Navigation – Plan du site
III. Crimes d’État, censures, occultations

Dénonciation d’un crime d’État : l’exécution d’une figure sacrificielle de la Libre Pensée, Francesc Ferrer i Guàrdia, martyr du cléricalisme

Denuncia de un crimen de Estado : el fusilamiento de una figura sacrificial del Librepensamiento, Francesc Ferrer i Guardia, mártir del clericalismo
Marie-Catherine Talvikki Chanfreau
p. 99-112

Résumés

Ferrer, franc-maçon et libre-penseur, avait fondé en Espagne son École Moderne. Son modèle de co-éducation rationaliste destiné aux enfants fit de lui le bouc émissaire des craintes de la monarchie imbue de religion et de son armée, au recrutement foncièrement injuste et qui envoyait les plus humbles faire de sanglantes guerres coloniales. Il fut désigné comme l’instigateur de l’attentat anarchiste contre Alphonse XIII, à Madrid en 1906, par le procureur Becerra qui requit contre lui la peine capitale. Ferrer ne fut libéré qu’en 1907, faute de preuves et après une campagne médiatique internationale. Ses accusateurs, contrariés, le firent comparaître devant un tribunal militaire sous l’accusation d’être responsable de la Semaine Tragique de Barcelone, en 1909. Au grand soulagement des élites, le Roi et le chef du gouvernement ratifièrent sa condamnation à mort, avec la bénédiction de l’Eglise.
Dans tout cela, qui a pu échapper à la censure pour s’opposer à cette condamnation ? Et une fois la sentence exécutée qui, parmi eux qui l’ont qualifiée de crime légal a pu échapper à la répression ? Enfin qui, en pointant du doigt le bourreau, est parvenu à faire reconnaître Ferrer comme victime d’un assassinat légal ? A l’aide de quelques exemples, cette brève évocation des faits apporte des éléments de réponse.

Haut de page

Texte intégral

1En l’absence d’État de droit, une condamnation à mort s’assimile à de la vengeance et devient exécution sommaire. En revanche, la constitution d’un État permet d’instaurer la peine capitale. Toutefois, Machiavel rappelait dans Le Prince qu’afin de s’emparer ou de conserver le pouvoir, la morale et la loi étaient détournables au nom de la raison d’État. Elle n’a, en effet, cessé d’être avancée depuis l’Antiquité, pour ordonner, cautionner et justifier des crimes politiques qui ne furent considérés comme tels que par ceux qui eurent le courage de dénoncer la tyrannie, le despotisme, la dictature, l’autocratie, et toute injustice commise par l’abus de pouvoir gouvernemental. Platon en cita dans ses Lettres, Tacite dans ses Annales, Suétone dans sa Vie des douze Césars avant qu’Hadrien le disgraciât. Fustigeant ceux perpétrés par Justinien, l’Histoire secrète de Procope ne circula que clandestinement.

2À la suite de son exil parisien, Hobbes dut essuyer l’accusation d’athéisme pour la publication de son Léviathan qui affirmait que les citoyens n’avaient nul devoir d’obéissance envers un gouvernement incapable d’assurer leur sécurité. Après avoir été contraint de fuir les persécutions en s’abritant à l’étranger, Locke ajouta – dans son Traité du gouvernement civil – que le rôle de l’État était de garantir la liberté des citoyens. Cependant, ce ne fut que réfugié hors de son pays que Bayle parvint à énumérer les crimes des gouvernants dans son Dictionnaire historique et critique, précurseur de l’Encyclopédie. Son compatriote Voltaire – bien qu’ayant subi l’embastillement – osa prendre le parti des protestants dans ses Traité sur la Tolérance et Avis au public sur les parricides imputés aux Calas et aux Sirven que le Gouvernement royal avait abandonnés à l’iniquité du Parlement toulousain. La royauté refusant d’innocenter une autre victime de l’arbitraire, Voltaire fut même condamné pour l’avoir défendue dans sa Relation de la mort du chevalier de la Barre adressée à Beccaria dont Des délits et des peines s’était opposé à la peine de mort. Au siècle suivant, Hugo, exilé suite au coup d’État du 2 décembre, en retraça à chaud les massacres, dans Histoire d’un crime.

3Un demi-siècle plus tard, en Espagne, le pédagogue franc-maçon et libre penseur Ferrer fonda son École Moderne (Ferrer, 1895 et 1897 - Talvikki Chanfreau, 2009). L’enseignement rationaliste mixte qu’il y dispensait aux enfants et travailleurs en fit le bouc émissaire des peurs de la monarchie confessionnelle dont l’armée, à la conscription inégalitaire, vouait les plus démunis aux carnages des conflits coloniaux. Le désignant instigateur de l’attentat anarchiste contre Alphonse XIII à Madrid en 1906, le procureur Becerra del Toro réclama la peine capitale contre lui. Faute de preuves, Ferrer ne fut relâché qu’en 1907 et après un tollé médiatique international. Contrariés, ses accusateurs le traduisirent devant un tribunal militaire qui le rendit responsable de la Semaine tragique de Barcelone en 1909. Au soulagement des élites, le roi et son chef de gouvernement signèrent sa condamnation à mort avec la bénédiction de l’Église.

4Or, qui échappa à la censure pour s’y opposer ? Une fois l’exécution perpétrée, qui ensuite put éviter la répression en la qualifiant de meurtre juridique ? Qui enfin, désignant le bourreau, parvint à faire reconnaître en Ferrer la victime d’un assassinat légal ? Illustrée par quelques exemples, une brève évocation des faits tentera d’apporter des éléments de réponse.

Empêcher le crime

5Pendant la longue année de sa première incarcération comme durant le mois et demi de la seconde, l’indignation s’exprima davantage depuis les secteurs progressistes de l’étranger, car – connu par plusieurs francs-maçons, comme le socialiste français Morizet ou le républicain italien Marinelli – Ferrer correspondait avec des personnalités, dont le libre penseur britannique McCabe, les communards Malato et le marquis de Rochefort. Présumant que l’espoir viendrait plutôt de l’extérieur, Ferrer se demandait – dans une lettre envoyée depuis la prison Modelo de Madrid – si un crime pourrait se perpétrer à son encontre face à l’opinion libérale du monde. Or celle-ci ne tarda pas à réagir, comme lorsqu’en 1826 un instituteur fut exécuté à Valence par l’Inquisition que Ferdinand VII avait rétablie.

