Navigation – Plan du site
I. Pensée, action, discours

S’essayer à l’essai, représenter la nation

Ensayar el ensayo y representar la nación
Douglas Bohórquez
p. 67-74

Résumés

En interrogeant des documents et les écrits d’auteurs et d’acteurs de l’indépendance tels que Simón Bolívar et Simón Rodríguez, la communication examine la pré-histoire de l’essai hispano-américain, en particulier celui du Venezuela. Les premières manifestations de l’essai hispano-américain sont étroitement liées à l’épopée de l’indépendance et à la représentation symbolique de nos nations. L’autonomie des républiques hispano-américaines a suivi une gestation longue et difficile, processus de pensée qui dialogue à travers l’essai avec la configuration symbolique des nouvelles nations américaines. C’est pourquoi nous croyons que l’esprit de liberté propre au genre de l’essai convient à ces premières modalités d’une écriture de l’insurrection.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En parlant de « s’essayer à l’essai », nous abordons tout un ensemble de formes que nous pourrions désigner comme des pré-essais et qui sont écrits durant la période de l’indépendance des pays hispano-américains, ou proto-essais, textes préparatoires à la naissance et l’épanouissement de l’essai à caractère américaniste, un ensemble fondé sur une vocation de réflexion politique, une interprétation socioculturelle de la réalité hispano-américaine.

2Nous savons en effet que l’essai ne sera vraiment consolidé qu’une fois obtenue l’autonomie des républiques hispano-américaines, lorsqu’elles avanceront dans leur voie propre dans les domaines juridique, politique, culturel et institutionnel. C’est avec le Modernisme, me semble-t-il, que l’essai atteint à sa pleine réalisation en tant que genre actuel, spécifiquement littéraire, comme il en advient d’autres genres ou formes tels que la poésie, le roman, la nouvelle ou le conte. En cette période de transition (fin du xixe siècle et début du xxe), la plupart des pays hispano-américains atteignent une certaine stabilité politique et sociale qui leur donne le moyen de se constituer en tant que nations indépendantes et de se lancer dans l’aventure de la modernisation technique et culturelle.

3La présente étude porte sur des proto-essais, formes approchant l’essai, telles que les manifestes, les proclamations, les lettres, les discours, les projets, mémoires, harangues, avertissements, considérations, réclamations, les plans de gouvernement, les sermons, les réflexions, les plans d’opérations, les paroles inaugurales, etc., qui trouvaient leur plus évident canal d’expression dans la presse et l’art oratoire de ce temps où se manifeste de la manière la plus radicale l’esprit de liberté et de rébellion dont est pénétrée la geste de l’indépendance.

  • 1 À propos de la littérature de l’époque de l’Indépendance, Osorio a indiqué que le plus intéressant (...)

4Ces textes et documents sont constitutifs de notre mémoire historique, en particulier de la mémoire de l’émancipation hispano-américaine. Sous l’angle de la culture et de l’histoire, ce sont les premières manifestations écrites d’une conscience épique et libertaire prouvant une identité et une sensibilité qui se veulent différentes, spécifiquement américaines1.

  • 2 Henríquez Ureña fait remarquer que, sous l’apparente immobilité du système colonial, l’Amérique his (...)

5En face de la pensée scholastique et religieuse, de la culture et de la sensibilité du baroque dont était imbue l’époque coloniale, ces formes de proto-essai revêtent dans les textes et documents les traits d’une culture et une littérature alternatives. Avec eux, nous passons d’une scholastique et d’un « baroque des Indes » à la pensée, à l’esprit critique des Lumières et, en même temps, au style et à la sensibilité propres au néoclassicisme qui, devant les débordantes splendeurs du baroque et le maniérisme, cherchera le rationnel, l’équilibre, l’harmonie esthétique. Néoclassicisme et esprit des Lumières s’allient pour privilégier un ordre nouveau, ouvert, rationnel qui met en question l’ordre théologique et clos de la monarchie et de la colonisation2.

