Navigation – Plan du site
III. La fabrique des héros

La victoria de Junín. Canto a Bolívar (1825) de José Joaquín Olmedo

La représentation d’une américanité en marche
Canto a Bolívar (1825) de José Joaquín Olmedo : representación de una americanidad en marcha 
Emmanuelle Sinardet-Seewald
p. 197-205

Résumés

La victoria de Junín de José Joaquín Olmedo, publié en 1825 à Guayaquil puis en 1826 à Londres, plus connu sous le titre de Canto a Bolívar, se présente comme un long poème épique à la gloire de Bolívar, présenté comme le principal artisan de la victoire militaire de Junín, en août 1824, puis de celle d’Ayacucho, en décembre de la même année. Texte de circonstance, ce poème patriotique fait aussi de Bolívar l’incarnation d’un esprit américain, l’intervention de l’Inca Huayna-Cápac le posant en héritier spirituel d’une lignée née du sol américain.
Ce travail s’efforce de cerner les modalités de la construction de la figure héroïque de Bolívar, à la lumière des modèles classiques dont s’inspire l’auteur, mais aussi d’observer la fonction des motifs lyriques présents dans le poème épique. Il permet également de comprendre dans quelle mesure l’évocation du passé américain, à travers la figure de l’Inca, d’une part, et l’exaltation des éléments géographiques récurrents, d’autre part, contribuent à sublimer la figure du héros pour construire la représentation d’une américanité en marche.

Haut de page

Texte intégral

De la légitimité poétique à la légitimité politique : la figure de Bolívar transcendée

1Olmedo est souvent considéré comme l’un des trois grands poètes patriotes aux côtés d’Andrés Bello et de Heredia (Carilla, 1964 : 129). Il est vrai qu’Olmedo est un acteur politique des indépendances. Il est tour à tour député aux Cortes de Cadix en tant que représentant de Guayaquil, promoteur de la révolution de 1820 puis membre du triumvirat qui tente de maintenir l’indépendance du port face à Bolívar au nord, comme à San Martín au sud. Il ne peut empêcher le rattachement de Guayaquil à la Grande Colombie, et se rapproche alors de Bolívar, les deux hommes se témoignant une estime réciproque. Olmedo poursuit sa carrière politique comme ambassadeur du Pérou à Londres et à Paris, de 1825 à 1828, nommé par Bolívar (Guevara, 1971 : 69-121). Il devient vice-président de la république de l’Équateur, née en 1830, et en célébrera le premier président, le général Flores, en 1835, dans un autre chant resté célèbre dans la littérature équatorienne, Al General Flores, vencedor en Miñarica (Espinoza Pólit, 1980 : 131-144).

2C’est donc aussi en tant qu’homme de lettres qu’Olmedo défend sa vision politique du processus indépendantiste. S´il est contemporain de l’essor du romantisme en Amérique, il demeure avant tout fidèle à la veine néo-classique venue d’Espagne à la fin du xviiie siècle et qui connaît un nouvel essor dans les années 1810-1830 avec la rédaction d’odes aux luttes émancipatrices puis aux próceres des premières années d’indépendance (Piñeyro, 1906 : 226). Les canons néo-classiques président ici à la construction d’une figure du héros américain mobilisatrice, qui incarne des valeurs positives et suscite l’adhésion, portée par un rythme épique soutenu duquel participe la qualité formelle du chant, unanimement vantée. Aurelio Espinoza Pólit cite Pombo pour qui Canto a Bolívar reste une « sinfonía insuperable de alta lengua castellana » et Olmedo, « el primer poeta bélico de nuestra América, si no de toda la literatura castellana » (Olmedo, 1960 : 142-143).

