Navigation – Plan du site
I. Pensée littéraire du désir

L’inceste érotique ou l’érotisme incestueux chez Carlos Fuentes ?

¿El incesto erótico o el erotismo incestuoso en la obra de Carlos Fuentes?
Lise Demeyer
p. 75-82

Résumés

Si le mythe d’Œdipe est omniprésent en toile de fond des relations sensuelles et charnelles entre la mère et son fils dans de nombreux romans de Carlos Fuentes, l’inceste recrée surtout l’origine du monde, la Genèse chrétienne ou le début d’un nouveau cycle temporel précolombien. Des relations intra-utérines de Christophe avec sa mère dans Christophe et son œuf, aux étreintes moribondes du jeune malade Santiago et sa maman dans Les années avec Laura Diaz, la charge érotique est puissante, intense et lourde de sens. Mais comment le tabou de l’inceste se transforme-t-il en scène érotique crue et sans complexe ? Les lois de la morale sont détournées pour symboliser plutôt un renouveau, un nouvel élan nécessaire au monde moderne, selon le grand écrivain mexicain. La Mère Patrie, la Mère Terre, la Mère des Métis engendrent alors passionnément un nouvel être dans la fusion des corps : une réponse littéraire au chaos du monde.

Haut de page

Texte intégral

« Estaré otra vez, para siempre, dentro de ti. »
Carlos Fuentes, Zona sagrada, [1967] 1991 : 306

1Chez Carlos Fuentes, tous les conflits et toutes les passions se résolvent au sein des familles, noyaux exacerbés de la sociabilité. Alors quand Éros rencontre Œdipe, le sens de la relation de cause à effet est à nuancer comme l’indique le titre interrogatif de notre réflexion, l’inceste érotique ou l’érotisme incestueux. Chez le regretté écrivain mexicain, l’inceste est en effet omniprésent (entre frères ennemis, entre le père et sa fille, mais surtout, entre la mère et son fils). Et c’est cette dernière liaison filiale qui va nous intéresser ici, puisqu’elle est la plus symbolique et évite ainsi des interrogations éthiques et morales en lien avec un inceste réel et condamnable. La métaphore de l’inceste est bien à prendre en compte dans son sens figuré, et pourrait être mise en perspective avec la naissance récurrente d’êtres androgynes chez C. Fuentes, comme nous le soulignerons plus tard. Insistons donc, dès à présent, sur le fait qu’ici, l’inceste n’a pas de rapport avec une interdiction morale ou éthique – un tabou que C. Fuentes ne remet pas en cause en soi – mais c’est bien le symbole du mythe qui est utilisé. La qualité d’inceste littéraire et mythique, et non social, concède à l’adjectif « érotique » son droit de cité.

2Comme à son habitude, C. Fuentes utilise un mythe classique, Œdipe en l’occurrence, comme travestissement d’un autre point de vue. Il faut s’interroger avant tout sur la manière d’étudier cet inceste littéraire, scène d’érotisme exacerbé et qui se répète dans nombre de ses romans. Citons : Rosenda et Rodrigo Pola dans La región más transparente (1958), Claudia Nervo et Guillermo dans Zona Sagrada (1967), Isabel et Juan dans Terra Nostra (1975), le neveu et ses tantes dans la nouvelle « El día de las madres » de Agua Quemada (1981), Ángeles et Cristóbal dans Cristóbal Nonato (1987), Laura et Santiago dans Los años con Laura Díaz (1999), ou Carolina et Brillante dans Carolina Grau (2010). Plusieurs méthodes nous permettront de situer les bases de la métaphore récurrente utilisée par C. Fuentes. Dans un premier temps, grâce à l’essai d’Octavio Paz, La llama doble, nous avons pu établir les enjeux de l’érotisme, et à partir de La violence et le sacré de René Girard et sa relecture de l’Œdipe-Roi de Sophocle, nous avons séparé les portées de l’inceste mythique d’un complexe psychologique proprement freudien. Cependant, nous ne pouvons nier que les textes fuentesiens assument une part d’influence freudienne et lacanienne, et il faudra donc garder à l’esprit une certaine dimension psychanalytique de l’œuvre littéraire. Ainsi, comme l’indique J. Lacan, le désir est toujours réalisé dans l’autre, mais dans notre cas présent, C. Fuentes développe l’idée de l’autre comme même, en choisissant un autre semblable, un parent. Alors certes, face à cette métaphore de l’inceste, ce sont bien les mythologies grecque (Œdipe) et préhispanique (Coatlicue) qui offrent les tenants des scènes incestueuses, et l’historiographie nationale qui reçoit les aboutissants. En effet, pensons l’inceste chez C. Fuentes, comme une union érotique du peuple mexicain, une manière cathartique de contourner le complexe identitaire métis.