6Cependant, la culture et le courant d’idées qui se révèlent dans ces textes et documents sont quelque peu hétérogènes puisque des courants et des modes de pensées venus du dehors, principalement d’Europe, y dialoguent avec des structures culturelles autochtones et des modalités symboliques propres à la religion catholique. D’autre part, les tendances artistiques et philosophiques que nous avons signalées (baroque, néoclassicisme, esprit des Lumières) coexistent, hors de toute chronologie, se superposant, dialoguant avec les débuts d’un romantisme à caractère social qui s’exprime dans l’ardeur de la passion patriotique, un emphatique esprit de rébellion, une exaltation sentimentale de soi, l’éloge de la nature américaine, la fervente défense de la liberté, de la justice et de l’égalité.

7Plus encore que des textes littéraires, ces formes de proto-essai sont des documents politiques : on revendique des droits, on dénonce des abus, on proclame de nouvelles formes de gouvernement, on appelle au soulèvement révolutionnaire et, pour ce faire, on met généralement en question ou on renie radicalement l’ordre monarchique espagnol et le pouvoir oppresseur des lois et institutions de la Couronne. D’entrée, certains appellent le peuple à abolir « toute autorité émanant du Gouvernement espagnol » et proposent des modalités et des mécanismes de gouvernement différents pour les remplacer : tel est le cas des « Plans de gouvernement » (1801) de Francisco de Miranda (1750-1816) ou d’une proclamation comme la « Proclama de la ciudad de la Plata » (1809). D’autres, comme la « Arenga » (1809) du marquis de Selva Alegre, déclarent leur adhésion au roi Ferdinand VII.

8Textes et documents en général courts, souvent sous forme de discours perlocutoire ou allocutoire, ils induisent une communication directe avec le lecteur ou de persuasion. En sorte que leur énoncé en fait des messages politiques, visant à une action de transformation. Aussi ces textes nous amènent-ils à penser la révolution de l’indépendance en fonction de la relation problématique entre théorie et pratique : l’influence d’une philosophie, celle des Lumières, et d’un mouvement artistique et culturel qu’est le romantisme social, tous deux venus d’Europe et qui incitent à la rébellion, rencontre une réalité, celle de l’Amérique, qui ne saurait être interprétée ni transformée à partir de modèles étrangers.

9Ils donnent ainsi à observer et à mesurer les tensions, les contradictions et l’intensité des changements qui surviennent à l’époque où se définissent les destins de nations nouvelles et où leur profil identitaire se rajuste ou se redimensionne.

10Ces discours proviennent de toute une génération d’acteurs et auteurs de l’indépendance orientés selon deux tendances fondamentales : l’une militaire et l’autre tenante de la ligne civile. On trouve dans la première des acteurs ou stratèges militaires amenés à penser et à interpréter la réalité américaine qu’ils cherchent à transformer. Se trouvent dans ce cas des acteurs-stratèges militaires comme Miranda ou Bolivar, dédoublés en auteurs-penseurs. La deuxième tendance est représentée par des hommes ayant une authentique vocation intellectuelle et qui se sont consacrés avec ardeur à la tâche d’ouvrir la voie à l’indépendance culturelle et littéraire du continent. C’est le cas d’auteurs aussi importants qu’Andrés Bello, Fray Servando Teresa de Mier ou Simon Rodriguez. Au Venezuela, en particulier, la production la plus remarquable des penseurs de l’indépendance consiste, comme l’a indiqué Miliani, en « une prose de réflexion, un essai embryonnaire, sous forme de mémoires (Miranda), ou de discours oratoire et épistolaire (Bolivar), de traité (Roscio), de monographie (Rodriguez) » (Miliani, 1992: 59).

11Une bonne partie des pré-essais (les « oraisons », les « sermons », les « discours » et les « lettres ») prend son origine dans l’art oratoire cérémoniel sacré et la tradition littéraire, philosophique et politique de l’Europe. Au service de la nouvelle réalité hispano-américaine, ces formes revêtent une signification nouvelle qui leur donne une fonction historique différente.

