Navigation – Plan du site
3. "Civilisation et barbarie" au XIXe siècle

Juan Bautista Alberdi, ses « mauvais sauvages » et ses « barbares civilisés »

Juan Bautista Alberdi, sus «malos salvajes» y «bárbaros civilizados»
Mélanie Sadler
p. 55-63

Résumés

Si le Facundo de Sarmiento est l’ouvrage qui vient immédiatement à l’esprit lorsque l’on évoque la fameuse dichotomie « civilisation / barbarie » qui a travaillé le xixe siècle argentin, nous pourrions aussi convoquer les écrits d’un autre Argentin célèbre de la même époque, Juan Bautista Alberdi, qui nous livrent une conception bien particulière de ce que seraient la « barbarie », le « sauvage » et la « civilisation ». Ainsi est-il intéressant de noter que si, tout comme Sarmiento, le publiciste tucumano relègue l’Indien aux catégories de « barbare » et de « sauvage », il réfute l’idée sarmientine du gaucho sauvage. En outre, la sauvagerie ne s’arrête pas au seuil des civilisations supposément plus avancées, plus « civilisées », comme il cherche à le démontrer notamment dans El Crimen de la guerra. Plus encore, la barbarie peut réapparaître dans la sphère des élites – la figure de Sarmiento est convoquée dans les écrits alberdiens sous ces traits. Alberdi présente Sarmiento (avec lequel il a eu des échanges polémiques fréquents et connus) comme un homme politique sauvage qui utilise la loi de la façon dont les « sauvages » brandissent leur lance, et surtout comme un historien « barbare » qui écorche le logos commun et l’histoire argentine. Nous chercherons donc à mettre en évidence les différentes acceptions que peuvent prendre ces concepts sous la plume alberdienne.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 En reprenant là la représentation très négative qu’ont apposée les révolutionnaires français à cett (...)

1«¡Qué mueran los salvajes unitarios! » criaient les fédéraux rosistes jusqu’en 1852, pendant que Sarmiento ajoutait comme sous-titre à son Facundo le diptyque « Civilisation et barbarie » en 1845. Nous savons que le xixe siècle argentin a été pétri par ces concepts et les problématiques qui en découlent, d’autant plus que les notions de « progrès », de « civilisation » étaient chères aux penseurs et hommes politiques occidentaux de ce siècle. Des auteurs comme Sarmiento ou Alberdi ne se lassèrent pas de réfléchir autour des concepts de « civilisation », « barbarie », « sauvagerie », estimant que l’Argentine était en retard dans son développement par rapport à l’Europe ou aux États-Unis. Adoptant une vision historiciste qui établit une échelle des civilisations, Sarmiento compare ainsi l’Argentine du xixe siècle à l’Europe « féodale » (Sarmiento, 2011 : 69), « médiévale2 » ou avec des peuples qu’il juge moins civilisés comme « les tribus arabes » (ibid. : 67). Ce qu’il définit comme le « désert » argentin est barbare – et c’est pourquoi il est indispensable selon lui d’éradiquer l’Indien et le gaucho. C’est aussi pour cette raison que le gouvernement de Rosas constituerait dès lors le climax de la barbarie puisque, dans son organisation :

no hay afuera del desierto porque no hay afuera de un poder que ha entrado en las ciudades y «se le insinúa en las entrañas». […] Rosas es más temible que Facundo porque no lucha contra el estado, contra la instauración de un poder estable. Por el contrario, Rosas ha sabido hacer del estado el medio conductor y amplificador de la máquina de guerra bárbara (Rodríguez, 2010).

  • 3 (Alberdi, 1964 : 13). Soulignons toutefois qu’il s’agit pour Alberdi d’une campagne dominée par l’h (...)

2De nombreuses analyses ont déjà porté sur Facundo et je ne vais donc pas m’arrêter trop longuement sur cet ouvrage. Bien qu’il existe également pléthore d’études sur le publiciste Juan Bautista Alberdi, auteur des Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina, mon travail se focalisera sur sa production dans la mesure où celle-ci se fait écho des thèmes évoqués précédemment. Cette courte analyse ne prétend pas rénover les lectures d’Alberdi, mais cherche simplement à apporter quelques réflexions sur les figures du « barbare » et du « sauvage » telles qu’elles apparaissent sous sa plume. Ainsi est-il intéressant de noter que si, tout comme Sarmiento, il relègue l’Indien aux catégories de « barbare » et de « sauvage » – sans distinction entre les termes qui ne sont pourtant pas équivalents –, il réfute l’idée sarmientine du gaucho sauvage3. En outre, la sauvagerie ne s’arrête pas au seuil des civilisations supposément plus avancées, comme il cherche à le démontrer notamment dans El Crimen de la guerra. Plus encore, la barbarie peut réapparaître dans la sphère des élites. Alberdi présente en effet Sarmiento (avec lequel il a eu des échanges polémiques connus) comme un homme politique sauvage et surtout comme un historien « barbare » qui écorche le logos commun.

