Navigation – Plan du site

Texte intégral

« Con cinco anillos de presión amorosa
Ajusta Juliana el pene a su shushuma. »
Emilio Adolfo Westphalen, « Concordancia »

1La lecture des textes qui composent ce 45e volume d’América paraît amener à une évidence que l’on pourrait qualifier de fondatrice de la dynamique érotique : sa capacité, à l’image du désir et de ses métamorphoses, à déjouer tout discours totalisateur, à incarner les contradictions, à rendre à l’imaginaire toute sa labilité. L’érotisme, sans doute est-ce une banalité que de le dire, pose le primat du corps, mais d’un corps qui échappe ou offre une résistance à la prise, en même temps qu’il la suscite, dans un jeu perpétuel, un entre-deux où se déploie le fantasme, où se creuse un rapport, qui est un inter-dit. Un jeu sur l’écart, l’espacement, l’attente. L’érotisme offre ou cèle le corps, depuis sa matérialité, dans l’éclat de ses parties. Il fragmente la représentation. Peu de chose à voir avec l’aspect « compact » (Barthes) de la pornographie, que Luisa Valenzuela lit comme « non-graphie », absence d’écriture, absence de la différance qui s’inscrit dans/par l’écriture, par où celle-ci s’espace pour accueillir l’autre, l’a-venir, où cela advient.

2Éros énergumène aussi, sans doute, en ce qu’il libère une énergie, un faisceau de forces certainement contradictoires, oxymoriques, complémentaires, qui excèdent en tout cas tout calcul (Bataille). Ce qui « nous excède » (Valenzuela) nous (dés)intègre dans un mouvement panique. Henri Maldiney voit dans l’ambivalence de l’Amour (Éros) chez les Grecs, à l’instar du paradoxe dionysiaque, la présence puissancielle d’un dieu sans essence, « hors de soi » : « la béance sans prédicat, où l’existence de l’homme s’abîme chaque fois qu’elle cherche à se fonder » (Aître de la langue et demeure de la pensée). Éros fait retour, sans jamais nous offrir le havre létal d’une origine ou l’illusion d’une transcendance.

3Des références qui parsèment ce volume (Bataille, Paz, Baudrillard, Barthes, Foucault…) semble émerger un double mouvement, qui va d’une certaine universalité de la question érotique, une espèce de fondement anthropologique commun, à des partages culturels, idéologiques, politiques. Les quatre parties qui composent ce livre rendent compte de ce large spectre d’implications qui concernent la langue, les représentations, les constructions sociales et idéologiques.

4Avec l’érotisme, le corps se voit traversé, habité, par des forces qui nous lient à la puissance archaïque du mythe, donc à une humanité d’autant plus profonde et radicale que l’individuation est outrepassée au profit de structures qui « nous excèdent » autant qu’elles nous révèlent. Aussi ne sommes-nous pas en droit de nous demander s’il y a sens à parler de l’érotisme en Amérique latine, ou plutôt à nous interroger sur la pertinence d’une telle délimitation, faite parfois d’injonctions identitaires ? Ainsi des topiques du latin lover ou de la belle mulâtresse, évidentes réifications, projections, d’un désir « colonial ». Mais, quand bien même elles figeraient le désir dans des représentations « marchandisées », ces constructions culturelles ne font-elles pas intégralement partie de la constellation érotique que nous nous proposons d’explorer ?

5Posons comme hypothèse « critique » que parler de l’érotisme en Amérique latine c’est peut-être surtout parler des divers agencements ou dispositifs qui en scandent les continuelles métamorphoses, non comme des points d’ancrage identitaires, particularisants, mais, précisément, comme des tentatives de déterritorialisation, de fugues. La création d’un récit qui se connaît comme récit, qui s’élabore à partir d’autres textes, sans prétention à une autre vérité que, justement, sa « productivité », qui transfère à la langue (ou à l’image, ou à tout autre code sémiotique) son énergie. Peut-être peut-on fixer un point de départ à cette construction historique, par une autre hypothèse, certainement pas inédite : en Amérique latine, le récit érotique, l’érotisation de la lettre, connaît avec le modernisme un moment décisif en ce que le modernisme, on le sait, est une technè, un assemblage d’éléments disparates qui fonctionnent comme un corps, le corps de jouissance de la lettre. Ce déplacement est fondateur par paradoxe, en ce que l’à-plat de la lettre, de la représentation, se révèle sans fond.

