Navigation – Plan du site

Introduction

François Delprat et Hervé Le Corre
p. 7-13

Texte intégral

1Les biographies occupent dans les rayons des librairies une place qui n’a cessé de s’accroître, et pourtant c’est assez récemment que ce domaine a fait l’objet d’une étude systématique en théorie de la littérature et en histoire littéraire. La première ne manque pas de marquer l’affinité des biographies avec d’autres activités de la littérature, d’une part, et d’autre part avec le vaste domaine de l’histoire. Et lorsqu’on parle de ce deuxième domaine, il est inévitable d’articuler deux volets très différenciés en apparence : le récit de vie, où le personnage central est un « sans nom » dont cependant le biographe a pu rassembler toutes les données personnelles et qu’il replace dans un contexte qui n’est pas sans rappeler certains romans de la ligne dominante du réalisme, ceux de la Condition Humaine de Balzac, ceux de grandes fresques sociales ou historiques et où se lit « l’histoire privée des nations ». Le deuxième volet est le roman historique qui recourt tantôt à un personnage issu de la foule, représentatif de l’histoire des gens sans histoire, tantôt à un des personnages que l’histoire a rendu célèbres. Bien entendu, la biographie place le personnage au centre de la quête de connaissance et se donne à lire comme histoire privée et comme compréhension de la relation de l’homme et de sa circonstance, pour reprendre la formule d’Ortega y Gasset.

2Telle qu’elle a été étudiée dans les ouvrages généraux de la fin du xxe siècle, la biographie est le récit de la vie d’un personnage plus connu, choisi pour son rôle dans la société, l’exercice d’une influence, un rayonnement assez vaste dans un des domaines de l’art, ou dans une autre des grandes actions humaines. Les multiples exemples ont été l’objet de réflexions approfondies et d’essai de classement typologique, en particulier dans les ouvrages de Daniel Madelénat (La biographie, PUF, 1984), Georges Gusdorf (Lignes de vie, vol. 1 : Les écritures du moi, Paris, Odile Jacob, 1990. Vol. 2 : Auto-bio-graphie, Paris, Odile Jacob, 1991), Michel Maillard (L’autobiographie et la biographie, Paris, Nathan, 2000), Martine Boyer-Weinmann (La relation biographique, Seyssel, Champ Vallon, 2005), François Dosse (Le pari biographique, écrire une vie, Paris, La Découverte, 2005). Tous mettent l’accent d’une part sur la fonction de la biographie dans la réception contemporaine : exemplarité du sujet, insertion dans l’histoire, quête de vérité des histoires dans l’histoire, d’autre part sur la motivation du biographe : besoin de réviser l’histoire pour en dénoncer les déviances dues à des choix idéologiques, aspiration à donner leur place à des oubliés de l’histoire, le plus souvent aussi quête de nouveaux personnages exemplaires et approfondissement de la compréhension de la personne. Par ce biais très littéraire, la biographie s’écarte de l’histoire pour entrer dans l’exploration de la personnalité et dans les diverses facettes des comportements, des formes de pensées, d’expression et d’action.

3La problématique rencontrée par le biographe touche à la fois à la personne dans sa dimension existentielle, aux composantes de sa vie privée et à sa façon de s’inscrire dans le mouvement de l’histoire, comme l’énonce Gusdorf, dans le deuxième tome de son grand ouvrage Lignes de vie (2 – auto-bio-graphie) :

Le Bios, la vie, correspond à l’amplitude totale du champ existentiel défini par le déploiement de l’Autos, de l’individualité dans la diversité des espaces et des temps. Mais nous ne sommes jamais tout ce que nous sommes ; jamais nous n’utilisons simultanément le potentiel total de disponibilités qui sommeillent en nous, informulables et informulées, en attente d’occasions ; occasions trouvées, occasions perdues, occasions manquées. L’histoire des individus comme celle des nations s’inscrit à la surface de l’Océan du sens, arabesques en transparence sur d’insondables possibles, évocations de développements inaccomplis qui se disent à travers nous, ombres fugaces, sans que nous en soyons les maîtres. Ainsi le Bios, l’histoire réelle et accomplie, déborde à tout instant la capacité de la conscience actuelle (autos) ; mais ce sens historique de notre destinée intervient comme un test ontologique de la présence au monde, formule développée dans l’être personnel dont les initiatives, surgies des profondeurs dans les moments critiques, peuvent bouleverser l’ordre coutumier d’une vie.
Dans cette conjoncture définie par réciprocité et les chocs en retour du Bios et de l’Autos, l’intervention de la Graphie joue un rôle décisif. Le devenir de l’individu répète ici le devenir de l’espèce ; l’ontogenèse imite la phylogenèse. (Gusdorf, 1991, vol. 2 : 11)

