Navigation – Plan du site
I. Pensée, action, discours

Le jésuite péruvien Viscardo y Guzmán (1748-1798)

Modèles littéraires et écritures de la révolution de « l’acteur précurseur » des indépendances hispano-américaines
El jesuita peruano Viscardo y Guzmán (1748-1798) : modelos literarios y escritura de la revolución para el “actor precursor” de las independencias hispanoamericanas
Nicolas De Ribas
p. 19-32

Résumés

L’acte de naissance de la pensée de Juan Pablo Viscardo se trouve à la confluence d’un déterminisme, ses origines créoles, et d’un fatalisme, l’exil qui le conduit en Toscane en 1769. Grâce à ses activités intellectuelles, ce jésuite du Cusco est décidé à mener le combat contre ce qu’il appelle la tyrannie, en misant sur le soutien de l’Angleterre : il devient alors le héraut du patriotisme américain, mais aussi le visionnaire d’une fédération fraternelle et d’un internationalisme basés sur le libre-échange économique. L’analyse de la bibliothèque viscardienne apporte les premiers instruments qui détermineront le futur du peuple américain. La remontée aux origines de la pensée du jésuite, la recherche de ses points de contact avec d’autres postures, d’autres systèmes, restituent une partie du processus évolutif subi par Viscardo, et le replacent dans une plus large mouvance idéologique, celle des Lumières européennes, à partir de laquelle la doctrine viscardienne commence à se dessiner avec plus de précision. Le discours de ce jésuite s’épanouit alors à la croisée des chemins : entre lettre et essai, mais aussi entre manifeste et pamphlet, entre récit historique et discours prophétique. Son œuvre naît d’un mécontentement profond vis-à-vis de l’ordre établi, et s’insinue dans la polémique qui n’a pas toujours l’évidence de la satire ou de l’invective et, si nous avons choisi d’en suivre les méandres, c’est précisément pour cette singularité. L’écriture de la révolution de cet ex-jésuite laisse une large place au style pamphlétaire qui s’y installe de vive force et dont elle accepte les certitudes et les bruits infâmes. Si l’on y découvre la verve du pamphlétaire, on doit admettre que Viscardo sait dépasser les servitudes du pamphlet et le refuser quand il convient, tout en assurant une cohérence idéologique. Cette idéologie fait basculer le discours dans le champ du manifeste qui s’inscrit entre ou contre toute une série de normes. Cette écriture du manifeste ne va-t-elle finalement pas se structurer dans le temps pour ébaucher un plan militaire et un projet économique pour l’Amérique libre ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Batllori, M., 1992, El Abate Viscardo: Historia y Mito de la intervención de los jesuitas en la ind (...)
  • 2 Rodríguez Amezquita, S., 1971, Monografía de la villa de Pampacolca, cuna del Precursor Don Juan Pa (...)
  • 3 Boutier, J., Landi, S. et Rouchon, O., 2004, Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles. Les dynamiq (...)

1Le jésuite péruvien Juan Pablo Viscardo y Guzmán1, originaire de Pampacolca2, est un citoyen du monde : rien de plus banal à dire à son propos, semble-t-il. Pourtant cette expression est riche en exemplarité et en signification. Le Créole Viscardo est un citoyen du monde, un cosmopolite, mais aussi un patriote. Et il se sent définitivement américain dès lors qu’il prend pied sur le Vieux Continent en 1769 à la suite de l’expulsion de la Société de Jésus, et qu’il est accepté, non seulement au sein de l’intelligentsia jésuite, mais surtout dans le micro-monde des diplomates britanniques présents en Italie avec lesquels il correspond. L’acte de naissance de la pensée viscardienne se trouve ainsi à la confluence d’un déterminisme, ses origines créoles, et d’une fatalité, l’exil qui le conduit en Toscane3. Grâce à ses activités intellectuelles, il est décidé à mener le combat contre ce qu’il appelle la tyrannie, en misant très vite sur le soutien de l’Angleterre : le jésuite du Cuzco devient alors le héraut du patriotisme américain, mais aussi le précurseur et le visionnaire d’une fédération fraternelle et d’un internationalisme basés sur le libre-échange économique.

2Chez Viscardo, la pensée philosophique et le dessein militaire ne représentent pas un monde à part, comme si le penseur et le conspirateur étaient deux personnages différents. Bien qu’ils ne naissent pas exactement ensemble, l’un se construit à l’ombre de l’autre. L’union des deux axes, autour desquels la vie de Viscardo a été structurée, est indéniablement opérée sur la base des vertus de travail et de discipline, dont le lieu d’exercice privilégié a été Londres où il séjourne à deux reprises, entre 1782 et 1784, puis définitivement en 1791 jusqu’à sa mort en 1798. Ce sont bien évidemment ses rencontres qui le propulsent dans un milieu où l’action lui semble déterminante. La persévérance dans l’acquisition d’un savoir, la constance dans le dépassement de l’exil, sont aussi le catalyseur de l’action viscardienne. En effet, la rigueur et l’effort, qui sont à l’œuvre dans son développement biographique, pointent du doigt la détermination ou, de manière plus générale, le poids de la volonté individuelle, fortement affirmée chez Viscardo, ne serait-ce qu’à travers sa quête constante d’informations et son écriture de la révolution. Si cette étude tente de mettre en exergue les confrontations intertextuelles entre Viscardo et les philosophes des Lumières, nous devons préciser que la nature même du savoir, acquis et maîtrisé avec brio par le jésuite pendant son séjour cuzquénien et ses études dans le collège de la Transfiguration, porte en germes les premières orientations de sa pensée. Chez lui, très tôt, tout progrès vers le savoir, comme vers Dieu, est le fruit d’un combat quotidien. L’analyse de la bibliothèque viscardienne apporte incontestablement les premiers instruments qui nous permettent de remonter aux origines de la pensée du jésuite, de rechercher ses points de contact avec d’autres postures, d’autres systèmes. Quelles sont alors les influences littéraires qui alimentent son discours ? Combien de livres, et de quelles sortes, a pu posséder Viscardo ? Comment l’appréhension de sa bibliothèque permet-elle l’étude de son processus créatif, et se révèle-t-elle être un élément essentiel de la genèse des textes ?