6En 1906, dans trois articles du Libertario qu’il avait fondé à La Spezia, le rédacteur Binazzi s’insurgea depuis la Ligurie contre le premier emprisonnement de Ferrer : « L’Insegnamento di Madrid » le 7 juin, « L’Inquisizione di Spagna e i veri assassini » la semaine suivante et « L’Inquisizione in Spagna » le 12 juillet. Expulsé d’Espagne le 29 octobre en raison de ses enquêtes qui risquaient de dévoiler les faits, un journaliste anglais, membre de la Social Democratic Federation, signa le jeudi 22 novembre « L’Inquisition moderne en Espagne : Ferrer est innocent. L’Église demande sa tête » dans le journal de Jaurès, où il dénonça le muselage des reporters intègres :

Section espagnole […] pour débarrasser la monarchie alphonsiste du gêneur qui avait, avec le professeur Tarrida del Marmol, dénoncé au monde civilisé les crimes de Montjuich ? […] Faut-il rappeler l’arrestation de mon confrère de la presse anglaise, Hamilton, à Madrid, le 31 mai dernier, quelques heures après que Morral, seul auteur de l’attentat de la calle Mayor, eut lancé sa bombe ? Hamilton, inoffensif journaliste, fut arrêté comme anarchiste dynamiteur. […] Il en fut de même pour moi. Lorsque je partis de Londres pour ouvrir sur place une enquête absolument impartiale sur l’affaire Ferrer, et résolu à ne proclamer vrai que ce que j’aurais pu contrôler moi-même […]. Les seules lettres d’introduction que j’emportais étaient pour les députés républicains Lerroux et Arsuaga (ce dernier défenseur de Ferrer) et l’écrivain libertaire bien connu Uralès, ex-directeur de la Revista Blanca, aujourd’hui collaborateur à des journaux républicains. […] Internationale policière […] toujours abjecte […] menace […] socialistes aussi bien qu’anarchistes […] surtout dans les périodes de forte réaction, tous ceux qui ont au cœur la haine généreuse de l’injustice sociale et qui, par l’éducation, […] veulent arriver à fonder une société meilleure. (Guy Bowman, « L’Internationale policière », in L’Humanité, 8-XII-1906, Paris)

7Par conséquent ce fut à Rome, dans la grande salle de l’Athénée, que le 2 décembre le médecin socialiste Lombroso put qualifier Ferrer de nouveau martyr de la libre pensée et de la liberté humaine, tandis que la presse socialiste française (L’Humanité n° 972, 15-XII-1906) faisait part de la manifestation des étudiants bruxellois opposés au crime que l’État espagnol s’apprêtait à commettre contre Ferrer. Bien qu’ayant parfois fait charger la troupe contre celle des ouvriers, le républicain radical-socialiste Clemenceau reconnut le 20 janvier 1907 qu’une manifestation pouvait être tolérée à condition qu’il y ait de la discipline et une organisation sérieuse.

8Fin juillet 1909, le conservateur Maura, estimant que cela n’avait guère été le cas à Barcelone, y décréta l’état de guerre et y envoya l’armée. Justifiant la dénomination de Semaine tragique, la répression fit disparaître des habitants dont une centaine périt. L’état de siège imposé à toute la Catalogne et l’incitation à la délation bâillonnèrent les protestations dans le pays où avaient été fermées les 100 Écoles Modernes – dont 43 barcelonaises – et – par le gouverneur, pour la seule province de Barcelone – les 50 écoles rationalistes, 44 écoles laïques ainsi que les 34 centres culturels et pédagogiques. Comme même l’immunité parlementaire ne préservait guère des attaques divulguées par les journaux qui maintenaient le pays dans la désinformation (« Las palabras del Sr. Sol y Ortega », in ABC, 6-VIII-1909, Madrid ; La Época, 12-IX-1909), les critiques ne purent se faire entendre, une fois de plus, qu’au-delà des frontières.

  • 1 Azorín, « Colección de farsantes », in ABC, 12-IX-1909 ; Miguel de Unamuno, « El sentimiento de la (...)
  • 2 El Heraldo de Aragón, Giménez Baselga, « La Puebla de Híjar, 22-VIII-1909 », M. Foz, Alcañiz, 23-VI (...)

9Ce fut donc en France que le secrétaire général du Parti socialiste ouvrier espagnol parvint à expliquer la révolte des réservistes (Mariano García-Cortés, « La crise espagnole : le Parti socialiste contre la guerre », in L’Humanité, 11-VIII-1909) et où Ferrer écrivit le lendemain à l’anarchiste franc-maçon Albert. Il le priait de contacter lui aussi la presse afin d’alerter l’opinion publique et ainsi d’éviter la mise à mort d’innocents. Pour que ce sauvetage médiatique – vilipendé par des intellectuels1 – soit immédiatement court-circuité, le 19 août tomba un ordre de bannissement de trois mois des proches et collaborateurs2 de Ferrer qui auraient pu démentir les faux témoignages ou « preuves » fabriquées et prétendument trouvées dans les demeures saccagées jusqu’aux fondations en l’absence des bannis. Les exécutions ayant commencé le 28, une demande de grâce en faveur de Ferrer fut adressée depuis Paris par sa seconde fille au souverain qui la rejeta, tout comme la refusèrent le président du Conseil et l’ex-ministre de l’Instruction nommé à l’Intérieur. Même l’exhortation au pardon envoyée à la puissante Ligue régionaliste de Catalogne par le poète Maragall ne fut publiée que vingt-trois ans plus tard.

  • 3 « Dictamen del auditor general de la 4a región militar », Proceso contra Ferrer Guardia: juicio, Ba (...)

10En Angleterre, ce scandale révolta le libre penseur Shaw, le socialiste Wells, le franc-maçon Conan Doyle, et un boycott de produits espagnols s’observa à Londres où les Kropotkine s’activaient pour Ferrer. Considérant que ni l’ordre intérieur ni le gouvernement n’en pâtiraient, la France autorisa un cortège contre la sentence de mort prononcée par le pouvoir espagnol (L’Humanité n° 1999, 7-X-1909 ; n° 2001, 9-X-1909). Celui-ci s’empressa donc de faire subir à Ferrer les mesures d’anthropométrie judiciaire du criminologue Bertillon et de le dépouiller de tous ses effets, lui interdisant ainsi d’envoyer courrier et télégrammes3. La Ligue des droits de l’homme riposta à Paris en organisant un grand meeting à l’Hôtel des sociétés savantes pour arrêter son exécution.

  • 4 « Europa contra el Gobierno: manifestaciones en París, Italia y Portugal », El País, 5-X-1909.
  • 5 Avenir Rosell i Figueras, « Fusilamiento de Francisco Ferrer y sus repercusiones en el Uruguay », H (...)

11Au-delà de l’Europe4, l’État confessionnel espagnol fut également blâmé en Uruguay5, où les anarchistes avaient inauguré en 1897 dans la capitale le Centre international d’études sociales (CIES) qui organisa des cours mixtes dès 1900. Les libertaires avaient également contribué à la constitution de la Fédération ouvrière régionale uruguayenne (FORU) en 1905, lorsque le militant syndicaliste galicien Loredo fut expulsé d’Argentine où il avait immigré en 1902. Avant d’être renvoyé en 1909 vers l’Espagne, celui-ci avait ouvert le 15 juin 1908 à Villa del Cerro une École Moderne qui ferma en raison de son extradition. Or, à la suite de l’interview de Ferrer à Barcelone le 7 octobre 1909 par La Semana de Montevideo, le CIES donna une conférence contre son exécution le 12. Pour le même motif, ce jour-là, dans la capitale italienne, une grève générale permit la tenue d’un meeting, mais 600 soldats interdirent l’accès à l’ambassade espagnole (Venza, 2001 : 43-44), tandis qu’en Uruguay, la FORU déposait un avis de grève générale pour le lendemain.

