Skip to navigation – Site map
IV. De la nécessité d’un genre au XXIe siècle

Aux nouvelles frontières de la chronique

Blogs culturels du nord-ouest du Mexique
En las nuevas fronteras de la crónica, blog cultural del Noroeste de México
Anaïs Fabriol

Abstracts

L’art de réaliser une chronique s’est vu modifié avec l’arrivée des nouvelles technologies de l’information. L’avènement des blogs, dans la première décennie de notre siècle, a permis à de nombreux auteurs d’entreprendre une nouvelle réflexion sur les formes non fictionnelles, dont la chronique fait partie. Cependant, qu’écrit-on dans certaines régions, carrefour de plusieurs identités culturelles, comme le nord du Mexique. Quel regard porte-t-on sur une culture forcément multiple et polysémique ? Comment cartographie-t-on un essor créatif nouveau, géographiquement localisé ? Notre étude s’intéresse à deux blogs emblématiques, « Badbit.org » et « , enfin… », témoins de leur temps et de l’évolution des formes d’écriture, et à une expérience d’écriture, « minicienciaficción ». Tous cherchent à chroniquer et à décrire une réalité mouvante, tout en retraçant l’évolution des différentes formes d’expression.

Top of page

Full text

1L’avènement de nouvelles technologies de l’information a permis, depuis la toute fin du xxe siècle, de repenser les médias écrits et les stratégies de diffusion. L’apparition des premiers blogs, au début de notre siècle, de par leur forme et leur type de rédaction, a du reste plus modifié la production de non-fiction (chroniques, essais, journaux intimes) que les processus de narration, en démocratisant son émission et sa réception. Désormais, tout anonyme a pu, du jour au lendemain, voir ses écrits suivis par des centaines, voire des dizaines de milliers de personnes, ce qui, malheureusement, n’est pas toujours un gage de qualité.

2Au Mexique, pays relativement bien connecté dans ses zones urbaines, l’apparition des blogs a été concomitante de leur essor ; dans le Nord, elle l’a été d’autant plus que la proximité avec des États à la pointe des technologies de l’information comme la Californie a été moteur d’échanges. Cet essor peut également s’expliquer par le fait que le vivier de jeunes auteurs (nés entre 1970 et 1985, à la toute fin de la Génération X donc), est généralement issu de secteurs où la formation informatique s’est faite en même temps que la formation littéraire – comme nous le montrera plus loin l’exemple de Miguel Lozano, « BadBit » – ; Internet leur permettant par ailleurs une bien meilleure diffusion de leurs écrits que les maisons d’édition – souvent officielles ou précaires – locales.

3Si bien des blogs mexicains, et, dans une moindre mesure ceux du Nord-Ouest, ont une approche politique ouvertement contestataire (et il y a matière, tant durant les années Calderón que depuis l’élection d’E. Peña Nieto), notre étude, portant sur la chronique, va tenter d’interroger un genre que l’on a vu évoluer avec les médias numériques : la chronique culturelle.

4Il serait hasardeux de penser que la numérisation de l’information et l’accès, rapide, peu onéreux et de qualité convenable n’a pas modifié la manière qu’a le chroniqueur d’interroger, de s’approprier et de construire une réflexion, aboutie ou non, sur des faits culturels, quels que soient d’ailleurs leurs supports. Celui qui parle maintenant d’un objet audiovisuel ou musical peut, à l’instar d’un commentateur radiophonique ou télévisuel, en proposer directement les fragments visés, et dans de nombreux cas le travail ne s’arrête pas à la simple citation, créant une véritable hybridation générique. D’autre part, si la chronique culturelle a souvent été à la limite entre critique plus ou moins objective et narration non fictionnelle (ou semi-fictionnelle) le blog élime presque irrémédiablement des frontières déjà bien mises à mal par la post-modernité. À l’instar de Lyotard, qui voyait la mort du grand récit au début de l’ère postmoderne, la chronique telle qu’elle apparaît dans les blogs hybride différents formats et supports. Cette hybridation est d’autant plus intéressante qu’elle permet d’aller au-delà d’un hinc et nunc parfois réducteur et d’aller vers un débat plus globalisé.

5Dès lors, quelles sont les spécificités de ces blogs culturels du Nord ? Sont-ils tournés vers la frontière, vers une réalité qui est de moins en moins ancrée dans ce qu’en blogging l’on nomme l’IRL (In Real Life, c’est-à-dire ce que l’on côtoie physiquement tous les jours) et centrée vers un au-delà dématérialisé ? Ou bien se trouve-t-on au contraire dans un recentrement vers la culture frontalière ? Quels faits, idées, concepts, éléments culturels chronique-t-on et pourquoi ? Y a-t-il une part de création fictionnelle, et si oui, pourquoi et comment ?

