Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Choisir pour thème du XIIe Colloque international du Centre de Recherche Interuniversitaire sur les Champs Culturels en Amérique latine (CRICCAL) la célébration du bicentenaire des indépendances en Amérique latine tenait de la gageure. Ce choix pouvait, en effet, passer pour un exercice obligé et conventionnel, une sorte d’acte de reconnaissance inévitable de la geste indépendantiste, à une époque où les célébrations et les contributions historiques se multiplient. Les discours officiels tenus à l´occasion tendent en outre à présenter comme des évidences a-historiques des notions telles que liberté, citoyenneté, peuple ou nation. Or celles-ci s´ancrent de façon ambiguë et complexe dans les réalités locales latino-américaines. Elles y sont le fruit d´évolutions, d´hésitations, de questionnements au contenu éminemment historique. Elles émergent lentement de la progressive mise en place des nouveaux dispositifs politiques et culturels et de l’apparition, puis de l’affirmation, de nouveaux acteurs institutionnels ou sociaux.

2Le colloque international « Les indépendances de l’Amérique latine : acteurs, représentations, écritures », qui s’est tenu, du 14 au 16 octobre 2010, à la Maison de l’Amérique latine et à la Maison du Mexique, a voulu à ce titre susciter des réflexions et des recherches originales sur les heurs et malheurs des guerres d’Indépendance, leurs représentations et les rapports entre les républiques naissantes et la citoyenneté. Trente-sept participants ont apporté leur contribution à l’approfondissement de la réflexion collective sur cette rupture fondatrice, qui débute en 1808 et touche toute l’Amérique latine en moins de trois décennies. Les communicants se sont aussi efforcés de revenir sur les processus de construction nationale, en insistant particulièrement sur les nouveaux discours culturels qui surgissent alors, à la lumière des acteurs qui les formulent et les défendent. Il s’est également agi d’en cerner l´évolution aux xixe et xxe siècles.

3Le nombre des communications retenues implique une publication en deux tomes. Le premier volume s’articule autour d’un même questionnement ; pour reprendre les termes de l’historien Hans-Joachim König, les travaux partent de la nation non en ce qu’elle est, mais en ce que l’on veut qu’elle soit. Ils montrent ainsi que la nation relève d’un projet qui reste à réaliser, mais qui représente aussi un objectif à atteindre, l’ordre pensé (« gedachte Ordnung ») d’une collectivité humaine posée dans son unité. Cette approche permet alors à chaque auteur d’analyser ce qu’entendent par nation les élites à un moment historique donné, et à partir de quels critères, acceptables pour les secteurs subalternes, elles la définissent. Ce faisant, il est possible de questionner les discours sur les processus d’indépendance, au prisme de la volonté créole de légitimer un nouvel ordre dominant tout en justifiant les fondements de l’État qui se met en place. Les articles publiés dans ce premier volume sont regroupés plus précisément autour de trois thématiques : « Pensée, action, discours », « Invention de la nation » et « La fabrique des héros ».

4Le volume s’ouvre par le discours inaugural du colloque, « Les indépendances de l’Amérique latine », prononcé par Harry Belevan Mac Bride, ambassadeur du Pérou en France. Il effectue une mise au point historique sur les différences entre les indépendances américaines, conquises sur un pouvoir colonial externe et impliquant la création de nouvelles nations, et la Révolution française, le renversement d’un absolutisme intérieur et l’affirmation d’une citoyenneté qu’elle opère, avant de souligner les liens entre l’Amérique latine, un « Extrême-Occident », et la France.

5La première partie, intitulée « Pensée, discours, action », met en lumière certaines continuités, au-delà des points de rupture, avec l’ordre colonial. Penser un État national formé de citoyens, mais aussi une société de nouveau régime qui ne soit plus de castes mais de classes, ne va pas de soi, comme le montre l’étude de Nicolas De Ribas « Le jésuite péruvien Viscardo y Guzmán (1748-1798) : modèles littéraires et écritures de la révolution de “l’acteur précurseur” des indépendances hispano-américaines » et comme le soulignent María Oliveira Cézar dans « La conception révolutionnaire de Mariano Moreno » puis Freddy Domínguez dans « Nación, pensamiento e intelligentsia en el movimiento de independencia de 1810 en México ». Pourtant, ces trois auteurs montrent que la rencontre des Lumières et des soulèvements indigènes a favorisé chez les Créoles une idéologie politique de rupture libératrice et a préparé les indépendances.

6L’un des défis des indépendances est de trouver des mots et des formes discursives à même de rendre compte des nouveaux projets nationaux, y compris dans leurs ambiguïtés. Deux genres littéraires sont alors privilégiés, l’essai et la poésie patriotique, au service de cette idée de nation qui avance à tâtons, en quête d’elle-même. C’est ce que démontrent, embrassant le xixe et le xxe siècles, les articles de Fernando Aínsa, « El ensayo como escritura de la independencia americana », de Douglas Bohórquez, « S’essayer à l’essai et représenter la nation », et de Milena Rodriguez, « Entre el patriotismo y la marginalidad: poetas cubanas de finales del XIX: Mercedes Matamoros y Aurelia Castillo de González ». Ces trois études illustrent les efforts pour inventer des formes d’expression originales et affirmer l’autonomie de la culture américaine.