12Bien que depuis le 27 septembre l’Espagne tolérât, hormis à Barcelone, les manifestations que l’anarchiste Mella avait appelées de ses vœux le 4 octobre, nul ne se risqua à solliciter la grâce du pédagogue, sauf le libertaire Alomar, la minorité républicaine de la municipalité madrilène et deux députés républicains. Celui de Valence lança aux conservateurs et à leur chef : « ¡Asesinos de Ferrer, tenéis las manos manchadas de sangre! […] La Cámara está deshonrada por la presencia de un asesino… miserable alma de chueta. » (El País, 12-X-1909, Madrid). Nonobstant, le 13, à 9 heures, Ferrer fut passé par les armes, n’obtenant que le droit de mourir debout (Bonafulla, [1910] : 193).

Accuser le criminel

13À 13 h 30, l’ambassadeur d’Espagne au Saint-Siège reçut un courrier confidentiel de son compatriote, secrétaire d’État au Vatican :

habrá V. notado lo que dicen los periódicos sobre una intervención de S. S. en favor de Ferrer. […] el Santo Padre nada hará que no fuera de acuerdo con S. M. y el Gobierno Español y de su completo agrado, pero, naturalmente, si S. M. y el gobierno desean que el Papa interceda, juzgando que sea ésta una manera útil y oportuna para salir de una situación, aquí me tiene V. a su disposición para hablar de la cosa a S. S. […] ya saben V. y el Rey que el Santo Padre desea siempre ayudarlo en todo lo que pueda. Cardenal Merry. (« Santa Sede », Sección de correspondencia, Madrid, Archivo general del ministerio de asuntos exteriores y de cooperación, legajo 1741)

  • 6 Comité de défense des victimes de la répression espagnole, Un martyr des prêtres, Francisco Ferrer (...)
  • 7 Francisco Galcerán Ferrer, La pledo por Ferrer. Le plaidoyer pour Ferrer, Châlon-sur-Saône, Balandr (...)

14Quoique secrète, l’offre tardive du chef de l’État du Vatican aviva la rancœur des anticléricaux6 : « cette tactique de férocité sous un masque de miséricorde avec le geste du même Pie X pour sauver Ferrer… après sa mort ! » (Loyson, 1910 : 53). À l’annonce de la peine capitale infligée à un innocent7, la colère éclata partout dans la soirée. À Paris, les manifestants défilant sur le boulevard des Batignolles – et en dépit de la fermeture de celui de Malesherbes par le préfet Lépine – atteignirent celui de Courcelles. Devant l’ambassade d’Espagne, ils durent renverser un banc, un kiosque et un tramway pour se protéger des tirs de la police qui blessa une dizaine d’entre eux (« Ferrer assassiné : Paris entier se soulève », L’Humanité, 14-X-1909). À Carrare, les projections cinématographiques furent suspendues « a causa del nefando asassinio di Ferrer ». (La Nazione, 14-X-1909, Firenze).

15Dans l’hémisphère austral, la Federación Obrera Regional Argentina improvisa un meeting où 20 000 ouvriers lancèrent la grève générale qui dura jusqu’au dimanche 17. Le 14, leur Conseil fédéral rappelait : « el brutal asesinato de F. Ferrer cometido en España por el instrumento del clericalismo embrutecedor e inquisitorial […] haced llegar potente a España la execración que hacia sus gobernantes sentís. » (Abad de Santillán, 1933, cap. 10). Alors la Federación Gráfica Bonaerense publia un manifeste (El Tiempo, 15-X-1909, p. 1), un drapeau espagnol fut brûlé sur la place Once de Buenos Aires et le consul d’Espagne à Rosario fut la cible d’un attentat raté. À Montevideo, tous les corps de métier abandonnèrent solennellement le travail. Les commerces clos affichaient « Fermé pour deuil universel ». Dix mille personnes amassées sur la place de la Liberté écoutèrent le journaliste Lasso de la Vega, les orateurs anarchistes Macció et Falco – que Ferrer avait félicité pour ses livres de poésie révolutionnaire qu’il lui avait envoyés –, mais certains manifestants furent blessés ou emprisonnés par la police chargée de protéger les institutions espagnoles. Le meeting se poursuivit alors au CIES, non seulement dans la soirée – bien que, par manque de place, un millier de personnes dût le suivre depuis la rue – mais aussi le 14, avec des discours si enflammés de Corney ou de l’avocat socialiste Frugoni que les forces de l’ordre empêchèrent que le cortège atteignît l’ambassade espagnole. Cependant, deux manifestations eurent lieu parallèlement, par exemple à Paysandú, Sarandí Grande, Florida, Durazno, San José de Mayo, où elles se répétèrent le 17 ainsi qu’à Salto, Canelones et Minas, tandis que sur le quai Maciel du port de la capitale, entre autres, la journaliste féministe Rouco, les poètes Lirio Silva et Genovese s’adressaient à 18 000 intellectuels, libéraux, radicaux, socialistes, anarchistes résolus à chercher des explications. Nonobstant l’ambassade espagnole restait défendue par la police dont quelques agents furent également blessés dans l’échange de tirs.

  • 8 « di fronte agli assassini testè colà compiuti, cordialmente associandosi alla generale indignazion (...)

16Le 14, tandis qu’à Florence8 une centaine d’ouvriers sortis de la Chambre du Travail scandait dans les rues du centre « À bas les assassins de Ferrer ! À bas le Pape ! À bas le roi d’Espagne ! À bas le Vatican ! À bas la cléricaille ! » en se dirigeant vers le Théâtre Politeama Nazionale qui fit relâche en signe de deuil, le ministre espagnol des Affaires étrangères télégraphia à son ambassadeur au Vatican : « Ferrer ejecutado […]. Consejo Ministros había examinado anteayer sentencia poniendo fórmula […] que no procede indulto. […] Santa Sede rectificará afirmaciones prensa […] en favor Ferrer […]. Allendesalazar. ». Il reçut en retour le télégramme suivant de son correspondant :

Reanudada hoy huelga general de cuarenta y seis horas, siguen numerosas tropas y policías custodiando esta Embajada y plaza España en estado sitio. Municipio lanzado proclama violenta contra España […]. Varias Asambleas populares amenazan Gobierno Italia con continuar huelga si no rompe relaciones con España y arroja a sus Embajadores y Cardenales […] reina grandísima agitación ánimos populacho y radicales y socialistas […] prensa en general, francamente hostil a España. Ojeda (Santa Sede, op. cit.)

17Le lendemain Allendesalazar lui télégraphia en réponse :

se trata aprovechar caso Ferrer para poner evidencia solidaridad partidos anarquistas Europa […] grave incorrección Consejo provincial Génova dirigiéndiose a S. M. sobre indulto Ferrer […] hay ahora que añadir manifiesto alcalde Roma […] Colegio abogados Roma ha escrito al de Madrid exponiendo no considera jurídica la sentencia dictada. (ibid.)

  • 9 « Sobre Ferrer i Guardia », La Liga patriótica: diario altruista, órgano de las clases pobres de la (...)
  • 10 Albert Bouwens, « Une statue au square du Petit Sablon », Le Soir, 16-X-1909, Bruxelles.
  • 11 « Contre les crimes d’Espagne, dressons-nous ! », La Voix du peuple : journal syndicaliste paraissa (...)

