Navigation – Plan du site
I. Pensée, action, discours

La conception révolutionnaire de Mariano Moreno

La concepción revolucionaria de Mariano Moreno
María Oliveira-Cézar
p. 33-42

Résumés

Étude de la pensée politique de Mariano Moreno, essentiellement à travers ses écrits, mais aussi à travers l’action qui les précède et ses décisions en tant que secrétaire de la Première Junte de Gouvernement des Provinces Unies du Rio de la Plata. Ce travail analyse en particulier les idées exprimées par Moreno dans sa « Representación de los Hacendados », dans son «Plan de Operaciones » et dans les articles qu’il a publiés dans la Gazeta de Buenos-Ayres.

Haut de page

Texte intégral

1Mariano Moreno, intellectuel et homme politique le plus remarquable de la Révolution de 1810 dans le Rio de la Plata, est mort le 4 mai 1811, à bord d’un navire anglais. Il était en route pour l’Europe en qualité d’Envoyé plénipotentiaire de la Grande Junte (Junta Grande), une manière élégante et pratique de masquer la réalité de son exil et d’éviter des réactions violentes de la part des hommes qui partageaient ses idées, tout particulièrement dans le cas où il lui arriverait un accident fatal avant d’arriver à destination.

  • 1 Moreno, Mariano, Plan de Operaciones y Otros Escritos, précédé de « Estudio Preliminar » par Gustav (...)

2À première vue, on peut s’étonner de l’importance et de l’influence acquises par cet homme de 32 ans, en seulement 17 mois d’une sporadique activité politique dans le Pays des plaines et à peine 6 mois d’exercice du pouvoir. Pour en faciliter la compréhension, je rappellerai brièvement la formation théorique de Moreno et ses idées politiques fondamentales1, vues à travers ses écrits et ses mesures de gouvernement.

3Au cours de ses brillantes études (Punzi, 1980 : 8, 9), Moreno avait bénéficié des parrainages successifs de deux prêtres qui avaient mis leur bibliothèque à sa disposition et l’avaient fait entrer dans les conversations de leurs commensaux et de leur cercle intellectuel : le franciscain Cayetano Rodríguez, durant son adolescence, lorsqu’il suivait l’enseignement du Colegio Real de San Carlos à Buenos Aires, puis, au long de ses études de théologie et de droit à Chuquisaca, le très savant curé Matías Terrazas, un prêtre aux idées libérales qui mettait à profit sa charge de chanoine pour introduire et faire circuler des livres interdits, occasion de passionnants débats intellectuels à son domicile où Moreno avait reçu l’hospitalité. C’est là que Moreno eut accès aux œuvres de ceux qui allaient constituer les références théoriques de l’élite éclairée de sa génération dans le Rio de la Plata.

4Figurent parmi celles-ci les auteurs espagnols du xvie siècle et début du xviie dont les ouvrages établissaient les droits naturels des sociétés et ceux de la communication comme seuls justes titres à la présence de l’Espagne aux Indes occidentales, et aussi ceux qui reconnaissaient l’égalité entre Blancs et Indiens, comme les dominicains Vitoria, De Soto et Las Casas, ou encore les théories de souveraineté populaire des jésuites Suárez et Mariana, notions toutes enseignées officiellement à l’Université de Chuquisaca jusqu’à l’expulsion de la Compagnie de Jésus en 1867 et qui le furent encore ensuite par le clergé séculier mis à la tête de cette université puisque c’était ce qu’il avait appris. On y analysait aussi et l’on débattait du contenu de la Política Indiana, de Solórzano Pereyra, qui soutenait que les Indiens étant des inférieurs, l’Espagne avait reçu de Dieu le droit de les conquérir, mais qui affirmait aussi la totale égalité de droits entre les Espagnols péninsulaires et les Espagnols nés aux Amériques, les criollos.

