Navigation – Plan du site
I. Pensée littéraire du désir

Une attirance superficielle ?

Espace et érotisme dans Boca de lobo de Sergio Chejfec
La atracción de lo superficial: erotismo y espacio en Boca de lobo de Sergio Chejfec
Liesbeth François
p. 57-65

Résumés

L’idée que l’érotisme et l’amour ont perdu une grande part de leur force sous l’influence de la postmodernité technologique, de la globalisation et de la déshumanisation est exprimée en Amérique latine par des voix de littérateurs (Paz, 1993; Vargas Llosa, 2009). Face à cette même inquiétude, Boca de lobo (2000), roman de l’Argentin Sergio Chejfec, prend une position originale, montrant que le discours littéraire ne participe pas nécessairement de cette tendance. Le roman se situe dans un monde anonyme, désolé, industriel où se tisse l’histoire d’amour d’un homme et d’une jeune ouvrière. Au moyen de la représentation de l’espace, sont analysés les mécanismes littéraires de l’érotisation qui justement font de ces éléments aliénants de la société contemporaine des facteurs d’attirance. La scène où l’histoire se déroule et le corps de la jeune fille associé à l’espace de l’usine appellent une transgression érotique ; l’érotisme est transformé par des éléments naturels. De la sorte, Boca de lobo indique la possibilité que l’étorisme survive jusque dans l’environnement le plus désolé de la société contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

1Il n’est pas difficile de percevoir le ton élégiaque que beaucoup d’auteurs utilisent lorsqu’ils réfèrent à l’érotisme dans la société contemporaine. Le fait qu’ils aient recours à ce sentiment de perte ne doit pas surprendre : si notre époque a été décrite comme une époque de déracinement, de superficialité et de désorientation, il est logique que l’érotisme et l’amour – deux expériences fondamentales de l’être humain – aient été abordés aussi à partir de cette perspective. Ainsi, l’érotisme est souvent considéré comme un bien perdu, détruit par la transformation rapide des normes et des conventions aux xxe et xxie siècles. En guise d’introduction, nous passons en revue des critiques concrètes qui s’appuient sur cette idée, afin de traiter dans le contexte de cette thématique le roman Boca de lobo (2000) de l’écrivain argentin Sergio Chejfec.

  • 1 « Al desaparecer la prohibición desapareció también la transgresión, aquel aura temeraria [sic], la (...)
  • 2 « Renverser une barrière est en soi quelque chose d’attirant ; l’action prohibée prend un sens qu’e (...)

2Une première critique exemplaire est attribuée à Mario Vargas Llosa. Dans son courrier « La desaparición del erotismo », l’auteur péruvien considère que l’érotisme a disparu sous l’influence de la libération sexuelle : « Avec la disparition de la prohibition, on a perdu aussi la transgression, cette aura téméraire, la sensation de rompre un tabou, de pécher, qui épiçait la pratique de l’érotisme dans le passé et qui attisait tant l’invention littéraire et artistique » (notre traduction)1. Comme le stipulait Georges Bataille2, le désir érotique est strictement lié à l’envie d’enfreindre des normes sociales. En conséquence, selon Vargas Llosa, l’affaiblissement de celles-ci entraîne une perte du désir de transgression et appauvrit l’érotisme.

  • 3 « […] nos damos cuenta, por una parte, de que hemos dejado que la libertad erótica haya sido confis (...)
  • 4 Herbert Marcuse, [1955] 1974, Eros and Civilization: a Philosophical Anquiry into Freud, Boston, Be (...)
  • 5 Zygmunt Bauman, 1999, « On the postmodern uses of sex », in Mike Featherstone, Love and Eroticism, (...)

