Navigation – Plan du site
II. Invention de la nation

L’indépendance linguistique

Le voseo dans la littérature argentine entre 1880 et 1910
La independencia lingüística: la cuestión del voseo en la literatura argentina del Centenario 
Graciela Villanueva
p. 133-145

Résumés

Vers la fin du XIXe siècle, l’Argentine a réussi, comme la plupart des pays hispano-américains, à consolider son indépendance politique. L’indépendance linguistique est, en revanche, encore très loin. La fiction littéraire se développe et se diversifie dans un contexte d’immigration massive et certains estiment que les traditions nationales et la langue elle-même sont en danger.
Pratique courante dans la réalité de la langue parlée en Argentine, le voseo a beaucoup de mal à acquérir ses lettres de noblesse à l’écrit. Après 1810 et pendant très longtemps, l’école continue à enseigner que le traitement familier en espagnol s’organise autour du pronom et la littérature hésite entre le respect de la norme scolaire et l’affirmation d’un trait associé à l’identité linguistique argentine. L’analyse de quarante textes de fiction (romans, contes, vignettes, pièces de théâtre) publiés entre le moment de l’organisation nationale (1880) et le Centenaire de l’indépendance (1910) permet d’identifier les valeurs associées au voseo. Cette étude sert d’introduction à une synthèse des débats et malentendus sur le voseo et sur la langue nationale argentine tout au long du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

1Vers la fin du xixe siècle, l’Argentine a réussi à consolider, comme la plupart des pays hispano-américains, son indépendance politique. L’indépendance linguistique est, en revanche, encore très loin. Mais que veut dire « indépendance » dans le domaine linguistique ? C’est une notion liée à la conscience d’une communauté par rapport aux particularités de la langue qu’elle utilise, une notion liée aussi au sentiment que cette langue, tout en étant différente, n’est pas moins légitime que les dialectes les plus reconnus et les plus anciens et qu’elle a donc le droit d’entrer dans la culture écrite, et surtout dans la littérature. Pour comprendre le processus et ses difficultés, il faut tenir compte de la forte charge axiologique dont les usages linguistiques sont porteurs et du fait que la question de la langue est posée par un jeune pays qui essaie de définir son identité et sa tradition.

  • 1 Sur la question de la langue nationale, voir Sztrum, 1993 et Moure, 2004. Moure commence par une pr (...)

2Bien que l’opposition à l’Espagne au niveau politique, religieux, culturel et institutionnel soit très forte tout au long du xixe siècle, la langue péninsulaire reste la référence scolaire et académique au niveau linguistique. Comme à l’époque coloniale, les écarts par rapport à ce qui est vu comme la norme absolue (la langue parlée en Espagne et tout particulièrement le castillan) sont en général considérés comme des fautes. Autrement dit, après 1810 les Hispano-américains continuent à parler d’une manière, pendant qu’ils apprennent, à l’école, à écrire comme les Espagnols. Parfois explicites, souvent implicites, les arguments pour défendre cette pratique diglossique sont très variés : des arguments historiques (qui rappellent le rôle de l’Espagne dans le passé américain), imaginaires (il faut préserver la pureté de la langue pour éviter que l’espagnol, comme le latin, ne se désagrège en plusieurs nouvelles langues) ou axiologiques (il faut imiter les Espagnols parce que ce sont eux qui parlent la meilleure ou la vraie langue), stratégiques et politiques (il faut préserver la langue commune pour construire une Amérique hispanique unie) ou tout simplement pratiques (il faut respecter les normes de l’Espagne pour pouvoir être compris par tous les hispanophones de la planète, ou parce que c’est en Espagne que se trouve l’institution autorisée à légiférer en matière linguistique, ou parce que c’est en Espagne que sont écrits les livres de grammaire et les dictionnaires)1.

3Or, que le danger de désagrégation ait existé ou non, que le classement axiologique des variantes dialectales soit acceptable ou non, le fait est que pendant très longtemps (et souvent jusqu’à une date récente) les écoles hispano-américaines ont continué à enseigner la grammaire, les paradigmes pronominaux et verbaux et le lexique en prenant comme modèle le castillan, même si cela impliquait une négation radicale de la réalité linguistique de chaque pays. La question du voseo en Argentine est, de ce point de vue, vraiment exemplaire. Pour des raisons que les linguistes et les historiens de la langue connaissent très bien, le voseo a été la forme de traitement familier en Argentine (voir Luquet, Borello et Fontanella de Weinberg). Et si durant la période coloniale le tuteo employé par les Espagnols a cohabité avec le voseo des criollos pour s’adresser aux proches, aux pairs ou aux subalternes, lorsque le pays devient indépendant, c’est le voseo qui perdure pour exprimer la confiance (comme en témoignent les lettres de Guadalupe Cuenca à son époux, Mariano Moreno, au début du xixe siècle). Pratique courante dans la réalité, le voseo a pourtant beaucoup de mal à acquérir ses lettres de noblesse. Au xixe et même au xxe siècle, l’école argentine continue à enseigner que le traitement familier en espagnol s’organise autour du pronom , et la littérature respecte la norme scolaire. Le prestige de l’institution scolaire explique le fait que l’on trouve, non seulement dans la littérature, mais aussi dans les différentes pratiques écrites de la vie quotidienne (la correspondance par exemple) et même dans une pratique contrôlée de la langue orale (celle de l’institutrice s’adressant aux enfants pendant le cours de langue dans une école primaire), des exemples d’une cohabitation du tuteo et du voseo qui devient de plus en plus rare dans la langue parlée en Argentine après l’indépendance.