3Olmedo s’inspire directement de l’épinicie, ce chant triomphal propre à la Grèce classique qui, au sein de la poésie lyrique, constitue un sous-genre de l’ode ou de l’hymne, composé à l’origine pour glorifier l’athlète victorieux aux Jeux olympiques. Il puise tout particulièrement aux odes pindariques, qui permettent une progression souple : l’exposition du thème, où la muse présente le héros ; une accumulation de références mythologiques, qui contribue à montrer la nature sublime de Bolívar ; une longue conclusion, ici formulée par l’Inca puis ses vestales, qui se charge de souligner les vertus morales du héros et appuie son éloge. Le respect du modèle n’est pas innocent : il transfigure des victoires militaires encore fragiles en une geste noble, incarnée par le champion Bolívar. Les événements ne s’inscrivent plus dans un présent en train de se jouer, mais entrent directement dans l’Histoire. Transcendés par leur association systématique à la mythologie classique, ils dépassent le cadre circonscrit de Junín pour toucher à l’universel.

4Dès lors, la forme néo-classique contribue à mythifier les deux victoires pour mieux les présenter comme des événements fondateurs. Elles viennent acter l’existence d’un groupe, les Américains, rassemblés autour de leur guide, Bolívar, capable de déchaîner, dans la guerre, une crise de violence généralisée pour expulser la cause d’un mal social, politique et culturel, les Espagnols. Les pouvoirs du Libertador, chantés par la muse ou les vestales du Soleil, apparaissent comme transcendants : Bolívar n’est pas seulement un chef militaire mais le guide du groupe qu’il incarne. Si, à l´instar de la philosophie française du xviiie siècle, on la pose comme la volonté de vivre ensemble, la nation est le résultat d’un acte d’autodéfinition. Canto a Bolívar assume ici cette fonction et proclame une nation américaine unie derrière son guide.

Bolívar selon Huayna-Cápac : du héros militaire au fondateur de nations

  • 1 Bolívar, Simón « Carta a José Joaquín Olmedo del 12 de julio de 1825, Cuzco » (Olmedo, 1974 : 100).
  • 2 Bello, Andrés, « Noticia de La victoria de Junín. Canto a Bolívar » (Olmedo, 1974 : 107-113).

5C’est dans cette perspective d´auto-affirmation et d´autodéfinition qu’il faut comprendre l’apparition de l’Inca, souvent jugée artificielle et maladroite, y compris par Bolívar dans une lettre adressée à Olmedo qui lui avait soumis une première version de son poème1. L´apparition de l´Inca s´explique d´abord par les circonstances de la rédaction, contemporaine de la campagne de libération du Pérou. Olmedo, qui reçoit dans un premier temps la nouvelle de la victoire de Junín, compose une première version où il célèbre l’artisan de la victoire, Bolívar. Puis lui parvient la nouvelle de la victoire d’Ayacucho qui, sur le plan militaire, n’est pas l’œuvre de Bolívar mais d’Antonio José de Sucre. Olmedo comprend qu’il ne saurait célébrer Junín sans chanter Ayacucho, victoire déterminante, qui signifie la fin de l’emprise de la Couronne espagnole sur l’Amérique du Sud. Or comment célébrer les deux victoires tout en respectant l’unité de lieu chère aux canons classiques ? Comment faire de Bolívar le pivot de l’émancipation, quand Sucre est l’artisan d’Ayacucho ? Olmedo recourt à la figure de l’Inca Huayna-Cápac qui prophétise, depuis Junín, la victoire d’Ayacucho pour mieux faire de Bolívar l’unique libérateur de l’Amérique espagnole. Andrés Bello défend cette construction qui, outre l´unité de lieu, assure à l´ensemble son unité thématique2. Ainsi le sujet est-il moins la victoire militaire que la liberté du Pérou, portée puis incarnée par Bolívar, lequel devient un emblème américain à la portée politique, comme père fondateur d´une nouvelle nation.

6En effet, Canto a Bolívar s’efforce de légitimer un acte politique qui signifie une transgression, celle de l’ordre mis en place par la Couronne espagnole, porteur de légitimité. Le poème inverse les perspectives et présente la rupture politique non pas comme une transgression, mais comme venant restaurer un ordre bafoué par les Espagnols. Les combats sont décrits comme une guerre de libération contre une entité étrangère. Le poète fait de l’Espagnol une altérité pour mieux justifier la nécessaire émancipation d’une américanité assujettie.