6Notre étude portera sur trois médias différents : le blog de l’informaticien et nouvelliste Miguel Lozano (www.badbit.org), celui de l’écrivain Alejandro Espinoza (http://akurtz.blogspot.com/​), et le blog collectif coordonné par Néstor Robles et Pepe Rojo (http://minicienciaficcion.blogspot.mx/​). S’il existe bien évidemment d’autres supports sur la zone frontalière, ces trois-là attirent tout particulièrement notre intérêt dans le sens où, de manières différentes, ils cherchent à chroniquer la réalité du monde frontalier tout en la transcendant.

Badbit, ou le blog par antonomase

7Ouvert en 2004, Botellas al Mar (une partie des archives n’est plus consultable pour des raisons diverses), le premier blog « BadBit », se veut avant tout un lieu d’écritures diverses, l’auteur se revendiquant à la fois de la geek culture et d’éléments plus mainstream (littérature et musique classiques). Initié comme un mélange entre un journal intime, une chronique littéraire et un lieu de publication de fictions (micro ou courtes nouvelles), son premier message, que nous pourrions qualifier de pacte de lecture, se veut explicite :

8¡Qué manera de comenzar! ¡Qué primera línea para un escrito de este tipo de escritos! Afortunadamente no sabía hablar cuando nací, y no tuve la oportunidad de regar el comienzo de mi vida como lo estoy haciendo ahorita con mi «laiv yurnal». Ojalá hubiera comenzado con algo que se volviera famoso como: «En algún lugar de Mexicali, de cuyo nombre no quiero acordarme…».
Afortunadamente, los diarios que anuncian su final son sólo tristes excepciones…
(
http://badbit.blogspot.fr/​2004/​01/​el-inicio.html, consulté le 3/10/2014).

9Si son billet inaugural peut renvoyer à une certaine forme de journal intime, Botellas al mar, comme beaucoup de blogs, va plutôt se chercher du côté de la chronique littéraire (interrogations sur certains ouvrages anglophones, mais aussi, et chaque fois plus d’ailleurs, sur les titres marquants des années 2000 au niveau mexicain ou local, publications d’A.B.U.R.T.O d’Heriberto Yépez, reseñas d’ouvrages d’écrivains de Mexicali…), musicale ou encore consacrée à la culture geek, en général étasunienne. Botellas al Mar, à la différence de beaucoup de supports de ce type, qui s’intéressent à représenter une culture hybride, frontalière, va obtenir un lectorat (il sera classé à la 33e place des 75 meilleurs blogs mexicains en 2006), et finalement décroître à la suite d’opérations de trolling. Le problème de la nouvelle chronique, c’est qu’elle se trouve dans un espace participatif, et que la retenue n’est pas toujours de mise dans les commentaires.

10En 2013, comme bon nombre de bloggers historiques – on peut entendre par historique tout blogger ayant débuté avant la présente décennie –, « BadBit » va changer de plate-forme et ouvrir une page épurée, plus que jamais axée sur la chronique d’événements culturels touchant de près ou de loin l’univers quotidien : livres, films, musiques ou autres créations interactives. Il est néanmoins intéressant de constater que si un virage assumé a été fait du côté de la non-fiction, ce virage a été nourri par le nouveau statut de l’auteur (d’étudiant il est devenu professeur universitaire) et par son déménagement dans une zone géographique plus propice aux commentaires de spectacles vivants novateurs. Il est intéressant de constater que Badbit ne commencera à s’interroger sur le rôle de l’organisation frontalière (multilinguisme, difficulté d’accès, rapport à l’autre) qu’une fois qu’il aura emménagé plus loin des États-Unis, qu’il sera confronté à un nouvel espace à chroniquer, et donc à mettre en perspective : « Hace poco estaba pensando que no comprendo las ciudades sin frontera. Así como a aquellos que crecen en ciudades con mar les cuesta trabajo comprender una ciudad sin mar. Para mí la frontera es mi brújula » (De camino al trabajo, Botellas al mar, 2011).