4Notre travail aspire à étudier la question dans quarante textes de fiction (romans, contes, vignettes, pièces de théâtre) publiés entre le moment de l’organisation nationale (1880) et le centenaire de l’indépendance (1910). Il s’agit de voir quelles sont les modalités de l’alternance entre tuteo et voseo, les valeurs associées au système du pronom vos et la présence de la particule che (qui accompagne souvent le voseo) dans un corpus d’œuvres littéraires qui ont rendu compte des changements qui se sont produits en Argentine autour de 1900, en ville et à la campagne. Cette analyse nous permettra de définir les tendances générales, d’identifier les cas les plus intéressants et de réfléchir au rapport entre le voseo et l’indépendance linguistique de la jeune république.

Le voseo dans la littérature argentine

  • 2 Se pliant à la norme scolaire, Echeverría utilise systématiquement le tuteo, même pour faire parler (...)

5Pour comprendre et situer la problématique qui nous intéresse, il est nécessaire de rappeler que le romantisme argentin a voulu rompre avec l’Espagne dans tous les domaines, même d’un point de vue linguistique. C’est ce que montrent les écrits de Juan María Gutiérrez et Juan B. Alberdi en 1837. La pratique concrète de ces écrivains contredit parfois ce mot d’ordre, puisqu’il est possible de trouver dans la fiction romantique des exemples de voseo associés à la langue de personnages moralement inférieurs (c’est le cas, par exemple, du boucher dans El matadero d’Esteban Echeverría, écrit en 1838 2). En dépréciant le voseo, les romantiques reproduisent l’idéologie espagnole, au lieu d’affirmer un trait typique du parler du Río de la Plata et de s’opposer aux modèles coloniaux. Rodolfo Borello (1969 : 25-42) voit dans cette pratique un certain paradoxe, mais l’analyse d’un corpus plus large permet à Norma Carricaburo (1999 : 143, et sur J. M. Gutiérrez : 114-120) de constater que la génération de 1837 a été moins contradictoire que Borello ne l’a cru et qu’elle a utilisé le voseo non seulement « como identificación peyorativa del habla federal, como se pretendió algunas veces [… sino] sobre todo, como reflejo del uso rioplatense en transgresión a la norma culta », c’est-à-dire sans nuance péjorative. Dans son analyse de la littérature gauchesca, Carricaburo constate que le voseo s’est graduellement imposé et qu’il devient systématique dans Martín Fierro de José Hernández (1872/1879). Dans la partie consacrée à la littérature de 1880, Carricaburo montre que le voseo s’est chargé de différentes valeurs : expression des enfants, langue rurale, langue parlée par les partisans de Rosas, langue populaire ou carnavalesque, parler des criollos (Carricaburo « La poesía gauchesca » : 147-183 ; « En torno al 80 » : 184-248, ainsi que Sztrum, 1992 : 67-77).

6Voyons dans le tableau ci-dessous ce qui se passe dans la littérature argentine à la fin du xixe siècle.

7Comme nous pouvons le constater, le voseo apparaît, d’un point de vue formel, de deux manières qui n’ont pas de correspondance fixe avec les connotations que le voseo exprime :

    • 3 Un exemple intéressant de ce voseo marqué, très conscient, peut être lu dans ¿Inocentes o culpables (...)

    en italique ou entre guillemets, des marques avec lesquelles le narrateur sépare le voseo de son propre discours, soulignant ce qu’il conçoit comme une pratique particulière et montrant au lecteur qu’il est absolument conscient de ce qu’il fait lorsqu’il écrit vos ou la forme verbale du voseo, des marques qui enferment le voseo comme s’il s’agissait d’un agent infectieux 3,

  1. le voseo non marqué, qui correspond souvent à la volonté de refléter la réalité linguistique argentine. Cette forme de traitement est parfois neutre d’un point de vue axiologique (dans les textes qui l’emploient de façon systématique ou en alternance avec le tuteo, mais selon une logique indépendante de la valoration éthique du personnage qui dit ou vos), mais elle peut aussi être chargée d’une valoration soit positive (lorsque c’est le procédé utilisé pour que les « gentils » deviennent plus réels pour le lecteur), soit négative (lorsque le voseo devient stigmate des personnages moralement inférieurs).