6Le texte apertural de ce numéro d’América nous est offert par Luisa Valenzuela qui lie dans un même mouvement érotisme, langage et humour : « Érotiques sont les saveurs, les savoirs et les plaisirs qui sont occasionnés par l’ambiguïté et l’allusion, tout ce qui palpite dans un texte sans se dénuder – c’est-à-dire sans se présenter – tout à fait ». Sans ignorer l’abîme sur lequel se fondent, ou s’infondent, l’érotisme et le désir, c’est dans les jeux de l’écriture, suggère Luisa Valenzuela, que s’éprouve la jouissance de la pensée, dans le corps de la lettre.

7Le premier grand axe du volume, « Pensée littéraire du désir », met justement en scène la façon dont l’érotisme, comme incarnation de l’insatiable mobilité/motilité désirante, traverse et « tend » les textes littéraires. Ana María Amar Sánchez le montre à travers l’analyse de deux romans du Chilien Donoso, en partant du livre de Baudrillard sur la séduction. Ana María Amar Sánchez accorde, en particulier dans le cas de La misteriosa desaparición de la marquesita de Loria, une importance toute particulière au matériau visuel, qui entre pleinement dans le jeu – la « tricherie » – érotique. C’est ce même texte qui fait l’objet de l’étude de Félix Terrones, qui en éclaire un autre aspect, qui concerne cette fois moins ce qui est caché que ce qui est indicible, et que va figurer la relation entre érotisme, animalité et sacré. Une « chute » dans le sacré, qui passe par la souillure du personnage de Blanca, puis sa disparition, et qui constitue d’évidence le dépassement des codes (ici, libertins) vers une « force sinistre et obscène », dont il s’agirait, dans une sorte de paradoxe, de saisir l’ineffable « par le biais du langage ».

8Dans l’œuvre nérudienne, que parcourt Dominique Casimiro, l’érotisme du baiser construit en quelque sorte un espace habitable, là où la vision bataillenne de Donoso nous laissait sans assises. Non que le vertige soit absent dans l’œuvre nérudienne, mais l’érotisme du baiser, dans un battement, ouvre à une « genèse matérielle », une intégration de la finitude qui, en fin de compte, restaure, suture la béance érotique en rassemblant Éros et Agapè dans l’espace de célébration du poème. C’est aussi une tentative de restauration de la plénitude inaugurée par la fusion érotique qui semble animer le texte de Chejfec analysé par Liesbeth François. Face à un érotisme appauvri par la disparition des interdits (Vargas Llosa) ou « marchandisé » par la société capitaliste (Paz), le roman de Chejfec propose lui aussi un espace intégrateur, forcément marginal, hétérotopique, interstitiel. L’étude de María Victoria Alday sur le roman d’Héctor Bianciotti, Le pas si lent de l’amour, nous ramène à une perspective plus bataillenne, où s’approfondit la question cruciale du rapport entre érotisme, religion et sacré. La religion permettant de construire le cadre « social », historique, objet de l’infraction érotique et blasphématrice, et fournissant les codes (rhétoriques, imaginaires) à partir desquels est possible une expérience « intérieure », « religieuse » de l’érotisme. C’est encore la transgression, sous la forme de l’inceste érotique, qui traverse les textes de Carlos Fuentes analysés par Lise Demeyer, un inceste essentiellement symbolique qui vise à restaurer l’unité perdue, à penser aussi le métissage latino-américain. Inquiétante étrangeté que celle qui règne dans les narrations de Virgilio Piñera, où les figures de la pénétration ou de la mutilation mettent les corps à l’épreuve, dans une exaltation contradictoire de la chair. C’est à ce « buffet froid », par exemple dans le roman La carne de René, dont le vocable espagnol « carne » (à la fois chair et viande) dit bien l’ambiguïté, que nous invite Christilla Vasserot.

9La deuxième partie de ce volume, intitulée « Conquêtes du discours érotique », procède à une cartographie de l’expansion sociale, esthétique et politique de l’érotisme en Amérique latine, peut-être aussi dans le sens où Reinaldo Arenas parlait de la « revendication d’un territoire » (cité par Armando Valdés) moins dépendant de la doxa et des partages idéologiques. Douglas Bohórquez montre, à travers les essais de trois figures intellectuelles continentales (Paz, Liscano et Echavarren), cette expansion, qui passe par des confrontations culturelles susceptibles de désenclaver les représentations. La question de l’écriture, comme métaphore, bien entendu, mais aussi comme outil de libération, y est très présente. Le thème de l’androgynie, abordée par Liscano, ou encore les « transformations de la sensibilité » et l’impermanence d’une identité « qui a cessé de se reconnaître dans les prescriptions de genre et de sexe », dans Echavarren, confirment combien l’érotisme participe d’une redisposition ininterrompue des cadastres culturels.

