Navigation – Plan du site
Temps modernes : la réinvention d’un genre

Vers une pratique accessible : la chronique latino-américaine pendant les avant-gardes

Hacia una práctica de lo accesible: la crónica latino-americana durante las vanguardias
Viviane Mahieux

Résumés

Pendant les années 1920 en Amérique latine, au moment où les mouvements de l’avant-garde et les nouvelles technologies (radio, cinéma) modifiaient peu à peu la conception de la vie quotidienne, la chronique changea de fonction littéraire et sociale. À la différence des Modernistes (Martí, Gutiérrez Nájera, Darío), les chroniqueurs de cette époque (comme Roberto Arlt, Salvador Novo) se rapprochent de la culture populaire. Ainsi, ils imaginent, à travers une rhétorique de l’accessibilité, une pratique d’écriture et de lecture quotidienne démocratique et horizontale.

Haut de page

Texte intégral

1La réflexion sur la chronique peut commencer ici par une question apparemment simple, d’ordre plutôt généalogique. Comment la chronique des écrivains modernistas, comme celle de Rubén Darío, José Martí, ou Manuel Gutiérrez Nájera, qui cultivaient un ton léger et tantôt frivole, s’est-elle transformée en une chronique centrée sur l’événement, d’une volonté nettement politique, comme celle écrite par les Mexicains Elena Poniatowska ou Carlos Monsiváis, à partir des années 1970 ? De fait, cette question simple ne fait que confirmer la complexité hybride de la chronique. D’abord, en parlant de généalogie littéraire, j’esquive la qualité matérielle d’un genre qui par sa condition journalistique partage une intimité constante avec le rythme de la vie quotidienne, avec les mœurs de ses lecteurs. Ma question initiale mène aussi à d’autres interrogations. Comment expliquer qu’un genre longtemps considéré comme secondaire voie aujourd’hui son importance croître dans les milieux éditoriaux, littéraires et académiques ? Comment la chronique est-elle passée du stade où elle constituait, à la fin du xixe siècle, une source de revenus pour des poètes qui conceptualisaient leurs projets littéraires loin des limitations de la presse, à celui de devenir le moyen indispensable des intellectuels pour intervenir dans la vie publique latino-américaine ?

2Je ne prétends pas répondre de façon définitive à ces questions, mais j’aimerais cependant explorer ici ce que je considère être un moment formatif dans la transformation de la chronique en Amérique latine : la période des années 1920, quand les mouvements d’avant-garde invitaient à une reconfiguration des hiérarchies littéraires et, en même temps, les innovations technologiques et la croissance urbaine changeaient définitivement les pratiques de lecture, d’écriture et de consommation culturelle. Je propose donc de faire une double lecture de la chronique, d’une part en l’explorant en tant que genre littéraire, en la considérant comme une manifestation de choix esthétiques et politiques liés aux mouvements d’avant-garde ; et d’autre part en la lisant en tant que pratique quotidienne, ce que Michel de Certeau appelle un « art de faire », qui a eu un effet incontestable sur la culture urbaine moderne en Amérique latine (De Certeau, 1990). Je commencerai donc par considérer comment les chroniqueurs du modernismo conceptualisaient le genre, pour ensuite tracer la tournure que lui font prendre les chroniqueurs pendant les avant-gardes, et, j’espère, finir par quelques idées sur la chronique contemporaine.