7Le poème s’ouvre sur une muse qui survole la scène de bataille de Junín puis descend se mêler aux combattants. Cette muse patriote prend fait et cause pour les troupes présentées comme américaines face à une altérité européenne. Deux appartenances et deux identités se dessinent d’emblée comme un « nous » américain et un « eux » espagnol. Avec joie, la muse assiste à la victoire américaine et célèbre la libération du Pérou. Alors que le chant aurait pu se terminer sur les louanges à Bolívar, héros militaire paré de toutes les vertus guerrières, le propos rebondit. Une voix annonce l’apparition dans les cieux d’un Inca, Huayna-Cápac (v. 363-373).

8L´élément surnaturel légitime l’indépendance en train de se jouer. L’Inca est non seulement empereur, chef politique, mais grand prêtre, au discours prophétique, à même d’interpréter les événements en cours. Or il associe aux champs de bataille du présent ceux de la Conquête espagnole passée (v. 374-384). Et l’Inca de rappeler les horreurs de la Conquête, réactivant les topiques de la Légende noire. Il contribue là à légitimer la rupture politique face à la Couronne espagnole en faisant de cette dernière un élément étranger à l’univers américain posé comme millénaire, qu’elle est venue envahir et assujettir par la force. « ¡Guerra al usurpador! » (v. 416) crie l’Inca en désignant les Espagnols. Son intervention oriente l’interprétation des événements : la bataille de Junín refermerait une période, celle de la domination espagnole, que la Conquête, avec violence, avait ouverte. Non seulement Bolívar rend la liberté aux Américains, mais il referme une parenthèse historique, la présence espagnole, dans une temporalité bien plus longue, le temps américain.

9Canto a Bolívar, toutefois, prend toute sa dimension légitimatrice dans la prophétie de l´Inca. Huayna-Cápac y annonce que la victoire de Junín sera suivie de celle d’Ayacucho. Il ajoute qu´elle ne viendra pas rétablir un empire, organisation politique qui peut devenir tyrannique, avant d´exhorter les peuples américains à rester unis et réaliser leur projet de liberté et de prospérité :

Vuestra fuerza es la unión. Unión, ¡oh pueblos!,
para ser libres y jamás vencidos.
Esta unión, este lazo poderoso
la gran cadena de los Andes sea,
que en fortísimo enlace, se dilatan
del uno al otro mar. […]. (v. 712-717)

10Le poème décrit les différents peuples américains rassemblés autour des aspirations communes qui actent leur volonté de ce vivre-ensemble préalable à la naissance d´une nation. Il fait de Bolívar l´artisan de cette union, qui devient alors le créateur de nations libres et souveraines. Selon l’Inca, Bolívar continuera de fédérer autour de sa personne les peuples américains, les dotant d’institutions garantes des lois et des libertés. Le chant de la victoire militaire devient une ode patriotique éminemment politique.

11Le ciel applaudit à l’intervention de l’Inca, puis les vestales à son service entonnent les louanges du Soleil, demandant à cette divinité typiquement américaine la prospérité pour la nation naissante. Elles réclament aussi santé et gloire pour le Libertador, décrivant le triomphe d’Ayacucho prédit par l’Inca. Lima ouvre ses murs pour recevoir la pompe triomphale ; le char du vainqueur avance, précédé de prisonniers représentant chacun une province espagnole, scène sur laquelle l’ode se referme pour mieux annoncer la naissance d’une patrie libre : « una sonrisa de la Patria mía, / y el odio y el furor de los tiranos » (v. 905-906).

