Navigation – Plan du site

Discours d’inauguration. Les indépendances de l’Amérique latine

Son Excellence Harry Belevan-McBride
p. 13-15

Texte intégral

1Monsieur le Professeur Hervé Le Corre
Mesdames et messieurs les professeurs, chercheurs, enseignants et étudiants qui participent à ce colloque

2Je suis très honoré de pouvoir inaugurer ce XIIe Colloque du Centre de recherches sur les champs culturels en Amérique latine, attaché à cette prestigieuse Université de Paris. Je vous remercie vivement de cette invitation puisque c’est une nouvelle occasion pour moi de revenir, ne serait-ce que quelques instants, au monde académique de l’Université auquel j’appartiens également. Ce colloque, qui répond aux célébrations actuelles des indépendances en Amérique Latine, aborde le sujet à partir de trois points de vue, tous trois passionnants et tous trois, me semble-t-il, liés : les acteurs, les représentations et l’écriture.

3L’inventif Borges suggérait que l’histoire, tout comme la théologie ou la philosophie selon lui, est un genre littéraire. Cette boutade, comme par ailleurs toutes les pirouettes de rhétorique du génial écrivain, renferme à mon avis une vérité incontestable car n’est-il pas vrai que l’écriture, le répertoire écrit des faits au sens le plus large du terme, est une sorte de filtre de toute l’information collectée sur les événements qui font partie du vécu historique, et qui se transforment inévitablement en approche interprétative par le biais d’un registre narratif, qu’il s’agisse d’essais ou bien d’écrits fictifs ?

4En parcourant les titres des conférences plénières de ce colloque ainsi que ceux des essais qui suivront tout au long des trois journées de travail intense qui vous attendent, je perçois l’ampleur académique et la renommée de plusieurs participants qui auront tous à traiter des indépendances latino-américaines.

5L’Amérique latine – on sait que cette expression a été forgée en France, censément pour briser l’hégémonie ibérique de l’imaginaire européen –, qui comprend l’énorme géographie du Nouveau Monde qui va du Mexique jusqu’à l’extrême sud patagonien, est généralement vue comme une unité dans la diversité de ses coutumes et de ses processus historiques. Il est vrai que certains critiquent un tel terme, le jugeant trop générique car il donnerait une vision, pour ainsi dire, réductrice de ce que sont des peuples et des nations passablement différents les uns des autres. N’est-ce pas là cependant la caractéristique même de toute unité dans la diversité ? Ne parle-t-on pas de l’Europe comme d’un référent unitaire, géographique mais aussi historique, politique, culturel et social de cette région du monde ? Alors, pour ma part, je crois que l’on peut parler d’Amérique latine pour se référer à cette région précise de l’hémisphère occidental qui regroupe les pays d’origine américaine ayant reçu des apports fondamentaux ibériques et français. La preuve en est le processus même des indépendances, comme le suggère le titre de ce colloque : de la première geste d’indépendance en Haïti, recréée par la plume magistrale d’Alejo Carpentier, à la guerre de Cuba, en passant par le cri d’Hidalgo, par les indépendances de l’Argentine et du Chili et par les luttes héroïques et parfois traîtresses en Grande Colombie, pour en arriver à l’indépendance tardive du vice-royaume du Pérou, dernière place forte continentale de l’Empire espagnol – qui fut par là même un processus retardé –, et aussi, quoique pour d’autres raisons, la tardive indépendance du Brésil, et plus tard encore au réalisme magique anticipé de l’invention de la Bolivie, à mes yeux pour satisfaire l’ego du Libertador ; entre tous ces épisodes indépendantistes – disais-je – il s’écoule plus d’un siècle et des variables non négligeables dans chacun des processus mentionnés.

6Peut-on alors parler des indépendances de l’Amérique Latine dans leur ensemble ? Je viens de suggérer que oui, mais j’aurai l’audace – une véritable audace puisque je m’adresse à des experts – que la prémisse en serait de comparer les subtilités, si l’on peut dire, « ontologiques » entre indépendance et révolution, afin de mieux expliquer comment ces deux termes proposeraient certaines variables du concept même de liberté. La liberté des nations latino-américaines se fonde sur l’indépendance par rapport à un pouvoir externe ou situé ailleurs, ce qui entraîne la création de nouvelles nationalités, tandis que la liberté de la France à travers la Révolution signifie l’émancipation d’un segment majoritaire de la population, mais toujours à l’intérieur d’une même nation et sans qu’il y ait de changement de nationalité.

7Il me semble, alors, que nous pouvons en effet parler d’une Amérique latine en tant que parcours historique, mais sans oublier pour autant les spécificités des peuples et des nations qui l’intègrent ni leurs bouleversantes diversités.

8Certains auteurs désignent le continent américain comme l’Extrême-Occident. Depuis l’arrivée de Colomb et des troupes espagnoles dans ce qui devait ensuite devenir l’Amérique latine, cinq siècles se sont écoulés et il y eut, pour ces peuples millénaires qui suscitèrent l’avidité, la rapacité, la convoitise, autant de drames, de rencontres et de trouvailles que de compassion, d’admiration et de fantaisie de la vieille Europe. Et pourtant nous, Latino-Américains, deux cents ans après nos épopées parfois partagées, nous voici plus au moins délaissés par cette Europe qui tourne plutôt son regard vers l’Afrique, malgré les liens indissolubles qui unissent les nations américaines, les peuples de cet Extrême-Occident, aux civilisations et aux cultures européennes, c’est-à-dire à la tradition judéo-chrétienne de l’Europe (qu’il n’est, de nos jours, pas du tout à la mode de rappeler, dans cette Europe si craintive et si angoissée de ses racines), ce qui fait de nous, les peuples de cet Extrême-Occident, les héritiers naturels et les plus proches de cette Europe qui se reflète bien davantage chez nous qu’ailleurs.

9Je suis convaincu que ce colloque permettra de mieux saisir le processus de nos indépendances et les profils de leurs protagonistes, tant celui des acteurs intellectuels que des acteurs militaires.

10Je vous souhaite grand succès dans vos débats et que prévale l’esprit académique sur les nécessaires et salutaires divergences qui ne manqueront pas d’exister dans les approches des uns et des autres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Son Excellence Harry Belevan-McBride, « Discours d’inauguration. Les indépendances de l’Amérique latine », América, 41 | 2012, 13-15.

Référence électronique

Son Excellence Harry Belevan-McBride, « Discours d’inauguration. Les indépendances de l’Amérique latine », América [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 24 août 2017. URL : http://america.revues.org/312

Haut de page

Auteur

Son Excellence Harry Belevan-McBride

Ambassadeur du Pérou en France

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org