Skip to navigation – Site map
II. Humeur, ironie, satire

Les chroniques de Ricardo Blume dans le quotidien péruvien El Comercio

Une relation pointilliste et humoristique sur la société péruvienne des années 1980
Las crónicas de Ricardo Blume en el diario peruano El Comercio
Patricia Salinas-Desmond

Abstracts

À travers soixante-sept chroniques, publiées en 1988, sous le titre Como cada jueves, Ricardo Blume, acteur, auteur et réalisateur de théâtre, de cinéma et de séries de télévision, a livré aux lecteurs du quotidien péruvien El Comercio, chaque jeudi entre 1981 et 1988, une lecture personnelle, impressionniste et humoristique de l’actualité et de la société péruvienne des années quatre-vingt. Ces chroniques courtes révèlent par petites touches, avec légèreté, des photographies instantanées et légendées de la société péruvienne et de ses travers, pendant les années de la restauration démocratique, du gouvernement d’Alan García, du terrorisme et du contre-terrorisme, ainsi que de la crise économique de la fin des années quatre-vingt.

Top of page

Index terms

Palabras claves :

Perú, siglo XX, sociedad, cultura, política
Top of page

Full text

1Avant d’être un chroniqueur, Ricardo Blume (1933) est d’abord un comédien et metteur en scène péruvien de théâtre, un acteur de cinéma et surtout une vedette de séries populaires de télévision, très connu au Pérou et au Mexique. Il fut, entre autres, Heathcliff dans Cumbres borrascosas (Pérou, 1963), Roberto Cárida dans Simplemente María (Mexique, 1989-1990) ou le père de « Marichuy » dans Cuidado con el ángel (Mexique, 2008-2009). Il a aussi joué dans une vingtaine de films dont Mi secretaria está loca, loca, loca (Argentine, 1967), Detrás de esa puerta (Mexique, 1975), Malabrigo (Pérou, 1986), Sobrenatural (Mexique, 1996).

2Mais sa carrière est surtout théâtrale. Il a été le fondateur du Théâtre de l’Université catholique de Lima (TUC), Ricardo Blume ; de plus, il a joué, au Pérou et au Mexique, dans plus de soixante pièces de théâtre et en a dirigé une vingtaine en tant que metteur en scène. Un nouveau théâtre, ouvert l’an dernier à Lima, porte son nom, où a été jouée cette année, parmi les premières pièces produites, une œuvre de Jean-Claude Carrière, La controversia de Valladolid. Comme le dit Ricardo Blume dans une interview récente : « Je ne suis pas un senior, je suis un octogénaire » (El Comercio, dimanche 17 août 2014). À ses quatre-vingts ans, en 2014, l’acteur n’arrêtait pas de travailler. Il était à l’affiche du film Viejos amigos du réalisateur péruvien Fernando Villarán et se préparait à jouer dans une nouvelle « telenovela » mexicaine.

3Ricardo Blume, qui voulait être écrivain quand il était adolescent, a toujours eu une certaine activité journalistique. Dès le milieu des années cinquante, il écrivait, depuis l’Espagne ou le Mexique, des reportages et des récits pour le quotidien péruvien El Comercio. Mais cessant toute collaboration lorsque les médias étaient sous la coupe des militaires, entre 1968 et 1980, il disparut du paysage médiatique en tant que journaliste (Blume, 1988 : 6).

4Ce fut donc une surprise pour de nombreux lecteurs, lorsqu’en 1981 ils trouvèrent chaque semaine – ceci pendant huit ans – une chronique humoristique et satirique, signée Ricardo Blume, intitulée « Comme chaque jeudi » (« Como cada jueves »), qui parlait d’eux et de l’actualité. Comme il le déclare dans le prologue d’une sélection de ses chroniques : « Como cada jueves est une bouteille à la mer. Ces chroniques veulent être des retrouvailles secrètes, privées, quasi clandestines avec ce lecteur idéal que chacun voudrait avoir. Pour qui, en réalité, on écrit toujours. Pourvu que ces retrouvailles aient lieu… Comme chaque jeudi. » (ibid.).