De l’Inca à Bolívar : la filiation légitimatrice

12La figure de l’Inca est déjà très présente dans la littérature des colonies situées dans l’ancien Tahuantinsuyo, où elle fonctionne comme agent fondateur d’un nationalisme criollo émancipateur (Díaz-Caballero, 2004 : 81-107). Toutefois, en tant qu’élément inclusif du passé inca dans l’histoire criolla, elle transforme la victoire en un dénouement nécessaire (Gunia, Meyer-Minneman, 1998 : 219-235). En effet, l’Inca désigne Bolívar comme le vengeur des siens :

¡Oh campos de Junín!… ¡Oh predilecto
hijo y amigo y vengador del Inca!
¡Oh pueblos, que formáis un pueblo solo
y una familia, y todos sois mis hijos!,
vivid, triunfad… […] (v 443-448)

13Il a souvent été jugé invraisemblable qu’un Indien tienne pour vengeur des siens Bolívar, un criollo au service des intérêts de son groupe. À notre avis, ce reproche a peu de sens. L’indépendance est décrite comme vengeance d’une invasion première pour mieux être légitimée : loin d’être transgression, elle rétablit l’ordre américain que la Conquête aurait bouleversé. En d’autres termes, ce qui importe ici, c’est la construction d’un imaginaire collectif qui donne consistance à un discours de l’américanité et construise des marqueurs identitaires. Le passé glorieux des Incas en est un, mythifié par l’épinicie néo-classique. D’autre part, comme vengeur des Indiens, Bolívar représente l’aboutissement d’une histoire américaine continue depuis des temps immémoriaux, bien antérieure aux Espagnols. Le poète souligne la valeur féconde des victoires militaires s’agissant de Bolívar :

Esta es la hora feliz. Desde aquí empieza
la nueva edad al Inca prometida
de libertad, de paz y de grandeza. (v. 628-630)

14Bolívar apparaît comme l’héritier spirituel de Huayna-Cápac, le continuateur d’une lignée américaine qui lutte contre l’oppresseur. Il assure alors le retour à un ordre américain symbolisé par la figure de l’Inca : « ¡Pompa digna del Inca y del imperio / que hoy de su ruina a nuevo ser revive! » (v. 820-821)

15Le Libertador est légitimé comme figure américaine par excellence. Indiens et Blancs, sous la tutelle de Bolívar comme avatar inca, partagent le même destin de résistance et le même amour de la liberté. Cette communauté de destin projette la continuité passé-présent dans l’avenir, permettant de poser une nation en germe qui marche vers un même but. La figure de l’Inca articule ici la gestation d´une représentation identitaire, imaginée certes, mais fondatrice d’une identité. Car le groupe puise sa cohérence dans une unité imaginée qui est une invention reposant sur la représentation d’un passé et d’un avenir communs, nourrie par la figure du héros porteur de valeurs, d’un « être national » doté de traits propres, genuinamente américains (De Lorenzo Alvarez, 2004 : 132).

16Évidemment, l’Indien de la réalité n’apparaît pas. Il est complètement dissocié de l’Indien glorieux du passé : « Incas sí, indios no » (Méndez, 1996 : 197). C’est l’Indien du passé, disparu, reconstruit, réinterprété, c’est la figure mythifiée de l’Inca qui légitiment la nouvelle nation. Bolívar peut apparaître alors comme le continuateur d’une tradition dynastique préhispanique et devenir le nouveau père de la patrie, guerrier et rédempteur :

Tú la salud y honor de nuestro pueblo
serás viviendo, y Ángel poderoso
que lo proteja, cuando
tarde al empíreo el vuelo arrebatares
y entre los claros Incas
a la diestra de Manco te sentares. (v. 737-741)

Espace et américanité

17Si l’identité américaine s’ancre dans le passé par le biais de la figure de l’Inca, elle s´ancre aussi dans un territoire : Canto a Bolívar contribue à la doter d’un imaginaire collectif où les éléments de la nature américaine et les repères géographiques façonnent la représentation de cette « communauté politique imaginée » qui réunit des individus ne se connaissant pas et qui ne se croiseront jamais, mais qui éprouveront néanmoins un fort sentiment d’appartenance au groupe (Anderson, 1996 : 19).