« El indígena no figura ni compone mundo en nuestra sociedad política y civil »

  • 4 Sur la notion de « personne », se référer à l’article de Clavero : « La máscara de Boecio… ». (Clav (...)
  • 5 Sur cette distinction qui renvoie à une représentation traditionnelle du droit, voir : Clavero, 201 (...)

3« Gobernar es poblar ». Cette assertion alberdienne demeurée célèbre traduit bien l’un des objectifs majeurs du publiciste pour son pays : fomenter l’immigration d’Européens, anglo-saxons de préférence, « moraux », laborieux, pour « peupler » le « désert » argentin et constituer une main-d’œuvre nécessaire à l’exploitation des richesses naturelles, et à l’avancée de l’Argentine sur la voie du « progrès » et de la « civilisation ». Comme Sarmiento, Alberdi parle de « désert ». Un postulat sous-tend cette expression : on part du présupposé qu’il n’y a pas d’habitants en Argentine, et en somme qu’il n’y a pas même de territoire. L’Argentine est un espace à conquérir, dans une logique dynamique qui n’est pas sans rappeler celle de la Frontière aux États-Unis. Il est vrai qu’Alberdi évoque à plusieurs reprises la colonisation indispensable des « terres désertes et celles peuplées par les Indiens », établissant a priori une distinction entre les deux pour ne définir comme « désert » que les espaces véritablement non peuplés. Il n’en demeure pas moins que ces terres occupent toujours une place équivalente dans les propos de l’auteur : la frontière argentine à faire avancer, c’est celle de la civilisation, celle de l’intégration de l’espace dans le territoire. Dans ses Bases, le publiciste affirme : « Hoy mismo, bajo la independencia, el indígena no figura ni compone mundo en nuestra sociedad política y civil ». Il s’agit bien là d’une « invisibilisation » (Quijada, 2003 : 469-510) des natifs. L’Indien n’est pas même reconnu comme personne juridique en tant que telle4, dans le sens où il n’est ni objet ni sujet de droits5 (Alberdi, 1886 : 388). La conception alberdienne raciste de la civilisation s’exprime au mieux lorsqu’il contrecarre l’opposition civilisation / barbarie que Sarmiento avait concrétisée dans l’opposition ville / campagne en affirmant :

Establecer que la civilización está en las ciudades y la barbarie en las campañas como regla explicativa de la sociedad argentina […] era como prometer a sus dueños los indios salvajes del desierto la entrega y posesión de la parte más rica del suelo argentino para el día en que las leyes y decretos de ese país se firmasen por el autor de Civilización y Barbarie (Alberdi, 1887 : 161).

4La civilisation ne peut provenir que de la population blanche. L’Argentine est, dès lors, toute disposée à être une terre de civilisation, remarque Alberdi – dans une perspective performative – puisque « Nosotros, los que nos llamamos americanos, no somos otra cosa que europeos nacidos en América. Cráneo, sangre, color, todo es de fuera ». (Alberdi, 2016a).

  • 6 Alberdi fait de l’« utilité » le critère fondamental devant présider au peuplement du pays.

5Ayant recours aux pseudos arguments physiologiques en vogue chez les premiers théoriciens du racialisme, mais aussi à la langue parlée par le sujet de droit défini dans la Constitution (qui n’est pas le natif) – l’espagnol –, à la religion de ce dernier – le catholicisme –, au nom même d’« Amérique », à la législation, etc., le publiciste veut prouver que l’Américain est européen. « En América todo lo que no es europeo es bárbaro ». (ibid.). Et le barbare est immédiatement défini comme « el indígena, es decir, el salvaje ». (ibid.). Rappelons que l’étymologie du mot « barbare » renvoie à un babil incompréhensible. L’Indien, in fine, ne peut participer du même monde, de la même société, puisqu’il n’en partage pas les codes, le même langage (or, la société et ses institutions se forment et se consolident par le langage commun). L’Indien, privé du logos commun, ne peut intégrer le buen gobierno qui vise au bien commun et il n’a donc pas voix au chapitre dans le constitutionnalisme alberdien. C’est un corps allogène que le corps social cherche à expulser. Ainsi, faut-il chercher à peupler le « désert » par une population immigrée qui pourra s’y intégrer et en promouvoir le développement6.