3Un autre motif de préoccupation pour divers auteurs consiste dans le caractère de plus en plus superficiel des relations humaines, qui trouverait son origine dans le capitalisme et la globalisation. Dans le domaine de la littérature hispano-américaine, Octavio Paz, avec son livre La llama doble: amor y erotismo (1993), est le représentant notoire de cette tendance critique. Après un aperçu historique des pratiques érotiques, sexuelles et amoureuses, l’auteur mexicain s’attelle à la description de notre ère avec ce constat alarmant : « […] nous réalisons, d’une part, que nous avons permis que la liberté érotique ait été confisquée par les pouvoirs de l’argent et de la publicité ; d’autre part, le crépuscule progressif de l’image de l’amour dans notre société. Double échec » (notre traduction)3. L’avertissement en soi n’est pas nouveau ; Herbert Marcuse désignait déjà le capitalisme comme cause de l’aliénation sexuelle et de la répression de l’érotisme4. Il est également possible de le mettre en relation avec les idées de Zygmunt Bauman qui argumente que la quête de l’amour est remplacée dans l’époque postmoderne par une quête d’expériences non seulement de plus en plus fortes, mais aussi de plus en plus volatiles5.

  • 6 Beatriz Sarlo, 2007, « Anomalías. Sobre la narrativa de Sergio Chejfec », in Beatriz Sarlo, Escrito (...)

4Or, la possibilité de l’érotisme dans le monde contemporain est un thème central dans le roman Boca de lobo de l’écrivain argentin Sergio Chejfec. Celui-ci lui donne un traitement original dans le contexte des critiques que nous avons mentionnées. Chejfec, auteur d’ascendance juive européenne, vit actuellement aux États-Unis et est considéré comme une des voix les plus originales de la littérature argentine contemporaine. Les quatorze livres qu’il a écrits à partir de 1990 sont caractérisés par un style expérimental et autoréflexif ainsi que par un intérêt manifeste pour la dimension spatiale du monde narré6. Sa littérature met l’accent sur l’aspect esthétique du texte, sans pour autant se distancer du monde réel.

  • 7 Cette idée est développée et appliquée à un autre roman de Chejfec, El aire, dans l’article de Beat (...)

5Boca de lobo (2000) est un roman qui raconte, rétrospectivement, une histoire d’amour entre une jeune ouvrière et un homme plus âgé. L’homme, protagoniste et narrateur anonyme, décrit les souvenirs de son ancienne relation avec Delia, une travailleuse dans une fabrique, qu’il a abandonnée après l’avoir mise enceinte. L’idylle est focalisée à travers les promenades du couple dans le paysage désolé des quartiers pauvres, décadents et envahis par les champs, d’une ville anonyme. Ce décor fait référence à un monde post-moderne dans le sens le plus littéral : c’est un monde postérieur à la modernisation, dans lequel les constructions modernes, elles-mêmes, se trouvent déjà en ruine7. Dans ce monde gris et désespérant, le protagoniste et Delia vivent un amour intense, et un érotisme inespéré. L’homme amoureux alterne mémoires et réflexions sur les raisons, incompréhensibles même à ses yeux, de l’abandon. La narration est marquée par un sentiment d’amour profond, et de perte irrémédiable.

Boca de lobo : la possibilité de l’érotisme dans un monde désolé

6Contrairement à ce que concluent Vargas Llosa et Paz sur la littérature et le monde contemporains, la présence de l’érotisme dans Boca de lobo est une réalité. Malgré l’abandon, le protagoniste insiste sur la profondeur de son amour pour Delia, sur l’érotisme qui émane de sa figure, et sur l’impact de la relation sur sa vie. Boca de lobo combat l’idée de Vargas Llosa sur la perte néfaste des normes à transgresser, parce que le roman propose la logique capitaliste même comme nouvelle norme suscitant le désir de transgression. Quant à la préoccupation de Paz, nous argumenterons que dans ce livre, les pouvoirs de l’argent n’ont pas annulé la possibilité de l’érotisme, ni celle de l’amour. On verra, de plus, que l’abandon de Delia n’élimine pas les sentiments d’amour, mais que cette situation renvoie plutôt à la nouvelle forme que ces derniers sont en train de prendre dans la société contemporaine.

