Navigation – Plan du site
II. Humeur, ironie, satire

Estampas de ocio, buen humor y reflexión : les chroniques de l’écrivain péruvien Edgardo Rivera Martínez

Estampas de ocio, buen humor y reflexión
 : las crónicas del escritor peruano Edgardo Rivera Martínez (Jauja 1933)
Françoise Aubès

Résumés

Edgardo Rivera Martínez (Jauja 1933), nouvelliste, romancier, qui a connu un certain succès en 1993 avec País de Jauja, roman du métissage heureux, est aussi l’auteur d’une œuvre journalistique réunie dans plusieurs recueils dont celui qui donne son titre à cet article. Depuis 1976, l’écrivain publie de façon régulière dans le supplément dominical de divers quotidiens liméniens des « estampas », sur des sujets très variés comme l’emploi excessif de la locution o sea que par les jeunes Liméniennes qu’il surnommera les « Oseanidas », jusqu’aux souvenirs de la Lima d’autrefois. Ajoutons à cela ses « Estampas de viaje », chroniques de ses voyages dans les années 1950 et 1960 en Europe (Al andar de los caminos), sans oublier A la hora de la tarde y de los juegos (l’enfance à Jauja). Edgardo Rivera Martínez est un observateur amène, parfois complice parfois moraliste, jamais caustique ni racoleur.
Cet article étudie la place que tiennent ces chroniques dans l’œuvre de l’écrivain.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On trouvera de nombreuses informations sur la « Chronique moderniste » dans La prose moderniste pér (...)

1La chronique journalistique connaîtra au Pérou à la fin du xixsiècle et au début du xxsiècle un essor tout particulier. La chronique semble d’abord indissociable du modernisme1. Parmi les chroniqueurs célèbres, citons Manuel González Prada, Clemente Palma, Ventura García Calderón, Abraham Valdelomar, sans oublier Juan Chroniqueur, pseudonyme de José Carlos Mariátegui. Le titre des recueils qui réunissent leurs textes, Frívolamente. Sensaciones parisienses (1908) de Ventura García Calderón, Viendo pasar las cosas (1904-1916), de Enrique Carrillo (dit Cabotín), Crónicas Político dosméstico- taurinas (1909-1919) de Clemente Palma. Constituant un genre en soi, la chronique selon Abraham Valdelomar est le récit de « las pequeñas grandes cosas » (Valdelomar, 2001 : 171) : elle est en effet élégante, légère, divertissante, liménienne et cosmopolite, entre le Country Club et Paris. Les chroniqueurs modernistes fondent donc une tradition : celle d’un genre hybride, très diversifié ; il s’agit de saisir le temps qui passe, de retenir quelques petits événements que l’on commente selon son humeur. Comme le disait Luis Alberto Sánchez, ce qui fait la spécificité de la chronique, c’est avant tout le je du chroniqueur, le regard subjectif qu’il porte sur le monde, tout en jouant sur de multiples registres :

Es el género más inequívocamente trabajado por los modernistas […]. La crónica es como el cuaderno de bitácora de una generación de perpetuos nautas. Desde luego sería impropio catalogar todas las crónicas dentro de un solo clasificador. Las hay de todos los tipos y niveles. La periodístico-política, la periodístico-literaria, la estrictamente literaria, la costumbrista, la taurina, la panfletaria, etc. Hasta podría afirmarse que no existe la crónica, sino los cronistas (Sánchez, 1981: 1193).

2La chronique va perdre peu à peu de sa frivolité pour devenir plus politique, pour s’ajuster à une actualité plus dramatique socialement à partir de la deuxième moitié du xxe siècle. Elle suit les mutations de la société péruvienne en plein changement, en se faisant l’écho des bouleversements urbanistiques et sociologiques de la capitale, liés aux migrations rurales, et on peine à retrouver l’humour qui la caractérisait, sauf à de rares exceptions comme les chroniques de Luis Felipe Ángel dit Sofocleto (1924-2004) ou de Héctor Velarde El arquitecto (1898-1989). Signalons le rôle de Sebastián Salazar Bondy(Hirschhorn, 2005) ; sa production journalistique est extrêmement hétéroclite, à la mesure de sa très grande curiosité et de son désir de comprendre et d’infléchir la société de son temps. Loin d’être un simple polygraphe, son rôle aura été celui d’un éveilleur de conscience, pour reprendre les mots de Mario Vargas Llosa. Dans les années 1980 et 1990, les écrivains chroniqueurs sont nombreux. Crónicas perdidas, publié en 2001 rassemble les textes de Alfredo Bryce Echenique parus dans la presse péruvienne et espagnole entre 1972 et 1997. On pourrait citer Fernando Ampuero, le poète Antonio Cisneros, Mario Vargas Llosa et évoquer le renouveau actuel du genre ; au Pérou comme ailleurs, on assisterait à un boom. Or on peut se demander si la chronique est encore un genre opératoire à l’heure des réseaux sociaux, des blogs aux je pléthoriques, etc. Mais revenons au papier. Dans La invención de la crónica, Susana Rotker résume ainsi son propos :