5Les écrits les plus prisés du xviie siècle venaient de Hollande et d’Angleterre. Ceux du Hollandais Hugh Grotius, laïc, posaient les fondements du droit international sur le jus naturalis et soulignaient au nombre des droits naturels la liberté de communiquer, de se déplacer et le libre usage des mers – ce en quoi il s’inscrit dans la filiation de Vitoria – ; il traitait par ailleurs de la guerre et analysait les droits de l’ennemi. En outre Grotius approfondissait la réflexion sur le fait que c’est au peuple que revient effectivement la souveraineté, ce en quoi il est débiteur de la pensée de Suárez. Les Anglais T. Hobbes et J. Locke intéressaient particulièrement pour leur différence de point de vue sur le pacte, car tandis que l’un affirme que ce qui est naturel à l’homme c’est la lutte, que l’État échange la liberté individuelle contre la paix sociale et que le despotisme peut garantir la paix, le second soutient que le pacte social n’annule pas les droits naturels, que ceux-ci sont inviolables et que l’excès de pouvoir devait être évité par la séparation des pouvoirs. Déjà le libéralisme.

  • 2 Sur la base des références de leurs lectures données par les hommes de la Révolution de Mai 1810, l (...)

6Parmi les auteurs du xviiie siècle, l’attention se fixait sur l’encyclopédisme français, sur Montesquieu et Rousseau ; et en économie, on privilégiait les idées des physiocrates, F. Quesnay et l’Espagnol J. M. de Jovellanos ; sans délaisser pour autant le débat sur la nécessité de développer l’industrie, fondé sur La Richesse des nations, de l’Écossais Adam Smith2.

  • 3 « delito fue haber nacido en unas tierras que la naturaleza enriqueció con opulencia » (Bagú, 1971  (...)

7Le premier écrit significatif de Moreno est une dissertation juridique sur le travail forcé des Indiens, la Disertación Jurídica sobre el Servicio Personal de los Indios en general y sobre el particular de los Yanaconas y Mitarios, de 1802, où l’on reconnaît une forte influence du Discurso sobre la Mita en Potosí, de Victorian de Villalva, un Espagnol intégré à la société des criollos, contre les corvées abusives imposées aux villageois indiens dans les mines de Potosí. Comme lui, Moreno dénonçait ce qu’avait d’essentiellement injuste le régime colonial fondé sur l’exploitation de ces hommes dont le seul délit était « d’être nés sur des terres que la nature avait enrichies avec une opulente splendeur »3. Par la suite, dans ses mesures de gouvernement, il allait établir l’égalité des Indiens, des Espagnols péninsulaires et des Espagnols criollos. Remarquons que les trois révolutionnaires qui avaient été formés par leurs études dans le Haut Pérou (à Chuquisaca, appelée aujourd’hui Sucre, dans la Bolivie actuelle) et qui avait étés en contact avec l’atrocité du travail forcé des Indiens le dénoncèrent ensuite et voulurent y porter remède : J. J. Castelli et B. Monteagudo firent en effet de même dans leurs proclamations, leurs articles dans la presse, leurs décisions et leurs projets de lois. Ces trois hommes du Rio de la Plata, parmi les plus radicaux de leur époque, n’ont pas hésité à adopter les mesures les plus draconiennes qui leur paraissaient nécessaires, tout en sachant quels problèmes cela devait leur apporter et quels risques ils couraient, non seulement de la part de leur évident ennemi, leur adversaire déclaré, mais aussi d’adversaires de leur propre camp qui freinaient la révolution quand ils ne tournaient pas franchement aux contre-révolutionnaires. Le fait est que Moreno, Castelli et Monteagudo finiraient par être les victimes de leurs propres alliés qui allaient les frapper par l’exil, le procès ou l’assassinat, les accusant de jacobinisme (robespierranos), d’avoir jeté « la semence de la terreur » (lettre de C. Saavedra à F. Chiclana et lettre du Doyen (Deán) Funes à son frère Ambrosio, Scenna, 1970b : 72-91), Moreno surtout, qualifié de pervers, d’avoir « iniquement établi un système de terreur » (lettre de C. Saavedra à J. J. Viamonte, Scenna, 1970a : 8-28). Ces invectives montrent la réticence des modérés à la violence inhérente à toute révolution et révèlent l’opposition à tout changement structurel comme ceux que proposaient ces révolutionnaires d’avant-garde. Par ailleurs, les uns et les autres avaient l’habitude de lancer les insultes les plus graves envers leur ennemi espagnol, mais pour la première fois ces injures sont destinées à des rivaux du même camp, ce qui montre bien la diversité des cheminements.