3Mais nous ne nous limiterons pas à interroger la symbolique de l’inceste mère-fils dans le mythe antique et dans les traditions mexicaines. Nous essaierons de mettre en évidence un érotisme qui atteint son paroxysme dans les fictions fuentesiennes lors des fusions sexuelles entre la mère et son fils et par là même, nous analyserons le lien symbolique étroit entre l’éros qui s’introduit dans les scènes incestueuses et l’inceste qui parait toujours aviver l’érotisme. C’est-à-dire que nous étudierons, en premier lieu, l’inceste érotique comme un retour vers l’unité perdue. Dans un deuxième temps, nous assisterons à l’heureuse rencontre littéraire d’Œdipe avec le temps d’Éros et de Thanatos. Et enfin, nous nous demanderons qui, de la mère ou du fils, est à l’initiative de ce désir incestueux.

4Pour cela, nous consacrerons notre analyse à trois romans dont les scènes érotiques et incestueuses sont particulièrement révélatrices. Les relations ambiguës de Guillermo et de sa mère-actrice Claudia dans Zona Sagrada. L’inceste extrêmement original, puisque intra-utérin, dans Cristóbal Nonato. Et enfin, le désir érotique affiché de Laura Díaz envers son fils Santiago, en prévision de la mort prochaine de celui-ci.

Vers l’unité perdue

5« El erotismo es sexualidad transfigurada: metáfora », indique O. Paz en introduction de la Llama doble (Paz, 1994 : 10). Cette métaphore est d’autant plus aboutie chez C. Fuentes qu’elle s’unit à une autre symbolique sexuelle, l’inceste. L’érotisme, dans cette recherche de l’autre caché au fond de soi, implique la problématique de l’identité, mais quand cet érotisme est au service de l’inceste, symboliquement, cette quête de soi s’intensifie. Si l’érotisme permet de se confronter à l’autre, d’accéder un instant à l’intériorité d’autrui, l’inceste, lui, en contemplant au plus près la notion d’alter ego et de semblable, accélère cette introduction de l’un dans l’autre. Cet Autre (ipse et autrui à la fois) est une entité qui fut moi (au moment de la conception) et qui ne l’est plus, depuis le moment de la division (l’accouchement). L’inceste est la concrétisation utopique de cette complétude passée. Ainsi l’ambigu G. Bataille, dans son essai sur l’érotisme, évoque « l’obsession d’une continuité première, qui nous relie généralement à l’être » (Bataille, 1957 : 22).

6L’inceste symbolique est donc un catalyseur pour la recherche de soi-même, dans cette rencontre avec l’Autre qui n’est pas étranger mais partie – génétique – de soi. Il met en scène les retrouvailles avec un temps perdu, celui des origines. Et quand l’érotisme lui est appliqué, il confronte l’homme moderne avec le grand dilemme de son existence, une personnalité irrémédiablement fragmentaire. Tout cela implique un effort de dépassement de soi pour arriver au-delà des limites de la condition humaine. Ce retour aux origines est significativement explicité dans Zona Sagrada par l’usage de verbes et d’adverbes de réitération, comme base de l’interpénétration première des corps et des âmes. Ainsi Guillermo, en ayant recours à la dialectique du dehors et du dedans, se confie de manière utopique à sa mère absente, « estaré otra vez, para siempre, dentro de ti », « vuelves a guardarme en ti, a concebirme en ti; soy tu semilla » (Fuentes 1991 : 306). De la même façon, le parallélisme utilisé pour décrire la relation de réciprocité entre Laura Díaz et son fils Santiago semble indiquer un retour vers l’œuf unique originel : « yo te parí, te traje adentro, yo soy tú y tú eres yo […] tu calor es mi calor, mi cuerpo es tu cuerpo » (Fuentes, 2001 : 299).