4Le philosophe, tout en plaçant la connaissance de soi et d’autrui au centre de sa quête, donne à l’écriture d’une ligne de vie la prééminence, au nom justement de l’humanité dont, dit-il, la meilleure définition paraît être une forme de la conscience propre à l’espèce : la réflexion de soi dans l’écriture. Ce propos sur l’écriture du moi se trouve correspondre à la démarche des analystes de la biographie qui articulent volontiers la mise en système de l’écriture sur autrui avec celle de l’écriture du moi ; c’est ce que fait en particulier Michel Maillard dans son opuscule très synthétique L’autobiographie et la biographie. Sa réflexion sur les biographies part du trait commun entre récit romanesque et récit biographique ; l’un et l’autre ont un personnage central. Cette réflexion débouche sur une étude de l’écriture en tant que manifestation du sens et prise de position de l’auteur de la biographie, dont la présence est tantôt masquée, tantôt vigoureusement affirmée.

5Il n’existe pas, à notre connaissance, d’ouvrage en espagnol consacré à la biographie en Amérique latine, à la différence de l’autobiographie, qui est beaucoup plus documentée. Ce constat, ajouté à ce qui a été dit antérieurement, nous a donc semblé une raison suffisante pour consacrer un séminaire de plus de deux ans à la problématique de la biographie en Amérique latine, dont un choix de textes est présenté ici. Si le marché et les formes actuels de la biographie dans le sous-continent autorisent des rapprochements avec ce qui les caractérise en France, par exemple, et peut-être dans le reste de l’Europe et aux États-Unis (avec d’évidentes variantes), la place de la biographie en Amérique latine semble cependant poser quelques problèmes spécifiques, comme le lien entre celle-ci et une abondante littérature testimoniale, question qu’aborde Virgilio López Lemus dans le texte qui clôt ce volume. Il est significatif, par exemple, que deux œuvres paradigmatiques de la littérature de témoignage, Juan Pérez Jolote. Biografía de un indio tzotzil (1948), de Ricardo Pozas, et Biografía de un cimarrón (1966), de Miguel Barnet, s’intitulent précisément « biographie », bien qu’il s’agisse de narrations à la première personne, laissant surgir le spectre de l’ordonnancement biographique (et donc hétérographique), tout en suggérant le processus de construction de personnages-narrateurs, qui font signe vers la fiction, quand bien même ils sont indexés au « réel ».

6Ces incertitudes ou plurivalences génériques, qui renvoient à leur tour à la complexité constitutive du discours biographique, marquent encore un texte fondateur, Civilización i barbarie. Vida de Juan Facundo Quiroga (1845), de l’Argentin Domingo Faustino Sarmiento. Cette fois, le récit biographique est enchâssé dans une structure complexe, proche de l’essai. La biographie de Facundo Quiroga constitue un exemplum (à ne pas suivre…) des caudillos locaux et dessine en creux un projet national. Le récit biographique, on le voit, emprunte des formes très diverses et est traversé ou traverse de multiples discours.

7Si les documents analysés dans ce numéro répondent, pour la plupart, à des formes plus avérées du récit biographique, il n’en demeure pas moins qu’ils conservent les traces du multiple, comme ces interactions avec d’autres discours ou genres, qui caractérisent les exemples antérieurs. Enfin, une bonne part des récits biographiques étudiés ici ressortit à ce qu’il est convenu d’appeler la biographie d’artiste (essentiellement d’écrivains) ; ceci restreint peut-être le champ d’application de la biographie, mais permet d’aborder le récit biographique avec une acuité particulièrement critique.

  • 1 Voir une étude antérieurement publiée : Claude Fell « Emir Rodríguez Monegal et la biographie litté (...)

8Trois grandes questions, déclinées en quatre parties, structurent l’ensemble. La première, à partir de la situation de la biographie en Amérique latine, au croisement de plusieurs genres ou discours, pose donc le récit biographique comme texte essentiellement hétérogène, au confluent de plusieurs discours et formes textuelles. Les première et troisième parties explorent ce multiple, cette diversité, à partir de l’horizon, de la visée des récits biographiques, des lignes de force qui les traversent (I) ou de leur stratification, leurs interactions, quand ils se multiplient autour d’un même biographié (II). La deuxième partie, qui correspond aussi à la deuxième question fondamentale, concerne la spécularité biographique : si le récit biographique, comme on le sait, contient sans doute beaucoup du biographe, de sa propre histoire, de ses préjugés, elle pose surtout le récit biographique comme « image », c’est-à-dire qu’il fait de son sujet et du sujet, un sujet flottant, incertain, spéculatif. La biographie d’écrivain, en particulier quand elle est écrite par un écrivain, redouble en quelque sorte la « critique » du sujet, souligne ses lignes de fuite1. La dernière partie constitue enfin la troisième question fondamentale, qui prolonge l’antérieure. Poser le récit biographique comme projet, au-delà des contraintes matérielles ou idéologiques qui ont pu empêcher l’élaboration d’un récit « fini », permet de dégager des perspectives, de placer le sujet, l’effet sujet du récit biographique, dans l’en-avant d’une aventure : l’écriture du mort/vivant ? Quelque chose comme le « subjectile » derridien ?