18En effet, l’injustice dont s’étaient montrés coupables les gouvernants de l’Espagne catholique émut de Cuba9 à la Belgique : « Mon cher président, Je propose que la Ligue des droits de l’homme ouvre une souscription pour l’érection d’une colonne expiatoire du crime commis sur la personne de Ferrer. Une inscription indiquerait qu’il est mort victime du cléricalisme10. » Le dimanche 17, dans la capitale française, 60 000 manifestants, avec en tête Vaillant, ex-conseiller de la Commune pour le 20e arrondissement et délégué à l’Instruction publique, chantèrent l’« Internationale » contre la monarchie espagnole11 de la place Clichy à la Concorde en passant par la place Saint-Augustin :

protestations pour Ferrer. […] nous sommes heureux de […] publier ici la lettre suivante […] « […] 15 octobre 1909. À Madame Trinidad Ferrer […], […] en ce jour de deuil universel […] soyez brave devant l’iniquité. Ayez le courage de continuer l’œuvre de […] votre père, qui a pensé travailler pour l’humanité ; vous pouvez être fière de l’exemple qu’il a donné par sa mort sublime. […] Alexandrine Émile-Zola » Nous pouvons ajouter que l’Association Émile-Zola s’est fait représenter par son secrétaire général […] à la manifestation populaire du 17 octobre commémorative de Ferrer. (Loyson, Paul, 1909, « De Zola à Ferer », in Le Siècle : journal politique, littéraire et d’économie sociale, 28-X-1909, Paris)

19Le 18, à Montevideo, pour condamner l’exécution de Ferrer et la répression que subissaient ses défenseurs depuis cinq jours, des rassemblements se tinrent dans le quartier Reus et à Villa del Cerro, mais les protestataires furent poursuivis, certains n’obtenant la liberté qu’en 1911 contre le versement d’une caution.

Réhabiliter la victime

  • 12 Joseph McCabe, The Martyrdom of Ferrer Being a True Account of his Life and Work, London, Watts, 19 (...)
  • 13 La vérité sur Francisco Ferrer et les événements de Barcelone par un témoin occulaire, Bruxelles, L (...)
  • 14 Hermann Wendel, Francisco Ferrer, ein Kapitel Reaktion und Inquisition: Erweiterter Vortrag, Frankf (...)
  • 15 Georges Normandy, Émile Lesueur, Ferrer : l’homme et son œuvre, sa mort, Castille contre Catalogne, (...)
  • 16 « La fucilazione di Ferrer », L’Ombrone: periodico della provincia di Grosseto, 17-X-1909; Luigi Ca (...)
  • 17 Antonio Gamberi, L’assassinio di Francisco Ferrer: il martire catalano, Lugano, Nuova Biblioteca Ro (...)

20La clameur générale s’accompagna d’abondantes publications anglo-saxonnes12, belges13, allemande14, françaises15, transalpines16 lorsque les Italiens n’étaient pas contraints d’éditer leurs écrits en Suisse17 avant de pouvoir les faire paraître chez eux comme ce fut le cas d’un syndicaliste socialiste et athée qui voulait :

  • 18 « ricordare così un fatto vergognosamente criminoso, che ha inorridito e indignato tutto il mondo c (...)

rappeler ainsi un fait honteusement criminel qui a horrifié et indigné tout le monde civilisé, […] fait qui démontre jusqu’où est capable d’aller la férocité monarchique et cléricale, dressée dans l’ombre de Torquemada et de Loyola, et se prostituant auprès des puissants de la terre – dirait Guerrazzi – si le peuple depuis trop de siècles, ne relève pas la tête, ordonnant son si nécessaire il suffit !18

  • 19 « El caso de Ferrer i Guardia », El País: diario republicano progresista, nº 8100-8101, 1909, Madri (...)

21Cette censure internationale encouragea les critiques en Espagne19. Non seulement le franc-maçon Álvarez signala les irrégularités du procès pour manipuler l’opinion, mais surtout les libéraux s’opposèrent au gouvernement Maura qui tomba le 21. Dix jours plus tard, en France, le dramaturge Loyson prononça un discours au Grand Orient :

l’Affaire Dreyfus d’aujourd’hui c’est l’Affaire Ferrer, […] l’unanimité de réprobation qu’a soulevée le meurtre de Ferrer, […] c’est la Conscience et la Raison […] s’est réveillée en plein cauchemar pour pousser dans la nuit son cri de colère […] la révélation de lâcheté d’une grande partie de la bourgeoisie. […] On a vu le premier journal français (Le Temps) rendre à Ferrer le plus éclatant hommage – au lendemain de sa mort – alors que ces lignes publiées vingt-quatre heures plus tôt pouvaient peut-être sauver sa vie ! […] il n’y a sur lui d’autre sang que celui qu’il a versé lui-même […], le poids des deux crimes n’est pas égal dans la balance […] au crime d’en haut point d’excuse ! Je ne lui reconnais que l’aggravation d’un machiavélisme concerté et d’une décision froidement prise […] ! crucifix sous le signe duquel on l’assassinait […] ! Est-ce que le plus ignoble de tout cela, ce n’est pas cette réclame du pape qui, après avoir fait un cadavre, voulait en tirer un bénéfice et s’écriait, les mains au ciel : « J’étais sur le point de gracier cet homme ! » […] j’en veux […] au cerveau furieux d’un Merry del Val de déverser le poison de son dogme […] d’avoir fait descendre du Golgotha le suave apôtre de la charité que les soldats perçaient de coups de lance, pour le faire passer derrière les rangs du peloton de Montjuich et commander le feu sur un frère martyr ! […] les catholiques bourreaux de Ferrer qui ne croient […] pas que son âme survive, car s’ils le croyaient […], nous les verrions blêmir d’effroi à la pensée de l’accusation que l’âme innocente porterait contre eux devant leur Dieu. Tandis que […] l’âme du martyr, ce […] qu’il a exhalé par son sacrifice et communiqué à des millions d’hommes, vit […] sur son cadavre à peine refroidi, nous commande le cri de : « Vive Ferrer ! » (Paul Loyson, « La Lâcheté de la bourgeoisie » in Le Siècle, 3-XI-1909)

22Loyson – dont le père avait déjà demandé en 1869 au congrès de la Ligue de la paix et de la liberté à Lausanne si le meurtre n’était plus un crime quand il se commettait en grand et qu’il était le fait d’un prince ou d’une assemblée délibérante – ajouta dans un journal anticlérical et favorable à la coéducation :