7La portée érotique de ces scènes se cristallise à travers l’utilisation du champ lexical de l’acte de manger. « Me comí la membrana de la mucosa de mi madre » (Fuentes, 1987 : 241), indique fiévreusement l’embryon Cristóbal. L’acte sexuel se compare ainsi à l’action de se nourrir, confirmant la symbolique de vampiriser l’autre, pour ne former qu’une seule Forme, composée de deux êtres unis par l’amour et l’origine filiaux. Si nous nous penchons sur certaines descriptions érotiques des trois romans en question (Fuentes, 1987 : 241 ; 307, 341 ; Fuentes, 1991 : 275, 306, 332 ; Fuentes, 2001 : 299), tout est pulsion animale, cannibalisme de l’altérité.

8Par ailleurs, le moment de tendresse charnelle entre la mère et son fils permet de rejouer un accouchement à l’envers. C. Fuentes insiste ainsi sur l’esthétique du mouvement, la mise au monde comme vecteur d’une sortie vers l’extérieur, et le coït entre la mère et son fils comme un retour à cette expulsion, une nouvelle entrée qui autorise le retour à la fusion unitaire originelle. Cette union est donc totalement exclusive. L’importance du cordon ombilical dans toutes les scènes décrites illustre cette recherche d’unité perdue.

9Cet inceste, teinté fortement d’érotisme, correspond dès lors à une transgression de l’ordre établi, du monde et de la condition humaine. Ainsi l’union impossible entre deux sujets de la même famille apparaît comme le climax de la diégèse. L’érotisme naît tant de l’interdit que de l’ambiguïté. C. Fuentes trouve dans l’inceste les qualités extrêmes pour explorer cette notion dialectique d’interdit et de transgression.

La rencontre d’Œdipe avec le temps d’Éros et de Thanatos

10Si l’érotisme, selon les définitions de S. Freud, O. Paz, G. Bataille et bien d’autres, est un lien entre la vie et la mort, C. Fuentes y puise ainsi des métaphores pour signifier les temps cycliques qui le préoccupent, la Genèse et l’Apocalypse. De fait, Mijail, avatar de Cervantes dans Terra Nostra, évoque « la sangre llama a la sangre, el hijo nacido del incesto ha cerrado el círculo perfecto de su origen » (Fuentes, 2003 : 677). Et ce cercle parfait est illustré concrètement dans Los años con Laura Díaz, où l’analogie des concepts mère/vie/genèse s’unit à un autre paradigme fils/moribond/apocalypse à travers une étreinte charnelle.

11L’érotisme, dans ce couple formé par Éros et Thanatos, est une manière de tromper la peur existentielle de la mort, et l’inceste recrée la Genèse et se détourne ainsi de la prochaine Apocalypse. L’union de l’érotisme et de l’inceste est donc une manière symbolique de contrecarrer les grandes peurs existentielles. Ainsi dans Cristóbal Nonato (Fuentes, 1987 : 262), l’inceste fait face à la perte (de l’autre), et donc à la mort. Et pour Laura Díaz, l’union érotique avec son fils malade est une manière de tromper le temps, les temps, face à la proximité et l’inéluctabilité de la disparition de sa progéniture. C’est tenter de se sentir vivant d’abord (sur le plan personnel), pour revenir sur les origines du monde humain (sur le plan mythique). Il s’installe là un échange d’énergies et une communication tacite entre les amants, faisant tomber les barrières personnelles.