7Car la nation reste bien à construire alors que naissent les États indépendants, comme l’observe la seconde partie, « Inventer la nation », qui se penche sur la vie culturelle. En effet, on associe communément l’affirmation politique d’une communauté nationale à l’existence préalable d’une réalité culturelle déjà aboutie, de laquelle l’indépendance dériverait alors comme naturellement. Or, la formation de la nation en Amérique latine est le produit, et non la traduction, de l’indépendance politique. En d’autres termes, la nation est le fruit d´une construction qui ne saurait relever exclusivement du champ politique, mais aussi du champ culturel, à travers la définition et la formulation d’une identité nationale. Il n’est pas surprenant, dès lors, que les principaux acteurs des indépendances puis des constructions nationales ne soient pas seulement des hommes politiques, mais des intellectuels et des artistes, écrivains, poètes, architectes ou musiciens. Notons bien que les deux champs ne s’excluent pas mais, au contraire, se complètent et s’imbriquent : les hommes politiques sont aussi des intellectuels qui s´efforcent de penser une identité nationale propre, genuina, une argentinité, une mexicanité, une cubanité ou une colombianité.

8Cette quête identitaire se manifeste dans tous les domaines ; par la musique, comme le montre le travail d’Ernesto Mächler et de Pablo Montoya, « Du combat à la contredanse. Musique et indépendance en Colombie (circa 1810) » ; dans le théâtre, comme le rappelle Ana Cecilia Ojeda dans son article « Teatro de la independencia y construcción de nación en la Nueva Granada » ; à travers de nouveaux projets éditoriaux, sur lesquels se penche María Ramírez Delgado, dans « La Biblioteca Americana y El Repertorio Americano, una propuesta de ideal social » ; à travers des particularismes linguistiques, tel le voseo argentin qu’étudie Graciela Villanueva dans « L’indépendance linguistique : le voseo dans la littérature argentine entre 1880 et 1910 » ; et, bien sûr, en poésie, comme le montrent Eduardo Zambrano Colmenares, dans « Bello poète : entre l’éloge et l’offense », et Félix Ernesto Chávez, avec « Escribir como mujer: la poesía femenina cubana del XIX frente al proceso independentista nacional ».

9Il est ainsi possible de mettre en perspective la quête de nouvelles normes littéraires avec celle de nouveaux modèles politiques. Aussi cette partie « Inventer la nation » rapproche-t-elle l’article de María Caballero, « Emancipación y literatura en Hispanoamérica. Primera configuración de un canon », avec celui de Carlos Armando Preciado de Alba, « Los retos de una nueva Nación. La construcción de proyectos políticos en el México independiente ». Les représentations politiques s’expriment et cherchent un supplément d’âme dans les expressions musicales, théâtrales, poétiques et linguistiques, où cherche à s’affirmer une identité créole. Les huit articles mettent ici en évidence que l’indépendance est bien le mythe fondateur des nouvelles républiques. Carlos Armando Preciado de Alba, qui observe la recherche de modèles pour créer un État-nation, en pointe aussi les limites. Nous sommes là face à une affirmation libérale formelle. Les Constitutions prônent la séparation des pouvoirs : un exécutif limité, des corps législatifs contrôlés, un pouvoir judiciaire indépendant ; et la garantie des droits fondamentaux : droits de propriété, de libre expression, de libre association, de libre circulation. Dans la pratique, ces Constitutions restent lettre morte. Le libéralisme n’ayant pas fonctionné, les pouvoirs personnels forts et les républiques autoritaires s’imposent pour en finir avec le chaos.

10La troisième partie, « La fabrique des héros », rappelle comment l’indépendance s’est transformée en geste : elle devient une construction légendaire au service d’une élite et à la gloire de l’avènement d’une oligarchie créole. Simultanément, le contenu culturel et identitaire de la nation sert la consolidation historique des États. Le recours voire l´invocation de l’identité nationale tendent à légitimer le modèle institutionnel. Voilà l’État inscrit dans une continuité temporelle, celle de la nation. Encore faut-il incarner cette continuité. Telle est la fonction du héros, posé en figure tutélaire de la nation.

11La figure la plus célébrée est celle de Simón Bolívar, non seulement en tant que Libertador mais en tant qu’incarnation d’un esprit américain, et ce, dès son vivant, comme le montre Emmanuelle Sinardet Seewald dans son étude « La victoria de Junín, Canto a Bolívar (1825) de José Joaquín Olmedo : la représentation d’une américanité en marche ». Les littératures nationales se construisent alors autour de la célébration de la geste fondatrice du héros de l’indépendance, servie en premier lieu par la poésie. Celle-ci se charge de statufier la figure du père de la nation, selon un processus et des procédés qu’analysent Hervé Le Corre dans « Au pied de la statue : le poète, la cité et l’ombre du Libertador (Miguel Antonio Caro, José Asunción Silva, José Martí) » et Carmen Vásquez dans « “Simón Bolívar” (28 octobre 1926), poème inédit d’Alejo Carpentier ». La littérature propose alors une réécriture de l’Histoire sous le signe de la nation en marche, comme le rappelle, s’agissant de Francisco de Miranda, Carmen Virginia Carrillo dans son article « El precursor de la independencia hispanoamericana a tres voces ». Ces différentes études nous montrent que la littérature participe pleinement à l’exaltation des héros de la nation, à la création iconique et au culte des hommes illustres de la patrie.

12Nous invitons d’ores et déjà le lecteur à feuilleter le second volume, à venir. Avec ses dix-huit contributions, il prolonge cette réflexion sur les indépendances latino-américaines avec les thèmes suivants : « La fabrique des héros » (suite), « Les stratégies de la mémoire » et « Réécritures romanesques ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Salinas et Emmanuelle Sinardet, « Introduction », América, 41 | 2012, 7-11.

Référence électronique

Patricia Salinas et Emmanuelle Sinardet, « Introduction », América [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://america.revues.org/309

Haut de page

Auteurs

Patricia Salinas

Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Emmanuelle Sinardet

Université Paris Ouest-La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org