Navegación – Mapa del sitio

Introduction

Françoise Aubès y Florence Olivier

Texto completo

1Ce numéro 49 d’América, deuxième volet consacré à l’étude de la chronique en Amérique latine, met l’accent sur les déploiements du genre dans sa labilité, sa fonction critique à l’égard du social et du politique, sa capacité à saisir la complexité des univers urbains, son opportunité et son efficacité dans le monde global. Le numéro précédent envisageait la chronique, si prisée et si pratiquée en Amérique latine, dans son évolution historique du xixe au xxe siècle, sa réutilisation au sein de la fiction narrative, ses liens avec la poésie épique ou de témoignage. Les contributions rassemblées dans ce numéro s’attachent davantage à cerner la polymorphie du genre et à envisager son ouverture sur le futur.

2Comment débusquer les traits spécifiques d’un genre dont l’apparition en Amérique latine coïncide avec l’époque de la Conquête et qui naît alors comme un récit épique, comme un compte rendu, comme un témoignage, comme la description d’un monde inconnu ?

3C’est de cet originel « alliage de genres » qu’ont tiré profit par la suite les chroniqueurs d’occasion ou de métier pour écrire sur le réel du moment, le plus souvent dans la presse, avec la liberté que revendiquent les essayistes. En témoigne, dans la première partie de ce numéro, l’article de Fernando Aínsa, qui se penche sur les parentés entre l’essai et la chronique, rappelant que si les deux genres partagent une même tendance à l’hybridation discursive, la chronique, maniant l’expression littéraire à des fins journalistiques, se veut tout à la fois espace d’opinion et d’information ponctuelle. Insinuant la possibilité d’un débat, elle n’hésite pas à recourir à une ironie et à une légèreté ordinairement bannies des articles d’analyse de l’actualité politique, économique ou sociale. Ces observations se voient confirmées par les contributions de Françoise Léziart et d’Ana María Amar Sánchez, qui portent toutes deux sur la chronique écrite au Mexique. On peut en effet envisager la tradition mexicaine comme un paradigme du genre pour l’ensemble des pays d’Amérique latine, depuis les Lettres de relation d’Hernán Cortés et La Véritable Histoire de la conquête de la Nouvelle Espagne de Bernal Díaz del Castillo jusqu’aux textes récents de Jorge Volpi, en passant par les ouvrages d’Elena Poniatowska et de Carlos Monsiváis. S’appropriant les stratégies du New Journalism nord-américain et des récits de non-fiction, ces deux derniers, grands écrivains de ce journalisme littéraire dans la deuxième moitié du xxe siècle, ont non seulement ouvert de nouvelles voies à cette écriture du contemporain mais ont eux-mêmes constamment renouvelé leurs pratiques. Pour exemple, la lecture que fait Ana María Amar Sánchez d’Apocalipstick de Carlos Monsiváis, ouvrage résolument ancré dans la fictionnalisation et la parodie biblique afin de dresser un portrait des désastres de la mégalopole qu’est devenue Mexico au seuil du xxie siècle.

4La transgénéricité propre à la chronique se lit dans les contributions de Mariana Di Ció, Venko Kanev et Christophe Larrue, qui portent respectivement sur des textes poétiques de l’Argentin Arnaldo Calveyra, des entretiens du journaliste Ignacio Ramonet avec Fidel Castro et Hugo Chávez, les livraisons successives de Jorge Luis Borges pour une rubrique littéraire. Chez le poète-chroniqueur Calveyra, l’écriture du moi se fait dialogue avec les tableaux de mœurs, le journal de voyage et la correspondance. Les sommes d’entretiens effectués par Ignacio Ramonet réussissent des portraits dans le temps, et par là historiques, de chefs politiques. Enfin, dans les années trente, Borges éprouve les glissements progressifs de son écriture vers la fiction depuis ce lieu de publication faussement anodin qu’est El Hogar, hebdomadaire grand public au lectorat essentiellement féminin.

5Humoristes ou écrivains satiriques, les chroniqueurs se font-ils moralistes dans l’exercice de leur liberté d’opinion ? La deuxième partie, « Humeur, ironie, satire », s’attache à répondre à cette question. Le dramaturge puis romancier Jorge Ibargüengoitia, qui excelle dans la mise à nu de la solennité affichée du pouvoir postrévolutionnaire mexicain, pratique avec constance l’art de la chronique iconoclaste, à la manière prétendument ingénue des Persans de Montesquieu (Karim Benmiloud), tandis que le Péruvien Edgardo Rivera Martínez joue de la bienveillance pour élaborer une critique toute en finesse des moindres défauts d’une société en proie à une forme larvée de guerre civile au début de la décennie 1980 (Françoise Aubès). Quelques années plus tard, toujours au Pérou, alors au paroxysme de la crise économique et politique liée à la lutte armée que menait Sentier lumineux contre l’État péruvien, l’acteur-auteur-réalisateur Ricardo Blume propose dans El Comercio des instantanés sur l’ordinaire d’une période pourtant tragique (Patricia Salinas). Au Venezuela, dans les années 2000, Luis Barrera Linares, par ailleurs romancier et critique littéraire, publie dans son blog « La duda melódica » des billets d’humeur qui déstabilisent les grands courants du discours contemporain (François Delprat).