3Après l’étude de la construction littéraire et philosophique du jésuite, puis de l’analyse des sources qui façonnent son projet indépendantiste, nous verrons que les lettres viscardiennes sont tout à la fois document littéraire (elles nous renseignent sur la genèse et la réception de l’œuvre), texte littéraire (les lettres qui ont des visées esthétiques), discours idéologique, témoignage historique et pragmatique (les lettres qui sont l’émanation d’une volonté d’agir sur les autorités anglaises, et d’obtenir leur appui logistique pour libérer l’Amérique). Les manuscrits de Viscardo constituent un véritable entre-genres et sont aussi un outil de compréhension du jésuite lui-même, mais un outil bien particulier qui ne permet pas d’obtenir une vision unifiée du locuteur. Le discours épistolaire viscardien, qui est en quelque sorte le lieu de la pensée nomade de Viscardo, fournit ainsi une représentation idéologique kaléidoscopique de ce dernier, marquée par la fragmentation, l’évolution d’un acte individuel en interaction avec un espace social et l’intertextualité visible.

La construction littéraire et philosophique du révolutionnaire

  • 4 Guibovich Pérez, P. M., 2006, « Como güelfos y gibelinos: los colegios de San Bernardo y San Antoni (...)
  • 5 Guibovich Pérez, P. M. 2003, Censura, Libros e Inquisición en el Perú colonial, 1570-1754, Séville, (...)

4En premier lieu, il convient de retracer l’histoire matérielle de la « bibliothèque » de Juan Pablo Viscardo et de rappeler sa destinée tour à tour mouvementée et paisible. Quelles lectures les étudiants du collège jésuite du Cuzco4 comme Viscardo font-ils en cette deuxième partie du xviiie siècle ? Outre l’apprentissage de la grammaire latine ou grecque, et l’étude des grands auteurs scolastiques, que Viscardo connaissait très bien, on lit sous le manteau Locke, Newton, Spinoza, Rousseau, Leibniz, Descartes, et d’autres penseurs européens qui figurent en tête de la liste des livres interdits par l’Inquisition5. On ignore si le jésuite péruvien participe à cette contrebande des idées et lit déjà ces ouvrages interdits à l’époque où il fait ses études, mais on peut supposer qu’il en a au moins entendu parler.

  • 6 Hanisch, W, 1972, Itinerario y pensamiento de los jesuitas expulsos de Chile (1767-1815), Santiago (...)

5Nulle pièce d’archives, nul manuscrit ne nous permettent de situer dans le temps l’acquisition de tel ou tel ouvrage. Dans ce domaine, tout est sujet à hypothèse. Et, ce qui ne l’est pas moins est le nombre d’ouvrages personnels que Viscardo emporta avec lui en Italie en 1768. Il semblerait d’ailleurs qu’il ne pût en emporter aucun comme le démontre le journal de bord du navire chilien Santa Bárbara6, qui détaille les effets personnels emportés par le Créole péruvien durant son périple transatlantique. Ces livres de chevet du Cuzco nous sont donc inconnus et doivent, peut-être pour toujours, le rester.

6En nous bornant aux documents d’époque et à certaines lettres fort bien venues, nous pouvons toutefois reconstituer et ressusciter une bibliothèque personnelle nullement imaginaire d’un homme qui devient, à une époque où seule une minorité de l’élite créole, celle qui lisait ou voyageait en Europe, pouvait avoir accès à ce nouveau type de littérature, le premier Espagnol péruvien possédant un rayonnement universel. Loin de la tutelle espagnole et de la censure inquisitoriale, sa formation littéraire européenne commence réellement une fois qu’il rejoint la Péninsule italique, et elle peut être considérée comme le résultat d’un effort purement personnel.

7On imagine qu’il y avait évidemment deux fonds, l’un ancien, l’autre moderne. Pour ce qui est du premier, nous en connaissons assez mal les détails. Il reste qu’il faut s’en tenir aux textes et que, si nous supposons la lecture d’un gros bataillon d’in-folio constitué de l’Écriture Sainte, de la Théologie et de livres de dévotion, nous ne possédons que de brèves citations de Platon, de Sénèque et de Virgile dans La Paix et le bonheur du siècle prochain de 1797 (Simmons, 1983 : 356), un de ses écrits majeurs. Ce document est assurément un manuscrit tout à la fois philosophique, économique, politique qui porte de nombreuses traces de grands modèles.

  • 7 Notons qu’au xviie siècle, les jésuites partis évangéliser le Nouveau Monde reprennent l’idée de Mo (...)