Tuteo et voseo dans la fiction argentine entre 1880 et 1910

Les titres précédés par un astérisque appartiennent au cycle de la Bolsa.

Le signe • indique la présence de la forme correspondante (tú, vos, che).

La position du signe • à l’intérieur de la cellule du voseo signale la/les valeur/s qui domine/nt.

Les guillemets indiquent que la forme est marquée (en italique ou entre guillemets dans le texte).

Les crochets indiquent que la forme apparaît très peu (pas plus d’une ou deux fois).

Obra

+ ……………vos ……………… —

che

enfantin

plus de réalité

couche sociale basse

infériorité morale

parler argentin

Année

Contes et romans

1879-80

E. Gutiérrez

Juan Moreira

1879

E. Gutiérrez

Un capitán de ladrones

1880

E. Gutiérrez

El jorobado

1881

E. Cambaceres

Pot pourri

 • »]

1884

L. V. López

La gran aldea

[•]

1884

A Argerich

¿Inocentes o culpables?

1884

E. Cambaceres

Música sentimental

1885

E. Cambaceres

Sin rumbo

[•]

1887

E. Cambaceres

En la sangre

1891

J. Martel

* La Bolsa

 • »]

1891

S. Villafañe

* Horas de fiebre

1891

C. M. Ocantos

* Quilito

 • »]

« • »

1894-02

F. Sicardi

Libro extraño

1894

A. Del Solar

* Contra la marea

1896

F. Grandmontagne

Teodoro Foronda

[•]

« • »

1896

A. Saldías

Bianchetto

1897

C. M. Ocantos

Promisión

« • »

1898

F. Grandmontagne

La maldonada

[•]

« • » •

1899

J. L. Cantilo

* Quimera

« • » •

1900

C. Sánchez Martínez

Barranca abajo

 • »]

1901

O. Saavedra

* Grandezas chicas

« • »

1906

R. Payró

El casamiento de Laucha

1906

Fray Mocho

Cuentos

1908

R. Payró

Cuentos de Pago chico

1908

R. Payró

Violines y toneles

 • »]

1910

A. Gerchunoff

Los gauchos judíos

1910

R. Payró

Divertidas aventuras…

Année

Théâtre

1881

F. Fernández

Solané

« • »

1886

E. Gutiérrez

Juan Moreira

1894

E. Pardo y R. Prieto

Don Pascual

1896

M. Leguizamón

Calandria

1897

N. Trejo

Los políticos

1898

E. García Velloso

Gabino el mayoral

[•]

1902

F. Sánchez

Canillita

1902

N. Granada

¡Al campo!

1904

F. Sánchez

La gringa

1905

R. Payró

Marco Severi

1906

C. Pacheco

Los disfrazados

1907

N. Trejo

Los inquilinos

1908

J. Maturana

La flor de trigo

  • 4 Dans Solané de Francisco Fernández, les gauchos disent vos, mais Solané, Mica et Genoveva disent (...)

8Le tableau montre que le voseo est systématique dans le théâtre, un genre qui cherche à s’affirmer comme une expression nationale où la vraisemblance est impérative, car les pièces seront jouées par des acteurs argentins. Cette tendance peut être facilement constatée si l’on compare la version de Juan Moreira publiée sous forme de feuilleton dans La patria argentina et la version dramatique (le tuteo des dialogues de la version romanesque devient voseo dans la pièce). Le tuteo apparaît parfois dans le théâtre, mais ce n’est pas très fréquent et en général son emploi est justifié 4.

  • 5 Le tuteo semble mieux s’adapter à des situations graves : Teresa, qui dans d’autres circonstances d (...)

9Un cas particulier d’hésitation entre le tuteo et le voseo est celui de Marco Severi de Roberto Payró. L’emploi d’une forme ou de l’autre est justifié pour certains personnages, mais pour d’autres le changement n’obéit pas à des règles claires. Les employés de l’imprimerie de Vernengo / Severi disent vos, comme on peut le constater au début de la scène I de l’acte I. Benito (le mouchard de la police) et Marie (la belle-sœur de Marco Severi) utilisent le voseo. Marco Severi dit toujours , ce qui peut être justifié par son origine italienne, mais sa femme Teresa hésite entre les deux formes du tutoiement, comme on peut le constater dans la scène IV du premier acte, lorsqu’elle s’adresse à sa sœur Teresa et lui dit d’abord : « … ese mozo anda siempre atrás de ti y tú le haces caso » ; puis elle passe au voseo (« traélo, traélo ») et elle revient enfin au tuteo (« Eres una loca »). L’emploi du tuteo est parfois en rapport avec le sujet que les personnages abordent 5, mais il y a beaucoup de situations où ce tuteo intermittent ne peut pas être justifié. Ces emplois constituent un symptôme des doutes de l’auteur par rapport à la possibilité ou la légitimité de consigner par écrit le parler des Argentins, un symptôme qui montre qu’il est encore tôt pour parler d’indépendance linguistique.