  • 4 Citation de l’historien Felipe Pigna dans sa conférence du 06/07/2009 pour le Bicentenaire, à la Ma (...)

8À cause de ses procès contre certains des notables coloniaux du Haut Pérou, Moreno doit avancer son retour à Buenos Aires, où en 1805 il s’installe comme avocat. Son étude privée représente avec succès des commerçants espagnols péninsulaires et criollos, sans doute aussi quelque commerçant anglais ; et il se voit bientôt chargé des fonctions de Rapporteur devant la Audiencia et de conseiller du Cabildo (autorité municipale). Son activité est jusqu’alors juridique, hors de la politique. Peu après son arrivée dans la capitale, ce sont les Anglais qui y arrivent, mais en envahisseurs, en 1806 et en 1807. Moreno ne s’est pas enrôlé pour défendre sa patrie, et cela a donné lieu à bien des interprétations. Mais il a écrit ses impressions : « j’ai pleuré plus que quiconque lorsque à trois heures de l’après-midi du 27 juin 1806 j’ai vu les 1 560 Anglais s’emparer de ma patrie et s’installer dans le Fort et d’autres casernes… »4. La distance entre sa tristesse passive et l’attitude héroïque d’autres qui – comme son ami Manuel Belgrano – furent des résistants dès la première heure est indéniable.

  • 5 Cette junte de 1807 a été la première occasion où le Cabildo de Buenos Aires assumait la souveraine (...)

9Tout change en 1808, pour lui aussi, avec l’occupation de la métropole par les soldats français et le mouvement qui s’y oppose et prépare la création des Juntes de gouvernement dans toutes les régions, bientôt étendu aux colonies espagnoles d’Amérique, à travers les Cabildos. Liniers, le héros de la reconquête de Buenos Aires sur l’envahisseur anglais, avait été nommé vice-roi par intérim du Rio de la Plata à la suite de l’arrestation et de la destitution du précédent vice-roi par une Junte de guerre en février 18075. Mais Liniers était français : il avait beau avoir juré fidélité à la Couronne d’Espagne et être marié à une criolla, pour beaucoup de notables il n’était pas le vice-roi le plus indiqué quand l’Espagne était envahie par la France. C’est pourquoi, et à l’instar de ce qui vient de se produire à Montevideo, l’autre héros de la victoire contre les Anglais, l’Espagnol Martín de Alzaga, exige le 1er janvier 1809 la destitution de Liniers et la formation d’une Junte de gouvernement à Buenos Aires. Les forces militaires restent fidèles à Liniers et le mouvement échoue. Mariano Moreno y avait participé dans le camp d’Alzaga et devait faire partie de la Junte dont la mise en place a raté. Cette autre attitude ambiguë de Moreno a été très critiquée par ses détracteurs de l’époque et elle l’est encore actuellement, mais elle est compréhensible vu les circonstances.

  • 6 De même, après 1810, puisque lorsque Alzaga est exécuté avec un groupe de contre-révolutionnaires, (...)

10Peu de temps après, le nouveau vice-roi Baltazar H. de Cisneros, nommé par la Junte centrale espagnole, arrive à Buenos Aires et, bien que certains criollos veuillent refuser de le reconnaître, Liniers, légaliste, n’hésite pas à lui remettre ses pouvoirs. Tulio Halperin Donghi remarque que les liens entre Espagnols péninsulaires et criollos demeurent en dépit des désaccords politiques qui s’aggravent entre eux (Halperin Donghi, 1979 : 180 sq.) et cela se confirme en 1809 : Cisneros engage Moreno comme Conseiller et permet le retour à Buenos Aires d’Alzaga, qui avait été banni de la ville6.

  • 7 « aseguraba el privilegio del grupo social que en ese momento aparecía con razón a los rebeldes com (...)