11L’intérêt principal de Botellas al Mar, puis de « badbit.org » est donc, avant toute chose, sa longévité et son caractère protéiforme. Peu importe qu’à l’origine il se soit agi ou non du seul blog culturel en présence : le point le plus important est sans doute que son auteur soit l’un des rares à s’être construit à travers la chronique numérique avant de passer à d’autres formes, plus physiques, de publications. Cette transition s’affirme depuis 2014, quand Badbit, qui publie des critiques artistiques dans des quotidiens locaux tels que El Vigía, doté d’un tirage papier assez conséquent, reproduit ses articles sur son blog.

12Ses blogs ont également le mérite de défricher une chronique culturelle locale souvent enlisée dans un processus laudateur (du fait du manque de productions) et souvent incapable de comparer, rationaliser et mettre en perspective son analyse de l’art en général. Dans ce sens, les billets des deux blogs de Badbit sont, sans nul doute, de très bons témoins et analystes de la construction des idées frontalières des dix dernières années, dans le sens où l’auteur se réfère à la fois au monde proche et accessible (les groupes d’auteurs et ateliers d’écriture de Mexicali puis d’Ensenada, les auteurs de l’université, les initiatives culturelles proposées dans les deux villes, qu’il y prenne part ou non), mais également à celui plus lointain des États-Unis ou du centre du Mexique, le blog permettant, d’une certaine manière, de chroniquer à la fois un ici et un là-bas.

Alejandro Espinoza et en fin…

13Si Miguel Lozano et Alejandro Espinoza sont assez proches – tous deux viennent de Mexicali et se sont retrouvés à plusieurs reprises impliqués dans des projets communs –, leurs trajectoires diffèrent sur un point précis : Espinoza était déjà connu comme écrivain et chroniqueur « sur papier » avant l’apparition de son blog, dont les premiers billets datent de 2003. Tout comme l’a fait BadBit, on peut remarquer que ses billets sont plus nombreux et plus réguliers dans les premières années (environ un billet par semaine), puis cela décroît à la fin de la décennie 2000-2010 après avoir connu un pic circa 2008-2009. Dès les toutes premières chroniques apparaissant sur « , en fin… », Espinoza s’interroge sur les rôles de la littérature et les supports qu’elle revêt, en particulier le tout récent support numérique :

Alberto Chimal menciona (parece ser que sacaron de contexto la cita. pero en fin) que uno de los problemas de esta libertad que sugiere la escritura por medios electrónicos no permite garantizar la calidad de la obra. Esto me parece absurdo.
En ningún momento puede garantizarse la calidad de una obra literaria, ya sea por medios impresos o a través de una publicación virtual. He tenido una infinidad de novelas adquiridas en los últimos años que pueden atestiguar que el medio impreso no garantiza en lo más mínimo la calidad literaria
(
akurtz.blogspot.fr/2003/12/hace-unos-diyas-estuve-pensando-sobre.html#links, la graphie est d’origine).

14L’interrogation de la valeur du support numérique revient, tout comme le positionnement entre mainstream et underground. S’il utilise beaucoup moins de médias différents que BadBit, Espinoza procède par contre beaucoup par synesthésies, posant souvent la question du rôle d’une musique mondialisée, globalisée, voire délocalisée, dans l’illustration des gestes et des actions du quotidien, parfois même dans la langue de Shakespeare :

Jazz is speed, electric cocaine, so it is no surprise that the first time I got hooked on the speed of reality was with John Coltrane’s A Love Supreme. Acknowledgement. Resolution. Pursuance. Approximately a liter of coffee and thirty minutes of constant exercise. [...] The room smelled of sweat and coffee beans, the mouth stench of too many cups of Java flowing in my veins. Speed became my captain; life became a free jazz exercise. This experience lasted ten years.
(
http://akurtz.blogspot.fr/​2003/​11/​coming-down-from-coca-cola-dream.html#links)

15Parfois, cette même réalité culturelle est transformée en sujet d’humour noir, où le très local côtoie la culture savante et la pop-culture, dans un mélange à la fois répulsif et tragicomique :

Okey.
Mañana se presenta Luciano Pavarotti en La Laguna Salada, desierto de donde se da paso la ciudad de Mexicali, rumbo a la Rumorosa.
Ha sido un espectáculo digno de los mejores episodios de The Simpsons, pan y circo para un pueblo que todavía se saca los mocos en público, le gustan los platillos de los restaurantes con redilas, y entran con cachucha a la iglesia.
No pude dejar de pensar en esta imagen: Luciano Pavarotti, desnudo salvo unos calzones, comiéndose una pasta rebozando de carne molida, pensando en la última vez que tuvo una erección. ¿Por qué pienso en esto? Porque los seres humanos somos patéticos, y alguien debe presentar una imagen banal y estúpida que baje del trono a los más airados.
La ciudad estará vacía. Si alguien desea saquear las casas de aquellos mexicalenses y mexicalensas de bien, yo puedo apuntarlos en la dirección correcta.
(
http://akurtz.blogspot.fr/​2003/​10/​okey.html#links)