  • 6 Dans La gran aldea de Lucio V. López, les bourgeois porteños utilisent toujours le tuteo, mais le v (...)
  • 7 Au chapitre XXXVIII de Sin rumbo, la petite Andrea (fille du héros) dit vos. Dans La Bolsa de Juliá (...)
  • 8 Dans ce feuilleton de Sánchez Martínez publié dans le journal El pueblo, les personnages utilisent (...)

10Dans les romans et les contes argentins de la fin du xixe et du début du xxe siècle, les hésitations entre le tuteo et le voseo sont encore plus fréquentes : dans un tiers du corpus, l’emploi du tuteo est systématique pour le traitement familier (même lorsque ce sont des personnages argentins qui parlent), selon une tradition de respect de la norme espagnole. Dans certains cas, le voseo surgit, mais de manière exceptionnelle : dans Pot-Pourri de Cambaceres, par exemple, vos et che apparaissent dans un dialogue au moment du carnaval ; dans La gran aldea de Lucio López, le voseo marque l’expression des personnages socialement inférieurs 6 ; dans Sin rumbo de Cambaceres et dans La bolsa de Martel, le voseo apparaît dans le parler des enfants7, et il apparaît exceptionnellement dans le feuilleton de Carlos Sánchez Martínez à un moment où un personnage montre sa bassesse morale 8.

11Plus variées mais analogues aux exemples que nous venons de citer sont les nuances dans les romans qui mélangent tout le temps le voseo et le tuteo. C’est le cas du roman En la sangre de Cambaceres, où le voseo a des nuances différentes et surtout un sens péjoratif, particulièrement intense lorsque Genaro (qui tout au long du roman a utilisé le tuteo) frappe sa femme en disant vos (sur le voseo chez Cambaceres, Villanueva, 1997 : 487-497). Dans le long et polyfacétique Libro extraño de Francisco Sicardi le voseo est associé aux enfants (la « chiquita de los cuentos », fille de Carlos Méndez, dit toujours vos), aux personnages des classes populaires et aux anarchistes. Dans ce dernier cas, la valeur de dégradation morale réapparaît, puisque les anarchistes sont explicitement condamnés dans le roman.

12Les seuls écrivains qui, vers la fin du xixe siècle et au début du xxe, utilisent systématiquement le voseo dans la fiction narrative sont Fray Mocho, Francisco Grandmontagne et Roberto Payró (ce dernier seulement dans une partie de son œuvre, en rapport avec le monde rural). Pourquoi Fray Mocho et Grandmontage sont-ils capables d’affirmer le parler local, en s’opposant à la norme espagnole ? Fray Mocho est un écrivain spécialisé dans la peinture des mœurs : pour rendre compte de la vie quotidienne des habitants de Buenos Aires, il ne peut pas se passer du voseo. Quant à Grandmontagne, il faut rappeler qu’il était tout simplement espagnol. Cette origine a dû le rendre particulièrement sensible au voseo (une pratique qui n’était pas naturelle pour lui) et en même temps capable de l’écrire en s’opposant aux diktats de l’Académie. Il risquait moins, en effet, d’être accusé de ne pas s’exprimer « correctement ».

Débats et malentendus sur le voseo en Argentine

13Le décalage entre la langue apprise à l’école et celle qu’on parle tous les jours est un phénomène qui existe dans toutes les langues, à toutes les époques, mais ce décalage concerne en général la prononciation et le lexique ; en revanche, lorsqu’on considère le voseo, il s’agit de la morphologie verbale, c’est-à-dire d’un des piliers de la langue. Le voseo a pourtant mis du temps à être accepté. L’histoire argentine fournit des éléments qui nous aident à comprendre ce qui s’est passé. L’arrivée massive des immigrants à la fin du xixe siècle explique l’attitude paradoxale des Argentins par rapport au voseo et aux particularités locales : dans un pays où, au début du xxe siècle, un habitant sur trois est né à l’étranger (et les pourcentages sont encore plus élevés au niveau de la capitale), le voseo et quelques particularités lexicales sont perçus comme des signes d’une tradition argentine (et, en tant que tels, comme des éléments d’affirmation de la propre identité dans l’écriture, dans une ligne liée à la tendance criollista). Et en même temps et en sens inverse, comme l’arrivée des immigrants d’origines et de langues très diverses fait sentir aux Argentins que leur langue est en danger, pour la défendre les écoles répètent qu’il faut respecter les normes péninsulaires, ce qui implique l’effacement du voseo, du moins dans la langue écrite.