Alphonse XIII […] n[’]a pas caché que les manifestations de l’opinion française en faveur de Ferrer […] avaient un caractère choquant et même stupéfiant. Les propos du petit roi. Le jeune souverain a rappelé […] le fameux : « Tuez, tuez, Dieu reconnaîtra les siens ! » dont l’Espagne moderne prétendait faire sa maxime. Et le royal érudit […] oubliait qu[e] ce mot était d’un légat du pape, […] acolyte de Torquemada et de Merry del Val. Quant aux clameurs de réprobation qu’a soulevées la mort de Ferrer, passe encore, a dit Alphonse XIII, que des socialistes les aient hurlées dans la rue, mais des intellectuels, mais des savants […] graves […] que le silence du cabinet ou du laboratoire met à l’abri des jugements hâtifs, adopter ainsi à la légère les colères simplistes de la foule ! Pouvait-on croire […] que l’Espagne fût un pays de sauvages ! Toutes les garanties du droit moderne y sont accordées aux accusés, et Ferrer, comme tous ses complices, fut très justement et très légalement condamné. […] À cette protestation du « bon roi catholique », […] quelques intellectuels […] demandent à répondre […]. Jean-Jacques Kaspar, avocat du barreau de Paris, […] a achevé de se documenter […], ayant reçu […] du secrétaire de […] l’Ambassadeur d’Espagne […] un des […] exemplaires de la publication du gouvernement de Madrid, relative au procès Ferrer. […] L’agence officieuse du gouvernement espagnol, […] Fabra, communiqua à l’agence Havas des télégrammes suivant lesquels, à l’audience, les témoins auraient eu la parole. Mais le Times du lendemain, ayant démenti cette allégation, […] Havas dut désavouer ces télégrammes. Le gouvernement […] prétendit alors que, s’il n’y avait pas eu de témoins […], c’était conformément à la loi : or, la loi porte que les témoins seront entendus. […] officielle […] absence de la plaidoirie […] décida du sort de Ferrer auprès du conseil des ministres. […] Tels sont les faits […] dépourvus de « lyrisme humanitaire », sur lesquels se fondent […] MM. Séailles et Brunot, professeurs à la Sorbonne, Belot, membre du conseil supérieur de l’instruction publique, Pécaut, professeur agrégé de philosophie – pour protester contre le meurtre juridique de Francisco Ferrer et décider la publication de l’étude de J.-J. Kaspar. […] à la requête des réfugiés espagnols, ces documents seront répandus dans leur pays où ils aideront à la révision du procès […] (Paul Loyson, « Réponse des intellectuels français à S. M. Alphonse XIII », in L’Action, 13-XI-1909)

  • 20 Jean-Jacques Kaspar, Réponse des intellectuels français à S. M. Alphonse XIII pour la révision du p (...)

23Tandis qu’en Espagne une Congrégation socialiste républicaine s’organisait en novembre pour récuser la loi de juridictions de 1906, les membres de la Société Astronomique de France – constitués en Comité d’exclusion d’Alphonse XIII – signèrent le pamphlet « À la porte l’assassin ! ». Cependant le royal chef d’État ne désavouait toujours pas le verdict20 du tribunal militaire :

révision du procès Ferrer. Les autorités espagnoles la déclarent impossible. […] récriminations du jeune roi contre nos efforts de justice, […] Kaspar, avocat à la cour […] a plaidé contre le ministère Maura […] il l’achève aujourd’hui contre le ministère Moret. […] dans le maquis de l’iniquité. […] les agissements du nouveau cabinet de Madrid, […] on organise l’étouffement. « Ferrer mort, les autorités militaires qui l’ont frappé continuent encore à s’acharner contre lui en faisant tous leurs efforts pour […] décourager l’opinion européenne qui commence à réclamer cette mesure de réparation […] le gouverneur de Barcelone […] a couvert de son autorité le tribunal de l’assassinat). […] L’auditeur général […] défend son œuvre et déclare […] qu’il n’y a rien dans le procès Ferrer qui puisse motiver un recours en révision ; […] aveu maladroit des faux qui ont été commis. […] Il se découvrirait alors trop d’infamies pour que la solidarité de la magistrature ne s’applique pas à maintenir […] le voile épais […] sur la découverte de faux : tous les abus de pouvoir et les illégalités […] indignation universelle que soulevait le crime […] la pierre sanglante, la pierre du crime. (Paul Loyson, « Vers la révision du procès Ferrer », in L’Action, 19-XII-1909)

Conclusion

24Les campagnes de solidarité maçonnique ou libertaire déclenchées par la condamnation à mort de Ferrer suscitèrent un rejet international à l’encontre du gouvernement espagnol, car elles trouvaient partout un écho dans l’histoire des injustices étatiques :

« Mieux vaut la mort d’un homme que la ruine d’un peuple. » […] raisonnement […] détestable […] des partis conservateurs depuis l’origine des sociétés humaines. Le « parti de l’ordre » ([…] dans le sens étroit et mesquin) a toujours été le même. Pensant que le dernier mot du gouvernement est d’empêcher les émotions populaires, il croit faire acte de patriotisme […] par le meurtre juridique […] les partis religieux conservateurs n’ont pas coutume de reculer devant la calomnie. […] Le roi d’Espagne […], pour complaire à un clergé fanatique, […] plus blâmable que Pilate. (Ernest Renan, La vie de Jésus, Paris, Levy, 1863, chap. XXII, XXIV)

  • 21 Pour n’en citer qu’une infime partie : José Brissa, La revolución de julio en Barcelona, su represi (...)
  • 22 Vicente Fernández Riera, El asesinato judicial de Ferrer Guardia, La Corogne, Ateneu libertário Ric (...)
  • 23 Antonio Orts Ramos, Francisco Caravaca, Francisco Ferrer apóstol de la razón: vida, obra y doctrina (...)
  • 24 Amadeo Bordiga, « Anticlericalismo e socialismo », Battaglia comunista, n° 35, 14-21-IX-1949.
  • 25 Pierre Gilbert, « Une conversation avec M. Georges Sorel : Ferrer et Briand », Action française : o (...)
  • 26 Ferrer, páginas para la historia, Barcelona, Escuela Moderna, 1912.
  • 27 Cuaderno manuscrito: recopilación de pensamientos antimilitaristas, pról. Francisco Ferrer y Guardi (...)
  • 28 Miguel de Unamuno, « La Patria y el Ejército », Nuestro Tiempo, 5-II-1906, Madrid.

25Ainsi, depuis plus d’un siècle, la bibliographie21 sur la mise à mort de Ferrer témoigne de la négation par le gouvernement espagnol en 1909 de la qualification d’assassinat22 d’un martyr23 du cléricalisme24 étatique. Les défenseurs25 d’Alphonse XIII récusèrent même celle d’erreur judiciaire26. Ils arguèrent que le Conseil de Guerre n’avait qu’appliqué une légitime défense du bien-être collectif du pays puisque le fusillé était – d’après le tribunal militaire – un terroriste dérogeant aux normes socioculturelles de la société, qu’il avait été reconnu coupable non seulement d’actes contraires aux bonnes mœurs, mais surtout de préméditation27 des émeutes de juillet à Barcelone. Neutralisé, justifié, selon eux le prétendu crime d’État n’était donc qu’une calomnie de ceux qui cherchaient à détruire la monarchie, garante de la religion et de la sécurité nationale. Bien qu’ayant relayé ces propos réactionnaires, Unamuno ne pouvait oublier qu’il avait admiré28 les plaidoiries des dreyfusards comme celle de G. Clemenceau :

acclamer le crime, achever l’innocent, installer le criminel dans la gloire ? […] Avec la loi pour théorie, avec la force pour ultima ratio, il fera jouer tous les ressorts pour garder la possession d’État. […] devant l’autocrate, ou devant la classe dirigeante, l’individu ne comptera pour rien […] il n’y aura plus pour le faible ni loi, ni justice, ni droit. Au nom de la patrie, l’innocence sera flétrie, le crime absous, […] Pape […] sourd à l’appel […] implorant […] le secours […] contre un homme seul toutes les puissances de domination : force brutale du soldat, justice inique du juge, férocité des sectaires, organisation mensongère des garanties du droit de vivre. (Georges Clemenceau, Vers la réparation, Paris, Stock, 1899, p. III-IV, VI)

  • 29 Comité de l’œuvre Ferrer (trad.), Les actes officiels du procès Ferrer, préf. Émile Anspach, Bruxel (...)
  • 30 Francisco Ferrer: nel primo anniversario del suo assassinio 13 ottobre 1909, Arcireale, Tip. Popola (...)
  • 31 Osvaldo Bayer, La Patagonia rebelde, Coyhaique, FURIA, 2009, p. 33.