7Ces idées dérivent de certaines caractéristiques du texte. Parmi elles, attirons l’attention sur la valeur symbolique de l’obscurité, liée strictement à la « gueule du loup » du titre du roman. L’expression « gueule du loup » est utilisée dans la description de différents espaces, mais renvoie, au niveau le plus général, au monde obscur et misérable dans lequel vivent les protagonistes. Toutefois, pendant toute l’histoire, l’obscurité est appréciée comme facteur nécessaire à la perception du beau et du profond. Ce principe s’applique aussi à la gueule de loup :

  • 8 « Una frase común puede dar la idea de aquellos pozos de oscuridad: boca de lobo. […] Si hay una be (...)

Une expression commune peut traduire l’idée de ces puits d’obscurité : gueule de loup. […] S’il y a une beauté dans le monde, pensions-nous, Delia et moi, si quelque chose frappe l’émotion jusqu’à nous laisser sans souffle, si quelque chose confond les souvenirs jusqu’à la limite de leur propre mémoire en les empêchant de retourner à leur état originel, cette chose vit dans l’obscurité et se manifeste très rarement (notre traduction)8.

8Si nous tenons compte du fait que l’expression « gueule du loup » est appliquée plusieurs fois à ce que le narrateur appelle le « terrain des chardons », le lieu où vont les protagonistes afin de faire l’amour, il est évident que l’une des questions centrales de ce livre concerne la possibilité de l’amour et de l'attirance dans un monde misérable.

  • 9 « […] lo que más [l]e gusta es tratar de calificar o trabajar con los sentidos asociados al espacio (...)
  • 10 David Bell et Gill Valentine, 1995, « Introduction: Orientations », in David Bell et Gill Valentine (...)
  • 11 David Bell, 1995, « Perverse dynamics, sexual citizenship and the transformation of intimacy », in (...)
  • 12 John Douglas Porteous, 1986, « Bodyscape: the body-landscape metaphor », The Canadian Geographer, 3 (...)

9Il est utile d’aborder la question de l’érotisme dans Boca de lobo à partir de sa codification spatiale. En premier lieu, nous avons déjà mentionné que l’espace apparaît comme facteur central de la poétique de Chejfec, qui a déclaré que « […] ce [qu’il] aime le plus, c’est d’essayer de qualifier ou de travailler avec les sens associés à l’espace » (notre traduction)9. En second lieu, il est prouvé que la dimension de l’espace influence l’activité sexuelle, en même temps qu’elle porte les marques des pratiques sexuelles de ceux qui l’occupent10. Par exemple, si on considère les endroits où les relations sexuelles en public sont pratiquées, on voit qu’il s’agit souvent d’espaces naturels, qui offrent un sentiment de liberté et d’aventure à ses visiteurs, tandis que l’espace même est associé au sexe précisément à cause de ces pratiques11. Concrètement, en nous inspirant d’un article de J. Douglas Porteous, qui étudie les métaphores spatiales du corps et les métaphores corporelles de l’espace12, nous nous concentrerons sur l’érotisation de l’espace du roman, d’une part, et sur l’image du corps comme espace érotique ou incitant à la transgression érotique, d’autre part. Dans ce qui suit, nous distinguerons deux mécanismes d’érotisation de ces espaces (environnants et corporels) : l’appel à la transgression et le retour à la nature.

L’appel à la transgression

10Le premier mécanisme d’érotisation consiste dans l’appel à la transgression. Si, comme l’argumente Vargas Llosa, les normes et les conventions sociales – qui sont en quelque sorte les conditions de possibilité de l’érotisme parce qu’elles lui attribuent son caractère prohibitif et, par conséquent, excitant – sont en train de s’éteindre, Boca de lobo suggère une réponse logique à cette préoccupation, à savoir la recherche d’autres restrictions à transgresser. Nous verrons que dans ce roman, les limites à franchir consistent dans la misère même du monde contemporain, et dans l’exploitation physique du corps de l’ouvrière. Afin d’illustrer le fonctionnement de ces deux limitations dans le contexte de l’érotisme, nous nous concentrerons sur la figure de Delia dans son interaction avec l’espace environnant et sur l’espace de son corps.