18Le poème fourmille de repères spatiaux identifiant le « nous » américain. Les villes (Cuzco, Lima), les fleuves (l’Amazone, le Guayas, l’Apurimac), les montagnes (les Andes), les fruits (l’ananas), la faune (le condor) sont autant d’emblèmes identitaires desquels émergent les peuples américains : péruviens, colombiens, argentins par exemple. Les renvois au sol matriciel, à une nature généreuse et vigoureuse, sont en outre associés à l’avancée des troupes indépendantistes. Ainsi, « como la palma al margen de un torrente » résonne, et croît le nom de Sucre (v. 617). Ces divers procédés aboutissent à une personnalisation du territoire qui devient acteur à part entière des luttes émancipatrices. C´est aussi une nature américaine personnifiée qui chante les exploits de Bolívar et porte la nouvelle de ses victoires. Notons que le sol matriciel est systématiquement associé à la mythologie classique. La nature américaine s’en trouve mythifiée au même titre que les figures héroïques de l´épinicie :

Y las bullentes linfas de Apurímac
a las fugaces linfas de Ucayale
se unen, y unidas, llevan presurosas,
en sonante murmullo y alba espuma,
con palmas en las manos y coronas,
esta nueva feliz al Amazonas. (v. 604-609)

19Les renvois géographiques, récurrents, contribuent ici à la représentation d´un territoire proprement américain, référent identitaire de la nation en germe. En effet, l´espace s’y fait territoire par une construction et une redistribution d’éléments disparates (Raffestin, 1986 : 173-185). Simultanément, il est mobilisé par le discours patriotique pour ancrer la collectivité dans le temps long de la nature, à travers celui du territoire. La nation américaine balbutiante ne s´y présente pas comme une nouveauté, mais remonterait à des temps immémoriaux. Les référents spatiaux participent d´un processus élémentaire de « représentation de soi » (Balibar, Wallerstein, 1988 : 128), où le discours sémiotise la texture spatiale pour proposer une représentation du groupe comme issu du sol. Le groupe national en germe s´en trouve naturalisé, essentialisé et, partant, légitimé.

  • 3 Nous reprenons ici la définition de paysage d’A. Rouger.

20Les relations entre traits culturels et traits géographiques relèvent d´un projet de construction d´une identité américaine qu´il s´agit de façonner en la montrant comme une essence. Le poème opère cette transfiguration symbolique de traits appartenant à l´espace objectif3. Il évoque les choses, les espaces, les êtres non pas en eux-mêmes mais dans leurs relations entre eux, dans leurs implications mutuelles. Le discours vise à créer un « milieu » américain en tant qu´ensemble infragmentable (Foucault, 2004 : 23), appelé à devenir le corps de la nation naissante. Le poème met en rapport des données géographiques normalement séparées, dans un jeu de résonances entre le territoire, ses qualités et l’identité en résultant, qui tend à naturaliser l’américanité (Deleuze, Guattari, 1980 : 540). Le territoire n’y est pas un plan neutre où se trouvent placées des singularités, mais un espace avec des qualités spécifiques donnant à voir une nation unie et en marche.

21La poésie lyrique aurait par nature une fonction légitimatrice, à l´instar de l’Iliade qui racontait l’épopée des grands ancêtres pour donner de la prestance aux rois contemporains. Canto a Bolívar l’illustre à son échelle. Le poème contribue à forger une représentation de l’américanité guidée par son Libertador, inscrit lui-même dans le lignage spirituel de la figure tutélaire de l’Inca, marqueur identitaire. Ce dernier incarne une dynastie proprement américaine qui réclame l’expulsion des éléments allogènes espagnols et la restauration d’un ordre américain. Il fait de Bolívar, le héros militaire, un rédempteur que la force épique de l’épinicie sublime et pose en fondateur légitime de la nation naissante. Simultanément, le poème dessine les contours territoriaux de cette nation en germe pour mieux lui donner une corporalité symbolique. Canto a Bolívar participe ainsi de la construction d’un imaginaire collectif à même d’alimenter des traits identitaires temporels d´une part, qui dotent la « communauté imaginée » d´un passé et d’un avenir partagés, et spatiaux d´autre part, qui posent l’américanité comme une entité en soi, un substrat a priori né de la nature. En ce sens, le poème représente « un acto de americanidad » (De Lorenzo Alvarez, 2004 : 130) pour des nations balbutiantes cherchant à légitimer leur indépendance, à un moment où les institutions devant leur donner corps n’existent pas encore.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, B., 1996, L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Balibar, E., Wallerstein, I., 1988, Race, classe, nation. Les identités ambiguës, Paris, La Découverte.