6Comment expliquer, dès lors, certaines (sporadiques!) défenses du natif qui apparaissent dans ses discours ? Alberdi écrit notamment : « Negro, blanco, rico, pobre, si él puede ser capaz de todo, déjesele ser: y en siendo capaz él será igual al hombre capaz aunque sea negro, mulato o indio ». (Alberdi, 1988 : 173). Mónica Quijada étudie l’ambivalence de la catégorie « Indiens » telle qu’elle a été utilisée dans la construction nationale argentine. Elle opère une différence entre l’Indien que « formara parte de la población sujeta a las instituciones de la sociedad “criolla” » qui est inclus dans la citoyenneté, et les Indiens de la frontière, également appelés « barbares », « sauvages », ou « indios bravos ». (Quijada, 2003 : 479). Alberdi opère le même type de différenciation. Toutefois, il faut reconnaître que c’est bien davantage l’Indien de la frontière qui le préoccupe, c’est-à-dire l’Indien qui ne peut être « habitant » du pays. En outre, il considère malgré tout l’Indien comme une « race inférieure ». Mais la plasticité des concepts de civilisation et barbarie dépasse ces débats autour du natif, dans les discours de l’auteur ; tout comme l’Indien pris dans son individualité peut accéder à la civilisation, les sociétés civilisées peuvent se révéler « sauvages », paradoxe que j’étudierai dans un second temps.

¿«La guerra justa»? Un «contrasentido salvaje» (Alberdi, 2016b : 19)

7Les nations qui sont définies comme « civilisées » par Alberdi font cependant maintes fois preuve de sauvagerie, en se rendant justice par la guerre et ne sont donc que « semi-civilisées » (Alberdi, 2016b : 14).

  • 7 Voir son projet de « pueblo-mundo », restreint au cadre de l’Occident chrétien, pour le moins dans (...)

8Le pacifisme est une posture fréquemment revendiquée dans ses écrits (à nouveau, surtout si l’on se restreint au cadre des nations qu’il juge « civilisées7 ») : on connaît sa vive opposition à la guerre de la Triple Alliance par exemple. Pour le publiciste en effet, la guerre décime hommes et capitaux et elle empêche le développement du commerce (terme à prendre dans sa polysémie) qui constitue l’une des clés de voûte du développement de la civilisation selon lui. Son réquisitoire le plus ardent contre la guerre est sans nul doute son opuscule El crimen de la guerra, dans lequel il assimile la guerre à la sauvagerie (ibid. : 18).

  • 8 Voir Historia y Constitución de Garriga pour une définition de l’ordre juridictionnel propre à l’An (...)

9Il oppose à cette conduite un comportement régi idéalement par la charité chrétienne et plus pragmatiquement par une justice internationale fondée sur le droit des gens. Selon Alberdi, « le problème le plus important » que la « civilisation » doit résoudre, à défaut d’atteindre l’idéal d’un gouvernement « honnête » et « bon » fondé sur une « anthropologie chrétienne » – pour reprendre une expression de B. Clavero –, est celui de la « justice internationale », (ce qui prouve par ailleurs qu’il s’inscrit ici encore amplement dans des dynamiques juridictionnelles8). Ce principe de justice doit être associé au développement des échanges commerciaux comme moyen de resserrer les liens et les intérêts entre les nations :

  • 9 Sur le lien entre christianisme et commerce voir : Clavero, 1996.

Después del cristianismo, […] ningún elemento ha trabajado más activa y eficazmente en la unión del género humano como el comercio, que une a los pueblos en el interés común de alimentarse, de […] vivir vida confortable y civilizada9 [je souligne] (ibid. : 8).

  • 10 « Cambiar el bien por el bien, es hazaña de que son capaces los tigres. […] El hombre que no es más (...)

10Les nations « civilisées » n’ont aucune excuse pour continuer à s’affronter, même lorsque sont malmenés leurs intérêts – ce serait en revenir à un stade primitif de sauvagerie, digne des pires bêtes féroces10. Alberdi joue avec les paradigmes de la « civilisation » et de la « barbarie » en brouillant les cartes lorsqu’il avance, caustique :

Nada cautiva su predilección [a los salvajes] entre los imbéciles de nuestra civilización, como un arnés de guerra, un fusil, una espada, un uniforme. En ese punto son gentes civilizadas a nuestro modo (ibid. : 37).

11Nous savons que le Tucumano est bien loin du relativisme culturel d’un Montaigne. Pourtant, pour servir son argumentation à l’encontre de la guerre, il accordera une fois – hapax inattendu – la supériorité morale aux « sauvages » sur le monde soi-disant civilisé qui ne cesse cependant de s’entre-tuer. Ce monde perpètre des « homicides » d’autant plus vils qu’ils sont gratuits, alors que le cannibale tue son semblable pour se nourrir et survivre (or, selon Alberdi, la survie est la seule raison qui peut justifier le meurtre, à l’échelle individuelle ou collective) (ibid. : 13).