  • 13 « […] vive atrevesando umbrales […] » (18).
  • 14 Kate Jenckes, 2010, « Myopic Witnessing and the Intermittent Possibilities of Community in Sergio C (...)
  • 15 « Nunca he visto a nadie imponer de tal modo su presencia tratando precisamente de hacer lo contrar (...)

11L'attirance du personnage de Delia émane en grande partie de son caractère liminal et mystérieux, qui s’exprime à travers sa relation avec l’espace. Delia, la fille qui « […] vit en franchissant des seuils […] » (notre traduction)13, incarne pour le protagoniste le potentiel de transgression dans le quartier misérable14. La fille combine une manière très particulière de se faire remarquer dans l’espace avec la tendance contradictoire à l’absence mentale : « Je n’ai jamais vu personne imposer de telle façon sa présence en essayant précisément de faire le contraire, de disparaître, de s’effacer et de se disséminer dans la quantité d’objets qui nous entourent et menacent » (notre traduction)15. Ainsi, Delia représente le pouvoir transformateur que le personnage principal ne trouve ni dans la réalité, ni dans les romans qu’il a lus et qu’il oppose constamment au monde réel. L’adolescente, qui répond en outre à un nom qui est l’anagramme d’« idéal », s’inscrit alors dans l’espace comme un être liminal, qui oscille entre présence et absence, qui à la fois se rapproche et se distancie du monde environnant. La fille qui vit en franchissant les seuils rend possible la transgression de la réalité tout comme celle du monde fictionnel dans lequel le protagoniste tentait de s’enfermer avant de la connaître.

  • 16 « […] decisivo para enamorar[s]e de ella […] » (12).
  • 17 « […] yo encontraría cierto orgullo en el hecho de que las manos que a veces me tocaban fueran las (...)

12En ce qui concerne le corps de Delia, celui-ci acquiert un sens érotique et incite à la transgression dans la mesure où il est comparé à l’espace de l’usine. Cette métaphore du corps-usine trouvera son pendant dans le corps-paysage que nous discuterons par la suite en relation avec le mécanisme du retour à la nature. Pour le protagoniste, le fait que Delia soit ouvrière était l’élément « décisif pour tomber amoureux d’elle » (notre traduction)16. Les descriptions érotiques de son corps réfèrent également à la fille comme faisant partie de l’usine : « […] je trouverais un certain orgueil dans le fait que les mains qui parfois me touchaient étaient les mêmes qui s’étaient occupées il y a quelques heures de faire fonctionner des machines, de manipuler des instruments ou d’apporter de futures marchandises » (notre traduction)17. D’autres exemples de cette idée sont la quasi-fétichisation de son pied dans le geste mécanique de descendre de l’autobus, la confusion de son bleu de travail avec sa peau et l’identification des ouvriers avec leurs machines.

  • 18 Tel qu’on peut le retrouver chez Foucault (1976, Histoire de la sexualité, vol. 1 : La volonté de s (...)
  • 19 Marcuse, op. cit.
  • 20 Voir aussi Foucault, op. cit., 177-211, sur le contrôle effectué sur le corps par le système capita (...)