16Autant les blogs de Badbit que ceux d’Espinoza peuvent donc être vus comme une tentative de retracer dix ans d’histoire culturelle de Basse-Californie, au moment précis où commencent à donner leurs fruits les politiques artistiques volontaristes débutées à la fin des années 1970. Si tout n’y est forcément pas de grand intérêt – d’où d’ailleurs la suppression sans doute de certaines archives – ces deux structures ont donc le mérite à la fois de tracer l’évolution culturelle propre d’un territoire (ni mainstream du centre de la République, ni copie fidèle et aveugle de l’autre mainstream, celui en provenance des États-Unis), tout en analysant cette évolution à l’aune de ce qui peut se faire ailleurs. La solide culture classique des deux auteurs – en sus de leur facette geek-underground – permet sans nul doute cette passerelle. D’une certaine manière, leurs chroniques peuvent autant être vues comme des témoignages que comme une vulgarisation à l’adresse de potentiels lecteurs moins avertis, qui trouveraient sur Internet des clés de premier ordre pour comprendre la culture savante.

17Leur objectif, directement avoué, ou découvert en cours de route – comme c’est souvent le cas pour les chroniques tenues sur un blog – est de témoigner des évolutions culturelles, aussi longtemps que tiendra la plate-forme ; s’ils y publient de temps à autre quelques récits de micro-fiction, ceux-ci restent secondaires. À la manière des cronistas de Indias, ils ont conscience de décrire un processus en pleine évolution ; avec les différents stades d’une évolution qui voit peu à peu les nouvelles technologies occuper le devant de la scène, et qui permet à l’auteur, dans une perspective très bourdieusienne, d’être à la fois acteur et passeur de cette chronicisation.

18Le blog de chroniques pourrait donc être une sorte de médiateur entre un ici qui s’interroge sur le renouveau culturel, et un là-bas qui édicte les normes et le mainstream (les interrogations sur les films issus des studios hollywoodiens tels que la série des Star Wars sont par exemple source de nombreux questionnements souvent très critiques chez BadBit), qu’il convient de décrypter, d’analyser, de déconstruire voire complètement de satiriser, comme dans l’extrait d’Espinoza cité ci-dessus. Savoir quel est l’avenir de ce type de média reste toutefois hasardeux ; si l’émergence de la dématérialisation a permis l’apparition d’une écriture moins soumise aux champs éditoriaux et aux marchés des contenus – dont la pénétration semble souvent opaque –, l’effacement d’une partie des billets et leur réorganisation montre bien que l’histoire d’un blog est tout sauf linéaire.

L’expérience « Desde Aquí se ve el Futuro »

19Le troisième support qui nous intéresse est quelque peu différent des deux autres pour trois raisons : il s’agit d’un travail collectif – en général, un blog nominal peut être considéré comme participatif, mais il y a toujours un blogger principal et des invités –, limité dans le temps, et qui oscille entre fiction d’anticipation et réutilisation d’éléments de la réalité de Tijuana au moment précis de sa rédaction. Ce blog est le résultat d’un e-atelier d’écriture de chroniques fictives censées avoir lieu uchroniquement dans une Tijuana post-apocalyptique. Une fois encore, son hybridité pose la question de l’étanchéité entre la chronique, l’essai, le journal de bord et la narration fictionnelle.

20Si les contenus ne sont plus disponibles que sous forme de livre électronique (ou, depuis, physique), ils ont été publiés graduellement sur le blog durant la courte durée de l’atelier (printemps 2012). Partant du principe qu’une catastrophe mal définie aurait ravagé la conurbation San Diego-Tijuana deux ans plus tôt, les bloggers ont donc imaginé une réalité alternative et catastrophique, qui par moments redéfinit l’art et la culture dans ce nouveau monde en fin de course :

Lo único importante es trascender el tiempo y el espacio. Todo artista muere siendo un incomprendido, ya les tocará a las siguientes generaciones reevaluar su obra. Por eso hay que presionar los límites del estado del arte. Hacer lo que nadie había hecho antes.
Su obra, una zona radioactiva de más de cincuenta millas, entre Tijuana y San Diego está por ser desvelada. Se corta el listón. Estalla la primera bomba art-tómica (Carbajal et al., 2012 : 13).