12Plus encore, nous devons souligner le fait qu’Alberdi nie catégoriquement le droit de ces nations à se montrer cruelles dans leur lutte contre les « sauvages » (bien que l’on soit en droit de se demander ici quelles méthodes pensait suivre le publiciste pour conquérir le « désert » argentin et « éradiquer » l’Indien…) (ibid. : 20).

13Ces convictions pacifistes nourrissent par ailleurs son opposition personnelle à Sarmiento. Je vais donc m’intéresser à présent à la véritable intronisation de Sarmiento par Alberdi au titre de barbare civilisé, tant sur le plan de l’action politique que sur celui de l’analyse historique.

La « barbarie civilisée » de Sarmiento

  • 11 Voir par exemple le numéro d’Ambas Américas de novembre 1867. Il nous faut cependant préciser que S (...)
  • 12 « La barbarie es realmente la inseguridad » (Alberdi, 1899 : 270).

14Parmi tous les griefs qu’Alberdi retient contre l’auteur du Facundo, on peut notamment relever son « libéralisme d’épée » (Alberdi, 1900 : 260) d’un autre âge qui fait de la guerre un instrument au service de la civilisation11, alors qu’Alberdi ne cesse de répéter que « guerra civilizada es un barbarismo equivalente al de barbarie civilizada ». (Alberdi, 2016b : 20). Par ailleurs, pour discréditer son adversaire, il en vient à le présenter comme un parfait homme politique illibéral qui ne respecte pas l’un des principes majeurs du libéralisme – le droit à la sécurité12 – sauf, ironie du sort, pour les Indiens qui bénéficient de la mauvaise administration de Sarmiento (Alberdi, 1899 : 112).

  • 13 Voir aussi Alberdi, 1897 : 295.

15Sarmiento promouvrait la barbarie par la guerre – tout comme Rosas qu’il critique pourtant vivement (Alberdi, 1899 : 87) – et par son gouvernement inefficace qui œuvre contre l’unité nationale13 :

Al caudillo de las campañas sigue el caudillo de las ciudades, que se eterniza en el poder, que vive sin trabajar, del tesoro del país, que fusila y persigue a sus opositores […]. Es siempre un bárbaro, pero bárbaro civilizado (Alberdi, 1899 : 316-317).

16Sarmiento serait donc un homme politique barbare, un « caudillo letrado », lorsqu’il ne tombe pas encore plus bas sur l’échelle de la déshumanisation dans la construction discursive de son opposant qui le réduit parfois au rang animal (Alberdi, 1900 : 517).

17Mais si Sarmiento est présenté comme héritier de Rosas en politique, il est également décrit par Alberdi comme un historien barbare dans un opuscule au titre provocateur, La barbarie histórica de Sarmiento :

Sarmiento y su obra son la consagración real de Rosas. […] Su civilización actual es lo que era su barbarie del Facundo en otro tiempo. […] El libro de el Facundo es […] el manual del caudillo y del caudillaje, en que el autor desenvuelve y consagra la teoría del crimen político y social como medio de gobierno (Alberdi, 1964 : 17, 19, 20).

  • 14 « Lo que el autor pretende ser verdad, el libro demuestra ser mentira y viceversa ». (Alberdi, 1964 (...)

18Sarmiento est un historien barbare qui cannibalise ce qu’il décrit et critique (puisqu’il critique Rosas mais réitère ensuite son mode de fonctionnement, selon Alberdi). L’historien tire de mauvaises conclusions en analysant le passé argentin (en associant par exemple ville et civilisation). On pourrait dire qu’il appose un mauvais logos sur cette histoire14 en « calomniant » la République argentine (Alberdi, 1964 : 22). Il parle mal la langue commune, il l’écorche, comme tout barbare. (Zea, 1988). Alberdi introduit une comparaison significative ; le Facundo est un « abattoir » (« un matadero »), une « boucherie de chair humaine ». Il ironise en précisant que le « boucher n’est pas l’abatteur : l’un vend la viande du bétail que l’autre tue ; le boucher est l’homme des villes ; l’autre, celui des campagnes ». Si l’abatteur a forcément une dimension « barbare », le boucher – quant à lui – est « toujours civilisé » puisque c’est un homme des villes. L’auteur introduit ici une référence évidente au Matadero d’Echeverría qui avait utilisé cette métaphore pour dénoncer l’Argentine rosiste : les abatteurs sans scrupule y représentaient les fédéraux, leur chef étant Rosas.

  • 15 Il est évident que les développements de Sarmiento sont plus complexes et qu’Alberdi se plaît à car (...)