11L’Espagne étant presque entièrement sous occupation française, il devenait difficile de maintenir le régime du monopole colonial qui obligeait les ports d’Amérique à ne commercer qu’avec l’Espagne et par l’intermédiaire de commerçants espagnols – sauf cas stipulés par traité. La « contrainte » par l’Espagne enchérissait les prix et, comme dit Sergio Bagú, elle assurait le privilège d’un groupe social qui, à juste titre, apparaissait aux rebelles comme le principal ennemi des intérêts locaux7. Cela restreignait en outre les ressources fiscales de la vice-royauté, plus que jamais nécessaires pour financer les troupes. Cisneros accorde des dérogations au monopole et, face à la protestation immédiate des godos (surnom des Espagnols péninsulaires riches et influents), Moreno écrit sa Representación de los Hacendados y labradores, défendant le droit des propriétaires terriens et des agriculteurs de vendre et acheter directement (à l’Angleterre) sans passer par les commerçants espagnols. Sans aucun doute, Moreno était partisan de la liberté du commerce et cela allait aussi dans le sens des intérêts anglais, mais de là à considérer qu’il ait adopté une position pro-britannique, comme le soutiennent certains analystes, il y a un grand fossé. Sur ce point, comme pour d’autres idées de Moreno et des autres révolutionnaires du Rio de la Plata, il s’agissait d’intérêts convergents. Pourtant, dans le cas de Belgrano, expert en la matière puisqu’il a exercé dix années durant la direction du Consulat du Commerce du port de Buenos Aires, on ne lui en a jamais fait le reproche bien qu’il ait affirmé lui-même dans son autobiographie que « les commerçants espagnols ne connaissaient que leur commerce monopoliste qui les enrichissaient » et que « au nom de leur intérêt particulier, ils tournaient le dos au bien commun ». Or des spécialistes de cette période affirment que ce sont les idées de Belgrano qui inspiraient Moreno ou du moins étaient la source essentielle de cette dissertation (Scenna, 1970a : 14 ; Floria et García Belsunce, 1992 : 277) ; ils signalent les ambiguïtés et les hésitations de ces économistes de la période des Lumières qui n’allaient pas tarder à devenir révolutionnaires (Halperin Donghi, 1979 : 127-130).

12En 1810, l’Andalousie tombe aux mains des Français et la Junte centrale se réfugie à Cadix, enclave fortifiée protégée par la marine britannique. Elle prononce sa dissolution et la formation d’un Conseil de Régence qui n’aura pas de caractère représentatif. Le fondement de l’autorité de Cisneros est tombé et, à Buenos Aires, à peine 250 habitants prennent part au Cabildo abierto (conseil municipal élargi) qui, en mai 1810, décide de constituer sa propre junte au nom de Ferdinand VII. En effet ceux, peu nombreux, qui savent clairement que ce qui est en train de commencer est le processus de l’indépendance ne peuvent pas encore le manifester. Moreno, l’un d’entre eux, avait cependant assisté au Cabildo abierto, mais sans prendre la parole dans les débats comme Saavedra, Castelli ou Paso, entre autres. Néanmoins, lorsque après l’échec de la tentative de Cisneros de conserver le pouvoir la Junte provisoire est établie, Saavedra en est le président et Moreno le deuxième homme clé en tant que Secrétaire chargé d’un secteur essentiel : Gobierno y Guerra (l’Intérieur et la Guerre). Certes, toutes les décisions importantes devaient être approuvées par la Junte en réunion plénière, mais il ne fait pas de doute que Moreno a eu un rôle de déclenchement et d’impulsion à la décision des mesures que la Junte a appliquées durant ses six premiers mois.

  • 8 Vicente Sierra, dans sa monumentale Historia de la Argentina, Tomo 1810-1813, B.A., Editorial Cient (...)