13On peut mettre en relation l'attrait qui émane du corps-usine et le désir de s’opposer à la restriction qu’impose le temps de travail sur la vie privée. Dans l’antagonisme entre sexe et travail18, nous avons choisi la veine théorique qui explique l’aliénation sexuelle dans la société par l’intensification du système capitaliste19. Selon Marcuse, le spécialiste incontestable de cette thématique, nous souffrons tous d’un surplus de répression, qui met notre énergie libidinale au service de la production capitaliste. En ce sens, on peut dire que faire l’amour avec une ouvrière équivaut à la transgression : cela revient à lui dérober du temps de travail, la soustraire à la répression de l’usine, et libérer son énergie libidinale20. De cette façon, les rencontres sexuelles avec Delia augmentent la valeur du protagoniste même, parce qu’elles lui permettent de se considérer digne de concourir avec le centre du pouvoir, l’usine. En plus, l’application des ouvriers à leur travail est dotée, dans l’observation du personnage principal, d’un caractère mystérieux, ce qui entoure le processus de production d’une aura de l’interdit. Le caractère prohibitif imposé par la dynamique capitaliste sur la vie des ouvriers est l’un des phénomènes qui appellent la transgression.

Le retour à la nature

14Conformément à la thématique de l’obscurité comme dimension révélatrice de la beauté, la description du monde misérable dominé par la logique capitaliste de l’usine nous fait en outre entrevoir des rayons d’espoir. Le narrateur n’esquisse pas seulement la misère, mais il veut aussi montrer qu’entre les ruines et la pauvreté des banlieues de la ville, on peut retrouver des valeurs comme la dignité, la solidarité et l’amour. Il obtient cet effet à travers, entre autres, l’embellissement de certains phénomènes par la description imaginative. Or, dans le contexte de l’érotisme, on peut dire que l’espace géographique préféré des protagonistes pour leurs rendez-vous tout comme l’espace du corps de Delia sont traités de cette façon. Plus spécifiquement, ils sont embellis et érotisés par la présence d’éléments de la nature qui font irruption dans la désolation générale du monde du roman. Face à l’inquiétude de Paz, ce second mécanisme d’érotisation montre que les forces de l’argent n’ont toujours pas monopolisé l’expérience érotique.

  • 21 « Durante el prolongado idilio comprueban la vitalidad de una geografía hasta entonces encubierta, (...)
  • 22 « […] flores silvestres […] » (8).
  • 23 « Esos reflejos [del contacto de Delia] aparecían como un leve ardor, semejante al producido por el (...)
  • 24 « De la espesura de la noche nos introdujimos en otra más espesa, la espesura de los Cardos, que ta (...)

15Les protagonistes découvrent progressivement le potentiel érotique de l’espace dans lequel ils vivent leur relation : « Au cours de l’idylle prolongée, ils découvrent la vitalité d’une géographie jusqu’alors cachée, du moins pour eux » (notre traduction)21. Tel est le cas du terrain des chardons où ils font l’amour. L’érotisme de ce curieux locus amœnus émane en premier lieu de son association avec l’activité sexuelle, mais il se manifeste aussi à travers la végétation. Ainsi, les chardons leur fournissent avec leurs « fleurs sauvages » (notre traduction)22 un lieu idyllique, et leur frôlement est comparé au contact entre les corps : « Ces reflets [du contact de Delia] apparaissaient comme une ardeur légère, semblable à celle produite par le contact des chardons, et ils se condensaient autour de choses intangibles en ce moment : la douceur de la peau de Delia, la chaleur provenant du corps, même l’anxiété dérivée de sa proximité […] » (notre traduction)23. De plus, l’exploration du terrain ressemble à l’exploration érotique du corps de l’amant : « Depuis l’épaisseur de la nuit nous nous introduisions dans une autre plus épaisse, l’épaisseur des Chardons, que nous tâtions hésitants, avec les jambes comme si c’étaient des mains » (notre traduction)24.

  • 25 « Mi paisaje estaba a mi lado, era ella […] » (24).
  • 26 « […] parecían sostener un misterio, el capullo cargado que espera un momento propicio para reventa (...)

