porcus Rex », El Tiempo, 11/09/1896. Dans cette dernière chronique, Lugones cite un article de Mme Séverine publié dans le quotidien parisien Le Journal, de tendance républicaine et conservatrice. Le pseudonyme était celui de Caroline Rémy (1855-1929), une journaliste engagée qui collabora au Cri du Peuple, de Jules Vallés, et à La Fronde, le quotidien féministe de Marguerite Durand. Mme Séverine était connue pour son combat contre la violence faite aux femmes.

18 Nicolás Granada, Lybia, Buenos Aires, Bayardo, [sans date].

19 Il s’agit d’une recension du livre de Barón de Arriba, 1896, Risa amarga. Crítica política y social, Buenos Aires, J. Peuser. Cet ouvrage est une œuvre satirique de l’homme de lettres et journaliste Osvaldo Saavedra qui, entre 1866 et 1872, travailla dans la police argentine. Diego Galeano, 2009, Escritores, detectives y archivistas: la cultura policial en Buenos Aires, 1821-1910, Buenos Aires, Teseo, p. 65.

20 Les chroniques littéraires publiées pendant la période sont : « La Pampa por Alfredo Ébelot », « Libia por Nicolás Granada », « Primera edición – “Los espejos” – “Cuentos” por Ángel Estrada », « Primera edición – “Nelly” por E. L. Holmberg », « Primitivo por Carlos Reyles », « Risa amarga por Barón de Arriba », « Los Raros por Rubén Darío », « Suprema Ley por Federico Gamboa » et « Poemas por Leopoldo Díaz ».

21 Le livre du poète nicaraguayen réunit des chroniques publiées dans La Nación entre 1894 et début 1896 (Zanetti, 2004 : 142-143).

22 Cornelio Moyano Gacitúa est le président de l’Ateneo de Córdoba.

23 Cf. Discursos y poesías: leídas en la velada en honor de Rubén Darío el 15 de octubre, Córdoba, Los Principios, 1896, 50 p.

24 De notre point de vue, cette interprétation demeure assez fragile. Nous ne saurions oublier que cette pratique de prépublication était relativement fréquente à l’époque.

25 D’autant que le poète n’est pas à son coup d’essai : par le passé, il a déjà usurpé l’identité de l’académicien français Pierre Loti dans une réclamation envoyée à son propre journal, profitant ainsi de ce faux « courrier des lecteurs » pour préciser la ligne éditoriale de son journal. Cf. « Reclamo », Pensamiento libre, 25/11/1893.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Fürstenberger, « El Tiempo, ou l’apprentissage d’un nouvel espace public », América [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 22 août 2017. URL : http://america.revues.org/1479 ; DOI : 10.4000/america.1479

Haut de page

Auteur

Nathalie Fürstenberger

CRICCAL, Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org