Navigation – Plan du site
I. Chronique et alliage de genres

La chronique au Mexique : évolution et perspectives

La crónica mexicana contemporánea: evolución y perspectivas
Françoise Léziart

Résumés

Partant des premières chroniques journalistiques du xixe siècle, frivoles, patriotiques ou déjà combatives pour ensuite aborder les textes d’Elena Poniatowska et de Carlos Monsiváis (les chroniqueurs emblématiques du Mexique des années 1960-1990) notre travail cherche à souligner l’évolution (tant thématique que rhétorique) de ce type d’expression hybride dont on trouve certains prolongements dans les ouvrages d’un auteur comme Jorge Volpi. Cela nous amène à réfléchir également au rôle du chroniqueur et aux conditions spécifiques de production de ce type de texte.

Haut de page

Texte intégral

1Les profonds changements qui se sont opérés au cours des dernières décennies et qui continuent de bouleverser le rapport de l’auteur avec l’écriture et la notion même de genre littéraire ont fait évoluer les jugements émis sur les formes hybrides d’expression comme c’est le cas de la chronique. Il est donc intéressant d’analyser, à plusieurs titres, l’évolution et la permanence de ce type de texte et plus encore dans un pays comme le Mexique.

2Il est, de fait, bien difficile de donner une définition de la chronique qui est, au sens propre, la relation de faits ou d’événements suivant l’ordre chronologique de l’actualité. Comme le soulignait avec justesse Paul Veyne dans son essai Comment on écrit l’histoire : « Écrire c’est raconter » (Veyne, 1971 : 29), ce qui revient à mettre en relief le caractère subjectif de toute forme d’écriture et en particulier celui de la chronique qui présente un point de vue personnel. Et c’est bien la raison pour laquelle, le chroniqueur cherche à convaincre et à séduire tout à la fois son auditoire ou son lectorat. Il y parvient par le recours à une argumentation (d’où l’importance et la fréquence de la « fonction conative » du discours – Jakobson, 1963 : 218) et par l’utilisation de certaines « propriétés littéraires » qui sont un peu éloignées du cadre traditionnel de l’écriture (Todorov, 1987 : 24). Il y a donc, dans la chronique, cette « chispa tonal », comme le dit Fabienne Bradu, qui en fait le charme et qui la différencie d’un banal article de presse ou récit.

3On a coutume de diviser l’évolution de la chronique en deux grandes périodes. Dans un premier temps, chronique et histoire voguaient sur la même rive et les chroniqueurs-historiens avaient pour vocation de proposer une vision spécifique des grands événements de l’actualité. Il s’agissait pour eux, soit d’agrémenter de leur plume élégante les hauts faits royaux des cours qu’ils servaient, soit de témoigner d’une autre réalité volontairement occultée. Et l’on retrouve bien là les deux facettes de cette forme d’expression qui oscille entre séduction ou complaisance et engagement parfois stigmatique. Dans un pays comme le Mexique et à travers son histoire chaotique, face à la chronique officielle, s’est érigée, comme le rempart de la vérité ou d’une vérité autre, une chronique non officielle ou « extra-officielle » (comme le disait Carlos Monsiváis) révélatrice des dysfonctionnements de la société.

4Dans un deuxième temps et dans le sillage du développement de la presse puis des mass media, la chronique historique a troqué ses pompeux atours contre les frusques de la quotidienneté. Le chroniqueur-journaliste ou reporter s’est alors imposé comme le nouveau héraut de la modernité et de l’ouverture à l’autre et au monde. Privilégiant le texte court, proche du conte parfois ou de la nouvelle, ou bien adoptant la forme de l’article de journal ou de revue, cette nouvelle chronique conserve son ancrage dans la périodicité et l’actualité. Au Mexique, c’est une forme d’expression dont les « écrivains-journalistes » (comme on les nomme) de la période contemporaine se sont servis pour contredire les diktats de l’académisme nationaliste assimilant culture et stéréotype. Ils ont aussi utilisé ce mode d’écriture rapide et facilement accessible pour défendre les idées de justice et de liberté face à un environnement social et politique hiérarchique, fermé ou même corrompu. Comme on le voit, par mimétisme ou par nécessité, la chronique s’est adaptée aux fluctuations du temps pour retrouver une sorte d’oralité qui lui sied bien par sa proximité des faits et des actes.