21Cette « zona radioactiva » peut, sans nul doute, renvoyer à la frontière : même impact dans la vie quotidienne, même tentative de mettre à distance tout ce qui est étranger. La démultiplication des futurs et les changements culturels sont dénoncés dans le prologue, écrit par P. Rojo :

El futuro ya no es lo que solía ser.
La urgencia por desarrollar una arqueología del futuro, disciplina de la que todavía muchos se burlan, es vital para nuestra supervivencia. Los brotes del futuro que siguen apareciendo espontáneamente en la zona fronteriza necesitan ser analizados.
El porvenir se juega en ello.
(
http://minicienciaficcion.blogspot.mx/​p/​desde-el-bunker.html)

22« Desde aquí se ve el Futuro » pourrait être une sorte d’hybride entre un ouvrage de science-fiction et un blog lifestyle : en somme une fiction pas si fictive d’une réalité parfois peu réaliste. Le fait qu’il soit issu d’une série de propositions faites en ligne est garant de cette tentative de chroniciser le futur et de ce qui pourra ou non s’y dire ; futur en direct lien avec les idées, idéaux et perspectives culturelles de l’époque dans laquelle il a été pensé – ce qui en général est sous-tendu dans toute perspective de science-fiction est ici affirmé, assumé et proclamé. La construction reste cependant artificielle : si tout blog de chronique s’installe sur la durée (et les deux que nous avons analysés précédemment en sont de très bons exemples) et sur une certaine connivence avec le lecteur, ici, il s’agit de reproduire spontanément ces connivences et durées. Les chroniques qui y apparaissent sont évidemment parodiques, mais, comme dans toute tentative de science-fiction, lire entre les lignes peut permettre de se réinterroger sur les rapports sociaux, sur la place de l’art, celle de la culture, celle des différences, surtout dans un endroit où l’altérité est omniprésente.

Pour conclure

23Que ce soient des chroniques « réelles » (mais qu’est-ce le réel ? A-t-il seulement existé ?) ou fictionnelles, il est évident que l’avènement des supports numériques, et partant, du blog, a permis l’essor de nouvelles manières de chroniquer le culturel. Ces nouvelles formes se sont accompagnées d’une hybridation entre genres et d’un jeu sur les réalités et les périodicités. Elles ont également permis à ces chroniques de se dégager de l’aspect lucratif et/ou de recherche de public qu’amenait le format physique du livre, ce dernier n’intervenant plus que dans un second temps. Dire que l’on assiste à l’apparition d’une vague de chroniqueurs indépendants serait toutefois excessif, du moins en ce qui concerne l’objet de notre étude. D’une part, même si, du moins dans les deux premiers cas, l’entreprise est affirmée comme propre et détachée de tout organisme, il convient de ne pas oublier d’où viennent socialement les bloggers et leur place au sein des institutions locales. D’autre part, la constante évolution du blog en tant que média et les nouvelles possibilités technologiques font que le rattachement des bloggers à des groupes ou des institutions peut varier avec les époques et les forces en présence – l’on peut déjà souligner qu’en un peu plus de dix ans, la blogosphère a déjà connu des changements radicaux, tant dans les contenus que dans les contenants. Peut-être s’agit-il là de la dernière génération hybride entre écriture physique et écriture numérique. À moins que l’avenir n’abolisse définitivement cette dualité.

Top of page

Bibliography

Carbajal, Lawrence, Robles Néstor, Rojo, Pepe, 2012, Desde aquí se ve el futuro, antología de mini(ciencia)ficción, Tijuana, ed. El lobo y el Cordero.

Espinoza, Alejandro, « en fin… », blog, http://akurtz.blogspot.com/ (consulté le 5 juillet 2016).

Lozano, Miguel Ángel (« BadBit »), www.badbit.org (consulté le 5 juillet 2016).

—, Botellas al Mar le premier blog, http://badbit.blogspot.fr/2004/01/el-inicio.html (consulté le 5 juillet 2016), une partie des archives n’est plus consultable pour des raisons diverses.

Robles, Néstor et Rojo, Pepe, coordinateurs du blog collectif http://minicienciaficcion.blogspot.mx/ (consulté le 5 juillet 2016).

Top of page

References

Electronic reference

Anaïs Fabriol, « Aux nouvelles frontières de la chronique », América [Online], 49 | 2016, Online since 07 September 2016, connection on 23 May 2017. URL : http://america.revues.org/1755 ; DOI : 10.4000/america.1755

Top of page

About the author

Anaïs Fabriol

CRICCAL, Université du Havre

By this author

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org