13Les premières décisions sont la levée de 500 hommes, l’envoi d’expéditions militaires dans les provinces de l’intérieur pour leur faire accepter le nouveau gouvernement, la réorganisation des forces armées en régiments et le recrutement rapide de 1 100 soldats. Évidemment, la Junte se rendait compte de l’envergure qu’allait prendre l’opposition qu’elle rencontrerait, celle de la Audiencia, celle de Cisneros lui-même, celle des Espagnols ayant influence et pouvoir qui n’avaient pu entrer dans la Junte, des Cabildos de l’intérieur qui n’accepteraient pas la primauté de celui de Buenos Aires, de tous ceux qui, non sans raison, s’inquiétaient de voir s’achever la prédominance des Espagnols péninsulaires sur les criollos, et jusqu’aux criollos craintifs, effrayés à la pensée des graves et longs désordres et des combats que le nouveau processus allait entraîner. De là, les mesures culturelles et pédagogiques prises aussi par la Junte pour s’attirer les volontés, comme la fondation de la Bibliothèque, celle d’écoles d’arts et sciences, avec des cours destinés à rehausser le niveau des officiers ; l’édition de la Gazeta de Buenos Ayres, deux parutions par semaine, dans le but d’expliquer et de donner une publicité aux actes de gouvernement, d’informer de ce qui survenait sur les différents fronts militaires, de refléter les débats idéologiques et économiques et les aspects de la vie locale, et même de publier des articles écrits par des étrangers. Bien entendu, ce qui ne provenait pas de la Junte, directement de Moreno pourrait-on dire puisqu’il jouait le rôle de « chef de la rédaction » de la Gazeta, était sévèrement contrôlé et censuré, comme l’indique explicitement un article du 21 juin intitulé « Sobre la libertad de escribir » qui affirme sans circonlocution « un franc-parler, une liberté absolue de parler de tout sujet qui ne soit aucunement contraire aux saintes vérités de notre auguste religion ni aux déterminations du Gouvernement, toujours dignes du plus grand respect »8.

14Mais ce qui dans la période de pouvoir de Moreno a le plus marqué les mémoires est la rigueur avec laquelle il a entrepris de prévenir et d’anéantir toute tentative ou toute action réelle des contre-révolutionnaires. Convaincu de la force des secteurs conservateurs dans les provinces de l’Intérieur, il s’attendait à une multiplication des réactions contre la Junte, c’est pourquoi il organisa un véritable service d’agents qui devaient circuler ou s’implanter dans diverses régions, contrôler le courrier et détecter toute action suspecte individuelle ou en groupe. En apprenant que la Audiencia et Cisneros avaient juré fidélité au Conseil de Régence, il convoqua le vice-roi et les membres de la Cour de Justice et les fit conduire manu militari sur un bateau anglais qui appareillait pour les Canaries. Peu de temps après, il fit arrêter pour le même motif plusieurs membres du Cabildo. Mais dans le cas d’insurrection armée, le châtiment était invariablement l’exécution. Moreno désigna des « comisionados » comme adjoints des chefs militaires commandant les trois expéditions – celle du Nord vers Santa Fe, Córdoba, Tucumán, Salta et le Haut Pérou ; celle du Paraguay vers la Mésopotamie, et celle de Montevideo. Ils étaient investis personnellement du pouvoir de prendre les décisions politiques imprévues, en tant que représentants de l’autorité de la Junte quand ils n’en étaient pas eux-mêmes des membres éminents ; leur fonction était celle d’un commissaire politique. Ces « comisionados » étaient porteurs d’instructions secrètes de la Junte dont le point essentiel était l’ordre « d’arquebuser » les contre-révolutionnaires où qu’ils les trouvent. Le 28 juillet, Moreno décréta la peine de mort contre les conspirateurs de Córdoba – le gouverneur et l’évêque et jusqu’à Liniers, pas moins, l’ancien vice-roi et héros du siège de Buenos Aires. Comme le commandant de l’armée du Nord qui les avait arrêtés n’osait pas les fusiller, il fut immédiatement destitué et remplacé, et avec lui le « comisionado » remplacé à la fin du mois d’août par Castelli qui organisa aussitôt l’exécution.