12Elles ont pour fondement et pour visée la mentalité et la sensibilité d’une époque qui se veut moderne de par l’exaltation de la technique et du progrès, de par l’ouverture sur une nouvelle éthique civique à dominante libérale, apportée par la Révolution française et par l’indépendance nord-américaine, et de par le rôle d’astre montant que prend l’imprimé avec les nouvelles idées des Lumières, aspects dorénavant largement diffusés et qui exacerbent la soif d’autonomie des colonies des Amériques.

13Ces écrits subversifs (proclamations, manifestes, mémoires, rapports, etc.) documentent de la façon la plus significative une conscience américaniste : toute une révolution spirituelle et politique, s’appuyant en Europe sur les avancées de la bourgeoisie et de la révolution industrielle et qui exige dans l’Amérique espagnole la création de structures de pouvoir nouvelles, plus libérales, telles que les Juntes de gouvernement.

  • 3 De cette « Declaración de los Derechos del Hombre y del Ciudadano con varias máximas republicanas y (...)

14La traduction de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, faite en 1794 par Antonio Nariño, fonctionnaire de la vice-royauté de la Nouvelle Grenade, aura une profonde signification et un grand retentissement. Ce texte dont la traduction, reprise et élargie grâce à l’ajout de « plusieurs maximes républicaines et un discours préliminaire adressé aux Américains », est publié au Venezuela en 1797 par ceux qui préparaient la « Conspiration de Gual et España » ; c’est un document subversif capital car, malgré l’échec de la conspiration, il encourage et justifie la révolution de l’indépendance et, dans le cas du Venezuela, apparaît comme un précédent indiscutable de l’acte de déclaration de l’Indépendance qui sera signé le 5 juillet 18113.

15Les textes et documents dont nous parlons sont porteurs d’une éthique et d’une sensibilité critique renforcée par l’apparition d’un idéal héroïque et patriote associé, bien entendu, aux desseins de gouvernement nouveau et au projet général de nouvelles nations et de nouvelles institutions patriotiques dont les contours sont esquissés dans nombre de ces contrées : projets de constitution, plans et/ou projets de gouvernement de substitution qui, suscités ou stimulés par la montée des idées républicaines, s’opposent à l’autoritarisme, au despotisme et à l’absolutisme inhérents au régime colonial.

  • 4 José Luis Romero signale avec pertinence que le sentiment national s’est peu à peu éveillé au cours (...)

16Par-delà leurs objectifs pragmatiques, l’impact de leur formulation de nouveaux programmes de gouvernement et de conquête de la souveraineté politique, certains de ces textes comme la « Representación Nacional de las Colonias. Discurso Filosófico » (1808) de Fray Melchor de Talamantes ou la « Representación de los Hacendados » (1809) de Mariano Moreno, ou certaines « Proclamations », ou les lettres politiques de Miranda ou de Bolívar prennent par moments des modalités proches de l’essai. Pensons à leurs réflexions qui s’infléchissent vers le champ des droits du citoyen, vers l’impérieuse nécessité de la souveraineté populaire, les limites du pouvoir impérial, l’horreur de la soumission au tyran, les plaidoyers pour la liberté de la presse, la liberté de pensée, la revendication par les Blancs nés aux colonies d’un traitement juste et équitable par rapport à ceux qui étaient nés dans la Péninsule ibérique. Ce sont ces points, entre autres, qui rendront possible une nouvelle communauté politique, fonderont un concept de nation sur la base du bien public et des libertés civiques4.