La definición del género crónica como lugar de encuentro del discurso literario y periodístico, es tan central como los aportes a la renovación de la prosa hispanoamericana que hicieron los modernistas desde la prensa escrita (Rotker, 2005 : 133-134).

  • 2 César Ferreira, professeur à l’University of Wisconwin-Milwaukee, spécialiste de littérature péruvi (...)

3C’est à partir de cette définition de la chronique, à l’intersection de deux genres, que je me propose d’étudier Estampas de ocio, buen humor y reflexión, volume publié en 2003 à Lima et qui réunit une sélection de chroniques2 de Edgardo Rivera Martínez.

Dans les rubriques littéraires des quotidiens de Lima

  • 3 Outre les nouvelles, les essais et les anthologies évoqués, Edgardo Rivera Martínez a publié quatre (...)

4Professeur, nouvelliste, critique, Edgardo Rivera Martínez a obtenu la consécration de son talent en publiant País de Jauja en 19933, une parution qui a la dimension d’un événement littéraire. Néo-indigéniste, proustien, universel et andin, d’une part, ce roman sur le bonheur, thème incongru dans le roman latino-américain et dans le roman en général, propose une utopie, celle du métissage des cultures, depuis la petite ville de Jauja ; d’autre part, País de Jauja est écrit alors que le Sentier lumineux dynamitait les pylônes électriques, pour faire taire Lima la blanche et la plonger dans l’obscurité.

5Estampas de ocio, buen humor y reflexión (2003), recueil de 209 pages, rassemble quarante-sept petits textes prélevés sur des centaines de chroniques essaimées dans divers journaux (El Comercio, La República, Expreso, dans les suplementos dominicales, etc.), entre les années 1970 et les années 2000. Certains textes n’ont pas été retenus, d’autres ont été réunis dans un recueil de chroniques de voyages intitulé Al andar de los caminos. Estampas de viaje, publié lui aussi en 2003. Avant d’étudier le recueil, soit un ensemble de textes figés, je m’intéresserai aux chroniques in situ et j’étudierai tout particulièrement un échantillon de celles que l’auteur publie dans La República entre 1982 et 1983.

  • 4 Le quotidien La República publie le 26 novembre 1982, p. 21, « El Ave Fénix » en précisant : « Edga (...)

6Dans les années quatre-vingt, le nom de Rivera Martínez est associé à un genre : la nouvelle. Il remporte le prix du concours « El Cuento de la mil palabras » en 19824, mais le succès n’est venu qu’un peu plus tard : « Antes de la publicación de su novela País de Jauja en 1993, la obra de Edgardo Rivera Martínez fue una suerte de secreto exquisito, reservado para un puñado de lectores en el Perú » (Ferreira, 2006 : 289). Soulignons l’élégance du commentateur César Ferreira, mais reconnaissons aussi la justesse de l’expression « secreto exquisito », préfiguration du style du chroniqueur que nous allons analyser. Quant à La República, c’est un quotidien fondé en 1981 et qui s’impose rapidement comme un des quotidiens les plus importants du Pérou aux côtés de El Comercio et Expreso. De tendance gauche modérée, il aura à gérer, comme ses confrères, une actualité de plus en plus violente : Sentier lumineux passe à l’action en 1980, déclarant le début de la lutte armée. Commence pour le Pérou la década trágica, ou de la violencia, la guerre interne qui fera 69 000 victimes.