8Quant au fonds moderne, nous pouvons, en analysant les références intertextuelles, recenser une soixantaine d’ouvrages différents. Bien que le créole de Pampacolca cite Shakespeare, en écrivant le vers « Away damned spot » de Macbeth dans La Paix et le bonheur du siècle prochain (ibid. : 356), une analyse plus fine atteste le caractère essentiellement philosophique et politico-économique de la bibliothèque de Viscardo : bibliothèque professionnelle et militante, constituée selon les besoins du jésuite, autant que reflet de la personnalité du propriétaire. En s’offrant des paternités prestigieuses telles que Locke, Rousseau, Montesquieu ou Feijoo, Viscardo s’identifie pleinement à la culture et aux idées européennes qui remettent en cause les gouvernements tyranniques, exaltent le mythe du « bon sauvage »7, et insistent sur la nécessité des échanges commerciaux. Quand bien même certains jésuites affirmaient depuis le xviie siècle la souveraineté du peuple, le recours, par la citation, à quelques grands esprits, rehausse la tenue des propos de Viscardo en exploitant ces derniers comme une sorte d’héritage. Témoignages concrets d’intertextualité et de genèse, les manuscrits viscardiens permettent d’observer le dialogue des livres et des documents, l’espace transactionnel où l’écriture en train de se faire s’associe au déjà-écrit. Ils restituent aux œuvres une tension essentielle, en réactivant les liens parfois cachés que tout texte établit vers les autres textes.

9Pour le jésuite, citer c’est donc reconnaître une dépendance à l’égard de paroles antérieures, en reproduisant au sein de son propre discours des fragments de discours d’un autre. « Le gouvernement sous lequel les citoyens peuplent et multiplient davantage est infailliblement le meilleur, celui sous lequel un peuple diminue et dépérit est le pire » (ibid. : 334). Cette citation du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau, que Viscardo insère dans son manuscrit, traduit le point de vue de ce dernier. En effet, le Créole péruvien s’identifie au philosophe français qui prônait un gouvernement dont le fondement ne reposait ni sur l’autorité paternelle, ni sur la volonté divine, ni sur la force, et insistait sur l’importance du vitalisme démographique.

10Viscardo a également nourri sa réflexion des études, des statistiques et des travaux publiés par les économistes Quesnay, Ward, Campomanes et Ustariz (ibid. : 289), dont les écrits s’attachèrent surtout à défendre la production métropolitaine par des mesures protectionnistes. Mais il se réfère surtout maintes fois au projet commercial de Bernard Ward, « l’ouvrage le plus parfait dans son genre qui ait encore paru en Espagne » (ibid. : 294), selon Viscardo dans La Paix et le bonheur du siècle prochain, et son discours se rapproche des critères libéraux de liberté commerciale développés par Adam Smith. Il défend ainsi le libre commerce et la libre entreprise, contre le monopole et l’avidité fiscale.

L’impact des sciences géographiques dans la construction du projet indépendantiste viscardien

11De la lecture assidue des manuscrits viscardiens, on relève l’absence quasi totale d’intérêt pour les écrivains de la Ilustración cristiana. Et mis à part ses ouvrages politiques et économiques, la bibliothèque du jésuite renferme essentiellement les sciences auxiliaires telles que la géographie et des récits de voyages qui viennent, comme le souligne Jean-Pierre Clément, alimenter « le désir d’évasion propre au siècle des Lumières » (Clément, 1982 : 48) et font naître toute une littérature exotique déjà romantique à bien des égards.

  • 8 Weinberg, G., 2000, « La educación y los conocimientos científicos », in Tandeter, Enrique, Proceso (...)

12Viscardo est incontestablement inspiré par les expéditions scientifiques du xviiie siècle, qui se multiplient sous l’impulsion des Couronnes bourboniennes. L’intérêt de l’Europe pour le continent américain est en effet éveillé par les résultats scientifiques de la première expédition franco-espagnole dirigée par Juan, Ulloa, Godin et Bougainville8. Le jésuite réserve alors une large place à ces voyageurs européens mais aussi à Frézier ou Bourgoing dont les récits se présentent comme un rapport subjectif, mais souvent complet, sur les colonies espagnoles, et informent le lecteur des particularités géographiques, des richesses naturelles et des défenses militaires de ces dernières :

Parmi les voyageurs éclairés qui ont visité l’Amérique espagnole, comme Acosta, Feuillé, Frézier, etc., le plus distingué est certainement Don Antonio de Ulloa. Il paraît dans ses observations tant de sagacité, de génie, et d’égard pour la vérité, que son témoignage semble au-dessus de l’exception. (Simmons, 1983 : 302)

  • 9 Zavala, S., 1949, América en el espíritu francés del siglo XVIII, México, Edición del Colegio nacio (...)

13Comme chez le jésuite Acosta, il y a chez Viscardo une soif réelle de connaissances géographiques. La description précise et minutieuse des routes maritimes, des chemins à parcourir, et le choix des bases d’attaque, résultèrent assurément de l’étude du Viaje a la América meridional de Antonio de Ulloa (ibid. : 207-208) et de l’analyse de la Relation du voyage de la Mer du Sud aux côtes du Chili et du Pérou, fait pendant les années 1712, 1713 et 1714 de François Frézier9 (ibid. : 302). Pour Viscardo, personne ne peut prétendre connaître et décrire le Nouveau Monde, sinon ceux qui y sont allés. Le jésuite, en utilisant tout ce savoir accumulé par les voyageurs, rédige dans la Suite du Projet de 1791 ce passage aux coordonnées névralgiques très précises :

Cette même facilité des fleuves navigables offre un point d’attaque, pour coopérer à celle dont on vient de parler, et à la réduction de tout le nouveau Royaume de Grenade ; je veux dire le fleuve de Zinu qui se jette dans la mer par 9°12’ lat. bor°, à 35 lieues S. O. de Cartagena, et on peut le remonter jusqu’au Puerto de la Cruz del Río en 6°45’, c’est-à-dire dans la juridiction d’Antioquia. (Ibid. : 184)