19Alberdi reprend cette image et « l’adapte » à la thèse du Facundo qu’il réfute (la civilisation réside dans les villes, la barbarie dans les campagnes). Sarmiento et son ouvrage ne sont plus que des « bouchers » mais ils relayent la barbarie des abatteurs ; le livre réduit l’histoire du pays aux crimes passés, interprète mal les événements et leurs causes (Alberdi, 1899 : 232) ; c’est « le premier livre d’histoire » qui prend la liberté de n’indiquer « aucune date » (Alberdi, 1964 : 11) et constitue en cela une preuve criante de « charlatanisme » (ibid. : 12) ; il n’a « ni plan, ni logique, ni unité » (ibid. : 17)… Finalement, de par les contradictions qu’Alberdi dit trouver dans ce texte15, ce dernier est assimilé au personnage de Janus qui a deux faces ; ici il s’agit de celle de la civilisation et de celle de la barbarie, Sarmiento « ayant deux consciences, deux morales ». (Alberdi, 1897 : 276-277). Ainsi Sarmiento se fait-il monstre, de par son hybridité, ce qui le relègue au stade ultime de la déshumanisation, au-delà même de la figure du barbare.

  • 16 Il oppose plutôt une Argentine littorale (intégrée dans les échanges internationaux) à une Argentin (...)
  • 17 Allégations qui reviennent sous un autre titre dans : La barbarie histórica de Sarmiento. (Alberdi, (...)

20Allons plus avant dans les remarques d’Alberdi. Nous l’avons vu, le Tucumano s’oppose à l’idée que la civilisation s’incarne uniquement dans la ville : c’est là une pierre angulaire de sa critique de Sarmiento. Selon lui, la division entre homme des campagnes et homme des villes n’existe pas16. Premièrement, il considère que les ressources économiques générées par l’exploitation de la campagne constituent la richesse première du pays et donc l’origine du nécessaire progrès et de l’avènement de la civilisation en Argentine. Le gaucho en est le premier acteur, représentant ainsi la civilisation bien mieux que Sarmiento, « travailleur improductif » (Alberdi, 1897 : 299)17.

21À l’inverse, la ville incarne de fait le lieu du gouvernement. Alberdi juge que ces administrations emploient un personnel trop important et improductif. L’auteur (suivant Adam Smith qu’il cite souvent comme référence) vilipende les administrations trop gourmandes qui monopolisent la richesse de la nation plutôt que de l’investir dans des projets de développement. Par ailleurs, la ville érigée comme modèle de civilisation est Buenos Aires. Les récriminations du Tucumano contre Buenos Aires sont fréquentes et violentes. En refusant la Constitution de 1853, celle qui deviendra la capitale du pays a choisi de privilégier ses intérêts égoïstes à ceux des provinces. Elle a fait sécession jusqu’en 1860, menaçant l’intégrité du corps national, monopolisant les recettes de la douane et n’abreuvant donc pas les provinces de capitaux, ce qui a entravé leur développement et donc le « progrès » de la civilisation. Par ailleurs, le publiciste s’indigne dans un paragraphe intitulé « La legalización del asesinato » (Alberdi, 1897 : 59) des méthodes employées par les gouvernements supposément civilisés de Buenos Aires (il a particulièrement les gouvernements de Mitre et de Sarmiento en ligne de mire) pour se débarrasser des caudillos de province, qu’il illustre par divers exemples en évoquant le cas de deux gouverneurs de la province de San Juan (ibid. : 60-61) ou l’assassinat du fameux Chacho Peñaloza en 1863, sous la présidence de Mitre. Comme le remarque Lucila Pagliai, alors qu’il est aux États-Unis comme représentant du gouvernement de Mitre, Sarmiento se lance dans l’écriture d’un texte, El Chacho, último caudillo de la montonera de los llanos. Episodio de 1863, qu’il souhaite inclure dans le volume de la troisième édition du Facundo qui paraît en 1868 lorsqu’il est en pleine campagne présidentielle. Il rappelle bien sûr que lors de l’assassinat de ce caudillo, il luttait lui-même comme gouverneur de la province de San Juan contre les montoneras. Selon Lucila Pagliai, il aurait eu, avec ce texte, différents objectifs dont celui de se montrer capable de mener avec succès une guerre complexe, comme celle du Paraguay (Pagliai, 2013).

22L’épisode de la mort du Chacho et le texte que Sarmiento lui consacre, après les développements autour de Quiroga, sont récupérés par Alberdi dans La barbarie histórica de Sarmiento. Il y dénonce le traitement infligé au caudillo : « La vida del Chacho no contiene un solo hecho de barbarie, igual al asesinato de que él fue víctima » (Alberdi, 1964 : 40) et il assimile, de fait, Sarmiento au Chacho (il souligne notamment que durant sa présidence, Sarmiento a posé quatre fois un veto contre les lois du Congrès qui cherchaient à donner une capitale à la nation, autrement dit qu’il a œuvré contre la consolidation nationale au même titre que les caudillos qu’il critique tant) (ibid. : 41).