Au temps du modernisme hispano-américain

3Tout semblait indiquer, vers la fin du xixe siècle, que le futur de la chronique n’était pas très prometteur. Manuel Gutiérrez Nájera, le poète et journaliste mexicain qui fréquentait l’élégante rue Plateros et le fameux Jockey Club du Porfiriato, avait même déclaré d’un ton apocalyptique que « la chronique est un anachronisme : elle est morte sous la main du reporter ». La grande menace pour le genre était la vitesse de la modernité, qui trouvait son allié dans le télégraphe, cet instrument « brutal » qui, d’après Gutiérrez Nájera, n’avait « ni littérature, ni grammaire, ni orthographe » (Gutiérrez Nájera, 1943 : 55). Les reporters anonymes (transmetteurs d’information brute, télégraphique, pour Gutiérrez Nájera) gagnaient de plus en plus de terrain dans les journaux, et par conséquent, l’information et la publicité érodaient l’espace privilégié des chroniqueurs, qui signaient leurs textes et profitaient de certaines libertés thématiques et esthétiques. Face au télégraphe, Gutiérrez Nájera décida de défendre la lettre, proposant ce genre épistolaire comme un refuge intime et créatif dont l’essence provenait justement de l’excès (de parole, de description, d’émotion), et demeurait donc au plus près de la littérature : « la lettre ressemble à cette tante que j’avais, âgée et aux cheveux blancs, qui me donnait des bonbons et me grondait de temps en temps » (ibid. : 55). La lettre, et par extension la chronique, se définissait donc par son côté non utilitaire (le plaisir des bonbons), et paraissait ainsi être une tradition nostalgique au point de disparaître – comme l’innocence de l’enfance, comme la gentille tante à la chevelure blanche.

4Gutiérrez Nájera était peut-être le plus extrême (il faut bien dire que définir la chronique contre son essence en disant qu’elle est anachronique était assez osé), mais il n’était pas le seul de ses contemporains à déplorer la modernisation de la presse qui, en devenant de plus en plus rigide et systématisée, réduisait la liberté et la visibilité des pratiques littéraires. Comme l’a proposé Julio Ramos, la chronique du modernismo se trouve à mi-chemin entre l’art et le commerce, et devient donc un site contentieux où les modernistas défendent et affirment l’autonomie discursive de la littérature. Cette défense pouvait avoir lieu directement, comme avec les commentaires de Gutiérrez Nájera, ou bien indirectement en réaffirmant un certain style qui « décorait » (le mot est de Ramos) les effets problématiques de la modernisation urbaine, et affirmait la présence de l’auteur. Dans le cas de José Martí, par exemple, cultiver un style impliquait d’insister sur le détail d’une façon presque excessive. Ramos dit que Martí « sobre escribe », que ses textes sont trop écrits : l’excès de détail, d’adjectifs, de métaphores, cache presque le référent réel (Ramos, 1989, chap. XIX, « Decorar la ciudad »).Je pense ici à la chronique de Martí sur le pont de Brooklyn à New York, où le pont et sa construction sont décrits tellement minutieusement qu’il est facile d’oublier le thème de la chronique face à sa forme.

5Cette défense de la littérature, confrontée à la modernité et mise en marche par l’hétérogénéité de la chronique, était pourtant bien contradictoire. Même si les modernistas ne considéraient pas la chronique au même niveau que la poésie, le genre occupait une place très importante dans leur œuvre. Susana Rotker nous indique que plus de la moitié de l’œuvre de Martí, et environ deux tiers de celle de Rubén Darío étaient des chroniques (Rotker, 1992 : 15). Et il n’y a aucun doute que les innovations technologiques et cette vitesse moderne qui les inquiétaient tellement facilitaient, en fait, la visibilité des modernistas. Le télégraphe permettait à Martí d’écrire à New York et d’être lu à Caracas et à Buenos Aires, et la chronique servait souvent comme espace d’expérimentation littéraire. Malgré ceci, la chronique demeurait, pour la plupart des modernistas, une façon de maintenir un projet littéraire qui avait lieu ailleurs, loin des pages des journaux. Pour revenir donc au pessimisme de Gutiérrez Nájera, il semblait que la chronique devait choisir : soit elle maintenait sa qualité littéraire et s’éloignait du journal, soit elle gardait son espace dans la presse en renonçant complètement aux ambitions esthétiques. Mais, comme on le sait bien, ce choix n’a pas eu lieu. Comment donc, alors, la chronique a-t-elle survécu au télégraphe ? Comment a-t-elle pu concilier l’information avec le style, la vitesse avec l’art ? Ou plutôt, comment la génération suivante de chroniqueurs a-t-elle réussi à esquiver l’impasse tracée par Gutiérrez Nájera et les modernistas ?

Les avant-gardes dans leur époque

  • 1 Le terme provient du titre du livre de Sevcenko, Orfeu extático na metropole: São Paulo, sociedade (...)