7Les chroniques de Rivera Martínez qui paraissent régulièrement dans La República dans la section Opinión sont variées, mais elles partagent la même qualité d’écriture, savante et poétique, le même ton aimable, humoristique. Les sujets choisis sont très divers ; l’auteur jouissait d’une grande liberté et pouvait traiter n’importe quel thème ; néanmoins certains sont des thèmes obligés, comme les commémorations, les anniversaires ; c’est le cas de la chronique « Las rejas de Lima », datée du 18 janvier 1982, anniversaire de la fondation de la ville par Pizarro le 18 janvier 1535. À côté de la chronique de Rivera Martínez, on peut lire « La ciudad ‘mosca’ » écrite par le poète Oscar Málaga Gallegos. La República ayant commencé une grande enquête sur les prisons liméniennes, en particulier celle de Lurigancho, on pourrait peut-être voir dans ces « rejas » comme le clin d’œil à une réalité moins aimable. Rivera Martínez, avec nostalgie, évoque la beauté de la ville d’autrefois tandis que dans la Lima des années 1980 en voie de calcutisation, des grilles d’un genre nouveau apparaissent : « No son más las ventanas, alféizar. Y en lugar de volutas las verjas exhiben de modo cada vez más ostensible, púas disuasorias y terribles. Lima asume así una experiencia cada vez más carcelaria » (Rivera Martínez, 2003 : 9). Voici une des techniques du chroniqueur qui, sous couvert d’érudition, fait remonter le passé à la surface du présent, pour faire sens.

8Quel rapport ces chroniques entretiennent-elles avec l’actualité plus immédiate, voire politique ? Rivera Martínez n’est ni un reporter ni un journaliste politique. Mais il commente, à sa façon indirecte et subtile, l’actualité. La chronique parue le 8 mars 1983, pour la Journée de la Femme, est intitulée « Tres mujeres » : l’auteur rend hommage à Micaela Batista (la compagne de Tupac Amaru II, laquelle fut exécutée à ses côtés en 1781), à Francisca Zubiaga la Mariscala, épouse du président Gamarra, actrice à part entière de l’indépendance du Pérou, et à Edith Lagos, jeune combattante sentiériste tuée le 3 septembre 1982 par les troupes antisubversives, au cours d’une action ; âgée de 19 ans, elle deviendra une sorte d’héroïne, martyre à Ayacucho. Rivera Martínez, qui n’adhère certainement pas aux thèses violentes du mouvement terroriste, évoque cependant cette jeune femme d’une façon très tolérante : s’il admire son abnégation, il veut retenir aussi le souvenir de celle qui écrivait des vers agrestes et tendres, prémonitoires de sa mort peut-être.

Tonalité et style

9La República est, avec Expreso, et contrairement au journal El Comercio, un des quotidiens qui dès le début de la guerre interne rendent compte, et souvent de façon sensationnaliste, de la gravité des événements qui se passent dans la sierra. Car La República publie des photos : maisons éventrées, corps mutilés, cadavres torturés, et le journal est un des premiers à dénoncer les exactions des troupes antisubversives, à mettre ainsi en cause le gouvernement. Dans le contexte de l’époque, les chroniques de Rivera Martínez sont comme de petites fenêtres qui s’ouvrent sur un fond d’actualité sanglante, terriblement violente. Elles vont donc « illuminer », voire enluminer les pages très noires des années quatre-vingt. Ainsi, le premier vendredi de janvier 1982, dans la section Opinión, est publié le texte intitulé « Una muchacha en un día de enero », mise en abyme de la nouvelle année qui commence. Le narrateur à la première personne est dans un bureau, il attend d’être reçu. Toute la chronique tiendra dans la description de la secrétaire, sa beauté, la joliesse de ses mains délicates qui remuent des papiers et les classent ; il se produit tout à coup comme une réminiscence pour le narrateur ; la jeune Liménienne devient cette Koré, souriante, jeune fille de la statuaire grecque, longuement contemplée autrefois dans un musée d’Athènes. Comment une telle ressemblance est-elle possible ? « Y me digo en respuesta que hay personas en las que alumbra una luz cristalina y radiosa aun en las horas más grises, en los días más lóbregos […] manifestación de un arcano y universal principio de luz y transparencia » (Rivera Martínez, 8 janvier 1982).