14Viscardo accorde beaucoup d’importance à ces cours d’eau qui jalonnent l’Amérique. La viabilité du dessein du Créole repose ainsi sur une bonne connaissance de la réalité hispano-américaine acquise par la lecture des meilleurs livres, mais aussi par son passé d’élève jésuite. L’importance du développement de la cartographie est aussi à souligner, grâce au perfectionnement des instruments de mesure et à la détermination précise des méridiens, avec les plans de l’Amérique septentrionale et méridionale tracés par le père Feuillée, qui contribuent sans conteste à la genèse du projet viscardien. Le dessein indépendantiste du jésuite est assurément une œuvre originale par l’exactitude scientifique de l’information et aussi par son combat, dans son Esquisse politique de 1792, contre les préjugés développés par ce même Ulloa, De Pauw ou Robertson (ibid. : 207). Au moment où les discussions cordiales entre les savants de l’époque et Viscardo continuent, ce dernier entame une critique impitoyable des propos tenus par certains écrivains européens sur l’Amérique et ses habitants. En reprenant le concept de Rétif de la Bretonne, le jésuite endosse le rôle du dépréjugeur. Pour lui, le préjugé n’est pas seulement ignorance ou opinion qui se sait incertaine, mais un obstacle ou plutôt une force adverse qui conduit à l’erreur.

15Mais n’oublions pas la lecture de la Très Brève Relation de la Destruction des Indes de Bartolomé de Las Casas attestée dans La Paix et le bonheur du siècle prochain de 1797 (ibid. : 333), ou alors le fait que le jésuite s’imprègne avec délectation de la Historia del mondo nuovo de Girolamo Benzoni, de l’Itinerario para Párrocos de Indios de Don Alonso de la Peña Montenegro, « onzième évêque de Quito » (ibid. : 326), de la Description des Indes de Herrera, des Commentaires de Geronimo Blanca, ou des Comentarios reales de l’Inca Garcilaso de la Vega dont il copie un passage dans la Lettre aux Espagnols américains. Viscardo est incontestablement un homme moderne dans ses lectures historiques et philosophiques, et s’il s’enfonce dans le passé, c’est pour y retrouver et comprendre le présent. Notons que dans les ancêtres biologiques du jésuite, on retrouve, par une branche collatérale, l’Inca Garcilaso de la Vega.

16C’est donc à partir de ce bagage de connaissances théoriques et d’informations pratiques recueillies que Viscardo va formuler son Projet pour rendre l’Amérique espagnole indépendante, œuvre révolutionnaire majeure qu’il présente aux diplomates anglais le 15 mars 1791 : « Fait à Livourne 18 Septe. [sic] 1790 et présenté à Londres le 15 mars 1791 » (ibid. : 171), peut-on lire. Ce laps de temps semble rendre compte de la maturation et de la méditation du projet et réfute quelque idée d’improvisation dans un contexte difficile dû aux revirements historiques, à sa condition d’exilé et à la présence d’espions espagnols qui l’obligea à utiliser un prête-nom, celui de Paolo Rossi, et à changer plusieurs fois de résidence. En déployant son intense labeur intellectuel et un certain activisme, le Créole péruvien, attentif et vigilant à l’évolution de l’Europe et de sa patrie américaine, nous dévoile alors un discours violent contre l’Espagne et clairement en faveur de l’indépendance du Pérou et de l’Amérique hispanique.

Le discours viscardien : un entre-genres

17Le discours viscardien, disons-le, s’épanouit à la croisée des chemins : entre lettre et essai, mais aussi entre manifeste et pamphlet, entre récit historique et discours prophétique. Le discours du jésuite naît d’un mécontentement profond vis-à-vis de l’ordre établi, et s’insinue dans la polémique qui n’a pas toujours l’évidence de la satire ou de l’invective ; si nous avons choisi d’en suivre les méandres, c’est précisément pour cette singularité. L’œuvre du jésuite laisse alors une large place au style pamphlétaire qui s’y installe de vive force et dont elle accepte les certitudes et les bruits infâmes. Si l’on y découvre la verve du pamphlétaire, on doit admettre que Viscardo sait dépasser les servitudes du pamphlet et le refuser quand il convient, tout en assurant une cohérence idéologique.

18Rappelons ce qu’écrit Marc Angenot commentant les figures de l’assertion dans le discours pamphlétaire : « [celui-ci] veut rendre présent, intense, prégnant ce qu’il énonce ; il martèle sa vérité et son évidence, il en confond la preuve et l’aplomb » (Angenot, 1982 : 113). La définition que donne cet auteur correspond parfaitement aux écrits de l’ex-jésuite qui sont brefs, frappent fort, et attaquent de bout en bout des hommes, les fonctionnaires espagnols, et des idées, leurs idées, pour en détruire l’autorité.

  • 10 « No me cabe duda que el gobierno español intente desbaratar las negociaciones con su natural parsi (...)
  • 11 « Con esta carta terminé la parte principal del plan que había ideado para intentar devolver la lib (...)
  • 12 « Obtendríamos todos estos resultados si el temor de atraerme una cruel venganza en la Corte de Esp (...)

19En effet, Viscardo, dans un style passionné, multiplie les déclarations provocantes, tout en les présentant comme incontestables et indiscutables : « Je n’ai pas le moindre doute quant au fait que le gouvernement espagnol essaie de faire échouer les négociations, avec sa parcimonie naturelle pour prendre des mesures ; mais il incomberait à ceux qui connaissent le moins sa façon d’agir de le harceler et de l’obliger à prendre des décisions sans délai » (notre traduction)10, écrit le Créole de Pampacolca dans sa Lettre du 15 septembre 1791. Ce manuscrit, qui se place au cœur du réseau d’écrits épistolaires du second voyage londonien de Viscardo, permet d’observer les différents je qui prennent en charge l’énonciation. Dans cette lettre signée, le je mêle l’intime et le public : il fait mine de s’adresser à un destinataire privé, ici le sous-secrétaire d’État britannique Bland Burges, pour lui présenter son manifeste qu’est La Lettre aux Espagnols américains, alors que le véritable destinataire de celui-ci, le public américain, est second : « Avec cette lettre j’ai achevé la partie principale du plan que j’avais imaginé pour essayer de rendre la liberté à l’Amérique espagnole » (notre traduction)11. Le je initial se transforme en un nous par une sorte de fusion – à jamais virtuelle – entre l’auteur, ses alliés britanniques et ses compatriotes : « Nous obtiendrions tous ces résultats si la crainte de m’attirer une cruelle vengeance à la Cour d’Espagne ne me freinait pas à faire connaître respectueusement mais avec la vigueur de la vérité les dommages subis par ma Patrie » (notre traduction)12.