5Ces chroniques révèlent un homme possédant un grand sens de l’humour et de la dérision, avec une lecture personnelle et impressionniste de l’actualité de cette décennie terrible pour le Pérou. Ces textes courts – entre 550 et 650 mots – révèlent par petites touches, comme des conversations entre amis, des instantanés de la société péruvienne et de ses travers, durant les années qui vont de la restauration démocratique à l’élection d’Alberto Fujimori.

6Alors que la parution de la chronique « Como cada jueves » était sur le point de s’arrêter (1989), Ricardo Blume, publia, en décembre 1988, éditée par la Universidad del Pacífico, une sélection de 66 chroniques choisies sur deux critères : la distance chronologique avec l’actualité et l’intérêt du grand public, parmi quelques centaines d’autres, car il publia, en 1989, un Nada del otro jueves, complément de Como cada jueves. Ce dernier ouvrage porte en quatrième de couverture la mention suivante, bien dans l’esprit de Ricardo Blume :

  • 1 Toutes les citations de Ricardo Blume sont prises dans cette édition de 1988 et traduites par nos s (...)

L’auteur nous demande de diffuser cet avis : si vous vous décidez à acheter ce livre et si sa lecture ne vous déplaît pas complètement, dites-le à vos amis pour qu’ils l’achètent : ne leur prêtez surtout pas votre exemplaire. Si, comme cela est très possible, il vous semble illisible et impubliable, s’il vous plaît, ne dites rien. Merci (Blume, 1988 : 4e de couverture).1

7Mais si Ricardo Blume fait assurément dans ses chroniques œuvre d’humoriste, il est aussi un moraliste qui, tout en faisant rire ou sourire, met à nu les travers de ses contemporains, fustige certains de leurs comportements, souligne les grands problèmes de la société péruvienne et montre l’envers du décor et les dérives d’un pays blessé, contrasté et en pleine évolution.

8Nous devons nous rappeler que ces chroniques furent écrites durant la période de la présidence de Fernando Belaunde (1980-1985) et de celle d’Alan García (1985-1990). Durant la décennie où le terrorisme des groupes d’extrême-gauche (Sentier lumineux et MRTA : Movimiento Revolucionario Túpac Amaru) et la militarisation du conflit entre ces groupes armés et l’État péruvien se sont développés. Ces dix années de violence, prélude au paroxysme de la décennie suivante, peuvent être divisées en deux périodes. La première, de janvier 1983 (installation du Commandement politico-militaire à Ayacucho) (59-68) à juin 1986 (le massacre des prisons), où la violence était plutôt circonscrite à certaines régions du pays. La seconde, de juin 1986 à mars 1989 : l’offensive urbaine du Sentier lumineux et les actions armées du MRTA, qui voit la violence se généraliser sur l’ensemble du territoire national et la crise économique et l’inflation galopante accroître la misère (69-71).

9La différence entre ces deux périodes se ressent très bien à travers les chroniques, celles de la première partie étant plutôt sur les thèmes de la légèreté et de l’espérance, celles de la seconde secondes sur ceux de la gravité et d’un certain découragement.

Lima : la mégalopole blessée

10Concernant Lima, cette gravité, mêlée à une certaine stupéfaction, est pourtant déjà présente dans certaines chroniques de la première période. On les ressent à la lecture de l’une d’elles consacrée au spectacle de la désorganisation et du chaos de la circulation dans la capitale, après un attentat à la voiture piégée devant le Palais présidentiel, en juin 1985, un trimestre où eurent lieu à Lima plusieurs assassinats de députés et une série d’attentats, juste après l’élection présidentielle remportée par le parti APRA, dans le laps de temps qui précédait l’investiture du nouveau président Alan García (« Qué cosas suceden con el apagón », 20 juin 1985 : 96-98).