Le chroniqueur témoin de l’histoire

5La chronique mexicaine en son début est indissociable de la formation des nouveaux Empires coloniaux d’Amérique. Elle a fourni, en effet, des informations essentielles sur le fonctionnement des sociétés que les Conquistadors espagnols venaient de découvrir et d’envahir avec les conséquences que l’on connaît. Les premiers chroniqueurs furent les témoins oculaires et privilégiés de la destruction du Nouveau Monde ; le plus représentatif d’entre eux étant le soldat de Cortés : Bernal Díaz del Castillo. Son ouvrage intitulé Historia verdadera de la conquista de la Nueva España et écrit llanamente – comme il le souligne lui-même – contient tous les éléments constitutifs de la chronique : c’est avant tout le témoignage d’un soldat qui a participé aux combats et à la conquête du territoire aztèque. Il propose une sorte « d’histoire immédiate » pour reprendre l’expression de l’historien Jean Lacouture. En outre, Bernal Díaz del Castillo insiste sur le fait qu’il écrit sa propre histoire de la Conquête, une vision des choses bien éloignée de celle des chroniqueurs officiels de la Royauté espagnole (en l’occurrence Francisco López de Gómara) dont la posture était plus proche de celle du « notario de las transacciones políticas y las proezas militares y en condición necesaria para adquirir prestigio » (González y González, 1989 : 41).

6D’où le caractère subjectif de son témoignage doublé d’un véritable désir de sincérité. La chronique, même personnelle, comporte aussi, comme c’est le cas ici, une dimension collective puisqu’elle informe sur un événement historique majeur. Bernal Díaz del Castillo propose donc une approche factuelle et souvent anecdotique de la Conquête du Mexique. Comme le montrent ces annotations concernant le Conquistador Cortés qu’il admire tout en lui reconnaissant certains défauts : « Era aficionado de naipes y de dados… con demasía dado a las mujeres » (Díaz del Castillo, 1985 : 581). Le recours à l’humour et à l’exagération étant, de manière générale, deux vecteurs de la « poétisation » de la chronique. Dans le cas évoqué, l’emphase sert à décrire les batailles de la Conquête en tableaux épiques à la manière de Rubens, et la touche humoristique sur lui-même ou sur les autres a pour fonction de susciter l’intérêt et la curiosité.

La chronique journalistique

  • 1 José Joquín Fernández de Lizardi cité par Carlos Monsiváis dans son anthologie de la chronique (p.1 (...)
  • 2 Ignacio Manuel Altamirano a publié cet article en 1869, dans la revue El Renacimiento dont il était (...)

7Le xixe siècle correspond au Mexique à l’âge d’or de la chronique journalistique. Le développement de la presse quotidienne et périodique devient alors une tribune idéale pour les écrivains où ils peuvent exprimer et transmettre leur avis. Mais le lectorat est encore limité à une élite éclairée, comme le constate Fernández de Lizardi en soulignant que le peuple ne lit pas les écrits savants1. Carlos Monsiváis, dans la préface de son incontournable anthologie de la Chronique au Mexique, A ustedes les consta, rappelle que les chroniques de cette période peuvent être frivoles ou patriotiques, légères ou graves, et qu’elles s’orientent vers une forme de « turismo interno » ou bien aspirent à forger la « filosofía nacional » (Monsiváis, 1985 : 27). Avec son ironie habituelle, l’auteur mexicain insiste sur la propension de ces chroniques brèves à la stéréotypie et à l’archaïsme, comme si se pencher sur le passé permettait d’éviter les écueils du présent. Et il ne fait pas de doute qu’un texte comme celui d’Ignacio Manuel Altamirano intitulé « Una visita a La Candelaria de los Patos »2, où il dénonce les conditions de vie misérable dans certaines zones de la capitale, fait figure d’exception.