  • 18 Mitre lui-même en viendra progressivement à partager cette conception de l’histoire, comme le montr (...)

23Si Alberdi et Sarmiento coïncident sur certains traits caractéristiques (selon eux) de la barbarie ou de l’anarchie de leur pays, on voit donc qu’Alberdi franchit un pas supplémentaire en présentant Sarmiento comme l’héritier des caudillos ; il y aurait une véritable cannibalisation de la barbarie argentine par Sarmiento. Alberdi assimile non seulement l’action mais aussi le logos de son adversaire au camp des barbares. Il faut rappeler que le XIXe siècle voit véritablement émerger une lutte pour et dans le langage. Elías Palti évoque le fait qu’à cette époque « el foro se convierte en campo de batalla », l’opinion publique devient un « espace d’interaction agonal » « pour la définition des identités collectives subjectives » (Palti, 2007 : 192). L’historien explique qu’émerge alors la conscience de la performativité du langage. La presse, par exemple, cesse d’être « une instance séparée du social, pour devenir le mécanisme fondamental de son autoconstitution ». De même, le discours historique a un rôle capital dans la construction collective. Or il peut être barbarisé lorsqu’il interprète mal l’histoire ou lorsqu’il l’instrumentalise. C’est bien l’un des reproches majeurs que fera Alberdi au modèle historiographique promu par Mitre, une histoire de « héros » qui méconnaît les causes plus profondes qui génèrent les grands événements18 selon lui. Le publiciste amorce une critique acerbe lorsqu’il souligne cette instrumentalisation de l’histoire :

  • 19 Critique d’Alberdi adressée à Mitre et Sarmiento (Alberdi, 1899 : 158).

[La historia] no todos tienen el derecho de contarla, ni escribirla, a menos que no sea conforme a los tipos históricos grabados por los liberales oficiales. Sus textos son un código de verdad histórica; refutarlos, es violar la ley, invertir el orden público: es un crimen de estado; y el disidente, un profano, un criminal19.

  • 20 Mitre et Sarmiento ont été politiquement actifs, quand Alberdi a préféré s’en tenir à son rôle de p (...)

24On voit que la lutte discursive était réelle. Et si Alberdi était en droit de souligner les défauts historiques de la biographie de Facundo Quiroga, il est inutile de dire que lui-même – qui écrit l’histoire de Sarmiento en lui prêtant des traits barbares – cherche à se positionner stratégiquement sur la scène nationale et reconstruit les faits pour tenter de se présenter en chantre de la civilisation. L’opposition d’Alberdi à la guerre du Paraguay lui a valu de passer pour traître à sa nation (Mitre, notamment, l’a vivement condamné) et, au-delà de ses oppositions personnelles avec Sarmiento, l’enjeu était donc de taille : il s’agissait de récupérer la légitimité d’une voix en Argentine, pays dans lequel il avait été déplacé de la centralité de la scène politique par des personnes comme Mitre ou Sarmiento20. Son discours sur la civilisation traduit donc aussi bel et bien un effort pour retrouver droit de cité dans la République argentine.

Considérations finales

  • 21 Nous pensons par exemple à l’explication que donne Eduardo Mallea de cette « crise ». Voir à ce pro (...)
  • 22 Pour reprendre le titre d’un ouvrage de Louis Chevalier : Classes laborieuses et classes dangereuse (...)
  • 23 En France, en raison notamment de l’enthousiasme que suscitent les romans de Fenimore Cooper (qui o (...)

25Ce travail aura tenté de rendre compte des différentes figures que peuvent prendre le « sauvage » ou le « barbare » dans les écrits d’Alberdi, celui-ci pouvant aller de l’Indien invisibilisé à l’homme politique lettré dont l’archétype est Sarmiento, adversaire constant d’Alberdi. Il aura également cherché à mettre en évidence les points de divergence dans la conceptualisation de ces notions de barbarie, sauvagerie, civilisation, par ces deux auteurs, notamment en relation avec les deux espaces que sont la ville et la campagne. Il est en cela intéressant de voir que la problématique qui s’est construite autour de ces deux pôles chez Sarmiento trouvera des échos encore bien des décennies plus tard, notamment lorsque des intellectuels se pencheront sur la question de ce qu’ils considèrent être une crise identitaire de l’Argentine depuis la fin du xixe siècle, face à l’arrivée massive de migrants21. Par ailleurs, ces migrants vont constituer une nouvelle catégorie de « sauvages » à craindre, notamment du fait qu’ils sont pour certains le véhicule de l’introduction d’idées anarchisantes dans le pays, ce qui inquiète les élites (Costanzo : s.d.). La figure du migrant recoupe en outre bien souvent celle du travailleur. En Argentine comme en Europe, l’assimilation entre « classes travailleuses » et « classes dangereuses22 » se fera de plus en plus fréquente. Dominique Kalifa (2013), en se penchant sur le cas de la France, remarque que la « nouvelle dynamique d’expansion coloniale » du xixe siècle va avoir une influence sur le langage employé pour représenter ce qu’on appelle alors les « bas-fonds » (on utilise des tropes comme « le sauvage », « la tribu », le caractère incompréhensible du langage23)… C’est ce que l’on retrouve aussi dans le discours de certaines élites argentines. On voit donc à quel point ces images du sauvage, du barbare, sont resémantisées, selon les périodes, pour désigner l’autre, celui que l’on considère comme une menace pour le corps social, celui qui, « barbare », ne maîtrise pas le logos dominant, ou ne veut s’y soumettre.