  • 13 « Sabiendo también de la pasión de un compatriota que defendió sus derechos y sus pesares y que est (...)

20Le je, encore présent ici, va disparaître complètement dans La Lettre aux Espagnols américains au profit du nous qui devient fraternel voire universel. Dans la lettre du 15 septembre 1791, nous avons également le je parlant de lui à la troisième personne pour lui attribuer le rôle de guide qui lui permet d’investir la position de parole la plus surplombante : « En connaissant également la passion d’un compatriote qui défendit ses droits et ses chagrins, et qui est disposé à continuer à se démener pour la cause commune dans le lieu approprié à cet effet, ils n’hésiteront pas à se libérer pour toujours des tyrannies dont ils souffrent » (notre traduction)13.

21De même, chez le jésuite, le je est fortement problématisé : il s’absente, sous les figures substitutives que sont les personnages, son pseudonyme, ou certaines stratégies énonciatives. Il y a une véritable posture de l’imposture qui n’implique pas une volonté de tromper. La posture viscardienne vise surtout à imposer sa foi révolutionnaire dans l’autorité britannique en donnant une image de soi combative malgré l’adversité. La stratégie discursive s’appuie sur tout ce que le jésuite fait pour donner une image lumineuse de lui-même à ses destinataires, pour construire une image forte de lui-même qui sera livrée à la communauté politique afin d’accroître sa position dans la dimension révolutionnaire, ou des positions qu’il prend afin de servir ses intérêts.

  • 14 Vignoux, G., 1978, « L’argumentation pamphlétaire : effets de sens, effets de pouvoir », Études Lit (...)
  • 15 Avril, Y., 1978, « Le pamphlet : essai de définition et analyse de quelques-uns de ses procédés », (...)
  • 16 « Se trata sólo de un panfleto político de excepcional difusión y eficacia » (Pacheco Vélez, 1975 : (...)

22Le pamphlet14, qui critique le pouvoir en place, est aussi, par nature, un écrit de circonstance, une réaction à chaud à ce qui vient de se passer. La rapidité dans la rédaction et la diffusion est donc la plus importante de ses règles du jeu. Ce lien avec l’actualité immédiate est un trait distinctif du genre que l’on retrouve chez Viscardo : il se renseigne et écrit sur Tupac Amaru, sur les différentes insurrections, sur le synode de Pistoie, sur les relations anglo-espagnoles. Le second trait de nature, qui caractérise le pamphlet viscardien, c’est sa clandestinité. Mais c’est une remarque que l’on pourrait étendre à une grande partie de la littérature polémique : le pamphlet appelle naturellement l’anonymat de la part de l’auteur et la clandestinité de la diffusion. Existe-t-il un seul élément de structure que l’on puisse dire caractéristique du pamphlet ? Oui, si l’on s’en tient à l’étymologie anglaise du mot15 : le pamphlet serait, à proprement parler, un feuillet que l’on peut tenir à la main, ce qui implique évidemment la brièveté. Le brûlot lancé à la face du temps qu’est La Lettre aux Espagnols américains de 1791, dont le verbe est violent et le ton virulent, en est le meilleur exemple. « Il ne s’agit que d’un pamphlet politique d’une exceptionnelle diffusion et efficacité » (notre traduction)16, affirme Pacheco Vélez.

  • 17 Demers, Jeanne et McMurray, Lyne, Enjeu du manifeste, le Manifeste en jeu, Montréal, Le Préambule, (...)

23Le but du discours viscardien est aussi de convaincre et d’enrôler au plus vite. Pour cela, Viscardo va faire glisser son discours vers le manifeste17 qui a une valeur collective et politique. Comme toute profession de foi, son discours va exprimer sa confiance illimitée dans les objectifs qu’il propose. Viscardo s’empare de cette arme et fait évoluer la pratique manifestaire. Le manifeste viscardien est solidement établi dans un rôle d’outil contestataire, de tremplin vers les révolutions. Son idéologie fait basculer le discours dans le camp du manifeste qui s’inscrit entre ou contre toute une série de normes. Son écriture manifestaire va se structurer pour ébaucher un plan militaire et un projet économique. D’ailleurs, si Viscardo se montre raisonnable dans ses premiers écrits, il adopte un ton et une forme plus révolutionnaires dans la seconde partie de sa vie de conspirateur, c’est-à-dire à partir de 1791. Citons cet extrait de la Lettre du 15 septembre 1791 :

  • 18 « Inglaterra respaldada por la justicia, la aprobación general de su pueblo, el apoyo de sus aliado (...)

L’Angleterre soutenue par la justice, l’approbation générale de son peuple et les aspirations de tout le genre humain, pourrait s’aventurer à déclarer l’indépendance des Colonies. Alternative d’autant plus terrible que la nature même du sujet obligerait l’Espagne à se déclarer ennemie des Colons. (Notre traduction)18

24Comme tout discours axiologique, les écrits du Créole, qui relayent un tempérament pamphlétaire et une approche manifestaire, opposent sans cesse le bien et le mal, l’hypothétique et le réel, le présent et le futur : « par l’indépendance, les colonies gagneraient ces 75 % pour le moins, que le despotisme et le monopole enlèvent maintenant à leur propriété commerçable » (Simmons, 1983 : 348), lisons-nous dans La Paix et le bonheur du siècle prochain. Les lettres viscardiennes se structurent alors autour d’un tissu d’oppositions.