12La rencontre de l’érotisme avec l’acte incestueux permet de recréer le monde originel, d’effectuer un retour vers cette union perdue et d’amorcer un départ vers une mort certaine. L’inceste érotique, pour l’écrivain mexicain, promet de défier les lois inamovibles du monde, en fusionnant les temps (de la conception à la naissance jusqu’à la jouissance). La thématique du double et de sa réponse littéraire, l’union filiale, permet d’interroger notre individualité temporelle. L’inceste symbolique, en tirant ainsi le fil des possibilités de l’érotisme, se promet d’atteindre l’absolu. Ainsi la mère-terre, l’androgyne ou le couple incestueux, sont les figures des symboles cycliques. Elles contemplent à la fois une reconquête du Paradis Perdu et une réconciliation des différentes forces de la nature. L’union de l’érotisme et de l’inceste permet un voyage temporel vers quelque chose qui dépasse la condition humaine, un retour corporel vers l’acte même de création. L’inceste érotique, en tant que symbiose, est le chemin proposé par C. Fuentes vers l’éternel retour décrit par Mircea Eliade.

Qui de la mère ou du fils ?

13Nous sommes sans doute face au recours imaginatif le plus intéressant de C. Fuentes, ce renversement de cause à effet dans la réécriture de l’Histoire et des grands mythes, qu’il propose dans ses fictions.

14Dans Zona Sagrada, Cristóbal Nonato et Los años con Laura Díaz, le complexe d’Œdipe se vit avant tout depuis la perspective de la mère, protagoniste et active, désireuse de remplacer le mari ou de revivre son accouchement. Les héroïnes souhaitent rejouer une dernière fois cette mise au monde comme instant charnière entre deux temps. En effet, chez C. Fuentes, si l’inceste est un fil conducteur de L’Âge du temps en ce qui concerne l’amour et les relations sociales, les théories freudiennes sont pourtant bouleversées puisque le désir initial est ressenti par la mère, et la notion de parricide est par conséquent absente.

15L’inceste érotique oblige ainsi à une problématisation du rôle de la mère, dans les romans de C. Fuentes, mais aussi plus généralement du rôle de la femme dans la société mexicaine. En réservant ce rôle décisif à la mère dans l’expression de l’amour et du désir, l’écrivain mexicain s’éloigne des visions réductrices d’un O. Paz ambigu, qui détermine la femme comme l’être ouvert et passif, réceptacle des passions masculines. Ici la femme n’est ni violée, ni maligne ; elle assume ses pulsions charnelles et les concrétise sans remords ni culpabilité. Par exemple, de façon significative, Laura Díaz prend en main la liaison érotique. Elle se substitue définitivement au rôle masculin réservé par la société machiste et attribue la posture passive au sexe opposé incarné par son fils : « Acepta el cuerpo de tu madre, tú no hagas nada […] yo lo hago por ti, no digas nada, yo lo digo por ti. » (Fuentes 2001 : 299)

16Mais pour notre écrivain, la mère s’érige en axe synchronique inamovible, il ne questionne donc pas sa position restrictive de génitrice, même s’il la dote d’une capacité de décision sexuelle d’une grande liberté. Ainsi, selon Gloria Durán, Claudia, la mère de Zona Sagrada, est à la fois la chingada (le fatum réservé à la femme dans l’imaginaire national mexicain) et la chingona (son contre-exemple). Son fils, Guillermo, devient un automate sous la direction du désir arbitraire de Claudia. La figure topique de la mère est ici bouleversée, à l’image de Marta dans Los olvidados de Buñuel : l’actrice ne souffre pas de la relation aliénée qu’elle entretient avec son fils ni ne semble se rendre compte du sentiment d’abandon auquel il est livré. Claudia, mais aussi Laura Díaz, se nourrissent de la figure de la LLorona dans un premier temps. Cette double séparation, de l’accouchement d’abord, du reniement de la mère ensuite, ne trouve qu’une issue possible dans les rapports libidineux entre le fils et sa génitrice. L’inceste serait la contrepartie mythique de l’abandon.