Quand j’étais enfant, on chantait une chanson picaresque pour l’époque, avec ce refrain : « Qué cosas suceden con el apagón, con el apagón qué cosas suceden ». Et à chaque strophe, on racontait et on chantait ce qui pouvait se passer. Je veux raconter ce que j’ai vu (ou plutôt, ce que j’ai entrevu) le vendredi de la coupure de courant, des dynamitages de pylônes électriques et des incendies. C’est moins drôle que cette chanson. Ça n’a plutôt vraiment rien de drôle. […] En lisant le lendemain les quotidiens, je ne savais pas si je devais rire ou pleurer (ibid.).

11Pour quelqu’un comme Ricardo Blume, né à Lima dans les années 1930, « à la clinique Febres, au numéro 590 de la Colmena » (86), quand cette ville alors « criolla » ne comptait pas plus de 500 000 habitants, la comparaison avec l’agglomération « andine » des années 1980, où la population a atteint les 10 millions, ne peut que susciter la nostalgie, « parce que cette Lima de tous n’est la Lima de personne. Ce n’est pas Lima. Cette Lima n’est pas pour le moins ma Lima personnelle. » (« Mi Lima personal », 17 janvier 1985 : 84). Car la vie de tous les jours, dans une ville saturée par la circulation, affligée d’une inflation galopante et alors plongée dans une insécurité et une violence grandissante, est de plus en plus difficile. Donc, s’impose la nostalgie de la ville de l’enfance :

Quand le présent ne nous plaît pas, nous nous mettons à fouiller dans notre passé à la recherche de temps meilleurs. Nous retournons vers nous-mêmes et nous souvenons avec nostalgie et délectation des paysages précis, des images, des impressions de notre enfance, déjà si lointaine. C’est ce qui m’arrive ces jours-ci. Et je l’écris ici, sans être certain que cela puisse intéresser qui que ce soit d’autre que moi. Sauf que peut-être ces candides souvenirs d’enfant susciteront des réminiscences parallèles ou semblables chez les gens de ma génération. C’était un autre monde (« De mi infancia », 7 avril 1988 : 201).

12Un autre monde bercé par les musiques et les chansons que diffusait Radio Miraflores, dont le cinquantenaire suscite une avalanche de souvenirs (« En torno a una vieja radio », 5 décembre 1985 : 111-113), même si, alors, les grands problèmes de société, sauf le terrorisme, étaient les mêmes qu’aujourd’hui.

Les grands maux de la société péruvienne

13Les chroniques, de façon récurrente, s’attachent à scruter les problèmes de société, comparables à des plaies d’Égypte frappant le pays. Trois thèmes sont traités en particulier : l’iniquité de la justice, les carences de l’éducation et l’identité nationale problématique.

14Le thème de la justice est abordé durant la période 1983-1988, celle du développement du terrorisme, de la répression et l’accroissement de l’insécurité dans le pays. Ricardo Blume dénonce d’abord les lenteurs de la justice : « Trois cent quatre-vingt-trois ans après [la dénonciation des lenteurs de la justice par Shakespeare dans Hamlet], nous continuons, ici au Pérou, à souffrir de l’un de ces grands maux de l’humanité ». Il termine ainsi sa chronique :

Que personne ne me fasse un procès pour cela, s’il vous plaît. Il ne s’agit ni d’un manque de respect ni d’un attentat contre la majesté d’un pouvoir constitué. Il s’agit seulement de ce qu’on appelle vox populi, qui, jusqu’à maintenant, un peu aphone, crie dans désert (« Las tardanzas de la justicia », 27 octobre 1983 : 51-53).