14Tous ces éléments expliquent la confusion des Argentins par rapport à leur propre langue pendant une bonne partie du xxe siècle. Les théories fallacieuses proposées par bon nombre d’érudits ont contribué à la confusion. Les erreurs et les préjugés ont été monnaie courante non seulement chez ceux qui ont voulu valoriser la langue argentine (comme Lucien Abeille, qui en 1900 a annoncé un heureux détachement de cette branche par rapport à la langue mère), mais aussi chez ceux qui ont essayé de la dévaloriser et ont méprisé explicitement le voseo. Par exemple Arturo Capdevila – qui en 1926 décrivait le voseo comme une « tache » d’une « laideur ignominieuse » et en 1928 affirme qu’il s’agit d’une imposition linguistique du régime barbare de Juan Manuel de Rosas –, Américo Castro – qui en 1941 reprend sans se poser aucune question la théorie fantaisiste de Capdevila et associe le voseo à une regrettable tendance argentine à la vulgarité et au populisme – et Ramón Menéndez Pidal (1945 : 203) – qui parle du voseo « degradado y degradante » (Sztrum, 1993 : 261 note 5, 269).

15En 1927, dans « El idioma de los argentinos », Borges avait déjà donné une réponse claire à Capdevila en s’opposant avec la même force à ceux qui croyaient que les Argentins devaient cultiver le lunfardo et à ceux qui affirmaient qu’il fallait imiter la langue de l’Espagne (Borges, 2002 [1928] : 141-161). L’antipathie de Borges envers Américo Castro est déjà perceptible dans cet article, mais elle deviendra encore plus évidente dans « Las alarmas del doctor Américo Castro » (publié en 1952), où Borges développe son point de vue et réfute explicitement ce que Castro écrit dans un livre publié en 1941.

16Beaucoup d’écrivains et d’intellectuels ont rejeté les arguments de Capdevila et de Castro, autant à l’époque de la publication de leurs ouvrages que plus récemment. Ce qui peut surprendre est le fait que la réfutation soit souvent d’ordre idéologique (celle de Vanni Blengino, 1990), alors qu’il faudrait commencer par rappeler que la théorie qui lie le voseo au régime de Rosas au xixe siècle est complètement fausse d’un point de vue scientifique. Norma Carricaburo (1999 : 47-53 et 80-81) fait un bon bilan de la question lorsqu’elle rappelle comment les erreurs de Capdevila, auxquelles la publication du livre de Castro en 1941 donne un nouvel élan, ont été clairement réfutées par deux linguistes : Rodolfo Borello (en 1969) et María B. Fontanella de Weinberg (en 1971). Carricaburo observe que ces spécialistes développent des arguments que Raúl A. Molina avait déjà anticipés en 1958 dans un article où il citait des textes qui prouvent que le voseo était déjà utilisé en Argentine au xvie siècle (Molina a trouvé aux Archives des Indes un document qui prouve qu’en 1693 le traitement familier entre des criollos de Buenos Aires était déjà le voseo).

17Comme nous pouvons le constater, ceux qui transmettent une image dégradée et une série de fausses idées sur le voseo sont des personnes très célèbres (Américo Castro, Ramón Menéndez Pidal). Ceci nous permet de comprendre la persistance des versions fausses du problème. Différence, tache ou souillure que l’Argentin porte dans ce sang qu’est la langue, le vos est ce que l’école et la littérature ont essayé de cacher. Il a fallu de longues années pour que la littérature d’abord, puis le système scolaire parviennent à l’assumer, ce qui met en évidence la dimension sociale et même politique de la question.

  • 9 Sábato, Ernesto, 1953, Heterodoxia, Buenos Aires, Emecé. Dans sa première version de El túnel, 1948 (...)

18Avant que des études linguistiques rigoureuses ne viennent démentir les erreurs de Capdevila et Castro, la question du voseo a été au centre de plusieurs débats. L’écrivain Ernesto Sábato, dans Heterodoxia (1953), se moque de ceux qui imaginent que la ville de Tolède est « la silla absoluta del lenguaje castellano » et que « los pobres mortales que habitamos en otras regiones del vasto imperio estaríamos condenados a farfullar dialectos más o menos monstruosos según nuestras respectivas distancias a la silla y la lengua platónica sentada sobre ella ». 9 En 1954, dans le numéro 3 de la revue Contorno, Oscar Masotta s’oppose à l’opinion de Jorge Vocos Lescano sur la pièce El juez d’Héctor Murena et donne naissance à une célèbre polémique. Pour Vocos, la pièce de Murena a du « mérite » parce qu’elle montre la « forma de tratamiento tan peculiar y especialísima que es el tuteo porteño », une forme qui « exige una medida y un control que muy pocos consiguen establecer », puisque, selon Vocos, le voseo, s’il n’est pas contrôlé, « perjudica y empobrece notablemente la expresión, cuando no la degenera por completo ». Oscar Massotta (1981 : 64-70) réagit vigoureusement contre le raisonnement de Vocos, en mettant en évidence la dimension idéologique, politique et même philosophique de la question du et du vos dans la littérature argentine.