Carilla, E., 1964, « Revisión de Olmedo », in Thesaurus, t. XIX, n° 1, Bogotá, p. 129-146.

Díaz-Caballero, J., 2004, « Nación y patria: las lecturas de los Comentarios reales y el patriotismo criollo emancipador », Revista de crítica literaria latinoamericana, año XXX, n° 59, 1er semestre 2004, Lima-Hanover, p. 81-107.

De Lorenzo Alvarez, E., 2004, « La construcción de una identidad: el mundo indígena en la literatura independentista (La Lira argentina) », América sin nombre, n° 5-6, Universidad de Alicante, p. 130-137.

Deleuze, G., Guattari, F., 1980, Mille plateaux. Capitalisme et schizophrénie 2, Paris, Les éditions de Minuit.

Espinoza Pólit, A., 1980 [1955], Olmedo en la historia y en las letras, Quito, Casa de la Cultura Ecuatoriana.

Foucault, M., 2004, Sécurité, territoire, population, cours au Collège de France 1977-1978, Paris, Gallimard.

Guevara, D., 1971, Olmedo, Poeta e insurgente, Quito, Casa de la Cultura Ecuatoriana.

Gunia, I., Meyer-Minnemann, K., 1998, « José Joaquín de Olmedo: La Victoria de Junín. Canto a Bolívar (1825). Legitimación política y legitimidad poética », in Janik, D. (ed.), La literatura en la formación de los Estados hispanoamericanos (1800-1860), Frankfurt, Vervuert - Ibero-americana, p. 219-235.

Méndez, C., 1996, « Incas Sí, Indios No: Notes on Peruvian Creole Nationalism and its Contemporary Crisis », Journal of Latin American Studies, n° 28, Cambridge University Press, p. 197-225. Journal of Latin American Studies

Olmedo, J. J., 1960, José Joaquín Olmedo: poesía – prosa, México, Editorial J. M. Cajica Jr, Biblioteca Ecuatoriana Mínima.

Id., 1974, La victoria de Junín. Canto a Bolívar, Bogotá, Litografía Arco.

Piñeyro, E., 1906, « José Joaquín de Olmedo », in Biografías americanas, Paris, Garnier, p. 197-247.

Raffestin, C., 1986, « Écogenèse territoriale et territorialité », in Auriac, F., Brunet, R., (éds), Espaces, jeux et enjeux, Paris, Fayard, p. 173-185.

Rouger, A., 1997, Court traité du paysage, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Bolívar, Simón « Carta a José Joaquín Olmedo del 12 de julio de 1825, Cuzco » (Olmedo, 1974 : 100).

2 Bello, Andrés, « Noticia de La victoria de Junín. Canto a Bolívar » (Olmedo, 1974 : 107-113).

3 Nous reprenons ici la définition de paysage d’A. Rouger.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Sinardet-Seewald, « La victoria de Junín. Canto a Bolívar (1825) de José Joaquín Olmedo », América, 41 | 2012, 197-205.

Référence électronique

Emmanuelle Sinardet-Seewald, « La victoria de Junín. Canto a Bolívar (1825) de José Joaquín Olmedo », América [En ligne], 41 | 2012, mis en ligne le 01 décembre 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://america.revues.org/464 ; DOI : 10.4000/america.464

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Sinardet-Seewald

CRICCAL – Université de Paris Ouest La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org