Navigation – Plan du site

Introduction

Hervé Le Corre
p. 7-10

Texte intégral

1Ce numéro, le 44e de la revue América-Cahiers du Criccal, constitue notre seconde livraison autour du thème du crime et de ses représentations. Comme dans le volume précédent, le lecteur y trouvera des textes concernant des pays de langue espagnole (Espagne, Amérique latine). Le titre de la première partie, « Esthétique du crime », est bien évidemment tributaire des thèses du livre de Thomas de Quincey, On Murder Considered as one of the Fine Arts, paru en 1827 et auquel fait explicitement allusion Cécile Quintana. Les trois articles réunis sous ce titre interrogent trois romans presque strictement contemporains, La voluntad y la fortuna (2008) de Carlos Fuentes, Los minutos negros (2006) de Martín Solares et La muerte me da (2008) de Cristina Rivera Garza. Dans les trois cas, en marge, en deçà ou au-delà, du roman policier, sont analysées les conditions d’élaboration de récits complexes, qui prennent des formes qui pourraient être rapidement qualifiées de post-modernes.

2Monique Plâa montre ainsi que La voluntad y la fortuna de Fuentes témoigne, dans l’œuvre de l’écrivain mexicain, d’une évolution de la narration du crime, toujours central, mais plus clairement lié à un « jeu d’écriture ». La voluntad y la fortuna convoque ainsi des personnages issus des grands récits de la tragédie grecque et des textes bibliques, sous des formes aussi inattendues que celle de la voix narrative : le chef coupé de Josué. Monique Plâa suggère encore que derrière cette « farandole », « se tapit l’inaltérable modernité de la barbarie antique ».

3Le roman de Martín Solares, comme le montre Karim Benmiloud, consiste surtout en une mise en exergue des ressources propres à la littérature de genre. L’organisation narrative, avec un long récit enchâssé, qui alterne l’actualité de l’énonciation (début des années 2000) et les années 1970, joue aussi sur la frontière entre récit et fiction, permettant ainsi l’irruption, « l’apparition », écrit avec justesse Karim Benmiloud, d’une série de personnages, réels/imaginaires, qui interrogent à nouveau frais les théories de la vraisemblance et de la représentativité du crime. L’humour n’est pas absent dans cet autre jeu d’apparitions/disparitions, de conjugaison de différents régimes de narration, du roman policier, bien entendu, aux films désormais classiques de la science-fiction des années 1970, amenés par le récit enchâssé.

4Le roman de Rivera Garza, analysé par Cécile Quintana, offre sans doute la forme la plus extrême de lien entre crime et littérature, dans le sens où le crime devient « mode de l’énonciation ». C’est alors l’écriture d’Alejandra Pizarnik qui modélise le crime, dans ses différentes phases et facettes : ainsi l’émasculation des cadavres ou leur dissection dira la fragmentation (des corps, du récit, du langage), proclamant, au-delà de toute morale conventionnelle, la primauté de la liberté absolue sur laquelle se fonde l’esthétique de la violence.

5Il est indéniable que la « véracité » du récit littéraire du crime tient essentiellement à sa capacité de catalyser les contradictions qui animent les discours sociaux et traversent les imaginaires collectifs. Un élément fondateur de la dynamique interrogatrice du récit criminel demeure certainement l’ambivalence anthropologique qui s’y dévoile, en particulier dans le complexe crime/jouissance vers lequel semblent converger les textes d’Amadeo López, Adriana Canseco et Martín Arias.

6Le geste sadique est fondateur dans l’œuvre de Mario Vargas Llosa, au moins depuis La ville et les chiens (1963). Le texte étudié par Amadeo López, ¿Quién mató a Palomino Molero? (1986), sous l’égide de Sartre, de Bataille et de Deleuze, porte une lumière particulièrement crue sur les motivations sadiques, sur la scène obscène que l’impérialisme du moi construit, dans son délire de reconnaissance par l’autre de son absolue puissance. Dans le cas du roman, ce paroxysme « orgasmique » n’est que l’horrible masque d’un manque, de « l’abîme » qui sépare le sujet de l’objet de son désir et qui fait de l’amoureux éconduit, Dufó, un insatiable bourreau.

7Crime et jouissance sont aussi invoqués dans le travail d’Adriana Canseco sur la poète uruguayenne Marosa di Giorgio, mais là où le sadisme dans ¿Quién mató a Palomino Molero? creusait « l’abîme », laissant à nu un sujet « esseulé », l’érotisme criminel dans les textes de di Giorgio nous ramène vers la continuité bataillenne, obtenue par l’excès. La prolifération imaginaire et verbale, le vitalisme de textes qui font de la mort une « ouverture sur l’illimité », un jeu avec l’origine, renvoient à une figure essentielle, mythique et fondatrice du crime. Cette dimension très ancienne, sacrée, préside, dans les textes de di Giorgio, à un rituel fascinant d’exaltation des corps et de la langue.

8Les textes de Mallarmé et de Lamborghini mis en regard par Martín Arias nous disent encore autre chose de la signifiance des liturgies fantasmatiques d’Éros et de Thanatos, ici dans des versions particulièrement insoutenables. La jouissance devant le spectacle de la souffrance fait éclater l’ambiguïté du sujet psychique. La position sociale dominante des « bourreaux » est redoublée par celle du langage, interrogé ici à partir de sa négativité, du langage comme crime (Blanchot).