6En réponse à cette question, prenons l’exemple de Renato Leduc, le cronista et poète mexicain qui a vécu la Deuxième Guerre mondiale à Paris, et qui a épousé l’artiste anglaise Leonora Carrington pour l’aider à s’échapper au Mexique après l’arrestation de son amant Max Ernst par la Gestapo en 1941. En 1912, à l’âge de 15 ans, Leduc avait été admis à la Escuela Nacional de Telégrafos, puis il travailla comme télégraphiste pendant la révolution. Des années plus tard, il reconnut que ce fut grâce à son travail comme télégraphiste qu’il commença à s’intéresser à l’écriture, puis à la littérature. Loin de représenter un danger, comme le pensait Gutiérrez Nájera une trentaine d’années auparavant, le télégraphe était devenu, pour Leduc, le premier pas vers une carrière littéraire et journalistique. Comme Leduc, plusieurs chroniqueurs, qui commencèrent à écrire pendant les années 1910 ou 1920, ont préféré exploiter, au lieu de déplorer, les nouvelles technologies, profitant ainsi de l’hétérogénéité du genre qu’ils pratiquaient pour établir leur profil comme écrivains. Le Brésilien Joao do Rio, par exemple, nomma son premier volume de « crônicas » Cinematógrafo, en 1909, son compatriote Pedro Kilkerry intitula sa rubrique sur la ville de Bahia « Kodak ». Pendant les années 1920, Mário de Andrade (connu comme le pape du modernisme brésilien) publia ses chroniques sous le titre de « Zeppelin », et en 1930, ce fut le tour du Mexicain Salvador Novo, qui publia « Sidecar ». Ces titres révèlent une fascination commune pour la circulation et le mouvement, soit d’images (photos, cinéma) soit d’engins motorisés (zeppelin, sidecar). La vitesse et la technologie, donc, sont ici des alliées qui servent à démontrer que loin d’être un genre obsolète, la chronique suit le rythme de la vie urbaine et facilite une façon d’observer la ville qui peut être personnelle, créative, et à la fois actuelle. S’associer à ces signes de la modernité indiquait, plus qu’une défaite de la littérature, une volonté de considérer la pratique de la chronique comme un exercice qui pouvait unir un regard littéraire avec la vie quotidienne, même si la modernité urbaine latino-américaine était souvent plus désirée que concrète, ou, comme l’a démontré l’historien brésilien Niclau Sevcenko, plus un fétiche qu’une réalité pendant ce qu’il a appelé « les frémissantes années 19201 ».

7Si les cronistas des années 1920 et 1930 étaient souvent fascinés par les nouveaux médias et leurs possibilités, ils étaient également plus à l’aise avec le milieu commercial dans lequel leurs textes circulaient. Ils étaient conscients de devoir s’adapter aux besoins d’un public hétérogène, et pas nécessairement érudit. Leurs chroniques circulaient souvent entourées de nombreuses images, comme des publicités pour les grandes marques de l’époque (Gillette, Remington, Kodak), des photographies liées aux événements, aux stars de cinéma du moment, ou même des caricatures. À Buenos Aires, par exemple, Roberto Arlt publiait ses chroniques, intitulées « Aguafuertes », dans le journal El Mundo, un petit tabloïde destiné aux classes populaires, et ses textes apparaissaient accompagnés d’une caricature liée au thème de la chronique, et qui souvent représentait Arlt lui-même (dans le métro, dans la rue, etc). Cultiver des lecteurs divers impliquait aussi de prendre connaissance d’un public qui n’était pas exclusivement masculin. Au contraire, les cronistas s’adressaient souvent à leurs lectrices, non sans une certaine malice. Je pense ici aux chroniques qu’écrivait Arlt sur le mariage, qui ont enragé plus d’une mère de famille à Buenos Aires, ou les chroniques sur la mode, un peu amères, qu’écrivait le « estridentista » Arqueles Vela dans la revue culturelle El Universal Ilustrado de Mexico, où il déclarait, entre autres assertions, que les monocles servaient de pare-brise pour le « flirt ». La croissance du public féminin, attribuable au fait que les femmes entraient de plus en plus sur le marché du travail et acquéraient donc plus d’autonomie comme consommatrices, a également permis à certaines femmes de s’initier à la profession de la chronique, notamment Alfonsina Storni, en Argentine, et Cube Bonifant, au Mexique.