10On trouve déjà dans ces lignes écrites en 1982, outre la place toujours prégnante de la Grèce antique chez Rivera Martínez, l’isotopie porteuse de l’idéologie qui caractérisera le monde fictionnel de l’écrivain : irradié, lumineux, cristallin et qui atteindra sa pleine expression dans País de Jauja. Les souvenirs personnels, l’enfance à Jauja inspirent de nombreuses chroniques, amusantes comme « Perros y capitanía en la noche » ou très poétiques ; elles peuvent apparaître comme le contrepoint à l’image violente de la sierra affichée dans La República. Les événements d’Uchuraccay (le massacre le 26 janvier 1983 de huit journalistes venus enquêter sur la situation dans la sierra d’Ayacucho) seront largement diffusés. Le 31 janvier 1983, le gros titre de La República est « ¡Bestias ! ». Rivera Martínez, pendant cette période, restitue, lui, le village andin, son calme, la beauté des arbres comme el aliso ; il évoque l’insaisissable atoj, le renard dans « Zorro de puna », présence furtive dans la sierra, chasseur impénitent, figure tutélaire : « por algo dicen las historias que desciende de antiguos y arcanos dioses y que por ello vigilará siempre enigmático, en los repechos en las jalcas, en los collados. Zorro de puna inalcanzable… » (Rivera Martínez, 26 mars 1982).

11Le chroniqueur Rivera Martínez, s’il commente l’actualité, la détourne toujours de façon poétique. En avril 1982 commence la guerre des Malouines ; dans « A propósito de las Maldivas. Los mares del sur », Rivera Martínez, ne fait pas une analyse géopolitique du conflit qui oppose Argentins et Britanniques, mais, grand amateur de récits de voyage, il préfère évoquer l’aura légendaire de ces parages mystérieux que sont les mers du Sud : « […] esa atracción secreta y terrible que ejerce el Sur –blanco y onírico Erebo por siempre inalcanzable » (Rivera Martínez, 29 avril 1982). Les tracasseries de la vie moderne lui inspirent de petits textes satiriques comme « Psicología de un auto » (l’arrivée de la Volkswagen dans les années 1980 au Pérou), ou « Promesa y engaño de un nombre », datée du 24 juin 1983, consacrée à la compagnie qui gère la distribution des eaux à Lima, le SEDAPAL (Servicio de agua potable y alcantarilla de Lima). L’atmosphère qui règne dans le siège de cette administration, loin de correspondre à l’univers soyeux et sédatif que laissaient espérer les jolis sons de SEDAPAL, est celle d’un effrayant pandémonium kafkaïen. Thématique variée, mais affirmation d’un style où se combinent l’humour fin, l’érudition et le lyrisme qui seront la marque de l’écrivain, caractérisent donc cet échantillon de chroniques publiées dans La República entre 1982 et 1983.

Des textes dignes d’une anthologie

12Demandons-nous maintenant ce que devient une chronique quand elle se retrouve dans un livre, texte figé, comme un papillon léger qu’on aurait épinglé dans une boîte. Éditer des textes publiés au fil des jours pose un problème générique. « L’horizon du recueil […] est celui d’un objet fini, stable, de diffusion élargie et durable » (Fraisse, Mouralis, 2001 : 94) ; le texte perd ce qui faisait sa spécificité, son rapport au temps, c’est un « texte reclassé, offert a un nouveau mode de lecture » (ibid. : 126).

  • 5 Edgardo Rivera Martínez s’intéresse tout particulièrement à l’histoire de Lima ; il a lui-même écri (...)

13En 2003, Edgardo Rivera Martínez est un auteur reconnu ; selon la logique éditoriale en vogue depuis quelques années, il est tout à fait légitime d’éditer des textes écrits quelques années auparavant, même s’ils n’appartiennent pas au genre qui a fait le succès de l’auteur. Ajoutons à cela l’intérêt récent des lecteurs, au Pérou comme ailleurs, pour la littérature personnelle, mémoires, autobiographies, journaux intimes et pourquoi pas chronique, puisque le chroniqueur « moderne » ne se cache plus sous un pseudonyme, s’épanche souvent, choisissant le registre de la confidence. Le volume publié en 2003 est intitulé Estampas de ocio, buen humor y reflexión. Et non Crónicas. « Estampas » renvoie à la « Tradición », celle inventée par Ricardo Palma qui s’inspire du cuadro de costumbres et de la petite histoire. Estampas sera aussi le titre des chroniques de voyage Al andar de los caminos. Estampas de viajes. Estampa signifie, au sens propre comme au figuré, impression, gravures, empreintes ; les trois mots rendent bien compte de l’esprit du recueil : réflexions amusantes, instantanés de vie, anecdotes, qui doivent divertir, faire sourire ; on retrouve l’esprit des chroniques traditionnelles. Le choix du mot Estampas réinsère les chroniques de Rivera Martínez dans une filiation qui remonte au xixe siècle et au début xxe : Estampas de Lima de José Gálvez, Estampas mulatas de José Díez Canseco5.

  • 6 I : « Lima, Ciudad de mil facetas », II : « Notas de buen humor y ocio », III : « De la Coca, el Té (...)