26Il finit donc par reconnaître en 1917 qu’il avait gravement péché contre la sainteté de la justice en approuvant la sentence d’un tribunal inquisitorial. En effet, grâce à l’implication de la presse progressiste de l’ancien et du nouveau monde, le combat pour la révision du procès29 s’était poursuivi jusqu’à son obtention en 1911. Toutefois – visant davantage le gouvernement conservateur, militariste et clérical d’Alphonse XIII que ses appuis catalanistes –, les condamnations de l’exécution du pédagogue se répétèrent à chaque anniversaire30, comme celui prévu pour octobre 1920 par la Sociedad Obrera de Río Gallegos dont le tract fut distribué jusque dans le sud de la Patagonie argentine : « Ferrer […] fusilado por esos tartufos […] estaremos dispuestos siempre a escupirles en la cara el crimen que cometieron31. »

Haut de page

Bibliographie

Abad de Santillán, Diego, 1933, La FORA: ideología y trayectoria del movimiento obrero revolucionario en la Argentina, Buenos Aires, Nervio, 1933, cap. 10 « El asesinato de Ferrer en España ».

Avilés Farré, Juan, 2006, Francisco Ferrer y Guardia: pedagogo, anarquista y mártir, Madrid, Pons (coll. « Historia Memorias y biografías »).

Bergasa González, Francisco, 2009, ¿Quién mató a Ferrer i Guardia?, Madrid, Aguilar.

Bonafulla, Leopoldo, s. d [1910], La revolución de julio, Barcelona, Taberner.

Brissa, José, 1910, La revolución de julio en Barcelona, su represión, sus víctimas, proceso de Ferrer: recopilación completa de sucesos y comentarios, con el informe del fiscal y el del defensor señor Galcerán, Barcelona, Maucci.

Canals, Salvador, 1911, Los sucesos de España en 1909: crónica documentada, t. II (Francisco Ferrer y Guardia), Madrid, Imp. Alemana.

Chanfreau, Marie-Catherine Talvikki, 2009, « Aux sources de l’École Moderne : les rencontres de Francesc Ferrer i Guàrdia (« Els encontres parisencs de Ferrer i Guàrdia. Fonts de l’Escola Moderna ») », in Riba, Jordi (trad.), Afers: fulls de recerca i pensament, Valencia, n° XXIV: 64, p. 479-490.

Comas, Casimiro, 1910, Un revolucionario de acción, Francisco Ferrer: su vida, su obra destructora, justicia de su condena, Barcelona, Suárez.

Cuaderno manuscrito: recopilación de pensamientos antimilitaristas, pról. Francisco Ferrer y Guardia, Barcelona, Escuela Moderna, 1903.

Díaz, Blasco, 1914, Francisco Ferrer e a semana trágica de Barcelona, Lisboa, David (« Bibliotheca Histórica Popular e Illustrada »).

Fernández Riera, Vicente, 1999, El asesinato judicial de Ferrer Guardia, La Corogne, Ateneu libertário Ricardo Mella, III-1999.

Ferrer, Francisco, 1895, L’espagnol pratique, enseigné par la méthode Ferrer, Paris, Garnier.

, 1897, L’espagnol pratique, enseigné par la méthode Ferrer, cours complet : thèmes, lecture, correspondance commerciale, liste des principaux verbes irréguliers, vocabulaires revus et augmentés, Paris, Garnier.

, 1912, La Escuela moderna, póstuma explicación y alcance de la enseñanza racionalista, Barcelona, Escuela Moderna.

, 1912, Ferrer, páginas para la historia, Barcelona, Escuela Moderna.

Ferrer, Sol, 1948, Le véritable Francisco Ferrer d’après des documents inédits : l’homme, l’éducateur, le militant, le martyr, par sa fille, Paris, Les Deux Sirènes.

Gamberi, Antonio, 1909, L’assassinio di Francisco Ferrer: il martire catalano, Lugano, Nuova Biblioteca Rossa, 1909.

Hernández, Modesto, 1909, Villaescusa, La revolución de julio en Barcelona: hechos, causas y remedios, Barcelona, Gili.

Leroy, Constant, 1913, Los secretos del anarquismo: asesinato de Canalejas y el caso Ferrer, pról. E. Guardiola y Cardellac, México, Renacimiento.

Loyson, Paul, 1910, « Le Dieu-Chacal », in Les idées en bataille : discours et polémiques (1900-1910), Paris, éd. du Journal, 1910, p. 53.

Lugan, Alphonse-Marie, 1921, Un précurseur du bolchevisme, Francisco Ferrer, sa vie et son œuvre: étude critique, Paris, Procure générale, 11-I-1921 ;

Orts Ramos, Antonio, Caravaca, Francisco, 1932, Francisco Ferrer apóstol de la razón: vida, obra y doctrinas del famoso mártir español, Barcelona, Maucci.

Ryner, Han, 1932, Dans le mortier : Francisco Ferrer, Paris, Messein.

Sangro y Ros de Olano, Pedro, 1917, La Sombra de Ferrer: de la semana trágica a la guerra europea, Madrid, Minuesa de los Ríos.

Santa Sede, Sección de correspondencia, Madrid, Archivo general del Ministerio de asuntos exteriores y de cooperación, legajo 1741.

Talmeyr, Maurice 1928, « Le vrai Francisco Ferrer », Le Correspondant.

Valois, Georges, 1924, Histoire et philosophie sociales : l’affaire Ferrer en France, Paris, Nouvelle Librairie Nationale (coll. « Les écrivains de la Renaissance Française »).

Venza, Claudio, 2001,« Solidarietà e rivolta, la mobilitazione pro-Ferrer dell’ottobre 1909 », in « Incontri: l’influenza di Ferrer in Italia », Bollettino Archivio Giuseppe Pinelli, n° 18, XII-2001, Milano, p. 43-44.

Haut de page

Notes

1 Azorín, « Colección de farsantes », in ABC, 12-IX-1909 ; Miguel de Unamuno, « El sentimiento de la naturaleza: XI-1909 », in Por tierras de Portugal y España, Madrid, Renacimiento, 1911.

2 El Heraldo de Aragón, Giménez Baselga, « La Puebla de Híjar, 22-VIII-1909 », M. Foz, Alcañiz, 23-VIII-1909, « Los deudos y amigos de Francisco Ferrer y Guardia desterrados en Teruel », La Actualidad: revista semanal ilustrada, nº 170, 2-XI-1909, Barcelona.