17On trouve aussi dans des passages de plusieurs textes des observations relatives à la vaste étendue de la terre et à ses prodiges, à la nature américaine, ainsi que des considérations sur l’idiosyncrasie, le caractère et la culture des peuples. Miranda, par exemple, dans sa « Proclamation de Coro », lancée lors de son débarquement au Venezuela, début août 1806, parle de l’impérieuse nécessité de « recouvrer nos droits de citoyens » et « notre gloire nationale » pour le bien d’un territoire qu’il décrit comme le continent le plus fertile et le plus riche de la terre, alors peuplé de 16 millions d’habitants. Bolivar, de son côté, analyse dans sa « Lettre de la Jamaïque » les causes de la chute de la Deuxième République du Venezuela et évalue l’avenir politique des pays hispano-américains ; il médite à ce propos sur une différence identitaire qui n’est comparable avec aucune autre des peuples de la terre, voyant dans la pluralité des peuples hispano-américains un « genre humain à petite échelle » (« un pequeño género humano »), « en un monde à part et nouveau dans presque tous les arts et les sciences » (« en un mundo aparte…, nuevo en casi todas las artes y ciencias »).

18Ces textes et documents sont souvent de simples esquisses où se dessine le profil de ce que pourraient devenir les nouvelles nations : proposant des lois, des normes de moralité et de relation sociale, défendant le fédéralisme ou le centralisme des nouvelles républiques, préconisant des stratégies de lutte, analysant les causes de leurs échecs militaires, suggérant les noms des nations, les couleurs et les formes de leurs emblèmes patriotiques. Comme nous l’avons indiqué, elles acquièrent ainsi un relief plus politique et civique que proprement littéraire, mais leur défense passionnée de la liberté des nouvelles républiques, leur analyse, leur réflexion sur l’héritage indigène, sur le passé précolombien, sur l’autonomie des territoires colonisés et sur la nécessité de structurer des formes et des mécanismes de gouvernement qui tiennent compte de la différence et de l’hétérogénéité de la culture américaine leur confèrent une claire tendance à la réflexion suivie, à la recherche et à la discussion identitaire. Le débat d’idées inhérent à ces écrits en fait le fondement de la pensée américaniste et du développement ultérieur de l’essai hispano-américain, contribution essentielle à la réflexion autour de la construction éthique et symbolique des nouvelles nations.

19C’est dire le lien étroit entre la pensée américaniste et la configuration éthique et symbolique des nouvelles nationalités hispano-américaines : le projet fondateur énoncé et argumenté dans un grand nombre de ces discours de construire « une république des citoyens ». Ils constituent le moment inaugural de la pensée américaine, un premier exercice de l’autonomie politique et culturelle, germe de cet exercice de jugement et d’imagination d’où naîtra par la suite l’essai hispano-américain.

20Cette ferveur patriotique qui est la source de l’indépendance et de la conformation des nations hispano-américaines, Humboldt avait eu l’occasion d’en faire l’observation lors de sa venue à la Capitainerie générale du Venezuela à la fin du xviiie siècle. Le savant allemand s’étonne de l’intérêt qu’il y trouve pour les conversations politiques et de la circulation d’imprimés à contenu révolutionnaire, l’un et l’autre révélateurs d’une distance critique à l’égard de ce qui est proprement hispanique péninsulaire ; un trait qui sera aussi mis en relief par la conspiration de Gual et España.

21De fait, cette conspiration, fomentée à partir de décembre 1796 et découverte et avortée en 1797, parviendra à recruter des participants d’origine sociale différente (Blancs, métis et mulâtres) et de diverses professions (agriculteurs, charpentiers, cordonniers, maçons), ce qui indique qu’il existe dès ce temps un sentiment de malaise généralisé et une conscience d’autonomie politique. Conscience que les leaders de ce mouvement ont stimulée par la mise en circulation de textes révolutionnaires et de chansons comme la Carmañola americana, imitée de son homonyme française, et une Canción americana qui, tout en faisant écho à la Marseillaise, est née du milieu hispano-américain lui-même. Le texte « Los Derechos del hombre y del ciudadano con varias máximas republicanas y un discurso preliminar dirigido a los americanos », dérivé de la « Déclaration des droits de l’homme et du citoyen », est attribué au révolutionnaire espagnol Juan Bautista Picornell, impliqué dans la même rébellion ; il fixe un des axes de la vie politique hispano-américaine et l’état d’esprit des débuts de l’indépendance.