6Le titre de la troisième partie, « Polymorphies : ville et chronique », rappelle d’emblée que dès la fin du xixe siècle la diversité et le dynamisme de la réalité urbaine requièrent l’écriture à main levée de textes brefs qui en saisissent des vues, des scènes, des instants. La Havane se voit appréhendée et définie culturellement durant deux périodes de l’époque républicaine : dans les années vingt, l’avant-gardiste Jorge Mañach prône la présence de l’esprit classique dans la modernité ; dans les années quarante, le poète et romancier José Lezama Lima voit dans la ville réelle l’espace privilégié d’une sensibilité insulaire (Armando Valdés Zamora). Mexico, dans les années quarante également, fait l’objet d’un éloge ingénieux sous forme de visite guidée en dialogue avec divers textes du xviie siècle qui louaient déjà sur un mode canonique les beautés et les charmes de la ville. Le Nueva grandeza mexicana du poète Salvador Novo, écrit dans le cadre d’un concours organisé par les autorités de la capitale, remporte le premier prix ; dans les années soixante, l’institutionnalisation de la fonction de chroniqueur au sein de la politique culturelle postrévolutionnaire trouvera en Salvador Novo le candidat idéal (Isabelle Pouzet). Dans les années 2000, la ville qui « émerge des ruines de la dernière modernité » fait l’objet de deux anthologies de chroniques urbaines : Lectura para paseantes de Rubén Gallo et Apocalipstick de Carlos Monsiváis. Il ressort de leur lecture croisée un état des lieux de la capitale, plus directement marqué par une vision politique chez Monsiváis ; la mégalopole « apocalyptique » redevient la polis où s’exprime une parole citoyenne avec un talent tout littéraire (Florence Olivier). L’originalité et la créativité du Chilien Pedro Lemebel, qui entreprend une relecture de la cartographie urbaine de Santiago ainsi que de l’histoire nationale chilienne, construisent, selon Víctor Galarraga-Oropeza, une puissante proposition esthétique et politique qui remet en question les relations entre écriture, désir et mémoire. La critique manifeste un certain désarroi face à cette poétique inclassable, que Carlos Monsiváis n’a, pour sa part, pas hésité à qualifier de néo-baroque gay (Patricio Tello). Au Venezuela, le recueil Caracas muerde d’Héctor Torres témoigne de l’impossible vivre en commun dans une ville où le crime tend à devenir un mode de relation sociale (Cristina Raffali).

7La quatrième partie de ce numéro, « De la nécessité d’un genre au xxie siècle », rend compte de l’essor actuel de la chronique, que Gabriel García Márquez, lui-même formé à l’école de l’écriture journalistique, a souhaité promouvoir en créant en 1996 à Carthagène des Indes la Fundación Nuevo Periodismo Iberoamericano, institution destinée à former des écrivains journalistes d’Amérique latine ainsi qu’à favoriser leurs échanges. La contribution de Carlos Mario Correa Soto analyse les enjeux de cette pratique du journalisme littéraire chez les auto-dénommés « Nouveaux Indiens » de la chronique qui traquent les phénomènes politiques, sociaux et culturels de l’ensemble des pays latino-américains. La chroniqueuse argentine María Moreno, exemplaire dans l’exploration audacieuse des possibilités expressives du genre, construit pour sa part une théorie et une pratique de la chronique qui l’apparente à un laboratoire d’écriture, propice à une parole féministe et à la mise en perspective des idéologies de la culture (Teresa Orecchia-Havas). Supports apparus avec les nouvelles technologies de l’information, les blogs favoriseraient-ils un renouveau des formes non fictionnelles ? Étudiant deux blogs emblématiques d’écrivains de Basse Californie, Anaïs Fabriol souligne la coïncidence entre localisation frontalière et expérimentation du genre. Prenant exemple sur les œuvres des Mexicains Juan Villoro et Fabrizio Mejía Madrid, Miguel Tapia analyse avec rigueur le système de règles et de références cognitives qui fondent un pacte de lecture entre chroniqueurs et lecteurs. Il rappelle pour ce faire les réflexions de Roland Barthes et d’Umberto Eco sur ces constructions textuelles que sont, bien évidemment, la subjectivité et l’objectivité, mais aussi le vraisemblable.

8La réflexion engagée dans le précédent numéro d’América autour de la chronique en Amérique latine se poursuit dans celui-ci et aura sans doute permis de dégager un certain nombre de traits caractéristiques d’une identité générique a priori difficilement saisissable : la pérennité et la faculté métamorphique d’un genre lié à l’existence verbale d’un monde naguère dit nouveau ; l’attrait qu’il exerce génération après génération, tant sur ses auteurs que sur ses lecteurs avides de saisir l’esprit de l’instant et de poser un regard neuf sur leur réalité immédiate ; la liberté d’écriture et d’opinion qu’il autorise. Et, parce qu’il s’agit d’un journalisme si véritablement littéraire qu’il prend le temps de penser et d’énoncer le présent, « … solamente / lo fugitivo permanece y dura », comme le disait très justement Carlos Monsiváis citant le paradoxe jadis formulé en vers par le conceptiste Quevedo.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Françoise Aubès y Florence Olivier, « Introduction », América [En línea], 49 | 2016, Publicado el 07 septiembre 2016, consultado el 22 julio 2017. URL : http://america.revues.org/1781 ; DOI : 10.4000/america.1781

Inicio de página

Autores

Françoise Aubès

Artículos del mismo autor

Florence Olivier

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés

Inicio de página
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org