19Quelques années plus tard, en 1964, la revue Leoplán publie les points de vue sur le voseo de Silvina Bullrich, Syria Poletti, Jorge Luis Borges, Abelardo Castillo, Leónidas de Vedia, Beatriz Guido et Roberto Giusti. Tous ces écrivains acceptent le voseo comme le traitement familier employé en Argentine et pensent qu’il est normal de l’utiliser pour faire parler des personnages argentins. Certains reconnaissent pourtant qu’ils ont du mal à l’écrire (le poids de la tradition scolaire est encore très fort) et ils affirment que le tuteo doit continuer à être enseigné et employé à l’écrit, mais pas systématiquement. Le voseo ancre le texte dans une région concrète et lorsqu’il s’agit de créer un texte relativement neutre ou abstrait, le tuteo peut s’avérer plus adapté. Le tuteo a un autre avantage : il permet d’atteindre un public plus large (Carricaburo, 1999 : 73-78).

20La modification des programmes officiels de langue nationale et l’entrée du voseo dans les cahiers et les manuels scolaires est un événement relativement récent en Argentine. Malgré ce changement, des travaux de recherche très récents constatent la persistance des préjugés sur la langue des Argentins. À partir d’une étude réalisée à Buenos Aires au début des années 2000, José Luis Moure montre que la « consecución y aceptación por los hablantes de Buenos Aires de una identidad lingüística propia » continue à être difficile et qu’il existe « una más o menos tácita pero latente admisión de minusvalía, que las instancias educativas no terminan de iluminar ni de resolver ». Moure souligne le rôle de l’éducation et de la littérature dans l’affirmation de la propre langue et rappelle l’avertissement de Borges en 1927 contre le danger de « un español gaseoso, abstraído, internacional, sin posibilidad de patria alguna ». L’indépendance linguistique – ce que Borges appelait « la plena entonación argentina del castellano » – semble, certes, plus proche qu’en 1900, mais elle n’est évidemment pas encore totalement acquise.

Haut de page

Bibliographie

Abeille, Lucien, 1900, Idioma nacional de los argentinos, Paris, Librairie Émile Bouillon.

Blengino, Vanni, 1990, Más allá del océano. Un proyecto de identidad: los inmigrantes italianos en la Argentina, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina.

Borello, Rodolfo, 1969, « Para una historia del voseo en la Argentina », Cuadernos de Filología,  3, Universidad Nacional de Cuyo, p. 25-42.

Borges, Jorge Luis, 2002 [1928], El idioma de los argentinos, Madrid, Alianza Editorial.

Id., 1952, « Las alarmas del doctor Américo Castro », Otras inquisiciones, in 1994, Obras completas 1923-1972, Buenos Aires, Emecé, p. 653-657.

Capdevila, Arturo, 1928, Babel y el castellano, Buenos Aires, Cabaut.

Id., décembre 1926, « El idioma en la Argentina », Buenos Aires, La Nación.

Carricaburo, Norma, 1999, El voseo en la Literatura Argentina, Madrid, Arcos.

Castro, Américo, 1941, La peculiaridad lingüística rioplatense y su sentido histórico, Buenos Aires, Losada.

Fontanella de Weinberg, María B., 1971, « Voseo en Buenos Aires en las dos primeras décadas del siglo XIX ».

Luquet, Gilles, 2003, « De la relation signifiant / signifié dans les représentations espagnoles de l’allocutaire », in Pronombres de segunda persona y formas de tratamiento en las lenguas de Europa : http://cvc.cervantes.es/lengua/coloquio_paris/ponencias/pdf/cvc_luquet.pdf

Masotta, Oscar, 1954, « Vocos, la lupa y el viejo mundo », in Viñas, David y otros, 1981, Contorno, Selección, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina, p. 64-70.

Menéndez Pidal, Ramón, 1945, Castilla, la tradición, el idioma, Buenos Aires, Espasa Calpe.

Molina, Raúl A., 12 janvier 1958, « ¿Cuándo apareció el voseo en nuestro lenguaje platense? », Suplemento Literario de La Nación.

Moure, José Luis, 2004, « Norma nacional y prescripción. Ventajas y perjuicios de lo tácito », http://congresosdelalengua.es/rosario/ponencias/aspectos/moure_jl.htm

Sábato, Ernesto, 1953, Heterodoxia, Buenos Aires, Emecé.

Sztrum, Marcelo, 1992, « Algunas relaciones entre “Lengua gauchesca” e “Idioma nacional de los argentinos” », América, nº 11, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 67-77.

Id., 1993, « Esta debe ser, es, deseo que sea otra lengua: evolución de la idea de idioma nacional argentino », in Les représentations de l’Autre dans l’espace ibérique et ibéro-américain II, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 259-269.

Villanueva, María Graciela, 1997, « Metamorfosis de la imagen del extranjero en las novelas de Eugenio Cambaceres », in Cambio y Permanencia, revue Río de la Plata, nº 17-18, Paris, CELCIRP, p. 487-497.