15Il faut dire que cette implacable attitude de Moreno était partagée par toute la Junte qui ne manquait pas de souscrire à ses décisions, et aussi par les gouvernements successifs puisque les exécutions ont continué après sa mort. Les plus notoires en ces premières années ont été celles de Nieto et de Sanz qui avaient réprimé le soulèvement à La Paz, celle des Patriciens rebelles au nouveau gouvernement, celle d’Alzaga, celle des frères Carrera. Tous les hommes de la Révolution de Mai, même les plus conservateurs savaient qu’en cas d’échec c’est eux qui seraient exécutés (lettres de Nicolás Rodríguez Peña et de Domingo Matheu, Sierra, 1968 [1962] : 229-230). Il est évident que Moreno et les continuateurs de sa politique désignés sous le nom de « morenistas » avaient pleinement conscience d’être les acteurs d’un changement révolutionnaire structurel qui allait plus loin que le changement du siège du pouvoir et de certaines politiques de gouvernement, qui allait même plus loin que l’indépendance parce qu’il allait toucher la totalité de la population américaine, criollos, Noirs, Indiens : ils ne bornaient pas leur projet au Rio de la Plata mais visaient à le réaliser dans toute l’Amérique du Sud.

  • 9 Héctor José Iñigo Carrera, « Actualidad de Belgrano », Todo es Historia, n° 38, Buenos Aires, juin  (...)
  • 10 La première copie du Plan revolucionario de operaciones a été découverte par hasard à la fin du xix(...)

16On le voit bien dans le document demandé par Belgrano et fait sur le schéma qu’il avait indiqué à la Junte le 15 juillet9 et que Moreno conçut et rédigea durant plus d’un mois : son si célèbre et si discuté Plan Revolucionario de Operaciones, soumis à la Junte et approuvé le 30 août10. La vision continentale hispano-américaine de Moreno y apparaît clairement, projetant d’y incorporer le Brésil ou pour le moins le Rio Grande, après avoir récupéré définitivement la Banda Oriental et les autres parties de la vice-royauté et réuni le reste de l’Amérique du Sud (articles 7, 8 et 9 : 78-88). Pour y arriver il se propose de créer à Buenos Aires et dans les provinces de l’intérieur (Moreno, 2007 : 45) des réseaux d’espions entièrement dévoués à la cause, et de même en Angleterre, en Espagne, au Brésil, dans la Banda Oriental, chargés de diffuser les informations décidées par la Junte, c’est-à-dire « d’intoxiquer », masquant ses véritables objectifs. Car il convient de rompre l’alliance entre l’Angleterre et le Portugal, d’entraîner le Brésil dans la rébellion et d’amener l’Angleterre à collaborer à ce processus en lui faisant miroiter le monopole du commerce sur les mers américaines qui peut le plus l’intéresser, et aussi de lui concéder un comptoir au Brésil et l’île de Martín García dans le Rio de la Plata pour y établir une colonie et un port franc (articles 2, 3 et 4, Moreno, 2007 : 49-66).

17Évidemment, ces immenses objectifs allaient avoir des ennemis si nombreux et si puissants qu’il y fallait la poigne la plus ferme :

  • 11 « pues si moderando mis reflexiones no mostrase los pasos verdaderos de la felicidad, sería yo un r (...)

Car si je modérais mes idées, je manquerais à montrer la véritable voie de la félicité et me rendrais coupable, digne de la pire exécration, c’est pourquoi il ne faut pas que l’on se scandalise des mots que j’emploie : couper des têtes, verser le sang et sacrifier à tout prix, même si cela ressemble aux coutumes des anthropophages et des sauvages caraïbes. Sinon, pourquoi nous peint-on la Liberté aveugle et armée du poignard ? Parce qu’aucun État devenu sénile, aucune province ne peuvent être régénérés sans que soient tranchés leurs abus et corruptions, sans verser des ruisseaux de sang11.

18Pour la conduite de la Junte à l’égard des hommes, Moreno est tranchant : les patriotes il faut les aider en tout et même leur pardonner leurs délits privés ; à l’égard des ennemis, se montrer « cruel et sanguinaire » ; pour ceux qui sont neutres, « véritables égoïstes », profiter de leurs aptitudes mais se méfier d’eux et les mettre sous contrôle (article 1, Moreno, 2007 : 43-45).