3 « Dictamen del auditor general de la 4a región militar », Proceso contra Ferrer Guardia: juicio, Barcelona, 10-X-1909 ; Juicio ordinario seguido ante los tribunales militares en la plaza de Barcelona contra Francisco Ferrer Guardia, Madrid, Rivadeneyra, 1909 ; Processo Ferrer: juizo ordinario contra Francisco Ferrer Guardia seguido perante os tribunais militares na praça de Barcelona, Porto, Motta Ribeiro, 1910 ; Jurisdicción de Guerra en Barcelona (instruida y fallada por la), Causa contra Franscisco Ferrer Guardia: año 1909, Madrid, García, 1911.

4 « Europa contra el Gobierno: manifestaciones en París, Italia y Portugal », El País, 5-X-1909.

5 Avenir Rosell i Figueras, « Fusilamiento de Francisco Ferrer y sus repercusiones en el Uruguay », Hoy es historia, V, n° 29, IX-X-1988, Montevideo.

6 Comité de défense des victimes de la répression espagnole, Un martyr des prêtres, Francisco Ferrer 10 janvier 1859-13 octobre 1909 : sa vie, son œuvre, Paris, Schleicher, 1909 ; Émile Chapelier, Pourquoi l’Église a tué Ferrer ? Discours prononcé au meeting de la libre pensée Les disciples de Berthelot à Seraing, Bruxelles, chez l’auteur, 1909 ; Lucien Anspach, Autour de l’affaire Ferrer : les calomnies cléricales, l’intervention de l’archevêque de Malines. Le Pape et le concile (suite), Bruxelles, Bibliothèque de propagande, 1910 ; Jorge Torre Santos, « Le manifestazioni pro Ferrer a Milano », p. 103-122 ; Edoardo Puglielli, « Le manifestazioni popolari pro Ferrer in Abruzzo », p. 189-202 ; Paolo Spriano, « Le manifestazioni per Francisco Ferrer a Torino », p. 255-256 ; Umberto Sereni, « Le manifestazioni per Ferrer a Parma », p. 259-260, in Contro la chiesa: i moti pro Ferrer del 1909 in Italia, Pisa, BFS (coll. « Quaderni della Rivista Storica dell’Anarchismo » n° 4), 2009.

7 Francisco Galcerán Ferrer, La pledo por Ferrer. Le plaidoyer pour Ferrer, Châlon-sur-Saône, Balandre et Royer, 1909.

8 « di fronte agli assassini testè colà compiuti, cordialmente associandosi alla generale indignazione del mondo tutto; invia ai responsabili di tanta infamia il suo disprezzo e l’augurio di una necessaria quanto giusta vendetta quale attendono il fucilato F. Ferrer e tutti gli altri assassinati e sepolti nel tetro macello di Montjuich. » (« La manifestazione di ieri a Firenze per Francesco Ferrer », La Nazione, 15-X-1909).

9 « Sobre Ferrer i Guardia », La Liga patriótica: diario altruista, órgano de las clases pobres de la República, nº 123, 16-X-1909, La Habana.

10 Albert Bouwens, « Une statue au square du Petit Sablon », Le Soir, 16-X-1909, Bruxelles.

11 « Contre les crimes d’Espagne, dressons-nous ! », La Voix du peuple : journal syndicaliste paraissant le dimanche, organe de la Confédération générale du travail, 17-24-X-1909, Paris.

12 Joseph McCabe, The Martyrdom of Ferrer Being a True Account of his Life and Work, London, Watts, 1909; Leonard Dalton Abbott, Francisco Ferrer: his Life, Work and Martyrdom, with Message Written Especially for this Brochure by Ernst Haeckel, Maxim Gorky, Edward Carpenter, Havelock Ellis, Jack London and others, New York, Francisco Ferrer association, 1910 ; William Archer, The life, Trial, and Death of Francisco Ferrer with Illustrations, New York, Moffat, Yard & C°, 1911.

13 La vérité sur Francisco Ferrer et les événements de Barcelone par un témoin occulaire, Bruxelles, La Presse Socialiste, 1909 ; Alfred Naquet, Le crime de Montjuich, conférence faite à l’Université Ouvrière l’Émancipation le 3-XI-1909, Bruxelles, Œuvre Francisco Ferrer, 1909.

14 Hermann Wendel, Francisco Ferrer, ein Kapitel Reaktion und Inquisition: Erweiterter Vortrag, Frankfurt/M., Buchhandlung Volksstimme, 1909.

15 Georges Normandy, Émile Lesueur, Ferrer : l’homme et son œuvre, sa mort, Castille contre Catalogne, avant-propos d’Alfred Naquet, Paris, A. Méricant, 19-X-1909 ; Cratès, « L’Insurrection de Barcelone », La Vie ouvrière n° 2, 20-X-1909, « La Répression de Barcelone » La Vie ouvrière n° 3, 5-XI-1909, « L’Affaire Ferrer », La Vie ouvrière n° 5, 5-XII-1909 ; Léon Legrave, Un crime social : l’assassinat de Francisco Ferrer, Paris, 1909 ; Amable Joserey, La violence légale : à propos de Francisco Ferrer, Paris, Groupe éducation & action, 1909 ; A. Juvé de Buloix, L’affaire Ferrer devant la conscience universelle : examen critique des documents du procès Ferrer par le tribunal militaire de Barcelone, Paris, s. éd., 1909.

16 « La fucilazione di Ferrer », L’Ombrone: periodico della provincia di Grosseto, 17-X-1909; Luigi Campolonghi, L’assassinio di Francisco Ferrer y Guardia, Genova, Palagi, 1909 ; Luigi Fabbri, Francisco Ferrer y Guardia: ultimo martire del libero pensiero, Roma, Tuzzi, 1909 ; A. Corbos, Vita di Francisco Ferrer, vittima della reazione spagnola, Genova, 1909 ; Francisco Ferrer: la vita, l’opera, il martirio, Porto Civitanova, Gualdesi, 1909 ; Amilcare Cipriani, Antonio Gresti ed altri (ricordi di), Francisco Ferrer y Guardia, suo sacrificio e giudizio dell’opinione pubblica: cenni biografici e storici, Roma, Casa Editrice Libraria, 1909 ; Leda Rafanelli, L’ultimo martire del libero pensiero: Francisco Ferrer, Milano/Sesto San Giovanni, Soc. Ed. Milanese, 1910 ; Leonardo Centonze, Il rito dei sacrifici umani come fenomeno politico: considerazioni sul supplizio di Francisco Ferrer, Bologna, La controcorrente, s. d [1912].

17 Antonio Gamberi, L’assassinio di Francisco Ferrer: il martire catalano, Lugano, Nuova Biblioteca Rossa, 1909.

18 « ricordare così un fatto vergognosamente criminoso, che ha inorridito e indignato tutto il mondo civile, […] fatto che dimostra fin dove è capace di giungere la ferocia monarchico-clericale, aizzata nell’ombra da Torquemada e da Loyola, e puttaneggiante coi potenti della terra –direbbe Guerrazzi– se il popolo da troppi secoli, non alza la testa, intimando il suo tanto necessario basta! » (Antonio Gamberi, Ultime battaglie, Firenze, 1913, p. 190).

19 « El caso de Ferrer i Guardia », El País: diario republicano progresista, nº 8100-8101, 1909, Madrid.

20 Jean-Jacques Kaspar, Réponse des intellectuels français à S. M. Alphonse XIII pour la révision du procès Ferrer : étude juridique d’après les pièces publiées par le Gouvernement espagnol, préf. Gabriel Séailles, Paris, Schleicher (coll. de La Grande Revue), 10-XII-1909.