  • 2 J’emprunte ici la théorie de l’avant-garde de Peter Bürger qui, dans son livre Theory of the Avant- (...)

8Je ne veux pas, pour autant, trop simplifier la différence entre les modernistas et les chroniqueurs des avant-gardes, ni idéaliser les conditions de travail de ces derniers. Les cronistas du début du xxe siècle se plaignaient également du rythme de production qui était exigé d’eux, et décrivaient leur travail en termes très peu flatteurs, comme Leduc qui faisait référence aux kilomètres ou kilos de papier produits pendant sa vie, ou même Salvador Novo, qui défendait en plaisantant le parallèle entre journalisme et prostitution en disant qu’au moins, il couchait quotidiennement avec les journaux avec grand plaisir. Bien que les cronistas des années 1920 aient traversé continuellement la frontière entre l’art et la culture massive (ce que Andreas Huyssen nomme en Anglais « the great divide »), ils n’effaçaient pas nécessairement les tensions entre art et commerce qui tracassaient leurs prédécesseurs (Huyssen, 1986). À leur différence, ils ne considéraient pas cette tension comme une impasse, mais comme une opportunité pour, souvent avec humeur et irrévérence, affirmer l’art comme une expression qui ne peut se séparer de la vie quotidienne et collective2. Les journaux et les magazines illustrés dans lesquels ces cronistas publiaient pendant les années 1920 étaient souvent aussi hétérogènes que les villes qu’ils décrivaient : en tournant les pages, on passait de publicités médicales et esthétiques à des articles sur le sport, la politique, les modes européennes et américaines, et surtout, dans le cas du Mexique, sur les différentes cultures indigènes, car la politique culturelle du gouvernement de la révolution s’efforçait de les mettre en valeur. Les tensions, les frôlements et même les jeux de séduction entre registres de ces publications hybrides servaient de véritable vitrine de la vie urbaine, révélant les connexions entre les activités parallèles de circuler dans la ville, de l’écrire, et même de la lire.

Une rhétorique de l’accessibilité

9Les cronistas des avant-gardes partaient donc de ce que j’appellerai ici une « rhétorique de l’accessibilité », une sorte de double jeu qui leur permettait d’établir une certaine autorité comme intellectuels, mais en même temps de s’affirmer comme des citoyens quelconques, membres des mêmes communautés pour lesquelles ils écrivaient. C’est un geste un peu contradictoire, car on pense souvent à l’intellectuel comme à une figure distante, qui observe et analyse tout en se maintenant un peu hors des événements décrits. Les chroniqueurs, au contraire, étaient toujours pleinement dans le monde sur lequel ils écrivaient, et ils mettaient ceci constamment en évidence dans leurs articles. Ils partageaient l’anonymat des grandes villes, se faisaient bousculer dans la rue, dépendaient d’un salaire et vivaient constamment sous la pression du temps. Ils étaient des consommateurs qui se laissaient tenter, s’ils en avaient les moyens, par les nouveaux besoins du moment (appareils photo, machines à écrire, voitures Ford) et, comme leurs lecteurs, ils allaient au cinéma, écoutaient des concerts de jazz à la radio, dansaient le charleston ou le fox-trot. L’accessibilité des chroniqueurs s’étendait aussi à leurs textes : leurs articles se trouvaient aux kiosques du coin, ou dans un vieux journal abandonné sur un banc. On pouvait les lire dans les parcs, dans les cafés ou même dans le bus. Accessible veut également dire « bon marché », un détail important en Amérique latine, où le prix des livres était souvent très élevé (une exception notable serait l’Argentine, où, déjà au début du xxe siècle, il y avait des livres à des prix assez abordables).