Corpus des auteurs 1880-1910
Romans, contes, vignettes

Argerich, Antonio, 1884, ¿Inocentes o culpables?, Buenos Aires, Imprenta del « Courrier » de la Plata.

Cambaceres, Eugenio, 1984 [1882], Pot-pourri, Buenos Aires, Hyspamérica.

Id., 1984 [1884], Música sentimental, Buenos Aires, Hyspamérica.

Id., 1966 [1885], Sin rumbo, Buenos Aires, Huemul.

Id., 1988 [1887], En la sangre, Buenos Aires, Colihue.

Cantilo, José Luis, 1899, Quimera, Buenos Aires, Tailhade & Roselli.

Del Solar, Alberto, 1894, Contra la marea, Buenos Aires, Félix Lajouane.

Fray Mocho (José S. Álvarez), 1947 [1906], Cuentos, Buenos Aires, Tor.

Gerchunoff, Alberto, 1984 [1910], Los gauchos judíos, Buenos Aires, Aguilar.

Grandmontagne, Francisco, 1896, Teodoro Foronda, Buenos Aires, La Vasconia.

Id., 1898, La maldonada, Buenos Aires, Imprenta artística Buenos Aires.

Gutiérrez, Eduardo, 1879, Un capitán de ladrones, Buenos Aires, La Patria Argentina.

Id., 1879-1880, Juan Moreira, Buenos Aires, La Patria Argentina.

Id., 1880, El jorobado, Buenos Aires, La Patria Argentina.

López, Lucio V., 1884, La gran aldea, Buenos Aires, Sudamérica.

Martel, Julián (José María Miró), 1891, La Bolsa, Buenos Aires, La Nación.

Ocantos, Carlos María, 1964 [1891], Quilito, Buenos Aires, Eudeba.

Id., 1914 [1897], Promisión, Buenos Aires, Biblioteca de La Nación.

Payró, Roberto, 1979 [1906], El casamiento de Laucha, Buenos Aires, Colihue.

Id., 1985 [1908], Cuentos de Pago chico, Buenos Aires, Losada.

Id., 1968 [1908], Violines y toneles, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina.

Id., 1986 [1910], Divertidas aventuras de un nieto de Juan Moreira, Buenos Aires, Biblioteca Ayacucho e Hyspamérica.

Saavedra, Osvaldo, 1901, Grandezas chicas, Buenos Aires, Arnoldo Moen.

Saldías, Adolfo, 1986, Bianchetto, Buenos Aires, Felix Lajouane Editor.

Sánchez Martínez, Carlos, du 1 au 17 avril 1900, Barranca abajo, Buenos Aires, El pueblo.

Sicardi, Francisco, Libro extraño, 1894-1902, Buenos Aires/Barcelona, F. Granada y Cía. Editores.

Villafañe, Segundo, 1891, Horas de fiebre, Buenos Aires, Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de Buenos Aires.

Théâtre

Fernández, Francisco, 1881, Solané, Buenos Aires, Editorial Casavalle.

García Velloso, Enrique, 1963 [1898], Gabino el mayoral, in Breve Historia del teatro argentino, Buenos Aires, Eudeba, vol. VI.

Granada, Nicolás, 1963 [1902], ¡Al campo!, in Breve Historia del teatro argentino, vol. III.

Gutiérrez, Eduardo et Podestá, José, 1963 [1886], Juan Moreira, in Breve Historia del teatro argentino, vol. II.

Leguizamón, Martiniano, 1961 [1896], Calandria, Buenos Aires, Ediciones Solar / Hachette.

Maturana, José, 1959 [1908], La flor de trigo, in Luis Ordaz (comp.), El drama rural, Buenos Aires, Hachette.

Pacheco, Carlos M., 1953 [1906], Los disfrazados, in Breve Historia del teatro argentino, vol. VI.

Pardo, E. A. et Prieto, R., 1894, Don Pascual, in Breve Historia del teatro argentino, vol. II.

Payró, Roberto, Marco Severi, 1956 [1905], in Teatro completo, Buenos Aires, Hachette.

Sánchez, Florencio, Canillita, 1987 [1902], in Sánchez, Trejo et al., Canillita y otras obras, Buenos Aires, Centro Editor de América Latina.

Id., 1967 [1904], La gringa, Buenos Aires, Kapelusz.

Trejo, Nemesio, 1987 [1897], Los políticos, in Sánchez, Trejo et al., Canillita y otras obras.

Id., 1963 [1907], Los inquilinos, in Breve Historia del teatro argentino, vol. VI, Buenos Aires, Hachette.