22Ces documents libertaires trouveront leur prolongement dans l’ensemble des essais d’essence américaine qui, dans leur diversité et leur ampleur, ne manqueront pas de puiser au courant d’ardeur patriotique, déclencheur du sentiment national qu’ils stimulent.

23De la « Carta a los españoles americanos » (1792) du jésuite péruvien Juan Pablo Viscardo, aux écrits et programmes de Miranda et de Bolivar, ou aux essais de José Martí, dans la période du Modernisme hispano-américain, en passant par les essais de Sarmiento, de Bilbao ou de Mariátegui, ces formes de pré-essai expriment la conscience et la nécessité de l’indépendance politique du continent, mais aussi, de par leur vocation soutenue à réfléchir sur sa culture et son identité, elles tendent les principales lignes de force d’un nouveau champ culturel et littéraire. Celui d’une pensée et d’un essai également indépendants, spécifiquement américains, qui doivent affronter comme un défi la tâche de penser la libération politique et culturelle d’un continent soumis aujourd’hui à de nouvelles formes, de nouveaux mécanismes de domination.

24Parler de ces proto-essais et de ces pré-essais, c’est envisager par conséquent toute une gamme d’essais dénommés américanistes qui, face aux canons de la philosophie et de la littérature européennes, à l’influence prépondérante tout au long du xixe siècle et une bonne partie du xxe siècle, entendent définir et délimiter ce qu’est proprement l’homme hispano-américain, sujet privilégié de leur quête interprétative. Des essais qui, devant la complexité, l’hétérogénéité de nos sociétés américaines, non seulement rejettent les méthodes uni-disciplinaires de pensée, mais en outre s’écartent du scepticisme et du déracinement propres à la littérature décadente pour faire de la volonté d’une connaissance interdisciplinaire la prémisse du jugement, le critère et le fondement du savoir.

25De tels essais trouvent dans le dialogue des langues et des savoirs, notamment dans le dialogue entre image et idée, entre littérature et philosophie, la voie d’une pensée alternative et créative qui s’efforce d’interroger et d’interpréter les choix urgents qui s’offrent à notre continent. Les essais dont nous parlons reprennent à nouveau une grande part des questions que traitaient les textes de l’origine, comme le projet bolivarien d’une grande nation hispano-américaine, avec la capacité d’y apporter le sens d’aujourd’hui, de les réinventer pour faire face aux défis des temps nouveaux.

Haut de page

Bibliographie

Henríquez Ureña, Pedro, 1969, « La Declaración de la Independencia Intelectual » (1800-1830), in Las corrientes literarias en la América hispánica, México, Fondo de Cultura Económica.

Miliani, Domingo, 1992, « Literatura y literariedad en la época Emancipadora », in País de lotófagos. Ensayos, Caracas, Academia Nacional de la Historia, p. 59.

Osorio, Nelson, 2000, « Las Letras de Emancipación (1791-1830) », in Las Letras Hispanoamericanas en el siglo XIX, Prólogo: José Carlos Rovira, Murcia, Universidad de Alicante – Universidad Santiago de Chile.

Pérez Vila, Manuel y Grases, Pedro, 1988, « Conspiración de Gual y España », in Diccionario de Historia de Venezuela, tome A-D, Caracas, Fundación Polar, p. 384-837.

Pino Iturrieta, Elías, 1971, La Mentalidad venezolana de la emancipación 1810-1812, Prólogo: Leopoldo Zea, Caracas, Universidad Central de Venezuela.

Pino Iturrieta, Elías, 2009, « Las vísperas del torbellino », in Simón Bolívar, Caracas, El Nacional-Bancaribe

Pino Iturrieta, Elías et al., 1996, La Cultura en Venezuela, Caracas, Fundación los Trabajadores de LAGOVEN.