14La répartition des chroniques dans le recueil publié en 2003 est, aux dires de l’auteur, un peu arbitraire ; on a élagué en supprimant les chroniques qui renvoyaient à la violence de la guerre interne ; reviennent dans les titres des six petits chapitres6 des termes comme deleite, humor, sátira, placer qui renvoient certes, de manière redondante, au titre de l’ouvrage Estampas de ocio, buen humor y reflexión. Mais on y retrouve une grande partie de ce qui fait l’univers personnel de l’écrivain, comme par exemple sa fascination pour Lima dans le premier chapitre : « Lima, ciudad de mil facetas ». Rivera Martínez a publié de nombreux travaux sur Lima, dont deux anthologies : Antología de Lima (2006) et son complément Los balnearios de Lima. Antología Miraflores. Barranco. Chorrillos. Malgré la garúa et la neblina de l’hiver, Lima reste pour l’écrivain de Jauja une source d’inspiration aussi présente que Jauja. L’un de ses volumes de contes, qui rassemble les textes publiés entre 1964 et 2008, s’intitule Cuentos del Ande y la neblina. Sur la couverture du livre, édité par Punto de Lectura, deux paysages se superposent : en haut les Andes, en bas, Lima et l’Océan Pacifique enveloppés de brume, le tout marqué du sceau de l’Amaru, le serpent mythique.

15Le chapitre consacré à Lima ne se réduit pas à quelques évocations nostalgiques. Rivera Martínez saisit aussi une certaine façon d’être, une certaine culture liménienne comme le parler des jeunes filles dans le texte intitulé « Oseánidas ». L’auteur, gentiment agacé par le tic de certaines jeunes Liméniennes qui ne peuvent pas faire une phrase sans y glisser un « O sea que », jouant sur l’homophonie avec les nymphes de la mer, filles de l’océan, les appelle « Oseánidas » : « De sus labios fluye un río casi tan incontenible como el río Océano que circundaba la tierra. La perspectiva binaria o terciaria de sus “o sea” acabará por ahogarlas en un mar de alternativas tan nerviosas como inútiles » (Rivera Martínez, 2003 : 46).

16Certaines chroniques rappellent le goût de l’écrivain pour les mots, leur étymologie, pour les expressions familières comme « No le cabe una gragea ». D’autres se distinguent par leur érudition ; ce sont de vrais cabinets de curiosité. Les sujets sont légers et brillants ; le style est celui d’un miniaturiste ; le terme de recueil est donc on ne peut plus approprié car « le recueil repose sur une métaphore essentielle que nous rappelle l’étymologie : celle de la cueillette, de la sélection, de l’extraction et de l’assemblage qu’il partage avec l’anthologie » (Fraisse, Mouralis, 2001 : 128) ; le lecteur de ce « florilège » se fait glaneur et grappilleur, lisant selon son gré et selon son humeur ce que le livre ouvert au hasard lui offre. Si pour Abraham Valdelomar le chroniqueur est avant tout un menteur : « Nosotros los cronistas mentimos sinceramente, mentimos hasta por moral porque ello divierte al público, el cual prefiere las crónicas frívolas a las disquisiciones académicas y a las contiendas filosóficas » (Valdelomar, 2001 : 173).

17Ce qui donne de la cohérence à ces textes épars tient justement à une posture contraire. Il y a une voix qui n’est pas brouillée, celle du je chroniqueur qui, en instaurant un pacte de sincérité avec son lecteur, déploie toutes ses facettes : l’autobiographe, l’érudit, l’amateur de récits de voyages, le censeur aimable, mais aussi le moraliste qui condamne les maux d’une société moderne, vulgaire : « la chatura alienación y vulgaridad que imperan hoy en nuestra patria, por obra y culpa de sus clases dominantes » (Rivera Martínez, 2003 : 158). Dans certains textes, l’instance narrative est un « nosotros », car le chroniqueur appartient à une collectivité dont il pointe les vices en citoyen responsable ainsi que le malheur de vivre sous un régime dictatorial et corrompu (ibid. : 195-196).