19Dans le domaine économique, il annonce la nécessité d’importantes réformes du système en vigueur : « il faudra rebuter quelque 5 000 personnes pour le bénéfice de 80 000 ou 100 000 autres » car il faut en finir avec les grandes fortunes qui sont « pernicieuses et ruinent la société civile ». Il préconise le monopole de l’État sur l’extraction et le commerce des métaux au moins pour dix années et affirme la nécessité de « soutenir les arts et métiers, l’agriculture et la navigation » pour aller vers l’autosuffisance. Curieusement, au contraire de ce qu’il disait un an auparavant dans sa défense du commerce pour les propriétaires terriens, il se montre ici opposé à l’entrée dans le pays de certains produits qui « apportent un vice et corrompent, sont un luxe excessif, superflu » (article 6, Moreno, 2007 : 67-73).

20Précisons enfin que dès le premier article de son Plan Revolucionario de Operaciones, Moreno déclare qu’il faut réglementer « la liberté et l’égalité des différentes castes » sans distinction de couleur parce que celle-ci est contraire au « principe du droit des gens », raison pour laquelle il faut prohiber l’introduction d’esclaves dans le pays, libérer ceux de l’ennemi et payer pour racheter ceux des patriotes au moyen d’un pourcentage de la solde qu’ils gagnent en étant engagés dans les troupes (Moreno, 2007 : 48).

21Ce bref regard sur ce que Moreno a dit et fait en si peu de temps suffit pour considérer qu’il serait tout à fait extraordinaire que sa mort étrange ait eu des causes naturelles.

Haut de page

Bibliographie

Bagú, Sergio, 1971, Mariano Moreno, Colección Hombres de la Historia, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina.

Belgrano, Manuel, Autobiografía (1814), in Autobiografía y otras páginas, Buenos Aires, Editorial Universitaria, 1966.

Carrera, Héctor José Iñigo, 1970, « Actualidad de Belgrano », Todo es Historia, n° 38, Buenos Aires, junio, p. 8-24.

Floria, Carlos A. et García Belsunce, César A., 1992, Historia de los argentinos, Buenos Aires, Larousse, t. I, p. 277.

Halperín Dongui, Tulio, 1979, Revolución y Guerra. Formación de una élite dirigente en la Argentina criolla, México, Siglo XXI, 2e éd.

Moreno, Mariano, 2007, Plan de Operaciones y Otros Escritos, con un Estudio Preliminar de Gustavo Varela, Buenos Aires, Terramar.

Punzi, Orlando M. 1980, « Moreno periodista », Todo es Historia, n° 157, B.A., junio, p. 6-29.

Scenna, Miguel Angel, 1970a, « Mariano Moreno: ¿sí o no? », Todo es Historia, n° 35, B.A., marzo, p. 8-28. Cite la lettre de C. Saavedra à J. J. Viamonte.

Scenna, Miguel Angel, 1970b, « Plan de operaciones de Moreno », Todo es Historia, n° 42, B.A., octubre, p. 72-91. Cite la lettre de C. Saavedra à F. Chiclana (et la lettre du Deán Funes à son frère Ambrosio).

Sierra, Vicente, 1968, [1962], Historia de la Argentina, Tomo 1810-1813, Buenos Aires, Editorial Científica Argentina, 2e éd.

Haut de page

Notes

1 Moreno, Mariano, Plan de Operaciones y Otros Escritos, précédé de « Estudio Preliminar » par Gustavo Varela, Buenos Aires, Terramar, 2007. Outre le Plan, le livre rassemble la Representación de los Hacendados, le « Prólogo al Contrato Social », et plusieurs articles de Moreno publiés dans La Gazeta de Buenos-Ayres, entre autres le « Decreto de Supresión de Honores ».

2 Sur la base des références de leurs lectures données par les hommes de la Révolution de Mai 1810, la Bibliothèque nationale d’Argentine a réalisé, de mai à août 2010, une exposition des textes les plus lus dans le Rio de la Plata jusqu’à cette année-là : « Libros para pensar una Revolución ».