15Dans un texte de 1988, l’année où apparurent des escadrons de la mort, sous l’appellation de « Comando Rodrigo Franco », il se dresse contre la corruption, l’iniquité et l’incompétence de nombreux juges qui font perdre toute confiance en la justice. Le titre est évocateur : « Le préjudiciaire » « Le pouvoir exécutif pourrait être le “Percutif” et le législatif, le “Perlatif”, ce qui leur irait comme un gant. » (« El perjudicial », 1er septembre 1988 : 210-214) :

Les pressions doivent arriver de toutes parts : d’en haut, d’en bas et de côté. L’argent, en espèces, en prébendes ou en faveurs […] Assaillis, assiégés, tentés ou apeurés, les rares magistrats ayant une vocation au service de la justice ne peuvent que jeter l’éponge et partir en courant. D’autres doivent se ramollir, partir en vacances, se dessaisir des affaires et rejeter tout engagement. Ou bien, ils doivent accepter d’entrer dans le sale jeu, corrompant ainsi l’administration de la justice et démoralisant le pays (213).

16Cette déplorable situation où la justice est détournée, s’exerce contre l’ordre légal, est signalée dans une chronique de mars 1986 évoquant l’arrestation d’un narcotrafiquant, suivie de son immédiate remise en liberté, ainsi que des affaires de compromissions de politiques et surtout de militaires dans le trafic de drogue, non poursuivis par la justice, soi-disant faute de preuves (« Lo justo y lo legal », 13 mars 1986 : 124-125). Cela, parce que la justice oublie qu’elle doit « avoir les yeux bandés », comme la déesse romaine Iustitia, pour qui la Loi est la même pour tous et qui ne peut voir chez les justiciables « leurs positions sociales, politiques ou économiques » (« La venda de la justicia », 29 janvier 1987 : 156-158).

17En marge de la justice, la police – son bras armé et sa pourvoyeuse –, dont tous les différents corps ont été unifiés, n’est l’objet, pendant toute la période, que d’une seule chronique (novembre 1987), alors qu’elle est, au cours des deux dernières années, de plus en plus présente dans les rues de la capitale, visée quotidiennement par des attentats, surtout les « bérets rouges », ses unités d’élite et les unités de protection des personnalités. Ricardo Blume considère qu’avec lunettes noires, démarche de « cow-boys », armes braquées et 4x4 aux vitres fumées, ils en font trop. Le titre, « Mamani-Vice », donne le ton. Entendu dans la rue, le mot fait référence à la série policière à succès de l’époque, Miami Vice, « que ceux qui s’y connaissent en langue vivante prononcent Maiami-Vice » et dont ils « pérouanisent » le titre en remplaçant « Miami » par « Mamani » :

Tandis que les Mamani-Vice jouent dangereusement au film d’action, le terrorisme nous plonge dans les ténèbres et fait des siennes durant le black-out. Il semble bien que les forces de police soient mal distribuées. Tous pour un et un pour tous, comme une version déformée de la célèbre phrase des mousquetaires. Pendant que tant de déploiement nous sidère, le sourire populaire se venge par une satire et une mauvaise copie, produit du sous-développement et de la cucuterie de mauvais goût, intitulé Mamani-Vice. Vox populi, vox Dei (« Los Mamani-Vice », 26 novembre 1987 : 179).

18Pour lui, le grand ennemi de la société, de la citoyenneté et de la démocratie est bien le manque d’éducation et son corollaire, l’ignorance. Un thème récurrent et itératif tout au long de la première moitié du xxe siècle. Dans sa chronique du 17 février 1983, il écrit :

On me dira que déjà gaga, je délire, je pèche par ingénuité et idéalisme… Je réponds avec un vieux proverbe hindou, que je viens juste d’inventer, et qui sonne comme un slogan de manifestation de rue : « un homme avisé ne sera jamais manipulé » […] Qui nous va combattre avec un chiffon rouge, blanc ou bleu, si nous sommes avisés par l’éducation, l’instruction, la connaissance et – pourquoi pas ? – l’expérience d’autres combats passés où l’on a voulu nous rabattre le caquet et nous faire courber la nuque. À d’autres, ça ne prend pas avec moi ! Comme dit mon cocker spaniel quand je lui jette une dangereuse patte de poulet déjà sucée, avec laquelle il pourrait obstruer son gosier de clebs et s’étouffer. Le plus grand ennemi est l’ignorance (« El enemigo es la ignorancia », 17 février 1983 : 27-28).