25Chez le jésuite, le manifeste pamphlétaire ou le pamphlet manifestaire va utiliser les figures qui tendent à dévoiler, il va faire voir ce qui était caché, tu, gardé secret : la réalité des choses, le quotidien du monde colonial. Citons cet extrait de La Paix et le bonheur du siècle prochain : « [les Indiens] n’ont même pas assez pour se nourrir » (ibid. : 327). Selon Viscardo, il convenait assurément de rechercher le vrai, de le faire partager, et il était nécessaire de fixer les idées et les enjeux à un moment critique de l’Histoire ibéro-américaine. Il fallait donc, habilement, rallier les indécis et les hésitants car ce qui comptait, c’était éduquer le destinataire, qu’il fût britannique ou américain, en lui donnant la possibilité de choisir entre des réalités concrètes et de réelles alternatives, dans le cadre d’une « construction constructive ». La parole manifestaire, qui prend le relais, accomplit ainsi une fonction quasi théologale : conformément à un des offices de la loi dans l’économie chrétienne, elle contraint à connaître.

26Le discours doit aboutir à dénoncer, à la hâte, autant des adversaires que des attitudes fondamentales et perverses de la nature humaine. Ainsi, Viscardo met en relief, sur un plan ethnico-social, mais aussi moral, l’antinomie entre les Créoles et les chapetones. Les Espagnols américains sont définis par une série d’expressions laudatives qui les qualifient par antithèse par rapport aux Espagnols européens : « les Créoles, sans la fanfaronnade des Espagnols européens […] » (ibid. : 226), lit-on par exemple dans l’Essai historique du 24 janvier 1792. Les images physiques qui servent ensuite à caractériser l’adversaire, depuis la rage jusqu’à la raillerie, nourrissent une rhétorique de l’insulte qui prétend alimenter un thème de réflexion : comment des êtres raisonnables peuvent-ils ainsi devenir des brutes ? La rhétorique pamphlétaire est donc essentielle à la recherche de l’effet et de l’influence. Il incombe à Viscardo de décrire les caractéristiques de ces rivaux passés et contemporains, et de les déprécier en un tournemain.

27La disqualification se manifeste donc constamment dans l’utilisation immédiate de la métaphore animale : « qui a pu si rapidement dévorer un si grand nombre d’hommes si non la Bête affreuse du Despotisme ? » (ibid. : 336), écrit le jésuite dans La Lettre aux Espagnols américains de 1791. Viscardo se doit de montrer du doigt le scandale des colons qui se compteraient parmi les enfants de Dieu à travers une série d’exemples tirés de la vie coloniale. Leur sagesse se trouve atteinte en ce qu’elle est en proie à la convoitise qui les entraîne à jalouser violemment l’autre. La mise en garde y est constante par l’usage d’un bestiaire alimenté par les substantifs « rapacité » (ibid. : 190), « férocité » (ibid. : 200) ou « rage » (ibid. : 200), qui concourt donc, avec d’autres moyens, à frapper le lecteur de l’Esquisse politique de juin 1792. Ce procédé soutient et enlaidit efficacement l’acte d’accusation qui reprend la haine et la violence des événements. L’artifice rhétorique sert, ici, à souligner combien le combat contre les autorités intransigeantes, parfois sanguinaires, est le plus difficile. Les écrits dirigés contre des ouvrages et des auteurs précis, déjà cités, constituent aussi une part importante de la production pamphlétaire de Viscardo.

28Les emportements, les découragements du Créole, sont d’ailleurs souvent des désespoirs exaltés, sans oublier la conceptualisation de la liberté ou ses franches vérités qui sont l’expression spontanée d’une personnalité hors du commun meurtrie par l’exil. Comme le souligne encore Marc Angenot, « le pamphlétaire doit forcément se situer aux marges de la communauté qu’il critique depuis un lieu qui est par définition un ailleurs » (Angenot, 1982 : 58). Dans le cas de Viscardo, l’ethos du solitaire en action est évidemment présent après avoir été involontairement mis en place. De même, le discours pamphlétaire se présente comme le seul qui soit détenteur de la vérité. Une vérité qui, chez Viscardo, naît d’un combat démesuré, celui de l’homme abandonné face à l’appareil impérial. Elle ne se conçoit alors pas dans un cadre de discussion constructive avec l’opposant au sein duquel on échange les arguments, on confronte des points de vue, on hiérarchise les priorités. L’insolence garantit l’authenticité du discours qui ne souffre aucune contradiction. La parole pamphlétaire est unique, monolithique, évidente, car elle est dénonciation d’un mensonge. On le constate dans cet extrait de La Paix et le bonheur du siècle prochain :

En moins de cinquante ans, les Castillans avaient fait disparaître de la face de la terre non seulement plus d’un million des habitants de St. Domingue, mais encore plus de quarante mille autres des isles Lucayes, attirés à une destruction certaine par une infâme supercherie, dans laquelle le Souverain Espagnol ne dédaigna pas de tremper. (Simmons, 1983 : 344)

  • 19 « Es que o se abandona el proyecto o se resuelve llevarlo a cabo a cualquier precio » (Viscardo y G (...)
  • 20 De Belaunde Ruiz de Somocurcio, Javier, « Un precursor casi desconocido. Viscardo profeta », El Dom (...)
  • 21 « Veo claramente el curso de los acontecimientos futuros, y si Ud. tiene a bien escucharme, le expo (...)