Un genre moderne

18Lire les chroniques de Rivera Martínez peut être une manière d’entrer dans l’univers d’un écrivain péruvien dont l’œuvre occupe une place particulière : le monde andin, dont l’épicentre serait la ville de Jauja, source première d’inspiration. Ce n’est pas un monde clos et figé mais ouvert et en totale symbiose avec d’autres cultures. La chronique, genre « moderne », varié, souple, est donc tout à fait dans l’esprit d’un écrivain curieux dans toute la plénitude du terme. Il y a bien un « continuum » entre les chroniques, les nouvelles et les romans (motifs, thèmes, style). Mais il ne faut pas réduire les chroniques à un brouillon de l’œuvre, ou à un atelier d’écriture. Car le talent de Rivera Martínez s’exerce aussi bien dans le texte court, le fragment, la nouvelle, l’essai que dans le roman. Dans une chronique intitulée « El poeta y la moda », Rivera Martínez rappelle que le grand poète Mallarmé, alors en pleine maturité, a dirigé une revue de mode, La dernière mode (1874-1875) ; les réflexions de Rivera Martínez sur la surprenante activité du maître du symbolisme pourraient être comprises comme une mise en abyme de sa poétique personnelle, voire de son travail personnel :

Quizás uno de los síntomas del genio sea precisamente el de poder variar así de registro y alternar las más hondas meditaciones con la divagación amable, sensual, ingeniosa […]. Después de todo la vida está hecha más de momentos fugaces e intrascendentes que de horas memorables y grandiosas (Rivera Martínez, 2003 : 102).

19La chronique de l’écrivain Rivera Martínez n’est pas un genre mineur ou un simple épitexte. En passant du journal au recueil, elle change certes de statut, mais elle rend visible le réseau intertextuel qui sous-tend l’œuvre de Rivera Martínez et en devient ainsi un élément constitutif à part entière.

FerreiraFerreiraEdgardo Rivera Martínez. Nuevas lecturasFraisseMouralisQuestions générales de littérature,Hirschhorn, Gerald, 2005, Sebastián Salazar Bondy. Pasión por la culturaRivera MartínezEstampas de ocio, buen humor y reflexiónRotkerLa invención de la crónicaSalas AndradeRevista de Comunicación,SánchezLa literatura peruana, derrotero para una historia cultural del PerúValdelomarCrónicas 1909-1910, Obras completas
Haut de page

Notes

1 On trouvera de nombreuses informations sur la « Chronique moderniste » dans La prose moderniste péruvienne et la vision de la modernité chez Manuel González Prada, Clemente Palma et Ventura García Calderón, thèse de doctorat soutenue par Ricardo Sumalavia Chávez le 8 juillet 2014 (Bordeaux Montaigne) et dirigée par Isabelle Tauzin. Cette dernière est l’auteure de nombreux ouvrages de référence sur Manuel González Prada.

2 César Ferreira, professeur à l’University of Wisconwin-Milwaukee, spécialiste de littérature péruvienne et de l’œuvre de Edgardo Rivera Martínez, prépare l’édition complète des chroniques de ce dernier.

3 Outre les nouvelles, les essais et les anthologies évoqués, Edgardo Rivera Martínez a publié quatre romans : País de Jauja (1993), Libro del amor y de las profecías (1999), Diario de Santa María (2008), A la luz del amanecer (2012).

4 Le quotidien La República publie le 26 novembre 1982, p. 21, « El Ave Fénix » en précisant : « Edgardo Rivera Martínez –colaborador de la página editorial de La República– acaba de ganar el primer puesto de “El cuento de las mil palabras”. El narrador jaujino nos ofrece una muestra de una prosa finamente elaborada en las líneas de su cuento “El Ave Fénix” incluido en su libro Azurita ».

5 Edgardo Rivera Martínez s’intéresse tout particulièrement à l’histoire de Lima ; il a lui-même écrit sur les estampas limeñas. Cf. « Litografías iluminadas. Estampas limeñas del siglo XIX », Kontur n° 1, Perú en la cultura, junio agosto 1986. Voir aussi le chapitre VI de son Antología de Lima, Lima, Fundación Bustamente de La Fuente, 2002.

6 I : « Lima, Ciudad de mil facetas », II : « Notas de buen humor y ocio », III : « De la Coca, el Té y otros placeres », IV : « De la literatura y sus deleites », V : « Viajes, viajeros », VI : « Apuntes satíricos ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Aubès, « Estampas de ocio, buen humor y reflexión : les chroniques de l’écrivain péruvien Edgardo Rivera Martínez », América [En ligne], 49 | 2016, mis en ligne le 07 septembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://america.revues.org/1662 ; DOI : 10.4000/america.1662

Haut de page

Auteur

Françoise Aubès

CRICCAL, Université de Paris-Ouest, Nanterre-La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org