19L’éducation, comprise comme le développement optimum des facultés de chacun, « À ne pas confondre avec la simple instruction ou l’accumulation de connaissances », n’est pas seulement l’affaire des pédagogues et de l’école, c’est l’affaire de tous. Elle commence pour l’enfant à la maison et continue toute la vie. C’est l’apprentissage sans fin de la pensée autonome, dès l’enfance :

Pour le dire grossièrement : d’un côté, il faut leur enseigner à penser par eux-mêmes, avec leur propre tête, sans accepter comme un dogme ce qu’on leur dit. D’un autre, pour donner un exemple simplet, ne pas prétendre leur enseigner tous les mots, mais le bon usage du dictionnaire et de l’encyclopédie. L’exemple éculé : ne pas leur donner un poisson, mais leur apprendre à pêcher (« Educación y saco roto », 18 février 1988 : 195).

20Ricardo Blume, qui, rappelons-le, a été la tête d’affiche de très nombreuses séries de télévision, demande que, l’éducation étant la priorité de tous, la télévision y joue un rôle positif. Ce n’est, déplore-t-il, malheureusement pas le cas :

Que vous le vouliez ou non, la télévision éduque. Éduque ou mal éduque. Forme ou déforme. Je suis convaincu que sans renoncer à sa mission d’informer et de divertir, elle pourrait contribuer à l’éducation de manière décisive. Parce qu’on peut éduquer en informant et en divertissant. C’est même peut-être la meilleure façon d’éduquer (« Educación y TV », 2 avril 1987 : 164).

21Mais pour l’homme de théâtre, l’art est le moyen idéal pour communiquer, avoir du plaisir, transmettre la connaissance, éduquer et même soigner les maux de l’esprit et le mal d’exister : « C’est une forme, une voie, un chemin magnifique et créatif pour vaincre, remplir et soulager l’épouvantable solitude qui niche dans les profondeurs les plus obscures de nous tous. » (« Arte y soledad », 20 mars 1986 : 126-128). L’éducation par l’art est aussi, pour lui, la meilleure façon de canaliser et de neutraliser la violence, « la meilleure façon que je connaisse pour neutraliser ou canaliser les instincts agressifs de quelqu’un », comme il l’écrit dans une chronique un peu provocante et décalée (« Confesión y colofón », 13 février 1986 : 119), sachant qu’en février 1986, quand elle fut écrite, la violence avait entraîné la mort de plusieurs centaines de paysans innocents dans la province d’Ayacucho et la déclaration de l’état d’urgence avec couvre-feu pour Lima et le Callao pour soixante jours renouvelables (Comisión de la Verdad : 155-170).

22Autre thème de prédilection des chroniques de Ricardo Blume, qui a préoccupé les intellectuels péruviens tout au long du siècle dernier, à droite et à gauche : l’identité nationale et ses liens avec la citoyenneté, son cadre d’exercice, le patriotisme et le rôle du pouvoir dans un pays toujours en construction (cf. Sinesio López Jiménez). Une identité nationale où nous, les Péruviens, dit Blume dans sa chronique, « sommes tous la solution », nous devons faire ensemble d’un pays pluriculturel, sous-développé, « un pays pour de vrai, un pays sérieux » :

Le pays que nous aimons n’appartient pas aux partis politiques qui gouvernent ni à ceux qui sont dans l’opposition : il appartient à tous ceux qui sont nés ici et à ceux qui en sont proches et qui l’ont fait leur. Des politiques et des non-politiques, des riches et des pauvres, des civils et des militaires, des métis blancs-indiens ou noirs, des blanchâtres, des mulâtres, des Noirs ou des Orientaux, des ouvriers et des patrons, des grands et des petits, des gens cultivés et des analphabètes (« La solución somos todos », 30 décembre 1982 : 17).