3 « delito fue haber nacido en unas tierras que la naturaleza enriqueció con opulencia » (Bagú, 1971 : 143-146).

4 Citation de l’historien Felipe Pigna dans sa conférence du 06/07/2009 pour le Bicentenaire, à la Maison de l’Argentine de la Cité internationale universitaire de Paris.

5 Cette junte de 1807 a été la première occasion où le Cabildo de Buenos Aires assumait la souveraineté, l’énonçant sur son propre territoire et sur le reste des gouvernements et intendances des provinces de la vice-royauté de la Plata.

6 De même, après 1810, puisque lorsque Alzaga est exécuté avec un groupe de contre-révolutionnaires, en 1812, le Triumvirat confisque les biens d’un grand nombre d’entre eux, mais laisse à la famille Alzaga la totalité de sa fortune.

7 « aseguraba el privilegio del grupo social que en ese momento aparecía con razón a los rebeldes como el principal enemigo local » (Bagú, 1971 : 147).

8 Vicente Sierra, dans sa monumentale Historia de la Argentina, Tomo 1810-1813, B.A., Editorial Científica Argentina (1962), 2e éd. 1968, soutient que ce respect envers la religion, ainsi que le fait d’avoir éliminé le chapitre traitant de la religion dans sa traduction du Contrat Social de Rousseau, démontre que Moreno demeurait l’héritier des théoriciens espagnols de la Nouvelle Scholastique, que Mai 1810 ne représente pas une rupture du point de vue spirituel et que, de même, ce respect des décisions du gouvernement provenait du despotisme éclairé, du temps de l’absolutisme (p. 203-204). Cette position est restée celle du nationalisme catholique argentin jusqu’à nos jours

9 Héctor José Iñigo Carrera, « Actualidad de Belgrano », Todo es Historia, n° 38, Buenos Aires, juin 1970, p. 8-24, reproduit les grandes lignes écrites par Belgrano (p. 19). Il remarque que dans la Representación de los Hacendados de 1809 et dans le Plan de 1810 la communauté de pensée entre Belgrano et Moreno est indubitable (« las ideas comunes son indudables », p. 13-14 et p. 18).

10 La première copie du Plan revolucionario de operaciones a été découverte par hasard à la fin du xixe siècle à l’Archivo de Indias de Séville ; d’autres copies ont été trouvées par la suite. Toutes portent l’indication que ce sont des copies fidèles et exactes de l’original écrit par Moreno, certaines sont authentifiées par de hauts personnages de l’époque, mais le manuscrit original n’est jamais apparu. Cela a suscité sur la paternité du texte une polémique qui dure entre les historiens depuis plus d’un demi-siècle. Vicente Sierra tient le Plan pour apocryphe tout en reconnaissant qu’il est compréhensible que la Junte ait jugé qu’il convenait de dresser un plan et en ait confié le projet à Moreno (« es comprensible que la Junta considerara conveniente establecer un plan, y que confiara a Moreno la tarea de proyectarlo », Sierra, 1968 [1962] : 235). Néanmoins, devant les nombreux apports de la critique, les spécialistes d’aujourd’hui ne contestent plus que Moreno en soit l’auteur.

11 « pues si moderando mis reflexiones no mostrase los pasos verdaderos de la felicidad, sería yo un reo digno de la mayor execración, y así no debe escandalizar el sentido de mis voces, de cortar cabezas, verter sangre y sacrificar a toda costa, aún cuando tengan semejanza con las costumbres de los antropófagos y caribes. Y si no, ¿por qué nos pintan a la Libertad ciega y armada de un puñal? Porque ningún Estado envejecido o provincias pueden regenerarse ni cortar sus corrompidos abusos, sin verter arroyos de sangre » (Moreno, 2007 : 42).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

María Oliveira-Cézar, « La conception révolutionnaire de Mariano Moreno », América, 41 | 2012, 33-42.

Référence électronique

María Oliveira-Cézar, « La conception révolutionnaire de Mariano Moreno », América [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://america.revues.org/329 ; DOI : 10.4000/america.329

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org