Romero, José Luís, 1985 « Prólogo » a Varios, Pensamiento Político de la emancipación, 2 vol., Caracas, Biblioteca Ayacucho, 2e éd.

Haut de page

Notes

1 À propos de la littérature de l’époque de l’Indépendance, Osorio a indiqué que le plus intéressant et le plus significatif de l’émergence d’une nouvelle culture n’est peut-être pas dans des œuvres relevant du canon littéraire (« canónicamente consideradas literarias ») mais plutôt dans ces autres textes et documents. À titre d’illustration, il fait mention de plusieurs de ces formes préalables à l’essai (« pre-ensayísticas ») et de leurs auteurs : la « Proclama a los Pueblos de América » (1809) de Manuel Rodríguez de Quiroga, « La Arenga » (1809) de Juan Pío Montúfar, Marqués de Selva Alegre, la « Representación de los Hacendados » (1809) de Mariano Moreno, le « Memorial de Agravios » (1809) de Camilo Torres, la « Proclama » (1811) de Camilo Henríquez (Osorio, 2000 : 13).

2 Henríquez Ureña fait remarquer que, sous l’apparente immobilité du système colonial, l’Amérique hispanique connaissait une certaine anarchie dont il voit la preuve en politique dans les conspirations et les soulèvements qui se produisirent notamment au xviiie siècle. « Las últimas y más importantes rebeliones en el siglo XVIII fueron la insurrección de Tupac Amarú, un descendiente de los Incas en el Perú (1780), y el levantamiento de los comuneros en Nueva Granada (1781) ». En ce temps l’indépendance des États-Unis avait déjà été proclamée et de nouvelles doctrines s’étaient propagées dans les colonies espagnoles, principalement à travers les livres français dont la lecture n’était guère secrète. Montesquieu, Voltaire et Rousseau comptaient au nombre des auteurs les plus influents (Henríquez Ureña, 1969 : 98).

3 De cette « Declaración de los Derechos del Hombre y del Ciudadano con varias máximas republicanas y un discurso preliminar dirigido a los americanos », Pino Iturrieta écrit qu’elle constitue un des derniers instruments mis en œuvre par les « mantuanos », l’élite blanche née aux colonies, pour s’emparer du pouvoir politique, à la veille du 5 juillet 1811 : « Todas sus frases, sin duda cuidadosamente meditadas buscan inspirar los alientos subversivos necesarios para la culminación de un proyecto que debía ya realizarse » (Pino Iturrieta, 1971 : 143).

4 José Luis Romero signale avec pertinence que le sentiment national s’est peu à peu éveillé au cours des luttes pour l’indépendance de chacune des provinces, pour ensuite devenir une « force impossible à contenir ». « Fue un estado de conciencia colectivo, acaso difuso en cuanto a su contenido concreto, pero de una tremenda vehemencia. La idea de nación, un poco abstracta, se nutrió de la idea de patria, tanto más vívida puesto que era, más que una idea, un sentimiento. Cada nuevo país –países apenas virtuales todavía muchos de ellos– se concentró en su propia personalidad colectiva, en sus hombres y en su paisaje, y se sintió seguro no sólo de ella, sino también de cuanto la diferenciaba de las demás. Jugaban los intereses, sin duda, pero jugaban también las idiosincrasia, las tradiciones inveteradas, las costumbres cotidianas y las formas del habla popular » (Romero, 1985, t. I prólogo, XXXII-XXXIII). Toutes les citations de cette étude renvoient à cette compilation essentielle éditée en deux volumes par Biblioteca Ayacucho, colección clásica.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Douglas Bohórquez, « S’essayer à l’essai, représenter la nation », América, 41 | 2012, 67-74.

Référence électronique

Douglas Bohórquez, « S’essayer à l’essai, représenter la nation », América [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://america.revues.org/364 ; DOI : 10.4000/america.364

Haut de page

Auteur

Douglas Bohórquez

Universidad de Los Andes – Trujillo, Venezuela

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org