10L’accessibilité implique aussi une certaine vulnérabilité, qui, plus qu’une faiblesse, connote ici une infinité de possibilités enrichissantes. Comme l’a affirmé le chroniqueur mexicain Luis Urbina, « la chronique est à la merci des événements » (cité dans Monsiváis, 1980 : 39). Le chroniqueur doit être donc prêt à commenter les nouveautés avec vitesse et originalité. Il n’a d’ailleurs pas le temps de développer un savoir spécialisé, empruntant ainsi des discours divers émanant de la philosophie, de la littérature, de l’anthropologie, de la sociologie, de l’histoire de l’art, etc. Ainsi, la chronique est plus qu’un simple genre littéraire. C’est également une pratique, dans le sens que Michel de Certeau donne au terme, c’est-à-dire « un art de faire », comme l’est marcher, lire, circuler, ou faire le marché. Écrire des chroniques est une activité fragmentée qui agit de manière « tactique », s’insinuant dans d’autres discours, négociant (ou « bricolant ») de nouveaux espaces d’énonciation, utilisant son hétérogénéité pour saisir l’instant. Comme leurs lecteurs, les chroniqueurs sont des usagers des villes qu’ils habitent, ils partagent un espace public en suivant des règles qu’ils n’ont pas établies. De la même façon, ils exercent leur profession dans un système, la presse, qui est structuré par des règles commerciales qu’ils ne peuvent esquiver. Les pratiques des usagers de la ville, et la pratique de la chronique, sont donc connectées et interdépendantes. Surtout, ce sont des activités qui s’enrichissent mutuellement.

11C’est en considérant la chronique comme un « art de faire » que l’on peut détecter nettement son potentiel comme instrument politique, comme forme d’engagement avec la société civile, un aspect qui ne sera pas systématiquement mis en œuvre jusqu’à la génération engagée des chroniqueurs des années 1960 et 1970 (dans le cas du Mexique, je pense à Elena Poniatowska avec son livre sur Tlatelolco, et à Carlos Monsiváis sur le tremblement de terre de 1985). Ces cronistas donneront continuité (ou plutôt reformuleront) la rhétorique de l’accessibilité, telle que je l’ai tracée chez leurs prédécesseurs des avant-gardes des années 1920. Ils travailleront à partir de leurs textes et de leur visibilité publique pour intervenir à des moments précis de crise dans la vie politique de leurs pays. Certes, l’accessibilité du cronista n’est pas dénuée de paradoxes : les chroniqueurs bénéficient de cette modeste célébrité qui leur confère un statut privilégié tout en leur permettant de rester faciles à aborder. Il est loisible de penser, pourtant, que cette notion d’accessibilité nous permet de concevoir la chronique comme un genre littéraire qui est également une manière d’agir dans la vie quotidienne et politique d’une collectivité.

Haut de page

Bibliographie

Bürger, Peter, 1984, Theory of the Avant-Garde, Minneapolis, University of Minnesota Press

De Certeau, Michel, 1990, L’invention du quotidien : 1, Paris, Gallimard

Gutiérrez Nájera, Manuel, 1943, Obras inéditas : crónicas de Puck, New York, Hispanic Institute of the United States

Huyssen, Andreas, 1986, After the Great Divide: Modernism, Mass Culture, Postmodernism, Bloomington, Indiana University Press

Monsiváis, Carlos, 1980, A ustedes les consta: Antología de la crónica en México, México, Era

Ramos, Julio, 1989, Desencuentros de la modernidad en América Latina: Literatura y política en el siglo XIX, México, Fondo de Cultura Económica

Rotker, Susana, 1992, La invención de la crónica, Buenos Aires, Letra Buena

Sevcenko, Nicolau, 1992, Orfeu extático na metrópole: São Paulo, sociedade e cultura nos frementes anos 20, São Paulo, Companhia das Letras

Haut de page

Notes

1 Le terme provient du titre du livre de Sevcenko, Orfeu extático na metropole: São Paulo, sociedade e cultura nos frementes anos 20.

2 J’emprunte ici la théorie de l’avant-garde de Peter Bürger qui, dans son livre Theory of the Avant-Garde, évoque l’opposition que les avant-gardes montèrent contre l’institution bourgeoise de l’art individuel et autonome.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viviane Mahieux, « Vers une pratique accessible : la chronique latino-américaine pendant les avant-gardes », América [En ligne], 48 | 2016, mis en ligne le 03 juin 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://america.revues.org/1487 ; DOI : 10.4000/america.1487

Haut de page

Auteur

Viviane Mahieux

University of California, Irvine

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org