29L’orateur Viscardo se présente aussi comme un prophète, comme étant investi d’une mission : « c’est que, ou on abandonne le projet ou on se résout à le mener à bien à n’importe quel prix » (notre traduction)19, écrit-il dans la Lettre du 15 septembre 1791. Sa prophétie du renouveau20 est formulée sous la forme d’un changement naturel, laquelle agit dans un monde colonial encore fermé. Les événements et les protagonistes de cet univers clos sont d’ailleurs tous soumis à une alternative : d’un côté l’esclavage avec la domination de l’ennemi à combattre, de l’autre l’avènement d’un nouvel ordre et la victoire des combattants du peuple. Le charisme de Viscardo est comme l’ethos naturel des devins : « Je vois clairement le déroulement des événements futurs, et si Vous voulez bien m’écouter, je vous exposerai mes idées sur le bénéfice que l’on pourrait tirer de cet incident » (notre traduction)21, précise-t-il dans sa Lettre du 3 avril 1791 adressée à Bland Burges.

30Le discours contribue alors à donner la sensation que la prophétie déterminera la réalisation des événements attendus. Puisqu’il est celui par qui les événements vont arriver, en un mouvement, le Créole amorce une réflexion pour réaliser les changements nécessaires et sauver l’Amérique : « il reste d’autres intérêts beaucoup plus importants que je réserve à vous exposer dans ma suivante, selon le point de vue dont j’aperçois les choses dans le moment où nous sommes, le plus critique peut-être que jamais les grandes vicissitudes humaines aient pu présenter à la considération d’un Politique », affirme-t-il dans La Paix et le bonheur du siècle prochain (Simmons, 1983 : 374). La prophétie révolutionnaire va garder ce mélange hautement paradoxal de volontarisme et de fatalisme : « Ce moment est le présent » (ibid. : 377), écrit-il dans ce même manuscrit.

31Malgré l’esprit manifestaire du jésuite, on peut encore affirmer que les lettres viscardiennes se rapprochent de certains pamphlets lorsque Viscardo recourt à l’ironie et l’outrance qui sont mises au service de sa cause qu’il est impossible de défendre autrement, à moins de prendre les armes. Certes, l’ironie mordante n’est pas absente, mais, plus souvent, Viscardo, soucieux de ne pas déplaire, badine avec grâce. Par exemple, dans son Esquisse politique, le Créole critique avec humour les affirmations de Raynal à propos de la facilité avec laquelle une armée européenne pourrait attaquer Veracruz et Lima. Pour Viscardo, sa manière de penser est digne du héros de Cervantès dans son Esquisse politique : « Don Quichotte n’aurait pas rêvé plus glorieusement » (ibid. : 216). Par un réseau lexical de l’obstacle et une adjectivation qui en découle, le jésuite édifie conjointement une forteresse virtuelle « infranchissable » et « insurmontable » (ibid. : 175) dans son Projet pour rendre l’Amérique espagnole indépendante de 1790.

32Le jésuite hypertrophie habilement la critique au sein d’une épistolarité qui donne à ces lettres leur unité stylistique car elles s’adaptent à la diversité des sujets abordés. La lettre viscardienne peut aussi, par sa plasticité, faire siens les problèmes coloniaux et les modèles mentaux d’une époque pour les éprouver et les diffuser auprès du plus grand nombre de lecteurs. Comment ? En oscillant entre l’approche programmatique du manifeste et le trait mordant du pamphlet. Les manuscrits du jésuite du Cuzco, et plus précisément son Projet pour rendre l’Amérique espagnole indépendante, dans lequel il met autant de « raisonnement » que d’érudition, témoignent de la vérité de l’expérience et de ses nombreuses lectures. Même si le jésuite laisse entrevoir ses préférences pour des philosophes tels que Locke ou Montesquieu, il s’est nourri, en particulier, des récits de voyages écrits par ses contemporains, et s’est également intéressé aux ouvrages et aux rapports des membres de la Compagnie exilés. Non seulement Viscardo a toujours été curieux et érudit, mais il le devient de plus en plus en arrivant en Toscane, et en se rendant à Londres. Mais pour le jésuite, est en jeu le droit pour un continent d’être indépendant, de reprendre sa liberté. C’est ainsi que Viscardo, désireux de porter en précurseur le dernier coup à la Tyrannie espagnole, va, en s’instruisant constamment, en usant de persuasion et en participant aux grands débats d’idées de l’époque, devenir un défenseur éternel de la patrie américaine et de ses habitants.

Haut de page

Bibliographie

Angenot, Marc, 1982, La Parole pamphlétaire, Paris, Payot.

Clément, Jean-Pierre, 1982, « La place de l’Amérique hispanique dans les écrits espagnols du xviiie siècle », in Études sur l’impact culturel du Nouveau Monde, Séminaire Inter-universitaire sur l’Amérique espagnole coloniale, Paris, L’Harmattan.

Pacheco Vélez, César, 1975, Colección Documental de la Independencia del Perú. Los Ideólogos. Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Recopilación y Estudio Preliminar de Pacheco Vélez, t. 1, v. 1, Comisión Nacional del Sesquicentenario de la Independencia del Perú.

Simmons, Merle E., 1983, Los escritos de Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Precursor de la Independencia Hispanoamericana, Caracas, Universidad Católica Andrés Bello, Instituto de Investigaciones Históricas.

Viscardo y Guzmán, Juan Pablo, 1998, Obra Completa de Juan Pablo Viscardo y Guzmán (Edición de Homenaje del Congreso de la República y de la Comisión Nacional encargada de los Actos conmemorativos del 250° Aniversario del Nacimiento de Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Precursor de la Independencia americana), Lima, Ediciones del Congreso del Perú.