23Car pour Blume, la réalité nationale est que le Pérou est encore en esquisse, c’est un brouillon qu’on n’a pas encore recopié au propre : « Le pays donne la sensation d’être une feuille pleine de taches et de pâtés, quelque chose d’à moitié fait, d’inachevé » (« Un país en borrador », 22 mars 1984 : 69).

24En cette année 1983, le gouvernement d’Acción Popular ne répond pas aux attentes de la population et l’on parle déjà des prochaines élections présidentielles de 1985. Le phénomène climatique El Niño, la crise économique, une forte inflation et de nombreuses grèves sont au rendez-vous. Le Sentier lumineux se fait de plus en plus menaçant et huit journalistes viennent d’être assassinés à Uchuraccay. Enfin, la lutte électorale pour la conquête de la mairie de Lima est déjà en préparation.

25Dans une chronique du mois de mars de cette année-là, Ricardo Blume rappelle à ses lecteurs que la pratique de la démocratie, l’affaire de tous, est plus compliquée que son principe : « La phrase la plus claire et la plus expressive sur la différence entre la théorie et la pratique, je l’ai entendue d’un camionneur péruvien qui a dit : “une chose est la carte, une autre la route”. » (« El mapa y la carretera », 3 mars 1983 : 29-31). Aussi, l’exercice du pouvoir y est-il plus difficile.

26Le thème de l’identité nationale et du pays est aussi l’objet d’une réflexion sur la patrie et le patriotisme. Qu’est-ce que la patrie ? s’interroge Ricardo Blume le jour de la fête nationale, le 28 juillet 1983. Il répond, certain de froisser les nationalistes revanchards :

Aimer la patrie devrait être naturel. Être patriote, l’aimer et la servir, n’entraîne pas le désamour de la patrie universelle et commune des hommes qui est ce monde en convulsion dans lequel nous vivons. Au contraire, si l’on aime son foyer, on sera capable d’aimer et de respecter celui du voisin. Si l’on aime ses enfants, on ne peut pas être indifférent aux enfants des autres. Être patriote serait, ainsi compris, le premier pas pour être proprement universel, citoyen du monde (« Hacer patria », 28 juillet 1983 : 40).

27Dans une autre chronique consacrée au même sujet, quatre jours avant la fête nationale de 1986, il s’attache à signaler la différence entre le patriotisme et les signes extérieurs du patriotisme, dans un pays où ces signes, peut-être en guise de méthode Coué, sont souvent exacerbés : « Les signes extérieurs du patriotisme, le “patriotérisme” sportif, les solennités, les mains sur le cœur, les flonflons, la langue de bois et la démagogie des discours me provoquent une irrésistible nausée morale. » (« Revisando el patriotismo », 24 juillet 1986 : 136).

28Deux ans après, en 1988, alors que la situation du pays est de plus en plus dramatique, une chronique, « La métaphore des mouches », met l’accent sur l’irresponsabilité et l’égoïsme des citoyens et de leurs élus face à la multiplicité des problèmes qui affectent la société tout entière (« La metáfora de las moscas », 24 mars 1988 : 198-200). Ricardo Blume dirigeait et jouait alors une pièce de l’écrivain et dessinateur polonais, Slawomir Mrozek. Certaines répliques des personnages lui ont inspiré le sujet et le titre de la chronique :

L’un des personnages, qui n’est qu’instinct et animalité, s’étonne de ce que, dans le pays où il vient d’émigrer, il n’y ait pas de mouches. Cela permet à l’autre personnage, un intellectuel assez névrosé, lassé d’une conversation autour des mouches, de se rendre compte soudain que « en y réfléchissant, les mouches pourraient servir de métaphore ». Et il ajoute : « Supposons que les mouches symbolisent les problèmes mesquins et minuscules qui nous tourmentaient là-bas (il se réfère à son pays). Ces petits chauvinismes, ces réformismes pathétiques, ces divisions ridicules ». Il n’y a pas de nuit au cours de laquelle, je ne répète ces paroles sans sentir, avec tristesse, que je suis en train de parler de mon propre pays, de notre pays (200).