21 Pour n’en citer qu’une infime partie : José Brissa, La revolución de julio en Barcelona, su represión, sus víctimas, proceso de Ferrer: recopilación completa de sucesos y comentarios, con el informe del fiscal y el del defensor señor Galcerán, Barcelona, Maucci, 1910 ; Blasco Díaz, Francisco Ferrer e a semana trágica de Barcelona, Lisboa, David (« Bibliotheca Histórica Popular e Illustrada »), 1914 ; « Proceso Ferrer », Los Sucesos: periódico ilustrado, n° 539, 27-VI-1914, Madrid ; Francisco Bergasa González, ¿Quién mató a Ferrer i Guardia?, Madrid, Aguilar, 2009.

22 Vicente Fernández Riera, El asesinato judicial de Ferrer Guardia, La Corogne, Ateneu libertário Ricardo Mella, III-1999.

23 Antonio Orts Ramos, Francisco Caravaca, Francisco Ferrer apóstol de la razón: vida, obra y doctrinas del famoso mártir español, Barcelona, Maucci, 1932 ; Sol Ferrer, Le véritable Francisco Ferrer d’après des documents inédits : l’homme, l’éducateur, le militant, le martyr, par sa fille, Paris, Les Deux Sirènes, 1948 ; Juan Avilés Farré, Francisco Ferrer y Guardia: pedagogo, anarquista y mártir, Madrid, Pons (coll. « Historia Memorias y biografías »), 2006.

24 Amadeo Bordiga, « Anticlericalismo e socialismo », Battaglia comunista, n° 35, 14-21-IX-1949.

25 Pierre Gilbert, « Une conversation avec M. Georges Sorel : Ferrer et Briand », Action française : organe du nationalisme intégral, II, 272, me. 29-IX-1909, Paris ; Modesto Hernández Villaescusa, La revolución de julio en Barcelona: hechos, causas y remedios, Barcelona, Gili, 1909 ; Casimiro Comas, Un revolucionario de acción, Francisco Ferrer: su vida, su obra destructora, justicia de su condena, Barcelona, Suárez, 1910 ; Henri Delassus, La conjuration antichrétienne : le temple maçonnique voulant s’élever sur les ruines de l’Église Catholique, Lille, Société St-Augustin, X-1910, t. 1 « I. État de la question », chap. IX « C’est la franc-maçonnerie qui mène la guerre contre la civilisation chrétienne », p. 93-99 ; Salvador Canals, Los sucesos de España en 1909: crónica documentada, t. II (Francisco Ferrer y Guardia), Madrid, Imp. Alemana, 1911 ; Constant Leroy, Los secretos del anarquismo: asesinato de Canalejas y el caso Ferrer, pról. E. Guardiola y Cardellac, México, Renacimiento, 1913 ; Pedro Sangro y Ros de Olano, La Sombra de Ferrer: de la semana trágica a la guerra europea, Madrid, Minuesa de los Ríos, 1917 ; Alphonse-Marie Lugan, Un précurseur du bolchevisme, Francisco Ferrer, sa vie et son œuvre : étude critique, Paris, Procure générale, 11-I-1921 ; Georges Valois, Histoire et philosophie sociales : l’affaire Ferrer en France, Paris, Nouvelle Librairie Nationale (coll. « Les écrivains de la Renaissance Française »), 1924 ; Maurice Talmeyr, « Le vrai Francisco Ferrer », Le Correspondant, 1928 ; Han Ryner, Dans le mortier : Francisco Ferrer, Paris, Messein, 1932 ; Carlos Seco Serrano, « ¿De nuevo el mito Ferrer? », El País, 9-XI-1990.

26 Ferrer, páginas para la historia, Barcelona, Escuela Moderna, 1912.

27 Cuaderno manuscrito: recopilación de pensamientos antimilitaristas, pról. Francisco Ferrer y Guardia, Barcelona, Escuela Moderna, 1903.

28 Miguel de Unamuno, « La Patria y el Ejército », Nuestro Tiempo, 5-II-1906, Madrid.

29 Comité de l’œuvre Ferrer (trad.), Les actes officiels du procès Ferrer, préf. Émile Anspach, Bruxelles, Bibl. de propagande, VIII, n° 3, 1910 ; Carl Reychler, Œuvre de Francisco Ferrer : examen critique des actes officiels du procès Ferrer, Bruxelles, Bibl. de propagande, 1910 ; Luis Simarro, El Proceso Ferrer y la opinión europea, Madrid, Arias, 1910 ; Alejandro Lerroux, Discurso pronunciado por el jefe del partido radical con ocasión del debate planteado en el Congreso sobre el fusilamiento de D. Francisco Ferrer y Guardia y la revolución de Barcelona, Madrid, La Pelea, 1910, Ferrer y su proceso en las Cortes, Barcelona, Tip. El Anuario de la Exportación, 1911 ; « Ferrer i Guardia », El Poble Català, n° 2224, 1911 ; Luis Bertrán, Yo acuso: el testamento de Ferrer, Barcelona, Costa, 1911 ; El Proceso Ferrer, Madrid, A. Marzo, 1911 ; « El proceso a Ferrer en el Congreso », Diario de Sesiones, Barcelona, Lauria, 1911,p. 18-333 ; Julien Cruzel, L’affaire Ferrer devant les Cortès : compte rendu analytique des débats célébrés au Congrès des députés à Madrid, du 28 mars au 8 avril 1911, préf. B. Pradera, concl. J. Cluzel, Paris, Schleicher, 1911.

30 Francisco Ferrer: nel primo anniversario del suo assassinio 13 ottobre 1909, Arcireale, Tip. Popolare, 1910 ; Circolo di studi sociali, Montjuich, n° 1, 13-X-1910, Scarlino ; « L’Assassinio, compiuto dai preti, di Francisco Ferrer », Carrara, Primo maggio, 13-X-1911 ; André Lorulot, Une victime des jésuites, Francisco Ferrer : sa vie, son œuvre, son procès, Herblay, L’Idée libre, X-1929 ; Domenico Zavattero, « Ferrer: morte ai fautori del progresso della civiltà umana », La Lente, 10-X-1945 ; Giovanna Berneri, « Francisco Ferrer nel cinquantenario del suo assassinio », Volontà, XII, n° 7-8, VII-VIII-1959, Genova ; La Libertà: numero unico per commemorare il cinquantenario del sacrificio di Francisco Ferrer, Perugia, 13-X-1959.

31 Osvaldo Bayer, La Patagonia rebelde, Coyhaique, FURIA, 2009, p. 33.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Dénonciation d’un crime d’État : l’exécution d’une figure sacrificielle de la Libre Pensée, Francesc Ferrer i Guàrdia, martyr du cléricalisme », América, 44 | 2014, 99-112.

Référence électronique

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau, « Dénonciation d’un crime d’État : l’exécution d’une figure sacrificielle de la Libre Pensée, Francesc Ferrer i Guàrdia, martyr du cléricalisme », América [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://america.revues.org/673 ; DOI : 10.4000/america.673

Haut de page

Auteur

Marie-Catherine Talvikki Chanfreau

CREC, Université de Poitiers

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org