8De ces chroniques se dégage généralement une certaine légèreté, que l’on peut voir dans le parisianisme du poète Amado Nervo, ou encore de l’emphase, comme dans les chroniques à l’héroïsme exalté de Guillermo Prieto célébrant les batailles de l’Indépendance. Sans oublier une autre composante de ce type de texte, la recherche du pittoresque et de l’anecdotique dont témoignent les chroniques de Ricardo Cortés Tamayo intitulées Tipos populares de la ciudad de México que « dan fe y testimonio del calor y color del pueblo » (Cortés Tamayo, 1974 : 5). Il y dépeint, entre autres personnages pittoresques, le « pelado » ou « lépero » mexicain, l’homme du peuple en version édulcorée et bienveillante. Ces chroniques s’inscrivent dans la continuité de la chronique historique et elles en possèdent le même caractère documentaire et généraliste. Mais elles répondent également à de nouveaux critères de visibilité et de lisibilité propres à un siècle où l’un des objectifs prioritaires est de forger un passé et des racines identitaires à un pays peu accoutumé à l’exercice de la nationalité.

9Et l’on peut dire qu’au Mexique le « genre » de la chronique a trouvé son plus grand rayonnement dans la seconde moitié du xxe siècle grâce aux textes d’Elena Poniatowska et de Carlos Monsiváis, qui sont deux représentants emblématiques d’une chronique que l’on pourrait qualifier de « républicaine ». Héctor Aguilar Camín, journaliste lui-même et essayiste, résume fort bien, à travers la déclaration suivante, l’importance acquise par cette forme d’expression dans les années 1970. Il se réfère à la publication par Elena Poniatowska de La noche de Tlatelolco : « El éxito de La noche de Tlatelolco se debió […] a que respondía […] a la nueva catarsis literaria que prefieren los setentas: la catarsis del espejo, la crónica, en el doble sentido de la reseña y clímax de la realidad » (Aguilar Camín, 1985 : 130). Il y insiste sur l’une des tendances propres au journalisme et aux médias, à savoir le recours à une forme de sensationnalisme, de réalité crue – encore dominante aujourd’hui. Mais, il n’insiste pas assez sur le contexte sociopolitique de l’époque qui tolérait ou encourageait même une certaine forme de désinformation.

  • 3 Il y aurait eu 325 morts, de nombreux blessés et des arrestations ce jour-là à Mexico.

10Elena Poniatowska comme Carlos Monsiváis, à travers leurs ouvrages de chroniques ou leur collaboration à diverses publications mexicaines, ont œuvré à la construction d’un espace de démocratie dans leur pays. La noche de Taltelolco (1971) est un « collage polyphonique » de témoignages sur les manifestations étudiantes de 1968, dont le point d’orgue se soldera en un lourd bilan en vies humaines le 2 octobre sur la place des Trois Cultures3. L’ouvrage de la journaliste mexicaine a connu par la suite un nombre impressionnant de rééditions, ce qui n’était pas si courant à cette époque. Les années 1960 correspondent aussi à l’élévation moyenne du niveau d’éducation et du niveau culturel du Mexique, ce qui a entraîné l’émergence d’une classe moyenne plus instruite et plus en situation de dénoncer certains excès. Passant de chroniques anecdotiques (correspondant au début de sa carrière où elle tenait la rubrique mondaine) de type « costumbrista » dans ses premiers ouvrages comme Todo empezó el domingo (1963) à des chroniques plus engagées comme le montre le titre de cet ouvrage, Fuerte es el silencio (1983), les textes d’Elena Poniatowska ont occupé un espace d’expression intermédiaire libéré par un pouvoir politique moins appliqué qu’auparavant à museler la presse.