Si les hommes changent, la société changera

29Pour Blume, il y a un lien étroit, presque de causalité, entre les maux de la société péruvienne et le comportement des individus. Il croit que pour que la société change, il faut que ses membres eux-mêmes changent. Un tiers de ses chroniques est ainsi consacré à décrire et à dénoncer les travers, les défauts et les mauvais comportements de ses concitoyens.

30Tel est le cas du non-respect de la parole par chacun et de la part de l’État : les rendez-vous ne sont généralement pas respectés, pas plus que les engagements, pas plus que les promesses des gouvernants : « Au Pérou, une personne qui respecte sa parole est quasiment un pilier de la société. Celui en qui on peut croire et avoir confiance est un oiseau rare qu’il faudrait protéger et conserver comme une espèce en voie de disparition. » (« Credibilidad », 10 mai 1984 : 73).

31D’autant plus qu’au Pérou, nous dit Blume, la forme compte plus que le fond : « Nous aimons la cérémonie, le rite, la solennité et la pompe. Il faut que tout apparaisse comme sérieux. Même si au fond ce ne l’est en rien. En d’autres termes : la prune compte pour des prunes, ce qui compte, ce sont les feuilles. » (« Informalidad », 7 juin 1984 : 75).

32Ce qui ne veut pas dire que tout formalisme doive être rejeté. Dans sa chronique « Respect », l’auteur démontre que si tout le monde n’est pas digne de respect, tout le monde doit recevoir un traitement respectueux. Il ne faut pas confondre le respect et les signes de respect : « Le respect il faut le gagner, le mériter. Mais le traitement respectueux est une forme élémentaire de la convivialité civilisée. » (« Respeto », 23 janvier 1986 : 116). D’ailleurs, selon lui, les médias portent une lourde responsabilité dans l’irrespect et le traitement irrespectueux des personnes (« Dignidad e indignación », 20 février 1986 : 120-122).

33Un autre travers, non sans lien avec le culte des apparences, est l’incapacité à terminer une chose commencée : « Notre pays semble parfois être un grand cimetière de premières pierres. De bonnes intentions. De bons chantiers, bien commencés, mais jamais terminés. » (« Terminar las cosas », 17 mai 1987 : 168). Un mal qui frappe les individus et la collectivité. « Rien de cela ne m’est étranger », écrit-il, faisant son autocritique, et il demande ironiquement : « Serait-ce, comme certains disent, la faute du climat liménien, qui écrase, aplanit, affaiblit et décourage ? » (170).

34Derrière le formalisme, la procrastination ou la maltraitance de la réalité : le règne du mensonge devient une habitude. Un constat qui lui fait écrire : « Quel pays sommes-nous en train de construire sur l’habitude de la tromperie ? Un pays d’apparences. À l’époque de Calderón de la Barca on appelait apparences les décors et la scénographie. Des toiles et du carton pour faire croire que… » (« Mendacidad », 28 janvier 1988 : 192-194).

35Mais Ricardo Blume est profondément un optimiste, malgré la réalité nationale problématique, les maux qui touchent le pays, les comportements inciviques ou immoraux de ses citoyens ; si l’on accepte l’autocritique et la critique et si l’on agit en comptant sur ses propres forces, alors tous les espoirs d’avancer et de s’améliorer sont permis :

L’horrible phrase sans issue et sans espérance : « Personne ne peut plus rien y faire », est presque toujours au bord des lèvres quand on voit ce que l’on voit, entend ce que l’on entend et lit ce qu’on lit [...] Ne jetez pas l’éponge ! Croyez en la force que nous donnera l’union de tous en train de tirer sur la corde dans le même sens. (« No tire la esponja », 3 février 1983 : 23 et 25).

36In fine, il ne faut jamais s’avouer vaincu (« Sin esperanza no hay futuros », 22 décembre 1983 : 57-59).