16En ce qui concerne la corporalité de Delia, on peut voir que la métaphore du corps-usine est contrebalancée par une métaphore érotique plus traditionnelle : celle du corps-paysage. Cette métaphore est explicitée au commencement du roman – « Mon paysage se trouvait à côté de moi, c’était elle […] » (notre traduction)25 – et elle est développée au travers de métaphores plus détaillées qui réfèrent aux parties de son corps. Ainsi, par exemple, ses seins sont décrits avec légèreté, ils s’apparentent à des pétales (17), tandis que ses jambes « […] paraissaient soutenir un mystère, le bouton chargé qui attend un moment propice pour éclater et se déployer […] » (notre traduction)26, et son aisselle héberge une forêt dans laquelle le protagoniste peut se cacher (173). De cette façon, le corps-usine commence à fleurir et se transforme en corps-paysage.

  • 27 Foucault, [1984] 2001, « Des espaces autres », in Michel Foucault (aut.), Daniel Defert, David et F (...)

17Dès lors, le corps de la fille apparaît avec un double sens : d’une part, il réfère à l’espace de l’usine ; d’autre part, il est associé au domaine de la nature. En ce sens, il est possible de lui appliquer le terme d’« hétérotopie », avancé par Michel Foucault et entendu comme un lieu absolument « autre », qui, à la fois, reflète les autres emplacements et les conteste en pervertissant leur image27. Le corps de Delia assume précisément cette fonction : il est bien un reflet du monde grisâtre dans lequel elle vit, mais il offre en même temps une alternative par sa métaphorisation comme paysage. Ce potentiel hétérotopique peut être associé au caractère liminal de Delia, à son oscillation entre engagement et distanciation, entre analogie et subversion. Ainsi, le corps de Delia prend la forme d’une hétérotopie : il représente la réalité qu’elle est en train de vivre, tout comme le désir de la dépasser.

Boca de lobo et l’érotisme aujourd’hui

  • 28 « [l]e pareció que el mundo se desplomaba y [sintió] que Delia se pasaba al bando del mal. » (69)
  • 29 « Sentí que una mano invisible tocaba mi piel, una mano de otro planeta que me marcaba y condenaba. (...)
  • 30 Paz, op. cit.
  • 31 Bauman, op. cit.

18Après l’analyse de ces deux mécanismes, il nous reste à étudier l’impact de l’abandon de Delia par le protagoniste sur l’image de l’amour et de l’érotisme dans Boca de lobo. Deux facteurs qui paraissent avoir joué un rôle important dans l’éloignement sont la rupture de la confiance entre les amants et la menace de la reproduction. La confiance est perturbée par le fait que l’homme apprenne la nouvelle de la grossesse par des tiers ; en ce moment « […] il [lui] paraissait que le monde s’effondrait et [il sentait] que Delia passait à la faction du mal » (notre traduction)28. En plus, l’idée de prolonger l’humanité au milieu d’un monde misérable l’épouvante : « Je sentis qu’une main invisible touchait ma peau, une main d’une autre planète qui me marquait et me condamnait. C’était la reconnaissance de l’espèce » (notre traduction)29. La relation entre les protagonistes n’est pas durable, mais cette situation n’a rien à voir avec la commercialisation de l’érotisme30 ni avec l’hypothèse de la réinterprétation de l’amour comme une quête d’expériences les plus intenses possibles31. Il s’agit plutôt d’un éloignement émotionnel dû à leurs respectives attitudes face à la grossesse de Delia.

  • 32 Elisabeth Beck-Gernsheim, 1999, « On the Way to a Post-Familial Family – From a Community of Need t (...)

19En ce sens, il est possible de mettre en relation ce roman et les théories d’Elisabeth Beck-Gernsheim et Gilles Lipovetsky, qui avancent que l’amour et l’érotisme ne sont pas en train de se perdre, mais plutôt en train de se transformer. Ainsi, Beck-Gernsheim argumente que l’augmentation de l’individualisation dans la société contemporaine occasionne également un désir plus grand de son contraire : l’intimité, la proximité et la sécurité. En même temps, elle admet que la forme de ces relations est en train de changer en ce qui concerne la durée et le degré d’obligation32. On peut retrouver une idée similaire sous la plume du philosophe français Gilles Lipovetsky, qui dans son étude de la société contemporaine Les temps hypermodernes constate que deux tendances se superposent dans cette époque : la culture de l’immédiateté et de la superficialité, d’un côté, et la logique du plaisir, de la qualité et de la « sensualisation du moment », de l’autre (Lipovetsky et Charles, 2004 : 79). Bien que, conformément à la première tendance, la relation entre les protagonistes ne soit pas durable, Boca de lobo participe aussi à la seconde tendance, en réservant un lieu central à l’amour et à l’érotisme.