11Il s’était instauré une sorte de complicité involontaire entre ces journalistes contestataires et le pouvoir en place qui laissait dire ce que, finalement, une minorité de Mexicains pouvait entendre et comprendre. Le parcours d’Elena Poniatowska est aussi celui d’un écrivain à part entière, elle a publié des contes, des romans, surtout à partir des années 1990, et a su endosser les deux costumes : celui de journaliste et celui de romancière. Elle s’est beaucoup inspirée du mouvement né aux États-Unis dans les années 1950 sous le nom de « New Journalism » dont le but était d’élever le journalisme au niveau de la littérature par l’utilisation de techniques narratives destinées à transmuer le récit de la réalité. On peut citer, ainsi, cette nouvelle d’Elena Poniatowska assez longue (de presque cent pages) intitulée La Colonia Rubén Jaramillo (Fuerte es el silencio, p. 181-178), où elle transforme l’occupation de terres par des paysans de l’État du Morelos dirigés par un leader charismatique – le « Güero Medrano » – en « breve novela épica » (Manjárrez, 1981 : 102). Ou comment enjoliver une réalité bien populaire et bien prosaïque…

12Carlos Monsiváis était qualifié, dans son pays, de « juge à la Cour suprême » en revendication permanente. Plus que celui d’Elena Poniatowska, son propos est idéologique et son exigence ne se limite pas seulement à l’établissement de la démocratie, elle englobe aussi le droit des minorités et les droits fondamentaux. Il a (comme sa consœur) écrit sur les événements et le mouvement de protestation étudiante de 1968 ou sur le désastre occasionné par le séisme de 1985, mais ses activités de journaliste ne se sont pas limitées à la presse puisqu’il intervenait également dans d’autres médias, ce qui lui donnait plus de poids dans la société mexicaine. Ses ouvrages de chronique se répartissent en deux catégories : des textes relatifs à la réalité sociale et un autre volet plus axé sur l’analyse de la culture, surtout de la culture populaire. Et l’on touche là le paradoxe de l’écriture de Carlos Monsiváis : avoir traité de la culture populaire en se servant d’un discours accessible à une élite lettrée… Días de guardar (1970) est son premier recueil de chroniques où il pratique déjà ce qui caractérisera ses publications futures, c’est-à-dire un usage aigu de l’ironie et de la dérision, le recours à une typographie résolument novatrice, un découpage chronologique hautement symbolique (ainsi la date du « Premier Mai », la fête du travail, adopte ce titre volontairement contradictoire : Imágenes del tiempo libre). Tout se passe comme si la modernité que Carlos Monsiváis appelle de ses vœux ne trouvait sa concrétisation que par défaut.

13Le journaliste mexicain avait, en fait, pour fonction de servir d’intermédiaire entre une classe moyenne éclairée et les couches inférieures de la société. Il s’agissait de renforcer les liens existants entre les intellectuels progressistes et les éléments les plus actifs ou impliqués du monde ouvrier ou du monde paysan (syndicalistes, membres d’associations…). On voit bien là le rôle de détonateur social qu’a pu avoir la chronique mexicaine dans les années 1970. L’hybridité des chroniques de Carlos Monsiváis est encore plus nette que celle des textes d’Elena Poniatowska ou d’autres chroniqueurs de la même époque comme Fernando Benítez ou José Joaquín Blanco. Elles oscillent entre témoignage, diatribe et essai mais comportent peu d’éléments décoratifs. Ce sont souvent des sortes de tableaux ou de scénettes visuelles servis par une rhétorique à la fois impersonnelle et partisane, abstraite et argotique, conceptuelle et vindicative. Il faut retenir particulièrement un ouvrage intitulé Escenas de pudor y liviandad, dans lequel l’auteur s’applique à dresser un panorama assez exhaustif de la culture populaire mexicaine qui va bien au-delà des stéréotypes de « l’albur » et de la « carpa ».

14On peut dire que la chronique s’est imposée comme discours porteur entre 1960 et 1990 en raison de son accessibilité à un public plus large. Elle a bénéficié également de circonstances favorables, de la présence de grandes personnalités, a su exploiter au mieux l’intensité dont peut être dotée la réalité et qui la rend plus percutante que la fiction.