17Ce n’est donc pas le complexe du fils qui se met en place mais le complexe de la mère. D’ailleurs, si Guillermo continue d’appeler sa mère « mamá », celle-ci préfère le surnommer « santo », travestissant ainsi l’inceste en amour mystique. De la même façon, un chapitre de Cristóbal Nonato est particulièrement révélateur. Déjà le titre emprunté au poème Suave Patria de Ramón López Velarde, « Te amo no cual mito », induit les réflexions d’Ángeles, la mère, à propos d’une grossesse en forme de vision sensuelle. Celle-ci prend le pouvoir sur son corps, et par conséquent sur son fils-fœtus, en l’invoquant (par une série d’impératifs) à partager les plaisirs charnels dans cette réunion unique de la matière. Son monologue est digne d’un mélodrame érotique, où la femme serait résolument à l’initiative du désir et la maîtresse de l’échange sexuel :

Tengo un cuerpo, hijo mío, mira, tócame, tengo dos senos que se revientan de leche, tengo nalgas duras y pesadas, tócalas, hijo, acaricia mi cuello, hijo, siéntelo latir, mi cintura existe, es carne y movimiento y calor, toca mi ombligo, hijo, acaricia mi mono y detén tu mamacita sobre el candado caliente del útero por donde vas a salir: toma, hijo es la última oportunidad de estar dentro de tu madre (Fuentes, 1987 : 541).

18Cette représentation de l’inceste est, là encore, mythique et l’union sacrée est le résultat de la charge érotique. Par ailleurs, le désir pour ce fils, qu’il soit adulte ou embryon, neutralise deux sentiments universels de la condition humaine : la perte (après l’accouchement) et la division (de l’unité en deux entités distinctes).

19La mère et le fils, dans ce moment privilégié qu’est le rapport incestueux, parenthèse de la ligne narrative dans les romans de C. Fuentes, rejouent la scène de la reconnaissance, cette rencontre avec un soi égaré et désiré. Nous assistons alors à une libération simultanée du désir de la mère et du fils, motivée par la volonté de renouer avec l’unité perdue comme nous l’avons signalé auparavant, en déjouant les drames de l’enfantement.

20Chacun semble ainsi résister au sentiment de solitude, d’abandon que l’être humain ressent depuis la séparation du corps de sa mère au moment de la naissance : « El tema básico de Zona Sagrada es la búsqueda de identidad como consecuencia del sentimiento de soledad y desamparo. » (Ramírez Mattei, 1983 : 230) C’est ainsi que l’histoire de Zona Sagrada débouche sur une relation d’amour-haîne profondément incestueuse entre la mère et son fils. Depuis le titre du célèbre essai d’O. Paz, la solitude, on le sait, est le propre du métissage dans l’imaginaire littéraire de C. Fuentes. La dialectique imaginée par le prix Nobel mexicain entre solitude et communion trouve son point d’articulation dans l’inceste métaphorique imaginé par C. Fuentes, qui agit symboliquement en réconciliation universelle. Face à cet abandon, le sentiment du Métis d’être orphelin s’apaise dans l’union utopique avec la mère : la nécessité d’éros est ici impérieuse. Ainsi, notre écrivain a sûrement à l’esprit la mère lacanienne, c’est-à-dire un corps-espace qui permet d’oublier notre abandon, notre solitude.

21En conclusion, il n’y a donc pas de place laissée au « sexe pour le sexe » dans la diégèse fuentesienne, mais l’érotisme est un moteur, un support efficace pour la recherche de nos racines, face aux grands piliers de notre condition humaine : l’identité, l’altérité, l’unité. Alors, chez C. Fuentes, l’inceste devient l’hyperbole de l’érotisme, car si l’on s’en tient à la définition de Paz, « el erotismo es un ritmo: uno de sus acordes es separación, el otro es regreso, vuelta a la naturaleza reconciliada » (Paz, 1994 : 28) et à la symbolique développée par notre écrivain, l’inceste accélère métaphoriquement ces retours aux origines, puisqu’il rejoue, une dernière fois et à l’envers, le rite de l’accouchement, « la cópula en el parto » (Fuentes, 2008 : 261).