10Alejandra Toro Murillo, à partir de l’expérience poétique du groupe « Golpe de dados » dans la Colombie des années 1970, nous offre un témoignage éloquent, depuis la langue et ses représentations, de la fonction de l’érotisme, tant dans sa productivité poétique que par sa capacité à poser une autre forme de socialité (ici en revendiquant, à travers l’érotisme, une sexualité qui se libère des modèles traditionnels) et, politiquement, à émettre un discours qui proteste contre une réalité sociale et politique marquée par la violence et la répression. À travers l’exemple de la littérature d’Amérique centrale, telle qu’elle s’écrit dans « l’après-guerre », c’est-à-dire essentiellement dans les recompositions en œuvre dans les récits à partir de 2000, Sergio Coto-Rivel suggère un positionnement en quelque sorte politique, qui passe par l’exploration de l’espace intime et libérateur de l’érotisme. Il s’agit de récits urbains, qui suivent aussi des pistes inter-génériques, comme cette parodie du conte du Petit Chaperon rouge, qui illustre bien ce que Coto-Rivel appelle un « contre-discours » qui « travaille » les constructions sociales. Armando Valdés Zamora, dans son étude sur l’érotisme dans la littérature cubaine actuelle (Zoé Valdés, Pedro Juan Gutiérrez, Abilio Estévez), ébauche en réalité une véritable généalogie de la littérature érotique à Cuba, à travers les figures fondatrices de Lezama Lima, Sarduy et Arenas. On peut y mesurer alors toute la puissance transgressive d’un érotisme, pleinement adhérent aux corps – écrit sur les corps, pour paraphraser un titre fameux de Sarduy –, et qui adopte une position critique vis-à-vis de toutes les injonctions doctrinales.

11« Amour à mort », titre emprunté au poète César Moro, revient sur la dialectique constitutive du couple Éros/Thanatos. Les quatre études rassemblées ici le montrent de façon explicite. Christophe Larrue se penche sur l’œuvre d’Horacio Quiroga qui illustre un modernisme complexe se situant à la fois dans le sillage du « romantisme noir » (Praz), de la décadence et d’un certain naturalisme scientifique tout en s’ouvrant à un fantastique qui devait s’avérer particulièrement productif dans les lettres du sous-continent. Christophe Larrue, à partir de certains topiques (comme ceux de la femme vampire ou du vagin denté), montre comment fonctionne « l’économie érotique quiroguienne », où amour et mort dialoguent constamment. Le motif du pied, en particulier, permet de parcourir un large spectre symbolique, où les représentations phalliques, le fétichisme ou la peur de la castration ouvrent sur des domaines aussi variés que ceux de l’écriture ou de la conquête de l’espace de la forêt vierge, à travers l’exemple du peón, avatar étymologique de « pied ». Francisco Javier Rabassó, quant à lui, prend l’exemple du cinéma mexicain, depuis les plus anciennes productions de Buñuel, jusqu’aux films les plus récents de González Iñarritu. La filmographie de Buñuel, dont on sait ce qu’elle doit à l’expérience mexicaine, est traversée de part en part par la dynamique de la perversion, de la libération par le désir et la révolte. Si l’œuvre de Sade y est explicitement revendiquée, la portée politique y est tout aussi claire, mettant en péril, dans un jeu de destruction systématique, toutes les constructions de la société bourgeoise, à travers le déchaînement érotique et l’imaginaire mythique. Ce « regard dionysiaque et libérateur » se voit, dans les productions plus récentes du cinéma mexicain, confronté à la marchandisation et à la domination technologique.

12La puissance du fatum, invoquée à de nombreuses reprises dans cette partie, se retrouve au centre de la narration de Héctor Abad Faciolince étudiée par Carmen Virginia Carrillo. Fragmentos de amor furtivo (1998) est informé par l’hypotexte des Mille et une nuits, qui exacerbe le « pouvoir incitateur » de la langue et déroule implacablement le fil d’une histoire dominée par la figure féminine de Susana. La relation érotique, qui servait au début de refuge face à la violence sociale et politique, trace un chemin irréversible vers le rituel sacrificiel. Emmanuelle Sinardet, dans le dernier texte de cette partie, s’attache à l’étude d’un récit bref de l’écrivain équatorien Carlos Carrión, où l’on peut observer l’extrême tension née d’un projet vital, l’oubli de la mort dans [par] la diversion érotique, qui achoppe sur cette même mort, quand elle fait implacablement retour à la fin du récit. Le lecteur y verra aussi, comme dans le texte de Christophe Larrue, la « présence dissolvante du chaos », chaos qui dit l’ambivalente fonction génésique et destructrice de l’éros.