9La première partie, « tentations biographiques (histoire, mythe, hagiographie) », dès le titre, esquisse une pluralité typologique et discursive. Des personnages, aux contours parfois mythiques, comme la Gaitana ou Miguel Enríquez, y côtoient des acteurs de l’histoire amplement référencés, comme Vasconcelos ; les archives qui les documentent peuvent être lacunaires (la Gaitana encore, ou Melgar) ou contradictoires (Vasconcelos) ; l’horizon qui guide les biographes, apologétique (el Cura Brochero) ou aspirant à une « vérité critique » (Vasconcelos). Un même biographe, comme Angel López Cantos, variera ses pratiques biographiques, allant de la contention historiographique à la propension fictionnelle, quasi hagiographique, dans une autobiographie fictive du corsaire portoricain qui témoigne aussi d’un divers des stratégies d’énonciation. Ces analyses posent, au premier chef, le problème du rapport entre les figures du biographe et de l’historien : aussi bien en mettant en regard des procédures divergentes, sans être pour autant exclusives l’une de l’autre (on l’a vu dans le cas de López Cantos), qu’en posant des horizons idéologiques modélisants (l’impact du discours national, pour Melgar ou Miguel Enríquez ; du discours catéchétique pour Brochero) ou qu’en valorisant les conflits d’interprétation (Vasconcelos).

10Il était naturel que deux communications soulignent spécifiquement ce qui constitue en quelque sorte un épiphénomène majeur du récit biographique : sa spécularité. On observera chez deux écrivains aussi éloignés que Jorge Luis Borges et Fernando Vallejo, le premier auteur de multiples fragments biographiques (y compris son Evaristo Carriego, qui se rapproche en partie du récit biographique traditionnel) et le second d’une très longue biographie dédiée au poète colombien Porfirio Barba Jacob, une même tendance à se projeter dans l’écriture biographique, à y lire, y construire et y faire miroiter des destins parallèles. Le cas de Borges est remarquable, tant par la variété typologique de ces incursions biographiques que par les hypothèses qui y sont émises, sur le temps, la subjectivité, etc. Le bref récit de Jorge Luis Borges, « Biografía de Tadeo Isidoro Cruz », ne pourrait-il pas servir d’horizon à cette pratique du divers qu’est le récit biographique latino-américain ? Le personnage de Borges, fictif (au second degré, si l’on peut dire, puisqu’il procède du Martín Fierro de José Hernández), y côtoie des personnages historiques, dans une temporalité où la chronologie traditionnelle se voit bouleversée au profit d’une lecture « tabulaire », qui construit une figure, un destin, ébauche un portrait, comme condensé biographique. L’entreprise biographique n’est-elle pas, à l’image du récit de Borges, cet entre-deux d’où émerge un sujet qui est un effet du texte, un dispositif de subjectivation qui puise parfois aux plus anciens mythes et reconduit des structures « spéculaires » (qui spéculent sur les modes de représentation du sujet) ?

11La multiplication des biographies, parfois pléthoriques, autour de certains écrivains latino-américains, semble exacerber un paradoxe : cette démultiplication qui épuise parfois les sources documentaires, entraînant d’inévitables reprises, ou bien qui réitère d’identiques schémas d’interprétation, fondant des lieux communs, ne semble toutefois pas arriver à saisir la subjectivité labile de leur objet.

12Sous le titre de « Palimpsestes biographiques » – titre plutôt flatteur en ce qu’à l’instar de celle du traducteur, il postule l’infini de la tâche du biographe –, les quatre études suivantes montrent le déploiement des stratégies biographiques, leur grandeur et leur misère face à un projet par nature contradictoire – la biographie d’un écrivain – en ce que sur elle plane la malédiction proustienne du sainte-beuvisme.