Haut de page

Bibliographie

Alberdi, Juan Bautista, 1886, Obras completas (tome VI), Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional.

—, 1887, Obras completas (tome VII), Buenos Aires, Imprenta La Tribuna Nacional.

—, 1897, Obras póstumas (tome V), Buenos Aires, Impr. Alberto Monkes.

—, 1899, Obras completas (tome X), Buenos Aires, Imprenta Cruz Hermanos.

—, 1900, Obras completas (tome XI), Buenos Aires, Imprenta Cruz Hermanos.

—, 1964, La barbarie histórica de Sarmiento, Buenos Aires, Ediciones Pampa y Cielo.

—, 1988, Alberdi póstumo (introduction et sélection par Oscar Terán), Buenos Aires, Puntosur.

—, 2016a, Bases y puntos de partida para la organización política de la República Argentina, http://www.hacer.org/pdf/Bases.pdf.

—, 2016b, El crimen de la guerra, http://www.hacer.org/pdf/Guerra.pdf.

Alberdi, Juan Bautista, Benites, Gregorio, 2006, Epistolario inédito (tome I), Asunción, San Martín.

Alberdi, Juan Bautista, Sarmiento, Domingo Faustino, 2005, La gran polémica nacional (Las cartas quillotanas y las ciento y una), Buenos Aires, Editorial Leviatán.

Baudrillard, Jean, 2008, Carnaval et cannibale, Paris, L’Herne.

Clavero, Bartolomé, 1996, La Grâce du don, Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel.

—, 2010, « La máscara de Boecio: antropologías del sujeto entre persona e individuo, teología y derecho », in Quaderni Fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, n° 39, Florence, Università degli studi Firenze, 2010, p. 7-40.

—, 2013, « Cádiz 1812: antropología e historiografía del individuo como sujeto de constitución », in Quaderni Fiorentini per la storia del pensiero giuridico moderno, n° 42, Florence, Università degli studi Firenze, p. 201-279.

Costanzo, Gabriela, s.d., « Lo inadmisible hecho historia. […] », in Revista Sociedad, Universidad de Buenos Aires, n° 26, Buenos Aires, Universidad de Buenos Aires, http://www.sociales.uba.ar/?page_id=13441.

Garriga, Carlos (coord.), 2010, Historia y Constitución, Mexico, El Colegio de Michoacán.

Kalifa, Dominique, 2013, Les Bas-Fonds, Histoire d’un imaginaire, Paris, Seuil.

Mosley L. Nannette, 2011, « De la ’’civilización y la barbarie’’ a ’’lo visible y lo invisible’’: Etapas en el desarrollo de un centro argentino », in The Coastal Review, vol. 3, http://digitalcommons.georgiasouthern.edu/thecoastalreview/vol3/iss3/7.

Pagliai, Lucila, 2013, «Sarmiento en campaña presidencial: El Chacho, último caudillo de la montonera de los llanos. […]», in Cuadernos LIRICO, 9e, http://lirico.revues.org/1161.

Palti, Elías José, 2007, El tiempo de la política, Buenos Aires, Siglo XXI.

—, 2000, «La Historia de Belgrano de Mitre y la problemática concepción de un pasado nacional », in Boletín del Instituto de Historia Argentina y Americana «Dr Emilio Ravignani», n° 21, 3e série, p. 75-98.

Picón Salas, Mariano, 1962, Los malos salvajes: civilización y política contemporáneas, Buenos Aires, Editorila Sudamericana.

Quijada, Mónica, 2003, « ¿“Hijos de los barcos” o diversidad invisibilizada? […]», in Historia Mexicana, n° 2, vol. 53, p. 469-510.

Rodríguez, Fermín, 2010, Un desierto para la nación. La escritura del vacío, Buenos Aires, Eterna Cadencia.

Sarmiento, Domingo Faustino, Ambas Américas, vol. I, n° 2 (noviembre 1867), bajo los auspicios de Domingo F. Sarmiento, http:www.cervantesvirtual.com/nd/ark:/59851/bmcns198.

—, 2011 (1845), Facundo, Madrid, Cátedra.