Nouvelle génération

15La nouvelle génération d’écrivains mexicains ne manque ni de talent ni de reconnaissance internationale – de Jorge Volpi à Yuri Herrera, sans oublier les femmes comme Guadalupe Nettel. S’il existe une continuité entre ces jeunes auteurs et les chroniqueurs précités, elle se trouve dans le fait que leurs écrits ne perdent jamais de vue la réalité socio-historique de leur pays. Renato Leduc disait déjà (dans les années 1980) que les écrivains mexicains avaient du mal à se « désintoxiquer » du réel, et c’est encore le cas. Cependant, les auteurs contemporains s’impliquent de manière moins directe que leurs prédécesseurs dans la vie sociale du pays. Ils le font sous couvert de la fiction et en maniant habilement symbole et allusion. Jorge Volpi est l’auteur de nombreux romans et il est aussi journaliste. Son roman publié en 2003 et intitulé El fin de la locura mêle, en effet, plusieurs genres : la chronique, l’essai et le roman. Son personnage et narrateur principal est un témoin de son temps (un témoin proche de son auteur), ce qui donne des airs d’autobiographie à l’histoire ou aux histoires racontées. Cet ouvrage est, de plus, doté d’une structure fragmentaire qui le rapproche du discours journalistique. Ce sont également les événements de 1968 (vus de l’extérieur puisque le personnage Aníbal Quevedo les vit depuis Paris où il se trouve) ou le combat de l’EZLN (des années 1990) dans les montagnes du Chiapas qui sont évoqués. Des thématiques proches de celles dont témoigne Elena Poniatowska et que Carlos Monsiváis analyse sur le vif.

16À travers les différentes notes, lettres, interviews retranscrites ou réécrites qui jalonnent son livre, Jorge Volpi dresse le bilan en demi-teinte d’un pays qui tarde encore à s’intégrer au concert des démocraties modernes. Il place son personnage-narrateur au cœur des grands courants de pensée du xxe siècle : du marxisme aux fluctuations de la psychanalyse, de Mao ou Althusser à Jacques Lacan. Dans les chroniques de Carlos Monsiváis, ces mêmes personnages ne font l’objet que de citations savantes en marge ou en complément de la thématique évoquée. Car le rôle et la fonction de l’intellectuel ont changé au cours des dernières décennies. En opposition à une vision locale et nationale (celle des chroniques) s’est imposée une approche plus « transnationale » (Aínsa, 2012 : 9-11) des réalités qui découle en partie du fait que bon nombre de ces écrivains ont séjourné ou vécu en Europe ou aux États-Unis, par nécessité ou par choix. Ce qui caractérise également l’écriture de Jorge Volpi, c’est le recours à une langue familière et accessible proche de celle des journalistes-écrivains de la génération précédente. L’humour et l’ironie y soulignent, de la même façon, le rapport ambigu que l’auteur entretient avec une réalité qu’il cherche à dédramatiser. Ainsi, la photo de famille des membres de la revue Tel Quel (Philippe Sollers, Roland Barthes, Severo Sarduy…) est décrite de cette façon : « Retrato de familia con cuello Mao » (Volpi, 2003 : 289), pour stigmatiser l’orientation idéologique du groupe. On retrouve alors la plume acérée de Carlos Monsiváis.

En conclusion

  • 4 « Murió el cronista de Oaxaca », Proceso, n° 562, 10 de agosto 1987, México, p. 57.