22L’inceste mère-fils, dans le contexte de la société mexicaine, se libère du machisme ambiant qui reflète encore à l’heure actuelle un dépouillement d’identité (thématique constante, soit dit en passant, de l’œuvre de C. Fuentes). Face au sentiment d’orphelin du Métis mexicain, l’union avec la mère devient utopique, d’où la nécessité impérieuse d’éros dans ce retour aux racines identitaires. Ainsi Gérard de Cortanze qualifie le Mexique dépeint par notre écrivain, d’« étrange, incestueux, violent, universel et tragique » (de Cortanze, 2006 : 33).

23Nous assistons donc, à première vue, à un inceste érotique puisque pour nous, la symbolique de l’acte porte sur l’inceste (l’érotisme au service de l’inceste). Mais tout cela nous mène en fait à un érotisme incestueux, puisque C. Fuentes parvient à décrire la sensualité charnelle à travers l’union absolue, les retrouvailles de la mère et de sa progéniture. Le rituel amoureux et incestueux (adjectifs, comme nous l’avons démontré, complémentaires pour la symbolique mythique) réactualise l’androgyne premier. L’inceste se transformerait ainsi en rite érotique magnifié. Il serait alors, comme métaphore, la manière d’unir symboliquement les deux versants de l’érotisme, l’amour et le désir. En filant cette métaphore érotique, C. Fuentes propose une vision paradoxale de la condition humaine, cette difficulté d’être à la fois mère, fille, maîtresse, ou père, fils, amant.

24Enfin, n’oublions pas que l’acte érotique et le rôle de l’écriture et de la lecture se présentent souvent comme des analogies : des manières d’explorer l’absolu et l’intemporalité, loin de notre réalité cartésienne. Terminons alors sur une réflexion d’O. Paz, « El agente que mueve lo mismo el acto erótico que al poético es la imaginación » (Paz, 1994 : 10).

Haut de page

Bibliographie

Bataille, Georges, 1957, L’érotisme, Paris, Minuit.

Durán, Gloria, 1976, La magia y las brujas en la obra de Carlos Fuentes, México, UNAM.

De Cortanze, Gérard, 2006, « Les zones sacrées de Carlos Fuentes », in Fell, Claude (dir.), Fuentes, Paris, Les cahiers de l’Herne.

Fuentes, Carlos, 1981, Agua Quemada, México, Fondo de Cultura Económica.

—, 1987, Cristóbal Nonato, México, FCE.

—, [1967] 1991, Zona Sagrada, en Dos Educaciones, Madrid, Mondadori.

—, [1999] 2001, Los años con Laura Díaz, Madrid, Alfaguara.

—, [1975] 2003, Terra Nostra, Barcelona, Seix Barral.

—, [1958] 2008, La región más Transparente, Madrid, Real Academia Española.

—, 2010, Carolina Grau, México, Alfaguara.

Girard, René, 1972, La violence et le sacré, Paris, Grasset.

Paz, Octavio, [1993] 1994, La llama doble, Barcelona, Seix Barral.

Ramírez Mattei, Aida Elsa, 1983, La narrativa de Carlos Fuentes, Rio Piedras, Universidad de Puerto Rico.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Demeyer, « L’inceste érotique ou l’érotisme incestueux chez Carlos Fuentes ? », América, 45 | 2014, 75-82.

Référence électronique

Lise Demeyer, « L’inceste érotique ou l’érotisme incestueux chez Carlos Fuentes ? », América [En ligne], 45 | 2014, mis en ligne le 01 février 2015, consulté le 22 mai 2017. URL : http://america.revues.org/766 ; DOI : 10.4000/america.766

Haut de page

Auteur

Lise Demeyer

Université de Rouen (ERIAC)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • Revues.org