Haut de page

Notes

1 Batllori, M., 1992, El Abate Viscardo: Historia y Mito de la intervención de los jesuitas en la independencia de Hispanoamérica, Madrid, Editorial Mapfre ; Viscardo y Guzmán, J. P., 1988, Obra completa, prólogo de Luis Alberto Sánchez, Lima, Banco del Crédito.

2 Rodríguez Amezquita, S., 1971, Monografía de la villa de Pampacolca, cuna del Precursor Don Juan Pablo Viscardo y Guzmán, Arequipa, Impr. Miranda, p. 58.

3 Boutier, J., Landi, S. et Rouchon, O., 2004, Florence et la Toscane, XIVe-XIXe siècles. Les dynamiques d’un État italien, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 123-168.

4 Guibovich Pérez, P. M., 2006, « Como güelfos y gibelinos: los colegios de San Bernardo y San Antonio Abad en el Cuzco Colonial », Revista de Indias, n° 236, p. 23.

5 Guibovich Pérez, P. M. 2003, Censura, Libros e Inquisición en el Perú colonial, 1570-1754, Séville, CSIC, p. 77.

6 Hanisch, W, 1972, Itinerario y pensamiento de los jesuitas expulsos de Chile (1767-1815), Santiago de Chile, Ed. Andrés Bello, p. 48 ; Marzal, S. J., 1999, « Viscardo y el americanismo del exilio jesuítico », in Juan Pablo Viscardo y Guzmán (1748-1798) – El hombre y su tiempo, II, Lima, Ediciones del Congreso del Perú, p. 130.

7 Notons qu’au xviie siècle, les jésuites partis évangéliser le Nouveau Monde reprennent l’idée de Montaigne : les « sauvages » sont restés près de la nature et n’ont pas subi la corruption qui a touché les peuples civilisés. Ces missionnaires contribuent à créer le mythe du bon sauvage : ils sont émerveillés par l’âme de ces peuples qui semble se tourner d’elle-même vers la vérité et l’innocence.

8 Weinberg, G., 2000, « La educación y los conocimientos científicos », in Tandeter, Enrique, Procesos americanos hacia la redefinición colonial, Paris, Unesco, p. 506-513.

9 Zavala, S., 1949, América en el espíritu francés del siglo XVIII, México, Edición del Colegio nacional, p. 95. Cet auteur détaille le voyage de « l’Ingénieur Ordinaire du Roy ».

10 « No me cabe duda que el gobierno español intente desbaratar las negociaciones con su natural parsimonia para tomar medidas; pero cabría a aquellos que menos conocen su forma de actuar, acosarlo y obligarlo a tomar decisiones sin demora » (Viscardo y Guzmán, 1998 : 295).

11 « Con esta carta terminé la parte principal del plan que había ideado para intentar devolver la libertad a América española » (ibid. : 291).

12 « Obtendríamos todos estos resultados si el temor de atraerme una cruel venganza en la Corte de España no me refrenase a hacer conocer, respetuosamente pero con el vigor de la verdad, los daños sufridos por mi Patria » (ibid. : 296).

13 « Sabiendo también de la pasión de un compatriota que defendió sus derechos y sus pesares y que está pronto a continuar bregando por la causa común en el lugar más apropiado para el efecto, no vacilirán en librarse para siempre de las tiranías que padecen » (ibid. : 296).

14 Vignoux, G., 1978, « L’argumentation pamphlétaire : effets de sens, effets de pouvoir », Études Littéraires, 11, 2, août 1978, p. 299-312.

15 Avril, Y., 1978, « Le pamphlet : essai de définition et analyse de quelques-uns de ses procédés », Études Littéraires, 11, 2, août 1978, p. 266. Dès 1510 en Angleterre, on peut lire les termes de « paunflet » ou de « pamflet ».

16 « Se trata sólo de un panfleto político de excepcional difusión y eficacia » (Pacheco Vélez, 1975 : 110).

17 Demers, Jeanne et McMurray, Lyne, Enjeu du manifeste, le Manifeste en jeu, Montréal, Le Préambule, 1986, p. 45. Un manifeste est à l’origine un texte affiché dans un lieu public pour faire connaître à la collectivité une intention, un programme. Ce terme, d’abord apparu en italien (manifesto) vient du latin manifestum, évident, clair, palpable, notoire, indiscutable, flagrant.

18 « Inglaterra respaldada por la justicia, la aprobación general de su pueblo, el apoyo de sus aliados y las aspiraciones de todo el género humano, podría aventurarse a declarar la independencia de las Colonias. Alternativa tanto más terrible que la naturaleza misma del asunto obligaría a España a declararse enemiga de los Colonos » (Viscardo y Guzmán, 1998 : 295).

19 « Es que o se abandona el proyecto o se resuelve llevarlo a cabo a cualquier precio » (Viscardo y Guzmán, 1998 : 294).

20 De Belaunde Ruiz de Somocurcio, Javier, « Un precursor casi desconocido. Viscardo profeta », El Dominical, Suplemento del diario El Comercio, Lima, 21 de junio de 1998.

21 « Veo claramente el curso de los acontecimientos futuros, y si Ud. tiene a bien escucharme, le expondré mis ideas sobre el partido que se podría sacar de este incidente » (Viscardo y Guzmán, 1998 : 275).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas De Ribas, « Le jésuite péruvien Viscardo y Guzmán (1748-1798) », América, 41 | 2012, 19-32.

Référence électronique

Nicolas De Ribas, « Le jésuite péruvien Viscardo y Guzmán (1748-1798) », América [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://america.revues.org/315 ; DOI : 10.4000/america.315

Haut de page

Auteur

Nicolas De Ribas

UFR de Langues et Civilisations Etrangères, Université d’Artois Lille

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org