20En guise de conclusion : l’érotisme, dans ce roman, a été analysé à travers deux mécanismes d’érotisation, comme un facteur qui persiste dans le monde contemporain, bien que sous une autre forme. On peut dire que Boca de lobo va plus loin que les inquiétudes d’un Octavio Paz ou un Vargas Llosa : il trace de nouveaux chemins littéraires qui explorent des modes différents dans lesquelles l’érotisme peut survivre au-delà des changements. Face à ceux qui soutiennent que l’érotisme est en train de disparaître dans la société contemporaine, il faut conclure qu’il est en fait omniprésent, même sous les formes les plus surprenantes.

Haut de page

Bibliographie

Bataille, Georges, [1957] 2011, L’érotisme, Paris, Minuit.

Chejfec, Sergio, [2000] 2009, Boca de lobo, Buenos Aires, Alfaguara.

Lipovetsky, Gilles et Charles, Sébastien, 2004, Les temps hypermodernes, Paris, Grasset.

Paz, Octavio, [1993] 1994, La llama doble: amor y erotismo, Barcelona, Seix Barral.

Trejo, Juan, 2009, « Sergio Chejfec: los escritores originales me producen desconfianza », Quimera: revista de literatura, n° 302, p. 12-18.

Vargas Llosa, Mario, « La desaparición del erotismo », El País, 1er novembre 2009, http://elpais.com/diario/2009/11/01/opinion/1257030012_850215.html (consulté le 2 septembre 2014).

Haut de page

Notes

1 « Al desaparecer la prohibición desapareció también la transgresión, aquel aura temeraria [sic], la sensación de violentar un tabú, de pecar, que condimentó la práctica del erotismo en el pasado y que atizó tanto la invención literaria y artística. » (Vargas Llosa, 2009 : en ligne)

2 « Renverser une barrière est en soi quelque chose d’attirant ; l’action prohibée prend un sens qu’elle n’avait pas avant qu’une terreur nous en éloignant ne l’entourât d’un halo de gloire. » (Bataille, [1957] 2011 : 51)

3 « […] nos damos cuenta, por una parte, de que hemos dejado que la libertad erótica haya sido confiscada por los poderes del dinero y la publicidad; por la otra del paulatino crepúsculo de la imagen del amor en nuestra sociedad. Doble fracaso. » (Paz, [1993] 1994 : 157)

4 Herbert Marcuse, [1955] 1974, Eros and Civilization: a Philosophical Anquiry into Freud, Boston, Beacon.

5 Zygmunt Bauman, 1999, « On the postmodern uses of sex », in Mike Featherstone, Love and Eroticism, Londres, Sage, p. 19-34.

6 Beatriz Sarlo, 2007, « Anomalías. Sobre la narrativa de Sergio Chejfec », in Beatriz Sarlo, Escritos sobre literatura argentina, Buenos Aires, Siglo XXI, p. 394-397.

7 Cette idée est développée et appliquée à un autre roman de Chejfec, El aire, dans l’article de Beatriz Sarlo (ibid.).

8 « Una frase común puede dar la idea de aquellos pozos de oscuridad: boca de lobo. […] Si hay una belleza en el mundo, pensábamos con Delia, si algo golpea la emoción hasta dejarnos sin aliento, si algo confunde los recuerdos hasta el límite de su propia memoria impidiéndoles volver a ser tal como eran, ese algo vive en lo oscuro y muy de cuando en cuando se manifiesta. » (53-54)

9 « […] lo que más [l]e gusta es tratar de calificar o trabajar con los sentidos asociados al espacio. » (Trejo, 2009 : 15).