17Cette permanence de la chronique dans le panorama historique et culturel du Mexique a donné au chroniqueur un rôle prédominant. Il y avait le chroniqueur officiel de la Nouvelle Espagne chargé de consolider la présence péninsulaire hors de ses frontières ou le chroniqueur de la Ville de Mexico dont le premier représentant fut Francisco Cervantes de Salazar. Il s’appliquera comme ses successeurs à exalter la magnificence de la « muy noble y muy leal e imperial ciudad ». Cette fonction aux contours imprécis perdurera jusqu’en 1733 où le développement des premières gazettes obligera le pouvoir colonial à l’officialiser. Et, jusqu’à une période récente, les chroniqueurs officiels de la Ville de Mexico – souvent des historiens – se borneront le plus souvent à l’évocation du passé colonial. Ainsi, Luis González Obregón, dans les premières décennies du xxe siècle, s’emploie à répertorier les rues de la capitale coloniale avec un brin de nostalgie. Après l’expérience malheureuse de 1968 où le poète et chroniqueur officiel Salvador Novo omettra de mentionner le massacre de la place de Tlatelolco, cette charge plutôt honorifique finira par évoluer pour être confiée à Guillermo Tovar y de Teresa qui constituera en 1987 un premier Conseil de vingt intellectuels chargé de sauver le centre historique de la capitale endommagé par le séisme de 1985. En 2007, ce Conseil, transformé en association civile, s’est élargi à des personnes venant d’horizons culturels divers qui réfléchissent aux problèmes posés par la mégalopole actuelle. Il faut mentionner également le travail de terrain des chroniqueurs des villes de province qui ont travaillé à consolider la mémoire historique et culturelle mais également à créer des liens de solidarité et de convivialité4.

18Il est possible de dire que la chronique au Mexique est une permanence plus qu’une continuité. Elle montre, encore aujourd’hui, l’incontournable proximité existant entre écriture et temporalité. L’urgence de continuer à témoigner et à dire.

Haut de page

Bibliographie

Aguilar Camín, Héctor, 1985, Saldos de la revolución, México, Ed. Océano.

Aínsa, Fernando, 2012, Palabras nómadas, nueva cartografía de la pertenencia, Madrid, Frankurt, Ed. Iberoamericana, Vervuert.

Cortés Tamayo, Ricardo, 1974, Tipos populares de la Ciudad de México, México, col. Popular de la Ciudad de México.

Díaz del Castillo, Bernal, 1985, Historia verdadera de la Conquista de la Nueva España, Madrid, Espasa Calpe.

González y González, Luis, 1989, « Atajo de historiadores », in Nexos, n° 15, marzo, México, p. 41-42.

Jakobson, Roman, 1963, Essais de linguistique générale, Paris, Minuit.

Manjárrez, Héctor, 1981 « La indiscreción de Elena Poniatowska », in Cuadernos políticos, n° 27, enero-marzo, México, p. 102-114.

Monsiváis, Carlos, 1970, Días de guardar, México, Ed. Era.

—, [1983] 1988, Escenas de pudor y liviandad, México, Grijalbo.

—, 1985, A ustedes les consta (Antología de la crónica en México), México, Ed. Era.

Poniatowska, Elena, 1963, Todo empezó el domingo (con ilustraciones de Alberto Beltrán), México, Ed. Fondo de Cultura Económica.

, 1971, La noche de Tlatelolco, México, Ed. Era.

, 1983, Fuerte es el silencio, México, Ed. Era.

Todorov, Tzvetan, 1987, La notion de littérature, Paris, Seuil.

Veyne, Paul, 1971, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil.

Volpi, Jorge, 2003, El fin de la locura, Barcelona, Ed. Seix Barral.

Haut de page

Notes

1 José Joquín Fernández de Lizardi cité par Carlos Monsiváis dans son anthologie de la chronique (p.19, note 7).

2 Ignacio Manuel Altamirano a publié cet article en 1869, dans la revue El Renacimiento dont il était le directeur (Monsiváis, 1985 : 104-105).

3 Il y aurait eu 325 morts, de nombreux blessés et des arrestations ce jour-là à Mexico.

4 « Murió el cronista de Oaxaca », Proceso, n° 562, 10 de agosto 1987, México, p. 57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Léziart, « La chronique au Mexique : évolution et perspectives », América [En ligne], 49 | 2016, mis en ligne le 07 septembre 2016, consulté le 27 juin 2017. URL : http://america.revues.org/1617 ; DOI : 10.4000/america.1617

Haut de page

Auteur

Françoise Léziart

Université de Rennes 2

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org