13Le choix opéré par Panabière au sujet de Cuesta, comme le suggère G. Sheridan, tend cependant à tirer son essentielle énergie d’un pôle textuel et imaginaire, qui dessine finalement un parcours intellectuel et sensible. Si Salinas, pour le cas des biographies de Darío, incarnerait le refus principiel de l’anecdote biographique, le choix de Blas Matamoro vise à reconstituer le couple œuvre-vie, de façon parfois convaincante. La plupart des biographies littéraires sont cependant le fruit d’un compromis, rarement théorisé, qui laisse ouverte la question des rapports entre les deux entités, esquissant des rapprochements souvent ponctuels. Les « ruses » des biographiés, de l’auto-mythographie borgésienne aux « mensonges » rulfiens, ajoutent aux difficultés de l’entreprise biographique et semblent remettre sine die toute tentative d’y voir plus clair. N’est-ce pas réclamer, par là même, le primat de la fiction, du mensonge littéraire, qui soustrait d’avance le « sujet » à toute captation ?

14Il faut bien reconnaître, par ailleurs, que l’inflation biographique n’obéit pas unanimement à une éthique qui, par exemple, se fonderait sur la production ou l’exploitation distanciées de sources éclairant réciproquement le parcours vital et intellectuel des écrivains. Les partages idéologiques, les différences, parfois fondées, des appréciations, ou encore les maigres prérogatives dont d’aucuns se croient investis, constituent un puissant démultiplicateur des récits biographiques. On retrouve dans ces biographies l’ombre portée des biographes et de leurs préjugés ; on peut aussi y apprécier un déploiement, parfois inventif, de schémas narratifs ou énonciatifs ; on peut encore, de façon moins avouable, s’y repaître d’anecdotes et s’y délecter des petites perfidies qui les émaillent. Tout, en tout cas, fait signe vers l’hybridité d’un genre humain, trop humain.

15La partie suivante, « Le projet biographique », dévoile, d’une autre façon, la pluralité de la démarche biographique, sa capacité métamorphique. Une nouvelle fois, ce sont des biographies de créateurs (trois écrivains, un plasticien) dont il est question, reconduisant donc la problématique des rapports entre l’homme et l’œuvre (pour reprendre les termes consacrés d’un « couple » sans doute infiniment plus problématique). Dans le cas de Malleén Zambrana, autant que dans celui d’Antonio Berni, nous sommes conviés à des incursions vers l’amont du récit biographique : le patient travail de repérage, d’enregistrement, d’archivage. Chacun des deux récits biographiques comporte une part d’enquête et s’efforce de comprendre le sujet biographié dans sa complexité, conduisant ainsi, dans le cas de Berni, à un récit où s’imbriquent traits biographiques et œuvres picturales, inaugurant un autre mode de construction de la vie-œuvre.

16Curieusement, certaines figures majeures de la littérature latino-américaine, comme Lezama Lima, n’ont pas encore été l’objet d’une biographie systématique. Armando Valdés examine les probables causes matérielles et idéologiques d’une telle absence et esquisse, en signalant les sources documentaires majeures et les problèmes d’ordre théoriques et pratiques qu’elle pose, une « possible » biographie du grand Cubain.

17Le texte sur les « beginnings » de Cortázar laisse entrevoir aussi une autre modalité du biographique, cette fois fermement lié à la construction de l’œuvre, à ses carrefours, aux choix vitaux et aux intuitions intellectuelles qui la sous-tendent. On rejoint par là la biographie « intellectuelle » ou « artistique » invoquée au sujet de Lezama Lima, modalité biographique qui (re)place la subjectivité dans l’aventure des langages et l’incessante mutation des formes.

18Pourquoi ne pas comprendre aussi ces « projets », non comme des proto-biographies ou des manifestations de carences documentaires, mais bien comme un horizon utopique du récit biographique, comme un dessaisissement, où le sujet de la biographie ne serait plus un objet pour le biographe, mais bien un « projet », le devenir autre de tout geste biographique ?

19Ce numéro, le quarantième de la revue América, s’achève sur un texte de Virgilio López Lemus, qui reprend quelques-uns des éléments majeurs du débat autour du genre biographique.

Haut de page

Notes

1 Voir une étude antérieurement publiée : Claude Fell « Emir Rodríguez Monegal et la biographie littéraire », in América, Cahiers du CRICCAL, n° 33, 2006, Les modèles et leur circulation, 1re série : 31-42.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Delprat et Hervé Le Corre, « Introduction », América, 40 | 2011, 7-13.

Référence électronique

François Delprat et Hervé Le Corre, « Introduction », América [En ligne], 40 | 2011, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 26 mars 2017. URL : http://america.revues.org/203

Haut de page

Auteurs

François Delprat

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Hervé Le Corre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org