9La troisième partie de ce volume (« Crimes d’État, violences sociales, occultations ») offre une ultime perspective sur le crime. Le terrorisme d’État, la « légalité » qu’il a pu instituer lors de périodes particulièrement sombres de l’histoire des pays hispanophones, convoque un autre régime de diction du crime. Le cas des escraches dans l’Argentine post-dictatoriale, tels que Dominique Casimiro en étudie ici la genèse et le développement, témoigne d’un langage (essentiellement iconique et verbal) qui en travaille la puissance performative, comme anamnèse cathartique de l’histoire, en l’inscrivant dans les corps et dans l’espace urbain. Réinvestir ces espaces, topographiques et mémoriels, rejouer les « crimes » qui les ont scandés, revient à reconfigurer radicalement l’expérience du présent, à questionner « l’interruption » et les lacunes de la mémoire collective.

10C’est encore de la faillite de l’État de droit que l’exécution de Francesc Ferrer, le 13 octobre 1909, porte le sceau. La raison d’État préside alors à un crime dont Marie-Catherine Talvikki Chanfreau retrace à la fois les circonstances et les retombées internationales. On pourrait voir dans ce crime, perpétré avec l’approbation de la plus haute hiérarchie de l’Église, un prélude tragique à l’histoire du xxe siècle en Espagne.

11Le génocide des Juifs d’Europe, en particulier durant la Seconde Guerre mondiale, marque indubitablement une étape, inqualifiable, dans l’échelle du crime d’État. María Oliveira-Cézar, à partir de documents pour beaucoup inédits, utilisés pour une recherche en cours, montre l’incidence de ce moment historique pour les Juifs argentins, tant pour ceux qui sont restés au pays que pour d’autres partis en Europe. Le sort de ceux-ci se révèle extrêmement précaire, face à l’inertie de la diplomatie d’un pays qui, pourtant, aurait pu et dû se servir de sa « neutralité ».

12L’assassinat de Léon Trotski, à Mexico, le 21 août 1940, est le point de départ du roman de Leonardo Padura, El hombre que amaba a los perros (2009), qui sert d’objet à l’étude de María Montes. Éminemment politique, ce crime, à travers son narrateur cubain, fait se joindre deux réalités distantes, mais qui suscitent des interrogations conjointes sur les pouvoirs mortifères de l’État. Le roman, en mêlant biographie et histoire, en nouant éléments fictionnels et événements réels, en superposant les trames narratives, fonctionne selon ce mode hybride qui veut « dire » au plus près le crime, dans sa complexité politique et humaine.

13La prolifération criminelle dans le Mexique contemporain, dans la forme exacerbée que représente la ville de Ciudad Juarez, fait l’objet du livre de González Rodríguez, Huesos en el desierto/Des os dans le désert (2002), analysé par Milagros Ezquerro, livre où l’on retrouve, sous une autre forme, l’hybridité générique détectée dans le roman de Padura. Des os dans le désert aborde en particulier la longue série d’assassinats de jeunes ouvrières des usines frontalières. Il constitue un ensemble polygénérique (investigation journalistique, transcriptions de témoignages, récits des événements, descriptions minutieuses à partir de fiches de la police…) qui est aussi à comprendre dans la perspective d’un questionnement global d’une société en pleine déliquescence. C’est cette déliquescence multiple (administrative, policière, politique…) qu’examine ensuite Milagros Ezquerro. Elle pose l’hypothèse d’une ville qui serait le « laboratoire de l’avenir de notre société globalisée », sujet d’une dérégulation multiple (sociale, économique, politique) qui favorise les expressions les plus abjectes de la domination.

14Qu’elles portent sur des fictions ou sur des faits avérés, ces études procèdent d’une réflexion commune, transversale, qui interroge le crime dans ses dimensions sociales, politiques et fantasmatiques. Une vision cataclysmique de l’histoire et une anthropologie de la violence y révèlent les ambivalences de l’être humain, en les articulant à la question métaphysique du Bien et du Mal autant qu’à l’historicité des pratiques.

15On appréciera ainsi autant la fonction investigatrice du récit, dans son travail de mémoire et de dévoilement des coordonnées sociales et politiques du crime, que sa puissance, sa capacité à « dire » le crime, dans toute l’épaisseur de ses contradictions. L’esthétique du crime en offre la face la plus provocante, déliant le récit de toute attache morale/moralisante, même si l’on peut penser que la réflexion sur le crime à travers l’articulation d’un récit ou dans la trame d’un texte pourrait manifester, dans sa désespérance même, l’espoir d’agir sur la marche du monde, ne serait-ce que par l’institution symbolique d’un rituel qui en restitue le caractère sacré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Le Corre, « Introduction », América, 44 | 2014, 7-10.

Référence électronique

Hervé Le Corre, « Introduction », América [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://america.revues.org/597 ; DOI : 10.4000/america.597

Haut de page

Auteur

Hervé Le Corre

CRICCAL, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org