L’amour des mots

37Ainsi, au long de ses chroniques, Ricardo Blume interpelle-t-il le lecteur, lui raconte une chose vue et lui fait part de ses impressions et de ses réflexions. Il va toujours du particulier au général, du fait au contexte, dans une démarche généralement inductive. Toujours avec le sens du détail concret, des références aux situations et aux gestes simples de la vie quotidienne des lecteurs et un recours humoristique aux dictons et aux aphorismes. Ricardo Blume, homme de théâtre, a le sens de la scène et de la formule qui fait mouche et, surtout, est un amoureux des mots et de la langue. Plusieurs chroniques leur sont consacrées. On y trouve des explications et des exemples du sens et de l’usage des mots et des barbarismes de l’espagnol du Pérou. En voici quelques exemples.

38On apprend ainsi dans une chronique que le mot « álgido » (« très froid ») est utilisé dans le sens d’« intense », « actif », « ardent », « décisif », que « conflictivo » (« conflictuel », « polémique », « contestataire ») l’est pour « franc », « ponctuel », « rigoureux » ou « honnête » (« Los conflictivos », 19 mai 1983 : 35-37). Dans une autre, que la « Huchafería » (un mélange de snobisme, de mauvais goût et d’inauthenticité) n’est qu’urbaine et que si les « huachafos » ont « mauvais goût », tous ceux qui ont « mauvais goût » ne sont pas « huachafos » (« Huachaferías », 22 octobre 1983 : 48-50).

39Pour lui, le langage s’encanaille et devient de plus en plus vulgaire, comme les médias, comme la société (« El encanallamiento », 16 février 1984 : 63-65). Cette dérive est due en partie au fait que le mot, « comme la monnaie se dévalue, se détériore, perd de son pouvoir d’achat sur le marché de la communication » (« Devaluación de la palabra », 15 mai 1986 : 132-134). Pour Ricardo Blume, acteur, réalisateur et auteur, les mots et les phrases sont prononcés ou écrits pour communiquer, dialoguer et, surtout, parler de la vie. Citant, dans une chronique intitulée « Usa tus puentes » (« Sers-toi de tes ponts »), une réplique d’une pièce de théâtre qu’il avait dirigée, il écrit : « Sais-tu ce qu’est une langue ? Bon, la langue est formée de mots. Et les mots sont des ponts qui conduisent d’un lieu à un autre. Et plus tu connais de ponts, plus de lieux différents tu pourras connaître. » (« Usa tus puentes », 17 avril 1986 : 130).

40Ricardo Blume conclut ce texte par cette exhortation à ses lecteurs, qui résume bien ses intentions de chroniqueur : « Il est donc important de créer des ponts pour pouvoir les emprunter. De les créer pour pouvoir les offrir aux autres. Les offrir aux autres pour aller où nous désirons aller. Atteindre le cœur des gens. Sers-toi de tes ponts ! » (ibid.).

Top of page

Bibliography

Blume, Ricardo, 1988, Como cada jueves. Artículos periodísticos, Lima, Occidental Petroleum of Perú-Universidad del Pacífico.

—, 1989, Nada del otro jueves, Editorial e Imprenta Desa, Lima.

Comisión de la verdad, http://www.cverdad.org.pe/ifinal/ (consulté le 5 juillet 2016).

López Jiménez, Sinesio, 1997, Ciudadanos reales e imaginarios, Concepciones, desarrollo y mapas de la ciudadanía en el Perú, Lima, IDS – Instituto de Diálogo y Propuestas.

Top of page

Notes

1 Toutes les citations de Ricardo Blume sont prises dans cette édition de 1988 et traduites par nos soins.

Top of page

References

Electronic reference

Patricia Salinas-Desmond, « Les chroniques de Ricardo Blume dans le quotidien péruvien El Comercio », América [Online], 49 | 2016, Online since 07 September 2016, connection on 18 October 2017. URL : http://america.revues.org/1680 ; DOI : 10.4000/america.1680

Top of page

About the author

Patricia Salinas-Desmond

Université Paris 3, CRICCAL

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org