Haut de page

Notes

1 Sur la question de la langue nationale, voir Sztrum, 1993 et Moure, 2004. Moure commence par une présentation très synthétique de l’histoire des idées sur une langue nationale depuis l’indépendance jusqu’à présent, puis il analyse le rôle qu’ont eu l’Institut de philologie de l’Université de Buenos Aires (créé en 1923), l’Académie argentine des Lettres (créée en 1931) et l’école, et présente enfin un diagnostic des idées actuelles sur la langue elle-même, diagnostic élaboré à partir d’un sondage d’opinion réalisé sur un échantillon de quatre cents personnes de différents niveaux sociaux résidant à Buenos Aires et dans cinq communes de sa banlieue. Le travail de Moure a été présenté au IIIe Colloque international de la langue espagnole, Rosario, Argentine.

2 Se pliant à la norme scolaire, Echeverría utilise systématiquement le tuteo, même pour faire parler les mazorqueros, mais le voseo se glisse dans une scène très violente où une femme essaie de voler un morceau de graisse.

3 Un exemple intéressant de ce voseo marqué, très conscient, peut être lu dans ¿Inocentes o culpables? (1884) de l’écrivain Antonio Argerich. Le narrateur utilise systématiquement le tuteo, mais dans une des scènes qui se déroulent dans une maison close, il introduit un vos en italiques et rédige une longue note en bas de page pour montrer que c’est ainsi que s’expriment vraiment les gens qui fréquentent ces maisons. Argerich explique que ses personnages n’utiliseront plus ces « palabras que sólo usan las clases exentas de instrucción ». Le voseo est pour lui un stigmate des classes inférieures qu’il faut bannir de la littérature.

4 Dans Solané de Francisco Fernández, les gauchos disent vos, mais Solané, Mica et Genoveva disent dans des moments difficiles. L’inspiration romantique de cette pièce (malgré la date de sa publication, 1881) peut expliquer l’emploi du tuteo. Dans les saynètes, c’est le voseo qui prévaut et l’emploi du tuteo est toujours justifié. Dans Don Pascual de Pardo y Prieto, par exemple, le est la manière artificielle de s’exprimer que les femmes de la famille tentent d’imposer au personnage principal, mais qu’elles n’arrivent pas elles-mêmes à garder longtemps. Dans Gabino el mayoral de García Velloso, le tuteo apparaît dans un poème cité par les protagonistes qui emploient le voseo lorsqu’ils parlent entre eux (dans cette pièce l’envie de reproduire la manière de parler des Argentins est tellement forte que García Velloso fait dire vos à un Galicien). Dans Los inquilinos de Nemesio Trejo, le tuteo n’apparaît que chez Manuel, personnage galicien qui s’occupe du conventillo. Dans les pièces longues, c’est encore le voseo qui domine et, si le tuteo apparaît, il est justifié. C’est ce qui arrive par exemple dans La gringa de Florencio Sánchez, où les criollos utilisent systématiquement le voseo, alors que les immigrants italiens mélangent tuteo et voseo (ce qui est normal si l’on considère que le traitement familier s’organise autour du pronom tu en italien).

5 Le tuteo semble mieux s’adapter à des situations graves : Teresa, qui dans d’autres circonstances dit vos, passe au tuteo lorsqu’elle parle avec son mari ou se souvient de ses paroles, avant et pendant son emprisonnement. C’est ce que fait également María : la première fois qu’elle apparaît, elle utilise le voseo, mais dans la scène où elle va se venger du traître qui a envoyé son beau-frère en prison, elle passe à un tuteo très emphatique. Voir Payró, Marco Severi, acte I, scène IV, acte II, scène III et acte III, scènes XI et XII.

6 Dans La gran aldea de Lucio V. López, les bourgeois porteños utilisent toujours le tuteo, mais le voseo (et l’interjection che, caractéristique du registre familier) apparaît chez le mulâtre Alejandro (« – ¡Che!, y vos cómo sabés los buques ») et les personnages du peuple (« – Cantá, che, lo que has arreglao pa la Guardia Nacional. »), chapitre VII.

7 Au chapitre XXXVIII de Sin rumbo, la petite Andrea (fille du héros) dit vos. Dans La Bolsa de Julián Martel, tous les personnages disent , mais le jeune fils du docteur Glow utilise le voseo au chapitre III de la première partie du roman.

8 Dans ce feuilleton de Sánchez Martínez publié dans le journal El pueblo, les personnages utilisent systématiquement le tuteo, mais le méchant anarchiste passe au voseo lorsque son comportement est particulièrement abject.

9 Sábato, Ernesto, 1953, Heterodoxia, Buenos Aires, Emecé. Dans sa première version de El túnel, 1948, les héros disent tú, mais dans les éditions postérieures, Sábato modifie les dialogues et introduit le voseo. Carricaburo (1999 : 413-415) considère que les débats des années 1950 peuvent expliquer ce changement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Graciela Villanueva, « L’indépendance linguistique », América, 41 | 2012, 133-145.

Référence électronique

Graciela Villanueva, « L’indépendance linguistique », América [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://america.revues.org/416 ; DOI : 10.4000/america.416

Haut de page

Auteur

Graciela Villanueva

CRICCAL - Équipe IMAGER / CREER Université Paris Est-Créteil

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org