10 David Bell et Gill Valentine, 1995, « Introduction: Orientations », in David Bell et Gill Valentine (eds), Mapping Desire: Geographies of Sexualities, Londres, Routledge, p. 1-27.

11 David Bell, 1995, « Perverse dynamics, sexual citizenship and the transformation of intimacy », in David Bell et Gill Valentine, op. cit., p. 304-317.

12 John Douglas Porteous, 1986, « Bodyscape: the body-landscape metaphor », The Canadian Geographer, 30 (1), p. 2-12.

13 « […] vive atrevesando umbrales […] » (18).

14 Kate Jenckes, 2010, « Myopic Witnessing and the Intermittent Possibilities of Community in Sergio Chejfec’s Los planetas and Boca de lobo », Revista de Estudios Hispánicos, 44 (1), 213-234.

15 « Nunca he visto a nadie imponer de tal modo su presencia tratando precisamente de hacer lo contrario, de desaparecer, borrarse y repartirse entre la cantidad de objetos que nos rodean y amenazan. » (83)

16 « […] decisivo para enamorar[s]e de ella […] » (12).

17 « […] yo encontraría cierto orgullo en el hecho de que las manos que a veces me tocaban fueran las mismas que horas antes se habían ocupado de operar máquinas, manipular herramientas o acarrear futuras mercancías. » (12)

18 Tel qu’on peut le retrouver chez Foucault (1976, Histoire de la sexualité, vol. 1 : La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 12-13) et Bataille ([1957] 2011 : 44).

19 Marcuse, op. cit.

20 Voir aussi Foucault, op. cit., 177-211, sur le contrôle effectué sur le corps par le système capitaliste.

21 « Durante el prolongado idilio comprueban la vitalidad de una geografía hasta entonces encubierta, por lo menos para ellos. » (170)

22 « […] flores silvestres […] » (8).

23 « Esos reflejos [del contacto de Delia] aparecían como un leve ardor, semejante al producido por el contacto de los cardos, y se condensaban alrededor de cosas intangibles en ese momento: la tersura de la piel de Delia, el calor proveniente del cuerpo, incluso el ansia derivada de su proximidad […] » (21-22).

24 « De la espesura de la noche nos introdujimos en otra más espesa, la espesura de los Cardos, que tanteábamos vacilantes, con las piernas como si fueran manos. » (16)

25 « Mi paisaje estaba a mi lado, era ella […] » (24).

26 « […] parecían sostener un misterio, el capullo cargado que espera un momento propicio para reventar y desplegarse […] » (27).

27 Foucault, [1984] 2001, « Des espaces autres », in Michel Foucault (aut.), Daniel Defert, David et François Ewald (éds), Dits et écrits 1954-1988, Paris, Gallimard, p. 1571-1581.

28 « [l]e pareció que el mundo se desplomaba y [sintió] que Delia se pasaba al bando del mal. » (69)

29 « Sentí que una mano invisible tocaba mi piel, una mano de otro planeta que me marcaba y condenaba. [E]ra el reconocimiento de la especie » (58).

30 Paz, op. cit.

31 Bauman, op. cit.

32 Elisabeth Beck-Gernsheim, 1999, « On the Way to a Post-Familial Family – From a Community of Need to Elective Affinities », in Mike Featherstone (ed.), op. cit., p. 53-70.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liesbeth François, « Une attirance superficielle ? », América, 45 | 2014, 57-65.

Référence électronique

Liesbeth François, « Une attirance superficielle ? », América [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://america.revues.org/749 ; DOI : 10.4000/america.749

Haut de page

Auteur

Liesbeth François

KU Leuven - Aspirant du Fonds de la Recherche Scientifique – Flandre (FWO)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org