Zea, Leopoldo, 1988, Discurso sobre la marginación y la barbarie, Barcelone, Anthropos.

Haut de page

Notes

2 En reprenant là la représentation très négative qu’ont apposée les révolutionnaires français à cette époque.

3 (Alberdi, 1964 : 13). Soulignons toutefois qu’il s’agit pour Alberdi d’une campagne dominée par l’homme, soumise aux principes libéraux comme ceux de la propriété privée, de la sécurité.

4 Sur la notion de « personne », se référer à l’article de Clavero : « La máscara de Boecio… ». (Clavero, 2010 : 7-40).

5 Sur cette distinction qui renvoie à une représentation traditionnelle du droit, voir : Clavero, 2013 : 118-120.

6 Alberdi fait de l’« utilité » le critère fondamental devant présider au peuplement du pays.

7 Voir son projet de « pueblo-mundo », restreint au cadre de l’Occident chrétien, pour le moins dans un premier temps. (Alberdi, 2016b : 84).

8 Voir Historia y Constitución de Garriga pour une définition de l’ordre juridictionnel propre à l’Ancien Régime. Qu’Alberdi établisse la « justice » comme principe majeur devant régir les relations internationales et comme problématique essentielle de la civilisation n’est pas anodin et révèle la force des dynamiques traditionnelles dans ses propositions (Garriga, 2010 : 65).

9 Sur le lien entre christianisme et commerce voir : Clavero, 1996.

10 « Cambiar el bien por el bien, es hazaña de que son capaces los tigres. […] El hombre que no es más que justo, es casi un hombre malo ». (Alberdi, 2016b : 54).

11 Voir par exemple le numéro d’Ambas Américas de novembre 1867. Il nous faut cependant préciser que Sarmiento reviendra sur sa position dans la décennie suivante (Sarmiento, 1867 : 10).

12 « La barbarie es realmente la inseguridad » (Alberdi, 1899 : 270).

13 Voir aussi Alberdi, 1897 : 295.

14 « Lo que el autor pretende ser verdad, el libro demuestra ser mentira y viceversa ». (Alberdi, 1964 : 25).

15 Il est évident que les développements de Sarmiento sont plus complexes et qu’Alberdi se plaît à caricaturer ses développements.

16 Il oppose plutôt une Argentine littorale (intégrée dans les échanges internationaux) à une Argentine intérieure, « méditerranéenne ».

17 Allégations qui reviennent sous un autre titre dans : La barbarie histórica de Sarmiento. (Alberdi, 1964 : 26 sq.). Nous ne connaissons pas la date précise d’écriture du texte qui a donc été publié en 1897. Cependant, diverses remarques d’Alberdi au cœur du texte nous informent que La barbarie histórica de Sarmiento a été rédigée après la présidence de ce dernier (1868-1874).

18 Mitre lui-même en viendra progressivement à partager cette conception de l’histoire, comme le montre Palti en s’appuyant sur les différentes éditions de La vida de Belgrano. Palti, « La Historia de Belgrano de Mitre y la problemática concepción de un pasado nacional » (Palti, 2000 : 81).

19 Critique d’Alberdi adressée à Mitre et Sarmiento (Alberdi, 1899 : 158).

20 Mitre et Sarmiento ont été politiquement actifs, quand Alberdi a préféré s’en tenir à son rôle de publiciste et de diplomate, si l’on excepte une très brève activité de député. Ses longues années passées en Europe ont également eu un impact sur ce « déplacement » dans la vie politique argentine.

21 Nous pensons par exemple à l’explication que donne Eduardo Mallea de cette « crise ». Voir à ce propos l’article de Mosley mentionné dans la bibliographie (Mosley, s.d.).

22 Pour reprendre le titre d’un ouvrage de Louis Chevalier : Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris, pendant la première moitié du XIXe siècle.

23 En France, en raison notamment de l’enthousiasme que suscitent les romans de Fenimore Cooper (qui ont largement inspiré Sarmiento pour son Facundo), on remarque des analogies fréquentes entre les « sauvages » des « bas-fonds » (Kalifa, 2013) et les Indiens. Sarmiento quant à lui déploie tout le panel de ces expressions pour qualifier le gaucho et la vie de campagne dans son Facundo (Sarmiento, 2011 : 67).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Sadler, « Juan Bautista Alberdi, ses « mauvais sauvages » et ses « barbares civilisés » », América, 50 | -1, 55-63.

Référence électronique

Mélanie Sadler, « Juan Bautista Alberdi, ses « mauvais sauvages » et ses « barbares civilisés » », América [En ligne], 50 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2017, consulté le 24 août 2017. URL : http://america.revues.org/1830 ; DOI : 10.4000/america.1830

Haut de page

Auteur

Mélanie Sadler

Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org