13« La pulsion scopique », quatrième grand chapitre de ce volume, part, si l’on veut, d’une évidence, d’un aspect majeur de l’érotisme : son mode d’apparition – la force de « surrection » de la chair, dans l’entrebâillure, par le pli – qui est, bien entendu, en même temps, le fruit d’une construction, à la fois culturelle et inconsciente, par le regard. Celui-ci, comme le dit Antonio Quinet (Le plus de regard. Destins de la pulsion scopique), montre « le statut d’objet du sujet dans la boucle de la pulsion ». La photographie, comme procédé et image, fait ici l’objet de deux études. Dans la première, Hervé Le Corre, à partir d’une série de onze poèmes du Bolivien Marcelo Villena, montre comment œuvre l’ambivalence, entre la prise photographique et l’emprise érotique. Entre la « prédation du désir » et « l’intersubjectivité de la caresse » se déploie toute cette « équivoque érotique » à laquelle se référait Lévinas. Le cheminement des poèmes creuse le rapport entre les actants, paraît postuler progressivement un retournement, par où le « sujet » de la photographie passe de l’assujettissement à l’inter-subjectivation, ou de la « prise » au don. Gersende Camenen analyse trois textes, trois moments, trois dispositifs du couple érotisme/image dans l’œuvre de Salvador Elizondo. Dans Farabeuf, l’image (la photo d’un supplicié chinois) est un « hiéroglyphe » qui met en marche la machine sémiotique et conduit à un « érotisme scriptural ». Trois photographies sont aussi séminales pour l’Autobiographie précoce d’Elizondo, cette fois par leur capacité à densifier la charge émotionnelle, qui va jusqu’à la mise en scène de l’abject (la présence du « corps glorieux de la barbarie »), et par la réflexion formelle, technique, qui en constitue l’armature structurale (corps très blanc, jeu négatif/positif…). Un texte plus tardif (Elsinore), à travers le modèle de l’image en mouvement, comme un rêve, semble réconcilier enfin image et érotisme dans leur élan vital, comme une lanterne magique ou une « parfaite sonate » (Paz). Ce volume s’achève sur l’étude comparée de la prose narrative de deux écrivains colombiens, Pablo Montoya et Evelio Rosero, dont les mises en scène érotiques sont fréquemment médiatisées par des jeux de regard (celui du voyeur ou du photographe, comme le Belloc de La sed del ojo de Montoya). Ce sont les « pouvoirs du visible » qui se déploient et exacerbent le désir, pris dans la contradiction (?) du voir et du toucher, qu’Ernesto Mächler s’emploie à mettre en évidence avec vivacité et humour.

14Pour finir, il nous reste à dire que ce volume a été rendu possible grâce à la réflexion commune de chercheurs français et étrangers, réunis en juin 2012 à la maison de l’Amérique latine et à la Maison du Mexique. Que ces deux institutions voient dans ce travail collectif une façon de les remercier pour leur hospitalité. Un autre volume d’América (n° 46) viendra compléter cette première livraison.

15Deux livres s’inscrivent dans la dynamique de cette réflexion collective. Le premier, en amont, celui de Pablo Montoya Campuzano, La sed del ojo (Medellín, EAFIT, 2004), dont l’auteur a lu avec talent quelques pages, accompagnées d’un choix de daguerréotypes de Belloc. Un autre, en aval, qui n’a pu voir le jour qu’après ces journées de juin, du poète hispano-mexicain Tomás Segovia, Sonnets votifs-Sonetos votivos, Paris, Riveneuve, 2013 (trad. Louis Panabière, Jean-Jacques Pecassou, Thomas Barège et Bernard Sicot). Avec trois gravures sur bois de l’auteur.

Y poco a poco, dulcemente, luego,
Absuelto por la muerte renacía
Tu amor salvaje y puro como el fuego.
Tomás Segovia, Sonetos votivos

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Le Corre, « Introduction », América, 45 | 2014, 7-12.

Référence électronique

Hervé Le Corre, « Introduction », América [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 28 janvier 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://america.revues.org/712 ; DOI : 10.4000/america.712

Haut de page

Auteur

Hervé Le Corre

CRICCAL, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org